Pressions sur Chenine pour jouer le médiateur entre le hirak et le pouvoir

APN Chenine
Slimane Chenine, l’actuel président de l’APN. PPAgency

Par Saïd N. Proposée au départ par le mouvement El-Bina, dont est issu le président de l’APN, Slimane Chenine, et certainement inspirée par les décideurs, l’idée commence à prendre forme et à se poser comme une sérieuse alternative.

Devant l’échec de toutes les initiatives lancées jusqu’ici pour amorcer le dialogue, des acteurs politiques et de la société civile, dont la plupart avaient pris part au Forum national de dialogue tenu le 6 juillet dernier, se sont réunis, lundi dernier à Alger, pour appeler officiellement le nouveau président de la chambre basse du Parlement, Slimane Chenine, à accepter de jouer un rôle de médiation entre l’opposition et le pouvoir, en faisant valoir à la fois son statut de troisième homme de l’Etat et de militant de l’opposition et animateur du hirak.

Le choix du timing semble bien étudié, puisque cette initiative coïncide avec un nouveau communiqué de la présidence de la République annonçant que les noms des personnalités devant conduire le dialogue seront dévoilés dans les prochains jours. Premier à avoir confirmé sa participation à cette instance, l’ex-président de l’APN Karim Younès dit avoir accepté cette offre pas souci de préserver l’avenir du pays et de concrétiser les revendications des manifestants.

Dans une déclaration, mardi, Younès a révélé les noms des personnalités, parmi lesquelles des scientifiques, des constitutionnalistes de renom, des hommes de droit, des femmes et des hommes de la société civile auraient donné leur accord à leur tour pour faire partie d’un panel appelé à diriger le dialogue.

On ignore pour l’instant si l’actuel président de l’APN, Slimane Chenine, y est convié ou pas mais tout porte à croire, d’après cette campagne de promotion qui lui est dédiée, qu’il y jouera un rôle.

S. N.

Comment (13)

    Djamel
    18 juillet 2019 - 20 h 43 min

    A entendre son president de parti déclare hier sur un chaine prive que Said Bouteflika, lui attribué un quota de députés après avoir siit disant refuse un compromis avec lui. Il dise si il avait accepté l’offre de Said il serait la 2em force politique a l’APN apres le FLN. Entendre monsieur Bengrine parler comme ca après quoi sa nous donne a réfléchi sur ce President APN ils sont identique c’est des compromis après compromis.. Ils n’aspirent aucune confiance.

    Elbior
    17 juillet 2019 - 18 h 20 min

    Pour commencer l’apn(l’assemblée pour le neant) doit disparaître de la circulation et s’autodissoudre dans la nature,car elle n’a jamais été la représentante du peuple .
    Sa représentation n’a été que la satisfaction de leurs mentors dont certains croupissent à El Harrach et les autres attendent leurs tours.La presque majorité des soit disant parlementaires ne sont bons qu’à accroître les pensionnaires du 5 étoiles Elharrach et pour les détecter il n’ y a qu’a fermer les yeux
    .la vrai APN c’est le PEUPLE ET SEULEMENT LE PEUPLE JUSQU’A LA LIBERATION TOTALE ET LA DESIGNATION D’HOMMES INTEGRES ET CAPABLES DE REPRESENTER CE PEUPLE AVEC SAGESSE ET IMPARTIALITE .CE CHENINE SORTI DE NULLE PART DOIT RESTER DANS SON PETIT COIN TOUT BONNEMENT.VIVE L’ALGERIE.

    14
    1
    -DZ
    17 juillet 2019 - 15 h 22 min

    Dites moi yerham babakoum que va faire Ben-Sallah en Égypte ce vendredi.
    Une tentative de récupération pure et simple.
    Sa présence va juste provoquer les supporters Algériens. Quelle mauvaise idée.

    13
    2
    Kahina-DZ
    17 juillet 2019 - 15 h 15 min

    Ils nous prennent pour des idiots.
    Pour être médiateur, il faut avoir le OK des concernés = Le peuple.
    Mais où est la crédibilité dans tous ces dribles non crédibles.

    17
    1
    EL KHOU
    17 juillet 2019 - 14 h 46 min

    Il ne devrait pas céder aux pression et devrait rester à l’écart.

    7
    1
    Lghoul
    17 juillet 2019 - 11 h 35 min

    Quelles sont ses qualifications pour jouer au « médiateur ». C’est quoi au juste son CV ? Est il d’abord élu ? Si oui par qui ? Ensuite qui sont ces ou ce « qui » ? Apparemment « APN » voulait dire: Assemblée Nationale Populaire. Aujourd’hui, je ne vois ni peuple et ni Nation dans la position de ce monsieur. Il est parachuté un beau matin et « khelet tesfaa ». Et les nouveaux « députés », qui vont representer un certain peuple – une ombre ? – a cette APN, quand est ce qu’ils arriveront sur la pointe des pieds ? Du jamais vu sur toute la ligne.

    14
    1
    Je me mare!!
    17 juillet 2019 - 9 h 32 min

    On demande au loup d’être médiateur à l’intérieur d’une bergerie!! Il fallait y penser

    21
    1
      Anonyme
      17 juillet 2019 - 12 h 25 min

      Ce n’est pas un loup c’est une hyène affamée.

      15
      1
    57
    17 juillet 2019 - 8 h 54 min

    je m en douter que c est une magouille comme d habitude mais il ne nous ferons pas changer d avis ,nous ne voulons aucune trace de mafioso ni de leurs héritiers pour éviter la gangrène

    16
    1
    3atef
    17 juillet 2019 - 8 h 05 min

    ON ORDONNE D’INSTALLER CE TYPE au poste de président d’une APN ILLÉGITIME et AGS lui intime l’ORDRE de jouer le médiateur…NOUS PRENDRONS cela comme une super BLAGUE et c’est SANS BLAGUE…

    28
    3
    Ghedia Aziz
    17 juillet 2019 - 7 h 21 min

    Du n’importe quoi. Faire appel à une instance
    illégitime et tant décriée par les hirakistes pour être modératrice dans le dialogue, c’est tuer le hirak et prolonger du coup la vie du système que l’on combat depuis le 22 février dernier. On ne marchera pas dans s cette combine. On acceptera pas cette proposition.

    21
    1
    anonyme
    17 juillet 2019 - 7 h 10 min

    Moi personnellement je refuse ce type qui s’appelle chenine pour toutes fonctions politiques et si la majorité du peuple pensait comme moi ?? (le peuple rejette les islamistes à ma connaissance), comment ce type pourra t-il négocier et faire le médiateur. Ce monsieur devrait plutôt quitter le poste qu’il occupe à l’APN depuis peu de temps.On en a marre de ces têtes arrivistes et opportunistes sans doute médiocres.

    23
    1
    Salahdine
    17 juillet 2019 - 7 h 06 min

    Espérant que les personnalités choisis n’ont pas de dossiers de corruption? Il faut que les services concernés fassent des enquêtes très approfondies avant leurs nominations officiels.
    Personnalités corrompus= engendrent un nouveau système corrompus donc il n’ aura pas de changement.?

    11
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.