Belmadi : «Nous irons en Egypte pour gagner la CAN-2019»

Belmadi
Le sélectionneur de l’équipe nationale de football, Djamel Belmadi. PPAgency

Le sélectionneur de l’équipe nationale de football, Djamel Belmadi, a annoncé, ce samedi, son ambition de mener les Verts à la victoire lors de la prochaine Coupe d’Afrique des nations CAN-2019 qui se déroulera en Egypte du 21 juin au 19 juillet.

«Ce rendez-vous ne constitue nullement pour moi une étape transitoire. Personne ne nous interdit d’être ambitieux dans la vie. Il fallait bien changer de discours avec les joueurs, et ne pas se contenter de dire qu’il fallait réaliser un bon parcours ou gérer match par match. Nous avons l’ambition de remporter cette CAN. Je devais changer de discours, ce qui constitue une stratégie, c’est ma manière de fonctionner. Cependant, je ne garantis rien, je ne veux pas entendre les gens dire que j’ai échoué dans le cas où on ne remporte par cette Coupe. Nous allons tout faire pour atteindre cet objectif. Nous avons le droit de viser le plus haut, c’est légitime», a indiqué Belmadi lors d’un point de presse tenu au Centre technique national de Sidi Moussa.

A la CAN-2019, l’Algérie évoluera dans le groupe C avec le Sénégal, le Kenya et la Tanzanie. Les Verts entreront en lice le 23 juin face au Kenya, avant de défier le Sénégal le 27 juin, puis la Tanzanie le 1er juillet.

Les Verts entameront officiellement leur préparation ce lundi au Centre technique national de Sidi Moussa, avant de s’envoler pour Doha(Qatar) cinq jours plus tard. Les coéquipiers de Riyad Mahrez disputeront deux matchs amicaux : le 11 juin face au Burundi et le 16 juin face au Mali. «Le choix de continuer notre préparation au Qatar est étudié, c’est par rapport aux conditions climatiques, qui sont les mêmes qu’en Egypte. C’est vrai que c’était possible de rester à Alger, mais le climat est différent. En Egypte la température qui peut frôler les 30 degrés le soir avec un taux élevé d’humidité». Et d’enchaîner : «C’était important de réunir deux adversaires dans le même lieu, ce qui n’était pas évident, c’est l’une des raisons qui m’ont poussé à choisir le Qatar. Sur place nous allons prendre nos quartiers dans un nouveau camp de base érigé pour le Mondial 2022 et jouer nos deux matchs amicaux dans le magnifique stade d’Al-Sadd».

Belmadi a insisté sur l’importance de bien entamer le tournoi face au Kenya le 23 juin prochain, «une manière d’être prêts le plus tôt possible». «Le Kenya travaille depuis le 20 mai, ils sont en avance sur le plan athlétique par rapport à certaines sélections. Nous n’avons pas le droit de prendre quiconque à la légère, tout le monde est armé en Afrique. Nous devons réussir nos débuts, faire en sorte d’être prêts le plus tôt possible dans la compétition», a t-il conclu.

R. S.

 

Comment (5)

    Kamel
    8 juin 2019 - 9 h 01 min

    Salam
    L’Algérie est incompétente et dépendante à ce point de tout?
    Même de ne pas être capable de trouver un sélectionneur qui connaisse bien le football
    Ce sélectionneur a été un joueur sans saveur ni odeur en France, il n’a jamais joué dans un club sérieux et n’a jamais gagné de titres.Je ne sais même pas si il a joué un match de coupe d’Europe et vous le prenez comme sélectionneur ?
    Allah ghaleb pourquoi on arrive à rien?

    MELLO
    3 juin 2019 - 18 h 45 min

    Belmadi doit garder les pieds sur terre. Depuis son arrivee aucun Algerien ne peut donner l’equipe type. On pensait qu’avec le depart de Raouraoua , on allait revenir aux joueurs locaux , malheureusement walou , la politique des joueurs ne connaissant pas le football Africain continue avec BELMADHI.
    A la difference de nos joueurs , les joueurs des autres pays d’Afrique ont ete formes dans leur pays d’origine. Pour gagner La CAN ,
    Il faudrait etre a la tete de l’ EN pendant deux a trois CAN de suite.

    Anonyme
    3 juin 2019 - 1 h 07 min

    Belmadi : «Nous irons en Egypte pour gagner la CAN-2019»
    La Défense des « Desert Warriors », est le talon d’Achille, et la faille de l’équipe nationale algérienne
    Sans Ben Taleb, sans Belfodil, sans Ghoulam, et sans d’autres,…..
    Il est très difficile, de gagner la CAN-2019, en Egypte, chez les « Pharaons »
    L’équipe de la CAF, est,….., le douzième joueur des « Pharaons »
    L’arbitre gambien Bakary Gassama de la finale jouée Espérance.Sahel.Tunisienne – Widad El Baydhaoui
    Vient de donner le coup de graçe mortel à l’arbitrage de la CAF « égyptienne », et surtout, en Egypte
    Les algériens sont prévenus, des mauvaises surprises

      MELLO
      4 juin 2019 - 19 h 17 min

      Sans oublier un joueur qui pouvait et qui peut rendre d’enormes services a notre EN, je citerais HANNI l’un des meilleurs attaquants avec MADJER comme entraineur.

    chil
    1 juin 2019 - 15 h 07 min

    On y va pourquoi alors ?
    On y va pour participer à un meeting sportif et montrer le visage d’un football pratiqué à 90% par des joueurs dits nationaux évoluant à l’étranger ok …de là à prétendre qu’on va ramener la coupe !!!! Un peu de modestie please..
    Montrer de l’ambition ,c’est bien mais être réaliste ,c’est encore mieux ;notre vraie équipe nationale avec un football maison typiquement algérien des plus performants n’a gagné qu’une coupe …..à domicile en 90
    J’aimerais me tromper et voudrais bien entendu que M Belmdi ramène cette coupe ! w & s

    1
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.