Salafistes à l’affût

Salafistes algériens
Les salafistes vont-ils profiter du mois sacré du Ramadhan ? PPAgency

Par R. Mahmoudi Les manifestations populaires vont-elles se poursuivre pendant le mois de Ramadhan qui commence dans quelques jours ? C’est la question qui préoccupe depuis quelques jours les animateurs du mouvement de contestation populaire, redoutant un fléchissement «fatal» de cette formidable dynamique à cette occasion.

Pour de nombreux commentateurs sur les réseaux sociaux, il faudrait imaginer d’autres moyens et d’autres modes d’action pour contourner ce handicap, pour pouvoir entretenir la flamme des manifestations jusqu’à la «victoire finale».

Tous s’accordent à dire qu’il n’est pas question d’abandonner la partie en si bon chemin, et de permettre ainsi aux «tenants du pouvoir», qui ont toujours misé sur l’essoufflement du mouvement, de reprendre leurs forces et de se reconstituer.

Mais que faire pour maintenir cette fougue inextinguible qui a porté la contestation populaire deux mois durant, et continuer à avoir une mobilisation aussi dense ?

Le challenge paraît difficile, en effet, mais il ne faudrait pas s’étonner de voir les Algériens consentir à des sacrifices physiques insoupçonnés pour prouver leur détermination à aller jusqu’au bout de leur engagement, même s’ils devraient être moins nombreux dans les marches hebdomadaires que d’habitude ou moins fougueux, à cause du jeûne.

Autre appréhension relevée à l’orée de ce mois sacré, et qui peut affecter sérieusement le mouvement populaire à cette occasion, c’est le risque d’irruption des islamistes extrémistes dans les manifestations. Restés jusqu’ici quelque peu en retrait des événements, les fidèles et sympathisants de l’ex-FIS ont montré à l’enterrement d’Abassi Madani, la semaine dernière, qu’ils constituaient toujours une force et qu’ils pouvaient resurgir à tout moment.

R. M.

Comment (19)

    Boudja
    8 mai 2019 - 10 h 41 min

    Quoi qu’il arrive, qu’elle que soit le prochain président les Algériens ne veulent pas revivre la guerre civile des années 90. Nous souhaitons un président qui travaillent pour le bien des algériens, qui lutte contre la corruption dans tous les domaines. Aujourd’hui tous les Algériens on constaté que des responsables s »enrichissent en recevant de l’argent pour l’attribution des logements ou de poste. Les algériens honnêtes (par crainte d’Allah) on beaucoup plus de difficultés pour trouver un logement ou un travail (malgré leur motivation et leur compétence). Il faut que les Algériens et Algérienne aille voté, pour stopper cette corruption généralisée et élire un président qui travaillent pour le pays. Il faudra que l’armée assure la transparence du vote et après le vote il faudra que tous les algériens respectent le choix de la majorité et que l’armée continue a être garante de la paix.

    Alatriste
    6 mai 2019 - 19 h 44 min

    Qui ose réfuter après le paradigme selon lequel la religion n’est rien de moins qu’une malédiction que les musulmans cultivent depuis des générations, puisque l’histoire retiendra une fois encore que c’est la faute à « ramadhan » si le formidable élan de liberté et de démocratie du Hirak s’est essoufflé, puis éteint à cause de la contrainte du jeûne.Mais j’ai comme le pressentiment que certains illuminés vont vite s’empresser de me contredire en rétorquant qu’on peut très bien soulever des montagnes, et même vaincre Superman et Batman réunis en combat loyal, tout en ayant le ventre vide ! Pas vrai les gars ?

    3
    5
      Essaid
      7 mai 2019 - 7 h 50 min

      Affirmer que « la religion est une malédiction  » est un propos grave. Dieu est le seul juge. Pour le reste n’oubliez pas que nos valeureux chouhadas ,tombés au champs d’honneur ,ont combattu pendant les mois de ramadhan. De plus leur maigre repas ,au front ,ne pouvait permettre de se faire des forces ,qu’ils tiraient de leur foi en leur lutte libératrice. Aujourdhui nous pouvons le faire :avant la rupture du jeûn ,après et même au delà des tarawihs. L’histoire est riche en enseignement de peuples ayant combattu avec le ventre creux durant des années :Les bolchéviks avec Lénine ,Les communistes avec Mao, les révolutionnaires avec Castro sans oublier es Zapatsites.
      Mon ami prions Dieu pour nous donner la foi et la force.

      3
      2
    Stardom
    3 mai 2019 - 4 h 10 min

    La marche du temps dans le cosmos est contre ces islamistes. Avec la technologie accessible a tout le monde et l’imperatif aux femmes de travailler a cote de son mari pour supporter la famille pour acquerir toute cette technologie fait que la femme grimpe l’echelon social et economique pour etre egal a l’homme. Les frerots sont impuissant et va contre leur preceptes.

    8
    1
    Digage!
    2 mai 2019 - 18 h 19 min

    il n’y a rien à faire entre le goinfrage du tube digestif (adhan) et la demande manuscrite de hassanates (tarawih). Au lieu de rester à la maison à se goinfrer de qalb ellouz, caméras cachées et de mousalsalates, on va sortir se dégourdir les jambes et le kerch. Tous les soirs pendant le ramadhan. pas seulement les vendredis.

    17
    6
      Essaid
      7 mai 2019 - 7 h 53 min

      Tout à fait!!! manifester tout les soirs serai peut être libératoire et salutaire pour tous.

    Tinhinane-DZ
    2 mai 2019 - 12 h 55 min

    Regardez l’enterrement de Ait Ahmed , allah yerhamou, et vous comprendrez que les Algériens savent faire la différence entre le VRAI MOUDJAHID PATRIOTE et le FAUX moudjahid Traitre.

    35
    6
    Anonyme
    2 mai 2019 - 12 h 52 min

    Concernant l’enterrement de Abassi Madani, je dirais qu’il y a eu manipulation pour faire peur au peuple.
    Il y’ avait beaucoup d’adolescents avec des cheveux traités à la Keratine et qui connaissaient même pas qui est ce Abassi Madani. On joue sur le nombre pour faire peur.
    D’autre part, les Algériens marchent dans tous les enterrements pour gagner des Hassanates. Ça n’a rien avoir de politique

    26
    4
    Ait Mahdi Djamel
    2 mai 2019 - 10 h 06 min

    Aucun lien entre le titre de l’article et son contenu, pourquoi s’obstiner à montrer les islamistes en étant des salafistes !!!!???
    Les salafistes sont apolitiques

    9
    27
    Karamazov
    2 mai 2019 - 9 h 50 min

    Té je m’en va récolter quelques pouces en bas tant ils pullulent et réussissent à infecter aussi ce site car ils n’ont pas besoin de passer le cap de la modération pour cliquer dessus. C’est très facile de les compter.

    Les salafistes à l’affut, salafou mal !

    Mais ce sera une bonne occasion de faire sortir la vermine des retranchements. Surtout maintenant qu’on les a laisser enterrer leur Guru avec une grande allégresse.

    Le mois de ramadhan est le grand mois de la manip et du chantage au paradis et des actions charitables racoleuses pour la secte qui active malgré son interdiction. Bien sûr qu’elle ne ratera pas l’occasion de se faire rappeler aux souvenirs surtout qu’elle a toujours servi d’alibi et qu’elle arrange les affaires de ceux qui veulent reconduire le Système.

    Cependant , il me semble que le mouvement n’a pas besoin d’être maintenu à un très très haut niveau pendant ce mois de nervosité d’atonie et de nonchalence.

    Il suffira de mettre le paquet après , dans les 15 jours qui précèdent le juillet. C’est vers cette période que la convergence doit aller.

    Pendant la période de ramadhan il suffit de maintenir la flamme avec des actions quotidiennes réduites mais avec éclat. Sitings, débats, soirées…

    24
    6
      Abou Stroff
      2 mai 2019 - 10 h 06 min

      moua, si « on » me garantit que je retrouverai, sans aucun doute, les fleuves de vin qui n’enivre pas et les72 houris qui feraient ma fête, après ma mort, alors, je jure que je deviendrai salafiste, waha-bite, et etctérite.
      PS: j’utiliserai, bien entendu, l’ascenseur spatial intégré au grand minaret de la grande mosquée du grand ex-fakhamatouhou que pilotera notre ami Zaatar.

      21
      5
    Zaatar
    2 mai 2019 - 9 h 25 min

    ça serait la pire des choses qui pourrait arriver si le mouvement venait à s’estomper. Une occasion pareil de détrôner le pouvoir et de le descendre de là où il est ne se représentera pas avant au moins deux siècles. Peu importe la forme, mais la contestation doit continuer et le mouvement ne doit pas s’arrêter. On sortira après le f’tour s’il le faut pour toute la nuit, en faisant une sahra mouti3a jusqu’à l’aube et tous les jours du ramadan, peu importe les conséquences car elles ne concerneront pas le peuple et donc il n’en aura rien à battre…

    21
    1
      Abou Langi
      2 mai 2019 - 10 h 12 min

      Azul Zaatar

      Il faut compenser le nombre par la communication tous azimuts.

      Il faut communiquer un max et multiplier les interventions . Des sitings-débats-shows par exemple . Mais surtour préparer le retour après le ramadhan. Profiter de cette période pour organiser l’action du 4 juillet pour rejeter les élections.

      15
      1
        Zaatar
        2 mai 2019 - 12 h 46 min

        A mon niveau je n’arrêtai pas. Comme je pourrais je le ferais. Là ou je serais je débâterais et mes opinions sont claires…

        10
        1
      Un Algérien loyal
      2 mai 2019 - 19 h 44 min

      As salam wa alaykoum wa rahmatuLlah

      J’y crois pas mes yeux !!!
      Un journal algérien qui rédige des articles semblables aux articles des pays occidentaux.
      Islamistes radicaux ?? Salafiste ??

      Mes frères réveillez vous !!!
      Nous sommes dans le devoirs de suivre les traces des salaf ( nos pieux prédécesseurs) et les manifestations sont haram de bout en bout , la révolution contre un gouverneur viens de l’idéologie des khawarij . Étudiez notre noble religion et ensuite appliquez la !!!! Lalgerie est un pays stable et sécurisé al hamdouliLlah

      D’après Abou Hourayra رضي الله عنه, le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

      « Celui qui m’obéit a certes obéi à Allâh et celui qui me désobéit a certes désobéi à Allâh.

      Et celui qui obéit au dirigeant m’a certes obéi et celui qui désobéit au dirigeant m’a certes désobéi. »

      Rapporté par Al-Bukhary dans le Kitab Al-Ahkam, chapitre Ati’ou Allâh wa Ati’ou Ar-rassoul n°7137, Muslim dans Kitab Al-Imara chapitre Oujoub Ta’at Al-Oumara Hadith n°1835

      Celui qui obéit au dirigeant a certes obéi au messager صلى الله عليه وسلم, et celui qui obéi au messager صلى الله عليه وسلم entre au paradis.

      Celui qui désobéi au gouverneur a certes désobéi au messager صلى الله عليه وسلم, et celui qui désobéi au messager refuse (de lui même) l’entrée au paradis

      4
      17
        Maori
        3 mai 2019 - 8 h 05 min

        De quels dirigeants parlait le Prophète (QLSPSSL) ? Probablement d’un gouverneur qui est loin de ressembler à boutef, son frère said, ouyahya, oul abbas et tous les e mafieux innommables qui ont détruit l’Algérie. Les préceptes de Dieu et les hadiths du prophète (QLSPSSL) il faut les appliquer dans leur vrai contexte. Alors selon vous hitler, trump, MBS, SSISSI l’impérator et tous les dictateurs impies ou pseudo-musulmans, ils fallait et il faut leur obéir comme des gnous quitte à détruire son pays ou l’humanité? ,un peu de discernement SVP !!!!!!

        11
        3
          Un Algérien Loyal
          3 mai 2019 - 8 h 49 min

          L’Islam traverse toute les époques et est applicable en tout temps et en tout lieu . Il y a des méthodes pour conseiller un gouverneur de changer, la rébellion ne l’est pas . Vous voulez que le gouvernement changement ? Changez vous d’abord ! Craignez Allah !!!

          Vous voulez faire justice vous-même preuve que vous n’avez aucune confiance en notre Seigneur car Allah est Juste et Équitable .

          « Et ne pense point qu’Allah soit inattentif à ce que font les injustes. Il leur accordera un délai jusqu’au jour où leurs regards se figeront. » (Ibrâhim, verset 42)

          5
          10
        Abou Stroff
        3 mai 2019 - 9 h 37 min

        c’est grâce à ce genre de positionnement que les araba-muslims sont à la traine dans tous les domaines, sans exception!
        quant aux traces des « salafs », remarquons qu’avant de les suivre 3 des 4 khoulafa errachidines ont été assassinés (pour des histoires de pouvoir).
        moralité de l’histoire: notre arriération et notre sous-développement sont inscrits dans nos textes « sacrés » et c’est parce que nous sommes incapables de porter un regard critique sur nos dogmes que nous tournons en rond sans aucun espoir de prendre la tangente.

        11
        3
    El Hawess
    2 mai 2019 - 8 h 17 min

    Surtout pas abandonné la victoire est proche, et n’est Gaid Salah, n’est le Général Toufik, n’est Bensalah n’empêcheraient la volonté du peuple Algérien de vivre libre et juste dans une république de droit et devoir

    26
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.