La face cachée du débarquement : massacres, pillages, exactions et viols

D-Day débarquement
Emmanuel Macron et Donald Trump pour la célébration du D-Day. D. R.

Par Mesloub Khider – La France a célébré le Jour du débarquement de Normandie, cet événement marquant le débarquement historique du 6 juin 1944. Cette commémoration offre aux présidents français et américain l’occasion d’afficher leur entente affectée. En effet, le D-Day est célébré cette année en présence de Donald Trump et de quelque 500 vétérans. Cette célébration permet à la France de rendre hommage à ces braves soldats américains venus combattre pour sa libération. Pourtant, ce D-Day grave une page sombre dans l’histoire du débarquement des Américains sur le sol français. Page d’histoire éludée par l’historiographie officielle.

En effet, le débarquement des forces américaines en France a traumatisé les populations locales. Outre la violence de l’offensive marquée par les bombardements ciblés contre les populations civiles, ce débarquement en Normandie a provoqué le viol de centaines de femmes par les soldats américains, sans oublier les exactions et pillages.

Au chapitre de la «barbarie démocratique» perpétrée par les forces anglo-américaines, il est historiquement utile de rappeler que de juin à septembre 1944, près de 18 000 tonnes de bombes ont été déversées sur les régions normandes, provoquant des milliers de morts, parmi les populations civiles. Les villes normandes, notamment Le Havre, Caen, Rouen, ont accueilli mortellement les «bombes libératrices» des Alliés par milliers. La ville du Havre a été totalement dévastée. Pour illustrer l’ampleur des massacres, il convient de relever qu’en moins de vingt-quatre heures, le 7 juin, au lendemain du débarquement, on a dénombré plus de  3 000 morts parmi les civils. Entre le mois de juin et le mois de septembre 1944, les bombardements de la ville de Rouen et du Havre ont occasionné la mort de plus 20 000 civils.

Au chapitre des crimes civils perpétrés par les soldats américains contre la population normande, la liste des victimes se compte par milliers.

Loin de l’image d’Epinal du glorieux GI encensée par les médias, la réalité du débarquement dévoile une brutalité terrorisante des soldats américains. En effet, dès les premiers jours de leur débarquement en Normandie, ces «libérateurs» ont libéré également leurs bas instincts, mais aussi leurs mœurs de conquérants déjà largement expérimentées sur leur sol contre les Indiens et les Afro-américains. Du pillage, en passant par l’escroquerie, le gangstérisme, la contrebande de produits, le meurtre, jusqu’au viol, les soldats américains ont perpétré d’épouvantables crimes contre la population civile française.

Longtemps ignorés de l’opinion publique, délibérément occultés par les «vainqueurs», les viols commis par les troupes américaines en France (mais aussi dans d’autres pays de l’Europe), à la Libération, ont commencé à faire l’objet d’étude et d’actualité qu’à la faveur de la guerre qui a opposé la Serbie et le Kosovo dans les années 1990, où des milliers de femmes albanaises ont été violées. Les agressions sexuelles commises par les soldats américains ont été très nombreuses. Ces viols étaient commis gratuitement, dans le seul but d’assouvir un désir sexuel. Les violeurs ont souvent fait preuve d’une brutalité extrême et d’une dépravation inouïe. Frappés par la loi du silence, ces viols auraient fait, selon les rares historiens penchés sur la question, plus de 3 600 victimes entre juin 1944 et juin 1945, soit 10 victimes par jour pour la seule région de la Normandie.

Quoi qu’il en soit, après le débarquement, l’armée américaine s’est comportée en terrain conquis. Elle ne s’est pas conduite en nation libératrice, mais en force conquérante. Certains habitants de la ville du Havre ont écrit à leur maire pour l’informer que de nombreuses femmes ont été «attaquées», «violées», qu’ils vivent dans un véritable «régime de terreur imposé par des bandits en uniforme». D’autres se sont plaints de l’arrogance des Américains. Un habitant normand déclare qu’«avec les Allemands, les hommes devaient se camoufler. Mais avec les Américains, nous avons dû cacher les femmes».

L’historienne américaine Mary Louise Roberts a écrit dans son livre consacré aux viols des femmes françaises commis par les GI’S : «La nuit, des soldats ivres errent dans les rues en quête d’aventures sexuelles et les femmes ‘’respectables’’ ne peuvent plus sortir seules. Les GI ont grandi avec les récits des aventures de leurs pères, qui ont combattu en France en 1917-1918. Ces récits, qui font la part belle aux aventures sexuelles, ont amené toute une génération d’hommes à voir la France comme le pays du vin, des femmes et des chansons.»

Telle est la France perçue par les soldats américains, celle des femmes faciles. La France a constitué pour les GI un lupanar à ciel ouvert, un théâtre d’opérations libidinales belliqueuses. Un champ de guerre lubrique. Au reste, les autorités suprêmes militaires américaines ont réussi à «vendre» le débarquement comme une aventure lascive, seul stratagème pour exalter et exciter les soldats mobilisés pour se livrer aux combats, avec comme pour récompenses d’explosifs ébats. Qui a dit que Daech était la seule organisation à promettre à ses recrues terroristes des houris au paradis ? L’Amérique de Roosevelt garantissait à ses soldats envoyés en France (en Europe) le même paradis féminin mais sur terre, hic et nunc.

Outre les viols perpétrés contre les Françaises, les soldats américains, par leur aisance financière, ont transformé de nombreuses femmes indigentes en prostituées. Le commerce du sexe s’est considérablement développé avec la pénétration du dollar. L’économie capitaliste américaine impose à la France soumise un véritable rapport de troc forcé : produits made in USA contre monnaie corporelle lascive féminine, seule valeur d’échange existante dans cette France indigente, quatre ans durant violée et volée par son ancien maître nazi. Un paquet de chewing-gum, quelques cigarettes suffisent aux soldats américains pour s’acheter les services charnels de quelque blonde française. Ces soldats américains, venus d’un pays civilisé, se comportaient en France comme des barbares libidineux : tels des animaux, ces GI faisaient l’amour partout, en plein jour, devant les enfants. Les Américains n’affichaient que mépris à l’encontre des Français, particulièrement à l’égard des hommes. «Efféminés, verbeux, nerveux, irritables, avec un côté très gigolos et je ne les aime pas beaucoup», écrit un GI au sujet des Français. Voilà comment étaient perçus ces «hommes» qui colonisaient pourtant l’Algérie : des poltrons, des couards. Dévirilisés, ces hommes, asservis quatre ans durant par les nazis, étaient jugés par les Américains incapables de tenir leurs femmes, de protéger leur foyer.

Au plan pénal, certes, quelques soldats ont été jugés et condamnés pour viol en France. Mais, paradoxalement, reflet de la ségrégation raciale en usage aux Etats-Unis, la majorité des condamnations prononcées par les cours martiales ont concerné les soldats noirs, souligne Mary Louise Roberts. Ainsi, les violeurs noirs ont été plus massivement et lourdement condamnés que les violeurs blancs, absous pour leurs crimes. Au reste, un autre historien, Robert Lilly, a révélé dans ses travaux que les viols commis par les soldats américains se sont déroulés également dans d’autres régions européennes, notamment en Allemagne.

M. K.

Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

 

 

Comment (21)

    Abdelrahmane
    11 juin 2019 - 8 h 14 min

    Faudrait aussi ajouter qu’au sortir de la deuxième guerre mondiale, staline avait demandé lors de la ré »union de potsdam ( je crois) de punir la france pour sa collaboration avec l’allemagne hitlérienne. Heureusement pour de gaule, eisenhower et churchill ont joué les avocats de de gaule et cela a sauvé la france de sanctions très sévères, de mutilation de son territoire et dépossession de ses colonies. Pour l’histoire et la vérité, cela doit se savoir.

    El pueblo
    11 juin 2019 - 7 h 20 min

    Merci pour cet éclairage

    Anonyme
    10 juin 2019 - 6 h 14 min

    Avec deux gouvernements…
     » Général De Gaulle à Londres… »
    … et le
     » Maréchal Pétain à Paris… »
    Dans les deux cas, de l’issue de la guerre, la France avait un
     » strapontin  » dans un des camps des vainqueurs…
    L’ art de tirer les marrons du feu sans se mouiller… même en cas de guerre…
    Mais les  » Places « sont réservées à ce qui font l’histoire…

    3
    1
    Anonyme
    10 juin 2019 - 5 h 35 min

    Lire les mémoires,
    du général De Gaulle…
    Il déclare :
    Me voilà à la tête d’un pays ou la population
    à collaborer à 90 pour cent… et
    de 10
    pour cent des résistants sont
    communiste, les RFI, au ordre
    des Soviétiques.
    Des milliers de volontaires Français,
    en tenue de soldats Allemands, ce sont
    battues aux côtés de troupes
    Allemandes, en Europe de l’est, et
    en Russie.
    Formant des bataillons. Sous le nom
    debataillons »l’honneur Français » et
    « Charlemagne » et encore d’autres…
    Guerre perdu, ils furent des prisonniers
    des goulags en URSS. Staline les
    garda au froid. Attendons que la France
    les réclames officiellement. Jamais De Gaulle ne les a réclames officiellement… ni officieusement… La France c’est bien garder de ne jamais les réclamer
    Ils moururent au goulags… en Russie.

    2
    2
    Anonyme
    9 juin 2019 - 2 h 06 min

    800’000 à 1’300″000 naissances
    d’enfants, de pères soldats allemands
    durant l’occupation.
    Estimation
    historiquement admise.
    Paris c’était la Thaïlande , Bangkok,
    Pataya, bordel pour les soldats
    Allemands en permission. Venant
    du front de l’est, la Russie.
    La politique du maréchal Pétain, Paris
    ville ouverte proclamé officiellement,
    au sens propre et figuré… et puis après.. c’était le tour des Américains…
    La France collabos, seulement
    10 pour cent de résistants, des
    communistes…
    C’est la réalité… de l’histoire…

    13
    3
    dahou
    8 juin 2019 - 18 h 31 min

    …Ils n’ont pas débarquer pour libérer l’Europe mais pour arrêter les chars russes…
    .

    20
    4
    kamel
    8 juin 2019 - 15 h 44 min

    Eisenhower a ordonner aux soldat us de punir la France pour colorations.
    en 48 heure 7000 femme française déjà violée après les archives us.

    18
    3
    Pères Blancs en Algérie
    8 juin 2019 - 13 h 11 min

    Espérons qu’un jour les historiens Algériens se pencheront sur le cas des Pères Blancs qui n’avaient de Pères blancs que le nom plantés en Algérie dès la début de la colonisation qui avaient pour mission du nettoyage ethnique de certaines régions d’Algérie, ils étaient et le sont toujours en mission…

    24
    18
      Hors sujet par excellence
      8 juin 2019 - 17 h 18 min

      Ya dada l’internaute sous le pseudo @pères blancs en Algérie, tu es venu pollué le débat avec ta « khardj’aa » hors sujet ! Tu as baissé le niveau du débat extraordinaire et des analyses intéressantes auxquelles on assiste de la part des internautes de AP. Tu es à côté de la plaque , mais alors complètement ! Dommage pour toi !

      18
      12
        Pères Blancs en Algérie
        8 juin 2019 - 19 h 44 min

        Au contraire entre le nettoyage ethnique des soldats Américains en France et les soldats Français en Algérie déguisés en Pères Blancs c’est le même sujet.

        10
        7
    Anonyme
    8 juin 2019 - 12 h 46 min

    50% des français étaient des collabos actifs…40% des collabos passifs et 10 % étaient de vrais résistants de la première heure… L’histoire de cette période est encore très méconnue et surtout énormément travestie…

    33
    5
      Selecto
      8 juin 2019 - 14 h 07 min

      L’historien de la résistance française Henri Amouroux avait intitulé un chapitre de ses livres dont je ne me rappelle pas du titre  » 40 millions de Français 40 millions de collabos », en effet l’écrasante majorité des Français étaient des harkis.

      30
      5
    BECAUSE
    8 juin 2019 - 12 h 15 min

    Rien à ajouter ou à retrancher à cette remarquable analyse qui décrit fidèlement les faits d ‘ époque de juin 1944 jusqu’à la fin de la guerre ( mépris total et racisme déclaré envers les hommes français perçus comme des lâches et des poltrons , hier écrasés par les Allemands et désormais totalement dominés et soumis aux Américains, les femmes françaises vues fortement et traitées abusivement comme des bêtes de sexe , vols et pillages organisés , destructions de monuments et de villes et villages planifiés par le haut commandement opérationnel américano -britannique ) .

    27
    5
      Abed
      8 juin 2019 - 15 h 57 min

      Il faut ajouter que la plupart des soldats américains envoyés combattre les nazis (lorsque la guerre était presque finie et l’armée de Hitler vaincue grâce aux armées soviétiques) étaient des délinquants sortis expressément des prisons avec la promesse d’être libres s’ils revenaient vivants. Leurs comportements barbares s’explique donc et on a vu leurs « descendants » avoir ce même comportement en Irak !!

      25
      3
    Au delà des exactions et des viols !
    8 juin 2019 - 12 h 14 min

    Monsieur Mesloub Khider auteur de l’article,c’est très vrai ce que vous écrivez ! Cependant, il y aussi quelques autres faits et réalité à dire : 1/- la France n’avait pas la capacité de résistance militaire, ni de force de frappe militaire digne de nom pour lutter contre l’armée Allemande. La seule résistance est venue de simples groupes de résistants civils français avec des fusils de chasse, des grenades et des pistolets. Tous les films français n’ont été faits qu’avec des thèmes en rapport à ces résistants. Mais point de hauts faits d’armées dignes de ce nom imputée à l’armée française, et c’est évident. Ce n’est pas pour rien que De Gaulle s’est exilé pour faire « la » guerre à partir d’une radio anglaise et n’a pu défilé dans Paris qu’une fois la France complètement libérée par les alliés. 2/- Sans la Russie, au prix de ses 26 millions de morts, la France aurait-été un département allemand aujourd’hui. Certes l’armée américaine et britannique ont joué un grand rôle dans la victoire, mais la part de l’armée russe a été énorme, déterminante dans la chute du Reich ! C’est eux qui sont arrivé jusqu’au bunker et au vrai centre de commandement d’Hitler et de son Etat Major ! Et pourtant vous n’entendrez jamais les officiels français dire ces vérités, les commémorations du débarquement mettent sous silence cette vérité historique et la Russie n’est jamais invité à cette « cérémonie » qui est plus digne plus du festival de Canne que d’autre chose ! L’aplatissement honteux , l’a-plat-ventrisme ignoble des gouvernements français devant les USA et l’OTAN doivent même faire mal à De Gaulle au fond de sa tombe ! Certes il est légitime qu’un pays occidental s’allie à d’autres pays occidentaux mais pas au point d’en devenir une serpillière …. aux ordres !

    50
    3
    khorti
    8 juin 2019 - 12 h 12 min

    L’Histoire s’écrit_hélas ! par les scribes du vainqueur et continue d’être aménagée et diffusée par les plus forts. Il n’y a qu’à voir sur les TV de Fafa combien chaque jour on nous matraque de fausses vérités préfabriquées…
    Ce qui est enseigné pendant des générations devient vérité ! et on menace (lois…) ou ridiculise ceux qui osent affirmer le contraire !

    23
    2
    B.M
    8 juin 2019 - 12 h 07 min

    Quand ILS ont débarqué à Sidi Frej, nos femmes étant plus belles que les leurs, enlaidies par l’alcool, combien ont-ils violé de musulmanes, et laissé de « Froukhas », bâtards, combien parmi « Nous » de descendants de violeurs « Français », Corses, Maltais, Italiens, Allemands, Alsaciens, Bretons, Provençaux, voilà le compte à faire pour « comprendre »…

    11
    28
    Anonyme
    8 juin 2019 - 11 h 35 min

    En effet ! des viols, des……………. c’est exactement ce qu’on ne dit pas quand on parle du FLN pendant la guerre d’Algérie ! les 400 000 hommes en âges de combattre qui avaient rejoint l’armée française, une bonne partie d’entre eux ont été conduit dans les bras du colonialisme après un viol suivi d’une menace extrême de mort venant d’élément du FLN. Si les forces alliées avaient arrêté jugé et parfois exécuté certains de leur soldats et d’autres jugés pour crime de guerre, aucun jugement n’a été enregistré chez le FLN. Pourtant les exactions multiples tortures indescriptibles, des viols ont été massifs bien sûr sur les filles et les femmes algériennes de souche ! Un jour après la chute de ce régime FLnesque tout ça va sortir au grand jour. Je ne suis pas entrain de parler des tortures et viols menés par l’autre camp, les français ont déjà commencé à s’autocritiquer et le dossier est sur la table en France.

    15
    38
      Rhoule
      8 juin 2019 - 13 h 00 min

      Ah ! ca explique pourquoi il y a autant de batard en Algérie !!! merci pour cette vérité qui reste tabou dans notre cher pays, après les turcs, les Français

      8
      37
        Anonyme
        8 juin 2019 - 14 h 26 min

        Je n’ai pas souvenance de rapports et d’études faisant état d’un nombre considérable de bâtards en Algérie, j’ai lu le chiffre de trois milles et c’est un phénomène très récent.
        Par contre dans ton pays au maroc, selon les associations locales ce sont 50.000 femmes marocaines qui accouchent chaque année d’un enfant hors-mariage ce qui fait un total de plusieurs centaines de milliers à l’heure actuelle. Sans parler des enfants de touristes que se font faire les mères de familles dans le but de blanchir la race.
        Les Ottomans épousaient honorablement les femmes algériennes, ils ne les violaient pas, contrairement à vous qui avez violé tant de malheureuses femmes esclaves ouest africaines que vous en avez perdu votre couleur d’origine.

        30
        9
      Djamel
      9 juin 2019 - 5 h 37 min

      @Anonyme
      8 juin 2019 – 11 h 35 min
      Si les forces alliées avaient arrêté jugé et parfois exécuté certains de leur soldats et d’autres jugés pour crime de guerre.
      Vous nous prenez pour des demeurés et des imbéciles en plus,
      allez raconter vos âneries ailleurs car on a jamais vu la justice dont vous parlez, pour beaucoup, de l’autre coté de la mer, la guerre n’est pas encore finie et je crois quelle durera juste la fin du monde.
      Il n’y aucun dossier dossier sur la table si ce n’est encore pour travestir les faits en transformant les bourreaux pour des victimes et inversement les victimes à éliminer de la surface de la terre sous les plus horribles tortures.

      4
      5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.