Soudan : répression sanglante

Soudan
Scène de violence à Khartoum. D. R.

Soixante personnes sont mortes au Soudan depuis lundi, date de la dispersion, sur ordre du conseil militaire, du sit-in devant le quartier général de l’armée à Khartoum. Il s’agit du dernier bilan fourni par un comité de médecins proche de la contestation.

L’opération de dispersion de ce rassemblement emblématique de milliers de manifestants, qui réclamaient depuis des semaines le transfert du pouvoir aux civils, a été vivement condamnée à l’étranger, notamment par l’ONU, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

Le comité des médecins soudanais accuse les milices du conseil militaire d’être responsables de ce massacre.

La contestation juge que les Forces de soutien rapide (RSF) sont les principaux auteurs de la dispersion par la force du sit-in devant le QG de l’armée. Le mouvement a appelé à poursuivre la mobilisation et rejeté l’appel à des élections par les militaires au pouvoir. Le sit-in, dans le prolongement de la contestation inédite déclenchée en décembre, avait débuté le 6 avril pour réclamer le départ du président Omar El-Béchir, destitué par l’armée cinq jours plus tard et remplacé par un conseil militaire de transition.

Le rassemblement s’est néanmoins poursuivi pour exiger le transfert du pouvoir aux civils.

R. I.

Comment (14)

    Anonyme
    6 juin 2019 - 9 h 02 min

    c est toujours pareil quand l armer détient le pouvoir et c est pour ça que j ai toujours crier que l armer et pouvoir ne sont pas compatible et c est POUR ÇA QUE GAID POUSSE LE PEUPLE A LA PROVOCATION

    9
    5
    yaw faqou
    6 juin 2019 - 6 h 16 min

    60 morts ou plus!!Mise en scene pour l’alibi qu’il fallait pour une invasion qui aurai contribuait et permit á la destruction de la seule institution qui tienne tete á la mafia satanique du nouvel ordre mondial .
    Je crains que le meme scenario se joue et se prepare pour l’Algerie.
    Nous sommes unis, vous allez me dire..mais face á un tel scenrio,je ne peux qu’esperer.

    6
    7
    TARZAN
    6 juin 2019 - 5 h 22 min

    voilà le régime militaire est fini et s’est tiré une balle dans le pied. nous sommes plus dans les années 60 et 70 où les régime militaires des pays dont l’économie dépend des exportations, pouvaient faire la pluie et le beau temps. le soudan ne peut vivre en autarcie et donc le régime militaire a dorénavant une durée très courte. le peuple soudanais va le chasser avec la soutien de la communauté internationale. le monde est devenue un village et le véritable gendarme c’est le commerce international entre les mains des USA.

    14
    Algerien Pur Et Dur
    5 juin 2019 - 23 h 17 min

    Il a recu ses ordres apres une viree en egypte et les pays du golfe tous allergique au vent de la democracie qui les fait eternuer. Ils savent qu’ils risquent gros si la contestation populaire atteint leurs rives. Alors ils preferent qu’elle soit contenue loin d’eux meme au prix de nombreuse fatalites.

    17
    Vroum Vroum 😤..
    5 juin 2019 - 20 h 24 min

    Des Nethaniaou y’en a même au Soudan , ils tirent et posent les Questions après !!
    Chez Nethaniaou Saouds , eux ils coupent les Têtes et posent les Questions après , mais comment répondre !!?…….Voilà des Familles brisées , des enfants devenus orphelins de Pères…à causes d’abrutis au Pouvoir …Soixante morts , comme ceux de Gaza par des Snipers Sionistes..
    ,..!!!..Condoléances aux Familles et maudits soient les tireurs et ceux qui ont ordonnés…Qu’ils soient Soudanais ou Sionistes . .N’oubliez pas que Saouds Wahabisme Takfirisme ont coupés 37 têtes au Sabre en public cette année … la Vie ne tient qu’à un fil ? Ou un Sabre ou une Balle..

    8
    4
    coachdz
    5 juin 2019 - 17 h 43 min

    au soudan la vie d’un etre humain ne vaut rien cette haine du peuple inculqué aux baltaguia de l’armée illettrée du pouvoir dictatorial soudanais et aux ordres d’officines etrangeres, qu’en est ‘il de notre pays vas t’il condamner cela ? ou se murer dans un silence complice, on serait curieux de voir ça

    14
    7
    Anonimaoui
    5 juin 2019 - 13 h 01 min

    Si on fait un parallèle avec l’évolution de la situation en Algérie, j’espère de tout mon cœur que la trajectoire des évènements en cours chez nous soit différente sinon nous allons droit vers ce type d’incidents gravissimes pour l’avenir proche. Il est donc urgent de tirer les conclusions de ces événements soudanais pour engager sans conditions préalables des négociations directes entre le pouvoir et les représentants du Hirak pour trouver une solution de passage pacifique vers un régime démocratique.

    18
    5
    Anonyme
    5 juin 2019 - 12 h 41 min

    A confirmer, mais il paraît que le TPI a été saisi pour poursuivre les generaux soudanais. Ce qui est la moindre des choses si L’ONU et les pseudo démocraties et défenseurs des droits de l’homme étaient honnêtes.

    16
    11
      Elephant Man
      6 juin 2019 - 2 h 45 min

      @Anonyme 12h41
      Quelle tartufferie pourquoi n’avoir jamais envoyé devant la CPI les Bush Sarkozy Netanyahou…
      Rappel Gbagbo avait été placé derrière les barreaux de la CPI par Sarkozy alors que Gbagbo avait remporté les élections et son palais présidentiel bombardé par Sarkozy qui a placé Ouattara à la présidence.
      CPI = justice de blancs pour les noirs…
      Quand la CPI jugera Netanyahou par exemple pour crime contre l’humanité crime de guerre et cie on en reparlera.

      7
      2
    Felfel Har
    5 juin 2019 - 12 h 24 min

    Avant toute chose, je tiens à rendre hommage aux victimes soudanaises, coupables d’avoir rêvé de cette liberté que leur refusent des militaires sans états d’âme, avides de pouvoir obéissant aux ordres venus d’ailleurs.
    Je tiens ensuite à avertir tous ceux qui dans la police, la gendarmerie nationale, l’armée et les baltaguia du pouvoir, forts de l’uniforme qu’ils portent, s’emploient à utiliser matraques, gaz lacrymogènes et autres balles en caoutchouc pour bâillonner la voix du peuple algérien. La situation est explosive et la présence d’armes sur les lieux des manifestations risque de mettre le feu aux poudres.
    Changez d’attitude et de mentalité, serrez la main que vous tendent ces citoyens et comprenez le sens et les objectifs de leur combat (c’est le vôtre aussi), mesurez les conséquences néfastes qui pourraient résulter d’un usage abusif des armes! Voyez dans quelle situation sont les Libyens, les Syriens et maintenant les Soudanais!

    22
    7
      Maori
      5 juin 2019 - 14 h 48 min

      Ces pseudos militaires incapables de défendre leur pays sont capables de tirer sur des civils sans armes. Ils utilisent des armes achetés avec l’argent public qu’ils ne produisent même pas. Cette lâcheté est innommable Dieu aura raison d’eux.

      17
      1
        Felfel Har
        7 juin 2019 - 10 h 58 min

        @Maori
        Je rejoins totalement votre point de vue, s’agissant de ces armées d’opérette dont les exploits se limitent aux massacres de leurs populations, bien sûr, désarmées.
        Il faut pas oublier que les véritables coupables sont les « donneurs d’ordres » égyptiens, saoudis et émiratis, supplétifs des judéo-chrétiens. Les généraux soudanais devraient s’attendre à être les seuls à faire face aux juges du TPI, pas ceux qui leur ont promis une fortune pour étouffer une démocratie en état de gestation avancée.
        Salutations!

    Karim
    5 juin 2019 - 11 h 58 min

    « Ceci été vivement condamnée à l’étranger, notamment par l’ONU, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ».
    Du mensonge.L’Occident ne veut pas de démocratie dans nos pays.Ce qui l’arrange c’est des dictatures, des marionnettes.

    27
    4
    Anonyme
    5 juin 2019 - 11 h 48 min

    L’Algérie devrait apprendre de ce drame que l’armée ne devrait jamais avoir le pouvoir mais rester un instrument du pouvoir.

    18
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.