Driss Djazaïri met en garde les Algériens contre la réédition du cas irakien

Djazaïri diplomate
Driss Djazaïri. D. R.

Par Houari A. – Le descendant de l’Emir Abdelkader, Driss Djazaïri, a mis en garde contre le nihilisme et les appels à évincer, sans discernement, tous ceux qui sont supposés avoir fait partie du pouvoir.

«L’exclusion devra concerner uniquement ceux qui ont exercé le pouvoir d’une façon directe», a mis en garde le directeur du Centre de Genève pour les droits de l’Homme et le dialogue universel dans une tribune publiée dans un journal arabophone. Driss Djazaïri argue, en effet, que «ceux qui sont sortis dans la rue l’ont fait en raison [justement] des exclusions à l’emporte-pièce qui ont poussé beaucoup de jeunes à vouloir quitter le pays clandestinement et d’autres à émigrer pour pouvoir mener une vie décente sous d’autres cieux». «Il est illogique que ceux-là rééditent les mêmes pratiques que celles du pouvoir qu’ils dénoncent», a-t-il affirmé, tout en appelant à ne «pas punir tout responsable qui a servi le pays avec abnégation quand bien même il l’aurait fait sous un régime défaillant».

Driss Djazaïri rappelle que «de nombreuses révolutions ont connu une situation pareille, lors de laquelle des pans entiers de la société subissent la persécution, ce qui conduit à une détérioration de la situation économique et sociale permanente qui s’aggrave avec le départ forcé des talents et des experts vers l’étranger». Il en veut pour exemple le cas irakien après l’invasion américaine qui s’est soldée par le bannissement par les forces d’occupation de toutes les compétences qui avaient servi sous le règne de Saddam Hussein. «Cela a eu pour conséquence une décadence dont l’Irak continue de souffrir à ce jour», a-t-il expliqué.

Insistant sur la nécessité impérieuse de préserver l’unité du peuple et de la nation, Driss Djazaïri appelle à une solution «consensuelle» et exhorte les citoyens à «éviter la vengeance et les règlements de comptes». «Il ne faut pas considérer l’idée selon laquelle une décision contre Untel ou tel autre serait l’alternative à la stratégie de sortie de crise», a-t-il conclu, tout en souhaitant que la «modération» l’emporte car cette dernière, non seulement «représente la véritable force et le vrai courage chez ceux qui ont souffert de l’injustice» mais «constitue une des grandes vertus de l’islam».

H. A.

Comment (66)

    ANONYME
    26 mai 2019 - 20 h 54 min

    Kouchner il y a quelques années de celà :

    « La génération de l’indépendance algérienne est encore au pouvoir. Après elle, ce sera peut-être plus simple » . le jour où ils seront tous partis ce sera plus facile à la France de nouer avec l’Algérie.

    Et il y a certains qui s’attèlent à préparer ce terrain tant ils sont ignorants.

    1
    1
    bouch
    26 mai 2019 - 11 h 21 min

    A Ammi Rouche,
    L’Emir s’est rendu de son propre gré comme vous le dites si bien,c’est parce qu’il n’a trouvé d’HOMMES au sens propre du terme qui puissent l’aider dans ce DJIHAD.

    1
    21
      AMMI ROUCHE
      26 mai 2019 - 16 h 57 min

      @..Bouch,
      S’il n’a pas trouvé d’hommes comme tu dis c’est que ce n’est pas un vrai chef et n’a aucune force de persuasion ni d’aptitudes à communiquer. Il croyait qu’en s’auto-proclamant ÉMIR, les gens vont s’agenouiller devant lui et lui obéir à l’aveugle. Il a été jaloux de Bouammama, de cheikh Aheddad et El Hadj el Mokrani, qui eux ont combattu jusqu’à la mort ou l’arrestation. Les soldats si on peut les appeler ainsi de El Mokrani et leurs familles ont fini déportés de force et enchaînés en nouvelle calédonie, alors que ceux de kader sont partis dans des bateaux avec tous leurs effets personnels, bijoux, tranquillement et sous la garde amicale des français en Syrie. Les traîtres n’ont pas leurs places au carré des martyrs d’El Alia, à moins que c’est FaFFa qui donne et ordonne que ces piètres guerriers qui ne combattaient que pour leurs privilèges, soient traités en tant que héros.

      4
      1
    Mme CH
    26 mai 2019 - 2 h 00 min

    Ya Si, Driss…le peuple ne demande pas le départ de tout le monde….seulement les symboles de la corruption et les 4 BBBB….!! Autrement dit c’est la même chose que ce que vous dites: « «L’exclusion devra concerner uniquement ceux qui ont exercé le pouvoir d’une façon directe»…malheureusement, jusqu’à ce jour « ceux qui ont exercé le pouvoir d’une façon directe » son encore assis sur leurs koursis…et les 4B – 1B = 3B sont toujours là…! Donc nous sommes d’accord ou presque, mais le cas Algérien et le cas irakien sont incomparables Ya Didou…!

    21
    6
    Anonyme
    26 mai 2019 - 1 h 47 min

    Mr Dris el Djazairi, s’il faut eradiquer 80 % des responsables corrompus ceux que ont spoliers les richesses du pays et qui etaient au pouvoir, ce n’est pas la releve de cadres competants et integres qui manquent.

    20
    5
    AMMI ROUCHE
    26 mai 2019 - 1 h 37 min

    Au nom de qui ce petit-fils d’un harki qui s’est livré à la France avec sa famille, peut-il donner des leçons aux algériens? Est-ce qu’il croit que son ancêtre est le seul qui peut se targuer de mener des luttes?, lui a défendu uniquement son dechra à maskara alors que le peuple est entrain de lutter pour toute l’Algérie. Il y a des histoires vraies que le peuple ne connait pas et en voici un extrait pour quiconque veut creuser dans la soi-disant révolution de cet energumène: ..Abd el-Kader pourrait s’enfuir, se fondre dans une tribu et vivre caché en attendant des temps meilleurs. Mais c’est une solution qu’il refuse, la jugeant indigne du rôle historique qu’il a joué. Il décide alors de se rendre aux Français à condition qu’on le transporte, lui et ses proches, à Alexandrie ou Saint-Jean-d’Acre. Les termes de la reddition sont acceptés. Pour Abd el-Kader, cette « soumission » est honorable puisqu’il n’a pas été capturé lors d’un combat et s’est rendu volontairement. La scène a été maintes fois rapportée : avant d’embarquer sur l’Asmodée qui devait le transporter en Orient, il s’est avancé vers le duc d’Aumale en tenant son cheval par la bride. Face à l’homme qui avait massacré et capturé les siens lors de la prise de la smala, il a eu ces mots : « Je t’offre ce cheval, le dernier que j’ai monté. C’est un témoignage de ma gratitude et je désire qu’il te porte bonheur. » Le duc d’Aumale a répondu : « Je l’accepte au nom de la France, dont la protection te couvrira désormais, comme un signe d’oubli du passé. » L’aman, sauf-conduit qui garantit la protection du vainqueur au vaincu, lui est accordé. Le duc d’Aumale lui octroie la somme de 6000 francs pour subvenir à ses besoins. UN VRAI CHEF, UN VRAI PRINCE MEURT AVEC SON PEUPLE OU POUR SON PEUPLE. JUGURTHA EST MORT DANS UNE PRISON ROMAINE APRES AVOIR ÉTÉ CAPTURÉ. Regardez cette plaque en l’honneur des rois et chefs de guerres exécutés ou capturés pour lesquels Rome voue un respect: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jugurtha#/media/File:Campitelli_-_Mamertinum_-_giustiziati_laici_1040075.JPG
    Mais nous, comme des bougnoules, on ne fait des stèles que pour les harkis, autant les faire aux 40 000 harkis de la guerre d’Algérie alors. La première chose que le Hirak devra demander, c’est la réappropriation de notre histoire pluri-millénaire. Notre argent devra avoir l’image d’un vrai chef mort pour son peuple et son pays.

    121
    14
      Lghoul
      26 mai 2019 - 7 h 23 min

      J’ajouterai une chose pour ceux qui ne savent pas encore: La franc maconnerie de france a cree en 1994 la loge « l’emir Abdelkader » pourtant le numero 1176. Allez le verifier. Donc ce El djazairi qui ne vit jamais en Algerie ne defend que les interets de ces societes secretes.
      Mais tant qu’il y a des naifs ces gens vont
      prosperes.

      12
      3
      Mme CH
      27 mai 2019 - 2 h 30 min

      118 « like », vu le contenu, on comprend pourquoi….!!! Les moustiques électroniques sont là pour piquer , surtout avec la chaleur et les eaux usées, elles prospèrent…!!!

      L’Emir Abdelkader a été trahi par la France, par le Maroc et par les traîtres algériens…!!!
      C’est le fondateur de l’Etat Algérien créant une administration, une justice, des finances , un chef de guerre et symbole de la résistance, un homme de culture, un poète, un romancier, un humaniste………..
      C’est lui qui a écrit a Bugeaud en juin 1841: « Nous nous battrons quand nous le jugerons convenable, tu sais que nous ne sommes pas des lâches » Et il ajoute : « Nous opposer à toutes les forces que tu promènes derrière toi, ce serait folie, mais nous les fatiguerons, nous les harcèlerons, nous les détruirons en détail ; le climat fera le reste. (…) Vois-tu la vague se soulever quand l’oiseau l’effleure de son aile ? C’est l’image de ton passage en Afrique. »…..Ces propos ont suscité l’admiration d’un des fidèles de Bugeaud, le futur maréchal de Saint-Arnaud, qui note dans sa correspondance : « Quelle raison, quels sentiments justes et élevés ! ».

      « Les causes de la défaite finale sont bien connues. Abd el-Kader avait pensé que son opposition farouche pourrait susciter le découragement des Français, épuisés par une guerre toujours recommencée. Il a probablement sous-estimé la détermination du gouvernement de Louis-Philippe à faire une conquête dont l’intérêt pour la France n’apparaissait guère plus à l’époque qu’elle ne le paraît à l’historien d’aujourd’hui. Ce gouvernement, pour mener son ambition à bien, n’a pas hésité à entretenir, pendant sept ans, un corps expéditionnaire nombreux (porté à plus de 100 000 hommes en 1846) et à laisser toute liberté d’action à ses généraux. Ces derniers se soucient peu des pertes. La seule campagne de 1845-1846 a vu la mort de près de 8 000 hommes, la plupart victimes de maladies aggravées par les fatigues. À la longue, les méthodes de guerre employées par Bugeaud, et notamment la pratique systématique des razzias, ont eu raison de la combativité des populations algériennes, privées d’une grande partie de leurs ressources par la destruction de leurs récoltes et l’enlèvement de leurs troupeaux. Le gouvernement du sultan du Maroc, inquiet de l’influence croissante d’Abd el-Kader sur ses sujets de la province orientale, porte le dernier coup en se décidant à anéantir sa petite armée, ce qui détermine sa reddition (23 décembre 1847). »

      « Certes, il est exact qu’Abd el-Kader a été loin, dans son combat, de faire l’unanimité ; il n’a pu s’appuyer sur les tribus de l’Est, ni sur les Kabyles ; il est entré en conflit avec les anciens alliés des Turcs, et avec la confrérie Tijanya d’Aïn Mahdi. Sa reddition, enfin, donne à nombre d’Algériens le sentiment d’un abandon, et ce n’est qu’à partir des années 1920 que sa figure achève de s’imposer à l’ensemble des nationalistes comme celle du père fondateur de la Nation algérienne moderne. Tous ces éléments n’empêchent pas que, grâce à ses qualités personnelles, appuyé sur l’esprit de résistance à la conquête d’une grande partie des tribus, il a su représenter la seule opposition valable aux Français après la chute du bey Ahmed. » (Abd el-Kader, chef de guerre (1832-1847), Jacques Frémeaux)….

      Mme CH
      27 mai 2019 - 2 h 48 min

      Voici quelques citations sur l’Emir Abdelkader:

      « II n’y a présentement, dans le monde, que trois hommes auxquels on puisse accorder légitimement la qualification de grands, et tous trois appartiennent à l’islamisme; ce sont : Abd-el-Kader, Méhémet-Ali et Chamyl. » (Maréchal Soult, 1843, dans Abd-el-Kader sa vie politique et militaire, paru chez Hachette..)

      « Assurément un homme très remarquable que l’histoire doit placer à côté de Jugurtha. » (Maréchal Bugeaud, 23 mars 1843, dans La vie d’Abed-El-Kader (1867)..)

      « Jugé au point de vue historique, en dehors de tous les préjugés de notre civilisation, c’est un des hommes les plus extraordinaires de notre époque. Jugurtha moderne, il a, pendant quatorze ans, tenu en échec les forces d’une des plus puissantes nations de la terre. » (Nouvelle biographie générale, sous la direction de Ferdinand Hoefer, éd. Firmin Didot, 1852..)

      Et c’est l’Emir qui a dit: « Ne demandez jamais quelle est l’origine d’un homme ; interrogez plutôt sa vie, son courage, ses qualités et vous saurez ce qu’il est. Si l’eau puisée dans une rivière est saine, agréable et douce, c’est qu’elle vient d’une source pure. »

      « Le savant est l’homme pour lequel s’opère facilement la distinction entre la franchise et le mensonge dans les paroles, entre la vérité et l’erreur dans les convictions, entre la beauté et la laideur dans les actes. »

      « Si les musulmans et les chrétiens avaient voulu me prêter leur attention, j’aurais fait cesser leurs querelles; ils seraient devenus, extérieurement et intérieurement des frères. »

      Allez circulez, il n’y a rien à voir….!

      1
      3
    Anonyme
    25 mai 2019 - 22 h 50 min

    Beaucoup de nos soit disant intellectuels font une lecture littérale de l’expression « yatnahaw ga3 » balancée par un jeune « hirakiste » à l’adresse d’une reporter d’une chaine du Moyen-Orient qui voulait faire dans la propagande et la désinformation. En fait, le peuple algérien a bien montré, au monde entier, par son mouvement citoyen pacifique, qu’il est maintenant mûr politiquement. Il est, pour reprendre une expression populaire, majeur et vacciné. Le peuple algérien n’a donc de leçon de morale ou de civisme à recevoir de personne, fut-il le petit fils de l’émir Abdelkader. Le peuple algérien est conscient du fait que, par cette expression, on n’entend nullement la chasse aux sorcières. Ceux qui sont concernés par cette expression sont, en fait, les hommes politiques ayant fait partie du système bouteflikien et qui ont trempé dans des affaires louches, des affaires de corruption, de dilapidation des biens publics…etc. Quant aux hommes intègres et qui n’ont donc rien à se reprocher, nul n’appelle à leur destitution ou leur lynchage. Le peuple algérien sait très bien faire la différence entre le bon grain et l’ivraie. « Yatnahaw ga3 » concerne les partis politiques qui ont soutenu l’ex président A. Bouteflika pour un 3e, puis un 4e et puis encore un 5e mandat présidentiel contre toute logique, contre tout bon sens. Ceux-là, oui, il faut bien qu’on les déracine, il faut bien qu’on les éloigne définitivement et pour toujours de toute activité politique. Ils sont responsables au premier degré de cette crise politique. Ils doivent en payer les conséquences. Voilà, à notre sens, le véritable sens de « Yatnahaw ga3 ».

    19
    4
    Anonyme
    25 mai 2019 - 22 h 12 min

    OH la la la la ce Monsieur est directeur des droits de l’homme in genf?! il était où quand ces Nazis de Suisse ont expulsés un ami algérien détenteur d’un permis d’établissement « C » ?! c’est ce genre de collabos qui ont permis outre rhins de violer tous les droits des algériens et internationaux et en particuliers et africains en général, je me batterais contre ta race d’emir abdelkader jusqu »au dermier jour…

    14
    5
    Robin des Bois
    25 mai 2019 - 21 h 47 min

    l’emir est mort vive l’emir! maintenant le peuple est roi

    7
    1
    Anonyme
    25 mai 2019 - 20 h 17 min

    Les demandes de ces étudiants apparaissent absurdes et irréalisables. Ils/elles devraient donner des alternatives et il faut avoir un plan B et C dans la main et un objectif. Scander « tnahaw gaa » est facile et montre l’irresponsabilité de ces demandeurs. L’intérêt de la nation est primordial avant. Certes il y a eu vol et corruption mais aussi la mauvaise gestion, des décisions stratégiques erronées par le pouvoir etc. sont aussi a prendre en considération. Peut être il y a 20% de corruption, 30% de mauvaise gestion, 20% incompétence et 30 % contraintes naturelles ( manque de pluviométrie, manque de rivieres navigables comme exemple). Il faut tenir comptes de tous les facteurs et prioriser les grands des petits facteurs pour bien cibler le problème afin de le définir et trouver une solution. Il faut appliquer la solution. Apres faire le suivi avec des ajustements correctifs au fur a mesure. C’est la méthode scientifique pour un cas spécifique a l’Algérie. Pas tous les ministres et gouverneurs sont des voleurs. Donc la demande est injustifiee. Mais imposer une solution nihilissante sans alternatives a proposer, cela veut dire briser la colonne vertébrale de l’Algérie pour l’assommer pour une longue période et qui sera fatal. Ces gens saute sur la solution facile mais fuient la responsabilité. Gouverner n’est pas facile. Tous les présidents americains presque développent des cheveux gris. La France et le Maroc sont entrain de se réjouir de ce blocage et de ses demandes ridicules qui arrangent et aide l’agenda contre l ’Algérie. Ce n’est pas fortuit que ce Haftar a entame sa campagne après le tunnel politique bloque de l ’Algérie. Tnahaw gaa n’as pas de sens mais si on propose un tel système c’est oui. Le règlement de comptes et la vengeance ne sont pas de bon outils dans ce cas. Le pays c’ est l’’intérêt supreme. Les Chouhadas ont donne leur sang pour que tout algérien soit libre du joug français.

    4
    4
    Anonyme
    25 mai 2019 - 19 h 40 min

    Plus cancéreux que le système actuel il n y en a point. La racaille se veut nationale.

    6
    3
    Le hirak sait ce qu'il veut !
    25 mai 2019 - 19 h 36 min

    Le descendant de l’Emir Abdelkader, Driss Djazaïri veut donner des leçons au hirak , alors que celui-ci a démontré druant 14 semaines qu’il est mature et qu’il sait ce qu’il fait ! Quand le hirak dit : « it’nehaou gah » , il sait très bien de qui il parle et donc Driss Djaraîri aussi ! Donc, ce hirak n’a pas de leçons à recevoir de quiconque même d’un descendant de l’Emir !

    14
    4
    le niveau
    25 mai 2019 - 18 h 40 min

    avoue le l’union du peuple algerien vous fait peur avoue le
    rester unie algeriens et algeriennes …………ont a vecue avec ces monstres les pires moment de notre
    existence ne pas laiser nos enfants vivre de pareil cauchemar
    ohh peuple algerien rester unie et allah nous aideras inchallah ….echeda fi rebi
    continuons jusqu’a la lumiere de cet algerie ces pas le moment de lacher
    ILS ONT PEUR

    46
    10
    Salim31
    25 mai 2019 - 18 h 35 min

    Pourkoi ce sieur de la noblesse ; ne s est il pas exprime pendant 20 annees de dictature et d emeutes pourkoi vous n avez pas alerte votre amis bouteflika quant les harragas mourrait sur les cotes algeriennes comme vous vous le permettez maintenant avec le peuple ,
    l anarchie etait prevesible qu attendre apres un effondrement d ‘un regime mafieux riche et repressif qui a voulu liquide toute la jeunesse du pays ,
    le probleme c est que meme si vous dites est vrai , vous n etes plus credible ni meme pas reconaissable en tant qu algerien _
    , les riches du royaume bouteflikien les diplomates 5 etoiles c est fini , maitenant c est les gueux qui on repris le pouvoir
    c est les fakakir qui commandent et difficile de dire à des survivants de ne pas se venger .

    49
    13
    ANONYME 1
    25 mai 2019 - 17 h 35 min

    C’est justement ce que veulent faire certains du Hirak en demandant le départ de plusieurs hauts responsables, cadres et personnalités.
    Quiconque a trempé oui, qu’il rende des comptes. Mais faire le vide par le vide.
    C’est aller droit contre le mur.
    Vous aurez à vous en ordre les doigts ce jour là.
    Car vous avez ouvert la route à d’autres forces que vous ne connaissez pas que vous ignorez.

    Certains du Hirak donnent l’impression d’être de vrais endormis ou des manipulés tant leurs revendications vont à l’encontre des intérêts et de la stabilité du pays.

    41
    68
      Chelabi
      25 mai 2019 - 18 h 58 min

      Si je comprends bien, toi tu es plus éveillé que 20 millions de personnes qui battent le pavé tous les vendredis depuis 3 mois maintenant. Il semble que le kachir ait pour certains des vertus cognitives indéniables.

      27
      19
        ANONYME
        25 mai 2019 - 22 h 40 min

        Informez vous d’avantage sur ce qui se passee à travers le monde, ne vous considérez pas cpmme le nombril du monde et que vous êtes des intouchables. Justement votre faiblesse vient de là et votre talon d’Achille est là. Et certains savent s’en servir de cet Ego démesuré pour vous faire tous tomber et faire tomber vos responsables. De votre propres mains vous allez tout servir et donner aux autres, ils attendent cela. Le seul pilier qui reste l’armée, l’ANP vous êtes entrain de détruire ce dernier maillon qui protège le pays.

        5
        3
          chelabi
          26 mai 2019 - 4 h 30 min

          Borborygmes! Rien ça!
          Aucun argument. Nous sommes fiers des corps d’armées de notre ANP. Nous sommes contre une vingtaine de généraux corrompus et à leur tête Gaid Ghayr Salah, Capitch?

          4
          4
      AMMI ROUCHE
      26 mai 2019 - 7 h 18 min

      Tout haut responsable qui a accepté d’être sous les ordres de Said bouteflika est corrompue et doit faire partie de yetnehhaw Gaa, du chef de daira lel foug.

      34
      4
    djomballo
    25 mai 2019 - 17 h 32 min

    La sociologie de l’Algérie a évolué, elle n’est plus celle des Emirs, ce n’est plus le peuple que vous voulez maintenir au garde à vous. Merci on a mangé!

    31
    12
    RAYES EL BAHRIYA
    25 mai 2019 - 17 h 25 min

    Ce soit disons petit petit petit petit fils du bachagha EMIR ABD EL KADER n a jamais vecu en ALGERIE
    Ne connais rien de l ALGERIE DES ALGERIENS.
    Ne peut comprendre le destin de notre ALGERIE.
    Restez a GENEVIEVE SVP …

    33
    16
    Yacine
    25 mai 2019 - 17 h 14 min

    Mr Driss El Djazairi
    On voit que le systeme /regime qui vous a toujours servit depuis 1962 , vous a demander de lui donner un coup de main . Mais votre « com » est grossiere !
    Nous ne sommes pas l’Irak car nous sommes un peuple uni et pacifique
    « Ethnaha3 Ga33  » veut dire :
    1 ) Une periode de transition menee par des personalites credibles pour
    organiser des elections honnetes .
    2) Le peuple reprend sa souverainte confisquee en 1962 .

    Alors soyez honnete et arretez de manipuler les opinions publiques europeennes . D’ailleurs les pays occidentaux n’ont que deux modeles pour les
    arabo-musulmans . L’islamisme ou la dictature militaire .
    Quant aux algeriens , vous n’avez aucune chance de les mener en bateau !

    35
    9
    homme libre
    25 mai 2019 - 16 h 54 min

    la difference c gai salat vive en algerie et protege le pays de tout nos enemies . traficant drogue et armes qui menace Notre cher nation algerie et pas un pays mai un coin de paradis ou nous avons les matieres premiere et les terre erabe les meilleurs au monde

    10
    23
    nationaliste
    25 mai 2019 - 16 h 42 min

    @Droits Humains,je corrigé Optor et non Aptor qui est une organisation serbe.en suivant ta logique chaque révolution ou changement qui va se produire au monde est une fabrication optor ou Soros ou née..c’est totalement absurde.le peuple algérien a demande un changement par une solution politique sans ingzrance extérieure consensuelel simple et claire dans l’unité algérienne et les constante de la nation islam arabité et amazighité dans l’unité su peuple et dzs territoires nationales dans le cadre de notre glorieuse révolution et le voeux des chouhadas.donc où es le problème ??

    7
    11
    Chelabi
    25 mai 2019 - 15 h 18 min

    Son message est une copie conforme de celui exprimé lundi dernier par GAid Salah. Autrement dit un octogénaire, fils du système, conforte un autre octogénaire fils du même système. Quoi de plus naturel!

    29
    18
    Argentroi
    25 mai 2019 - 15 h 13 min

    Maintes et maintes fois Driss el djazaïri, président d’honneur de la fondation l’Émir Abdelkader, avait attiré l’attention qu’il n’avait aucun lien de parenté avec l’Émir Abdelkader.

    20
    5
    Lghoul
    25 mai 2019 - 14 h 57 min

    FAKOU. Va plutot proposer tes services a israel comme tu l’a fait a geneve.
    Ou vis tu au juste et pourquoi sorts tu maintenant ? On n’a pas de loges maconiques ni de zaouias au Hirak … Alors DEGAGE.

    35
    15
    Kenza
    25 mai 2019 - 14 h 41 min

    C’est seulement pour venir donner la leçon à la populace que ces planqués du système, trop occupés à se vautrer confortablement dans le luxe et l’opulence, daignent sortir de leur léthargie. Quand la constitution est violée, le droit bafoué, la justice malmenée, le peuple opprimé et privé de toute liberté etc… tous ces nantis qui profitent du système, on ne les entend pas.
    En tout cas, que tous ces parasites qui, toute leur vie durant, ont vécu sur le dos du peuple et n’ont rien donné au pays sachent qu’aujourd’hui c’est le peuple qui ne les entend plus.
    Mr Djazaïri, faites comme votre acolyte Lakhdar Brahimi, retournez dans votre planque dorée et, de grâce, TAISEZ-VOUS !

    40
    14
    B.M
    25 mai 2019 - 14 h 23 min

    Sa mise en garde ne suffit pas, il doit donner donner son opinion sur le comment. La méthode, la recette. Qui sont exactement « ceux qui ont exercé le pouvoir de façon directe » ? Du maire au président, les directeurs des structures, les agents de ces structures, tous ont un pouvoir direct sur le bien ou le mal… Il y a une méthode rationnelle, par l’exemple, punir un panel de corrompus avérés, dans chaque commune, chaque daira, chaque chef lieu de wilaya, chaque ministère, chaque structure, posément, froidement, alors tout le monde se mettra au pas, l’atmosphère sera assainie, ouvrant à une évolution constructive tele que l’instinct de fuite s’évanouira. Sans exemples concrets de punition juste, cette mise en garde pour sensée qu’elle soit est stérile. Le déminage ne peut se faire que par des exemples rationnels consistant à juger et punir pour l’exemple un éventail national d’agents négatifs, sachant qu’avec le temps la corruption est devenue une seconde nature. Il faut « terroriser » les corrompus, les tricheurs !

    19
    8
    VOSTAF
    25 mai 2019 - 13 h 42 min

    Dans tout ça, peuple, responsables, militaires ou civil, faut penser à l’économie et faire en sorte que celle ci aille mieux.

    19
    5
    BEN
    25 mai 2019 - 12 h 46 min

    Après avoir mangé dans la gamelle, ils appellent à la modération du mouvement en invoquant l’islam et se prévalent de la pseudo noblesse de leur lignage…
    L’islam, monsieur, parlons en !
    L’islam réprouve qu’un dirigeant malade puisse continuer de diriger la oumma, l’islam à interdit la corruption maudissant tant le corrupteur que le corrompu…. L’islam appelle à la modération… Il appelle également à la guerre totale contre tout ceux qui répandent la corruption sur terre et se prétendent de simple réformateur…
    Votre Islam vous a certe enjoint de respecter votre gouverneur… Mon Islam m’ oblige à le combattre lui et ses ouailles jusqu’à ce que l’équité et la justice soient rétablis sur la terre de Dieu !

    Ceux qui sous prétexte d’avoir eu un bon lignage qqui leur a permis d’emarger à Harvard et OXford quand le commun des algériens devaient se contenter d’un enseignement de zaouïa… Que ceux là se souviennent également que l’islam ne reconnaît pas la noblesse du lignage…

    Il est bien aisé de demander la modération à vos juges… Quand vous savez qu’à tout moment vos juges peuvent découvrir la face noircie de votre corruption… Quand on a préféré vivre toute sa vie bien à l’aise à l’étranger grâce aux bienfaits de la révolution… La moindre des choses est de se taire devant le peuple que vous et vos semblables avez trahi.
    Je reconnais en vous toutes les qualités d’un « missoum sbih » … Quand je vous observe… La seule chose que votre visage m’inspire aujourd’hui désormais c’es deux insultes et une malédiction !
    (…)

    VOUS AVIEZ EN VOUS LE SANG DE CELUI QUI A COMBATTU LE PEUPLE CHEZ QUI VOUS AVEZ PRÉFÉRÉ VIVRE COMME UN PACHA TOUTE VOTRE VIE ! VOUS DÉSHONOREZ VOTRE AILLEUL. Vous n’avez rien accompli pour l’Algérie dans vos fonctions et durant votre carrière… Il est bien hasardeux de vous prétendre du nombre des élites… Par conséquent #TOI AUSSI #DEGAGE !

    Ps: ton diplôme d’Harvard et OXford, Le mouvement du 22 février ne le reconnaît pas. mieux, Il le piétine de la même manière que vous avez piétiné les humbles et démunis descendants de fellah que nous sommes!

    59
    25
    RAYES EL BAHRIYA
    25 mai 2019 - 12 h 14 min

    le simulacre de lutte contre la corruption est un alibi subterfuge pour faire echec au changement
    exige par le peuple algerien.
    l emir abdelkader etait grand croix de la legion d.honneur ; decoration de la france sous napoleon pour le remercier pour ses services et lui a offert le chateau d Ambroise pour gite de luxe.
    il a ensuite choisi un exil de luxe chez les omeyyades car l algerie etait dans ce temps la sous l influence de cette secte de l islam post prophetique.
    yaw fakou bikoum. l ALGERIE NE SERA PAS L IRAK..

    52
    27
    Kern
    25 mai 2019 - 12 h 08 min

    Que les scories et autres ersatz de personnels « politique » autocratique qui a eut a « gérer les affaires … leurs affaires dirais-je » RENDENT des comptes à des institutions de la république nouvellement ÉLUES et issues du consentement PLEIN et ENTIER du mouvement du 22 FEVRIER initié par son excellence le PEUPLE ALGÉRIEN…Voilà ce que je répondrais à l’auteur de cette article qui aurait des acquaintances ou dit-on, serait de la lignée de El-amir AEK…coulant paisiblement des jours heureux à Genève… CEDPENDANT, je me permets de rappeler à cet auguste personnage de la conscience bien pensante que curieusement quand la RÉPRESSION et la MISÈRE faire RAGE, FRAPPE le PEUPLE ALGÉRIEN… il y a comme un silence curieux voire complice sur les « berges du lac »…les consciences ont aussi leurs TARES et/ou AVATARS…Ici sur cette terre BÉNIE le 22 FÉVRIER rendra aux CHOUHADAS ce qu’il leur appartient!!

    33
    14
      Kern
      25 mai 2019 - 13 h 25 min

      Articles 7, 8 et 12 que cela et rien que cela

      14
      5
    Anonyme
    25 mai 2019 - 11 h 44 min

    driss n’est pas descendant de l’emir ,faut voir son extrait de naissance ;l’ignorance est mere de l’usurpation

    23
    29
    Anonyme
    25 mai 2019 - 11 h 37 min

    il est algérien ce type?! c’est la première fois de ma longue vie que je le voit? comment se fait-il qu’on sait rien de quelle manière notre beau pays est géré? par des individus infectes..

    38
    23
      Anonyme
      25 mai 2019 - 12 h 17 min

      Ce type a passé sa vie à l étranger en tant qu ambassadeur ou représentant permanent et cela depuis Boumedienne,il est de la même graine que Bouteflika….

      39
      18
    Daro
    25 mai 2019 - 11 h 33 min

    Le régime et Mr Gaid et ce Monsieur dans leur guerre contre le peuple veulent vendre l’idée que le peuple veut le départ de tous les cadres de la nation, pour dire que c’est une demande irréalisable et ainsi convaincre la population et gardes ses zbirs…Or le peuple veut le départ des B, des walis et des Chef daira impliqués dans le Tazwir et les affaires…Mais Gaid et ses amis qui veulent imposer leurs candidats savent très bien que évincer ces gens revient à scier la branche sur la quelle ils sont assis!!! Le chemin vers la liberté est très long et ce système a toujours gagné ses guerres contre le peuple et ce depuis l’indépendance…

    42
    19
      Sindra
      25 mai 2019 - 12 h 16 min

      Très bien dit!

      12
      12
    Soldat Schweik
    25 mai 2019 - 11 h 20 min

    Encore un dinausore du NEANT-dertal, chevalier de l’apocalypse et des ténèbres qui se la ramene pour venir nous donner des conseils afin de sauver le regime de la junte militaire des gininars et de leurs alliés la smala des serrakines-heggarines-beggarines.
    A votre avis s’est il senti visé par le slogan  » yetnehaw ga3″ ?
    Bien sur hadh el sou-al ma yehtadj’ch question

    28
    19
    la verité
    25 mai 2019 - 10 h 58 min

    Qui a dit que le peuple demande une purge? il demande le départ des symboles de l’allégeance à Bouteflika et de ceux qui continuent à faire obstacle au vrai changement et qui essaient de maintenir l’ancien régime médiocre et corrompu en se contentant de faire quelques petits changements de façade et de faire semblant de s’attaquer à la mauvaise gestion et la dilapidation de l’argent public.le peuple exige une vraie rupture avec la culture de l’allégeance aux tenants du pouvoir, un état de droit,un gouvernement légitime et patriotiques et non un changement de façade et des responsables manipulés et sous tutelle de l’occident ou des roitelets du Golf. le peuple mérite un gouvernement digne de son passé glorieux et non un pouvoir d’affairistes qui passent leurs intérêts devant ceux du pays.

    41
    9
    Kif Kif
    25 mai 2019 - 10 h 50 min

    Mr Driss occupez vous de vos affaires, certes votre grand père est un héro national, mais vous la majorité des Algériens egnore que vous êtes, ou étiez vous toutes ces années Monsieur Driss

    26
    24
    AmiAhmed
    25 mai 2019 - 10 h 50 min

    Il faut le dire à ceux qui gouvernent et qui sont devenus sourds et muets, oui Monsieur El Djair, l’Algérie traverse une double grave crise, économique et politique, et les gouvernants au lieu d’aller vers des solutions de sortie de crise persistent dans l’obstination de bocage, leur situation personnelle passe au-dessus de celle de la Nation, alors que ce qui est demandé c’est de redonner la confiance au peuple et mettre en place une équipe pour conduire les élections présidentielles crédibles, en continuant dans le blocage, ils risquent réellement de disparaître avec tout le monde comme en ex Yougoslavie et non l’Irak, ça, c’est vrai, et nous sommes proche à 90% , ce qui visé par nos ennemis c’est de détacher le sud du reste pays, nous sommes dans un vrai grave danger, à cause de ceux qui ne voient que ce qu’ils détiennent ou possèdent et non de ce qu’ils risquent de perdre.

    19
    7
    bebel
    25 mai 2019 - 10 h 32 min

    Il faut impérativement garder à l’esprit que l’Algérie est bel et bien dans l’œil du cyclone. Nous devons tous prêter attention à être très vigilant dans un environnement guerrier qui n’attend que le bon moment pour porter l’estocade à notre pays. Et là je vise particulièrement les forces de l’Empire qui ne permettront jamais à notre pays de lever la tête.

    29
    8
    Fils de
    25 mai 2019 - 9 h 41 min

    Descendant de l’Emir Abdelkader, Petit fils de Bachir El Ibrahimi, arrière-petit neveu de Cheikh Machin…
    Le zaimisme héréditaire comme carte de visite.
    Pourquoi pas les descendants de Amirouche, Larbi Ben Mhidi, Didouche Mourad, Krim Belkacem et nos héros de la Révolution?
    Cette culture du « Fils de » est trop ancrée dans nos moeurs. On identifie le fils par rapport à son père ou son grand-père et on oublie de considérer le Fils comme entité indépendante.
    On a vu comment certains « fils de » ont profité de cette affiliation pour bâtir des fortunes.

    72
    23
    Elherraz
    25 mai 2019 - 9 h 30 min

    Il n’y a pire aveugle que celui qui ne veux pas voir !

    26
    12
    Tredouane
    25 mai 2019 - 9 h 14 min

    A mon humble sens;Jamais il a été question d’une purge et/ou d’une destruction des institutions,mais la destitution de ceux dont il a été prouvé l’implication dans la destruction des institutions de l’État Nation Algérienne.

    56
    7
    RAYES EL BAHRIYA
    25 mai 2019 - 9 h 09 min

    vous parler du descendant de l EMIR ABD EL QADER , voila encore le discours panarabiste nihiliste de 60 annees de dictature de la pensee unique qui refait surface avec ces sbires de DAFistes.
    Vous nous prenez pour qui SVP ?
    Le peuple algerien est le descendant de QUI ?
    De MASSINISSA ET DE JUGURTHA
    OUI DE MASSINISSA , GAYA ; JUBA …
    OUI YETNEHAWW GAA SERAQIN

    52
    46
      Rachid
      25 mai 2019 - 9 h 44 min

      Je suis entièrement d’accord avec monsieur Dis djazairi et son raisonement est d’une parfaite logique quand a mes descendants ils n’ont aucun lien avec les votres.
      Ne melanger pas les choses svp Dris Djazairi parle sur le vrai problème de la revolution du peuple et vous votre problème éthnique .
      Cela s’appelle la fitna.
      SALUTATIONS

      50
      38
    Feriel
    25 mai 2019 - 8 h 50 min

    Entièrement d’accord avec les propos de Mr Driss Djazairi. De plus, pour ma part, je trouve que le slogan « Yetnahaw Ga3 » est très dangereux. Il a un contenu négatif et son périmètre n’est pas clairement défini. De quels « ga3 » on parle exactement ? Et surtout, ON LES REMPLACE PAR QUI ?

    68
    46
      Anonyme
      25 mai 2019 - 11 h 43 min

      On fait allusion aux cachiristes de ta trempe.

      26
      26
        Feriel
        25 mai 2019 - 17 h 40 min

        Cela ne répond absolument pas aux questions que j’ai posées, et confirme plutôt mon propos.

        10
        3
    Droits Humains
    25 mai 2019 - 8 h 45 min

    Les slogans élaborés par les laboratoires néoconservateurs sont repris en chœur par les manifestants, sont le signe que ce qui est recherché c’est le chaos. Il y a eu des investissements colossaux pour former les agitateurs des rues d’Algérie, et cela doit être rentable pour les puissances coloniales.
    Il y a ce qui se traite en coulisse, et le pauvre peuple envoyé dans les bras de l’inconnu, avec en prime une libéralisation certaine de l’économie.
    Chez nous, on a pas besoin de justice, ce sont les slogans des laboratoires occidentaux qui déterminent la culpabilité des uns et des autres.
    « Yenahaw Gaa », sans dicernement, sans justice, sans procès, implique deux conséquences prévisibles: Pas de compte à rendre de la part des corrompus, et le chaos en Algérie.
    Ceux qui ont allumé la mèche, connaissent peut être les aboutissements de cette agitation. Le peuple est loin de maîtriser les enjeux de ce complot, dont le traitement se fait en coulisse. Il n y a qu’à lire la presse coloniale pour se rendre compte de ce qui est envisagé pour l’Algérie, le Venezuela et l’Iran.
    Nous faire croire que l’Algérie est une planète à part, et que tout est lié au hasard, relève de la manipulation. En politique, le hasard n’existe pas.

    Pour échapper à ce piège, les dirigeants doivent légiférer vite sur une séparation des pouvoirs entre les politiques et la justice. Ensuite, les manifestations et le blocage du pays n’ont plus aucune légitimité.
    Je sais, les dictateurs déguisés en démocrate, les moutons, les agents d’ATPOR vont désavouer. Et pour cause !!!!!

    52
    32
      Elephant Man
      25 mai 2019 - 9 h 42 min

      @Droits Humains
      Complètement d’accord.
      Une syrisation de l’Algérie est planifiée depuis longtemps par l’axe Washington Tel-Aviv.
      C’est Roland Dumas ex MAE français qui a déclaré avoir été informé in UK par des diplomates de la guerre en Syrie au moins 5 ans avant que celle-ci ne débute en 2011.

      41
      26
        Zaatar
        25 mai 2019 - 18 h 35 min

        C’est une préparation d’un sirop dont tu nous parle la Éléphant Man. Vas y file nous la recette.

        3
        10
          Elephant Man
          25 mai 2019 - 19 h 52 min

          @Zaatar
          Je déteste le cachir et je ne fabrique ni ne consomme de drogues ! Dommage pour vous.
          La RÉALITÉ DES FAITS ça fait toujours mal.
          Vous vivez dans le monde de oui iui (dessin animé pour enfants).
          Je reprends Sayyed Hassan Nasrallah qui a dit lors d’un de ses discours récents « les populations au Soudan et en Algérie sont appelés à la vigilance et la méfiance de ce qu’on trame à leur encontre ».
          À bon entendeur
          Be seeing you 😉

          3
          2
          Elephant Man
          25 mai 2019 - 20 h 20 min

          @Zaatar
          https://youtu.be/BH9SHxetO1l
          BHL.qui soutient le peuple Algérien rien que ça suffit à la compréhension ….

      Anonyme
      25 mai 2019 - 11 h 49 min

      La consommation excessive du cachir peut nuire à la santé.

      24
      21
    Anonyme
    25 mai 2019 - 8 h 15 min

    Ne pouvaient occuper les hauts postes de responsabilité que ceux boostés par le régime, donc ceux faisant partie de la chaine de dilapation et de corruption du système et qui, n´avaient d autres compétences que la ruse et la hogra: Ceux-là doivent disparaitre du rouage de l´état et de l adminitration.
    Les gens compétents occupent des postes subalternes parce que honnetes, donc inutiles pour le système de prédation et de corruption.
    Ce sont ces gens compétents mais honnetes qui devraient prendre les reines de l´administration et et de ministères:
    Il est facile de reconnaitre les dirigeants et chefs véreux, il suffit d´éplucher leurs comptes et leurs biens ainsi que ceux de leurs familles et faire un petit calcul entre ce qu´ils possèdent et leurs revenus réels!
    D´ailleurs, dans chaque ministère, chaque administration, les fonctionnaires véreux sont connus de leurs collègues.

    63
    6
    hibeche
    25 mai 2019 - 8 h 12 min

    Serenissime El Djazairi, les algériens demandent et exigent le départ des 3 B, qui sont membres du 1er plan du visage hideux du régime. Ils n’ont pas demandé le départ du scribouillard de la petite « dechra  » du coin. Ils sont loins des appels à la vengeance aveugle contre tous. En plus, que demande le peuple algérien ? juste le « SMIG SYNDICAL », un état libre et démocratique, avec ses corollaires, presse libre, indépendance de la justice, souveraineté dans le choix de ses représentants (pas de fraude électorale ), etc….c’est un minimum vital pour un état du 21 ème siècle. Ce sont les attributs de 95 % des états du monde. C’est notre système qui est anachronique. Les algériens n’accepteront pas moins que ça, ils ont été patients pendant longtemps, maintenant c’est fini « Tah lekdar  » .

    63
    10
      Lghoul
      26 mai 2019 - 8 h 13 min

      Depuis 1999, la franc maconnerie a noyaute notre pays. En 2019, ils ne s’en cachent meme pas. Les sociétes secretes n’ont pas de nationalite, donc similaires au mercenariat qui ne marche qu’avec l’argent. Le denominateur commun est facile a trouver. Il suffit juste de rassembler le puzzle algerien depuis 1999 et on verra aisemment ou menent tous les chemins, la traversee du desert y aidant.

    anonyme
    25 mai 2019 - 8 h 08 min

    Garde tes conseils pour toi
    le cas irakien ne ressemble en rien au cas algérien
    Le peuple veut dégommer toute cette pourriture

    46
    39
    Zaatar
    25 mai 2019 - 7 h 23 min

    Je ne sais pas si Driss Djazairi a compris le message du hirak « yetnahaw ga3 », mais il me donne l’impression qu’il l’a interprété à la Gaid Salah. C’est à dire comme rapporté par l’article. Vider toutes les institutions de leurs cadres. Non l’ami, le « yetnahaw ga3 » concerne les responsables et dirigeants politiques, ceux qui ont mené le bateau Algerie contre les récifs. Il est hors de questions de démettre les cadres de l’état de leurs fonctions, comme l’a fait un certain Ouyahia, alors que c’est grâce eux que les institutions continuent de fonctionner en ce moment. Les dirigeants et responsables politiques par contre doivent tous partir à ce que demande le peuple. Ce sont ceux, corrompus, traîtres, serviles, malhonnêtes, clientelises…etc.

    80
    18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.