Bref précis de déculturation

raffour profondeur historique
La toponymie sert aussi à faire la guerre. D. R.

Par Mouanis Bekari – Prenez un peuple dont la profondeur historique plonge dans la nuit des temps. Matraquez-le sans discontinuer à travers des programmes scolaires peuplés de fabulations et de forgeries. Ne vous souciez aucunement de la grossièreté des mystifications. Traquez ses références culturelles sans perdre de vue que la toponymie sert aussi à faire la guerre. Ne sous-estimez jamais la prévalence de l’amnésie dans les dispositions de l’être humain. Faites confiance à la crédulité des honnêtes gens et veillez à leur dissimuler que «les hommes sensés doivent regarder l’Histoire comme un tissu de mensonges» (Rousseau). Procédez par modifications anodines en tirant partie des circonstances et en privilégiant les édits administratifs. Faites macérer et appliquez la formule avec d’autant plus de conviction que la supercherie est grossière. Admirez le résultat.

Cas pratique

Dans la livraison d’un quotidien national du 5 juillet courant, on lit sous le titre «Le wali indésirable à Raffour pour les festivités du 5 Juillet : «Attendu à la commune de M’chedallah, le premier responsable de la wilaya de Bouira, Mustapha Limani (…)». Plus loin : «Dès les premières heures de la matinée d’avant-hier, plusieurs citoyens de la localité de Raffour (…)».

Jusqu’au milieu des années 1980, la commune de «M’chedallah» s’appelait tout bonnement «M’echdalla», transcription phonétique du berbère «Imceddalen» qui est le nom de la tribu éponyme du lieu. Ses habitants s’en accommodaient fort bien et nul ne s’était inquiété de réclamer qu’elle fut rebaptisée, depuis qu’elle avait recouvré un nom plus conforme à son histoire que celui de «Maillot» dont l’avaient affublé les Français. Quelques années plus tard, à l’occasion d’un «embellissement» du chef-lieu de la daïra, de nouveaux panneaux apparurent en remplacement des précédents sur lesquels la commune était rebaptisée «M’echdallah», sans que rien dans le paysage ni dans l’histoire ancienne, ni contemporaine ait justifié cette distinction aussi soudaine que sujette à caution. Habitués à souffrir en silence, comme tous les Algériens à cette époque, les habitants de M’echdalla/Imceddalen se résignèrent à cet avatar, non sans méditer sur l’inconséquence de l’administration locale qui, dans sa hargne zélatrice, avait oublié, ici et là, d’anciens panneaux affichant le toponyme qu’elle croyait avoir éradiqué.

A quelques kilomètres de «Imceddalen/M’echdalla/M’echdallah», sur la route de Béjaïa, somnolait un village comme ils s’en trouvent beaucoup chez nous. Sans attraits ni laideur, poussiéreux en été et boueux en hiver. Avec cependant une sorte de paisibilité qui lui venait peut-être de son joli nom de «Ghafour». Quoi qu’il en soit, «Ghafour» annonçait encore 1 h 30 de lacis avant Béjaïa, et c’était bien là le principal. Or, à l’occasion d’une vaste entreprise d’«embellissement» du village, qui, certes, en avait besoin, les anciens panneaux affichant «Ghafour», conformément à la convention de transcription des lettres arabes en lettres latines, lorsque le «R» est grasseyé au lieu d’être roulé, furent remplacés par de nouveaux panneaux où «Ghafour» avait été remplacé par un déconcertant «Raffour» dont la prononciation conventionnelle substituait la délicatesse de l’un à l’incongruité de l’autre.

Pour mieux déjouer la réprobation qui risquait de se faire jour, les deux toponymes cohabitèrent sur deux panneaux disposés côte à côte, le temps que les quidams s’accoutument à la duperie, avant que l’imposture ne soit parachevée par la disparition subreptice du panneau initial. Et c’est ainsi que Ghafour devint Raffour.

M. B.

Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

 

 

Comment (20)

    Azulaman
    13 juillet 2019 - 6 h 41 min

    Chèr cousin bihman, c bien de poser des questiond
    Qu on on sait pas, tu commence à t améliorer
    Je ne vais pas te refaire l histoire, de l
    a colonisation.
    Sois honnête, et dis moi, pour un vieux de znnabe comme toi, comprendrai t il facilement, un vieux de ouargla ? Un vieux de ouargla un vieux de tindouf, un biskri comprendrai t il facilement un tlemssani ?
    Connais tu réellement l Algérie ?
    Le jijli est très proche du bougiote, une veille de jijel comprend plus facilement le bougiote que le tlemssani.
    Moi pratiquement je ne vois pratiquement aucune différence entre le chawi le kabyle et le chenoui à quelque différence complémentaire.
    En plus chère cousin, la grammaire de tous ces parler algérien arabophone ou berbero phone, tu sais c est quoi une grammaire, est la même, je ne vais pas t explique c est quoi une grammaire, tu as fréquente l école de fafa, tu dois savoure non.
    Sans rancune cge cousin qui est sur la bonne voix.

    3
    4
      Abdelrahmane
      13 juillet 2019 - 8 h 09 min

      @ azulman,  »Chèr cousin bihman ».
      Ton humour insipide, fade et nauséabond, et tes pitreries ridicules et mesquines n’intéressent personne et n’emballent personne. continue à faire le clown, en tous cas pour moi, comme je l’ai dit « Allah iba3ad qawmy 3la qawmek, bo3d el-sama 3al ardh ». Grandis, muris, çà t’attirera (peut-être) sympathie et respect, en tous cas pas mépris comme tu attires comme un aimant.

      3
      3
    Abdelrahmane
    12 juillet 2019 - 17 h 35 min

    @ azulman,  »L arabe algérien et un pure dialect de thamazighth, mais je parle à un sourd. ».
    Et pourquoi, alors, ton idiome tribal est composé à hauteur de 60% de mots empruntés à l’arabe et que le chaoui ne te comprend qu’à 10% (dixit ouyahia), le targui ne te comprend qu’à 10% (redixit ouyahia) ? et pourquoi toi tu ne comprends rien à ce que dit un targui en tamachek ? Pourquoi tu comprends notre parler arabe algérien, la derja alors que moi, je ne comprends que dalle à ton dialecte tribal, à part les termes d’origine arabe ? et pourquoi quand tu tentes une conversation en berbere (zaama entre berberes) avec un chaoui, au bout de 40 secondes, çà bloque et vous vous mettez à parler moitié (kabyle pour toi, chaoui pour lui) et l’autre moitié soit en arabe derja soit en français (en quelque sorte, l’arabe algérien et le français constitue une langue véhiculaire entre vous) ?

    5
    5
    Azulaman
    10 juillet 2019 - 8 h 00 min

    @bihman cette théorie est porté e par le cousin du rois de nos chère voisin de l ouest, à savoir des alaouite, mal à l aise parce qu il tire le droit d être rois de l Islam, il se disent arabe, mais sur une terre amazigh.
    Cette theorie aussi est financé par les royaumes arabes pour garder la main mise sur l afrique du nord.
    Vas dire au phéniciens qu il sont arabe, va le dire au libanais, aux historiens libanais.
    C est vrai nous sommes méditerranéens
    Il y a bcp de ressemblances avec les grecs
    Les romains les égyptiens et nous.
    Y a t il des trace de phénicien chez les touaregs ? As tu fais des recherches, negh
    Tu répètes ce qui a été écris ici et là, rien que pour que satisfaire ta haine de ce qui est amazigh ?
    Peut être à tes yeux les amazighs n ont rien laissé, ils sont des saufage s, aucune cultures, mais pour moi je m accepte comme je suis amazigh, j ai pas honte de les ancêtres, même si ils habitais des grottes, il est où le problème,
    Je vais pas cherché mon chez moi à l intérieur de ma maison, de la maison de mes grand parent.
    Je l ai déjà dis ici, on a un problème de colonisé, depuis l arrivée de fafa, vous êtes arabes nous somme les héritier de Rome nous somme chez nous et tzusez vous.
    Fafa à arabisee.
    Pour la culture algérienne à part la pratique religieuse y a rien d orientale
    De seksou au wechm au rites… Trouves moi une seul tradition partager avec les autre, même les ancien dieux ne sont pas les même.
    I’m y a eu des carthaginois à Carthage mais c est une cité sans peuple et sans terre, mais grande civilisation, il y a eu des comptoire phénicien mais en Europe aussi, alors que ne ce disent pas phénicien, mais toi si par haine du amazigh pas plus.
    Mon gars rajoute à tes connaissance une autre merveille du monde, écoutes bien :

    Aucune langue au monde n à le territoire amazigh, sans guerre sans religion elle va des îles Canaries au fin fond du Mali Niger jusqu au l ouest du nil, ni l arabe ni l’anglais ni le chinois ni ni ni sauf thamazighth.
    Et tu veux que je sois phénicien ?
    L arabe algérien et un pure dialect de thamazighth, mais je parle à un sourd.

    11
    5
      Kaci
      10 juillet 2019 - 18 h 47 min

      Tes ancêtres si tu les respectais tu sauras qu’ils adoré l’Islam après l’avoir adopté et défendu, et toi moi maintenant tu nous casses les liens avec notre religion, fier d’être Musulman et algérien, quant à amazigh il faut laisser les historiens débattre. Est que tu sais comment s’appelle Tizi-ouzou en amazigh, car tizi-ouzou c’est les français qui l’ont appelé comme çà. Allah yehdina, ray tetkhallate

      5
      13
        Azulaman
        10 juillet 2019 - 20 h 45 min

        Tu mélanges chaabane Fi ramdane ya akhi
        Allah yehdik ou yewequek, aminé.

        8
        4
    L'émir
    9 juillet 2019 - 19 h 25 min

    Attender,sa veut dire que les maghrébin ,se peuple dont les pays sont des poubelles ou la loi n existe pas ou le vol le mensonge la tromperie la corruption est la coutume,se peuple qui préfère se noyer dans la Méditerranée que de vivre chez lui ,se peuple qui ne serai même pas fabriquer un Kinder surprise se peuple qui a une langue entre le français l’arabe et le berbère n est pas arabe il est amazigh ouffff pendant un temps j ai cru que j en fesai parti heureusement non

    3
    6
    Abdelrahmane
    9 juillet 2019 - 18 h 17 min

    @ droit de réponse à merguez :(Tais toi abdelbliss! Pars chez eux s’ils te fascinent autant …).
    L’insulte, la menace, les vociférations et tentatives d’intimidation. peine perdue, tu ne m’impressionneras point. c’est vos caracteristiques et votre systeme de defense en papier. c’est l’argument du faible. Chez moi, c’est ici , ICI entends-tu ? Lis un peu, cultive toi sur la présence, la prévalence, la domination et l’apport linguistique, culturel, technique et civilisationnel des phéniciens (plus tard les puniques) en Afrique du nord. Et çà a commencé au 13° siècle avant jc. et il y a des gens qui sont arrivés au magreb il y a à peine 25 siècles et qui croient et tentent de nous snober avec leur fake de premiers habitants. La langue véhiculaire de l’afrique du nord pendant 19 siècles est le phénicien punique. la langue officielle des royaumes maures massyles et massasseales et des numides de massinissa et ses successeurs est le PUNIQUE et pas les dialectes, patois et idiomes tribaux.

    6
    9
    VOSTAF
    9 juillet 2019 - 3 h 39 min

    La destruction de l’Histoire berbère est en marche.

    8
    7
    Anonyme
    8 juillet 2019 - 16 h 58 min

    S’en prendre à la culture, à la langue c’est aussi vouloir détruire les peuples pour mieux les dominer.
    Le pouvoir culturel permet d’accéder au pouvoir politique.
    Changer les repères culturels des hommes est plus long, mais plus efficace que la révolution sanglante.
    Antonio GRAMSCI
    Fondateur du PC italien
    Cette politique a été appliqués par de nombreux conquérants. Mais ceux qui ont su le mieux l’appliquer ce sont les conquérants arabes, qui ont habilement sacralisé leur langue (et leur culture) au nom de l’islam. SI bien qu’une partie des colonisés finit par s’identifier aux anciens colons.

    8
    5
    Abdelrahmane
    8 juillet 2019 - 15 h 18 min

    @ droits humains : » les passeports entre les villages, ds visas pour aller d’un village à un autre. Chacun son dialecte transformé en langue, chacun doit prouver son appartenance à Imceddalen, y compris par des tests génétiques. ».
    Mais çà a déjà existé. Pour ce qui est des régions tribalistes (du cente), les français après l’occupation de notre pays en 1830 parlaient de guerres (inter)villageoises et de républiques villageoises pour ce qui est des régions tribalistes.

    6
    12
      Azulzman
      9 juillet 2019 - 7 h 44 min

      Vas comprendre l égyptien si on nous a pas bombarder
      De series égyptiennes, ce n est qu un exemple.
      Faut arrêter l hypocrisie, l école et le travail peut nous
      Renouer avec thamazighth.
      La culture amazigh n est pas perdu elle
      Dans chaque famille algérienne.
      La langue c est l école.

      8
      8
        Abdelrahmane
        9 juillet 2019 - 15 h 11 min

        @ droit de réponse à azulman
        La langue, la culture, la civilisation arabes et la religion musulmane, omniprésentes, prévalentes, dominantes et enracinées profondément en profondeurs et en étendue au magreb comme un baobab (millénaire) depuis bientôt un millénaire et demi, ont été précédées par une langue, une culture et une civilisation orientale : la langue, la culture et la civilisation phéniciennes (devenue puniques après acclimatation et autochtonisation), précédées de 19 siècles, depuis le 13° siècle avant jc. Le dialecte arabe populaire algérien que nous parlons aujourd’hui a comme substrat la langue punique qui a été supplantée par l’arabe. Tous ces acquis sont aujourd’hui sous-tendus par un patrimoine arabe riche, fécond, omniprésent, dense et constituant 99% de la production, accomplissements, performances et déroulements de toute la production linguistique, culturelle et civilisationnelles en Algérie depuis bientôt 14 siècles.
        Tu peux, tu es libre, renouer avec le berbere, mais sans remettre en cause (tous en sachant que tu en es incapable) les acquis que je viens d’évoquer. A charge pour toi de te montrer à la hauteur de tes envolées et remontrances.

        8
        10
          Merguez
          9 juillet 2019 - 17 h 10 min

          Tais toi abdelbliss! Pars chez eux s’ils te fascinent autant et surtout ne penses pas au retour. Ici, c’est chez nous.

          12
          6
    MELLO
    8 juillet 2019 - 13 h 16 min

    Oui, effectivement , un symbole parmi tant d’autres dans cette oeuvre machiavélique de ce régime.
    Lorsque du temps de Chadli – Allah irahmou- ils ont lancé l’arabisation des noms de villes et villages , il y avait comme une dépersonnalisation de l’Algérien. Une oeuvre diabolique pour mettre face a face les Algériens francisants et les Algeriens arabisants , ce qui permet au pouvoir d’assoir son hégémonie en assurant l’arbitrage , affaiblir l’un pour avantager l’autre et vis versa. Ces deux camps , œuvre du régime , donnèrent naissance aux extrémistes des deux bords. Ces extrémistes ont pris en otage l’Algerie pour lui faire perdre un temps precieux en polémiques stériles. Mais au final , avec les arabisants du système , oui « arabisants du systeme » des intérêts enormes sont en vue avec des marchés médiatiques arabophones énormes , ainsi que leur domination sur des postes de travail dans toute l’administration et l’education , sans pour autant avoir les « bagages intellectuels » necessaires. Il en découle toute cette deculturation propre a ces changements des noms de villes ou de sites.
    Un cas m’est revenu en tête : lors d’une coupe du monde de football , l’envoyé special de la radio , pour citer la ville de Guadalajara au Mexique , disait avec son arabe « arabisée » Oued el hidjara. Sans commentaire.

    10
    8
    Droits Humains
    8 juillet 2019 - 10 h 55 min

    Cet article est bien le reflet du tribalisme qui nous gangrène. Finalement, comment peut on construire une nation, si nous ne sommes même pas capable de se débarrasser de cet habit tribale ???? Revenons à l’histoire ancienne, très lointaine, 3 ou 4 siècles AVJC, oublions les byzantins, les romains, les turcs, …etc, et concentrons-nous juste sur les familles tribales et faisons en sorte de revenir à l’ère néolithique.
    De quoi avons-nous besoin ? du tribalisme ? ou d’une société libérée de ses contraintes berbéro-islamiste ?
    A croire l’auteur de l’article, il aimerait bien voir instaurer un passeport, un visa entre pour les habitants de Imceddalen.
    Généralisant le tribalisme, les passeports entre les villages, ds visas pour aller d’un village à un autre. Chacun son dialecte transformé en langue, chacun doit prouver son appartenance à Imceddalen, y compris par des tests génétiques.
    On est tombé si bas, malheureusement.

    9
    13
      MELLO
      9 juillet 2019 - 9 h 59 min

      Inutile d’aller si loin dans le passé, puisque pour contrer l’ancien colon français , il faut etre , chez les Algeriens , toujours arabo-musulman et amazigho Africain . Au final c’est l’Amazigh qui doit prouver son Algerianite et non l’arabisé, Algérien, par l’islam.
      Les malades, du syndrome de l’Andalousie perdue , de l’armée des frontières ont saisi au vol cette opportunité pour remercier la France, qui disait que l’Algerie est un pays arabe. Remercier comment ?: octroi de la base militaire de Mers El Kebir et essai nucléaire au Sahara après 1962.
      Malheureusement , l’intensité de la voix et non la persuasion intellectuelle , s’invite a tout moment et le raisonnement utile laisse la place a des …. excessifs et non raisonnables .
      L’auteur en a citee un seul exemple de deculturation .

      6
      4
    Athamna Ssebti
    8 juillet 2019 - 0 h 50 min

    Le rôle de la France dans l’arabisation, durant la colonisation et après, est plus grand que celui des panarabisme et des arabobaathistes. Toute la toponymie de leurs cartes d’état-major faites en même temps que leurs batailles pour soumettre les autochtones de plusieurs villes était en berbère ( vous n’avez qu’à verifier à l’institut national de cartographie pour les anciennes cartes topographiques faites par leurs militaires et ingénieurs topographiques), mais petit à petit en voulant soumettre le peuple et l’écraser en effaçant son histoire, nous nous retrouvant à partir des années 1920 avec des cartes avec des noms arabes même en Kabylie et autres régions bérbérophones.

    38
    9
    Anonyme
    7 juillet 2019 - 17 h 33 min

    A coté de tout l’essentiel qui devrait susciter un ‘hirak’ à part, j’ai trouvé l’article très beau à lire. Vous devez être très ‘beau’ pour écrire aussi beau Mr. M. B. .

    13
    6
    MOHAMMED BEKADDOUR
    7 juillet 2019 - 8 h 41 min

    En ce qui concerne l’ordre définitif des toponymes, il y a un passage obligatoire, c’est le code de la route de L’Indépendance : Passage par régler TOUS les comptes avec La France !
    Et ça commencera par effacer l’appellation Algérie et instituer El Jazaïr
    Sillonnez ce territoire, il y a combien de perles toponymiques !
    DONC, je répète, le désordre même dans l’état civil des individus est français. L’ignorante et prétentieuse France est relayé par de grands incultes et grands tubes digestifs « algériens zindépendants »

    13
    20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.