Vague d’indignation suite à l’arrestation du moudjahid Lakhdar Bouragaa

Comment (5)

    couscous.ma
    3 juillet 2019 - 16 h 21 min

    Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage a qui le tour ?

    Anonyme
    1 juillet 2019 - 8 h 39 min

    Ceux qui avaient quelques doutes sur la nature réelle des intentions de Gaïd Salah sont maintenant fixés. Ce nouveau rebondissement permet au moins de confirmer un constat: La mise sous tutelle des médias lourds publiques(voire privés), de la justice, et des services de sécurité.
    1) Concernant les médias, cela ne fait guère de mystères depuis la nomination du nouveau PDG de l’ENTV et la ligne éditorial de ce service publique qui n’est plus qu’un appendice d’ « EL Djeich »,
    2) La justice à définitivement montré que rien, à part le marionnettiste qui tire les ficelles n’a changé. Elle était un outil entre les mains de Bouteflika, elle est devenue un outil entre les mains de Gaid Salah qui l’utilise pour régler ses comptes et se faire mousser auprès du hirak. On notera à ce sujet le silence complet qui entoure le scandale de la cocaïne où sont impliqués des militaires, seules les activités de promoteur immobilier du principal accusé font actuellement objet de poursuite.
    On notera également l’étrange paralysie de cette justice quand il s’agit de proches de Gaïd Salah; notamment de députés aux activités douteuses ou de membres de sa famille; sans parler de Gaid Salah lui même et de l’incroyable gabegie d’armes et de munitions payées en devises lourdes qui est faite à chaque exercice militaire. Tout le monde étant conscient de la nécessité de maintenir l’état de préparation des troupes; mais tout le monde étant conscient également que le risque et plus lié aux groupes terroristes qu’à une improbable confrontation de chars.
    3) Tout le monde aura constaté que services de sécurités voire les autres corps constitués: protection civile, douanes, etc assistent aux réunions du chef d’état major comme si il faisait parti de l’ANP et non plus des ministères auxquels ils sont normalement rattachés. Par ailleurs les interventions musclés des services de polices ne sont plus liées aux mises en garde du ministère de l’intérieur (totalement absent) mais aux injonctions de Gaïd Salah.
    Si tout cela ne constitue pas un coup d’état militaire alors c’est que nous sommes bien aveugles. Le fait que certaines autorités civiles soit complices ou y adhère n’y change rien et ne doit pas nous leurrer..

    32
    1
    Zaatchi
    30 juin 2019 - 20 h 48 min

    Monsieur bouragaa pouvait être contre boumediene en 1962 .
    Il pouvait être contre boumediene en1965
    Mais tout patriote honnête reconnut à boumediene a sa mort qu il n’à vecu que pour l amour de l Algérie
    Monsieur bouragaa lui, continue de porter la haine à boumediene mort
    Il est une constatation rarement démentie que ceux qui ont été contre boumediene se sont avérés à tout le moins être de vils opportunistes

    3
    16
    Anonyme
    30 juin 2019 - 18 h 27 min

    Gaid est en train de s’enfoncer,très mal conseillé. Après naima qui s’attaque aux kabyles ,qui d’attaque à djamila bouhired ,voilà que c bouregaa qui est mis en taule provisoire. Ceux qui applaudissent gaid vont déchanter.
    C histoires d’atteinte à ceci atteinte à celà devraient être supprimés,ça ne veut rien dire sinon n’importe qui qui s’exprime critique peut être mis en prison,et encore prison provisoire avant jugement… On met en taule et après on cherche les preuves!! Drôles de magistrats.

    14
    3
    moh
    30 juin 2019 - 17 h 24 min

    dites nous qui est ce ce juge qui a ose le pire, non pas seulement d’auditionner le chef de la wilaya 4 historique mais de le mettre en détention,si ton père le saurait il te reniera, ma fois!,sais tu peut être dieu a dis au maquisard fais ce que tu veux tu es pardonner.le prophete avait vu juste 2 sur 3 des juges iront en enfers, tu es sur le voie pervers.

    9
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.