Ces indices qui présagent une inévitable démission du gouvernement Bedoui

gouv Bedoui
Vers la sortie de Noureddine Bedoui ? PPAgency

Par R. Mahmoudi – L’échec patent du gouvernement Bedoui et de ses ministres accélère sa disqualification et, au final, sa démission – ou son limogeage, la forme importe peu.

Pour sa première visite de terrain, programmée pour samedi à Béchar, le ministre de l’Intérieur, Salah-Eddine Dahmoune, a été littéralement chassé par des manifestants en furie, sans que le gouvernement y ait eu une réaction. Mieux, la Radio nationale – temple de la parole officielle s’il en est – a, dans son compte rendu de cette activité ministérielle, parlé d’un «gouvernement rejeté». Tous les autres médias apparentés au «pouvoir», ou se revendiquant des engagements du chef d’état-major de l’ANP, ne se gênent plus de vilipender le Premier ministre, en lui demandant tout simplement de «partir», comme l’exige le peuple dans la rue chaque vendredi.

Cerné de toutes parts, ce gouvernement est désormais incapable de continuer à gérer même les affaires courantes. Le nouveau ministre de l’Education nationale vient d’être boycotté par les syndicats du secteur qui étaient invités pour préparer l’épreuve du baccalauréat.

Autant d’indices qui plaident, en effet, pour une démission imminente de Noureddine Bedoui et de son gouvernement. Cela permettrait au chef d’Etat, Abdelkader Bensalah, sous l’impulsion du commandement de l’ANP, d’appeler à la mise en place d’un gouvernement de transition dans l’espoir de calmer un tant soit peu la rue et de chercher, par-là, à y associer de nouvelles figures moins impopulaires.

La tâche paraît hasardeuse mais le nouveau pouvoir n’a pas d’autre choix pour entamer le processus de transition en cours avec le moins de risques possibles. Cela pourrait être aussi le prélude au départ – revendiqué par les manifestants – d’Abdelkader Bensalah et de Tayeb Belaïz pour laisser place à une véritable transition politique.

R. M.

Comment (51)

    Syphax de Siga
    16 avril 2019 - 8 h 11 min

    La meilleure décision politique qui reste à faire pour le « gouvernement Bedoui » , (prière d’excuser cette dénomination grandiloquente) est de partir dare-dare, sans se retourner. Fissa, Fissa ! Du vent ! du vent! Sans quoi, il fait inutilement perdre du temps à tout le monde, y compris aux chauffeurs des voitures de transports des « ministres » qui doivent aller vite vite à la Place de la Grande Poste rejoindre la foule.

    Mme CH
    16 avril 2019 - 1 h 24 min

    Ces BBBB sont encore là, car ils subissent une pression terrible de la part de leur protectorat d’outre-mer..ils font de la résistance et gagnent du temps espérant trouver les solutions adéquates afin d’affaiblir et de diviser le Hirak….Il ne s’attendait pas du tout à cette révolte pacifique croyant que le peuple était out de la scène une fois pour toute….Ils n’ont pas écouté lorsqu’on avait dit dans certains de nos commentaires sur AP que les Algériens étaient imprévisibles et que tous les sondages du monde ne pourraient vous permettre de vous faire une idée précise sur les intentions et le comportement du peuple et des jeunes particulièrement….et le temps nous a donné raison….!!! Les Algériens ne sont pas comme les autres peuples, c’est une race à part, alors dégagez vous et vos gardiens du Temple, vous avez pillé assez d’argent et de ressources naturelles et humaines pour vivre longtemps…! Dégagez !!!!

    Anonyme
    15 avril 2019 - 19 h 08 min

    M. Mahmoudi toi et ton collègue Karim B vous êtes des doux rêveurs … Démission du gouvernement est une utopie. L’arrangement entre l’armée et la présidence est fait au détriment du peuple. Au contraire, ces ministres préfèrent gouverner un pays en guerre comme la Syrie que de démissionner. Allah ghaled mentalité arabe.

    Nezha
    15 avril 2019 - 15 h 16 min

    @ Vangelis
    Incroyable Vangelis, en relisant tes postes ante-le 22 février 2019 j´ai du mal à croire que c´est bien le Vangelis….

    ILS SAVENT TOUS QUE C EST FINI!!!!!
    15 avril 2019 - 13 h 54 min

    C`est comme un déménagement vous prenez toutes vos affaires d`une maison mais comme il n`y a personne encore pour vous remplacez …vous restez encore en vous assurant de ne rien oublier. Vous envisagez même de démonter les robinets et les poignées de porte pour les prendre avec vous mais vous hésitez car on peut vous poursuivre pour si peu et vous vous dites que finalement on a assez pris pour le restant de la vie de nos petits enfants et leurs descendance. Au fait où sont Saidani, Khellil, Sellal et toute l`équipe de vautours qui font tout pour se faire oublier. Ils ne doivent pas dormir les nuits à venir.

    11
    3
    Vroum Vroum ..
    15 avril 2019 - 11 h 50 min

    La sagesse et Logique veulent que Mrs Bedoui , Bensallah et Belouize démissionnent d’eux même , impliquant une refondation sans sortir du cadre legal , un Etat de droit institutionnel . .cela pour la forme et le contenu à définir .Comme on dit le Pouvoir et le Peuple sont inséparables , dont l’Anp est le lien Paternel . . Du moins concernant l’Algérie . .La Solution serait très proche , in cha Allah.. .Au moins nous en Algérie le Peuple a le Pouvoir de décision en le montrant par le soulèvement populaire pacifique , et des Dirigeants qui vont suivre le Peuple Algérien… En Irelande , Pays-Bas , France , le Pouvoir Commission européenne et leurs Vasseaux ont carrément volé le Pouvoir aux Peuples , volé leur Non aux Référendum et bientôt le Peuple majoritaire en Gb va se faire voler sa Sortie de L’UE , voler son Référendum pour la sortie… Voilà les Dictatures qui bafouent la Démocratie , nous en Algérie on est un Exemple pour ces Pays où les Peuples sont volé et spoliés de leurs Pouvoir électorale Référendum . .On peut être fiers de l’Algérie dans son ensemble Pouvoir , ANP et Peuple , on va leur prouver que l’Algérie est un Pays libre et indépendante qui respecte la volonté du Peuple . .

    6
    3
    Anonyme
    15 avril 2019 - 0 h 15 min

    il est un autre indice, révélé ce jour, qui conforte l’article: tous les ministres sont logés au Sheraton
    De plus, le sort du ministre de l’intérieur n’est pas isolé: le ministre de l’énergie 1 été empêché de sortir de l’aéroport à son arrivée à Tebessa. Quelques heures plus tard, le Walid a pu le faire sortir par la fenêtre d’un bureau de l’aéroport. Quand on sait qu’en arabe la fonction de ce ministre se dirige « وزير الطاقة » on comprend le sens symbolique de la fenêtre .

    16
    1
    anonyme
    14 avril 2019 - 23 h 05 min

    L’association Rassemblement Action et Jeunesse (RAJ) et le MDS, parti politique de la gauche algérienne, ont lancé de graves accusations à l’encontre de la Police algérienne. Dans un communiqué parvenu à notre Rédaction, RAJ a fait savoir que des militantes interpellées samdi ont été humiliées et déshabillées dans un commissariat situé à Baraki (Alger).

    « Hier lors de l’interpellation ciblée, avant le rassemblement, de les militantes du RAJ et celles du MDS au niveau de la grande poste lors de l’interdiction du rassemblement qui devait ce tenir à la grande poste, la police a procédé au commissariat de Berraki à Alger à la fouille corporelle avec déshabillement des militantes par une policière chose qui n’est pas totalement adaptée à ce genre d’interpellations », explique RAJ dans son communiqué.

    L’association a dénoncé « ses comportements d’un autres âge » et « condamne avec force ces actes qui portent atteinte à la dignité de la personne humaine ».

    Le mouvement RAJ considère enfin que « cette manière d’agir n’est que de l’intimidation et de la pression inutiles sur les militantes ne visant qu’à démobiliser et décourager les Algériennes de revendiquer leurs droits à la liberté de manifester et de rassemblement », conclut enfin ce communiqué signé par Fersaoui Abdelouhab, le président de RAJ.

    10
    2
      répression vraiment hors la loi ET disproportionnée face au pacifisme des manifestations
      15 avril 2019 - 14 h 20 min

      C’est la répression qui est vraiment hors la loi et en tout cas disproportionnée face au pacifisme des manifestations. Une enquête doit être ouverte pour cet abus de pouvoir et un châtiment exemplaire doit être prononcé si on veut éviter des dérapages graves.

      6
      3
    bozscags
    14 avril 2019 - 22 h 19 min

    il faut partir messieurs les incompetents on vous demande de degager vous n’avez honte de rien .

    15
    2
    Kenza
    14 avril 2019 - 22 h 15 min

    Le peuple a pris ses responsabilité pour sauver l’Algérie des mains du clan mafieux au pouvoir. J’ose espérer que parmi tout l’état-major de l’ANP il se trouve une majorité de généraux et d’officiers PATRIOTES , NON CORROMPUS, qui vont prendre la responsabilité de nous débarrasser de ces traîtres déterminés à aller jusqu’au bout de leur folie pour sauver leurs privilèges: Mener l’Algérie vers le chaos généralisé !

    15
    1
    Anonyme
    14 avril 2019 - 21 h 33 min

    Bedoui s’il était sage et visionnaire, devrait démissionner de lui-même. Cela sera à son avantage dans le futur. Il doit bien réfléchir car le peuple algérien ne cédera pas, il est décidé à ce que ses représentants soient à la hauteur. De plus Bedoui devrait quitter le poste avant qu’il ne commette de décisions regrettables : en effet, il donne des signes d’autocrate et ça ce n’est pas bon pour lui, c’est tout un peuple qui refuse le Bouteflikisme, pas un parti, pas des activistes. Tout un peuple.

    8
    2
    Anonimaoui
    14 avril 2019 - 20 h 50 min

    Le maintien de ce gouvernement, de Bensalah et de Belaiz répond à un impératif de focalisation de la vindicte populaire sur des revendications auxquelles le système de pouvoir réel peut répondre favorablement lorsqu’il juge le temps opportun. La phase prochaine va surprendre plus d’un parmi ceux qui appellent actuellement à une solution en dehors de la constitution.

    ZORO
    14 avril 2019 - 18 h 18 min

    Ce gouvernement et le pouvoir dont il est issu ont parfaitement conscience qu une longue durée de cette crise affaiblirait l economie du pays, devaluerait encore plus le dinars qui porterait atteinte a notre pouvoir d achat et ferait perdre a l Algerie la confiance aux yeux des etrangers. Ils savent donc qu ils nous mènent intentionnellement droit vers le gouffre et ils sen foutent eperdument pourvu qu ils présèrvent leurs immenses privileges. Nous n avons plus affaire a des serraka mais a des sanguinaires bourreaux qui en veulent a nos tetes.

    17
    4
      Zaatar
      15 avril 2019 - 12 h 44 min

      Il parait que H’mida a repris goût à la vie…

    SaidZ
    14 avril 2019 - 18 h 04 min

    La prudence est de mise. Les décideurs doivent se rendre à l’évidence et arrêtent de s’en téter car la rupture est réelle et irréversible. Il est impossible de se maintenir au pouvoir contre la volonté de peuple. Les décideurs doivent accepter leurs sorts et faciliter la transition sans grabuge ni effusion du sang.
    Qu’ils cessent de manipuler au détriment de toute une nation. Ce n’est pas une honte d’assumer son échec, La honte est de continuer à voir blanc quand le peuple voit noir. Mais, ces gens là sont nés avant la honte, malheureusement!

    15
    3
    Kouder Belala
    14 avril 2019 - 15 h 30 min

    Mes frères et sœurs les ruses employées par ce système deviennent claire en plein jour il veut faire sa MUE comme le serpent change de peau( Pour paraitre plus JEUNE). Alors la tache qui nous attend ne seras pas facile avec ces ZIGOTOS Il faut beaucoup de courage et de ténacité surtout IL NE FAUT PAS BAISSER LES BRAS. N’oublions pas Notre histoire, elle est remplis d’hommes et de femmes qui ont tout donné pour notre LIBERTER et cela veut dire qu’ils ont résister pendant 7 ans et demi contre des forces plus puissante que ces USURPATEURS QUI VEULENT GARDER LE POUVOIR COUTE QUE COUTE ALORS MES AMIS PATIENCE ET LONGUEUR DE TEMPS ILS FINIRONT PAR ABDIQUER TÔT AU TARD ALORS ENCORE PATIENCE??? BRAVO A Nos juges; ILS VIENNENT de les LÂCHÉS mais QU’EST CE QU’ILS ONT DANS LEURS TÈTES CAR ils ne se rendent pas compte que le prochain 4 Juillet notre PEUPLE REJETTERAS  » COMME D’HABITUDE » TOUJOURS COMME TOUS LES VENDREDIS « C’EST A DIRE » DEHORS ET NON PAS DANS LES BUREAUX !!!!POINT BARRE ???

    25
    5
    Samgo
    14 avril 2019 - 13 h 27 min

    Il ne démissionnera jamais de son plein gré si ce n’est le mouvement populaire qui va le déloger comme il a délogé Bouteflika avant lui.Les gouvernants Algériens ne démissionnent jamais et ne demandent jamais pardon à leur peuple pour leurs échecs, ils ont ça dans leurs gènes!!!!

    43
    3
    El pueblo
    14 avril 2019 - 12 h 37 min

    LE PEUPLE A DIT DÉGAGEZ TOUS

    41
    6
    Mir
    14 avril 2019 - 12 h 36 min

    Quand on regarde le doigt au lieu de regarder la Lune.
    Cette obsession des 3B me parait bien louche. Comme si les 3B étaient les vrais détenteurs du Pouvoir.
    Le vrai pouvoir de l’ombre a un stock inépuisable de serviteurs pour les remplacer.
    Tant qu’on s’attaque juste aux marionnettes, le système mafieux de l’ombre aura de beaux jours devant lui.

    Apres les 3B on aura les 3D ? jusqu’à quand ?

    43
    6
      rasfsandjani
      14 avril 2019 - 21 h 33 min

      c’est une analyse pertinante de la situation de crise que traverse le pays – et je dirais meme plus !

      3
      1
    Anonyme
    14 avril 2019 - 12 h 34 min

    Pire que la Corée du Nord ils ont coupé Facebook .

    24
    6
      Alge...rien
      14 avril 2019 - 18 h 08 min

      On a l’impression que ce régime est pire que le colonialisme ! fermer les autoroutes et routes pour entraver la volonté de tout le peuple de s’exprimer, jeter des gaz lacrymogènes sur des familles ! plus on avance dans nos revendications et plus on decouvre ce systeme ,sont-ils algériens ces prédateurs du pouvoir ?

      22
      5
        DÉGAGEONS TOUS LES TRAÎTRES !
        14 avril 2019 - 23 h 15 min

        Une militante de RAJ a témoigné par téléphone sur El Magharibia que des policiers sont venus interpeller des militants. Comme les policiers ont interpellé les garçons en les frappant, les filles sont intervenues et ont aussi été embarquées. Après leur avoir confisqué leur telephone et ne leur donnant aucune possibilité de contacter leurs familles, une femme en civile les a emmener dans une pièce et leur a demandé de se dévêtir. Pour la militante c’était juste une façon de les humilier. La TORTIONNAIRE ne les a laissé quitter la salle qu’une fois que les filles ont complètement ôté leurs vêtements!
        Ensuite, les tortionnaires ont pris les empreintes des militantes avant de les laisser partir…
        Si ça ce n’est pas une forme de torture, je ne sais pas ce que c’est….où est le droit ? où est la justice ?

        10
        3
      SaidZ
      14 avril 2019 - 19 h 21 min

      pour information, facebook a eu une panne générale aujourd’hui, même ici en amérique. service réatabli en pm.
      mais bref, ils sont capables de le faire pareil.

    Zombretto
    14 avril 2019 - 12 h 27 min

    Comparons ce qui se passe en ce moment à un match de boxe. Le champion en titre était Le Pouvoir, le challenger Le Peuple. Le Pouvoir était champion et invaincu depuis si longtemps qu’il a fini par ne plus avoir aucun souci de perdre un match. Le 22 fevrier, Le Pouvoir est monté sur le ring, comme d’habitude avec une arrogance et un mépris total pour son adversaire. Il pensait que c’était juste une formalité, comme tous les matches passés. Il sous-estimait tellement son adversaire qu’il n’a pas vu venir l’uppercut sensationnel qui l’a mis par terre. Normalement, un boxeur professionnel ne reçoit jamais un coup direct en pleine gueule. Il amortit toujours les coups dans une certaine mesure. Mais là, ce 22 fevrier, c’était une patate en pleine poire qu’il a encaissée alors qu’il ne s’y attendait pas du tout. Il n’a pas encore été mis KO et l’arbitre ne veut pas arrêter le match et déclarer le KO technique, mais il est tout ensanglanté et cabossé, et ce n’est plus qu’une question de temps. Son arrogance lui fait croire qu’il a quand-même des chances de gagner. Il donne des coups bas, s’accroche à son adversaire et espère que l’arbitre l’aidera à s’en sortir parce que l’arbitre est de son côté, et l’arbitre fait tout pour l’aider, mais Le Pouvoir est simplement trop mal en point.
    Ça fait maintenant huit rounds que le match dure et le pronostic n’est pas bon pour Le Pouvoir. La seule question est si Le Pouvoir sortira sur un brancard après avoir subi un KO retentissant ou une défaite aux points. A sa place beaucoup de professionnels se rendraient à l’évidence et jetteraient l’éponge, mais lui il est trop sonné pour voir les choses clairement.

    24
    3
    karimdz
    14 avril 2019 - 11 h 37 min

    Le gouvernement Bedoui est éphémère, pour ne pas dire symbolique, car il faut malgré tout qu’il y ait un gouvernement pour la forme.

    Sur le fond, ce gouvernement n est appelé à ne rien décider ou faire de sensationnel. Donc qu’elle que soit sa durée, demain ou jusqu’au 4 juillet, il démissionnera.

    14
    12
    Lghoul
    14 avril 2019 - 11 h 34 min

    Ils doivent savoir que l’Algerie n’est pas un royaume. Donc les masses militaires et policieres ne sont pas des proprietes privees dont la tache est de proteger des individus ou des groupes quand 40 millions montrent leur rejet de ces individus et de ces groupes. En tunisie le chef des armees a rejoint le peuple. Que ces gens sachent que l’ANP, la gendarmerie et la police ne resteront pas neutres s’ils voient que le peuple dont ils sont tous issus est ignore et meprise. Seulement la mentalite khoroto ne comprend que quand il est trop tard. Ils doivent comprendre que ce quI se passe cette fois est different de ce qui s’est passe deja et que plus ils persistent, plus leur gouffre sera profond.

    17
    6
    Vangelis
    14 avril 2019 - 11 h 19 min

    En cette période où il y a un président par intérim, le limogeage du premier ministre est impossible de par la constitution.

    Le diable fakhamatouhoum qui adore l’Algérie à laissé derrière lui des pièges issus de la constitution qu’il a façonné à sa personne.

    Seule la démission du trio B est appropriée car ils sont  » indégommables « .

    Il est quand inimaginable qu’un gouvernement et des figures du système, si décriés par tous les algériens, s’imposent de la sorte sans aucune dignité surtout qu’ils n’ont aucun pouvoir autre que celui d’expédier les affaires courantes en attendant l’élection d’un nouveau président, élection qui, dans les conditions actuelles, sera vouée à l’échec en raison de l’abstention des citoyens à une quelconque mascarade afin de maintenir des individus pestiférés.

    19
    3
    Yacine
    14 avril 2019 - 11 h 17 min

    Oui , il faut un président ou une instance présidentielle plébiscitée par le peuple !
    Il faut aussi un gouvernement de transition neutre accepté par le peuple et formé de personnalités nationales propres , intègres et honnêtes .Et ces personnalités , l’Algérie peut en offrir par centaines , voire par milliers !
    Il faut aussi aller vers UNE COMMISSION NATIONALE INDEPENDANTE D’ORGANISATION , DE GESTION ET DE SURVEILLANCE DES ELECTIONS .
    C’est avec ces institutions nouvelles que le peuple pourra exprimer totalement et complètement sa souveraineté , pour aller vers une nouvelle Algérie , celle de la primauté du politique sur le militaire , celle de toutes les liberté individuelles et collectives , celle de la justice et de la dignité pour tous les algériens , y compris ceux qui ont détourné la volonté du peuple et l’ont déviée de sons cours historique , consacrée lors du congrès de la Soummam en Août 1956 sous l’impulsion des grands guides de la révolution qu’étaient Abane et Ben M’hidi qui doivent dormir du sommeil du juste en entendant les clameurs et les cris de leur peuple qui les réhabilite , et réhabilite leur oeuvre grandiose !
    Une Algèrie pour tous , où chaque Algérien trouvera sa place d’où aucun ne sera écarté , marginalisé , humilié ou frappé d’indignité , pour quelque raison que ce soit !
    C’est comme cela que nous retrouverons notre fierté d’être ce que nous sommes dans toutes nos richesses et nos diversités , unis , complémentaires , et solidaires pour aller toujours de l’avant dans le meilleur , comme dans le pire .

    14
    2
    dal G ri
    14 avril 2019 - 10 h 35 min

    NOUS ON TE DIT HAUT ET FORT ENSEMBLE BON DÉBARRAS ,,TU LAISSE LES CLÉS ET LA CAISSE AVANT DE PARTIR
    ,, tu rend le logement les véhicules de fonction et bien sur, tout ce que tu a directement ou indirectement volé, détourne ou escroqué,
    Tu te met a genou et tu demande pardon pour tout le mal que tu a fait, et bon vent,,,,, en enfer

    30
    2
    Bouzorane
    14 avril 2019 - 10 h 33 min

    Gaid Salah ne lui reste qu’une seule carte à jouer : l’abnégation.
    Ce qui est attendu de Gaid Salah :
    – Dégager Bensalah
    – Accompagner la constitution d’une présidence collégiale agréée par le peuple, avec loyauté et bonne foi
    – Cette instance présidentielle aura un pouvoir de légiférer. Sa première mesure sera d’envoyer Gaid Salah à la retraite et la nomination d’un nouveau chef d’état major : Nationaliste, compétent, âge de moins de 60 ans.
    Gaid Salah doit coopérer tout en sachant qu’il sera écarté. Il faut qu’il dépasse sa propre personne et œuvre pour les seuls intérêts de l’Algérie.
    Il n’est pas encore trop tard. Tout est question d’intention (niya).
    Les mauvaises intentions peuvent être corrigées.
    Gaid Salah peut encore corriger ses intentions et se racheter devant le peuple Algérien et devant Dieu

    26
    7
    Kenza
    14 avril 2019 - 10 h 03 min

    Il se donnent le temps de négocier leur départ afin se s’assurer de ne pas être poursuivis par la justice une fois que le peuple aura repris sa totale souveraineté et les aura dégagés tous… ils se donnent le temps de racler les fonds de tiroirs et faire leurs valises pour aller rejoindre la famille déjà installée en France, en GB, en Suisse, aux Emirats Arabes Unis….

    27
    4
    saad odhar
    14 avril 2019 - 10 h 01 min

    un dirigeant arabe qui demissionne sans un coup de pied ? ahahahahah!! khlik men les histoires n’ta3ek.
    El Bellouh thani demissionna !
    haou b’3ath son larbin Abbes pour lui recuperer le FLN et l’utiliser contre Gaid salah.

    11
    4
    Anonyme
    14 avril 2019 - 9 h 55 min

    on fait semblant d’être légaliste et de respecter la constitution sauf que celle ci a été taillée sur mesure par des malfrats pour la perpétuation du syndicat du crime et du « nahb ».
    Les 2 chambres , le conseil constitutionnel , le conseil de la nation , je parle de leurs membres, semblent tout droit sorti d’un congrès de la mafia, syndicat du crime style Lucky Luciano a ceci près que les membres de la mafia sont des durs à cuire alors que nos zozos sont des poules pouillées et des chiffes molles à l’instar de bédouin, bensalah et bêlais.
    Le seul qui aurait sa place chez les mafiosi c’est ce magnifique Saidani alias scarface!

    28
    3
    Une hypothèse
    14 avril 2019 - 9 h 37 min

    S’ils restent tous accrochés comme des sangsues aux pouvoirs malgré le mépris du peuple.
    C’est que des ordres venant d’ailleurs leurs enjoint de le faire si non ils seront grillées sur plusieurs aspects.
    La peur les contraint de rester malgré eux.

    27
    2
      Anonyme
      14 avril 2019 - 17 h 46 min

      @ Une hypothèse
      14 avril 2019 – 9 h 37 min
      Tout a fait ,,,ils sont les otages de ceux qui ont gonfler leurs comptes en banque a l etranger…
      on connait tres bien les methodes des Emirs du Golfe …Le president Emile Lahoud du Liban a declare dans une video sur Youtube ces methodes ils sont venus le voir avec des valises pleines de quelques millions de dollars pour le corrompre et les a renvoyes avec leurs valises et leurs a dit nous avons une banque centrale allez la voir si vous voulez aider le Liban..

    Anonyme
    14 avril 2019 - 8 h 59 min

    on ne comprend pas pourquoi le pouvoir continue de résister alors qu’il sait qu’il a perdu la bataille et qu’il doit hisser le drapeau blanc, à moins qu’il soit tellement formaté par le peu d’estime qu’il a pour la population…. Il pense qu’en malmenant les oligarchies et les ennemis du clan de gaid saleh, il calmera les revendications populaires, alors qu’il semble bien qu’il a épargné le clan présidentiel qui n’a pas été du tout inquiété alors qu’il est la « tète de la fitna » de notre pays….Maintenant que les magistrats ont décidé de ne pas cautionner les élections que reste-il au pouvoir? Rien, ni élections possibles ni besoin de l’expertise d’un bedoui pour frauder et installer le président des services ou de l’armée, ni rien d’autre que de capituler…..Hors ça il faudra alors sortir les blindés et « éradiquer » tout le peuple qui sortira le vendredi saint ……

    21
    4
    صالح/ الجزائر
    14 avril 2019 - 8 h 37 min

    Mr.Bedoui doit avoir un minimum de dignité.
    S’il pense toujours servir ses maîtres, les éléments les plus en vue de la bande sont tombés et ne reviendront jamais, mais s’il pense servir le peuple , qu’il a tant méprisé pendant des années, celui-ci est en révolte car il ne veut plus et il ne supporte plus ni vous ni vos autres camarades de la mangeoire , qu’ils soient civils ou militaires .
    Partez ! . Ali el goudron vous attend avec impatience .
    Avez-vous perdu même les nez? .

    28
    3
      BOUBKER
      14 avril 2019 - 10 h 39 min

      Khouya!! chez les politiques quels qu’ils soient et où qu’ils soient (exception faite de quelques figures emblématiques de chez nous »Président BOUDHIAF » et ailleurs) la notion de dignité respect probité vertus(par opposition au vice) humilité altruisme et autant de valeurs morales , n’existent pas…C’est pour vous que chez nous en Algérie le sacrifice des CHOUHADAS reste le seul acte FONDATEUR qui par la suite et nous le savons TOUS; la 5 ieme colonne composite de DAF, armée des frontière … a fait CAPOTER cet ÉLAN libérateur d’un peuple qui sans lui RIEN n’aurait été possible…Mais le 22 février is and will be the ALGERIAN independence DAY…!

      6
      2
    Pr Nadji Khaoua
    14 avril 2019 - 8 h 33 min

    Toute tergiversation, tout attentisme, toute combinaison intéressée, ménageant les sacro-saints «équilibrés», marque de fabrique d’un pouvoir seulement intéressé, comme toujours, par, non pas les intérêts nationaux, mais les prébendes illégales amassees au fil des régimes et des années par tous ses membres, ne feront d’approfondir la crise systémique du pays et la défiance profonde, irrémédiable, des citoyens toutes conditions confondues, envers ceux qui décident, en apparence et de manière cachée.
    Un indice qui confirme cela est depuis le début des manifestations populaires, aujourd’hui visible par tous et ne trompe pas: celui du tarissement des cohortes de migrants informels, les dits «haraga».
    La majorité d’entre ces candidats potentiels à la migration informelle (harga), reprennent confiance en un espoir dans l’amélioration de leurs conditions dans leur pays, à une seule condition indiscutable: TROUHOU GAA, vous partez tous.
    Laissez, s’ils vous restent quelques relents d’attachement à ce pays, sa population qui vous rejettent tous, l’opportunité, a travers la mise en place d’une assemblée constituante, de définir elle même le système politique qu’elle veut, avec les femmes et les hommes qu’elle choisit, pas vous, aucun de vous.
    Sinon, chaque jour qui passe, votre attentisme, vos calculs pour préserver vos intérêts à travers la préservation de votre
    pouvoir, precitera la destruction de notre pays.
    L’histoire vous en tiendra responsable, individuellement et collectivement, jusqu’à la fin des temps.
    Vous vous êtes repus, vous vous êtes goinfrer jusqu’à n’en plus finir, d’accaparements privés des ressources publics, de capitaux volés par milliards à l’État, dans rendre compte, sans justice indépendante pour vous juger, vos biens sont aujourd’hui sans limites à travers vos entreprises fantoches en Algérie, vos comptes bancaires sous des noms anonymes partout dans le monde, vos acquisitions immobilières somptuaires dans les cinq continents, que voulez vous de plus ? Vous ne vous rassasiez jamais de tondre jusqu’aux os cet agneau sans berger qui s’appelle «Algérie» ?

    Pr Nadji Khaoua

    19
    5
    Anonyme
    14 avril 2019 - 8 h 24 min

    Vous nous avez raconté cette histoire il y déjà quelques semaines. Mazale el-machwar touil. Mais IROUHOU GAAAA.

    24
    1
    Kenza
    14 avril 2019 - 8 h 04 min

    S’ils pouvaient faire un départ groupé, Gaïd Salah + Ben Saleh + Belaïz + Bedoui et tout son gouvernement, ça nous ferait gagné du temps.
    Gaïd Saleh dans sa tentative de sauver le système en impliquant toute l’armée, est entrain de devenir le problème au lieu d’être la solution. En plus d’opposer notre armée contre la volonté du peuple, il expose notre ANP directement face à nos ennemis de l’extérieur qui pensent pouvoir arriver à déstabiliser l’Algérie en déstabilisant d’abord son armée populaire qui est la garante de la stabilité et la sécurité du pays.

    L’ANP et le peuple doivent rester plus que jamais unis pour sortir de la crise intérieure et sauver l’Algérie des tentatives de déstabilisation de l’extérieur.

    42
    4
    Mokrane DJOUADI
    14 avril 2019 - 8 h 03 min

    Ladite démission, si elle intervient réellement, permettrait d’éviter le ridicule de vouloir maintenir un gouvernement qui ne serait pas en mesure de gouverner. Des Ministres, pour la plus part sans une véritable expérience, qui seront confrontés dans l’exercice de leur mission à l’ire de la quasi majorité de la population qui n’est pas prête à les accepter.
    Après l’épisode d’un Président handicapé et inapte pour pouvoir assurer ses missions constitutionnelles mais que l’on a voulu maintenir au pouvoir à tous prix: un chef d’Etat qui n’était pas en mesure de recevoir ou de se déplacer à l’étranger pour remplir ses missions protocolaires ou de négociations.
    De cet état de fait, notre pays, est devenu, durant une longue période, la risée du monde entier.
    Heureusement que les manifestations millionnaires, composées, notamment, de jeunes, ont revigoré la réputation et le prestige de notre pays à travers le monde.
    « Les décideurs » devraient s’orienter en urgence vers le dialogue et prendre des mesures fortes pour apaiser la situation.

    Fils aîné du Commandant de ALN, tombé au Champs de l’Honneur en 1957.

    27
    2
    Anonyme
    14 avril 2019 - 7 h 59 min

    ILS SERONT BANNIS LÀ OÙ ILS IRONT

    21
    2
    Top 16
    14 avril 2019 - 7 h 49 min

    Un gouvernement de commis et de corrompus dirigé par un traître professionnel Said et sa famille, si Bedoui .. aurait démissionner dès sa nomination, ainsi Bensalah et Belaiz

    25
    2
    A3ZRINE
    14 avril 2019 - 7 h 32 min

    ATNAHAW GA3 !!!

    22
    9
      Vangelis
      14 avril 2019 - 11 h 11 min

      J’ai toujours été en colère contre ceux et celles qui notent négativement une évidence, comme la vôtre.

      Comme quoi, au sein même des algériens lambda, il y a encore des lécheurs de bottes et qui sont heureux de leur misérable condition.

      L’histoire de l’Algérie est bourrée de faits dus aux harkis. Ils sont encore présents parmi nous.

      La mauvaise graine est dure à éradiquer.

      9
      2
    Anonyme
    14 avril 2019 - 7 h 29 min

    Vive Algérie.

    24
    1
    Anonyme
    14 avril 2019 - 7 h 17 min

    c’est vrai , mais vous avez oublié Monsieur Gaymard de dire que c’est sous votre bénédiction que ces fantoches ont mal gouverné depuis 1962 . vous les FRANSMACONNIQUES ca ne vous arrange pas une vraie démocratie sociale en Algérie , raison pour laquelle , vous leur offrez les recettes et la protection pour ruiner leur pays .
    ces fantoches qui ont gouverné l’Algérie achètent des biens et des maisons en France ; pour s’y installer avec leur enfants , si on fait une enquête , on trouve que la majorité de ces gouvernants et ex ministres ont des biens en France et ca vous arrange Monsieur Gaymard .
    donc de grâce, on a pas besoin de vos leçons parce que vous êtes mal placés .

    13
    1
      Massinissa
      14 avril 2019 - 8 h 02 min

      Messieurs de A P , c’est moi le commentateur « Massinissa» qui a envoyé ce commentaire ci-dessous et non pas le commentateur «Anonyme» , merci de rectifier ,
      c’est vrai , mais vous avez oublié Monsieur Gaymard de dire que c’est sous votre bénédiction que ces fantoches ont mal gouverné depuis 1962 . vous les FRANSMACONNIQUES ca ne vous arrange pas une vraie démocratie sociale en Algérie , raison pour laquelle , vous leur offrez les recettes et la protection pour ruiner leur pays .
      ces fantoches qui ont gouverné l’Algérie achètent des biens et des maisons en France ; pour s’y installer avec leur enfants , si on fait une enquête , on trouve que la majorité de ces gouvernants et ex ministres ont des biens en France et ca vous arrange Monsieur Gaymard .
      donc de grâce, on a pas besoin de vos leçons parce que vous êtes mal placés

      9
      4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.