Le président de la Cour des comptes : «Nous n’avons pas respecté la loi !»

Cour des comptes
Abdelkader Benmarouf, président de la Cour des comptes. New Press

Par Mounir Serraï  Abdelkader Benmarouf, président de la Cour des comptes, avoue que cette institution qu’il dirige depuis 1995 a fonctionné pendant de très longues années en infraction à l’article 16 du décret de sa création, relatif à la publication de ses rapports annuels afin qu’ils soient consultables et accessibles au grand public.

Intervenant sur les ondes de la Chaîne III, M. Benmarouf affirme que la Cour des comptes n’a jamais publié ses rapports sous l’ère Bouteflika. Refusant de parler d’un réel dysfonctionnement, M. Benmarouf reconnaît tout de même que la Cour des comptes est confrontée au même problème que rencontrent toutes les cours des comptes.

«Le rapport annuel, qui synthétise les principales observations, les constats et les principales recommandations adressées aux pouvoirs publics en matière de gestion des deniers publics, doit être rendu public. C’est mentionné dans l’article 16 de notre ordonnance. Il se trouve que ce rapport annuel n’a été rendu public que deux fois de l’histoire de la Cour des comptes en Algérie. Mais nous faisons chaque année des rapports annuels», souligne-t-il.

Ces deux rapports dont a parlé le président de la Cour des comptes ont été rendus publics à l’époque de Liamine Zeroual. Autrement dit, aucun rapport n’a été rendu public durant le règne de l’ex-président Bouteflika.

Pour M. Benmarouf, la non-publication des rapports annuels n’a pas tout à fait compromis le travail de la Cour des comptes. Mais, précise-t-il, «elle a coupé une relation importante pour la Cour qui est le dialogue et l’information du citoyen. C’est un vecteur très important et une des missions de la Cour. C’est aussi fondamental pour la transparence».

M. Benmarouf dit avoir sollicité à deux reprises la publication des rapports annuels de la Cour des comptes, en vain : «J’ai sollicité la publication des rapports à deux reprises, mais je n’ai pas eu de réponses. J’ai toujours déclaré publiquement que la Cour tenait à ce que ses rapports soient rendus publics.»

L’invité de la Chaîne III a par ailleurs affirmé que la Cour des comptes ne détenait pas à son niveau des dossiers de corruption susceptibles d’être transmis à la justice. Il explique que le travail de la Cour a un cheminement logique et que ses travaux suivent leur cour normal. Autrement dit, quand il y a des faits relevant du pénal, ils sont transmis automatiquement aux instances compétentes en la matière, conformément à ce que prévoit la législation.

M. S.

Comment (30)

    T as pas demissionnee donc EL HARRACH ...
    17 mai 2019 - 19 h 23 min

    Voici un Exemple d acteur « Catastrophe Nationale  » est qui est toujours LIBRE … En plus il vient nous expliquer le comment du Pourquoi !!! Pauvre !? est mon pays, maintenant y a le peuple qui va te protéger de ces VIEUX KARKARS !!!

    moumouh
    17 mai 2019 - 16 h 55 min

    Bon reveil apres 24 ans de sommeil , de cautionnement d’un regime maffieux.

    4
    1
      benchikh
      17 mai 2019 - 21 h 24 min

      comme dit notre proverbe on ne les (vois) pas quand ils volent ,mais on les vois quand ils rendent les comptes .

    Mme CH
    17 mai 2019 - 1 h 45 min

    C’est maintenant que vous reconnaissez que vous étiez des hors la loi et des complices…??? Vous auriez dû au moins présenter votre démission: Ad3af El Imèn…! Allez dégagez, ce n’est pas la peine d’essayer de vous refaire une virginité…!!

    5
    1
    Felfel Har
    16 mai 2019 - 17 h 23 min

    Non seulement ce vieux … n’a pas respecté la loi, mais il l’a violée. De multiple fois pour apporter sa contribution à la mise à sac du pays, pour protéger les malfrats qui considéraient les deniers publics comme un héritage familial. A aucun moment il n’a cherché à alerter le pays en dépit des appels (hypocrites) de la classe politique à lutter contre la corruption. Son silence a contribué à métastaser ce cancer.
    Je suis surpris qu’il ne soit pas aux arrêts après cet aveu.
    Si l’objectif réel était de lutter efficacement et totalement contre les mafieux, de restituer au Trésor Public tout cet argent pillé et de réhabiliter la justice et les lois de la république, il faut veiller à mettre hors d’état de nuire TOUTE la mafia, de Annaba à Zoudj-el-Bghel, SANS EXCEPTION. Commençons par ceux qui sont toujours en poste dans l’Administration comme dans l’Armée (la gendarmerie Nationale en tête)!

    8
    2
    icialG
    16 mai 2019 - 17 h 01 min

    il va falloir doubler le personnel de la cour des comptes ,pour renfloué les caisses de l état
    tout le peuple réclame le retour des déniés publique jusqu au dernier centimes plus les amendes saisie des biens , possessions des descendants et ascendants lier issue de corruption du pays et sachant que chacun d eux a accumuler plus que le budget de l état

    Anonyme
    16 mai 2019 - 16 h 16 min

    Pourquoi s’attaquer au président de la cour? les rapports des missions sont établis et archivés donc peuvent être consultés par tous. D’autre part il faut savoir que la cour des comptes n’est pas une entité anti corruption mais est en charge d’assainir les comptes (hissabates) des dépenses publics c comme un commissaire aux comptes au niveau des entreprises. Arrêtons de flageller toute personne qui reste intègre et ne balance pas pour gagner en côte ou pour faire le buzz… Enfin bref, maintenant que le roi n’est plus! même ces journalistes qui étaient tous muselés, comme beaucoup d’ailleurs, za3ma aujourd’hui ils sont consciencieux et ont la langue bien pendu!!! Pourquoi personne n’a rien dit pendant toutes ces années? Pourquoi rejeter la faute sur les autres alors que nous le sommes tous chacun a son échelle. Restons dignes

    6
    7
    Kouder Belala
    16 mai 2019 - 15 h 34 min

    CE Mr CHERCHE A SE JUSTIFIER C’EST DU BLA…BLA LE MINIMUM AURAIT ÉTÉ D’ÉCRIRE, justement a qui de droit, ET GARDER DES PREUVES DU REFUS!!!!QUI NE DIT RIEN CONSENT POINT BARRE ???

    8
    2
    Kahina-DZ
    16 mai 2019 - 15 h 30 min

    Il fallait démissionner .
    Il fallait avoir l’Algérie dans son cœur et non pas dans sa poche.
    TROP TARD, le mal est fait…le pays souffre de vos trahisons … manque de conscience et manque de patriotisme.

    13
    1
    Bônois
    16 mai 2019 - 12 h 08 min

    Ce qui est extraordinaire avec cette espèce qui a ruiné le pays, c’est leur fonctionnement défiant toute logique. En effet, ils croient qu’il suffit de reconnaître (quand ils le font) qu’ils ont failli dans ce qu’ils ont fait, pour tout effacer et recommencer comme si de rien n’était. Tout cela est trop beau au pays de BOUTEKHRIBA

    13
    Zaatar
    16 mai 2019 - 10 h 30 min

    Zaatar
    13 mai 2019 – 19 h 34 min
    Il faut tout de même rappeler pourquoi la cour des comptes a été muselée depuis 20 ans. Tiens ça correspond au temps des 4 mandats présidentiels. Ça ne vous rappelle rien? Quelle institution a signifie à l’ex président qu’il était redevable d’une Somme colossale prise sur les comptes des ambassades au temps ou il était ministre des affaires étrangères ? Eh bien c’était la cour des comptes . Après sa traversée du désert et en revenant en 99, et en tant que président, le premier acte fût de rendre la monnaie de sa pièce à la cour des comptes en la rendant inopérante, elle ne servait à rien. La suite c’est maintenant.

    15
      B.M
      16 mai 2019 - 10 h 51 min

      @Zaatar
      16 mai 2019 – 10 h 30 min
      —————————————————————–
      (Mis à part deux participations au volontariat estudiantin pour la révolution agraire, 1975 et 1976, je n’ai jamais milité, été encarté). Un jour que j’écoutais la radio RMC, c’était en France, une information frappe mon esprit : « Abdelaziz Bouteflika est le ministre le plus riche des ministres de la planète Terre »… L’écho en 2019 est assourdissant. Mine ayna la ka hadha ??? Serait-l l’ex président le plus riche de… L’Univers ? Crésus en vivra une seconde mort…de jalousie !

      9
      2
    Zino
    16 mai 2019 - 10 h 13 min

    Voleurs corrompus magouilleurs spoliateurs traîtres et j’en passe voilà par qui l’Algérie a été gouverné depuis 62 vous avez appauvris le peuple . Dillapidez et ruiner le pays et vous vous prétendez musulmans et nationalistes et je ne sais quoi ? Bandes de dictateurs

    16
    1
    Maori
    16 mai 2019 - 10 h 04 min

    Donc en prison.

    10
    1
    Brahms
    16 mai 2019 - 10 h 00 min

    Il tourne que sur Alger centre. Allez donc faire un tour dans le Sud Algérien voir les dégâts causés à l’environnement via l’entreprise Total qui exploite le gaz de schiste en Algérie alors qu’en France c’est interdit de briser les roches en sous sol. Vous faîtes n’importe quoi dans le pays juste pour capter de l’argent. C’est du travail de clowns. Il faut partir, votre classe a ruiné l’Algérie et ce, à tous les niveaux. En plus, vous financez le Maroc avec les mêmes projets car vous payez 30 % plus cher et les bénéfices réalisés sur le dos des algériens servent à financer le Maroc qui en retour vous envoie 10 tonnes de drogue pour bousiller la jeunesse algérienne. Vous avez tout faux sur tout la ligne. Partez vite ?

    12
    1
    Anonyme
    16 mai 2019 - 10 h 00 min

    LES VOILES QUI ASSOMBRISSAIT LE PAYS SE LÈVENT PETIT A PETIT

    10
    1
    Anonyme
    16 mai 2019 - 9 h 51 min

    Soit on est d´accord, soit on démissionne!
    Si on ne démissionne pas, on est alors d´accord.
    Ce Monsieur nous prend pour des demeurés.
    Il doit passer devant le tribunal en priorité, car, objectivement il a couvert tous les escroqueries
    (surement pas pour des dividendes, il faut éplucher ses propres comptes!)

    15
    Nationaliste
    16 mai 2019 - 9 h 02 min

    …vous êtes tous complice, vous êtes tous contre le peuple algérien.
    Un homme digne de ce nom aurait démissionné pour avoir sa conscience tranquille. Vous meritez la prison monsieur …

    19
    Mansour
    15 mai 2019 - 22 h 12 min

    Une véritable cour des comtes pardon des comptes. Son président a tenu ce matin des propos en langue de bois massif avec des esquives dignes des meilleurs escrimeurs. À commencer par le rapport Bouteflika, plusieurs entités économiques ont fait l’objet d’audits approfondis pour des dilapidations prouvées mais jamais légalement exploitées. Une vraie cour des contes ou des comtes que bouteflika a rabaissé dès son retour

    22
    Gatt M'digouti
    15 mai 2019 - 20 h 47 min

    Conte de fée ou comptes des faits? Qu’importe ! mettez tout ça sur le compte des comtes de la cour royale ! le roi saura reconnaitre et récompenser les siens !

    21
    LE DUC
    15 mai 2019 - 20 h 44 min

    Dans les pays civilisé et respectueux la complicité et la recèle elles sont sévèrement condamnable;si vous n’étiez pas d’accord avec vos supérieurs,pourquoi ne pas avoir démissionné;c’est la république ce n’est pas de ma faute,je suis innocent malgré les charges et les preuves,vous faites honte à l’humanité;espèce de crocodiles

    24
    Vroum Vroum 😤..
    15 mai 2019 - 20 h 29 min

    Ce Président de la Cour des Comptes , aurait dû démissionner que de cautionner L’exécutif , le sommet de l’Etat et Chef Gouvernement , puisque ce seraient eux qui auraient refusé que les rapports soient public au journal officiel . .Si le Président de la Cour des Comptes est resté depuis 1995 à aujourd’hui Président de la Cour des Comptes tout en sachant qu’il y avait des Abus , dépassements , du louche , il n’avait qu’à démissionner y’a des années , mais il est resté à son Poste donc complicité par définition . .Pourquoi il n’a pas démissionné sachant que la loi n’était pas respecté…À quoi bon !

    23
    BEN
    15 mai 2019 - 18 h 02 min

    QUAND UN CITOYEN NE RESPECTE PAS LA LOIS IL VA EN PRISON

    23
    elhadj
    15 mai 2019 - 17 h 53 min

    la meilleure façon de se faire oublier pour le non respect de la loi et le mépris affiche a l égard du peuple pour lui avoir cache les informations qu il en en droit de connaitre c est que cet occupant du poste de président ait un peu de courage et de dignité de démissionner et de laisser la place a des gens engages pour défendre la chose publique,ayant du respect pour l information du citoyen ,respectueux des lois qu il avoue avoir négligées.le fait que les responsables n ont pas assure convenablement leurs fonctions ni assume leurs prérogatives dans le cadre réglementaire ,ils sont donc responsables et complices de la déliquescence et du délabrement actuel que subit du pays

    26
    elbal
    15 mai 2019 - 17 h 45 min

    et si sisi algerien commence a rende deja lui meme les comptes .

    10
    1
    Chaoui Ou Zien
    15 mai 2019 - 17 h 06 min

    Donc selon ce mr des rapports ont continue a etre redige et soumis chaque annee mais n’ont pas ete publies. Publiez tous ces rapports pour qu’ils puissent etre evalues en fonction de la gravite des mefaits commis sous l’ere bouteflika. Des rapports soft qui ne font que glisser sur ces mefaits en les maquillant ou, pire, en ne les rapportant pas du tout prouveront que cette cours n’a pas fait son travail. Une sorte de “raghda ou tmangi” qui ne peut etre interpretee que comme etant une complicite. Comme quoi mr, la fonction vient avec des responsabilites.

    24
    Menhir
    15 mai 2019 - 16 h 43 min

    On aurait préféré qu’il nous dise qu’il subissait des pressions que de nous prendre pour des …. Rentre chez toi et opéré un changement rapide

    18
    GHEDIA Aziz
    15 mai 2019 - 14 h 40 min

    Le non respect de la loi est une faute grave qui doit être sanctionnée par la justice. Mais, en tenant compte du principe qui dit « faute avouée est une faute à moitié pardonné », ce Président de la cour des comptes devrait rendre des comptes. Même partiellement. En attendant de constriure un État de droit.

    19
    1
      Iwen
      15 mai 2019 - 16 h 35 min

      //.. .
      Le président de la Cour des comptes admet : «Nous n’avons pas respecté la loi !»
      mai 15, 2019 – 1:48

      .. .
      GHEDIA Aziz
      15 mai 2019 – 14 h 40 min
      . ..//

      Je pense que moule el-koursi a compris que dans pas longtemps, il risque de faire un tour du coté de BLIDA et c’est à lui que l’on va demander des faire des comptes.

      22
    Digage!
    15 mai 2019 - 14 h 03 min

    Quand un Fonctionnaire n’a pas les moyens d’accomplir ses missions, il démissionne !
    Mais la culture du koursi est plus forte que la conscience professionnelle.

    45

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.