Préservation des réserves de change : le gouvernement mise sur la rationalisation des importations

Banque réserves
Mohamed Loukal, ministre des Finances. D. R.

Pour faire face à l’érosion continue des réserves de change, le gouvernement opte pour une démarche basée sur la rationalisation des importations, notamment à travers la décision de prolongation du paiement différé de la valeur des importations, approuvée mercredi.

Lors de ses trois dernières réunions, tenues respectivement les 2, 8 et 15 mai en cours, le gouvernement a donné son feu vert pour des mesures importantes s’inscrivant dans le cadre de cette approche, pilotée par les ministères des Finances, du Commerce et de l’Industrie. La première mesure, présentée au gouvernement par le ministre des Finances, Mohammed Loukal, dans le cadre de son exposé périodique sur «les mesures à prendre pour réduire le déficit de la balance des paiements et préserver les réserves de change consiste à rationaliser les importations des kits CKD/SKD destinés au montage automobile et à la fabrication des produits électroménagers, électroniques et téléphones mobiles. La rationalisation de ces importations passera également par l’accélération de l’élaboration d’un cahier des charges concernant l’activité d’assemblage des appareils électroménagers et électroniques, et ce dans le respect des normes et des conditions régissant cette activité, notamment le taux d’intégration, le recrutement de la main-d’œuvre locale et l’exigence de l’exportation.

En outre, le gouvernement a décidé l’amendement du décret exécutif de 2000, fixant les conditions d’identification des activités de production à partir de collections destinées aux industries de montage et celles dites CKD, devant être limitées aux composants essentiels du produit, en intégrant la sous-traitance et en déterminant la durée pour bénéficier des différentes mesures incitatives.

Il a été également décidé l’engagement de la mise en £œuvre des mesures incitatives prévues par la loi de finances 2017, à travers l’accélération de la promulgation de l’arrêté interministériel y afférent, outre la promulgation de l’arrêté interministériel, en cours d’élaboration, fixant le taux d’intégration dans le domaine d’activité relatif à l’assemblage et au montage.

En trois mois seulement, l’Algérie a importé pour près de 1 milliard de dollars de kits CKD/SKD, destinés uniquement au montage automobile. Durant le premier trimestre 2019, le pays a importé 920,86 millions de dollars de ces kits, en hausse de 21,41% par rapport à la même période en2018. En 2018, ces importations avaient atteint 3,73 milliards de dollars contre 2,2 milliards de dollars en 2017, soit une très forte hausse annuelle (+70%).

Prolongation du paiement différé des importations

Dans la même perspective de contenir les importations, les ministres des Finances et du Commerce ont été chargés d’élaborer une conception sur les mécanismes juridiques permettant au citoyen d’importer les véhicules d’occasion. D’autre part, le gouvernement a approuvé, mercredi dernier, la prolongation, pour un délai maximal d’une année, du paiement différé des importations, un mode de paiement adopté par certains secteurs.

Contactée par l’APS, une source bancaire a précisé que le paiement différé des importations est fixé jusque-là à 59 jours (deux mois). Ainsi, l’importateur pourra désormais négocier avec son fournisseur le paiement de sa facture d’importation avec un an de différé, au maximum. «Je pense que c’est une mesure intéressante pour réduire la pression sur les réserves de changes car, en un an, il y aura des rentrées en devises qui vont équilibrer un peu les sorties», estime la même source.

Dans le même sillage, un Comité de veille et de suivi de l’évolution des transferts en devises vers l’étranger a été mis en place, la mi-avril dernier, par le ministère des Finances dans le souci de renforcer la vigilance en matière de transactions financières avec le reste du monde. La loi de finances 2019 prévoit, pour la période 2019-2021, une baisse des réserves de change à 62 milliards de dollars américains en 2019, puis à 47,8 milliards dollars américains en2020 pour atteindre 33.8 milliards de dollars américains en 2021.

A la fin novembre 2018, ces réserves étaient de 82,12 milliards de dollars. Durant le premier trimestre de l’année en cours, la balance commerciale de l’Algérie a connu un déficit de 1,37 milliard de dollars (contre 1,23   à la même période en 2018). Les importations ont reculé à 11,15 MDS USD durant les trois premiers mois de l’année (- 0,83%).

En 2018, elles se sont établies à 46,2 MDS USD. Le déficit de la balance des paiements avait enregistré une importante baisse lors des neuf premiers mois de 2018, passant de 16,37 milliards de dollars américains en 2017 à 10,42 milliards de dollars américains en 2018 (-36,34) avec une hausse des exportations de pétrole et un léger recul des importations.

Comment (6)

    Yes
    20 mai 2019 - 1 h 47 min

    Rationalisation ?!! Ils n’ont pas honte de dire ça !! Ça veut dire qu’ils prenaient des décisions irrationnelles !! Aveu très grave.

    Anonyme
    19 mai 2019 - 15 h 47 min

    L’économie, les finances, les banques, la fiscalité, le commerce, les douanes du pays Doivent etre radicalement et totalement réformés, restructurés
    L’économie du pays est otage de barons de la « Mafia Politico-Financière »(…) C’est regrettable ?!

    2
    2
    vigil
    19 mai 2019 - 10 h 24 min

    Avec nos ingénieurs et techniciens de intérieur et de l’extérieur du pays, on peut crée et produire la richesse pour notre pays. Mais dommage le conducteur de la société Algérienne et aveugle et chaque fois il enfonce le pays et son peuple dans le précipice. ils faut éliminer toutes les obstacles ( corruption, bureaucratie et la malveillance). vive L’Algerie vive le peuple et l’armée avec sont chef le général Gaid Salah.

    1
    7
    Brahms
    17 mai 2019 - 18 h 28 min

    Les kits de montage c’est une arnaque financière monumentale, il faut être maboule pour accepter ce genre de contrat.
    Le prix de revient de la voiture augmente de 42 % par rapport à la concession étrangère. Que de la perte. C’est Mr Bouchouareb (Ministre charlatan, ancien commercial à Air Algérie) qui a signé ce genre de contrat. On comprend mieux pourquoi, pour toucher des commissions occultes et partir sur Paris (achat d’un appartement à 3 000 000 €). Les dindons de la farce sont donc les citoyens algériens et l’Etat qui paieront 42 % plus cher. Il est donc grand temps pour ce Ministre charlatan de retourner à l’école car apparemment, il a eu ses diplômes dans une pochette surprise. Rigolo.

    11
    5
      El pueblo
      18 mai 2019 - 11 h 54 min

      Brahms
      17 mai 2019 – 18 h 28 min

      C’est plutot à la prison que doit retourner ce voleur et non refaire ses classes

      4
      4
      Yes
      20 mai 2019 - 1 h 43 min

      Des experts l’ont dit et dénoncé,c histoires de montage auto c arnaque démontrée par ferhat ait ali,mais le système bouteflika marginalisait tout avis contraire à ses décisions. Même le gouvernementt tebboune avec mahdjoub bedda l’avait dénoncé comme importations déguisées.

      2
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.