L’auteur du livre sur le patron de Cevital révèle l’autre facette d’Issad Rebrab

Rebrab
Issad Rebrab. PPAgency

Par Houari A. – Taïeb Hafsi a décrit le magnat de l’agroalimentaire algérien, aujourd’hui emprisonné dans le cadre des dossiers de prévarication et de corruption ouverts par la justice, dans une longue tribune publiée dans Liberté, journal appartenant à Issad Rebrab, comme n’étant pas «très porté sur les manifestations visibles de la richesse».

«Il se comporte de manière simple, en utilisant une voiture qui est à la portée d’un cadre moyen, avec un chauffeur les jours de semaine. Il conduit lui-même en période de vacances ou de repos. Ensuite, il travaille constamment de 8h du matin à 20h le soir, avec peu de temps pour dépenser ou profiter de son argent», confie Taïeb Hafsi.

Le richissime homme d’affaires vivait humblement au point d’être perçu comme un «avare», révèle l’enseignant universitaire algérien installé au Québec.

«Issad Rebrab a été capable de financer ses opérations surtout parce qu’il a réinvesti l’intégralité de ses profits, année après année (…). Sur 100 DA de valeur créée (100%), Cevital payait 60 DA en impôts et taxes (60%), 39 DA étaient réinvestis (39%) et seulement 1% était distribué aux actionnaires. A cette même époque, les enfants Rebrab se plaignaient à leur père qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour faire face à leurs besoins et ceux de leurs familles», indique Taïeb Hafsi.

L’auteur du livre éponyme sur le patron de Cevital affirme qu’Issad Rebrab a toujours interdit que soient versés des pots-de-vin pour obtenir des facilitations ou autres avantages. «A l’une de mes questions ouvertes sur la corruption, il répondit : Si Hafsi, je le dis devant vous à mes cadres et à mes enfants, celui qui paye le moindre dinar à un officiel ne fait plus partie de cette entreprise !», rapporte le chercheur en management qui affirme l’avoir rencontré pour la première fois en 2007 alors qu’il n’avait jamais entendu parler de lui auparavant.

Taïeb Hafsi, qui précise que c’est à sa propre initiative qu’il a écrit le livre sur Issad Rebrab qui n’en a pas fait la demande, regrette que «population et élites confondent les entrepreneurs-créateurs nécessaires au bien-être et à l’avenir économique de l’Algérie avec des personnages aux valeurs douteuses, dont les pouvoirs économiques ont été le fruit d’une association illégale, voire criminelle, avec des barons du régime précédent». Son article paru dans Liberté se veut «un argument de clarification en la matière».

H. A.

Comment (198)

    Une fable du terroir
    3 mai 2019 - 2 h 44 min

    Un jour j’ai volé un mouton à un voisin . Avec mes enfants nous nous sommes délectés : melfouf, bouzelouf, m’hamar, côtelettes, gigot rôti, m’faouar,, pendant plusieurs jours nous nous sommes gavés de plats que ma femme devenue cordon bleu nous concoctait et où la viande de mouton était reine.
    Après le mouton ce fut la période des… vaches maigres: pâtes, macaroni, lentilles, berkoukess étaient le lot quotidien, le frites-omelette était un luxe.
    Mais le goût du mouton du voisin persistait dans nos mémoires. Dans remords. Mais un jour je participais à une émission radio animée par un imam très cool. Je composé le numéro de la chaîne et je suis sur l’antenne. Surprise ne trouve rien à demander quand l’imam m’encourage et me mets à l’aide. Je lui raconte l’histoire du mouton du voisin, des ripailles gargantuesques. L’imam énervé, me demande sechement’ « quelle est votre question ».
    Alors sans hésiter, je lui demande si الصلاة فوق الهيدو رة، était خلال.
    L’imam fut sauvé avant sa réponse par l’interruption de la communication.
    M. Hafsi imam au Canada, aurait répondu OUI.

    Mme CH
    3 mai 2019 - 0 h 53 min

    Hé bien, M.Hafsi je crois que votre article est trop superficielle….il faut toujours piocher dans le fond pour trouver les trésors cachés..à moins qu’on veuille qu’ils restent loin du champ de vision…..!! Avez-vous des renseignements sur le fer irradié importé d’Ukraine via l’Italie…?? Qui lui a donné tous les crédits pour monter ses affaires (évasions fiscales/surfacturation…etc)…lui qui est issu de l’école normale d’enseignement professionnel et était un simple enseignant de comptabilité…..! A-t-il remboursé tout l’argent qu’il a eu durant la décennie noire alors que des algériens mourraient et d’autres ont été mis au chômage ou en prison par ses potes……??? Qui lui a permis d’avoir le monopole sur certains produits…??? Qui le couvrait et pourquoi….????

    « ………………………si le groupe Cevital, créé officiellement en 1998 est devenu ce qu’il est aujourd’hui, c’est parce que son patron a bénéficié pendant très longtemps de monopoles sur les importations de produits de grande consommation. D’abord le rond à béton, puis le sucre et l’huile. C’est cette activité d’import-export qui a d’ailleurs alimenté ce compte suisse d’Issad Rebrab, mis au jour dans les « Panama papers ». L’argent provisionnant ce compte proviendrait de l’importation de ronds à béton d’Italie et de l’exportation de ronds à béton de l’usine de Metal Sider vers le Maroc et de déchets ferreux vers la Russie.
    C’est aussi ce flux d’argent qui a permis à Issad Rebrab de se lancer dans l’agroalimentaire en France (Délice Mondial et Isla Mondial) où il s’est installé après le sabotage de l’usine de Metal Sider d’Ouled Moussa par un groupe armé au milieu des années 1990. Et de financer les importations du sucre à son retour en Algérie trois ans plus tard, en 1993.
    En 1991, la SACE, organisme italien de couverture des exportations, a mis à la disposition de l’Algérie une ligne de crédit de 300 millions de dollars pour l’exportation de rond à béton italien vers l’Algérie, que le gouvernement Hamrouche avait répartis sur cinq banques. Metal Sider a obtenu à elle seule deux quotas pour 100 millions de dollars. Les trois autres quotas ont bénéficié aux entreprises publiques SNS (60 millions) et Cosider ainsi que le privé Koninef.

    Une polémique avait éclaté à l’époque, lorsque les responsables de la SNS avaient accusé M. Rebrab, qui achetait moins cher par le biais d’un trader algérien installé en Italie dont la société s’appelle Prodeco, d’importer en fait de l’acier ukrainien irradié transitant par la Péninsule. Parallèlement, Metal Sider a réalisé quelques opérations d’exportation de rond à béton vers Sonasid au Maroc, en 1993.
    Les opérations de commerce extérieur de M. Rebrab ne se limitaient néanmoins pas au rond à béton à cette époque-là. Au prétexte de les transformer en rond à béton, il achetait d’importantes quantités de déchets ferreux. Puisque les quantités drainées dépassaient les capacités de l’usine, une bonne partie de ces déchets était exportée, malgré l’arrêté interministériel du 24 mars 1992, interdisant l’exportation de déchets ferreux et non ferreux.

    Issad Rebrab s’est retrouvé en situation de monopole, aussi bien pour la récupération de ces déchets que pour leur exportation, car il bénéficiait d’une dérogation. L’arrêté a été abrogé début 1994. Entre-temps, Issad Rebrab a eu le temps de décoller, et même de gêner ceux qui, au sein du pouvoir, lui ont donné d’indispensables coups de pouce….. » (le Monde, Algérie: les dessous de l’ascension fulgurante de l’industriel Issad Rebrab.La première fortune du pays a disposé d’un compte offshore au début des années 1990, à l’époque où la loi algérienne l’interdisait, 26 juillet 2016).

      Zaatar
      3 mai 2019 - 8 h 31 min

      @Mme CH,
      On admettra sans coup férir que pour devenir un grand industriel et amasser de grosses fortunes il faut un coup de pouce. Est ce que cela est suffisant? Je ne le pense pas, car derrière il faut aussi un coup de génie, disons un savoir faire. Après il faut s’entretenir, pour fructifier dans l’économie capitaliste tous ses avoirs dans un environnement très dur et sans pitié. Si Rebrab a réussi, pensez vous que ce soit seul par la grâce de ses soutiens politiques et militaires de l’époque? Pourquoi alors les autres n’auront pas réussi comme lui et il devait certainement y en avoir qui avaient meilleur soutien que lui. Enfin, et puisque ce sont tous des voleurs d’après vous, comment se fait il alors que Rebrab parmi tous les autres voleurs (grosses fortunes algériennes et autre industries) c’est le seul pour qui des milliers de gens sortent dans la rue défendre sa cause en ce moment? Cela ne vous interpelle pas bien sûr. Vous ne voyez en Rebrab qu’un vulgaire malfrats évidemment. C’est une des raisons chez nous qui a fait que notre pays n’a jamais décollé et n’a jamais pu développer son économie.

        Mme CH
        4 mai 2019 - 0 h 27 min

        Ok, cher Zaatar, je dois comprendre que ce qui est Haram pour les autres est Halal ou doit être Halal pour M. Rebrab……???? Au moment où une chasse aux corrompus a été lancée, certains disent qu’il ne faut pas toucher à Rabrab…Pourquoi…??? On a tout compris, même si le bonhomme n’est pas totalement clean…!!
        Drôle de monde, à certains on cherche des poux et à d’autres on les enlève…..!!!

        « Vous ne pouvez pas défendre l’indéfendable – tout ce que vous dites semble égoïste et hypocrite.  »

         » On peut juger une cause en regardant quels hommes la défendent. « 

      mimouna
      3 mai 2019 - 9 h 15 min

      « Tout ce qui est excessif est insignifiant » Talleyrand.
      L’article est selon vous superficielle, mais votre diarrhée « verbale » est plus qu’indigeste, truffée d’approximations et de contre-vérités. Vous reprochez quoi au juste à M Rebrab, d’avoir agit en homme d’affaires, d’exporter des déchets ferreux qui souvent sont stockés des dizaines d’années sur des terrains vagues et non valorisés, d’avoir racheté une charcuterie artisanale, qu’il a transformé en charcuterie industrielle, en somme vous lui reprochez d’avoir su tiré profit d’opportunités pour asseoir sa réussite, ce qui est le propre d’un businessman. Vous reprochez à M Rebrab d’importer du rond à Béton d’Italie qu’il réexporte vers le Maroc, mais c’est une opération bénéfique et pour M rebrab et pour l’économie Algérienne, dans la mesure où la VA, permet de faire rentrer des devises au pays. Par contre vous ajouter un mensonge, en parlant de rond à béton irradié, et de PDG de la SNS, en 1993. La SNS a été restructuré et dissoute au début des années 1980, par le président Chadli, donc, il ne peut y avoir de PDG de SNS pour faire la « polémique » en 1993.
      Il y’a eu effectivement du rond à béton irradié importé d’UKRAINE, via une société écran, installée en Autriche et non en Italie, et ce n’était pas M Rebrab qui était à l’origine de cette opération qui s’est déroulée à partir de 1996. Pour écouler ce produit, plus cher que le rond à béton produit localement par SIder, ceux qui l’ont importé, dont je ne citerai pas les noms, sinon ma réponse ne sera pas publiée, ont instruit M Ouyahia, premier ministre pour décapiter Sider, c’est à ce moment qu’a été lancée une accusation injuste, contre le DG de sider et une dizaine de ses cadres qui ont été emprisonnés plusieurs années. Ouyahia porte la plus grande responsabilité dans cette affaire de destruction d’EL Hadjar, pour permettre à certains de s’enrichir et M Rebrab n’était déjà plus dans le rond à béton dans ces années. Concernant les « Panama pepers, je vous renvois à la vidéo you tube  » la moustache qui fait trembler la république » du 30 mars 2019, où Edwy Plenel de Médiapart, reconnait de lui même, qu’il s’est fait largement manipulé dans ces pseudos révélations. Pour équilibrer un peu, j’espère que ma réponse sera publiée.

      Anonyme
      3 mai 2019 - 13 h 35 min

      Dans d’autres pays, surtout, développés, pour éviter que des employés ou des ouvriers- dont les entreprises ou activités se trouvent en difficultés de fermeture ou de délocalisation- se retrouvent dans la rue ou en chômage, les autorités compétentes des pays en question entreprennent tout ce qui est du domaine du possible pour trouver, rapidement, un autre repreneur ou investisseurs aux fins de résoudre la situation et de redonner du sourire et de la joie aux nombreuses familles qui pourraient en être impactées.
      Chez nous, nous avons tendance beaucoup plus à vouloir gêner ou se débarrasser des hommes d’affaires ou industriels qui réussissent ou qui ont réussi, à l’instar de Issad Rebrab, entre autres.
      Pour s’en débarrasser on utilise tous les moyens, notamment, en cherchant des poux sur leur tète.

    Rayah
    2 mai 2019 - 23 h 13 min

    Rebrab a beneficie du support de son Rab El Djazair, son chikour, son parrain qui lui a assure le monopole. Rebrab a ete cite dans les ‘ Panama Papers ‘, mais notre presse sous pression du meme parrain a ete forcee d’etouffer l’affaire. El Harrach est la seule place qui convient a cet escroc. Il peut courir mais la justice finira par avoir le dernier mot et permettra au peuple algerien de voir ce criminel pourrir en prison.

      Zaatar
      3 mai 2019 - 14 h 37 min

      Je te parie ta fortune contre la mienne qu’il en sortira indemne, mieux avec les excuses de la justice et les applaudissements du peuple. Chiche, Rdv dans quelques semaines.

      Anonyme
      3 mai 2019 - 23 h 22 min

      (…).Tu parles dans le vide car tu n’es au courant de rien du tout.Tu ne fais qu’accuser et sans aucune preuve.Je suis sûr que Rebrab finira pas par sortir de la prison. Bientôt nous saurons aussi qui serait derrière ce règlement de compte.Tu sais Rebrab n’a jamais été du coté du clan de Bouteflika et ni des militaires, qui eux avaient toujours soutenu Bouteflika pour être élu président quatre fois consécutifs. Ce monsieur a su toujours garder ses distances avec tout le monde.

    Mokrane DJOUADI
    2 mai 2019 - 23 h 02 min

    Le moins que l’on puisse dire est que Monsieur Rebrab apparaît comme étant un homme d’affaire utile à plus d’un titre. Il suffira pour se rendre compte de s’arrêter un instant et analyser les nombreux témoignages, notamment de la part des milliers de ses employés, auxquels il a offert du travail; c’est à dire un moyen de subsistance et de survie à des milliers de familles algériennes.
    Bien entendu, il ne s’agit pas de s’immiscer dans les affaires de notre justice qui doit être indépendante ou de vouloir défendre ce Monsieur parce que il est originaire de Kabylie.
    A ce sujet, si cet industriel s’avère honnête et utile( tous les indices clignotent vers son innocence en attendant le verdict judiciaire) tous les algériens qui se respectent devraient l’appuyer et le soutenir et non pas seulement ceux( les algériens) de sa région natale.
    En attendant, que la justice se prononce, je peux me permettre d’émettre un humble avis en tant que citoyen en disant que la place des hommes d’affaires et industriels comme lui ne devraient pas être en prison.
    L’Algérie de demain que les algériens attendent avec impatience aura plus que besoin de personnalités comme Issad Rebrab.
    Pour ce qui me concerne et je le dis fortement et de manière très claire ma seule région c’est mon pays, c’est l’Algérie.

    Fils aîné du Commandant de l’ALN, DJOUADI Abderrahmene, du village d’Arous, tombé au Champ de l’honneur en 1957;

      Rafik
      3 mai 2019 - 15 h 59 min

      Je salut avec respect le frère Mokrane Djouadi pour la sincérité de son propos et je m’incline devant la mémoire de son père Chahid.
      Ceci dit je perçois deux périodes dans le cursus économique et industriel de mr Rebrab
      Une première période où il a été parrainé par les decideurs durant cette periode il a bénéficié de tout les passes droits et les financements auquel personne n’a eu droit sous la protection de « Rab dzair »
      Une deuxieme periode oû il est devenu un veritable « capitaine » d’industrie qui a employé de milliers de travailleur
      Le mal qui ronge l’Algérie est bien antérieur aux 20 dernieres années il a commencé avec la période de feu Chadli.

    Lounis
    2 mai 2019 - 22 h 54 min

    Comme Argentroi a dit, le capitalisme en soi est amoral. Rabrab est au moins un créateur de richesse. Si tout les voleurs algériens investissaient comme lui, au lieu de vivre de l’import et les contes en suisse, l’Algérie serait une puissance économique et par conséquance une puissance tout court, vu qu’on vit dans un monde où l’argent est roi. La France aurait reconnu ses crimes comme elle l’a déjà fait avec d’autres riches wel fahem yefhem.

    Kaddour Ben kouider
    2 mai 2019 - 22 h 31 min

    La meute au secours du petit dieu au yeux bleu qui ne détient que 38 % de Cevital.
    Avez vous vu une rose pousser au milieu d’une décharge ?
    Quand l’argent parle , la Vérité se tait .
    Le papa De Gaule l’avait dit : il suffit d’y mettre le prix !

      Anonyme
      3 mai 2019 - 4 h 59 min

      Les yeux bleus n’est pas nouveau chez les Amazigh surtout les Kabyles et les Chaouis.
      C’est quoi ton problème avec les yeux bleus.
      Tu veux qu’il ait les yeux des chameliers d’Arabie pour que tu puisses l’accepter.
      Quelle mentalité.

    l'argent n'a pas d'odeur
    2 mai 2019 - 22 h 21 min

    Cet ancien ingénieur de Sonatrach, originaire de Saïda comme son mentor un ancien vice-président de SH, aujourd’hui installé confortablement en Angleterre après avoir été vice-ministre sous Chadli est alors au Canada à la fin des années 1970 pour faire un doctorat aux frais de l’Etat mais n’est jamais revenu au pays. Ce’ qu’il ne dit pas c’est que M. Rabrab lui commande des études technico-économiques suivant des contrats apparemment signés de gré à gré et..grassement rétribués. Le livre est un plaidoyer pro domo pour ne pas dire un panégyrique du superman de l’investissement tous azimuts et sans compter. Le livre est en quelque sorte un renvoi d’ascenseur.
    La présentation du livre a été faite il n’y a pas longtemps et un quotidien national qui continue à dénoncer sur sa une « le blocages des équipements » de ce milliardaire qui « utilise ses propres deniers » pour développer notre pays.
    Si on doit faire un parallèle entre ces milliards et surtout sur leur origine, l’actualité en Grande Bretagne nous apprend qu’il y a quelques jours, les organisateurs de la loterie nationale anglaise ont refusé de verser un jackpot de 4 millions de livres sterling, soit 4,63 millions d’euros, à deux joueurs gagnants. La raison ? Les deux lascars sont soupçonnés d’avoir acheté le billet avec une carte de crédit volée. Ah! s’ils avaient été de simples aides-comptables…

    Anonyme
    2 mai 2019 - 21 h 11 min

    (…).il n’a pas parle de l’evasuon fiscale.

    ediouani
    2 mai 2019 - 21 h 04 min

    Mais monsieur Hafsi le peupel Algérien n’est plus le peuple des années 1960, donc cette duperie gardez là pour vous et toute les personnes payées par Rebrab pour le blanchir tout comme madame Assoul la girouette elle doit avoir honte lorsqu’elle défend ce monsieur dont elle nous dit qu’il fait travailler des milliers de personnes et qu’il est connu mondialement mais elle oublie comment il est devenu une personnalité connue et de quelle façon il est devenu l’un des hommes les plus riches au monde. Il y a aussi Tabou l’autre girouette, Mazouzi tous ces gens et d’autres qui veulent nous faire croire que Rebrab est un homme propre ils ne font pas çà gratuitement et c’est une réalité.
    D’un autre coté pourquoi on évoque pas le parcour de cet homme qui a débuté en tant qu’un aide comptable, puis grace à béni-amis Touati et Médiene il est devenu directeur au ministère de l’industrie et c’est là ou il a fait beaucoup d’argent avec ces trois amis dans les produits ferreux et non ferreux qui a fait un très grand scandale ils ont meme créer des lois bien taillées à leur mesure qui leur permis qu’à eux seul d’exporter les produits ferraux et non ferreux, l’affaire de la SOGEDIA qu’on lui a vendu à un dinars symbolique, les droits de douanes qu’il na jamais payés ces conteneurs quittent le port sans aucun controle et avec l’aide du DRS personne aucun douanier n’ose controler tous ce qui appartient à Rebrab, meme les sommes qu’on lui octroient les banques grace à l’aide de son frère directeur d’une banque, Touati et Mediene et par la suite Ouyahia et qu’il na jamais remboursé et ce Hafsi veut nous faire croire que Rebrab interdit à ses employés de tchiper. Les Kabyles sont très connus par la corruption, les falsifications, la fraude, les détournements et la traitrise c’est des vrais spécialistes dans ces domaines excepter quelques uns.
    Ce monsieur Hafsi peut nier qu’à partir du port de Bougies se passaient tous les trafic, drogue, fausses déclarations de valeurs, de natures et Rebrab toutes ces usines le matériel qu’il a fait entrer en Algérie c’est du vieux matériels rénover qu’il fait passer pour du neuf. Explique nous monsieur Hafsi que veut dire ces pratiques qu’utilise ton Rebrab?

    Vostaf
    2 mai 2019 - 21 h 00 min

    Rebrab président!

      ZORO
      2 mai 2019 - 22 h 59 min

      Tu es en retard vostaf , il est deja president de la JSK sur proposition de Mellal .
      SigneZORO. ..Z….

        Charlie
        3 mai 2019 - 7 h 17 min

        @ZORO, Si ni pas Mr RABRABE tu préfère ali belhadj et madani marzak ces criminels …..

          ZORO
          3 mai 2019 - 9 h 38 min

          He’Charlie je suis ZORO pas HEBDO, Belhadj je le trouve sincère mais je ne partage pas toutes ses idees, Mezrag m est indifferent
          Quant a ta ligne Charlie je la trouve sinueuse telle un serpent,
          SigneZORO. …Z….

    Argentroi
    2 mai 2019 - 20 h 51 min

    Dans le cas Rebrab, on est de mettre la charrue devant les bœufs !
    Il n’est pas question de reprocher à Rebrab sa réussite en tant qu’industriel même si on devait contester la manière dont il a assuré son succès puisque la morale devient toute relative dans le monde des affaires, dans ce monde du capitalisme algérien naissant : en période d’accumulation primitive du capital, les capitalistes anglais ne se sont pas empêchés d’abord de spolier les biens de l’Église, de s’aliéner les domaines de l’État, de piller et de s’accaparer les terrains communaux et enfin de profiter de l’esclavagisme des colonies au XIX ième siècle.
    Mais Rebrab dans sa stratégie d’expansion a fait un choix politique quand il s’est servi allégrement des soutiens du clan DRS, la démonstration n’est plus à faire et nul ne peut en disconvenir, et c’est pour cela que l’affaire devient éminemment politique. Rebrab ne peut même pas, même s’il le voulait, se débarrasser des conséquences de ce choix politique car on n’échappe pas facilement à l’emprise d’officines occultes qui en retour sont entrain de lui exiger un soutien total en cette période de manœuvres politiques de grande envergure et de grande portée puisque leur avenir et leurs privilèges sont en jeu.
    Il indéniable pour la nouvelle Algérie qu’elle doit se faire sans armée politique même si on est entrain d’occulter ce débat, ce qui est encore une fois la preuve que ces forces inconstitutionnelles sont toujours très fortes de par leurs ramifications dans la société et les cercles du pouvoir.
    Donc en conclusion, doit-on faire de l’affaire Rebrab une affaire strictement judiciaire ou une affaire politique ? C’est cela le vrai débat, le reste n’est que manipulation pour masquer la réalité du caporalisme algérien dont la colonne vertébrale et la tête pensante sont l’armée politique qui n’a aucune assise constitutionnelle certes mais un véritable pouvoir.

    Anonyme
    2 mai 2019 - 20 h 45 min

    la morale de Rebrab c’est: je vole , je deviens riche et après je fais du bien, (les Algériens d’hier sont les volés et ceux qui le défendent aujourd hui sont ceux qui ont sa charité) exactement comme les islamistes.Mais justice est que « crime et châtiment »
    Pensiez vous, que l’on met en prison un archi-milliardaire facilement en prison, Rebrab n’apparaît pas dans la vision des Algériens comme voleur , simplement parce qu’il a voler et fait sa fortune durant la décennie noir, quand le peuple était opprimé par les islamistes, ses complices issus des rouages de l’état étaient tous des suceurs de sang algérien, quand les mères pleuraient leurs enfants, lui il virait la fortune des algériens dans les comptes de sa famille.Le plus terrible était le trafique du fer à béton (radioactif), et les milliards d’exportation du fer algériens vendu aux italiens et autres mafieux,
    http://ffs1963.unblog.fr/2012/01/22/commencer-grand-et-aller-trop-vite-le-dossier-noir-de-rebrab/

    Anonyme
    2 mai 2019 - 20 h 34 min

    @Hocine-Nasser Bouabsa 2 mai 2019 – 18 h 39 min,qui vous a payé pour tenter de salir le grand Issâad Rebrab?On le devine aisément vu que vous n’êtes pas à une manipulation prés. M.Tayeb Hafsi est connu aussi pour son sérieux et son honnêteté et ce n’est pas vous obscur prête-nom qui allez remettre en cause sa notoriété.Tenez-vous le pour dit car M.Rebrab est un seigneur et un grand patriote que des corrompus mafieux tentent d’abattre car il ne mange pas de ce pain-là.

      Anonyme
      3 mai 2019 - 6 h 37 min

      Un seigneur ??? Plutot un ZOUAVE , d’ailleurs le gouvernement francais exige sa liberation pour service rendu a sa mere patrie FAFA.

    Clovis
    2 mai 2019 - 20 h 15 min

    Je soutiens tout a fait les propos de Karamazov. Rebrab est un capitaine d’industtie talentueux qui quoiqu’on dise a fait beaucoup pour son pays en investissant de ses propres deniers au lieu de dependre des largesses du systeme comme les autres oligarques. C’est parcequ’il ne leur devait rien, et donc n’etait pas a leur botte, que le systeme (et ses sbires style kouninef) lui cherchait des noises. Est il coupable de ce dont on l’accuse ? Personnellement j’ai peine a le croire. Donc au lieu de le stigmatiser sans preuve, considerons qu’ il est presume innocent jusqu’ aux conclusions de son jugement. Mais cette affaire sent le soufre et la manipulation, et son arrestation une injustice et une honte. Il aurait pu etre poursuivi et seulement mis en prison qu’une fois reconnu coupable au terme de l’enquete et du jugement. Et ceux qui pensent comme vraijustice qu’on ne peut faire fortune en algerie sans tremper dans la corruption se trompent. Heureusement qu’il existe aussi des createurs d’entreprise qui ne se sont pas compromis. Quant a vous Mr verite qui affirmait sans savoir que Rebrab est un corrompu complice du systeme et des Bouteflika, vous dites n’importe quoi : je ne vais pas repeter ce que d’autres commentateurs ont souligne (son opposition au systeme qui ne lui voulait que du mal). Aussi Mr Verite vos propos n’ont rien de « verite ».

    karimdz
    2 mai 2019 - 19 h 50 min

    Un livre qui nous présente le voyou en col blanc, rebrab sous un aspect angélique, on lui donnerait le bon Dieu sans confession, kima y koulou gouer.

    Les algériens ne sont pas dupes, le mec s est octroyé des marchés il avait le monopole sur les ronds à beton, le sucre l huile, grace à ses appuis dans l ancien système, il surfacturait, il a bénéficié de prets importants qu’il n a jamais remboursés, il importait du matériel usagé, il aurait meme selon certaines sources, importait de l acier irradié d ukraine, c est dire que l individu n a aucun scrupule, on peut encore ajouter, le fait qu il est impliqué dans le scandale de panama papers…

    L argent des algériens coulait à flot pour rebrab, il a donc pu constuire son empire, attribuant tous les postes clés aux membres de sa famille et ses proches, autant dire, que comme toute dictature ou toute monarchie, charité bien ordonné commence par les siens.

    Oui il a investi en Algérie avec l argent des algériens, il a investi en europe toujours avec l argent des algériens, il s est surtout enrichi lui et ses proches, voilà le vrai visage de rebrab.

      Anonyme
      3 mai 2019 - 7 h 02 min

      T’as toujours été nul dans tes propos et tes analyses que tu ne mérites même pas qu’on te réponde ni qu’on te lise.

    firmus
    2 mai 2019 - 19 h 37 min

    Vraiment AP nqolhelkom c’ est une sentence expéditive, punitive qu’ à subit ce Rebrab. On lui reproche des choses qui, dans une republique normal, demanderais une enquête etc etc et non l’ incarcération immédiate. Les symptomes d’ une répulique bananière. Au moins le libérer en controle judiciaire ou même assignance surveillé pour Etat de santé vu son âge avancé. Cette affaire c’ est du grand n’ importe quoi. Gaid salah l’ a t il emprisonné par rapport aux révélations qu’ avait fait benhaddid et repris par rebrab ? Si cela est vrai et si les français ont des choses sur gaid salah concernant ses moeurs, attention notre ANP est en danger car les francais peuvent le faire chanter ! Jusqu’ où va aller ce gaid salah pour se protéger ?? Il va s’ en prendre à tout le monde et se comporter vraiment comme un dictateur, il va crée run cataclysme irréversible ce monsieur wallah. Puis au niveau étique et moral avoir un homme comme celui là à la tête de l’ ANP n’ est pas si réjouissif si vous voyez ce que je veux dire. Les kouninefs houma ma3roufin c’ est des corrompus qui ne respectent aucunes règles, rien à voir avec rebrab quand même. AP choufou li tqadro tedirou hadja pour rebrab.

    Abou Langi
    2 mai 2019 - 19 h 32 min

    Chikh Aba kounine disait : qu’est-ce que la propriété : du vol ! Iben moua je trouve que si les capitalistes ne volaient pas aux ouvriers ceux qu’ils ont accumulé il n’y aurait jamais eu de progrès dans l’humanité.

    EL Hadj Karl El Marxi disait que la bourgeoisie a joué dans l’histoire un rôle éminemment révolutionnaire.

    Heureusement qu’ils n’ont pas partagé toutes les richesses produites avec les ouvriers . Ces derniers auraient dépensé tout l’argent dans des bigoudis pour Meriem ou dans des dévergondages.

    Dites moua quel ouvrier aurait pensé à acheter Brandt ou Evcom en se privant du hmimouche ou de sous-tifs affriolants pour Rahmouna  ?

    Med
    2 mai 2019 - 19 h 32 min

    Rebrab a acheter les biens du peuple au dinar symbolique. Il a sursaturer ses investissements et n’a pas rembourser les credits. La justice l’a mis en prison pout escroquerie. Ni plus ni moins. Bientôt la justice révéleras son dossier. patience.

    Hocine-Nasser Bouabsa
    2 mai 2019 - 18 h 39 min

    1. Les nombreuses familles siciliennes qui vivaient de l’argent qu’Al Capone leurs versait et que ne savaient pas que son argent était taché de sang, ont tous juré que le grand parrain était un sain.

    2. Taieb Hafsi a écrit un livre sur commande. C’est une pratique courante. Bernard Taipie a aussi commandé des livres, qui le blanchissait comme neige.

    3. Revenons au faits criminels basés sur des chiffres: a) Rebrab argumente que la presse importé DL2300 A5, qu’il a acheté de sa filiale allemande EvCon a été fabriquée exclusivement pour Cevital. Ce qui rendrait son prix très élevé. C’est un mensonge, car la presse DL2300 A5 est commercialisée par le constructeur Wiijom comme produit standard, qu’on sur le catalogue. Il y a surfacturation d’au moins 800 %. b) Pourquoi et comment Rebrab a-t-il eu en 1993 le privilège de recevoir une ligne de crédit de 100 millions de dollars de l’Italie, garantie par l’état algérien, alors les entreprises publiques fermaient puisqu’elles n’avaient pas de quoi payer son personnel.

    4) Pourquoi on ne parle pas du fer rond irradié ukrainien importé par Rebrab et qui a transité par l’Italie ?

    Nous voulons une Algérie de la vérité et du droit et non celle du mensonge et du régionalisme. Honte à ceux qui manifestent pour la liberté d’un sulfureux.

      Zaatar
      2 mai 2019 - 19 h 00 min

      Ça c’est ce que vous dites. Alors allez y apportez vos preuves à la justice pendant qu’il est encore temps. C’est pour dimanche 5 mai 2019. Autrement arrêtez de dire et de raconter des choses à l’encontre d’une personne que vous ne connaissez qu’à travers la télévision.

      Zaatar
      2 mai 2019 - 19 h 07 min

      Ne vous en déplaise Monsieur Bouabsa, vous en avez après rebrab, vous devez avoir vos raisons. Mais sachez aussi, et vous ne devez certainement pas l’ignorer, qu’ils sont des milliers à le soutenir. Et votre parole ne vaut pas plus qu’un de ses soutiens. Alors, si vous étiez correct et cohérent vous ne diriez pas ce que vous écrivez sur une personne qui implique un emprisonnement sans apporter la moindre preuve. Laisser la justice le juger et vous en dire par la suite ce que vous pensez. Ce n’est pas en ayant apporté ces propos ici que vous allez faire changer d’avis les pro-rebrab.

      Abou Langi
      2 mai 2019 - 19 h 13 min

      A supposer que Rebrab ait fait une fausse déclaration pour quelque deux trois millions de dollars lui qui est milliardaire en euros. Est-ce que ça vaut la prison alors que les Boutefs qui ont saigné le piyi à coups de centaines de milliards de dollars sont en liberté. Et même s’il a fait une fausse déclaration de douanes est-ce que ça justifie le blocage du projet Evcom ? Et pour le blocage de son usine de trituration de graines oléagineuses qu’est-ce qu’il a fait pendant que celle de ses concurrents amis des fakhamatouhoukoum sont en route.

      Ipi citez-moua un seul algérien qui ne fait pas une fausse déclaration de diviz quand ils sort ou quand il rentre au piyi . Combien de milliards de diviz sont en circulation dans le piyi ? Ils a combien de milliards de dinard en circulation qui échappe au contrôle de l’Etat ?

      Combien de commerçants déclarent ceux qu’ils gagnent aux zimpou ? Splik-moua comment tous ceux qui déclarent à peine 200.000 dinars par ans roulent avec des katkat à un milyar. Et ont des villas à 50 milyars. Ou alors cx’est rebreb li rah ga3ed 3ala essara ta3ek ( qui est assis sur ton nombril)

      Pour moua, excepté pour la Grande mosquée d’Alger avec son vaisseau spatial incorporé qui va nous transporter au paradis avec mes Zamis Zaatar et Abou Stroff, ce sont ceux-là qui devraient être emprisonnés.

      Anonyme
      2 mai 2019 - 19 h 36 min

      Honte à vous qui, sous couvert de dénoncer Issad Rebrab, le comparez à un mafiosi, d’avoir commis des faits « criminels » (sic) et l’accusez d’avoir du sang sur les mains !

      Honte à vous qui dénigrez un chercheur de calibre international, professeur à la prestigieuse HEC de Montréal, membre de la Société royale du Canada qui a effectué un travail de recherche minutieux étalé sur quatre ans et selon tous les protocoles associées à un travail de recherche sur le terrain.

      Si votre expertise est aussi poussée que vos borborygmes de pisseur d’encre, qu’attendez-vous de mettre vos connaissances au profit de cabinet de forensic science comme Kroll Associates et autres ? Ils devraient s’arracher vos services à l’heure qu’il est !

      Manifestement vous n’avez aucune décence ! Quel pathétique pisseur d’encre !

      Êtes-vous sûr ...
      2 mai 2019 - 20 h 00 min

      …Que la technologie EvCon est « standard » au point de trouver les machines au marché aux puces !
      C’est intellectuellement malhonnête de votre part.
      Croyez-vous que les allemands et les français sont fous au point de lui dérouler le tapis rouge ?
      Mais nos dirigeant ont des cervelles de moineaux. Ils privent leur pays de richesses garanties au profit de leur clientèle de « l’import-import » générateur de surfacturations qui précipite notre pays dans l’abîme ; et cette réalité là, vous refusez de la voir par manque d’objectivité !
      S’il a déclaré la machine comme prototype il y a bien un moyen de le vérifier auprès du fournisseur. D’ailleurs il
      y a eu plusieurs expertises qui l’ont confirmé. Quand bien même il a surfacturé, si c’est démontré il faut lui infliger une amende en proportion. Pourquoi on n’ a pas emprisonné tous ceux qui surfacturent en Algérie, c’est connu, c’est une gymnastique nationale !
      Moi, je conclue que c’est une cabale de « Shab Chekara » par jalousie. Et cette secte là, elle compose tout le système qui s’incruste pour protéger ses arrières dont vous faites peut-être parti.

      LotfiALN.
      2 mai 2019 - 20 h 17 min

      GARDONS NOUS DE TOUS PREJUGÉS!
      Sinon qu’est ce qui est nickel-chrome chez nous? Et qui est C……s nettes? Pas grand monde je pense! Que devient SAADANI au fait? Le TLIBA ? L’ogre GHOUL ? Le rat de labo KHELIL ? Et pour les plus vieux : le voyou betchine ?

      Karamazov
      2 mai 2019 - 20 h 33 min

      Mon Dieu je viens de lire votre article là bas dans contributions je l’ai trouvé tellement lumineux et exhaustif que je n’ai pas zozé rajouter kwa kseswa.

      Et là je vous lis et j’en suis tout ébranlé. Vous nous avez battu moua Abou Stroff et Zaatar qui malgré toute la volonté qu’on met n’arrivons pas à faire autant de Photes que vous.

      Vous vous êtes un vrai patriote fâché avec le butin de guerre, l’otage de guerre plutôt.

      Bravo!

    Salim
    2 mai 2019 - 18 h 26 min

    « celui qui paye un dinar à un officiel ne fait plus partie de cette entreprise » je crois rêver! parceque vous pouvez faire des affaires sans payer des officiels ou des bureaucrates qui bloquent votre dossier? arrêter d’insulter notre intelligence SVP

    Rafik
    2 mai 2019 - 18 h 23 min

    Simple constat qui etait le « dieu » de l’importation du sucre et autre denrées durant la décennie « rouge »?

    ZORO
    2 mai 2019 - 18 h 10 min

    MOI je dis barakat aux chiyatine laissez cette justice faire son boulot ,et si REBRAB se voit toujours innocent apres le verdict il n a qu a saisir les tribunaux internationaux pour recouvrir son honneur il a assez d argent pour se payer les plus reputés avocats de ce monde.
    SIGNEZORO…Z…

      Ariless
      2 mai 2019 - 20 h 08 min

      Tu es drole toi. « Laissez la justice faire son boulot.. »
      Je suis sur que tu n’y crois une seule seconde à l’indépendance de la justice algérienne et qui si toi tu était confronté à elle tu ne pourrais pas sereinement lui faire faire face.
      Tu me fait penser à ceux qui considère qu’il faut respecter la constitution alors que qu’ils l’ont piétiné allègrement et que c’est une arme entre les mains de ceux qui n’ont aucun respect pour les lois algériennes
      Tu me penser à Gaid Salah qui découvre en 2019 qu’il y a des corruptions en algérie et que tous les proches de Bouteflica sont des corrompus alors qu’il a lui meme adoubé ce président et ses proches pendant une décennie à qui il a donné son feu vert il y tout juste 2 mois avant la révolte populaire démarre et qu’ils lui fassent ouvrir les yeux sur l’incapacité de bouteflica à gouverner et sur la gangraine de la corruption au sommet de l’état.
      Retombe sur terre mon ami, on dirait que tu vis sur une autre planète.

    Karamazov
    2 mai 2019 - 18 h 08 min

    Comme mon Zami Abou Stroff connaît mon manque légendaire de piété et le culte que je voue au capitalisme, non pour ses propres vertus mais pour ses capacités à nous débarrasser des archaïsmes, je déclare ici que Rebrab est un vrai capitaliste de type Bill Gate, Steve Job, Pijou,  Renault iksitira.

    Ce n’est pas un siphoneur de begra mais un industriel. Ne me parlez pas de la façon dont il a fait son accumulation primitive dans un pays d’ayant droit d’héritiers, comment il a mobilisé des fonds , et avec quels genres d’armes il s’est battu. Tout ce que vous allez dire ne sera qu’une preuve de plus que c’est un vrai capitaliste. Et ne me dites pas que c’est en exploitant ses ouvriers qu’il s’est enrichi parce que là vous allez me faire rire et il n’y a rien de rigolisant ici.

    Je vous rappelle qu’il a acheté des usines à l’étranger dont il a délocaliser une partie de la production vers le pays. Ses usines sont de vraies fleurons, sans parler du coup d’Evcom , une acquisition d’une très haute technologie. Aujourd’hui il s’est affranchi du besoin de crédits, au contraire il ne demande qu’à investir ses énormes liquidités.

    Bref, Rebrab est un pur capitaliste à ne pas confondre avec ceux qui ont fait de la conversion de devise une industrie . Ceux qui montent des usines de bigoudis en SKD dont pas un boulon n’est fabriqué en Algérie et qui nous reviennent plus cher que si on les achetait entièrement montés.

    Oui je suis pour un capitalisme de type primitif parce que vu l’état de note société et de sa culture de notre système rentier on ne saurait commencer que par là. Quand je parle de capitalisme de type primitif je ne parle pas de technologie mais de système d’exploitation.

    Mais si vous croyez que c’est l’islam qui va nous sortir de la m… et nous élever au rang des pays évolués alors suivez les pays Zzarabo-muZzulmans ils vont vous conduire au paradis.

    Je défendrai de la même façon tous les capitaines d’industries algériens quelle que soit leur région. Je ne défend pas un homme mais un mode de production. Même si je ne suis pas capitaliste, bien au contraire!

      Zaatar
      2 mai 2019 - 19 h 18 min

      Cher Karamazov je te salue,

      Je ne pense pas qu’il y ait grand monde qui suive ton raisonnement hormis notre ami abou stroff. La réflexion dans son ensemble pour le sujet traité ici est fermé dans un cercle carré.

      Zaatar
      2 mai 2019 - 19 h 19 min

      Tu vas voir les pouces en bas que je vais récolter. Mais je suis un habitué.

      mimouna
      3 mai 2019 - 9 h 44 min

      citi quoi dija mode de production? articulation entre forces productives et superstructure. mais ici chez nous la superstructure date du 14 ième siècle. Notre arrière grand père Marx disait dija, ce qui différencie un mode de production, d’un autre, c’est moins ce que l’on fabrique, que la manière de fabriquer, les outils de travail par lesquels on fabrique. La manière de fabriquer EVCON est à des années lumières, des tracasseries douanières et de la pensée ambiante formatée par les  » bi idn allah, bi haq allah, bi fadl allah, les sallamalecs et toute un argumentaire datant du siècle de la lumière qui nous a sorti de la djahiliya: le 14 ième.

    Anonyme
    2 mai 2019 - 17 h 44 min

    chitta bleue

    Citoyen Dz
    2 mai 2019 - 17 h 17 min

    N’est pas capitaine d’industrie qui veut et la mise en prison de Mr REBRAB restera une tache indelibile d’injustice commise sous le regne de gaid salah .

    Vérité
    2 mai 2019 - 17 h 09 min

    Mr Rebrab est un affairiste corrompu comme tout nos fortunés nouveaux patrons, ils ont acquit leur fortune avec le système de la bande d’oujda et certains généraux militaires, la corruption est née au Maroc est elle introduite dans notre pays par le clan d’oujda et Bouteflika comme chef

    ZORO
    2 mai 2019 - 17 h 05 min

    Moi j ai appris dans ma vie a me mefier des presidents de clubs en Algerie , notre club va surement retrograder a causes de ces affairistes qui ont beaucoup de choses a se repprocher logiquement REBRAB ne doit pas etre une exception ALLAH A3LAM .
    SIGNEZORO….Z…..

      K. DZ
      2 mai 2019 - 18 h 26 min

      La présemption d’innocence se décline approximativement en arabe par :innama ba3dh edhanni ithm. Well fahem yefhem

    nectar
    2 mai 2019 - 17 h 01 min

    Si Rebrab, tel que l’affirme certains sur ce site est un voleur, je pourrais aussi conclure, que ces personnes qui le disent sont aussi des voleurs. Parce qu’il n’y a que les voleurs qui se connaissent entre eux. Un homme qui a monté sa première usine en fin des années 1960 avec son frère que Dieu ait son âme et qui a trimé dure pour construire sa fortune, même s’il a bénéficié de prêts bancaires comme beaucoup d’Algériens. Si on met Rebrab ou un autre qui a fait sa fortune à la force de ses neurones il faut mettre tous les algériens qui ont bénéficié d’un prêt bancaire ou eu un logement social sans en rembourser un dinar.. La critique est aisée mais la réalisation est dure..et je défie ces personnes qui critiquent pour critiquer, d’avoir le courage de créer au moins un poste de travail…Quant à Rebrab ou un autre industriel, s’il a commis un crime qu’il soit sanctionné, mais pas comme ceux qui ont tué des algériens et qui se sont enrichis de l’argent du trésor, sans en payer un sou aux impôts, ni inquiéter par cette justice aux ordres qui se découvre des vertus, en faisant dnas le sensationnel et qui plait à la plèbe…

    BEN
    2 mai 2019 - 16 h 53 min

    Rabrab a gagné la bataille de l’image en tout cas. Bravo pour lui. Il merite peut-être d’être poursuivie, je n’en sais absolument rien mais certainement pas la prison. Les autres doivent être condamnés à rendre, d’une maniere ou d’une autre, le fric ou bien15 ans de prison en plus une amende proportionnelle au chiffre d’ affaire

    Vroum Vroum 😤..
    2 mai 2019 - 16 h 46 min

    Mr Rabrab , un Patron qui a créé près de 20 000 emplois et peut plus ou un peu moins…mais des milliers de familles entières vivent sur ce qu’il a construit .. je ne sais pas ce qu’on lui reproche , mais si on doit mettre sur la balance le coté positif et le cote négatif , je suis sur que le positif l’emportera . .Si ce qu’il a fait est si grave , trahison , vol de milliards , crimes , y’a longtemps qu’il serai neutralisé , mais la emprisonner cet Homme entrepreneur createur d’emplois , de richesses , j’aimerais connaître la raison . .

    Vraijustice
    2 mai 2019 - 16 h 36 min

    De nos jours toutes grandes fortunes cache un mystère chez nous c’est pire on ne peu monter sans tramper dans la corruption impossible de faire autrement et être honnête

    Anonyme
    2 mai 2019 - 16 h 36 min

    F’hamtou Wella mazal ?

    Moi, je veux bien tout ce qu'on veut ...
    2 mai 2019 - 16 h 26 min

    …Mais expliquez-moi comment un homme comme rebrab que le régime a toujours étouffé en lâchant ses baltaguis zélés le bloquer dans ses affaires, n’avait pas réussi à ce moment là, a lui sortir des dossiers gênants pour l’arrêter ! Ni le 1er ministre, ni le président de la république n’ont daigné répondre à ses plaintes sur les injustices qu’il a subi de la part de sous-fifres de mains. Pourquoi donc attendre l’après Hirak pour l’arrêter en cie de koninef qui était sa bête noire ? On ne défend pas rebrab, mais on aimerai que disparaissent la justice aux ordres, l’injustice gratuite, au profit d’une vraie justice indépendante ou le deux et deux mesures serait banni à jamais.

    SAIDANU, TILIBA ET SID SAID AVANT REBRAB ...
    2 mai 2019 - 16 h 26 min

    Règlement de compte pour casser le Mouvement … GAID SALAH T AS ENCORE ÉCHOUÉ !!! T as place Hier un chef du FLN (DJEMAII) Voleur Notoire !!! et maintenant c quoi la suite ???

    Vangelis
    2 mai 2019 - 16 h 24 min

    Le régime n’est pas mort en dépit de quelques pichenettes pour amuser la galerie, les gros bonnets, pontes et autres barons ne sont pas inquiétés par cette justice qui prétend être devenue par miracle indépendante.

    Le règne de la médiocrité a encore de beaux jours en Algérie. On casse les capitaines d’industrie et on couvre les voyous en col blanc.

    Et à tous ceux et celles qui prétendent que le Sieur REBRAB est un non patriote et qu’il a trouvé sa fortune sous le sabot d’un cheval, à ceux là, qu’ils se taisent car ils sont comme ces médiocres qui ne savent que regarder et envier ceux qui bossent et ont les moyens en les accusant de maux et de mots inqualifiables.

    Kadi
    2 mai 2019 - 16 h 17 min

    En mon âme et conscience je confirme les dires du professeur Taïeb Hafsi. Dieu m’est témoin de mes dires.

    K. DZ
    2 mai 2019 - 16 h 15 min

    Généralement, dans les cas de corruption, on commence par les corrompus, ensuite on arrive aux corupteurs. Ici on fait l’inverse, on arrête les supposés corupteurs et on oublie de chercher les autres, parce que parmi ceux là, il y a de grande chances de trouver des cadres de son clan, alors on tond la brebie galeuse et on passe à l’autre. C’est ça le système dans toute sa laideur.

    DJILLO
    2 mai 2019 - 15 h 51 min

    Pfffff… ce Hafsi est soit sourd, soit aveugle, soit de mauvaise fois, soit il a goute au cachire de rebrab.
    Il a oublie, ou n’ayant pas voulu mentionner comment ce rapace de rebrab a eu son argent, qui est au fait l’argent du peuple, grace a la protection que lui a procure « R.. Dzair » …
    Honte a vous monsieur Hafsi… vous auriez mieux fait de vous taire … Je vous invite a vous poser cette question : pourquoi les constructions dans la region de boumerdes s’etaient ecroulees comme chateau de carte apres le seisme de 2003 ? Qui importait le rond a beton et l’acier utilise dans ces constructions ? Comment etait importes ces materiaux a travers des combines par le Maroc voisin ? Si vous etes de bonnes foi monsieur Hafsi, apres avoir repondu a ces questions, vous envoyerai votre livre a sa place….la poubelle.

      Charlie
      2 mai 2019 - 16 h 37 min

      @Djillo, Soit tu es un Mégaphone des Islamistes intégristes et criminels,soit tu ab.. avec une bouche sans dents .

      JE SUIS REBRAB
      2 mai 2019 - 19 h 31 min

      Non c’est lui qui a commandité le tremblement de terre !
      La bêtise n’a pas de limites.
      A tous ceux qui ramène cette histoire de fer à béton contaminé qu’ils apportent leurs preuves !
      A propos Ghoul et son autoroute et autres Tliba se la coulent douces n’est ce pas ?

    Bouzorane
    2 mai 2019 - 15 h 36 min

    Un milliardaire qui «se comporte de manière simple….»!!
    Une simplicité qui ne l’empêche pourtant pas de posséder un journal!
    On se demande bien à quoi servirait un journal à un milliardaire «simple»???…. et pour le moment, il est le seul milliardaire «simple» sur qui on a écrit un livre!!!

      Anonyme
      2 mai 2019 - 16 h 57 min

      Posséder un journal n’est pas un signe ostentatoire de richesse. Ca ne se porte pas sur le dos ou autour du cou, ça ne sert pas à fendre les mers ou a survoler les continents, ça ne sert pas de toit en or sur la tête, ça ne procure aucun plaisir ou agrément, ça ne sert pas la vanité humaine.
      Si tu ne sais pas à quoi peut servir un journal, qui comme les langues d’Esope peut véhiculer le pire comme le meilleur alors interroges-toi sur ton QI .

        Bouzorane
        2 mai 2019 - 19 h 20 min

        @anonyme
        Ne fais pas semblant de ne pas comprendre!
        Celui qui achète un journal et paye pour qu’on lui écrive une biographie, celui-là n’a rien d’un homme simple

    MELLO
    2 mai 2019 - 15 h 31 min

    Créateur de richesses, créateur d’emplois , Issad Rebrab issu de la même commune que Matoub Lounes, grimpa les échelons , modestement, comme tous les enfants des montagnes . Il fut un expert comptable donc les calculs ne lui font pas peur. En 1968, un client lui proposa de prendre des parts de marchés dans son entreprise de construction métallurgique et c’est le début d’une longue aventure, sans s’accoquiner aux tenants du pouvoir. L’auteur du livre à bien fréquenté le grand homme et ce qu’il décrit n’est que vérité.
    Ses 19 000 employés peuvent tous témoigner de sa générosité, de sa façon simple d’approcher ses collaborateurs.
    Ma seule ambition , le développement économique de l’Algérie.
    Il est vraiment triste, de découvrir certains confrères intoxiqué certains decideurs.
    Deux approches claires et sans détour de Issad Rebrab.

      El gatt
      2 mai 2019 - 15 h 51 min

      on a demandé au chat qui est son témoin, le chat répond « ma queue » !!

      Anonyme
      3 mai 2019 - 6 h 57 min

      Tout comme Al Capone, Rebrab est genereux avec l’argent vole. Tu supportes ta TRIBU comme d’habitude.

    Omar BELMAOUZA
    2 mai 2019 - 15 h 29 min

    Personnellement, Je n’y crois pas un mot !!!

    LA VACHE QUI RIT
    2 mai 2019 - 15 h 27 min

    …;Messieurs veulent ne faire comprendre que Mr Rebrab est un honnète citoyen;il a travailler durement depuis son jeune age et il a gagner sa grosse fortune honnètement sans graissé les pattes,ni de Toufik, ni aux Bouteflika,ni pour d’autres personnes,c’est de l’insolite;toutes les entreprises honnète et qu’elles n’ont pas payésl’aumone aux dirigeants de ce pays sont coulés meme Mr Mehri il a payé l’aumone a la bande d’Oujda,arrétez de pleurniché tout le temps

    Brahms
    2 mai 2019 - 15 h 26 min

    Vous croyez que les patrons français ne tapent pas dans la caisse. Nicolas Sarkozy avait crée un bouclier fiscal si bien que le Trésor public redonnait aux riches des chèques en euros. Montant de l’ardoise 05 milliards d’euros. Mr Hollande a donné aussi 40 milliards d’euros aux entreprises (avantages fiscaux). Mais, en retour les patrons d’entreprises jouaient le jeu en créant de la richesse, en embauchant du personnel, en remboursant aux banques leur emprunt etc..etc.. Chez nous, on jalouse celui qui devient riche, on lui cherche des poux, on casse son outil de travail et après on vient se plaindre du chômage, de la précarité et de la misère sociale. Réfléchissez un peu, on ne peut pas tous avoir un pantalon jaune. Sans patron, sans usine, point de richesse. Dans la vie, vous avez des acteurs de richesse et des spectateurs qui regardent leurs vies passées sans faire le moindre effort.

      Jaloux
      2 mai 2019 - 16 h 00 min

      ohh oui, je suis jaloux !!
      ton rebrab ou ton « DIEU de dieu » se sucre auprés des banques Algériennes avec l’argent des contribuables, investit, crée les emplois en france et finance macron pour les élections.
      rebrab n’est pas au dessus des lois et il est justiciable comme tout Algérien.

        @Jaloux
        2 mai 2019 - 16 h 21 min

        Tes commentaires reflètent bien ton niveau!! Tu ne connais pas la personne mais tu ose avancer des c… de ce genre derrière un pseudo. Si tu es témoin de quelque chose et tu as la preuve du financement des investissement de Cévital dans le monde avec ce que tu appelle « l’argent des contribuables » (sachant que toi et tes soit disant contribuables vous êtes des tricheurs face au fisc) alors publie tes preuves. Sinon garde tes sottises pour les gens de ton niveau et les discussions autour d’un domino!!

          Anonyme
          2 mai 2019 - 17 h 05 min

          @Au jaloux bien nommé,

          Ça n’y connait rien en financement d’entreprises, ça connait que dalle à la notion de colocation industrielle, ça fait semblant d’ignorer les bâtons dans les roues utilisés par nos dirigeants envers Rébrab au point de l’obliger à construire son usine Evcon à l’étranger et ça cause, les bacs moins 5.

    Tredouane
    2 mai 2019 - 15 h 20 min

    Pas de sentiment et/ou du sentimentalisme,c’est sur la base de dossier qu’il faut parler non pas sur des déclarations.

    Kenza
    2 mai 2019 - 15 h 16 min

    Le jour où les Boutef et toute la mafia au pouvoir seront jugés et Mr Rebrab libéré, je croirai en cette justice des hommes…pour le moment, je ne crois qu’en la justice divine !

      chaoui
      2 mai 2019 - 15 h 33 min

      Issad Rabrab a tellement d’argent qu’il peut être défendus par les meilleurs avocats du monde. Ce qui n’est pas le cas des millions d’algériens vivants en Algérie. Ils sont loin d »avoir un écrivain pour écrire de belles choses sur eux à partir de l’étranger…

    SaidZ
    2 mai 2019 - 15 h 09 min

    Quand tu fais de la prison politique en algérie en général tu es propre, à 85% des cas!

    Daro
    2 mai 2019 - 15 h 06 min

    On ne met pas qq1 en prison pour une soit-disant surfacturation sur des équipements innovants pas facile à évaluer la valeur.. de plus, la valeur de ces équipements ne représente pas 0.1% de la fortune de Rabrab…Le but est claire, Monsieur Rabrab a des intensions présidentielles pour sa personne ou une personne qu’il soutienne, et comme Mr Gaid salih veut couper toutes les têtes qui dépassent pour se présenter comme sauveur ou présenter qq1 de son entourage… C’est le Le Haftar algérien!!!.. Ce régime va continuer à écraser toutes les têtes qui essayent d’apparaitre, par la justice du téléphone, par les interdictions, par les arrestations , par les baltaguiya, par les mouches électroniques..etc

    bozscags
    2 mai 2019 - 14 h 54 min

    il faut arrêter de nous raconter du pipo si il est en prison c’est qu’il n’est pas clair .

      Nassim
      2 mai 2019 - 15 h 13 min

      Mille bravos pour ton immense perspicacité et intelligence !

      Et naturellement si Tliba, Chakib Khalil, Tahkout et consorts qui roulaient à vélo il y 5 ou 10 ans et qui maintenant se déplacent en avion privé sont encore et toujours libres, c’est qu’ils sont mille fois intègres, transparents et blancs comme neige !

      Et puis, contrairement à Rebrab, ils ont introduit des technologues révolutionnaires en Algérie, payent leurs impôts rubis sur l’ongle et ont contribué au développement foudroyant de l’économie algérienne !

    awthoul
    2 mai 2019 - 14 h 39 min

    oui c ca un matin comme ca il se reveille tout est ouvert facile pour lui d avoir le monopole sur l agroalimentaire de l algerie durant des annees surtout la decenie noire. monsieur l ecrivain allez vendre du vent ailleurs .ya des familles avant lui activant dand l industrie malgre ils ont du bon produit mais n ont jamais grimpes aussi vite que lui . ton rebrab sort d e vendeur d etageres et du coup il detient le monopole .ya lui le fameux tri illettre Haddad ,le vendeur de legumes Tahkout e j en passe .

      Zaatar
      2 mai 2019 - 14 h 53 min

      Le lapin, l’environnement est le principal influent dans la réussite ou l’échec de toute entreprise. Moi ça me fait rappeler Bill gates, ou steve jobs, ou bien d’autres encore… n’essaie pas de faire le parallèle mais il existe ce genre de personne…

      algerian
      2 mai 2019 - 15 h 00 min

      Souvent, la plupart des algeriens ont la facheuse tendance a confondre « position de monopole » et « position dominante »… Sequelles mentales des
      « glorieuses » annees du socialisme, peut-etre
      ?

    Zaatar
    2 mai 2019 - 14 h 36 min

    Certainement à ne pas en douter…. lorsque l’on est transparent et honnête on ne craint personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.