Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt

Cour Bedda
Mahdjoub Bedda, ancien ministre de l'Industrie et des Mines. PPAgency

L’ancien ministre de l’Industrie et des Mines Mahdjoub Bedda a été placé sous mandat de dépôt par le juge instructeur de la Cour suprême, dans le cadre des enquêtes liées à la lutte contre la corruption.

Mahdjoub Bedda est accusé d’avoir accordé des «privilèges indus à des constructeurs automobiles, notamment dans l’affaire du propriétaire de la marque KIA, Hacène Arbaoui». Sont poursuivis dans la même affaire l’homme d’affaires Hacène Arbaoui et deux de ses frères, cinq fonctionnaires relevant du  ministère de l’Industrie, le directeur général de la BNA, deux anciens directeurs de deux entreprises publiques.

Selon l’enquête judiciaire, ces personnes sont poursuivies pour «blanchiment d’argent et transfert de biens obtenus par des faits de corruption», et «bénéfice du pouvoir et de l’influence des agents de l’Etat durant l’établissement de contrats et de marchés» et «dilapidation de deniers publics».

Mahdjoub Bedda va rallonger ainsi la liste des ministres placés en détention provisoire. Il va rejoindre son successeur à la tête de ce département, à savoir Youcef Yousfi, également mis en détention provisoire dans le même dossier de l’industrie automobile.

M. S.

Comment (16)

    Anonyme
    19 juillet 2019 - 14 h 29 min

    C’est un ETAT CIVIL, et Démocratique-Parlementaire crédible, de Justice, de Transparence, et de Droits
    Avec des institutions démocratiques élues par le peuple qui doit juger
    Les personnalités, les clans, les groupes, et les réseaux mafieux de barons, et de gros bonnets
    Noyés dans la corruption, les détournements, les faux, les falsifications de documents
    Les malversations, les évasions fiscales, les fuites de capitaux, et le blanchiment de l’argent sale
    De la drogue, de la corruption, et des trafics divers qui ont infesté les institutions étatiques (1999-2019)
    Et qui ont conduit le pays, ses institutions, et son économie rentière à la faillite morale, et économique

    Anonyme
    19 juillet 2019 - 11 h 41 min

    j adore quand les mauvaises têtes tombent en cascade

    57
    19 juillet 2019 - 11 h 22 min

    j adore quand les mauvaises têtes tombent en cascade

    Chelabi
    18 juillet 2019 - 20 h 56 min

    Il n’y a pas un seul homme honnête dans ce SYSTÈME. Il faut qu’il s’en aille au complet. Il y a des gens qui touchent 4000 DA en 2019 dans ce pays et eux volent sans sourciller des dizaines de milliards de DA . Je n’ose même pas imaginer les volumes que ces sommes représentent. Des montagnes d’argent!!!!
    Et avec ça, ils veulent qu’on continue avec ce système.
    Quand je vois Bensalah et Bedoui vaquer à leurs affaires, je me dis que ces mercenaires en service commandé vont finir par nous ronger les os après nous avoir vidé de notre sang. D’où la nécessité de sortir les Karchers. Entre eux et nous c’est une question de vie ou de mort. C’est eux ou nous!.

    4
    3
      Anonyme
      19 juillet 2019 - 7 h 16 min

      Entièrement d’accord avec vous.

      2
      2
    Mme CH
    17 juillet 2019 - 23 h 35 min

    Marhbabih au Sheraton…!! La liste des membres du gouvernement des corrompus s’allonge, ils vont pouvoir créer un syndicat mais pour cela ils ont besoin d’un président et ils ne trouveront pas mieux que Sidhoum Said……au fait, où se cache-t-il…ce larbin..!!??
    Ils ont vraiment saigné l’Algérie Hasbouna Allah Wa Ni3ma El Wakil….!!!

    11
    2
    Bof
    17 juillet 2019 - 21 h 53 min

    Et Bouchouareb, Monsieur commission, il est où ???
    Et Cheikh Chakib Khelil il est où ??
    Et Tliba, le parrain de Annaba, il est où ??
    Et le Drabki qui s’est acheté un appart à Neuilly « pour sa fille », il est où ???
    La liste est longue…

    16
    5
      Anonyme
      18 juillet 2019 - 2 h 10 min

      Les lièvres sortent que la nuit. Ces quatres malfrats se cachent quelque part en France, USA, ou chez leurs dictateurs du golf. L’interpol les dénicheras.

      15
      1
    Anonyme
    17 juillet 2019 - 21 h 43 min

    Chers compatriotes la liste est longue, ces malfrats ont des complices, il faut construire une grande prison a haute sécurité just pour ces individus en plein desert entre l’Algérie et le Niger.
    Le plus importants dans toute cette corruption ce n’est pas ces individus, c’est comment récupérer cette argent ? Ou il est ? Dans quel pays ? Est ce que l’Algérie possède des avocats qui ont des expertises dans les lois internationales de blanchissement et détournement de fonds ?

    12
    2
    Réseau 16
    17 juillet 2019 - 19 h 37 min

    Encore un ripoux de moins;Enfin des voyous aux cols blancs en taule avec les pickpockets du Souk El Harrach;Dieu Merci et aussi un grand chapeau à Mr GAID SALAH;sans son courage et sa détermination;l’Algerie serait détruite à jamais;certes il a soutenu Mr le Traitre Bouteflika;mais l’erreur est humaine;ou il s’est rendu compte à temps;que le Dieu tout puissant le protège pour finir le travaille déja commencé, et mettre en prison,tout les traitres de la nation,ainsi les corrompus,les escrocs;les voleurs,les pileurs,a leurs tète Mr Louh; l’inventeur de la corruption et l’injustice

    10
    10
    Assayi Athenssayes
    17 juillet 2019 - 19 h 10 min

    L ardent defenseur de la continuité est enfin ratrappé par son passé.
    Son arrogance et ses mensoges lui rapporte une bonne place en prison aux frais du contribuable.

    14
    3
    Anonimaoui
    17 juillet 2019 - 18 h 34 min

    Tout d’abord je précise que je ne connais pas Mahdjoub Bedda ni de près ni de loin. Seulement comme je m’intéresse au secteur de l’industrie je crois savoir que cet homme est le premier et le dernier responsable à avoir dénoncé le montage automobile qu’il a courageusement qualifié d’arnaque et d’importation déguisée de véhicules neufs alors que personne n’a trouvé rien à dire face à ce bradage systématique des devises du pays orchestré par la bande à Said et associés. D’ailleurs il n’a pas fait de vieux os au département de l’industrie. Maintenant ce qui est difficile à croire c’est que ce ministre a pu être mêlé à des affaires de corruption durant le très court laps de temps passé à l’industrie. On dirait que la corruption fait partie des tâches obligatoires et prioritaires que tout ministre qui se respecte doit accomplir dès sa prise de fonction avant même de s’asseoir dans son bureau, au pied levé, quoi !

    15
    5
    Lghoul
    17 juillet 2019 - 16 h 22 min

    Alors messieurs-dames, quand le peuple voit que tous les anciens ministres du systeme font la chaine pour aller en prison, comment va-t-il faire confiance aux « résidus » du meme systeme qui sont toujours aux commandes ? Qui croira a un ghoul (le vrai) – ou est il au juste ? Et chakib l’intrepide et son camarade bouchouareb « bla ch’laghem » ? Tliba et ses amis etc. ? Donc dans le cerveau du peuple est enregistrée et cachetée l’information suivante: SYTEME = CORRUPTION. Donc ils perdent leur temps et beaucoup d’argent dans leurs réunions sans issue. La seule solution est de dire au peuple via le Hirak: Tes doléances seront satisfaites. Designe tes hommes et femmes et vient discuter autour d’une table. Sinon arreter pele mele des gens pour un drapeau ou un T-shirt avec un embleme Amazigh, mettre du goudron sur les escaliers et murs pour que personne ne s’assoit, tabasser des jeunes et menacer le peuple ne rapporteront absoulument RIEN. En fait, un fossé irreversible et profond commence a se creuser car les méthodes khorotos moyen orientales ne marcheront plus en Algérie. Le peuple sait ce qu’il est et ce qu’il vaut et ce qu’il veut. Labas, ils sont redevable envers tout. L’esprit esclave ne pourra jamais gangner les guerres ou les révolutions. Ils pensent qu’ils sont meme chanceux de respirer l’air, chaque jour que Dieu fait. En Algérie les chormosomes de la liberté ne sont pas encore effacés ni mutés en ceux des esclaves. Voila pourquoi seule la raison triomphera. Le reste n’est que perte de temps précieux et aussi d’argent pour le pays. Oubliez les manigances et ayez le courage de commencer a vivre dans la transparence.

    29
    6
      Maori
      17 juillet 2019 - 19 h 28 min

      Tliba est le protégé de AGS.

      13
      3
    Anonyme
    17 juillet 2019 - 15 h 52 min

    il va falloir libérer le petits délinquants de droit commun pour faire de la place aux politiciens diplomates administrateurs gérants ,du bas de gamme en col blanc

    16
    2
    Vangelis
    17 juillet 2019 - 15 h 50 min

    Qui se ressemble s’assemble ou encore, dit-on !

    Le mal est bien profond qu’on ne le croyait. La brochette de pontes du régime met en évidence que la corruption et la dilapidation ont été la principale activité de ces individus qui profitaient de leur situation pour s’enrichir au lieu de servir le peuple et le pays.

    Décidément, il n’y a pas un qui est honnête. Tous pourris et ceci explique que l’Algérie est et a été dans le sous développement.

    On va encore connaître des noms qui ne feront qu’allonger cette liste de malfrats.

    Au griefs retenus contre ces énergumènes manque le plus important, la trahison.

    22
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.