Saïd Bouhadja s’apprête-t-il à reprendre son poste à l’APN ?

Bouhadja APN
Blocus à l'entrée de l'APN par les députés opposés à Bouhadja. D. R.

Par Houari A. – Mouad Bouchareb est en train d’être chassé de la présidence de l’APN comme il y avait été installé : par la force. La réaction violente des députés FLN ce matin au siège de la chambre basse du Parlement est conduite par le nouveau secrétaire général du parti, Mohamed Djemaï, venu régler ses comptes avec l’ancienne direction parti, avec le soutien de Saïd Bouhadja et de l’ensemble des députés qui ont tourné casaque.

Les jours de Mouad Bouchareb à la tête de l’Assemblée populaire nationale sont comptés. Son mentor, Djamel Ould-Abbès, est visé par une levée de l’immunité parlementaire et sera entendu par la justice en tant qu’accusé dans des affaires de détournement lorsqu’il présidait aux destinées du ministère de la Solidarité.

Son successeur imposé par l’ancien bureau politique du FLN se retrouve ainsi seul et ne pourra pas résister longtemps face au désir irrépressible de revanche d’un Saïd Bouhadja accroché à son perchoir, d’où il avait été évincé manu militari. Ce dernier se considère toujours le président légitime de l’APN et son retour ne serait qu’une question de temps.

Le vent a tourné et les alliés de Bouchareb hier sont devenus ses ennemis aujourd’hui. S’ils ont changé de camp, ils n’ont cependant pas changé leur modus operandi : l’éviction par l’usage de la force.

Alors que la situation politique qui prévaut dans le pays et est marquée par la poursuite des manifestations sans que les souhaits des citoyens aient encore été exaucés, les deux principaux partis de l’ex-alliance présidentielle, FLN et RND, opèrent leur mue dans l’espoir d’échapper à la disparition pure et simple. La réaction violente des députés du FLN ce mercredi matin à l’APN et celle des redresseurs du RND qui exigent le départ d’Ahmed Ouyahia résonnent comme un sauvetage de deux partis à l’agonie.

H. A.  

Comment (7)

    57
    24 mai 2019 - 10 h 34 min

    ils continuent a se battre dans un comportement digne de charognards pour un fauteuil en décomposition dans un dernier saut de désespoir sans le moindre soucis pour les manifestants et se qui se passe autour d eux ,,,,,

    EL KHOU
    23 mai 2019 - 16 h 48 min

    Levée de l’immunité parlementaire de Djemel OULD ABBAS et de Saïd BARKAT: On en parle depuis un mois et à priori la commission chargée de l’examen de la requête du ministre de la justice ne semble manifester aucun empressement à traiter les deux dossiers. Jusqu’à preuve du contraire OULD ABBAS garde à ce jour son statut de vice président du sénat et tous les privilèges y rattachés. ( voiture de service , chauffeur, bons de carburant….) La question que je pose : est ce si compliqué que cela pour la commission de prononcer la levée? Ou veut on purement et simplement compliquer la procédure pour éviter le pire aux deux malfaiteurs susnommés?

    Ali Mentation
    22 mai 2019 - 21 h 12 min

    Quelle assemblée d’ailleurs les députés honnête et de bonne famille ont demissioner restant, se sont les affairistes opportunistes et leur mission l’argent et les affaires, un vieillard qui tient à la perchoir juste par intérêt et un jeune arriviste assoiffés du pouvoir et les magouilles, se disputent la présidence d’une assemblée de magouilleurs

    Argentroi
    22 mai 2019 - 15 h 41 min

    Les mêmes méthodes employées des coups d’état scientifique, comme on dit au FLN, nous démontrent qu’on encore à faire à d’autres Toufik ou à d’autres Tartag. Incorrigible système qui ne connait que la manière forte des rustauds ! Mais pourquoi ne pas laisser la justice ou le conseil constitutionnel statuer sur le fond de l’affaire comme le veut Bouhadja !

    8
    2
      EL KHOU
      24 mai 2019 - 15 h 39 min

      Des coups d’ Etat mafieux vous voulez dire. Les scientifiques ne font pas des coups d’Etat et d’ailleurs ils n’en connaissent pas les méthodes. BOUHADJA, OULD ABBAS, SAIDANI, et tutti quanti c’est du ramassis. Ils passent leur temps à cambrioler le pays.

    Digage!
    22 mai 2019 - 15 h 01 min

    Il manque juste les doberman pour agrémenter le tableau de voyous en costumes qui se battent pour garder leur salaire de chiyatines. Allez écharpez vous et sortez les guns pour en finir. Votre date limite d’utilisation est proche.

    13
    2
    elhadj
    22 mai 2019 - 14 h 51 min

    il est grands temps que le peuple réapproprie ses biens détournés par cette mafia politico financière notamment la restitution au secteur du tourisme de l ensemble des biens immobiliers occupes indûment par une caste de super citoyens algériens ,l APN qui devra être la tribune ou seront discutées les préoccupations des citoyens, le vote des lois et du budget, les explications régulières et séances tenantes des ministres, le contrôle méticuleux des activités de l exécutif,la création de commissions d enquêtes efficaces .Le Sénat au demeurant une garderie pour adultes et budgétivore n a pas sa raison d être .La campagne de salubrité publique menée actuellement devra inclure la récupération de l ensemble des biens immobiliers de l état détournés, occupes illégalement ou acquis a des prix dérisoires par ces bandes mafieuses qui ont dépravé et ruine le pays .

    13
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.