La société civile adopte sa feuille de route et se prépare pour le dialogue

Conférence société civile
Les participants ont appelé à un dialogue apaisé. Kamel N./PPAgency

Par Mounir Serraï – Les organisations de la société civile ont adopté une feuille de route commune pour une sortie de crise. Les participants issus de diverses sensibilités optent pour une période de transition de six mois à un an. Affirmant assumer leur responsabilité devant l’histoire, les participants proposent une feuille de route qui n’est finalement pas si différente des initiatives déjà présentées. En effet, les organisations de la société civile réunies au siège du Cnapeste à Alger, suggèrent l’installation d’une instance présidentielle ou d’une personne consensuelle pour gérer la transition.

Ensuite, la constitution d’un gouvernement de compétences nationales pour gérer les affaires courantes. Ce gouvernement sera suivi par la mise en place d’une commission indépendante d’organisation des élections et de proclamation des résultats.

A cela s’ajoute l’ouverture d’un dialogue national global avec la classe politique, de la société civile, des personnalités nationales et des activistes du mouvement populaire.

Un dialogue qui se veut «un prélude à une conférence nationale pour amorcer une transition démocratique apaisée pacifique sur la base d’un processus électoral qui consacrera la rupture avec le système en place». «La réussite d’un tel processus exige, soulignent les participants à cette rencontre, la préparation d’un climat favorable, à travers le respect des libertés individuelles et collectives et la libre pratique des droits de l’Homme».

M. S.

Comment (50)

    Vroum Vroum 😤..
    17 juin 2019 - 23 h 51 min

    Hello ! Les gars , il faut sortir de cette spirale et revenir à la normale…toutes proposition est déjà mauvaise à peine publiée . , toutes tentatives pour revenir à la normale sont mauvaises pour vous , alors on va où !!? , car à ce rythme là réservé en Devise environ 80 Mds de Dollars dans 2 à 3 ans C’est fini , l’économie au rouge , faillite , vous crierez famine !!.. plus de réserve en Devise pour se nourrir , importer les produits de consommation car on produit pas , ou peu !!… alors c’est bon , vous continuez à tout refuser ??.. L’autre fois notre État Major à proposer la même sortie de crise , pratiquement la même chose.. et pourtant vous refusez tput sauf votre vous même , â vous suivre c’est une fin annoncée , pour ma part j’aprpuve les propositions dans l’article ainsi que celles formulées par notre ANP et son État Major qui sont loin d’être bête …A vous suivre c’est très aveugle , non pour non … de l’aventurier .

    10
    4
    Au Hirak qui veut parler au nom de la kabylie
    17 juin 2019 - 16 h 46 min

    Le mouvement citoyens (Araches) en kabylie avait organisé des élections de délégations puis discuté la plateforme de 2001.
    Dans ce document débattu il a été dit clairement Non à l’ arabislamisme non à l’ État arabe.
    Or vous commencez vos rencontres avec la fatiha et les manifestations du vendredi, du coup vous n’ êtes qu’une réplique du baath fln!
    Je vous rappellerai dans quelques années quand votre prière  » démocratique islamique  » deviendra république islamique tout court. Pas en mon nom!!!

    6
    4
    Slimane ujeddi
    17 juin 2019 - 7 h 06 min

    Ça commence! Quand ces gens ont eu une rencontre pour s’entendre à se rencontrer dans une salle qui ne contiendrait même pas leurs familles? Est-ce que ces gens là ont pris la peine de visiter les quartiers et villages des 1541 communes que renferme le pays? La dernière fois, j’ai lu quelqu’un parler de révolte citadine, une insulte pour les citoyens des déchets, douaras, villages qui parcourent des centaines de kms pour venir manifester à Alger. Est-ce que cette entente concerne uniquement les CITADINS d’Alger? Pourtant, eux, ils ont baissé les armes en 1957 après l’échec de la grève des 8 jours, mais les non citadins, eux, ont continué à broyer du noir avec l’opération jumelle, et la destruction des villages chaouis. Que ces gens sachent que tant que tous les villages , quartiers de toutes les villes , d’Algerie ne participent pas à ce genre de conférence nationale qui durera ce qu’elle durera, on n’acceptera aucun document sortant d’un quelconque dialogue. Le chef d’état major devra ordonner des enquêtes sur le financement des partis politiques, des associations, qui devront toutes présenter leurs bilans comptables depuis la loi 90-31 de 1990 et faire dissoudre tous les partis politiques ayant participé aux différentes APN et gouvernements depuis 1997. Toute cette micro société civile qui a participé à cette élaboration de ce document devra appeler à une marche un samedi et on verra si le peuple accepte leur proposition à laquelle il n’a pas participé.

    73
    11
      Kassaman
      17 juin 2019 - 14 h 05 min

      Je ne comprends vraiment pas tous les pouces bas que tu as reçu, au moment où j’écris ces lignes.
      C’est pourtant tellement évident, comment des personnes qui prétendent représenter le mouvement ne daignent même pas effectuer le tour des wilayas pour se présenter eux et leur projet. Alors que comme tu le rappelles, les citoyens des daïras les plus reculées du pays ont fait le trajet jusqu’aux grandes villes pour porter haut la voix du peuple chaque vendredi !?

      12
      7
    Idri Amar
    16 juin 2019 - 22 h 28 min

    On n’est pas sorti de l’auberge….. espagnole. C’est un peu la maison de « DAR KHLI MOH ». Yal khawa, ON VA DROIT AU MUR ! ON VA SE PLANTER……

    7
    2
    Mindjibalina
    16 juin 2019 - 19 h 48 min

    En quoi des membres de cette sois disant société civile, telles que RAJ, FEDERATION DE DÉFENSE DES DROITS DE L’HOMME QUI REFUSENT DE PRONONCER UN SEUL MOT EN LANGUE NATIONALE ET QUI RECOIVENT financement et feuilleS de route des ambassades, ONG INTERNATIONALES et capitales occidentales REPRÉSENTENT L’ALGÉRIE DES CHOUHADAS ET DES MOUDJAHIDINES. CES GENS LÀ QUI POUSSENT A L’intervention étrangère , minoritaires mais qui sont fortement médiatisés ( TSA EL WATAN FRANCE 24 MEDIAS FRANÇAIS) sont une source de blocage à toute solution Pacifique et politique.

    40
    17
      Rais
      16 juin 2019 - 20 h 19 min

      Et ils ausent l’appeler ‘national’…maintenant SOS et RAJ and alike vont presider et modeler la nouvelle society a la Libanaise: the minority leads everybody else!!! Pfff…
      Vive l’armee et GS. 🙂

      13
      13
      Anonyme
      16 juin 2019 - 21 h 04 min

      Dans les pays puissants, les organisations financées de l’extérieur ont le statut de « agent étranger », leurs activités sont restreintes et surveillées ; il faut faire très attention …

      9
      2
    GHEDIA Aziz
    16 juin 2019 - 19 h 28 min

    La soit disant société civile telle qu’elle est présentée actuellement, constituée de bric et de broc, ne pourra pas résoudre la crise politique actuelle. Il est impératif que la classe politique de l’opposition, celle qui ne s’est pas compromise avec l’ancien régime, prenne sérieusement les choses en main.
    On me rétorquera peut-être que « l’opposition », au sens vrai du terme, n’existe pas en Algérie. Ma réponse est non, c’est archi faux. Il y a bel et bien une opposition, malheureusement, celle-ci a été privée pendant longtemps de tout support médiatique ce qui l’a rendu presque invisible et inaudible. Mais, aujourd’hui, à la faveur du Hirak ou grâce à ce mouvement populaire, l’un des leaders de cette opposition, Soufiane Djilali de Jil jadid, pour le nommer, est très impliqué dans ce mouvement et ne cesse de faire des propositions de sortie de crise. Donc, à mon humble avis, c’est vers ce genre de partis politiques que le peuple algérien doit se tourner et fair confiance pour la construction d’un véritable État de droit. Poyr cela, il est évident que l’on doit d’abord passer par une phase de transition de quelques mois, phase de transition qui sera gérée par des hommes intègres, compétents et n’ayant jamais fait allégeance au clan de Bouteflika.

    4
    12
      Anonyme
      16 juin 2019 - 20 h 45 min

      et toi tu espères un poste de ministre au cas ou c’est ça? les couteaux sont tirés tout le monde le sait. C’est comme il est dit ici par certains commentateurs, on se prépare à l’après système mais qui n’en sera point car chacun se voit déjà en haut de l’affiche et l’égoïsme aidant ça finira au fond du puit comme l’a chanté slimane azem allah yerham.

      3
      2
      Mohand Yazourene
      16 juin 2019 - 22 h 25 min

      Ah bah non, merci ! Pas de Sofiane Djilali. C’est un faux !

      6
      4
      Anonyme
      17 juin 2019 - 23 h 51 min

      Quand on transite, on transite d’un point A vers un point B. Et il s’agit là de faire transiter tout un peuple vers un destin dont il ignore tout à part quelque fadaises répéter à l’envie comme la démocratie, les droits de l’homme et une société de droit. Dans l’absolu, personne ne peut être contre mais dans la réalité, c’est une autre paire de manches. Il a fallu des siècles à certains peuples pour y arriver et encore avec l’exploitation d’une grande partie du monde à leur service exclusive et une série de guerres meurtrières dont la dernière fut la Deuxième Guerre Mondiale avec comme point culminant un développement de l’armement militaire qui fera exploser la terre plusieurs fois. Ces gens ont-ils de la cervelle dans la tête ou du béton armé. Les gens qui les aiguillent savent très bien sur quoi reposent leurs démocraties et veillent sur ça en exploitant les failles des autres peuples comme ceux qui rêvent debout. Car leurs démocraties reposent sur leur influence sur le reste du monde et son exploitation. On est bien dans l’expression : pour son ventre, il a vendu sa tribu élargie, aala kerchou baâ aarchou.

    TOLGA - ZAÂTCHA
    16 juin 2019 - 18 h 08 min

    Mais d’où sortent-ils ces « participants » (représentants) de la « société » dite… « civile » ?

    Où sont les VRAIS REPRÉSENTANTS DE LA NATION – CEUX DE LA RÉVOLUTION – du 22 Février 2019 !?

    Ce sont EUX qui DOIVENT-ÊTRE les SEULS et UNIQUES VRAIS REPRÉSENTANTS POUR INSTAURER

    LES FONDATIONS DE NOTRE NOUVELLE RÉPUBLIQUE.

    Ce sont NOS JEUNES qui sont les VRAIS REPRÉSENTANTS, LES VRAIS LEADERS et LES VRAIS CONCEPTEURS DE LA RÉVOLUTION du 22 Février 2019 et pas ceux-là.

    De grâce ! Ne refaisons pas les mêmes bêtises que celles de 5 JUILLET 1962…

    14
    5
      Vraijustice
      17 juin 2019 - 17 h 59 min

      Cette soit disant société civile ils représente qu’eux même c’est tout simplement des vendus le Hirak demanddemande que tout les voyous de près ou de loin qui ont manger du gâteaux doivent tout simplement dégager et à ce mêlent la la vrais société civile prendras par aux négociations pour crée la vrai 1ere république

    Slimane Aradj, expert politologue paraît-il ?
    16 juin 2019 - 17 h 40 min

    Il y a un certain Slimane Aradj, enseignant à l’université d’Alger soit disant politologue, qui vient demander au hirak de devenir raisonnable pour garder Bensalah et de ne demander que le départ de Bedoui ! Cet enseignant que je ne connais pas, pense qu’il faut garder Bensalah parce qu’il est inoffensif, parce qu’il n’a pas de pouvoir réel en tant qu’intérimaire et qu’il ne faut pas que le hirak se focaliser sur le départ du chef de l’État par intérim etc… etc… Tiens, tiens !

    En plus, il demande au passage que dès que Bedoui démissionnera, c’est à Bensalah lui-même de désigner un gouvernement de compétences. Ensuite, il faudra juste qu’on se mettent d’accord entre nous (et oui, enfin il pense à « nous ») pour désigner une personnalité consensuelle à mettre à la tête de l’autorité électorale et vlan on y va à la Présidentielle …. gaiement. Pour lui tout effacer et repartir de zéro c’est aller vers l’inconnu et servir les intérêts d’individus et pas l’intérêt général. Tiens, tiens ??? Waouh et çà se prétend spécialiste en politologie, …et oui , il se dit politologue expert !!! çà vole « haut » chez certains à l’Université d’Alger !

    16
    13
      Rais
      17 juin 2019 - 4 h 11 min

      Il est Algerian, plus eduque et utilise Bien son cerveau.

    Kassaman
    16 juin 2019 - 15 h 16 min

    « Les organisations de la société civile ont adopté une feuille de route commune pour une sortie de crise… »
    On doit jouer aux devinettes pour savoir qui sont ces organisations. Opacité encore et toujours.
    De toute façon personne, ni personnalité ni organisation ne peut unilatéralement se prévaloir de la représentativité du peuple.
    A mon sens, le minimum est que ceux, organisation ou personnalité, qui ont une feuille de route à proposer doivent impérativement se lancer dans une caravane à travers les wilayas du pays, se présenter, expliquer leurs idées et projets politiques et en appeler à l’adhésion par l’intermédiaire d’une signature par exemple. Ce système de collecte de signature de citoyens pour des candidats à la représentation nationale est largement usité à travers le monde.
    Une chose importante ces organisations ou personnalités candidates à la représentation du mouvement doivent être indépendantes idéologiquement et financièrement elle ne devront fonctionner qu’à l’aide de donations et contributions citoyennes.
    Au bout d’un mois ou deux à arpenter le territoire tous les groupes ayant emporté l’adhésion d’un certain quota de signatures pourront être considérés comme représentants légitimes et entamer les pour-parlers avec l’administration reliquat de l’ancien système aux fin de transitions.

    12
    4
    Abou Stroff
    16 juin 2019 - 14 h 41 min

    au risque de choquer les révolutionnaires de salon qui spéculent sur une réalité dont ils n’appréhendent que les apparences, je pense que l’utilisation des notions telles que société civile, citoyens, démocratie, élections et toute la prose qui va avec ces notions anachroniques, saugrenues et totalement décalées par rapport à la réalité algérienne ne fait qu’envelopper l’essence de la réalité algérienne d’une gangue idéologique qui ne peut que nous mener vers un cul de sac.
    en effet, je persiste et signe:
    – la société civile est le socle d’une formation sociale capitaliste où l’idéologie bourgeoise est hégémonique, c’est à dire partagée par la majorité des couches qui composent la dite formation.
    – les citoyens sont les éléments conscients de la société civile et se particularisent par le fait incontournable qu’ils participent activement à la reproduction de la formation sociale dans son entièreté, grâce notamment à leur travail et non grâce aux dogmes auxquels ils adhèrent.
    – la démocratie est le mode de gouvernance de la bourgeoisie en tant que classe hégémonique et est, dans les faits et malgré les apparences, synonyme de dictature (dans les formations sociales capitalistes développées, les élus sont, contrairement aux apparences, presque toujours « nommés » par le grand capital dont ils ne sont que les fonctionnaires) de la bourgeoisie
    – quant aux élections que beaucoup hissent au rang d’épilogue d’un processus dit démocratique, retenons simplement que, même dans les sociétés développées, l’électeur a rarement en sa possession les informations nécessaires à la prise de décision. il est inutile de souligner que, dans une société archaïque, l' »électeur » élit rarement une personne autre qu’un membre de sa famille ou de sa tribu ou de son douar.
    question à deux doros: la réalité algérienne remplit elle les conditions énumérées ci-dessus?
    la réponse me semble évidente (bien que l’évidence puisse indiquer un manque de clarté). la « dynamique » de formation sociale algérienne qui repose sur la distribution de la rente, en tant que rapport social dominant, ne produit ni société civile, ni citoyens. par conséquent, mentionner ces notions dans le cadre algérien revient à observer des ours polaire gambader du côté de aïn m’guel.

    14
    11
      M.B
      16 juin 2019 - 15 h 08 min

      Abou Stroff, (Excuses : Pb clavier)…Clair, ton post ! En Algérie, la pseudo société civile ne fonctionne pour le moment qu’avec des bibliothèques où le billet de banque a supplanté le livre, même le Coran ! Il suffit aux candidats de s’habiller chez un couturier qui tisse des costumes illustrant le « bon » billet de banque, ils auront leur président « bien aimé » ! …

      6
      6
      Bourré de clichés !
      16 juin 2019 - 15 h 55 min

      @Abou Stroff , arrête de nous faire ta dissertation de potiche qui s’enivre de clichés ! On n’est pas en épreuve de philo du baccalauréat ! Arrête tes chevaux et revient sur terre !

      39
      10
        Anonyme
        17 juin 2019 - 7 h 49 min

        …Ce que dit Abou Stroff est totalement objectif et réel.

        3
        4
    Hadj Brahim
    16 juin 2019 - 13 h 12 min

    Très bonne chose de cette partie de la société civile … Il faut un début à tout. Ceux qui ne s’y reconnaissent pas, peuvent toujours se réunir et faire d’autres propositions. Sans dénigrement, ni mépris, il faudra valoriser l’ensemble des démarches pour négocier l’alternative à l’état de fait actuel … qui débouchera sur le néant ! A bon entendeur !

    20
    5
    anonyme
    16 juin 2019 - 13 h 03 min

    Ces types ne représentent qu’eux mêmes et non la société civile….Des syndicalistes qui ont pris en otage les élèves pour des considérations bassement matérielles n’ont rien à voir avec le peuple. Qu’ils dégagent..

    11
    9
    Salahdine
    16 juin 2019 - 12 h 56 min

    j’espère et je demande au peuple de refuser ce genre de propositions. Nous voulons du sang pur et neuf dans toutes les positions de management. Les visages de la 1ere ligne , la 2eme et la 3eme lignes doivent être abandonnées et oubliées. L’unique solution est la suivante : Election qui va passer par l’ordre chronologique suivant:
    1. Election d’un seul assemblée constituante ( dissolution de la 2eme chambre ). Le peuple doit choisir nominativement ses représentants parmi les candidats et quelques soit leurs classement.
    2. Les membres du Gouvernement doivent être choisis parmi les représentants élus du peuple.
    3. Election présidentielle ( deux mandats max)
    4. APC et APW . Les maires élus doivent être considérés comme membre des APW et ils doivent participer a toutes les réunions et les décisions ( ceci permettrai la présence au moins d’un représentant de chaque commune).
    5. Élargir le pouvoir des APW
    Avec un délai de réalisation de trois mois max .

    5
    8
    numi
    16 juin 2019 - 12 h 50 min

    Les choses avancent; l’homme du consensus intègre pour moi C’est Zeroual.

    10
    14
    Daro
    16 juin 2019 - 12 h 36 min

    De quel dialogue on parle??? on a mm pas autorisé cette société civile à avoir une salle pour débattre !! On est aveugle ou quoi??? Le système ne veut aucun dialogue que son dialogue qui mène à mettre le candidat du système sur le trône d »El Mouradia!!! Donc parler du dialogue avec ce système est un leurre et ceux qui y participeront traiteront le peuple…La presse est réprimée, les télés sont aux ordres, les pseudos juges appliquent la justice du téléphone… Le pouvoir et le système militaire ne lâchera pas, il faut le comprendre d’une manière claire et nette, et aucun dialogue ,n’aboutira avec cette junte militaire guidée par ce vieux ignare!! je répète, Il n’y aura qu’un seul vainqueur, Le système ou le peuple, pour le moment le système survit à merveille…

    6
    5
      C'est aussi prévu !
      16 juin 2019 - 15 h 35 min

      Monsieur @Daro 16 juin 2019 – 12 h 36 min , tout ce que vous demandez est une exigence et c’est prévu ! Toutes ces associations, ces organisations, ces corporations, ces ligues des droits de l’homme, ces syndicats etc.. etc… sont en train de discuter autour de la table et ont déjà pris en compte vos remarques ! Soyez patient et ne vous inquiétez pas car tout çà est prévu ! La feuille de route définitive et consensuelle prendra en compte tout ce que vous demandez, il suffit juste de bien vous informer auprès d’elles ou de leur militants ou de leurs élus pour vous en convaincre !

      18
      3
    ZORO
    16 juin 2019 - 12 h 22 min

    Ce sont les clones de l inconnu Ghediri qui arrivent ,bientot ils le rejoindront tous en prison.
    SigneZORO,…Z….

    3
    11
    MOHAMMED BEKADDOUR
    16 juin 2019 - 11 h 48 min

    Modeste contribution vers La Gare Promise au « Tahya El Jazaïr » :
    La base de l’état étant la commune, les communes ayant chacune des patriotes de qualité, au-delà du classique de la médiocrité et inculture triomphantes, des fruits de… La corruption, cherchez l’aiguille dans la botte de foin, une fois trouvées les aiguilles seront sur scène pour piquer avec du venin les vipères qui ont envenimé La Situation, ne me dites pas que trouver des aiguilles, même dans une botte de foin n’est pas possible ! Il y faut de la patience, et détermination, d’où une nécessaire transition, mais ouvertement déclarée comme étant une période du « Aiguilles wanted », alors le train Jazaïr sera bien aiguillé ! Il y eut les chercheurs d’or, ah ! l’épopée américaine ! Chez nous, une épopée de chercheurs d’aiguilles en or !

    3
    4
    Opposition Croupion
    16 juin 2019 - 11 h 48 min

    200 personnes ne peuvent etre la societe civile. Si ces 200 personnes se definissent en tant que tel, c’est que le gaz leur est monte a la tete ou ils sont completement barjot. Avoir la pretention de se presenter en tant que societe civile, voila une pretention qui traduit clairement le niveau carrelage de ces energumenes.

    9
    10
    Gardien du temple Algérie
    16 juin 2019 - 11 h 33 min

    Je salue l’étape importante qui vient d’être franchie!
    Comme le peuple algérien a été à maintes reprises, dans son histoire récente, trahi et abusé par ses « représentants » et pour ne pas tomber dans le même piège au futur, il faut suivre le schéma suivant:

    1) Tous les membres de ces organisations civiles qui participent aux discussions doivent s’identifier par un bref curriculum vitae avec les informations suivantes: nom et prénom, date de naissance, niveau intellectuel, fonctions exercées auparavant au sein du secteur publique et étatique, passé comme militant au sein de la société civile algérienne (nom de l’association, syndicat ou organisation) et enfin la nature et type de relations entretenues avec les ONG internationales (certaines sont manipulées, infréquentables et même dangereuses pour nous)

    2) Rendre publique le contenu des discussions et les résultats.

    3) Déclarer qui finance les activités des organisations civiles (rencontres, déplacement, hébergement etc.).

    4) S’engager un ne pas se laisser conseiller ou influencé pas des représentants des gouvernements étrangers (spécialement pays du golfe, France, EU et les Etats-unis)

    5) Avant d’engager les discussions, au nom du peuple avec le système, il faut attendre la réaction du peuple (Hirak) suite à la publication des résultats mentionnés au point 2 , ci-dessus.

    6) Rendre publique le contenu discussions avec les représentants du système et consulter le peuple via le Hirak sur la stratégie à adopter et la position à prendre.

    Vive l’Algérie et gloire à nos martyres

    17
    3
    SaidZ
    16 juin 2019 - 11 h 30 min

    Des représentants de quartiers? des associations? des syndicats? que du théâtre dans ce pauvre pays!
    Un minimum de sérieux svp! ce n’est pas une conférence à 200 ou 5000 personnes qui va nous extirper de cette mafia aux costumes et papillons.
    Tout le monde connait les personnalités nationales intègres et compétentes qui peuvent et doivent être écoutées sans conditions aucune.

    9
    5
    Élu du clavier, oui çà existe !
    16 juin 2019 - 11 h 08 min

    Ya si l’internaute @on ne connait pas ces gens-Là , toi aussi on ne te connais pas ! Ya kho ,ce ne sont pas des « gens » ….ces « gens-là » qui ont proposé une plate-forme. Ils constituent un groupe respectable de représentants et d’élus d’associations, de syndicats, d’organisations, de ligues des droits de l’homme etc… etc… Ils n’ont pas la prétention de détenir la solution idoine. D’ailleurs, il est prévu qu’ils discutent cette première plate-forme avec d’autres organisations, des partis politiques de l’opposions, des personnalités pour aboutir à une seule feuille de route consensuel. Le débat ne vient que de commencer. Toi, par contre, tu n’es élu que par ton seul clavier d’ordinateur et donc débrouille toi avec lui. Debare rassek !

    40
    8
    Zaatar
    16 juin 2019 - 10 h 34 min

    On en arrive à peine au vif du sujet. C’est l’équivalent du temps des années de la guerre d’avant indépendance, où tout le monde faisait ses calculs en prévision de l’indépendance du pays. On est au même stade et chacun, sentant le changement à venir, est en train d’aiguiser ses couteaux et se prépare en conséquence… il y a encore à boire et à manger semble se dire tout le monde, et c’est bien une course aux armements et à qui mieux mieux… la suite nous la connaîtrons bientôt.

    18
    13
      karamazov
      16 juin 2019 - 11 h 08 min

      Là nous n’en sommes qu’au début du manège. Bientôt les partis d’opposition vont entrer en lice. Après ce sera le tour des ayant-droits et des héritiers, et de je ne sais qui d’autres.

      Comme on disait depuis le début la société va enfin nous montrer ce qu’elle a dans le ventre , c.a.d : rien !

      12
      10
        Zaatar
        16 juin 2019 - 13 h 14 min

        Cher karamazov je te salue,

        Beaucoup ne sont pas d’accord apparemment. Ils y croient, et c’est leur droit absolu. Mais il est vrai que la réalité est un petit peu difficile à leur faire avaler. c’est comme la physique quantique, ils ont tous compris en criant que tout est un truc de fou.

        5
        6
          Abou Stroff
          16 juin 2019 - 14 h 45 min

          Zaatar, je te salue: un électron qui se trouve ici et la-bas, ça donne le tournis à moua.
          quant au caillou qui produit un poussin grâce à la chaleur d’un po…, c’est encore plus difficile à imaginer, n’est ce pas?

          4
          8
      Louiza
      16 juin 2019 - 17 h 54 min

      Zaatar
      10 juin 2019 – 9 h 59 min
      Comme on peut le sous entendre partout, et on l’a bien compris, la démocratie c’est Kofr. La démocratie est l’essence de l’occident. La démocratie est l’anti islam et l’anti arabe par définition et par constat. On l’a bien vu après la guerre du Golf. Donc pourquoi se soustraire à ce vénérable slogan? Et puis avons nous besoin réellement de l’occident?

      Zaatar
      10 juin 2019 – 12 h 59 min
      Nous allons revenir à la raison et de la plus belle des manières. Car c’est les récompenses à l’infini et dans l’au delà qui nous attendent. Nous sommes tous conscients qu’un dérapage vers ce kofr nous sera fatalement fatal… alors reprenons tous nos esprits, car ce que peut produire comme monstruosité cette démocratie pour notre société nous est connu de tous.

      1
      6
        Zaatar
        16 juin 2019 - 20 h 51 min

        Merci de reprendre mes commentaires… peut être sont ils si intéressants que cela…

    Elhadi
    16 juin 2019 - 9 h 49 min

    Feuille de route avec periode de 6 a 12mois ok et avec personne consensuelle ok
    Je propose la personne qui a l experience des periodes transitoires et de la competence a en revendre: G K N

    6
    11
    On ne connait pas ces gens-là
    16 juin 2019 - 9 h 29 min

    On ne peut pas être représentés par des inconnus

    13
    12
    FAID
    16 juin 2019 - 9 h 10 min

    C’est qui ces représentants de la société civile, d’ou sortent t’ils.

    13
    14
      azouaou
      16 juin 2019 - 10 h 18 min

      Des Islamistes ou des sympathisants de l’islamisme politique pour la plupart, moi je ne ferai jamais confiance à des réunions qui commencent par la psalmodie de sourates, ce n’est que mon avis biensûr

      19
      15
    sabrina
    16 juin 2019 - 8 h 33 min

    bonjour aux vrais patriotes d’Algérie patriotique ( il faut refuser la période de transition pas bon un désastre ,tout les corrompus voleurs traitres a la nation vont tous sortir de prison et quitter l’Algérie avec l’argent du peuple ,ça va être l’anarchie vous allez faire une très grosse bêtise il faut un vote est un bon président tout les corrompus et voleurs doivent payer ,ce parti société civile veut adopter période de transition !il y a l’anguille sous roche ( regarder la Tunisie avec la période de transition encore des voleurs

    14
    7
      Antisioniste
      16 juin 2019 - 10 h 37 min

      Bonjour Madame Sabrina, « la transition » a été enclenchée le 22 février 2019, le problème c’est « la rupture » avec le système qui est à la traine à cause des tenants de fait du pouvoir actuellement, dont leur porte-parole n’est autre qu’el gaidator.

      Toutes ses arrestations « spectaculaire et sélective » qui continuent à alimenter les commérages ont pour objectif de réduire la mobilisation de son excellence le peuple algérien et le faire dévier de sa revendication « NUMERO 1 » résumé dans le slogan « YETNAHAW GA3 » en le noyant dans des polémiques stérile continue, genre les islamistes, les makistes, les arrestations de certains etc… qui à la longue finiront par divisé le hirak, ce qui serait retour à la case départ, mais en pire.

      Je suis d’accord avec mes compatriotes qui disent que ses associations et ses partis politiques ne sont en rien représentatif du hirak (d’ailleurs eux même le disent) mais je ne leur tiens pas rigueur pour le fait qu’ils se sont réunie dans le but de faire des propositions de sortie de cette crise QUI EST POLITIQUE et non pas « judicaire ». À propos de la justice, elle aussi a besoin d’être assainie en profondeur, et donc, elle aussi est en phase de transition ou devrait l’être, avant de trancher dans les dossiers révéler qui cache ceux qui ne le sont pas encore pour des raisons évidentes.

      La transition dont il est question maintenant c’est une transition politique d’abord, qui nous permettra de mettre la personne patriote, compétente, et légitime à la tête de l’état Algérien afin qu’elle continue véritablement la concrétisation du slogan « YETNAHAW GA3 » et la « RUPTURE EFFECTIVE » avec le système qui ne pourra se faire seulement avec des manifs tous les « vendredire et les mardire », tout le reste n’est que spectacle et diversion.

      8
      10
        Anonyme
        16 juin 2019 - 11 h 18 min

        On peut faire une transition tout en arrêtant les voleurs avant qu’ils ne s’enfuient à l’étranger, l’un n’empêche pas l’autre.

        8
        1
    el rokho
    16 juin 2019 - 8 h 18 min

    …..qui a , qui a …On arrive à la situation du poisson qui se mord la queue

    Anonyme
    16 juin 2019 - 7 h 28 min

    Mais qui a voter pour ces sociétés civile pour nous représenter? Le peuple doit voter ses représentants pas cette société civile qui était complice des crimes avec le pouvoir.

    39
    17
      la critque est facile,..
      16 juin 2019 - 8 h 10 min

      Au lieu de vous opposer à tort aux propositions de sortie de crise, faites par d’autres personnes. Dites nous avec un peu plus de détails comment organiser ce vote que vous souhaitez.
      C’est peut-être vous qui avez la meilleure solution. ??la critque est facile

      22
      28
        Anonyme
        16 juin 2019 - 13 h 21 min

        Ya harki le jours où tu respectera l opinion d autrui , ce jours là je te répondrais. Si tu es incapable de visualiser une sortie..alors je maintiens que tu es un harki de service…le peuple a déjà formuler une feuille de route et cette feuille de route est la solution de sortie de la boue de ce système corrompue comme toi un soldat harki de ce système. Ces association étaient complice avec le pouvoir pour avoir quelque faveurs et aujourd’hui toi le harki de vendu tu veux ces malsains de vendu comme toi parler en notre nom…la réponse est non ya harki…nous gagnerons…quelque soit les tactiques utiliser par tes maîtres..nous gagnerons

        25
        25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.