Discours du chef d’état-major de l’ANP à partir de Ouargla

dialogue
Le général-major Ahmed Gaïd-Salah. New Press

«Les résultats réalisés jusque-là dans le domaine de la lutte contre la corruption constituent une des exigences fondamentales des Algériens fidèles, loyaux et jaloux de leur patrie, des résultats qui vont dans la bonne direction, en harmonie avec la fédération des efforts et la convergence des visions entre l’Armée et le peuple. Dans le cadre de cette harmonie, il est préférable que les marches se caractérisent par un niveau raisonnable et suffisant d’organisation et d’encadrement efficace pour faire émerger de vrais représentants qui se distinguent par leur sincérité et intégrité pour transmettre les revendications légitimes de ces marches, en leur évitant toute forme d’anarchie et de tomber dans le piège de l’infiltration par des individus ayant des plans suspects qui utilisent ses manifestations comme un portail pour scander leurs slogans et brandir leurs bannières, et une passerelle pour transmettre certaines revendications irrationnelles, telle que l’exigence du départ collectif de tous les cadres de l’Etat, sous prétexte qu’ils représentent les symboles du système. Il s’agit d’une revendication non objective et irraisonnable, voire dangereuse et malveillante, qui vise à déposséder les institutions de l’Etat de ses cadres et les dénigrer. Ces cadres qui ont eu le mérite de servir leur pays à tous les niveaux, avec intégrité et dévouement, et nul n’a le droit de se substituer à la justice en leur proférant des accusations et en réclamant leur départ.

«Le but de ces instigateurs et ceux qui gravitent autour d’eux, est de barrer la route à toutes les solutions possibles et de plonger le pays dans une impasse politique préméditée afin d’atteindre leur objectif d’entraîner le pays vers le vide constitutionnel. Dans ce cas, les manifestations populaires deviennent une monture facile pour ces individus afin de promouvoir des idées qui ne servent pas l’Algérie et qui ne se conforment nullement aux revendications populaires scandées. Aussi, il devient impératif de revoir la manière d’organiser ces manifestations et la nécessité de les encadrer par des personnes ayant un esprit nationaliste responsable, qui craignent Allah quand il s’agit de leur peuple, leur patrie et les institutions de leur Etat, et œuvrent à transmettre les revendications populaires dans le cadre d’un dialogue sérieux et constructif avec les institutions de l’Etat, prenant en considération les revendications réalisées jusqu’à présent, grâce à l’accompagnement permanent de l’Armée nationale populaire, qui s’est engagée à ne pas être partie prenante à ce dialogue escompté.

«Dans ce contexte, nous nous interrogeons sur l’absence flagrante des personnalités nationales, des élites et des compétences nationales face aux événements et évolutions accélérés que connait notre pays et qui requièrent des propositions constructives à même de rapprocher les points de vue divergents.

«En somme, ceux qui veulent maintenir le pays dans l’impasse sont des individus et des entités qui tentent sciemment de nous mener vers le vide constitutionnel avec tous les risques et menaces qu’il peut comporter. L’impasse politique et le vide constitutionnel planifiés de manière délibérée par ces entités est un parcours aux conséquences désastreuses sur les plans économique et social du pays, notamment dans le domaine des investissements et la préservation des postes d’emploi et du pouvoir d’achat des citoyens, voire sur tous les autres plans ayant un lien avec le processus de développement de manière générale. Il paraît que certains sont dérangés de voir l’Etat préserver sa notoriété et que ses institutions continuent à s’acquitter normalement de leurs missions, en dépit de cette crise.

«Dans ce sillage, il y a lieu d’indiquer que la tenue des élections présidentielles mettra un terme à tous ceux qui tentent de faire perdurer cette crise. Il est certain que l’étape principale serait d’accélérer la création et l’installation de l’instance indépendante pour l’organisation et la supervision des élections. Nous attendons, dans ce cadre, l’accélération de la prise des mesures adéquates pour la mise en œuvre de ce mécanisme constitutionnel, considéré comme l’outil juridique idoine pour préserver la voix de l’électeur et donner une crédibilité aux élections.

«Aussi, la tenue des élections présidentielles permettra d’éviter de tomber dans le piège du vide constitutionnel et tout ce qui s’en suivra comme dangers et dérapages aux conséquences désastreuses, ce qui exige des enfants dévoués de l’Algérie, jaloux de la notoriété de leur patrie et des intérêts de leur pays et sa place parmi les nations, d’adhérer à cette démarche décisive pour l’avenir du pays».

«En cette occasion, je tiens à indiquer que l’article 102 de la Constitution que nous avons proposé d’adopter en toute responsabilité, sincérité et dévouement, en date du 26 mars passé à Djanet en 4Région militaire, en ce qu’il constitue une solution constitutionnelle appropriée, je dis, cet article a suscité de nombreuses interprétations erronées et tendancieuses de la part des têtes de la bande qui ont créé autour dudit article une agitation afin d’avorter toute démarche présentée par le commandement de l’ANP. Ceux-là même qui ont démontré par ces positions qu’ils sont les ennemis de toute démarche salutaire même si elle est en faveur du pays, car leur parcours professionnel témoigne qu’ils n’ont rien donné à cette Armée, pour la simple raison qu’ils se sont affairé à réaliser leurs intérêts personnels étroits, loin de ce que leur dicte leur devoir national envers l’Armée et la nation et il semble que leur ressentiment envers l’Armée et son Commandement a atteint un tel degré qu’ils sont véritablement contrariés par toutes ces étapes de développement que notre Armée a franchies sur plus d’un plan. Ce dépit a atteint des limites dangereuses, dont l’objectif clair est d’affaiblir l’Armée et freiner cet effort de développement considérable, ignorant que quiconque se met en travers de l’Armée nationale populaire et son commandement et œuvre à entraver ses efforts, se dresse nécessairement contre l’intérêt de l’Algérie.

«Nul doute que les têtes de la discorde, qui ont été démasqués, ainsi que leurs actes criminels et pernicieux néfastes pour l’Algérie, sont aujourd’hui en train de subir la sanction juste et équitable qu’elles méritent par la force de la loi. Ce sera également le sort de tous ceux qui sont impliqués dans le complot contre l’Armée nationale populaire et l’Algérie, en commettant des actes criminels. Ceux-là même que les enquêtes persévérantes et approfondies en cours, ne manqueront pas de dévoiler dans l’avenir et seront eux aussi sanctionnés de manière juste et équitable par la force de la loi.

«Ainsi, tous ceux qui ont été désignés dans des fonctions supérieures et qui, au lieu de faire en sorte que ces fonctions et postes qu’ils occupent soient une opportunité pour affirmer leur dévouement à leur Armée et à leur patrie, à travers un travail sur le terrain et productif, ils s’évertuent à mettre les avantages de leurs fonctions essentiellement au service de leurs intérêts personnels, croyant à tort que continuer, voire insister, à manigancer des complots et des conspirations leur garantira la réussite dans ce qu’ils commettent. Nous les mettons en garde avec la plus grande rigueur que l’Etat algérien est fort par ses lois, son peuple et son Armée, qui forment un rempart solide pour protéger cette chère patrie, des complots de ceux qui veulent, sans scrupule aucun, enliser l’Algérie dans des méandres aux conséquences inconnues.»

R. N.

Comment (20)

    daro
    21 mai 2019 - 11 h 30 min

    le seul acquis que peut espérer le peuple c’est la liberté et l’état de droit loin des militaires et des islamistes, mais pour l’heure on est loin du compte…Ce sont les militaires qui gouvernent et qui décident pour toutes les institutions..Ouyahiya a dit ‘Righ fi ch’bek’ et c’est vraiement la situatuion actuelle.. le chemin est trop long et on risque de se trouver le 4 juillet avec un presisdent militaire (Gaid par ex) ou un de ses poulains!! et là le réveil sera dur pour tout le monde…Ce régime des militaires peut imposer son président et sa passera sans problème, Quant à la participation du peuple, ils peuvent imposer aux militaires, policiers , les gens de l’administration d’aller voter et faire un zoom via leurs média et après ils gonflent le taux de participation…40 ou 50% de particpation est vraiement possible avec ces deux mécanismes…

    Djamel
    21 mai 2019 - 0 h 34 min

    Un vide constitution tu parles, « si il y avait une constitution ». La constitution dit que l’armee est au service du pays (peuple) alors mon général fait de sorte asque le peuple décidé de son sort et de choisir ces gouverneurs, c’est tous ce que le peuple demande, mais pas sous les Bedoui, Bensalah et compagnie. Celui qui viole la constitution c’est bien toi en te substituons a tes prérogatives constitutionnelles, te prononçons a chaque fois a la place du chef d’etat qui lui aussi anticonstitutionel.
    Les arrestations effectuer jusqu’au jour d’ aujourd’hui sont partial et sans effet escompte (la justice n’a obéi qu’aux ordres des téléphonés) comme au passé pas ci lointain. Sa donné impression que ces arrestations ne sont fait que pour sauvé vos têtes et reglement de compte sur les déclarations compromettantes sur du passe non glorifiant.
    Le peuple dit dégagé au système non au institutions de l’etat, le système est une chose l’etat est une autre, le peuple fait la différence entre ces deux identités, alors mon général ne mélange pas les cuillères et les fourchettes.
    Système dégage!!!!!!!

    13
    3
    lhadi
    20 mai 2019 - 23 h 16 min

    Conformément aux prérogatives constitutionnelles, le vice ministre de la défense-chef d’état major doit rester droit dans ses bottes afin de permettre à tous les citoyennes et citoyens, en âge de voter, de choisir par la légitimité des urnes, l’homme ou la femme qu’il faut à la place où il faut ; un homme ou une femme dont la grande finesse d’analyse alliée à une profonde maitrise des rouages politiques, la fidélité à des convictions affirmées en même temps qu’une ouverture d’esprit à rebours de tout esprit dogmatique, l’attachement profond à la souveraineté nationale et à la conscience éclairée d’une nécessaire adaptation aux évolutions de l’histoire, la liberté de jugement qui distingue des cercles claniques, partisanes, traditionnels, sont des valeurs qui les caractérisent.

    En ces moments très difficiles pour le pays, tant économiquement que politiquement, la jeune nation algérienne a besoin d’un homme ou d’une femme d’Etat qui, tant sur le plan intérieur, où les passions politiques sont les plus vives, qu’en matière de relations internationales, cherche dans l’intérêt du pays les voies constructives qui renforcent l’édification d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie apaisée, moderne et conquérante dans ce monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.
    Aux urnes citoyennes et citoyens !!!

    Fraternellement lhadi
    
([email protected])

    11
    7
      Zaatar
      21 mai 2019 - 4 h 20 min

      La constitution pour rappel est un document vote par le peuple. Pour rappel seul le peuple est souverain dans un pays. Le peuple a ce que je sache à mis de côté cette constitution et l’a déclaré non valide. Par conséquent cette constitution est un chiffon de parterre et une autre devra être élaborée. D’où Gaid Salah fait n’importe quoi vis à vis du reste, mais sûrement sait ce qu’il fait pour ses objectifs et ambitions personnels.

      10
      5
        lhadi
        21 mai 2019 - 15 h 32 min

        La constitution est bien davantage qu’une charte des pouvoirs publics ; elle établit des règles de fond que ne pourront écarter les législateurs.

        La démocratie est un univers de rites et de pratiques cérémonielles dont l’importance demeure décisive. Ce sont, par exemple, les nombreuses consultations électorales avec leur enchainement séquentiels bien réglés : investitures, campagnes, résultats et commentaires, investitures de nouveaux dirigeants et, avec eux, émergence de nouvelles espérances.

        Envisagé sous cet angle, on peut dire du suffrage universel qu’il remplit la fonction que l’anthropologue Victor Tuner attribuait aux rituels : condensée des informations sur les représentations que la société veut donner d’elle-même. Et de fait, chaque consultation électorale opère la mise en scène spectaculaire de l’égalité politique des citoyens et de leur liberté souveraine ; elle souligne l’importance du choix des dirigeants, exorcisant ainsi l’inconfort d’avoir à admettre la dépendance de tous à l’égard de forces non maitrisables ; elle rassemble tous les citoyens dans un acte refondateur de la volonté générale, qui transforme une communauté imaginée en une « réalité » : celle du peuple souverain.

        Fraternellement lhadi
        ([email protected])

        5
        3
          Zaatar
          21 mai 2019 - 19 h 00 min

          La démocratie c’est le pouvoir est au peuple et le peuple c’est le pouvoir. La démocratie c’est quand tous les responsables et dirigeants rendent des comptes au peuple. La démocratie c’est quand le peuple décide les responsables abdiquent et suivent. En d’autres Termes et en ce moment il n y a pas de démocratie, on assiste à une militarocratie.

          3
          1
    Bobid
    20 mai 2019 - 22 h 57 min

    40 millions d’Algériens veulent manger du couscous mais leur chef leur dit bla djedkoum ghir vous allez manger de la garantita dra3 !!! Machba3touch le bricolage Wella wach?

    10
    2
    manman1954
    20 mai 2019 - 20 h 45 min

    Si l’Algérie ne se métamorphose pas en état de droit, le peuple devra accentuer la pression sur les chefs de l’armée. Si l’entêtement du Sergent Garcia persiste, il faut passer à la grève générale suivie d’une totale désobéissance civile. Bien entendu les Algériens resterons Zen en clamant SILMIA !!!

    9
    4
    SI EL HAWESS
    20 mai 2019 - 20 h 40 min

    Monsieur,le Général il prend le peuple Algérien pour des demeurés;non;non monsieur ne nous sommes pas des demeurés,nous sommes des vrais patriotes aimant notre patrie et sa sécurité;lorsque vous dites que vous avez attaqué aux mal qui ronge le pays, la corruption et l’injustice,vous avez fait le contraire jugés certains et collaboré avec les inventeurs de la corruption comme; Messieurs Louh;Ghoul;Tliba;Djemai,et certains généraux;

    14
    3
    Hibeche
    20 mai 2019 - 20 h 38 min

    Gaid Salah et l’état major n’ont jamais cru à une solution qui émane du peuple ou de l’opposition. Tout simplement, Gaid Salah et ses satellites ont toujours été partie prenante du bouteflikisme. Le régime militaire, qui a été faiseur de rois, ne veut plus être le dindon de la farce, ou comme on dit chez nous « khadra foug aacha ».
    Gaid Salah doit répondre aux attentes populaires ou il expose le pays au pire. Le vide constitutionnel dont il parle, le peuple le connaît et l’assume. La constitution est le cadre pour gérer les affaires du peuple et de la cité, ce n’est un dogme. Si le peuple veut son gel, il est souverain .
    M. Gaid Salah, il n’y a plus de retour à l’ordre ancien, c’est fini.

    10
    3
    Vangelis
    20 mai 2019 - 19 h 24 min

    Le général a parlé, attendu par tous les médias qui difuseront son message délivré après un long silence.

    A force de donner de l’importance à quelqu’un on fini par se faire avaler. C’est le cas de G.S a qui on a donné de l’importance, ne serait-ce qu’en attendant qu’il parle.

    Les manifestants ont été pourtant clairs en demandant yatna7aw ga3, y compris le concerné. Et comme il est concerné, il bloque tout au prétexte du respect de la constitution et de la préservation des institutions.

    Et pourtant, en tant que farouche soutien de l’ex fakhamatouhoum, il a vu que ce dernier a violé de nombreuses fois ladite constitution. S’était-il opposé en temps et en heure ? Bien évidemment non.

    Et pourtant, en tant que vice ministre de la défense devenu par la force des choses ministre de cette dernière et accessoirement premier ministre indiquant aux petits nouveaux ministres la voie à suivre, la sienne pardi, il est évident que les institutions ne marchent pas comme il se doit et de toute manière bien avant et au cours de toute la période d’indépendance de l’Algérie, ces mêmes institutions ne fonctionnaient qu’au profit de leurs administrateurs, ministres et hauts cadres de l’État, en gros les sommités, les pontes, les apparatchiks.

    G.S en tant que militaire, ne veut pas qu’on s’oppose à lui, lui qui a maintenant fait le vide autour de lui. Il agit tel un président à donner des directives assorties de menaces afin de casser lé révolution algérienne en cours.

    Faisant donc partie du système, il le défend bec et ongles car il ne peut se tirer une balle dans le pied.

    9
    4
    Bof
    20 mai 2019 - 16 h 12 min

    « Aussi, il devient impératif de revoir la manière d’organiser ces manifestations et la nécessité de les encadrer par des personnes ayant un esprit nationaliste responsable »

    Et voilà, Gaid Salah va nous organiser des manifestations pour réclamer le départ de Gaid Salah !
    Garde à vous ! 1-2-3 Marche.

    25
    11
      Mon Général
      20 mai 2019 - 19 h 00 min

      A ce rythme, il va finir par exiger de valider le menu du Ftor de chaque citoyen. Pour vérifier s’il n’y a pas de comploteur planqué dans la chorba.
      ça vire à la parano.

      13
      3
    Anonyme
    20 mai 2019 - 15 h 58 min

    En arrière toutes,telle semble la devise de Gaïd qui reste sourd aux revendications du peuple et de personnalités qui ont la conviction que le régime qui a fait tant de dégâts est en fin de course.Mais ce n’est pas l’avis de Gaïd qui veut maintenir contre l’avis de tous le système rentier prédateur et rééditer le coup de force d’un certain Bouteflika en Avril 1999.Tout le monde hurle Y EN A MARRE DE CE POUVOIR mais Gaïd fait toujours la sourde oreille.En réalité il veut garder le régime tel quel en remplaçant seulement Bouteflika et son clan.Ce n’est pas ce que les Algériens demandent depuis bientôt 3 mois et c’est bien dommage.

    20
    8
    Karamzov
    20 mai 2019 - 15 h 21 min

    « des individus ayant des plans suspects qui utilisent ses manifestations comme un portail pour scander leurs slogans et brandir leurs bannières, et une passerelle pour transmettre certaines revendications irrationnelles, telle que l’exigence du départ collectif de tous les cadres de l’Etat, sous prétexte qu’ils représentent les symboles du système. Il s’agit d’une revendication non objective et irraisonnable, voire dangereuse et malveillante, qui vise à déposséder les institutions de l’Etat de ses cadres et les dénigrer. »

    Si pas sek jdizi ? Le tnehewage ga3 hada est irrationnel ?

    Oua khouya Zaatar il y a de la place dans ton bunker ? 

    Il ne reste au hirak que la harga !

    15
    11
      Zaatar
      20 mai 2019 - 18 h 09 min

      Comme on dit chez nous « sebba lakatha hdoura ». Il ne fallait pas plus a notre général pour exécuter son plan. Le serpent disait à la grenouille « tes yeux sont exorbitants « , et la grenouille qui répond « ne cherche pas ailleurs, t’as envie de me bouffer vas y ».
      Mon bunker est assez spacieux t’inquiètes pas, et il est surtout bien équipé. Bien à toi cher Karamazov.

      8
      4
    Anonyme
    20 mai 2019 - 15 h 10 min

    Ya si Gaïd, ce n’est pas aux cadres de la nation de se dévouer à l’armée mais à l’armée de se dévouer à son peuple. Ça fait une grosse différence. Si vous voulez être utile à votre pays arrêter de nous réciter le même discours auquel le peuple (et non quelques individus malfaisants) a déjà répondu. C’est votre obstination qui risque d’entrainer le pays dans une crise sans précédent. Ceux qui sont pour des élections le 4/07 sont ceux qui pense pouvoir imposer au peuple des élections bidons. Ils font mine de ne pas entendre les revendication du peuple car habitué à trafiquer et à manipuler les masses. La douche risque d’être très froide cet été. Des élections sérieuse ça se prépare sérieusement et non à la Bedoui.

    25
    12
    Digage!
    20 mai 2019 - 14 h 53 min

    IL a parlé, enfin !
    Pour redire la même chose : il faut organiser des élections avant la fin du mandat de Bensalah. Et avec Bensalah.
    Et gare aux opposants ! je vais tous vous mettre au frais, et je vais organiser mieux, à la façon militaire, ces manifestations sauvages qui me critiquent et leur mettre des Cachiristes à leurs têtes pour chanter des slogans à la gloire de Gaid Salah. Car Gaid Salah c’est l’Armée, et l’Armée c’est l’Algérie, une immense caserne.
    A vos ordres mon Général.

    25
    11
    Abou Ligam
    20 mai 2019 - 14 h 49 min

    Wouaouw !

    Woullah que je je sta3reh bik , mon Général !

    « «Aussi, la tenue des élections présidentielles permettra d’éviter de tomber dans le piège du vide constitutionnel et tout ce qui s’en suivra comme dangers et dérapages aux conséquences désastreuses, ce qui exige des enfants dévoués de l’Algérie, jaloux de la notoriété de leur patrie et des intérêts de leur pays et sa place parmi les nations, d’adhérer à cette démarche décisive pour l’avenir du pays».

    Vouala une réponse cinglante et magistrale à tous ceux qui voudraient vous voir manger votre casquette publiquement. »

    Comme pour le zoizio de « mon nom est personne » : ce n’est pas du tout ceux qui veulent nous éviter la présidentielle qui nous veulent du bien et ce n’est pas ceux qui nous conduisent tout droit dans le mur qui nous veulent du mal.

    Comme quoi parfois il vaut mieux rester dans la m…. que d’essayer d’en sortir . Tellement les chemins de la sortie sont pavés d’affreuses intentions.

    Non mais ! vous aviez vu tous les vieux vers qui sont sortis du fruit  pour dicter la conduite ?

    Il ne faut pas organiser la présidentielle , nianiania !

    La présidentielle aura lieu avec ou sans candidat , avec ou sans le peuple !

    Ah ! dis le Général au Dindou : vous marchiez , m’écriais-je ! Iben neudber maintenant !

    Allez Gaid n’aie pas peur iksiliri 100 à l’heure ! Le mur est tout droit devant on ne va plus le rater maintenant.

    Je m’en vais vous former un comité de soutien pour aider à la réussite de la présidentielle , Mon Général !

    Tinkyite pas, c’est moua que j’va spliki les raisons du pourkwa de la présidentielle doit avoir lieu , ou du moins pourquoi on doit aller à la présidentielle.

    D’abord parce que jusque-là , comme je le leur ai spliké en long et en large la société n’a rien en elle qui puisse proposer mieux. Et je dirais même que tout en elle est fait de sorte qu’il n’y ait que le pire qui puisse en sortir et même khouya Abou Stroff qui n’entrave que pouic à la tératogenèse est d’accord. La preuve tous les zombies et les vautours qui plane et qui tournoient dans le ciel.

    Ami isk t’entends pas le vol noir des corbeaux sur no têtes ?

    Alors soit on laisse le Dindou et les zombies nous faire traverser le désert pendant les karanta à venir soit on fonce vers le mur pour lui fracasser sa race : advienne que pourra !

    9
    8
      Sid
      20 mai 2019 - 17 h 40 min

      « Allez Gaid n’aie pas peur iksiliri 100 à l’heure ! Le mur est tout droit devant on ne va plus le rater maintenant. »

      MDR !!! Barak allahou fik akhi! Wellah tu m’as trop fait rire!

      Il faut dorénavant prendre les discours de ce vieux shlag comique au même titre que son ancien ami Sellal.

      La solution se trouve en dehors de sergent Garcia, il faut donc rien attendre de nouveau dans ses discours…Au fait, il est le problème…

      15
      5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.