Les trois lectures possibles du discours du général Gaïd-Salah à Ouargla

discours
Ahmed Gaïd-Salah. D. R.

Par Kamel M. – En appelant à «accélérer» la mise en place de la commission d’organisation et de supervision de l’élection présidentielle, le chef d’état-major de l’ANP semble pointer un doigt accusateur vers le chef de l’Etat intérimaire. En effet, échaudé par l’échec prévisible de la rencontre «inclusive» à laquelle Abdelkader Bensalah avait appelé sans que lui-même n’y prenne part, ce dernier se tient en retrait, ne prenant aucune décision et attendant les «orientations» de l’institution militaire qui «pilote» la période de transition dont l’issue paraît de moins en moins proche.

Les «vœux» de l’armée, exprimés par la voix du général Ahmed Gaïd-Salah, sont perçus comme des «ordres» depuis qu’il a appelé à l’application de l’article 102 de la Constitution stipulant l’empêchement du président de la République et donc sa destitution. Ce qui fut fait dans les semaines qui avaient suivi son discours. L’appel lancé à partir d’Ouargla, ce lundi, signifie que la machine électorale va être mise en branle et que des contacts vont être établis dès maintenant avec des personnalités de l’opposition et des «représentants» du mouvement populaire pour tenter de constituer cette instance sur laquelle pèse la lourde tâche d’assurer le bon déroulement d’un scrutin à haut risque.

Et, justement, à propos de l’élection présidentielle, à travers laquelle l’armée voit la seule issue à la crise pour «barrer la route à ceux qui cherchent à prolonger la crise» – dixit le général Gaïd-Salah qui n’a pas nommé ces «perturbateurs» qui ont intérêt à ce que la situation s’envenime –, ce dernier n’a pas fait un abcès de fixation sur la date du 4 juillet dans son discours de ce lundi. Est-ce à dire que l’échéance électorale sera reportée de quelques mois, le temps de trouver un terrain d’entente avec les nombreux opposants à cette démarche dont certains craignent qu’elle provoque un clash entre l’armée et le peuple ?

Cette allusion claire à ceux qui veulent faire basculer le pays dans l’instabilité signifie, quant à elle, que l’arrestation des généraux Toufik et Tartag, du frère du président déchu, Saïd Bouteflika, et de la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, n’est que le début d’une liste qui risque de s’allonger. Si on a bien saisi son message, le chef d’état-major de l’ANP insinue que ceux qu’il accuse d’avoir «comploté» contre l’Etat et contre l’armée n’ont pas tous été «neutralisés».

Plus le temps passe, plus l’armée se voit impliquée davantage dans la gestion de l’après-Bouteflika. Abdelkader Bensalah joue le rôle tout à fait secondaire de gardien du temple, en attendant de remettre les clés du palais d’El-Mouradia au prochain locataire pour cinq ou dix ans. En tout cas, plus pour deux décennies.

K. M.

Comment (135)

    Anonyme
    22 mai 2019 - 0 h 05 min

    un nouveau RAB DZAÏR il remplace toufik et said boutef

    3
    4
    ABDEL
    21 mai 2019 - 14 h 02 min

    la seule lecture possible,c’est qu’ils veulent faire élire un pantin ( sans électeurs,=boycott) une maronnette controlée par l’armée et qui sera surement non reconnu par la communauté internationale …le chef des armées a du mal a rompre avec l’ancien regime,si non ,comment en serait-il autrement ? ,il soutenu le 4 e mandat et le clan boureflika jusqu’a la fin !! il reste un !personnage ambugu dans sa démarche et dans ses discours

    13
    9
    ZORO
    21 mai 2019 - 13 h 05 min

    Reponse a MELLO 20mai 21h36
    Grace a cette jeunesse déterminée a redresser la situation peu enviable du pays ,tous les problemes de l Algerie trouveront tot ou tard leurs solutions. Cependant cela n est envisageable qu a une seule condition, que les Algeriens toute etnie confondue restent unis dans un meme TERRITOIRE sous un SEUL DRAPEAU chantant KASSAMAN tout en revendiquant un etat de droit, democratique ou seules les urnes pourraient departager les gens.
    S agissant de banieres, le chef des armées Gaid Salah qui n est pas moins berbere que d autres et dans son souci pour l unité du pays, attire notre attention sur ceux qui par visee separatiste insistent a afficher leur appartenance a des etnies reparties sur l ensemble de l Afrique du nord plutôt qu a cette Algerie qui nous unit.Le Hirak en phase sur ce point avec Gaid salah et l ecrasante majorité des algeriens a démontré a tous les habitants de la planete que leur nombre etait insignifiant ces banieres qui visent a separer les algeriens en etnies pour les preparer a des gueres fracticides qui ont cessé depuis mille et cinq cent ans grace a l islam.
    ARABES NOUS LE SOMMES,BERBERES AUSSI NUL BESOIN DE l AFFICHER.
    SIGNE.ZORO. …Z

    10
    14
      Le Berbère
      21 mai 2019 - 14 h 55 min

      Comment ça, les Algeriens toute etnie confondue restent unis dans un meme TERRITOIRE sous un SEUL DRAPEAU chantant KASSAMAN ???..l’Algérie est un pays mono ethnie, notre pays n’est pas un état multiculturelle ou multiethnique qui veux dire que les algériens sont tous issus de la même race ethnique qui est l’amazighe.
      Le terme arabe s’est introduit dans la sphère politico sociale au milieux des années 30 par le controversé Abdelhamid Ben Badis qui à contribué à faire renforcer dans les plus larges masses les concepts du nationalisme, de l’arabisme et de la fidélité a l’Islam, les trois piliers de la personnalité algérienne selon lui et membres de FLN qui ont étaient endoctriné au Caire et à Damas ont repris le même concept de l’Algérie arabe arabe. Même Masali Hadj qui à été un pionnier de la revendication de l’indépendance de notre pays de colonisateur barbare français n’a jamais déclaré officiellement ou officieusement que l’Algérie est un pays arabe.

      10
      6
        MELLO
        21 mai 2019 - 20 h 44 min

        Inutile de répondre à quelqu’un qui reste renfermer dans sa coquille , jusqu’à étouffement. Le monde avance à pas de géant , certains veulent nous maintenir dans ces ténèbres . ZORO , qui n’arrive pas à comprendre que ce hirak a pour racine les événements d’Avril 1980, d’Avril 2001 avec en apothéose cette marche sur Alger de plus de 1 millions de citoyens Algériens sans aucune couleur ethnique. ZORO ! Les ethnies c’est du côté du golfe Persique.

        1
        1
          ZORO
          22 mai 2019 - 11 h 08 min

          Salem Mello
          Tu essayes de jouer a l amnesique en feignant ignorer notre sujet de discussion soulevé par le berbere Gaid salah ,de surcroit chef des armees algeriennes , qui attire l attention sur les dangers que representent ces nouveaux flags dont le seul but est la deflagration de l Algerie. Ce hirak a eu le merite de monter l interet presque nul qu accordent les Algeriens a ces nouveaux intrus dans nos espaces sans ignorer leur danger potentiel soulevé par Gaid salah pour semer dans le futur une fitna inter-ethnies que le pays n a pas connu depuis l’avenement de l islam.

          MELLO
          22 mai 2019 - 16 h 58 min

          @ZORO 11h08
          Non ZORO, nul ne peut s’élever contre son appartenance identitaire Amazighe. Crois moi que ces portes etandards ont cette Algérie dans le sang. Ce sang versé par leurs parents pour libérer cette Algérie des mains du colonialisme. Logiquement , ni toi , ni Gaid , ne pouvez ignorer le nombre de colonels de la révolution issus de la Kabylie. Nul ne peut , Gaid Salah y compris , accuser ces millions d’ALGÉRIENS d’appartenir à une quelconque prise étrangère.
          Si vous insinuez, toi y compris, que cet etandard est venu se mêler pour semer la zizanie, détrompez vous , car les porteurs sont des  » pièces d’origine » de ce pays qui font fonctionner pacifiquement et sans accro cette marche vers une nouvelle Algérie démocratique et sociale.
          Le drapeau Amazighe flottera au côté du drapeau national, d’ailleurs ils se complètent.

    Kasbadji
    21 mai 2019 - 12 h 57 min

    Tant qu’on n’aura pas identifié l’auteur de L’APPEL ANONYME du 22 février dernier l’équation à trois inconnues ne sera jamais quelque soit le risque gravissime qui est en train de menacer l’Algérie pour le plaisir de ses ennemis intimes (Maroc -France)…

    9
    6
      Antisioniste
      21 mai 2019 - 16 h 20 min

      Il s’appel Larbi Ben M’hidi, renseigne toi et tu saura que je dis vrais.

      13
      4
    Bouzorane
    21 mai 2019 - 11 h 39 min

    Selon Mohamed Sifaoui :  » Alors que le président par intérim Abdelkader Bensalah s’apprêtait à faire, au cours de cette semaine, une déclaration pour annoncer l’annulation des élections présidentielles du 4 juillet prochain en arguant un déficit logistique et l’absence de candidats, Gaid Salah a imposé hier au président par intérim de ne pas faire cette déclaration et s’est empressé, ce lundi, d’affirmer, lors d’une visite à Ouargla, que les élections du 4 Juillet auront bel et bien lieu et donc de passer en force pour imposer une vision extrêmement dangereuse pour la sécurité nationale.

    La rue algérienne exige désormais le départ du général-dictateur Ahmed Gaid Salah qui cherche, à tous prix, à asseoir un pouvoir personnel… Son attitude ne cesse de diviser le haut commandement de l’armée et n’augure rien de bon pour l’avenir du pays… »

    14
    11
      Le Berbère
      21 mai 2019 - 17 h 43 min

      Mohamed Sifaoui ses déclarations ne sont pas crédibles..

      2
      4
    Metek
    21 mai 2019 - 11 h 19 min

    Les 3 lectures que je vois sont :
    1. J’y suis, j’y reste!!!!! … moi, ma smala, tliba, tout les mafieux serakines-heggarines-beggarines, les gininars de mon etat major , dezou m’3ahoum ya cha3b.
    2. Tout ceux et toutes celles qui se mettront en travers de mon projet de perpetrer et regenerer le systeme mafieux militaro-financier issu du putch des planques des frontieres en 1962, seront systematiquement mis « hors d’etat de nuire »
    3. Je souflerai le chaud et le froid en maniant la carotte et le baton tout en jouant sur le pourissement et l’essouflement du mouvement jusqu’a atteindre le vide contitutionnel le 9 juillet qui m’offrira ainsi le pouvoir total dont je reve.
    NB. Un pouvoir mafieux ayant condamne un jeune a 6 mois de prison pour une pancarte disant qu’il etait contre le 5 mandat de fakhamatouhoum et qui ne l’a pas libere malgre 3 mois de manifs du peuple, le renvoi du « president », doit on attendre de lui qu’il libere l’algerie?

    11
    10
      LeilatElKadr
      21 mai 2019 - 11 h 54 min

      GaidSalah s’est autoproclamé Rab Djair.
      Il defend le systeme contre la volonté populaire.
      Et pour faire plaisir à la France et les emiratis.

      16
      9
    Zombretto
    21 mai 2019 - 11 h 07 min

    En effet, il y a trois lectures possibles de son discours :
    1 – Il méprise le peuple.
    2- Il méprise le peuple.
    3- Il méprise le peuple.
    Wa essalamou 3alaykoum.

    14
    10
    Ali+
    21 mai 2019 - 9 h 53 min

    Le fusillé Marin si Salah veut sauver un bateau à trois quarts sombré dans une mer très agité, est lui même était un des saboteur de ce énorme bateau de quarante millions de passagers, à grandes majorité se sont des innocents, si Salah arrêtez de prendre le peuple pour des demeuré, pourquoi ne traduit pas Certaines personnes qui ont autant de mal au peuple et la nation que la bande à Said, en particulier Louh, Tliba, Djemai, Bedoui et d’autres, Mr si Salah vous avez loupé la gloire et aussi le paradis et vous même vous seriez jugé demain devant dieu et quarante millions d’innocents vont demander justice

    19
    10
      Lyes-DZ
      21 mai 2019 - 10 h 59 min

      Mon General, maintenir les élections pour le 4 juillet est une utopie sans nom, c’est du sadisme pur de ne pas faire dégager le système qui a concouru à la faillite de la l’Algérie , à son islamisation rampante , à la généralisation de la corruption à tous les niveaux, vous êtes la solution, vous êtes responsable moralement devant l’histoire, vous êtes l’espoir du peuple de mettre fin à ce marasme, vous représentez l’une des institutions les les plus nobles, entourez vous par de vrais conseillers patriotes et intègres bien charpentés pour nous sortir de cette immersion boueuse, on devrait passer outre la constitution qui n’est plus au service du peuple, cette constitution violée nuit et jour pour fermer tout champ démocratique, était au service de Bouteflika le régionaliste, imbue de sa personne qui a perdu la raison en se comportant comme un monarque en fin de vie, on devrait mettre une assemblée constituante nouvelle, composée de cadres de l’état intègres et compétents et des personnes venant du hirak désignés ou autoproclamés pour la modifier progressivement par voie référendaire, et accélérer le processus de transition démocratique, il y’ 42 millions d’algériens qui ne lâcheront rien, le processus de démocratisation est irréversible mon général, c’est leur droit élémentaire de réclamer un état de droit, cette Algérie est notre bien commun , cessez de patauger, prenez vos responsabilités, écoutez le peuple et soyez de son côté, la gloire éternelle est au bout …..

      14
      7
    ANONYME
    21 mai 2019 - 8 h 25 min

    IL N Y A QU UNE SEULE LECTURE DE SES DISCOURETTES…IL VEUT SE PROTÉGER ET PROTÉGER SON CLAN EN UTILISANT LES MOYENS DE L’ETAT ET SA JUSTICE….IL VEUT QUE CES ELECTIONS SE TIENNENT POUR FAIRE SORTIR UN PRÉSIDENT FAIBLE ET NON REPRÉSENTATIF DU PEUPLE EN GONFLANT LES URNES..UN PRÉSIDENT A LEUR SOLDE..FAKOU…VOTRE CONSTITUTION TAILLÉE SUR BOUTEF NE TIENT PAS LA ROUTE……DÉGAGEZ..L ALGÉRIE SERA BIEN SANS VOUS…

    31
    15
    Zaatar
    21 mai 2019 - 8 h 15 min

    Il me semble que sur ce site (AP) les viennent pour apporter un avis, contribuer à la compréhension des actualités et des événements en cours dans notre pays et à un degré moindre dans le monde. J’ai noté que pour bon nombre, pour ne pas dire une majorité, on prend les choses avec passion au point d’en faire une « virtualité réelle ». Des exemples il y en a à la pelle. Un point de vue qui n’est pas partagé par tous (fort heureusement) est d’emblée catalogué d’anti quelque chose. Un point de vue qui ne coïncide pas avec l’avis d’un lecteur ou d’un intervenant est pris comme pour quelque chose qui va se réaliser ou qui va influer sur le cours de l’événement ou de l’actualité. Ici je crois que l’on donne juste un avis. Il n’est pas parole d’évangile ni un verset du coran. Et pour l’actualité qui nous concerne, l’avis que l’on donne ou les suppositions que l’on fait, ils ont un dix milliardième de chance d’influer sur le courant des choses. Car nous n’en sommes que des observateurs dialoguant et exprimant des points de vue chacun à sa façon. Il y a maintenant juste la question d’objectivité. C’est à dire les avis ou les arguments de chacun qui se rapporte réellement à la réalité…on aura vu les décalages. Je ne m’étalerai pas la dessus car il est plutôt question d’ego ici par rapport au sens de débat ou de l’échange que l’on produit.

    12
    12
      LibrePenseur.DZ
      21 mai 2019 - 8 h 42 min

      Pour une fois je suis d’accord avec vous dans l’ensemble:), déjà on avance un algérien d’accord avec un autre.
      J’ai juste un petit désaccord avec vous concernant les propos, les avis et les suppositions que vous mentionnez.
      Vous êtes vraisemblablement intelligent, à priori instruit et cultivé. vos lecteurs, peuvent être comme vous, c’est à dire ayant un sens critique et comprenant le second degré. Ils peuvent aussi être jeune, moins jeunes, mais surtout influencés ou influençables qui prennes vos analyses et vos suppositions comme … je ne trouve pas le terme, mais la première image qui me vient à l’esprit est « Inception » :).
      Le web est par définition un média non régulé, et il doit le demeurer, pour qu’il le demeure la conscience collective doit se responsabiliser.

      23
      6
        Zaatar
        21 mai 2019 - 13 h 26 min

        Pour le petit désaccord il a plutôt une proportion non négligeable dans l’ensemble ou vous êtes d’accord avec moi. Pour « Inception » est ce le film de Nolan ou juste le commencement par définition tel le big bang?
        Enfin mon commentaire se veut pour la compréhension de l’ensemble des commentaires que je fais ici. Ce n’est pas parce que mon analyse et ma conclusion d’un événement sont d’une nature que c’est effectivement ce je souhaite pour cet événement. Et je pense que c’est pareil pour tout le monde. En bref, nous n’influons en rien au cours des choses. Cela se décide à très haut niveau. Le très haut est bien évidemment relatif.

        5
        3
          LibrePenseur.DZ
          22 mai 2019 - 1 h 38 min

          Tu as raison, en me relisant je me rends compte notre désaccord est plus prononcé que ce que j’imaginais. J’apprécie néanmoins tes interventions, ne serait-ce que pour le côté cynisme intelligent, n’y vois aucune animosité de ma part, bien au contraire. Rien de mieux qu’un échange calme de points de vues diamétralement opposés, dénué de cette agressivité primaire bien de chez nous.

          1
          1
          Zaatar
          22 mai 2019 - 8 h 10 min

          Ah eh bien là je retrouve le très haut niveau dans la libre pensée. Peut être est ce l’effet juste de lecture. Je retrouve bien dans ta lecture l’inconvenance immorale, n’y vois aucune animosité de ma part, bien au contraire, j’apprécie également ce que tu écris. Comme à l’échange diamétralement opposé ça ne peut que se refermer dans une quadrature de cercle rectangulaire et dénuée de toute agressivité. Dieu nous a tellement bien façonné qu’on ne peut qu’éprouver du respect pour autrui.

    Dr Abdelkader Saadallah
    21 mai 2019 - 7 h 48 min

    Il ne s’agit pas de changer d’ÉQUIPE dirigeante en maintenant le SYSTÈME, le résultat sera PIRE qu’avec l’équipe BOUTEF ! Et il n’est pas question d’assurer la transition avec des personnes du système, elles sont très EXPERIMENTÉES pour faire DURER le système tel qu’il est ! C’est-à-dire corrompus !
    Il s’agit, à mon avis, de mettre en place les conditions les plus optimales pour réellement assurer une TRANSITION VERS UNE REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE ET TRANSPARENTE. Cela consisterait en un gouvernement provisoire pour diriger la transition qui consisterait essentiellement et fondamentalement à : 1) DISSOLUTION de tous les partis sans exception, APN, Sénat et toutes les allocations « cachirs » aux hommes du système inactifs, retraités avant l’âge et parasites, une règlementation simple pour L’EMERGENCE DE PARTIS qui reflètent les courants politiques qui traversent la société algérienne. Les libertés fondamentales instituées dès le premier jour 2) faire EMERGER UNE ASSEMBLEE CONSTITUANTE, par un débat pour faire sortir un projet de constitution, organiser le référendum pour cette constitution, et l’élection d’une assemblée constituante qui adoptera finalement la constitution. 3) Organiser les élections présidentielles.
    Il faut préciser que les candidats à toutes les fonctions seront ELUS SUR LA BASE D’UN PROGRAMME, et peuvent aussi être DESTITUES, une fois élus et à tout moment, sur la base de leurs actions et déclarations.
    Le hirak et l’ANP veilleront à PROTEGER le peuple, le pays et ce processus vital pour la consolidation de la Nation Algérienne. Et pour commencer le haut commandement de l’armée devrait faire ressortir des hauts REPRESENTANTS DE L’ANP DIGNE HERITIERE DE L’ALN ET PROTECTEUR DU PEUPLE ET DU HIRAK, et non pas répresseurs du hirak et du peuple.
    Dr Abdelkader Saadallah 21 Mai 2019

    18
    12
      AnonymeDZ
      21 mai 2019 - 9 h 08 min

      Monsieur Saadallah, si c’est bien vous et non pas quelqu’un qui parle en votre nom, vous êtes irresponsable à vouloir diviser le peuple, l’armée et les institution de l’état.
      Vous aviez pourtant annoncé votre candidature à l’élection présidentielle sous l’égide de l’ancien régime en janvier dernier, et là vous faite marche arrière pour une fois qu’on parle de transparence?
      Vous étiez d’accord avec les modalités des élections précédentes, mais vous n’êtes pas pour définir ou aider à définir des modalités plus justes pour les prochaines élections? je ne comprends plus rien!

      11
      10
    mohouali namara
    21 mai 2019 - 6 h 41 min

    il y a UNE SEULE LECTURE a faire GAID a peur de subir ce qu il fait subir aux autre actuellement (arrestation et emprisonnement)
    HADDAD KOUNINEF SAID REBRAB ET LA SUITE ET LONGUE, SON TOUR VIENDRA AU CAS OU LE SYSTEM DEGAGE.
    YA CHARI DALA comme disent les algeriens.

    27
    13
    Ali El Vérité
    21 mai 2019 - 5 h 42 min

    Aucune puissance n’a vaincue la volonté et la détermination d’un peuple souverain, mais comme nous vivons dans une nation de têtus et non respectueux envers son peuple, nous continuons à jouer au chat et la souris, le temps chez les hommes responsables vaut une mine d’or, mais chez les hommes irresponsable c’est un moyen de chantage et d’intimidation, les colons ainsi les Bouteflika ont bien cruent résultats, ils ont perdu sur les deux tableaux

    22
    8
    Zaatar
    21 mai 2019 - 4 h 27 min

    Voilà bien une situation qui me fait rappeler Maatoub Lounes (paix à son ame). En fait c’est juste un petit passage dans l’une de ses chansons qui caricature la situation que nous vivons aujourd’hui. « Al wakhdha issaren, abhim youghel dhel hakem… »

    24
    12
    Zaatar
    21 mai 2019 - 3 h 59 min

    La messe est dite. Et les carottes sont cuites. Il ne reste plus que deux alternatives. C’est comme résoudre un problème mathematique. Hypothèses, Démonstration et conclusion.
    Le peuple est souverain. L’ANP doit répondre aux demandes du peuple. Ce qui est constaté est que le chef d’état-major va à l’encontre des demandes du peuple. Les possibilités des évènements à suivre sont les suivantes.
    1- Le chef d’état-major revient sur sa décision et devient plus raisonnable et écoute le peuple. Cette possibilité a peu de chance de se réaliser au vu de l’entêtement du chef d’état-major qui doit avoir ses raisons qui ne dit pas et qui doivent être personnelles.
    2- Le chef d’état-major s’entête dans ses déclarations et maintient son cap. Le peuple est par hypothèse déterminé à aller jusqu’au bout et à maintenir sa pression jusqu’à la fin. Alors de deux choses l’une. Soit le commandement de l’ANP réalise le danger que court le pays et met fin aux fonctions de son chef d’état-major et répondra au peuple en annulant définitivement les élections et ôtera de la vie politique bensalah et bedoui et demandera à ce que soit désigné des personnalités acceptées par le peuple pour conduire la transition.
    Soit le commandement de l’ANP suit son chef d’état-major et c’est la confrontation avec le peuple. Et rabi tester.

    26
    12
      Argentroi
      21 mai 2019 - 6 h 06 min

      Zaatar, de tes propositions, on retiendra que celle où le commandement de l’ANP va mettre fin aux fonctions de son chef d’état-major, n’a que la même finalité que préconisait les Bouteflika et Toufik qui voulaient une confrontation avec le peuple en instaurant l’état de siège ou l’état d’exception. Si par malheur, le commandement de l’ANP se divisait entre partisans et adversaires de Gaïd Salah comme on est entrain de le souffler, il vaut mieux alors se préparer à l’effondrement de l’état et à la guerre civile, en somme à la somalisation. Je m’étonne donc vraiment de l’urgence de ta pressante demande qui en définitive donne raison à Gaïd Salah quand il stigmatise ceux qui veulent créer le chaos.
      En vérité l’impatience que montre certains dénote qu’ils n’ont aucune confiance dans le mouvement populaire naissant pour que ce dernier concrétise ses objectifs. Cette concrétisation a des préalables qui ne se sont pas simplement encore réunis et dont le premier est l’autonomie politique du mouvement que déterminera les prochaines évolutions.
      Si on devait croire à la fin du mouvement populaire en cas d’élections, c’est qu’on est un véritable novice en politique ou que ce mouvement n’est en vérité que factice !

      16
      5
        Zaatar
        21 mai 2019 - 6 h 35 min

        Mon cher ami Argentroi,
        On ne fait que disséquer les événements pour comprendre ce qui se passe tout en essayant d’être les plus objectifs possible. Il va de soi que ce n’est pas ce que je dis ici, moi ou un autre qui aura plus de 90% de chance de faire basculer le cours des événements d’un côté ou d’un autre. Les choses seront ce qu’elles seront en fonction de tous les paramètres qui y influent et vous tout comme moi en serons des spectateurs. On vient ici juste pour donner un avis. Je pense que vous avez saisi le mien qui dans le fond essaie d’être le plus objectif possible. Mon souhait est que l’ANP soit au service du peuple en ces circonstances et que Gaid Salah révise sa position vis à vis du peuple. Maintenant Gaid Salah est un être humain et donc il doit certainement avoir ses raisons d’agir d’une façon ou d’une autre. On a juste esquissé les possibilités, car nous ne sommes pas devibs, pour le reste ça se fera comme ça se fera.

        11
        14
    Anonimaoui
    21 mai 2019 - 1 h 17 min

    Moi personnellement je ne crois pas que Bensalah décide de quoique ce soit. C’est Gaid Salah qui détient le pouvoir effectif. Donc la date du 4 juillet c’est lui. Maintenant devant un mouvement populaire qui ne faiblit pas même pendant le Ramadan et malgré les manœuvres du pouvoir, Gaid Salah lâche un peu de leste en proposant la mise en place d’une commission d’organisation de l’élection présidentielle. Reste à connaître la composante humaine et les prérogatives de cette commission. Ce qui est périlleux pour le futur c’est cette nouvelle tendance à vouloir organiser les manifestations. Ça risque de déraper vers des confrontations fratricides entre manifestants et forces de l’ordre. Attention il y a danger grave à l’horizon.

    16
    5
      Antianarchiste
      21 mai 2019 - 8 h 28 min

      Bensalah a pour rôle de gérer les affaires courantes de l’état et de préparer les élections tel que dicté par la constitution tout en usant des moyens que lui offre cette dernière. Il a une mission claire et définie et il s’y tiens.
      Il va partir, il n’a donc rien à perdre et rien à gagner sur le plan personnel, il n’a jamais voulu être président, et c’est probablement pour cela que je le plaint, car il faut du courage et un sens du devoir incommensurable pour résister à toutes les manœuvres qui visent à l’empêcher de servir son pays pour un dernier round.
      Quand à ceux qui plaignent que c’est l’armée qui décide, je répond que l’armée a pour devoir de protéger l’intérêt suprême de l’Algérie, elle est garante de son intégrité territoriale et institutionnelle, et c’est en sa qualité de garde fou qu’elle a agit lorsque des personnes avaient comme objectif de museler la voix des algériens en poussant vers un état de siège. khoulassat el kaoul: si GS n’avait pas pris les devants, le hirak aurait disapru du jour au lendemain. ceux qui pensent que mon « analyse » est fausse peuvent dislike autant qu’ils veulent, j’ai dis ce que j’avais à dire et vive l’Algérie unie.

      17
      12
        Abou Mupeet Show
        21 mai 2019 - 9 h 46 min

        Miracle !
        Enfin une contribution censée, objective et très proche de la réalité…Cher Monsieur, Moua, je vous remercie pour votre point de vue, loin des « ego » déployés souvent ici, et loin des attaques personnelles continuellement ciblées sur Gaid Salah…Par des personnes allongées pendant 20 ans sous le tableau de Bouteflika…Y’ a un truc qui me démange et me dérange dans tout cela…

        Dieu merci, votre avis vient calmer un peu les démangeaisons venues de ces hyènes…

        14
        20
    icialG
    21 mai 2019 - 0 h 38 min

    POUR la liste peut être bien que nous seront d accord mais pour les opposants ils faisait parti du système donc ce n est pas possible ils cherche tous a récupérer la manif et le pouvoir alors qu ils dégage tous qu ils aillent se pendre 57 ans s opposant au boutrf ils ont fait quoi ? RIEN !!! ils devrait avoir honte toute s ils n on rien a se reprocher ils peut rester dans l opposition après les élection

    44
    2
    Aboubakr Houha
    21 mai 2019 - 0 h 09 min

    Après réflexion je pense que les décideurs eux-mêmes ne savent pas où ils nous mènent, ils ont misé sur le temps et l’usure du mouvement comme ils ne l’avaient pas vu venir. Ils avaient entre temps compte sur une démobilisation après la démission de Bouteflika puis l’arrestation de Toufik and co, ainsi que les soit disant actions anti corruption, ils ont tout faux même
    avec l’aide de Sidna Ramadan. Le système ne veut surtout pas lâcher le pouvoir et ils craignent d’avoir à rendre des comptes. Même les conclusions des 3 « sages » sont venues à contre courant de leurs espérances. Vers où allons-nous, peut-être malheureusement vers le pire car le Hirak non plus ne lâchera pas et une bonne partie des jeunes sont prêts et pressés d’en découdre. Depuis très longtemps je me qui que l’Algérie ne s’en sortira que par le sang et la violence, après 3 mois et un début d’espoir et après la déclaration d’aujourd’hui je me conforte dans ce que je pensais espérons que je me trompe.

    47
    28
      Antisioniste
      21 mai 2019 - 0 h 51 min

      En en effet, vous avez raison le hirak pourrait bien devenir 3irak. N’est ce pas ce que voudrait certains pays frères et amis tel les pingouins du dessert vassaux du sionisme international? Tiens tiens….ca me rappel quelqu’un dont le nom est….

      9
      15
    Les discours obscures!
    20 mai 2019 - 23 h 54 min

    Notre chef d’Etat major est passé maître dans la formulation de discours à multiple lectures: des interventions qui s’identifient bien à la langue de bois, qui ne veulent rien dire, en tout cas rien de claire.
    Jusqu’à présent, les algériens vont continuer à se demander si le Commandement militaire dont il est l’expression, serait favorable aux maintien des élections présidentielles prévues le 4 juillet 2019, bien que rejetées plus que massivement par le peuple.
    Contrairement à ce qui ressort de la dernière intervention de Gaid Salah, ce n’est pas une poignée de nos compatriotes ou certains clans qui se dressent contre la tenue desdites élections mais ce sont des millions d’algériens qui s’y opposent.
    Alors que des voix de personnalités respectables lancent un appel pressant pour solliciter l’annulation salutaire dudit scrutin, le Commandement militaire par la voix de son Chef d’Etat major, ne trouve rien de mieux comme réponse que d’attirer l’attention sur une éventuelle tentative de certains, visant l’annulation de ces élections, dans le but de créer des obstacles à la mise en place d’une transition de sortie de crise.

    C’est à se demander si nos militaires, je parle évidemment de la composante du Commandement militaire,
    partagent et se trouvent bien dans la même patrie que leur peuple; à savoir l’Algérie?.

    28
    28
    UMERI
    20 mai 2019 - 23 h 28 min

    Les chiatines viennent infester ce site dédié aux patriotes, pour zaàma soutenir,le héros du moment, qui vient arbitrairement de succéder à bouteflika, Cif El Hadjadj en main, placé au dessus de nos têtes, afin de finir le sale boulot légué par Bouteflika. Un peuple qui a relevé le défi, avec quelques nationalistes, une centaine de maquisards, avec des fusils de chasse, qui ont fait face à une armée coloniale forte de 800.000 soldats, une administration présente à travers le territoire nationale, vient d’écrire une nouvelle fois une page de son’histoire,forte de son unité, ne reculera pas, devant les gesticulations, des agents du régime en place. La roue tourne, on peut la ralentir, mais n’arrêtera pas. La vérité éclatera au grand dame des parrains, qui ont dirigé le pays, avec une main de fer Les Saïd, Louh, Bedoui, Gaid, Belaiz, Saidani, Khellil, ne séviront plus, l’Algérie, retrouvera la paix, la sérénité,la liberté et la justice, Incha Allah, Amen.

    39
    30
      Argentroi
      21 mai 2019 - 4 h 23 min

      UMERI, quand on arrive à oublier de citer le généralissime Toufik dans la longue liste de ceux qui ont dirigé l’Algérie d’une main de fer, on doit bien tirer les conséquences qui s’imposent !

      11
      5
        UMERI
        21 mai 2019 - 17 h 00 min

        Oui, Toufik est tout aussi responsable de la situation délétère actuelle et surtout, pour avoir cautionné le retour, en 1999, de Bouteflika, aux affaires, malgré sa condamnation par la cour des comptes, sur le détournement de l’argent de nos ambassades, pour les virer sur son compte personnel, dans une banque suisse.Les algérien, en majorité veulent une justice indépendante et non pas une justice aux ordres, pour se venger des opposants. Bien a vous.

    Anonyme
    20 mai 2019 - 22 h 48 min

    Le paradoxe est le suivant: Si il y a des gens qui ne respectent pas Gaïd Salah et prétendent que tout ce qu’il dit est faux ou intéressé, allez-y. Oubliez-le, prenez Taleb Ibrahimi , Bouchachi, Tabou, Benyelles, . Faite ce que vous vous voulez. Tout de suite. Allez réunir les étudiants et les écoliers, et faîtes comme vous le voulez, allez-y. Qu’est ce que vous attendez. La permission de celui que vous voulez dégager. Si Gaïd Salah n’était pas là, qu’est ce qui se passerait? Benflis, Makri ou Soufiane. Zitout? Gaïd est là, il existe, que vous le vouliez ou pas et c’est lui qui va vous sauver. PS. Gaïd ne nous donne ni à manger, ni à boire. On parle pour l’Algérie, parce que nous, contrairement à d’autres, on peut survivre même sur Mars, sans l’aide de personne.

    16
    64
      Zaatar
      21 mai 2019 - 6 h 38 min

      Sur Mars ca m’étonnerait… on crèverait tous le bec ouvert en moins de cinq.

      10
      5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.