Attaque antimusulmane en Nouvelle-Zélande : l’exploitation honteuse d’Erdogan

Nouvelle-Zélande
Tayyip Recep Erdogan, le président turc. D. R.

Erdogan utilise le drame de Nouvelle-Zélande à des fins électoralistes et pour exalter sa base nationaliste et religieuse – dans moins de deux semaines il y a aura des élections locales qui s’annoncent serrées – en menaçant le gouvernement néo-zélandais de représailles contre l’auteur du massacre s’il ne subit pas une peine selon ses desiderata ! Recep Tayyip Erdogan va même plus loin en soutenant aujourd’hui l’idée que l’attentat en question fait partie d’une «opération» plus large qui vise la Turquie. «Ce n’est pas un acte isolé, c’est quelque chose d’organisé», a-t-il déclaré lors d’un discours à Canakkale, dans l’ouest du pays. «Ils sont en train de nous tester avec le message qu’ils nous envoient depuis la Nouvelle-Zélande, à 16 500 km d’ici.»

Le président turc, qui s’autoproclame ainsi justicier des musulmans, a même fait de cette attaque le thème central de ses meetings quotidiens. Selon les médias turcs, il a même projeté pendant le week-end, sur écran géant, des extraits de la vidéo filmée par l’assaillant, suscitant de nombreuses critiques au moment où les réseaux sociaux et plateformes de partage s’efforcent d’en limiter la diffusion.

Il s’en est également pris aux pays occidentaux auxquels il a reproché de ne pas parler de «terrorisme chrétien» alors qu’ils «parlent de terrorisme islamique» lorsqu’un attentat est commis au nom de l’islam. Le chef de l’Etat turc a plusieurs fois fait référence au «manifeste» posté par l’auteur présumé de l’attaque dans lequel il émet notamment le souhait de voir Istanbul redevenir la Constantinople chrétienne qu’elle était avant sa conquête par les Ottomans en 1453. «Nous sommes ici depuis mille ans et si Dieu le veut, nous resterons ici jusqu’à l’apocalypse. Vous n’arriverez pas à faire d’Istanbul une Constantinople», a lancé Erdogan lors d’un discours, lundi. Ces éléments prouvent que le président turc est prêt à déclencher une guerre de religions rien que pour se maintenir au pouvoir.

S. S.

Comment (8)

    Clovis
    20 mars 2019 - 8 h 46 min

    Erdogan est un dictateur psychopathe chantre d’un islam devoye qui ne merite pas qu’on l’ecoute ou qu’on lui porte une quelquonque consideration. Il tente de se presenter comme defenseur des musulmans mais il n’est defenseur que de lui meme et de sa paranoia. On n’a pas besoin de lui pour exprimer notre soutien a toutes ces malheureuses victimes ( victimes d’un psychopathe comme lui). Que Dieu les benissent ( les victimes evidemment)

    3
    4
    Socrate
    20 mars 2019 - 0 h 24 min

    La vérité est que l’économie turque est en chute libre et que les élections seront difficiles pour le parti au pouvoir. Erdogan utilise tout ce qui passe à sa portée pour ranimer la flamme de sa base électorale à coup de nationalisme et de religion islamique, les deux se confondant dans la tête malade de ce néo-sultan. Il y a peu, la Turquie faisait figure de modèle démocratique pour les pays musulmans. Ce temps est révolu et peut être que l’Algérie reprendra le flambeau avec la Tunisie dans un avenir pas si lointain.

    7
    3
    ben
    19 mars 2019 - 22 h 08 min

    lui au moins fait entendre sa voix ppur dénoncer le massacre de musulmans partout dans le monde
    les laideurs arabes se contente de copier coller un message diffusé l année dernière : NOUNADAD BICHIDA

    9
    12
    Anonyme
    19 mars 2019 - 21 h 18 min

    C est la strategie utilisee par tous ces fous de Dieu…de la secte des freres musulmans…instrumentaliser la religion pour atteindre leur but et rester au pouvoir…mais Erdogan et ses semblables doivent savoir que leur comportement a diffuse la plus mauvaise image de l Islam..et a pousse des milliers de jeunes vers la radicalisation..exactement ce que veulent les BHL..Sarkosy..Merkel..Trump ..Netanyahou….etc. pour imposer leur strategie du « Diviser pour reigner « ….Erdogan est leur meilleur serviteur..et leur meilleur allie…il court vers sa perte et la faillite de la Turquie une fois qu ils n auront plus besoin de lui……la politique de l embargo et des sanctions lui seront reservees…dans un an ou deux…il se mettra a genoux pour les supplier…..

    11
    7
    ben
    19 mars 2019 - 18 h 33 min

    NE PAS OUBLIER QUE NOUS AVONS ÉTAIT COLONISER PAR LES TURCS

    12
    7
    Anonyme
    19 mars 2019 - 16 h 11 min

    Peu importe que ce soit un terroriste chrétien ou musulman, il faut leur donner la mort (je ne suis pas musulman) car c’est ce qu’ils méritent.

    15
    4
    Felfel Har
    19 mars 2019 - 15 h 51 min

    Pourquoi n’évoque-t-il pas la tuerie à Utrecht perpétrée par un Turc? As-t-il oublié le commandement d’Allah selon lequel qui tue un être humain a tué l’humanité entière? Sa foi est donc à géométrie variable. Il n’a ni autorité morale, ni dignité, ni crédibilité et seuls ceux qui lui ressemblent le mimiquent dans ses déclarations, son comportement et ses incantations.

    37
    7
    oudalarga
    19 mars 2019 - 15 h 45 min

    Ce merdogan est un malade mental, un mégalomane exploité par les sionistes et les amerlo pour mener son pays (et ceux qui le suivent comme certains de chez nous, suivez mon regard) à sa perte (dans tous les domaines). Si pour l’Irak et la Syrie, les sionistes et les amerlo ont utilisé la force, pour la Turquie, ils utilisent la folie des grandeurs de son dirigeant. Tenons nous loin, très loin, de ce genre de personnage car en plus c’est un fourbe, un faux-cul et j’en passe.

    37
    15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.