Ces icônes de la Révolution qui poursuivent le «hirak»

Ighilahriz Révolution
La moudjahida Louisette Ighilahriz. PPAgency

Par Mounir Serraï – Des figures emblématiques de la Guerre de libération nationale poursuivent la Révolution en participant régulièrement aux marches des vendredis. En effet, depuis le 22 février, de véritables icônes de la Révolution de 1954 sortent et manifestent avec les Algériens, qui les accueillent à bras ouverts.

Ainsi, Djamila Bouhired a été bien présente à ce 22e vendredi de marche à Alger où elle a été accueillie avec des youyous et des selfies. Malgré son âge, Louisette Ighilahriz a battu, elle aussi, le pavé pour réclamer comme tous les Algériens un changement radical du système. La sœur du martyr Larbi Ben M’hidi fait partie de ces figures de la Révolution qui manifestent régulièrement tous les vendredis.

Leur passage au milieu de la foule ne passe jamais inaperçu. Souvent, les manifestants viennent les saluer et les remercier pour leur soutien à ce mouvement populaire qui réclame une nouvelle Algérie.

Les manifestants, faut-il le souligner, ont toujours mis en avant les figures emblématiques de la Guerre de libération pour leur rendre hommage. D’ailleurs, nombreux sont les manifestants qui appellent à la libération du moudjahid Lakhdar Bouregaâ, ex-commandant de la wilaya IV, placé sous mandat de dépôt pour «atteinte au moral de l’armée et outrage à corps constitué». Avant son arrestation, Lakhdar Bouregaâ faisait partie de ces moudjahidine participant aux marches pour «une Algérie libre et démocratique».

M. S.

Comment (6)

    Anonyme
    20 juillet 2019 - 14 h 06 min

    ils était ou ces dernières 57 ans les ICÔNES DE LA RÉVOLUTION pour ma part on aurais louer des mercenaires il nous aurais coûtés beaucoup moins chers ,,,sans pensions et sans retraites a la fin de services
    Je ne dit pas n importe quoi c est la vérité

    5
    19
    RAYES AL BAHRIYA
    20 juillet 2019 - 11 h 41 min

    Lakhdhar Bouregaa avait atteint le moral des troupes coloniales et au corps constitué des légions françaises en Algérie …
    El fahem yefhem.

    Liberons le commandant LAKHDAR Bouregaa du joug néocolonial …..

    Tel est notre mot d’ordre …

    22
    5
    MELLO
    20 juillet 2019 - 8 h 51 min

    Ces deux moudjahidates qu’ on respecte comme nos chères meres , peuvent , pour ne pas dire doivent, se rendre aux Taggarins , ouvrir la porte du bureau de Gaid Salah , lui demander de cessez ses chevauchées contre le peuple , lui demander de libérer tous les détenus d’opinions , lui demander d’ouvrir le champ médiatique aux hirakistes, lui demander de retirer toute cet arsenal de camions et moyens mobiles de la police et lui demander d’arrêter ce lynchage de l’emblème Amazigh qui nous unit.
    Elles peuvent le faire .

    26
    5
    Karamazov
    20 juillet 2019 - 8 h 50 min

    Poursuivent ,yek ? Et elle l’ont rattrapé
    Suivre pour suivre , alors pourquoi pas le hirac ?

    3
    3
    Vroum Vroum 😤..
    20 juillet 2019 - 0 h 21 min

    Les lois de l’économie est Finances de l’Algérie mettrons tout le monde daccord . . Combien de temps tiendra encore l’économie Algérienne , avant FMI et ces conditions draconiennes !!! .

    13
    16
    Blakel
    19 juillet 2019 - 23 h 26 min

    Longue vie aux authentiques moudjahidin et moudjahidate, comme Bouregaâ, Bouhired, et Ighilahriz. J’espère qu’il verront de leur vivant le Hirak triompher des imposteurs du clan d’Oujda et ses généraux résidus de l’armée des frontières.
    Cette victoire de l’EN à la CAN est un signe qu’une nouvelle Algérie va émerger, débarrassée de ceux qui ont confisqué l’indépendance depuis 1962.

    25
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.