Les ministres d’Ouyahia convoqués ce lundi pour la passation de consignes

ministres gouvernement Ouyahia
Que va annoncer la Présidence aux ministres d'Ouyahia ? PPAgency

Par Kamel M. – Nous apprenons de sources informées que les ministres du gouvernement Ouyahia ont été priés de rester à leur bureau ce lundi et d’«attendre les instructions». Nos sources n’ont pas précisé la nature de la décision que la présidence de la République devrait prendre, mais il paraît évident que les ministres ont été invités à se présenter pour assurer la passation de consignes.

Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, n’a pas pu constituer une nouvelle équipe, toutes les personnes contactées ayant refusé de «se mouiller avec le régime» au moment où des millions d’Algériens manifestent depuis six semaines pour le départ de toutes les figures qui incarnent le système. Seul le ministre des Affaires étrangères a été désigné pour appuyer le chef de l’exécutif dans sa mission impossible, le poste ne pouvant pas rester vacant en raison de l’impossible rupture des contacts avec les partenaires étrangers. Un gouvernement de transition de courte durée qui serait chargé d’expédier les affaires courantes est envisageable, notent toutefois nos sources.

Les événements se précipitent depuis l’appel du chef d’état-major de l’ANP à l’application de l’article 102 qui stipule la destitution du président de la République. Ahmed Gaïd-Salah a haussé le ton en accusant des «parties» qu’il n’a pas nommées de s’être réunies pour ourdir un plan contre l’institution militaire. La machine s’est, dès lors, emballée et des mesures ont été lancées contre des hommes d’affaires connus pour leur proximité avec le cercle présidentiel.

Les ministres vont-ils être invités à rentrer chez eux dans la perspective de l’annonce de la démission du président Bouteflika ? Aucune autre issue ne semble possible pour éviter que la crise politique s’enlise et que le pays bascule dans une situation hasardeuse à l’issue inconnue.

Le Conseil constitutionnel ne s’est toujours pas réuni pour constater l’empêchement plusieurs jours après l’appel de la hiérarchie militaire, signe que son président est demeuré fidèle au chef de l’Etat qui l’a désigné à la tête de cet organe juridictionnel suprême.

Le divorce entre l’armée et la Présidence étant consommé, le chef d’état-major a abattu ses cartes et attend un retour d’écho de Zérlada. Il lui parviendra peut-être ce lundi.

K. M.

Comment (18)

    Nora
    1 avril 2019 - 8 h 19 min

    Il n’y’a pas dans les rangs de l’armėe un petit groupe d’ėlite efficace et dynamique pour prendre l’initiative d’attraper la fratrie par le collet et les conduire tous, y compris le fauteuil roulant par avion vers le Sud, où ils commenceraient le travail d’intėrēt gėnėral avant leurs procès????
    Ils ont dėpassė Maddof et restent s’accrocher vaille que vaille alors que le peuple ne les mėprise!!
    Ils ont installė le cancer en 99, ils ont l’obligation de nous en dėlivrer!
    Maudit les minables qui ont introduit un virus destructeur, gaspilleur, pilleur, menteur, sans ėducation, sans ėthique ni honneur s’agrippant comme une sangsue au pouvoir et au matėriel! Un affamė !!!

    7
    2
      Khorrotov
      1 avril 2019 - 10 h 31 min

      Je tiens à vous exprimer mes remerciements autrement en vous disant que c’est très tellement bien écrit et que cela ferait certainement  » BOOooUuMmm » dans les têtes.

    Anonyme
    31 mars 2019 - 23 h 47 min

    Est-ce que quelqu’un a vu Abdelaziz Bouteflika signer quoi que ce soit concernant la nomination de ce nouveau gouvernement ?
    Parce que comme le monde entier le sait aujourd’hui, c’est encore Saïd Bouteflika qui a signé, avec la griffe de son frère Abdelaziz, le décret de ce nouveau gouvernement. Il s’agit donc d’un gouvernement illégitime et inconstitutionnel, comme d’ailleurs tous les autres depuis 2013.
    J’aurai par ailleurs une petite et dernière remarque à faire : Le vice-ministre de la Défense Nationale est, de ce fait, aussi illégitime que l’ensemble des membres de ce dit gouvernement. C’est bien étrange pour quelqu’un qui prônait, hier encore, la nécessité d’agir dans «le strict respect de la Constitution» et d’accepter aujourd’hui d’être membre d’un gouvernement inconstitutionnel !
    Bref, comme je l’avais mentionné dans mon commentaire ci-dessous, si on nous annonce la démission de A. Bouteflika au cours des prochaines heures, c’est que son clan a pu obtenir toutes les garanties qu’il voulait avoir pour se décider à quitter le pouvoir sans y laisser de plumes. Mais il nous laisse aussi une situation compliquée puisque c’est encore ce même gouvernement (officiellement constitutionnel, mais en réalité inconstitutionnel) qui va illégalement se charger de nous concocter une belle transition à l’image des Bouteflika et non à celle que réclame le peuple algérien.
    En effet, ce sera bien un certain Bédoui, un haut cadre qui a développé une compétence indéniable et inégalable dans l’organisation d’élections sur mesure et sur commande, qui sera encore une fois aux manettes pour l’élection d’un nouveau président.

    10
    bip bip et le coyote !
    31 mars 2019 - 23 h 37 min

    ils ont meme gardé le chef d état major dans ce nouveau gouvernement Bédoui en tant que vice ministre de la défense , ils sont complètement malade alors qu il s est rangé avec l ANP au coté du peuple ; pkoi la présidence l a mis dans ce nouveau gouvernement ; c clair Said et nacer les frangins pourris ne veulent rien lâcher , faudrait penser à mettre un terme a tout ca l ANP , ni 102 7 ou 8 avec eux c est des grands bandits sans foi ni loi ils respectent rien donc je vs propose chef d etta major de donner un ultimatum de 24 h pas plus à ce clan présidentiel et tt leurs sbires , maken la Franca la TouFik la general de la garde républicaine et la articles , en attendant les 24 heurs je mets mes chars mes helico de combats sur le palais présidentiel à la Allende ben oui vs méritez que ca ma bretoch tfermo et ma bretoch hachmo aywa darwak kin diro mrakoum les boutefs baz baz baz jamais vu ca meme dans les films inimaginable ce scenario ca deviens humiliant pour ce notre grande Algerie et son grd peuple et ils n ont pas cessé de nous humilier dans le monde ; donc 24 h pour quitter les lieux définitivement sinon à la Salvador Allende mais lui méritait pas c est la CIA et des gens comme ce clan qui l ont buté il été aimé par le peuple chilien pour le remplacer par un dictateur accusé de génocide Augusto Pinochet ensuite ! Heureusement que l ANP est avec le peuple sinon ils auraient pire que la Syrie ce clan mafieux , l ANP arrêtez les frères Bouteflika ceci est un ordre foug le chef d état major c est le mien hihihihi /On a dit stop aux marocains meme noter armée ils s en prennent maintenant tous ses marocains placés au sénat conseil constitutionnel et conseil de la Nation veulent etre fidèle a leur marocains ok pas de probs vs avez choisi un camp celui du Maroc je vs assure à vs tous que vs ne sortirez pas du territoire nationale algerien avant de régler vos comptes avec le peuple et l ANP , on va vous montré ce que c est de vrais algeriens et pas des naturalisé ya mralba ! AP Validez chuiya c est juste pour leur mettre la pression et y a que par les menaces et la force qui s applique avec ses gens la et on en reparlera AP vs verrez malheureusement , j aimerai me tromper mais je les connais bien y en a pas comme eux ca existe pas et meme a mafia russe et italienne rassemblées c est du pipi de chat et ne valent pas celle en Algerie ! Et Vous savez pourquoi parce que les deux premières n utilisent pas un drapeau nationale et tt ce qui va avec hé oui .

    Khorrotov
    31 mars 2019 - 23 h 01 min

    Que pourrait bien signifier qu’un président, rejeté par le peuple dans son immense majorité, mort politiquement, dans un état de santé dégradé, devant remettre les clès de la maison Algérie dans moins de 4 semaines, ose t-il nommer un nouveau gouverment? Comment comprendre que le général Gaïd Salah, qui vient de lui montrer du doigt la voie de sortie en appelant à l’application de l’article 102, en fait partie? Est-ce fait à dessein pour le livrer à la vindicte populaire? Cette grave décision ne peut être interprétée que comme un bras d’honneur fait à la face du peuple. La meilleure réponse ne peut venir que de la rue. Soyons alors encore plus nombreux ce vendredi pour dire non et exiger le départ sans condition de tout ce qui incarne ce régime, dans le calme, de manière civilisée et pacifique.

    6
    1
    ZORO
    31 mars 2019 - 22 h 28 min

    Depuis 62 c est le pouvoir qui prenait de court le peuple pour perdurer en changeant de facette jusqu a cette
    3OHDA EL KHAMSA que le peuple a vu comme 3OHDA EL KHANZA impossible a supporter;
    LE PEUPLE A DIT DEGAGER TOUS!! LE PEUPLE EST SOUVERAIN IL EXIGE EXECUTION ,APRES,
    RECLAMATION.
    SIGNEZORO….Z….

    3
    1
    Alhambra
    31 mars 2019 - 21 h 32 min

    Très heureux que Mr Lamamra quitte son poste. Depuis le début j’ai écris ici-même que ce grand monsieur n’a rien à voir avec ce clan de véreux; qu’il a toujours servi son pays avec fierté et dévouement. Il n’a ni usine, ni compagnie d’autobus ni engins de travaux publics.il n’a jamais étè un apparatchik du pouvoir; bien au contraire il fait partie de cette race d’homme dont les gouvernants se mefient . C’est un pur cadre de l’école Algeriènne qui a servi sous Bouteflika mais aussi sous Zeroual, sous Boudiaf, sous Chadli et sous Boumediène. Autrement dit il n’a servi que l’Algerie en définitive. Je reste convaincu que c’est un immense gachis que l’Algerie n’ait pas eu la chance d’être dirigée par cet homme . Je garde éspoir que dans cette grave tournure que prennent soudain les événements, la sagesse reviendra et que la rue comprenne enfin que tous ne sont pas pourris les hommes et les femmes qui ont eu à assumer de hautes fonctions au sein de l’État. Lamamra n’a absolument rien de commun avec des Ouyahya, Hadad, Ould Abas, sidi said ou zoukh. Il faut être aveugle pour ne pas le voir. Lamamra a fait partie de l’Etat mais pas du système; être diplomate c’est son metier ! Il a mis ses compétences au service de son pays lorsque l’État en a bien voulu et il s’en est allé lirsqu’on en a pas voulu. Ne soyez pas surpris de le voir un jour revenir car c’est un monsieur profondément patriote qui a son pays dans le sang. J’éspère de tout coeur que la rue l’associe au plan de sortie de crise. J’ai écouté ce matin la brillante intervention de Mr Benbitour sur les ondes de la chaine3. Voilà un autre monsieurs qui en connait un bout sur les arcanes du pouvoir sans avoir jamais fait partie du système. Il a clairement aussi mis la rue devant ses responsabilités en rappelant  » Iroho ga3″ est une absurdité. Il va falloir negocier avec sagesse et avoir l’intelligence de collaborer avec les quelques personnalités intègres comme Lamamra . Benbitour est lui aussi une personnalité incontournable dans la phase de transition.
    Je suis content de voir débarquer aux affaires étrangères un autre mastodonte de la diplomatie Algeriènne : Mr Sabri Boukadoum. Quel charisme et quelle intelligence! Un digne héritier de Mr Ramtane Lamamra. Je me permets de rêver de voir Mr Lamamra président de la prochaine République et Mr Sabri Boukadoum son ministre des affaires étrangères.

    63
    8
      Anonyme
      1 avril 2019 - 15 h 52 min

      Je crois que tu peux rêver… tant que tu veux !

    Bouzorane
    31 mars 2019 - 21 h 18 min

    Du jamais vu, des fonctionnaires obligés de devenir ministres, à qui on n’a pas laissé le choix d’accepter ou de refuser!
    Lamamra a été remplacé

    Smith
    31 mars 2019 - 21 h 09 min

    Voilà le fameux coup de sang de Gaid Salah! rien qu’un coup d’epee dans l’eau .Il rajeunisse un peu la façade pour faire bonne figure ,en maintienne certain qui n’ont pas bonne presse mais lui par contre conserve sa fonction qui ne doit être que purement honorifique .Comment voulez vous qu’il soit crédible dans la mesure où au sein même de L’ANP il ne l’est plus ?Cela laisse présager ce qu’on appelé sous HITLER « la nuit des long couteaux « 

    10
    1
    Anonyme
    31 mars 2019 - 20 h 54 min

    Le but de ce gouvernement est de lever le blocus sur les frontières afin de permettre aux Bouteflika et à leur clique les transferts de capitaux et la fuite à l’étranger. La police des frontières, les douanes et les banques doivent refuser les instructions de la nouvelle équipe gouvernemental et ce mettre en désobéissance civile.

    Mir
    31 mars 2019 - 20 h 00 min

    YoyYouYouYouuuu ! on a un nouveau gouvernement qui va durer 1 mois !!
    S’il faut une preuve de + que Boutef est atteint, la voici !
    Ils vivent sur une autre planète? ils ne savent pas que le peuple les dégage tous ??

    24
    3
      Anonyme
      31 mars 2019 - 20 h 22 min

      Il nous faudra analyser la séquence des Bouteflika dans notre histoire nationale. Ce sont clairement des personnes atteintes psychologiquement. Ils ne respectent rien, ni l’Algérie, ni son peuple, ni son histoire, ne tiennent compte ni de la dignité, ni de l’honneur, ni de la réalité. Les Bouteflika doivent dégager très vite, le peuple les vomit.

      26
      3
      hercule
      31 mars 2019 - 20 h 51 min

      Il continue à s’acharner et s’aggripper au pouvoir et j’ai l’impression qu’il ne quittera pas comme ça avec l’application d’un article x ou y. Je suis convaincu qu’il n’y a que la force qui pourra dégager un dictateur.

    Anonyme
    31 mars 2019 - 19 h 50 min

    La présidence, ou devrions nous plutôt dire les Bouteflika, vont nous dire : Puisque Bédoui a échoué (comme s’il pouvait faire autrement que d’échouer) à former un gouvernement de «compétences nationales», on va finalement continuer avec le même gouvernement de Ouyahia, toujours avec le même Bédoui à la place du dernier cité… Soit pour mener leur transition à eux, et à eux seuls, parce qu’il est plus qu’évident que le peuple algérien demeure encore, et comme il l’a toujours été, le dernier de leurs soucis, soit pour annoncer la démission de plus grand des Bouteflika… Parce qu’ils ont pu négocier et obtenir une sortie satisfaisante et avantageuse pour eux.
    À part ça, je ne vois pas d’autre possibilités qui iraient en faveur de la satisfaction des revendications, justes et légitimes, du peuple algérien.

    7
    2
    K. DZ
    31 mars 2019 - 19 h 42 min

    Un souffre douleur jusqu’au bout. Ouyahia ne pouvait même pas bouger un pdg, alors parler de ministre c’est vraiment prendre des raccourcis grotesques. Le bourrage de crâne est pire que celui des urnes. Le jour où les algériens auront le courage d’affronter les démons de leur histoire, ils ne seront plus condamnés à vivre dans une boucle sans fin. Actuellement c’est le scénario d’une transmission du « faux-témoin » qui est entrain de se jouer. Le système reste en place avec un changement de timonier, le capitaine en second prend les commandes du navire, le Cap est maintenu, le Peuple, lui, navigue à vue…quand il lui arrive de voir où à l’ouïe lorsqu’il entend un bruit.

    14
    3
      Said boutef et sa tribu sont vomis
      31 mars 2019 - 21 h 09 min

      Degagez

    L'armée les services de l'ordre avec le peuple
    31 mars 2019 - 19 h 42 min

    Les policiers les gendarmes doivent se rallier au peuple pour délogés Bouteflika et ses complices (…) arrêtons les HARKIS au pouvoir.

    19
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.