La préhistoire

Par Kamel Moulfi – Décidément, le discours officiel est très mal servi par la réalité que vivent douloureusement les simples citoyens sur le terrain. Renouveler son passeport en ce moment fait plonger le malheureux algérien qui en a besoin dans un univers qui ressemble à la préhistoire de l’administration. Les témoignages relayés par les médias sont incroyables : il faut se lever plus tôt que les jours de pénurie de pain ou de lait, pour se présenter devant le siège de la daïra et avoir une chance d’être inscrit dans le quota quotidien, qui ne dépasse pas la cinquantaine de personnes autorisées à déposer leurs dossiers. Et dans une sorte de surenchère qui n’épargne aucune chaîne pour n’importe quel produit, il y a des gens prêts à passer la nuit devant la porte, des heures et des heures avant son ouverture, pour être sûrs d’être du lot et parmi les premiers quand le préposé commencera à remplir la liste. C’est l’annonce par le ministre de l’Intérieur que la quittance du passeport passerait de 2 000 DA à 10 000 DA à compter du 1er janvier 2015, en application de la nouvelle loi de finances, qui aurait déclenché le rush, cherche-t-on à expliquer. En 2014, y a-t-il encore des pays qui offrent en spectacle cette scène burlesque pour l’obtention du passeport ? Naturellement, la ruée ne concerne que les «sans passe-droit», les «autres» sont, on le sait depuis longtemps, dispensés de cette épreuve, un raccourci spécialement aménagé leur permet d’avoir le passeport biométrique sans aucun stress. Il faudrait un mot plus fort que paradoxe pour exprimer la contradiction entre la volonté proclamée de moderniser non seulement l’administration, mais tout dans la vie sociale et, dans les faits, la marche arrière, à pas de géant, qui annule les progrès réalisés. A croire que c’est dans la nature des Algériens, autorités et administrés, de se complaire dans l’archaïsme.
K. M.
 

Comment (9)

    Observateur Averti
    22 septembre 2014 - 19 h 35 min

    Le pays est parti en java.
    Le pays est parti en java.




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    22 septembre 2014 - 18 h 51 min

    On paye le laxisme qui règne
    On paye le laxisme qui règne dans ce pays depuis 50 ans.Aux 19e siècle la société américaine qui faisait face a des problèmes similaires (à l’époque New-York était un cloaque puant ) ils se sont appuyez sur des politiques de 10 a 20 ans de rénovation urbaines ,d’infrastructure nouvelle ,d’agencement ,d’organisation et ceci avec l’approbation des deux grands Parti (républicain et démocrates) qui même au pouvoir suivez la politique de modernisation entamé par leur prédécesseur . Il y a énormément de chantier en Algérie concernant l’administration, les services publics, la voirie et ceci peut être résolu, mais il faut de la volonté politique et que les acteurs politiques en Algérie fassent de la modernisation le cœur de leur politique
    Surtout éduquer le peuple,-car il est insupportable de voir encore des gens se coucher dans une pharmacie en attendant leur médicament que chacun doit être servi selon son arrivé, et surtout cessez de corrompre bêtement des agents des services publics en venant leur présenter des gâteaux et autres boissons pour les amadouer et vous laissez passer. C’est un cas de conscience qu’on s’inflige en réfléchissant sur son rôle dans la société, car tout n’est pas toujours la faute de l’autre et parfois une introspection s’avère nécessaire pour rectifier des conduites ou des pratiques détestables.
    Il y a deux ans quand je suis tombé malade (une grippe) on m’a envoyé vers un cardiologue qui lui m’a envoyé chez une gynécologue et qui abhorrer une blouse blanche portant le logo de la marque Renault sur son dos
    Une situation kafkaïenne et difficilement inacceptable pour mon ego d’Algérien. C’est devenu habituel tout est confus, flou, car ce pays ne porte en lui aucune visibilité a l’image du président.




    0



    0
    New Kid
    22 septembre 2014 - 18 h 14 min

    Retourner aux temps
    Retourner aux temps préhistorique serait mieux ! Les homos sapiens /Cro-Magnon que nous étions n’avions pas besoin de passeport pour voyager
    Du temps de Boumediene il vous fallait aussi une autorisation de sortie (du territoire) du FLN.
    Si vous contempliez la « harraga » , nul besoin de passeport ! Vous n’aurez pas à les avaler !




    0



    0
    Anonyme
    22 septembre 2014 - 18 h 11 min

    Qui supportera les
    Qui supportera les augmentations de salaires des fonctionnaires annoncées par le 1er ministre, selon lequel, je cite ses propos dans le cadre de la tripartie, »la force de travail ne s’achète pas », sinon le contribuable ? Non, la force de travail est une marchandise qui s’achète et se vend et cela est démontré scientifiquement depuis le 19eme siècle.




    0



    0
    mellah hocine
    22 septembre 2014 - 17 h 50 min

    On m’a taxé de débile,
    On m’a taxé de débile, d’antipatriote et de je ne sais quoi, lorsque à mon humble avis, j’avais dit que l’Etat est privatisé par ce pouvoir qui est tentaculaire.
    L’ETAT et ses INSTITUTIONS sont entre les mains de milliers d’individus qui encadrent, chacun en ce qui le concerne, tous les démarches administratives objet d’un droit du citoyen.
    Du Président de la République qui décide, jusqu’au simple agent des passeports ou de permis de conduire, en passant par les Directeurs centraux, les walis, les chefs de Daïra, l’ensemble des responsables de l’institution judiciaire, l’ensemble des responsables militaires et de sécurité, certains PDG d’entreprise étatique, la majorité des PDG d’entreprises privées, etc. Ce sont des milliers à être les « gardiens » de ce temples qui s’appelle l’ALGERIE. Alors pour avoir son passeport ou son permis de conduire , il faudrait connaitre au moins UN de tout ce maillage.




    0



    0
    Anonyme
    22 septembre 2014 - 17 h 14 min

    Que dire du parcours du
    Que dire du parcours du combattant des pauvres émigrés.
    Surtout ceux de l’Amérique du Nord qui habitent à des milliers de kilomètres des consulats.




    0



    0
    Anonyme
    22 septembre 2014 - 15 h 42 min

    le pouvoir central en Algérie
    le pouvoir central en Algérie n’a aucune prise sur le pouvoir local qui n’exécute que les instructions centrales qui l’arrange ;
    pour le reste ,il fait semblant d’exécuter en utilisant de multiples méthodes pour faire capoter toute orientation remettant en cause ses intérêts ;
    les seules directives centrales plus ou moins suivies un certain temps sont celles mises en oeuvre par l’autorité centrale elle même : c’est le cas de la fraude lors des élections ou du soutien inconditionnel quand l’avenir du système est mis en danger ;;;;;




    0



    0
    Abou Stroff
    22 septembre 2014 - 12 h 53 min

    tout est fait pour « divertir »
    tout est fait pour « divertir » le bon peuple. en effet, tant que le bon peuple est occupé à faire la chaine pour retirer un quelconque papier d’une quelconque administration ou pour retirer son pognon de la poste ou pour….., le bon peuple n’aura pas le temps de s’interroger sur la situation cocasse, absurde et hilarante au sein de laquelle il (le bon peuple) végète. en effet, je défie quiconque de trouver un pays où le président est inconscient 23 heures et 55 minutes par 24 heures et où personne ne sait exactement qui commande dans la baraque et qui donne les ordres à exécuter. remarquons que Benoit XVI, représentant de Dieu sur terre (du moins pour les catholiques) s’est retiré à cause de ses problèmes de santé, que les rois d’Espagne et de Belgique se sont retirés pour des problèmes similaires. par contre, notre bienaimé fakhamatouhou national, personnalité archaïque aux capacités intellectuelles limitées mais à l’estomac super performant, demeure toujours assis sur son fauteuil roulant. moralité de l’histoire: sommes nous, à ce point, damnés pour accepter d’être dirigés de la sorte? avons nous perdu tout sens critique pour accepter d’être dirigés par une marabunta dont le seul objectif est de se remplir les poches en désertifiant notre pays et de nous réduire à des moins que rien ou, à défaut à de simples tubes digestifs ambulants?
    PS: nos augustes dirigeants ne savent apparemment pas que: « sur le plus beau trône au monde on n’est jamais assis que sur son cul » (Montaigne).




    0



    0
    Anonyme
    22 septembre 2014 - 12 h 14 min

    J’ai plus de 60 ans et je
    J’ai plus de 60 ans et je dois donc renouveler mon permis de conduire tous les deux ans. Cela fait 10 mois que je l’ai depose a la Daira de Cheraga.On m’a remis un recipissé et je roule avec.Ce n’est meme pas sur que je l’ai lorsque ma demande renouvellement fetera son premier anniversaire.Si AP veut faire un reportage sur notre administration, la Daira de Cheraga est tout indiquee pour cela/




    0



    0

Les commentaires sont fermés.