Ali Benflis met en garde contre l’internationalisation de la crise

AliBenflis
Ali Benflis, président du parti Talaie El-Hourriyet. New Press

Par Hani Abdi Ali Benflis, président de Talaie El Houriyet, refuse toute internationalisation de la crise qui secoue actuellement le pays.

«Des informations médiatiques font état d’un déploiement diplomatique du régime politique en place. Il est manifeste que ce régime a été alarmé par les déclarations de certains partenaires étrangers sur le droit du peuple algérien à manifester pacifiquement et l’élan de sympathie manifesté par l’opinion publique internationale, notamment occidentale, à l’égard du mouvement de contestation pacifique, dans notre pays», affirme Benflis, estimant qu’«en réaction, le pouvoir politique en place semble s’engager dans une campagne auprès des partenaires étrangers pour plaider sa propre cause, promouvoir la feuille de route du président de la République, déclarée nulle et non avenue par le peuple algérien, et solliciter la compréhension des uns, particulièrement les Occidentaux plus sensibles aux pressions de leur opinion publique, et le soutien des autres, notamment la Russie et la Chine».

«N’est-il pas étonnant de voir un régime politique qui stigmatise l’ingérence étrangère lorsque certaines voix dans le monde s’élèvent pour soutenir le droit constitutionnel des algériens à manifester pacifiquement et qui prend, lui-même, des initiatives qui vont dans le sens de l’internationalisation de la crise lorsqu’il se sent menacé dans sa survie ?», se demande Ali Benflis pour lequel la solution de l’impasse politique actuelle est «entre les mains des Algériens et doit le rester. L’internationalisation de la crise se traduira nécessairement par l’ouverture de notre pays aux luttes d’influence entre puissances étrangères dont on sait l’effet ravageur sur les pays qui les subissent».

«La main étrangère n’est pas venue du côté que le régime politique en place s’est longtemps et injustement plu à dénoncer, celui de ses opposants, et des dénonciations de ses critiques et de ses dérives. Le régime politique actuel trouve des vertus à la main étrangère. Il ne se retient plus et ne s’interdit rien et plus aucun tabou ne lui résiste. La main étrangère semble devenue, pour lui, une main secourable», prévient-il, considérant que «le peuple algérien est résolument contre toute forme d’ingérence étrangère dans les affaires internes de notre pays. Il a crié haut et fort le rejet qu’il leur oppose dès les premières marches. Il ne tolèrera pas l’ingérence étrangère d’où qu’elle vienne et en aucune circonstance.»

H. A.

Comment (10)

    naaja
    19 mars 2019 - 9 h 06 min

    c quoi ce signe de la main ? c pour les islamistes de « rabia al adawia  » d’egypte et qatar ? oh mon dieu il est dangereux

    Vroum Vroum 😤..
    18 mars 2019 - 21 h 42 min

    Mr Benflis , c’est bien Ceux qui sont derrière le Cinquième Mandat bidon qui ont donnés les ingrédients aux ennemis de l’Algérie ..Ce foutu Cinquième Mandat..le mobile du Crime…a qui profite le Crime !!..Le Peuple défend sa Dignité , en refusant l’arnaque !…BHL le Sioniste aurait proposé un Cinquième Mandat , on aurait compris qu’il veut déstabiliser le Pays , mais là ce qui est grave ce sont des irresponsables de l’intérieur du Pouvoir qui ont voulu un Cinquième Mandat !!… Incroyable !!.. Mais le Peuple et l’ANP et Services Sécurité défendrons et défendent l’Algérie ensemble Main dans la main … Ceux qui sont derrière le Cinquième Mandat bidon ne méritent plus des Postes de Responsabilité , ils ont mis l’Algérie en danger , car sans l’intelligence et Maturité du Peuple avec ces immenses Manifestations , tout serait sens dessus dessous !.. Mr Benflis dite vos conseils au clan derrière le Cinquième Mandat bidon …le Peuple est sage et Raisonnable ..

    Nagasaky
    18 mars 2019 - 21 h 12 min

    Cher Benflis

    Cela est valable même pour vous.
    Laissez la place aux jeunes.
    Thoukt elaasal alors yakfi.
    Gardez votre polemique pour vous.
    L‘algerie a encore ses hommes

    Efham chouia

    6
    1
    chaoui40
    18 mars 2019 - 20 h 03 min

    FETHI GHARES du MDS doit être soutenu par le peuple !
    marre de ce Benflis et cie…

    4
    1
    ALGERIEN
    18 mars 2019 - 19 h 23 min

    ASKOUT ! SOUSMAGH ! TAISEZ-VOUS ! SHUT UP ! MAIS SURTOUT….. BARRA !!!
    VIEUX DINOSAURE DU SYSTEME, AHCHAM !!! ROUH…!!!

    6
    1
    ABDEL
    18 mars 2019 - 17 h 48 min

    les chanceleries étrangéres ont bien remarqué les déclarations contradictoires dont fait preuve, ce pouvoir!….. le président avoue lui meme que son état de santé ne lui permettait pas de briguer un nouveau mandat et dans le meme temps, il annonce son intention de conserver le pouvoir pour une période indéterminée et se livre a des bricolages anti constitutionnels

    18
    9
      Rais
      18 mars 2019 - 20 h 34 min

      Le president as dit que le committee decide la date d’electer un nouveaux president. Le chaos de l’Irak n’est une solution.

      1
      1
    Al H'memedji
    18 mars 2019 - 17 h 44 min

    Benflis est pret a s’allier avec le Diable si ce dernier lui garantit le koursi d’al Mouradia

    16
    16
    Anonyme
    18 mars 2019 - 17 h 11 min

    C’est ça la diplomatie de nos nouveaux » brillants diplomates » ? Déclarer qu’on refuse l’ingérence étrangère , puis 24 heures plus tard s’empresser de la quémander chez la France, l’Italie, la Russie, la Chine ?
    En matière de diplomatie nous avons eu les historiques Ait Ahmed, M’Hamed Lyazid, Mohammed Seddik Benyahia …..
    Mais n’est pas Ait Ahmed, Lyazid, Benyahia qui veut ! N’est-ce pas Monsieur Lamamra ?

    17
    13
    Kahina-DZ
    18 mars 2019 - 16 h 51 min

    Vous êtes toujours en déphasage.

    La crise s’est déjà internationalisée. Quand les ONG prennent la parole, FINITO.

    10
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.