Il revient au galop

Bedoui Bensalah
Les citoyens réclament le départ des symboles du régime Bouteflika. PPAgency

Par Karim B. – Pendant que l’économie du pays coule à vue d’œil et que la crise politique s’enlise dangereusement, le chef de l’Etat intérimaire et le Premier ministre persévèrent dans les pratiques machiavéliques dont ils ont acquis les préceptes à l’école de Bouteflika.

De leur côté, les supports gouvernementaux – presse, télé et radio – reprennent les mêmes réflexes après que les journalistes s’étaient soulevés contre la chape de plomb qui a toujours pesé sur les médias lourds, jusqu’à en faire des outils de propagande au seul bénéfice des pouvoirs successifs. Ce sursaut de dignité a vite été enterré pour revoir le naturel revenir au galop.

Pour donner l’illusion d’une normalité toute factice, Noureddine Bedoui est reçu, de façon cyclique, en audience par Abdelkader Bensalah qui lui prodigue des conseils quant aux priorités à mettre en œuvre pour «veiller au bien-être du citoyen». Des images qui rappellent étrangement celles d’Abdelaziz Bouteflika recevant Ahmed Ouyahia et, avant lui, Abdelmalek Sellal, tous deux en prison, pour «s’enquérir» de la situation de son peuple ; en réalité, pour faire le bilan de l’achat de la paix sociale pour laquelle le régime a dépensé des milliards de dollars pour, au bout du compte, déboucher sur une révolte massive.

Aujourd’hui, alors que des millions de citoyens ont décidé de ne plus laisser la chose politique entre les mains d’une poignée de charlatans politiques et une oligarchie qui a pillé le pays, les rescapés du système s’agrippent à une Constitution caduque, amputés du semblant de légitimité que Bouteflika s’était construit à travers des institutions croupion, d’ailleurs toujours existantes.

Le dessein du pouvoir n’est pas de sauver le pays mais de sauvegarder le système sans lequel il sera voué aux gémonies. Ses détenteurs actuels sont pleinement conscients que la fin réelle du régime Bouteflika signifie la leur et que, tout comme les responsables politiques et les hommes d’affaires qui paient aujourd’hui en tant que pièces «jetables» dans l’engrenage qui broie les Algériens depuis 1999, ils subiront le même lynchage qu’ils ont orchestré pour tromper une opinion plus que jamais éveillée et résolue à arracher le système avec ses racines pour que jamais il ne repousse.

K. B.

Comment (11)

    Anonyme
    11 août 2019 - 18 h 07 min

    On dirait que le hirak est une personne compacte. Le hirak c’est vous et moi. Certains acteurs du hirak sont de plus en plus dictatoriaux. La majorité du peuple, moi, peut-être pas vous, est pour le dialogue. Sinon quelle est la solution. La transition? ou le chaos? Il n’ y pas à être pour ou contre Gaïd Salah ou l’ANP, l ‘ANP c’est l’Algérie. Qu’est ce que vous avez contre Bensalah et Bedoui? ils vont partir Gaïd Salah, aussi si le nouveau Président le décide. Ou ce n’est que des prétextes, parce que les partis ne font pas le poids.

    1
    3
    M.S
    6 août 2019 - 18 h 58 min

    Gaid Salah, l’octagenaire, le Sissi Algérien est le seul responsable dans la faillite de ce grand et beau pays.Il défend la bande car lui même il fait partie de la bande.Tout le monde se souvient quand il défendait bec et ongle le 4ème et le 5ème mandat de Bouteflika et maintenant il joue à la vierge effarouchée!!!!

    8
    4
    MELLO
    5 août 2019 - 16 h 28 min

    Le bateau coule … L’Algerie est donc en roue libre, elle coule, coule , tourne dans le vide, entraînée toujours vers le bas par le vortex , ou la spiral , dans lequel l’a installée ce qui reste du pouvoir. Du fait de leur incurie , de leur mépris envers le peuple , et parce qu’ils ont toujours été obnubiles que par une seule question ,celle de leur survie pour permettre a leurs proches de continuer a piller les richesses nationales . Ces responsables irresponsables n’ont pas vu les problèmes s’accumuler depuis des années.
    Ils viennent de le constater par ce tsunami qui VA LES EMPORTER. Pris de panique , ils sont esseulés et pour se rassurer ils se rencontrent , non pas pour s’enquérir des problèmes , mais pour se destresser. Ils paniquent, ils ne savent pas quoi faire tant l’epee de Damocles ( le Gaid) est restée suspendue au dessus de leur tete. Le Chef de l’Etat , par in…terim, a pu mettre fin a la fonction du ministre de la justice , pourquoi pas la fin d’un vice ministre ?

    14
    8
    Anonyme
    5 août 2019 - 14 h 13 min

    Les revendications du Hirak doivent être ciblées.
    GS n’est pas l’armée.

    17
    7
    mina
    5 août 2019 - 14 h 05 min

    La constitution c’est comme l’histoire, c’est pondu par ceux qui commandent!
    Elle va toujours dans leur sens…
    Parler de religion…au lieu de laïcité salutaire dans une constitution ça vous empêche de progresser.

    18
    6
    Omar
    5 août 2019 - 12 h 55 min

    D’accord avec toi sauf sur cette phrase il faut plutot dire depuis 1962. La cause de la fallite de l’algérie ce n’est pas Bouteflika mais lepouvoir en place depuis 1962 (les millitaires et toutes leurs clienteles – administration, services, organisation de masse, FLN, RND). Bouteflika c’est le coup de grace!

    18
    4
      Anonyme
      5 août 2019 - 14 h 11 min

      Ce n’est pas Bouteflika .
      Bouteflika a coincé l’Algérie, c’est tout.

      12
      1
      Ju
      5 août 2019 - 15 h 46 min

      Dégager le planché, nous allons
      refaire les parquets…
      Nettoyage en profondeur… des
      rats aux cafards, jusqu’au derniers
      des acariens…

      Représentants du passé, du
      passif, et de la faillite.
      Promoteur de la corruption.
      Partisans du 5eme Mandats.
      Vous êtes la honte de l’histoire.

      Le réveil de,
      la relève brillante du peuple, de
      la morale, et de l’intégrité
      intellectuelle, est en marche pour
      le redressement du pays sur
      la bonne voie.

      13
      4
    Bensalah et Bedoui ont leurs raisons
    5 août 2019 - 12 h 43 min

    Bonjour chers compatriotes.

    A mon avis AGS, Ben Salah et Bedoui ont raison de continuer leur cirque car le hirak ne leur fait plus peur, d’ailleurs paraît-il il commence à se fissurer. Voilà par exemple que certains commencent à nous raconter que le Hirak veut « démolir » ou « désarmer » l’armée. C’est quoi encore ce vocabulaire ? Qui a dit que c’est le souhait du hirak, alors que le hirak sait très bien de qui il parle : de l’Etat Major et surtout de son chef AGS!

    Il y a ceux qui nous parlent d’une offensive des islamistes ou de la fissure progressive du hirak. A mon avis, si c’est le cas (ce qui n’est pas bien loin), il faut montrer du doigt surtout les partis politiques et une partie de la société civile (certaines organisations) qui se permettent de perdre trop de temps (consciemment ou inconsciemment) et qui n’arrivent pas à s’entendre pour écrire noir sur blanc au minimum une simple petite feuille de route consensuelle à imposer au pouvoir sans attendre qu’il y ait dialogue ou négociation.

    Elle aurait dû être déjà prête cette sacrée feuille de route (24 semaines). Il faut qu’on l’ait entre les mains et sans attendre, comme des gourdes, que d’éventuelles négociations commencent. Ecrire une simple feuille de route qui tienne compte des revendications du hirak . De quoi s’agit-il ? : changement de système, Etat de droit, séparation des pouvoirs, état civil et non militaire, respect des libertés, justice indépendante, égalité homme-femme, amendement de certains articles de la Constitution pour réhabiliter la séparation des pouvoirs et modification de la loi électorale , deux textes de base à soumettre au référendum populaire (art 7 et 8 qui donne le pouvoir constituant au peuple), constitution d’une Instance Collégiale crédible et représentative pour gérer la transition, formation d’un gouvernement de transition, instauration d’une Instance indépendante d’organisation et de contrôle des élections pour s’assurer de l’actualisation du fichier électoral et de l’organisation des bureaux de votes !

    Est-ce aussi compliquer que cela ! Mais les partis politiques (et les magouilleurs) préfèrent philosopher (attitude douteuse !!!) et donc le hirak risque de s’épuiser, de se fissurer contrairement à ce que pensent certains qui croient qu’il est éternel ! Attention, on n’aura plus jamais un merveilleux hirak comme celui-ci !

    En tout cas pour moi çà me semble clair, ce n’est pas un projet du genre agence spatiale américaine la NASA ou agence russe Roscosmos. Maintenant pour ceux qui veulent compliquer les choses, ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes si d’aventure çà foire. Mais en attendant, qu’il foutent au moins la paix au hirak ! A bon entendeur salut !

    14
    4
      MELLO
      5 août 2019 - 15 h 50 min

      Je crois que les tenants du pouvoir sont toujours en poste et ce sont eux les décideurs du moment.
      Toutes les propositions que vous avez faites sont consignees noir sur blanc au niveau des partis de l’alliance démocratique et des personnalites politiques , mais a qui doivent elles être posées ? C’est toute la problématique. Car celui qui se prend pour seul chef , avec son grade de general major , ne veut pas se mouiller directement , il aurait pu inviter cette classe politique pour les écouter. Mais , mort dans l’âme, il ne fait que des discours au niveau des regions militaires ou des écoles militaires qu’il visite. On a comme l’impression que ce general a peur d’affronter la classe politique . Pourtant il ne lui est demandé que d’écouter les doléances du hirak et agir en consequence. Et bien non, maaza oulaw tarett.

      14
      6
    Vraijustice
    5 août 2019 - 12 h 28 min

    Oui exactement cela éradiqué jusqu’à la racine pour ne plut avoir de cette espèce maudite, le Hirak ne doit pas s’essouffler et le combat doit continué

    13
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.