Le correspondant de l’APS à Paris rappelé suite à sa «bourde» sur Le Drian

corrspondant APS
Siège de l'Agence de presse service. D. R.

Par R. Mahmoudi – Nous apprenons de source sûre que le correspondant de l’agence officielle APS à Paris vient de recevoir sa fin de mission suite à la «faute» qu’il avait commise, il y a un mois, en envoyant une dépêche, publiée le 8 mai, prêtant au ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, des propos qu’il avait tenus un mois plus tôt au sujet de l’élection présidentielle. Le chef de la diplomatie française souhaitait alors le déroulement de la présidentielle algérienne «dans de bonnes conditions».

Cette décision prise à l’encontre du journaliste de l’APS prouve que la dépêche en question a failli provoquer un incident diplomatique entre Paris et Alger.

L’ambassade de France à Alger a vite démenti l’information, expliquant qu’«il s’agit en réalité d’une réponse datant du 6 mars 2019, lors d’une séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale», et que cette déclaration «ne saurait donc être présentée comme la position française à la date du 9 mai 2019», affirmait la chancellerie française dans un communiqué.

Cela dit, la promptitude avec laquelle l’ambassade de France avait réagi à cette «fausse information» révélait un sentiment de gêne chez les Français par rapport à la démarche politique envisagée par les nouveaux décideurs en Algérie pour sortir de la situation d’impasse engendrée par la destitution d’Abdelaziz Bouteflika. Cette dépêche de l’agence algérienne avait le mérite d’avoir sorti le gouvernement français du silence dans lequel il s’était recroquevillé depuis la chute du président Abdelaziz Bouteflika.

D’ailleurs, Paris continue à ce jour à entretenir le flou et à susciter des interrogations sur sa position réelle, à telle enseigne que le Sénat français a dû bloquer, cette semaine, la publication du contenu de l’audition qui a eu lieu mercredi dernier avec l’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, sur le site officiel de la deuxième chambre du Parlement français. L’audition a eu lieu devant la Commission des affaires étrangères et de la défense et des forces armées, comme l’indique le site officiel du Sénat français qui ne mentionne pas, toutefois, ni l’objet ni le contenu de cette audition.

R. M.

Comment (18)

    Anonyme
    12 juin 2019 - 11 h 02 min

    Si vous nous donniez le patronyme de ce journaliste, on comprendra bcp de choses. c’est comme pour Air Algérie, les postes à l »étranger sont partagés entre copains et coquins de la mafia. C’est plus la compétence qui prime, faut juste etre sponsorisé par la présidence, le 1er ministre ou encore.. le CHEF D etat MAJOR. faites vos recherhces, possible que ce journaleux soit du meme patelin que Gaid comme Samia Chba3na

    4
    1
    DZA
    12 juin 2019 - 8 h 53 min

    Les tribunaux ne désempliront pas de si tôt, pour peu que la JUSTICE soit effectivement libre et équitable. Les années du règne pourri de Bouteflika, ont vu l’émergence d’une multitude de milliardaires et de soit disant d’hommes d’affaires, qui ne pourront jamais justifier leurs acquits que par les méthodes contraires aux lois et à la morale. (corruption, concussion, clientélisme, népotisme, etc.)

    Peut-on envisager de reconstruire un pays avec des nouveaux riches douteux et des responsables politiques impliqués dans la faillite du pays ? Une opération ‘’Mani Pulite’’ est un préalable.

    L’Algérie que réclame le peuple, sera une Nation fondé sur le travail, dont les richesses et les opportunités de réussite de chacun doivent être gérées dans la transparence.
    Il est temps que les institutions de contrôle et la justice s’investissent dans leurs missions avec impartialité.
    Que la justice soit rendue dans la sérénité loin de tout dessein politique. Que les hors-la-loi restituent les biens mal acquits et payent pour leurs actes.

    2
    1
    Algerien Pur Et Dur
    12 juin 2019 - 0 h 55 min

    Moi ce qui me choque dans tout ca ce sont tous ces pouces vers le bas que recoltent les commentaires qui ne sont pas favorable a fafa. A ce point la?

    2
    5
    TOLGA - ZAÂTCHA
    12 juin 2019 - 0 h 14 min

    Pourquoi le rappeler même après sa soit-disante « bourde » (qui reste à prouver) sur Le Drian ? Les français ont-ils suspendu l’officier des douanes qui a exigé au ministre « algerien » de se déshabiller à l’aéroport d’Orly devant tous les passagers ?
    Je ne comprends plus à cette politique algérienne qui SE DÉCIDE à l’Élysée.
    C’est une véritable HONTE !!!
    Où est LE NIF des ALGÉRIENS ???
    Où es-tu ya Si Houari BOUMEDIENE ??? TOI dont le REGARD et les MOUSTACHES faisaient trembler ces minables français !!!
    Allah yerahmek ya Si BOUKHAROUBA… bi rahmati Allah !!!

    Excusez-moi ! TROP… C’EST TROP !!!

    5
    4
    Tin-Hinane
    11 juin 2019 - 15 h 48 min

    Ce qui me choque c’est que nos élections soient débattues à l’Assemblée nationale français. Pourquoi diable ces gens là qui sont nos ennemis de surcroit se croient ils autorisés à débattre de nos affaires internes et de nos élections. Il n’y a donc personne pour leur dire qu’ils ont perdu la guerre contre nous et que nous sommes un peuple souverain et que l’Algérie nous appartient, il faut vraiment les smasher une bonne fois pour toutes, même si je sais dans le fond qu’il est difficile de parler aux fous car c’est ce qu’ils sont des fous.

    25
    28
      Anonyme
      12 juin 2019 - 6 h 33 min

      Tout simplement qu’ils ne veulent pas voir l’afflux Algeriens à leur porte dans le cas où ça tournerait mal.
      Fafa sait que ceux qui vocifèrent sur elle à Alger seront les premiers à se présenter à son guichet.
      Elle en a près de 3 millions, je pense qu’elle n’en veut pas un de plus.

    Vangelis
    11 juin 2019 - 15 h 48 min

     » …. Paris continue à ce jour à entretenir le flou et à susciter des interrogations sur sa position réelle ….  »

    Mais bon sang, émancipez vous ! Pourquoi se soucier de la position française dans les affaires algériennes ? Pourquoi vouloir à tout pris lui arracher son mot sur tel ou tel sujet ? Pourquoi s’enfermer dans ce carcan avec l’ancien colon qui, comme chacun sait, ne porte pas en odeur de sainteté les algériens. Et pour le confirmer, l’Algérie est le premier pays au monde à essuyer le plus grand nombre de refus de visa. C’est tout dire.

    Cessez de voir ainsi la France et se soucier de ses faits et gestes à l’encontre (pas à l’endroit) de l’Algérie.

    24
    20
    MELLO
    11 juin 2019 - 15 h 20 min

    Attention , attention , on ne doit pas toucher aux maitres de nos maitres. L’APS est le tuyau de communication entre d’un cote’ les maitres des lieux et les maitres d’outre mer, ce canal reste la voix du maitre . Attention , Le maitre des maitres ne ment jamais , le maitre a toujours raison . L’agent de liaison doit appliquer ce qui lui est dicté, sinon plus d,avenue des champs Elysees , plus de Tour eiffel et surtout plus de Pigalle. Adieu , veaux , vaches , cochons.

    13
    8
    Anonyme
    11 juin 2019 - 12 h 48 min

    Est ce que l’AFP rappelle ses correspondants lorsqu’ils font des bourdes en Algérie,? Jamais.
    Il a fallu que l’Algérie mette le directeur de l’AFP dehors pour arrêter ses intox. Alors à quoi correspond cette différence de traitement?.

    23
    26
    Re digage !!
    11 juin 2019 - 12 h 43 min

    Tout ce que la France ne ferait pas pour sauver son contrôle sur les hydrocarbures Algérienne !

    22
    8
    CHAOUI-BAHBOUH
    11 juin 2019 - 10 h 46 min

    Chères Sœurs, Chers Frères !
    22 Février 2019, Un peuple s’éveille et rejette BOUTEFLIKA et le Clan de Maffiosi au pouvoir depuis 4 mandats soit 20 ans de main mise absolue, qui s’est établie en Algérie par un pronunciamiento militaire. Les coupables de l’usurpation ont exploité la passion, « Nous où les Années noires 1990 », les limites sont dépassés et l’adhésion a enflammée toute la population Algérienne aux quatre coins du pays, l’impuissance des responsables submergés par la conjuration militaire. Ce pouvoir à une apparence : d’une poignée de généraux en voix de retraite. Un groupe d’officiers, partisans, ambitieux et fanatiques, par peur de rendre des comptes sur leurs enrichissements illégale. Ce groupe de Généraux possède un savoir-faire expéditif et limité. Mais ils ne voient et ne comprennent la nation et le monde que déformés à travers leur frénésie. Leur entreprise conduit tout droit à un désastre national. Car l’immense effort de redressement de l’Algérie, entamé depuis le fond de l’abîme, le 5 juillet 1832, mené ensuite jusqu’à ce qu’en dépit de tout la victoire fût remportée, l’indépendance assurée, la République Algérienne et Démocratique instaurée ; repris depuis le 22 février 2019, afin de refaire l’État, de maintenir l’unité nationale, de reconstituer notre puissance, de rétablir notre rang au-dehors, de poursuivre l’œuvre et les sacrifices de nos Glorieux Martyres à travers une nécessaire décolonisation des Généraux , tout cela risque d’être rendu vain, à la veille même de la réussite, par l’aventure odieuse et stupide des Généraux en Algérie. Voici l’État bafoué, la Nation défiée, notre puissance ébranlée, notre prestige international a été heureusement élevé plus que nature par le Peuple Algérien un 22 Février 2019. Notre place et notre rôle en Afrique et dans le Monde doivent être relevé et assuré par ce réveil fabuleux et unique au monde !
    Des hommes dont c’était le devoir, l’honneur, la raison d’être, de servir et d’obéir. Au nom de la l’Algérie, tous les moyens, soient employés pour barrer partout la route à ces hommes-là, en attendant de les réduire et de partir à la retraite. Nous demandons à tous les braves Djounoudes Algériens et, d’abord, à tout Militant digne de ce nom de n’exécuter aucun de leurs ordres. L’argument suivant lequel il pourrait être localement nécessaire d’accepter leur commandement sous prétexte d’obligations dans l’intérêt du Pays ou administrativement ne saurait tromper personne. Les seuls chefs, civils et militaires, qui aient le droit de protéger l’Algérie
    L’avenir des usurpateurs ne doit être que celui que leur destine la rigueur des lois. Devant l’incertitude qui plane sur la patrie et la menace qui pèse sur la République Algérienne, ayant pris l’avis officiel du Hirak et du peuple, nous demandons de mettre en œuvre les Articles 7 et 8 de la Constitution. A partir du 22 février 2019 nous prendrons, au besoin directement, les mesures qui paraîtront exigées par les circonstances. Par là même, nous affirmons, pour aujourd’hui et pour demain, en la légitimité Algérienne et républicaine que la nation, organisera des élections libres et démocratiques, nous maintenons quoi qu’il arrive, jusqu’au terme d’une élection libre et démocratique d’ou s’urgeront des femmes et des Hommes dignes de cette deuxième République jusqu’à ce que ce rêve soit réalisé, soit les forces, soit la vie, et dont nous transmettrons les moyens d’assurer qu’elle demeure après Nous pour les générations montantes. Algériennes, Algériens ! Voyez où risque d’aller l’Algérie avec ce Clan des Mafieux, par rapport à ce qu’elle était en train de redevenir. Algériennes, Algériens ne lâchez pas, tenez bon vous êtes sur la très bonne voie! Manifestation le 16 juin 2019 Place de La République à la Bastille – Paris. Un Algérien de Paris.

    28
    16
      Anonyme
      11 juin 2019 - 16 h 03 min

      @CHAOUI-BAHBOUH
      Cher frère, de quels généraux parlez vous? il y a certainement quelques officiers, dont des généraux, impliqués et compromis avec le clan Bouteflika mais ce ne sont pas tous les généraux. Heureusement que l’Algérie a eu cette armée pour la protéger et la défendre contre l’envahisseur étranger. Je vous rappellerai un seul évènement: l’attaque de tiguentourine, sans l’armée on aurait fait comment? Excusez moi je ne doute pas de votre patriotisme mais présenter les généraux comme étant tous des pourris ça c’est le leitmotiv des médias français, ne les écoutez pas ils sont nos ennemis et ils haïssent l’armée algérienne. Soyez sûr que si tous les généraux de l’armée algérienne étaient comme vous les décrivez l’Algérie aurait été effacée de la surface de la terre, l’occident et ses complices l’auraient mise en pièces. Heureusement il y a des généraux loyaux et intelligents. Vive l’Algérie et vive l’ANP.

      26
      9
        CHAOUI-BAHBOUH
        12 juin 2019 - 9 h 00 min

        Mr. ANONYME, je me suis présenté en tant qu’Algérien et très fier de l’être, mais jamais un individu Anonyme! Je parle de certains et non pas la totalité des Officiers supérieures, de ceux qui ont usurpé l’autorité et complices dans les 20 ans de trafique et de mensonges, qui détruisent au lieu de construire, ils ont préféré l’argent contre leur serments sur le Coran, au nom d’ALLAH, nous voici devant les faits accomplis, comme dit un exemple Algérien bien de chez nous, « Une poignée de mouches pourrira le reste et enfante des larves nuisibles », nous sommes là devant les faits accomplis, que suggères toi en place et lieux ??? , à vrai dire nous avons trahi l’idéal et le sang versé par nos glorieux Martyrs, mais une choses est certaine, nous irons cracher sur leurs tombes de ceux des traîtres, qu’il soit Général où simple civile, l’habille ne fait pas le moine !!! Merci à tout bon entendeur !!!

        3
        1
    Anonyme
    11 juin 2019 - 10 h 12 min

    Cette boite était la seconde muette de l’Algérie, aucun ministre de l’information installé depuis 1962 n’a été au bout de sa mission, même l’ancien ministre Mehal qui a grimpé les échelons depuis 1965 n’était libre de ses mouvements avec Bouteflika qui régnait sur tout le bazar en Algérie d’une main tordue. Donc je ne vois pas pourquoi aujourd’hui intervenir contre un journaliste qui a appris les ABC du système le rappeler. APS, Air Algérie et nos mission diplomatique à l’étranger sont toujours une chasse gardée pour la famille de la nomanklatura.

    13
    27
      Depassage
      11 juin 2019 - 13 h 51 min

      Tout ce qu’il raconte, c’est pour enfumer les gens et cacher les raisons objectives de la situation actuelle et surtout le rôle des islamistes dans celle-ci en mettant l’Algérie à genoux avec l’aide de leurs sponsors occidentaux via le Maroc et les pays du golfe. Il a fallu des négociations serrées et beaucoup de concessions pour que les Occidentaux lèvent leur embargo non décrété mais bien appliqué contre l’Algérie. Donc, l’Algérie n’avait pas emprunté le chemin qui nous a menés à cette situation que contrainte et forcé. Et sur ce point, je peux donner des précisions époustouflantes. Et n’en parlant pas des 4000 algériens parmi les meilleurs de son élite qui avaient fui l’Algérie, plutôt forcé que de bonne volonté.

      8
      17
    Digage!
    11 juin 2019 - 9 h 48 min

    Ah la France. Quand elle soutient l’Algérie, on crie au complot. Quand elle critique, on crie à l’ingérence.
    On bouffe de la France matin et soir dans les débats.
    Il y a même des conférences sur « la colonisation culturelle française » organisées par les islamo-cachiristes en ce moment.
    Et pourtant quand on sort dehors dans les rues, on ne voit pas des gens qui se francisent, on voit plutôt des gens qui s’islamisent et s’orientalisent à outrance.
    Une colonisation peut en cacher une autre.

    39
    9
      [email protected]
      11 juin 2019 - 10 h 41 min

      Cela fait partie d’un projet qui consiste à créer une monde islamiste sous la tutelle de l’Otan avec un leadership turk et Qatari. Un colonialisme peut cacher un autre tout en restant le même. Le conflit de civilisations n’est pas une vue de L’esprit. La même chose se prépare en Europe. avec un nationalisme chrétien. compatible avec le sionisme. Heureusement que tous les projets n’aboutissent pas, ils leur arrivent de foirer. Que l’Arabie Saoudite soit prise pour cible, ce n’est pas gratuit.

      22
      18
      Karim
      11 juin 2019 - 13 h 21 min

      L’inversion accusatoire est un outil de défense et une arme bien connue qui consiste à accuser autrui à la place du coupable. La France est belle et bien la cause principale des problèmes que vivent quelque 14 pays africains francophones dont l’Algérie. Pour cela, vous pouvez vous référer au témoignage de l’ex Président Français Jacques Chirac ou à la dernière intervention du Vice Premier Ministre Italien Luigi Di Maio.

      12
      19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.