Un adieu au FLN ?

BP FLN
Membres du bureau politique du FLN. New Press

Par Bachir Medjahed – Le FLN est en danger de mort. Il est en danger d’extinction totale. Il ne l’a jamais été autant. Il ne peut plus rien pour le Président et le Président ne peut plus rien pour lui. La double impuissance totale. En renonçant à se représenter pour un cinquième mandat, Bouteflika divorce de l’avenir du FLN. Celui-ci est désormais livré à lui-même et il lui reste une voie, celle de son euthanasie. Que peut-il faire, lui qui a toujours confié sa destinée à chaque président qui arrive ? Sa fiche de poste contient deux attributions : lever la main et soutenir.

Ce n’est pas la première fois que le FLN frise sa disparition. En 1962, il devait rejoindre le musée de la Révolution pour l’écriture de l’histoire. Les partis qui avaient gelé leurs activités pour rejoindre le FLN étaient interdits de retour.

Il l’avait échappé belle en octobre 1988. Il l’avait également échappé belle lors des élections suspendues terrassé par la large victoire du FIS. Il l’avait échappé belle avec la dissolution du FIS et il a également eu de la chance avec le refus d’accorder à Wafa de Taleb Ibrahimi l’autorisation d’exister légalement.

Il a été destiné à sa dissolution par une recommandation dans un document établi, dit-on, par une équipe d’officiers supérieurs le 31 décembre 2000. Aujourd’hui, son sort n’est plus entre ses mains. Il l’est encore moins entre celles du Président.

La position du président Bouteflika, à savoir celle de ne plus se présenter, sort l’armée de son dilemme ou plutôt Gaïd-Salah. Il n’y a plus de raison à soutenir le Président pour un nouveau mandat. Par contre, la prolongation du mandat actuel pose problème. Si le peuple maintient le rejet de cette prolongation, le chef d’état-major aura à trancher.

B. M.

Comment (23)

    UMERI
    22 mars 2019 - 15 h 09 min

    Justement, cette date du 19 mars, tombe a point nommé, puisque le F L N actuel est composé de militants issus du 19 mars 1962 et ils sont nombreux, s’ils sont capables de rebondir pour occuper encore l’espace public,c’est le moment propice,de se réunir et décider de changer de sigle et on verra le nombre de militants, restant en son sein.

    Salim Samai
    22 mars 2019 - 10 h 12 min

    Le FLN est un APPAREIl comme d´autres en DZ!
    Ces appareils servent et sont la Voix du Maitre!

    Il faut les STRUCTURER et les ORGANISER au sein de l´Etat de Droit!
    Une Nation/l´ETAT a BESOIN d´Appareils et d´INSTITUTIONS dont il faut organiser la Dynamique par des LOIS & des REGLEMENTS!

    Nous ne REINVENTONS PAS la Roue qui existe deja!
    On copie des modeles existants qui FONCTIONNENT BIEN!

    Km
    20 mars 2019 - 18 h 05 min

    Dorenavant le seul partie qui representra le peuple c est le partie: HARAK 22 fevrier.
    un partie du peuple et au peuple

    Anonyme Utile
    20 mars 2019 - 7 h 33 min

    Bouteflika divorce de l’avenir du FLN, qui est désormais livré à lui-même et il lui reste une voie, celle de son euthanasie, dites-vous?.

    Si je comprends bien, cette voie de l’euthanasie, qui reste, que vous évoquez, est celle de Bouteflika ? du FLN ? ou les deux à la fois ?

    chaoui 23
    19 mars 2019 - 21 h 18 min

    Comme il est logique de le penser, le « Front de libération nationale » n’a plus rien à libérer depuis le 5 juillet 1962. Il aurait donc dû se dissoudre le lendemain de notre indépendance et laisser la place à des partis politiques idéologiques, avec lesquels l’Algérie aurait cheminé le plus politiquement possible. La non-dissolution du FLN à cette date-là, pire encore, son maintien et sa main-mise sur la politique algérienne, montrent à quel point notre pays reste soumis aux chefs militaires issus de l’ALN et de leurs (mauvais) élèves … Boumediene, Zeroual et Nezzar sont les seuls haut-gradés à avoir contribué au pays. Les autres s’en sont servi !

    Clovis
    19 mars 2019 - 20 h 59 min

    Le FLN d’apres 1962, et plus encore celui des 30 a 40 dernieres annees a trahi le peuple et les valeurs algeriennes au profit du clientelisme effrene, puis de la corruption. Certes tous au FLN n’etaient peut etre pas malhonnetes, mais ils ont ete passifs et ont laisse faire. Et pour cela ils sont aussi coupables. Le FLN a tue la democratie naissante aux premiers jours de l’independance. De ce fait il ne merite plus d’exister surtout en utilisant le nom glorieux qu’il porte. Il doit etre dissous. Mais comme le disait l’un des debatteurs, il faudrait etre vigilants et empecher que l’hydre islamiste en profite pour se faufiler et occuper le vide laisse par le FLN. Il faut pour cela que les forces democratiques issues du peuple s’organisent avec comme principes ceux edictes par le peuple lors de ses manifestations : justice sociale, democratie, lutte contre la corruption, separation de la religion et du politique….Pour cela un prealable oblige : la demission du president ou son retrait des le 18 avril, avec passage du pouvoir au president du senat comme le veut la constitution qui aura comme unique prerogative l’organisation de nouvelles elections dans les 90 jours, surveillees par un comite des sages qui en assurera la transparence. Vaste et difficile programme qu’on espere voir se realiser. Ceux qui dirigent le pays en s’abritant derrire Bouteflika et agissent en son nom auront ils le courage et la lucidite de comprendres qu’ils doivent se retirer afin d’eviter de possibles consequences desastreuses possibles pour le pays.

    Zaatar
    19 mars 2019 - 20 h 16 min

    Adieu le FLN, on t’oubliera et tout sera effacé , et tout au fond de notre coeur, ces mots seront gravés à tout jamais.
    Nous signifions toute notre rancoeur, pour dire combien on te détestait, on t’oublier à tout jamais, adieu le FLN….purée.

    6
    1
      Sam
      20 mars 2019 - 18 h 15 min

      Vous avez oublié une fois dans votre énumération, le jour où boudiaf la dis, il faut jamais l oublié jamais

    MELLO
    19 mars 2019 - 19 h 46 min

    Je rejoins et je me range du côté de BENYOUCEF MELLOUK qui a , à maintes occasions, fustigé les vrais moudjahidines à cause de leur silence et leur flagrante passivité par rapport à tout ce qui se passe dans le pays. C’est pour eux ‘ c’est une trahison d’avoir laissé cette mafia de faux FLN de vouloir s’octroyer les valeurs de Novembre 1954. Aujourd’hui , la libération nationale a échoué, il est grand temps de remettre ce FLN au musée de l’ANP , comme fut le cas pour l’ALN.

    2
    1
    Med
    19 mars 2019 - 16 h 34 min

    Il y’a une grande difference entre le FLN 54-62 et le FLN 62-2019. Le FLN 54-62 avait des hommes comme Abane, BenMhidi, Didouche, Ali la pointe, Chaabani, Boubnider et hassiba. Meme le petit Omar a donner sa vie a l’age de 13 an avec Ali la pointe. Le courrant FLN est corrompu. Il est au serviice de la mafia corrompu qui a ruiner l’Algerie. FLN de la CH^Kara. C’est grave. Boubnider a dit en 1990 mettez le FLN au musee. Il est temps de mettre le FLN 54-62 au musee et le FLN 62-2019 dans la poubelle de l’histoire.

    15
    صالح/ الجزائر
    19 mars 2019 - 15 h 30 min

    La mission du FLN , historique , synonyme de sacrifice , était finie à partir du 19 Mars 1962 .
    C’est le FLN , appareil , synonyme de deux attributions citées : lever la main et soutenir , contre de larges aumônes et subsides , pour ceux qui ont trahi la patrie , le sang des chouhada et les sacrifices des vrais moudjahidine , qui trainait la patte depuis cette date .
    le FLN , historique , comme patrimoine nationale devrait etre remis à l’histoire du pays , tandis que le FLN , appareil , devrait etre destiné à la casse .

    7
    1
    Kahina-DZ
    19 mars 2019 - 14 h 47 min

    Il faut restituer le FLN à ses propriétaires, les vrais Algériens = Peuple.
    Le FLN 2019 est une association de tubes digestifs qui a contribué à la charlatanisassions de l’Algérie.
    Le FLN-2019 es devenu le sigle de la Chitta et de la bassesse sous toutes ses formes.

    Dissoudre tous ces partis politiques qui n’ont jamais défendu le citoyen.

    18
    1
      Algerien Pur Et Dur
      19 mars 2019 - 15 h 37 min

      Vous voulez dire « Le FLN 1962-2019 est devenu le sigle de la Chitta et de la bassesse sous toutes ses formes. » La « chitta et la bassesse » ne sont pas devenus les characteristics de ce parti de predateurs seulement en 2019.

      11
      20
    Kenza
    19 mars 2019 - 13 h 58 min

    Le FLN des traitres, des faux moudjahidines, de la rente et de la chkara.. est dans le même état moribond que celui qu’ils ont choisi comme dieu tout puissant: Bouteflika.
    Et le jour où Bouteflika rendra son dernier souffle, ce FLN rendra l’âme. Au même moment où Bouteflika et son FLN seront morts et enterrés, le FLN du peuple ressuscitera et, dans un musée, continuera à vivre pour l’éternité.

    Le FLN est mort, vive le FLN !

    10
    1
    nasser
    19 mars 2019 - 13 h 35 min

    Il faudra
    – Dissoudre Tous les partis et reprendre sur de nouvelles règles!
    – Dissoudre le ministère des moudjahidine (faire une Direction du Ministère de l’intérieur)
    – Dissoudre le ministère des Relations avec le Parlement
    – Dissoudre le ministère des affaires religieuses (faire une Direction du Ministère de l’intérieur)
    – Dissoudre les « associations » parasites et opportunistes

    23
    3
      Med
      19 mars 2019 - 16 h 59 min

      Aussi dissoudre le Senat et le corrompu FCE de Haddad

      14
      1
      anonyme
      19 mars 2019 - 21 h 33 min

      On s’est inspiré de la France pour 90 % de notre droit laïc, autant continuer avec la gestion des ministères !

    Socrate
    19 mars 2019 - 12 h 56 min

    Quels sont les partis prêts à le remplacer ? Les islamistes ?? Ils se font discrets mais nul doute qu’ils sauront saisir leur chance le moment venu.

    6
    5
    Anonyme
    19 mars 2019 - 12 h 22 min

    Encore mieux si vous faites un article avec un titre Adieu bouteflika

    10
    Zombretto
    19 mars 2019 - 11 h 02 min

    Correction : le FLN n’est pas en danger de mort, il n’est pas moribond, il n’est pas mourant, il est MORT.

    18
    1
    El pueblo
    19 mars 2019 - 10 h 01 min

    Qu’on l’euthanasie au plus vite

    13
    1
    Kenza
    19 mars 2019 - 9 h 26 min

    Ils ont déjà la tête d’enterrement…

    14
    1
    Antisioniste
    19 mars 2019 - 7 h 34 min

    Depuis le 22 février jusqu’à maintenant le peuple Algérien a accompli un miracle. Il a su et pu faire ce que ni les tenants du pouvoir, ni la dite opposition, ou l’élite n’a pu faire, et c’est par les représentants de ce peuple que les partis politique et l’élite doivent apprendre et prendre l’exemple, en matérialisant sa volonté sous une forme structuré et viable pour qu’il la valide si elle lui convient.
    Nous avons moins d’un mois pour sélectionner au moins une femme et un homme représentants de chaque wilaya pour qu’ils/elles se réunissent à Alger afin de mettre au point la plateforme de la transition, dont les grandes lignes ont été déjà faites par l’ensemble du peuple Algérien. Dans l’idéal, ses représentants ne doivent pas être membre d’un quelconque parti politique, mais des citoyens reconnu dans leur wilaya pour leur intégrité, leur honnêteté, et surtout pour leur désintéressement, puisqu’ils/elles doivent savoir d’avance qu’ils/elles ne vont avoir aucun poste ou privilège, hormis l’Honneur d’avoir servi leur pays dans une phase délicate et transitoire. Leur rôle sera de réunir une liste de personnalités algérienne qui feront l’unanimité du peuple algérien, afin que ses personnalités assure la fonction d’un gouvernement transitoire avec des prérogatives limité tout comme leur mission qui débutera début mai, avec la fin du mandat de l’actuel occupant d’el Mouradia.
    Ses représentants seront les médiateurs entre le peuple et le gouvernement de la transition nécessaire. L’état actuel doit leur fournir tout le nécessaire pour qu’ils/elles accomplissent leur mission dans les meilleures conditions hébergement le/les lieux de réunions la couverture des medias etc…ils trouvent bien des budgets pour faire des carnavals et des soirées etc… sans aucun intérêt ni valeur ajouté. Alors ils doivent trouver ce qu’il faut pour que la mission de ses représentantes du peuple Algérien puisse être menée dans les meilleures conditions. Ils/elles (les représentants) doivent respecter un certain nombre de règle dont la plus importante, à mon avis, c’est la TRANSPARENCE MAX, c’est-à-dire aucune rencontre à huit clôt des réunions, ni avec qui que ce soit des tenants du pouvoir actuel, ou des partis politique, et autres, mais uniquement avec le peuple qui les a choisi. Et je crois que leur mission sera beaucoup plus dure que celle, de ceux qui auront à assumer le gouvernement de la transition, je dis ça pour que chacun en soit avisé.

    PS : je n’ai pas de compte Facebook, et je ne veux pas en avoir, alors si quelqu’un veux et peut mettre cette proposition sur ce réseaux pour qu’elle soit débattu je lui serai reconnaissant, merci d’avance.

    8
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.