L’exploitation des mosquées par le pouvoir contre le hirak démasquée

prière mosquée
Les mosquées doivent impérativement recouvrer leur rôle originel. PPAgency

Par Houari A. – Des images tournées par un amateur à l’intérieur d’une mosquée à Constantine, au premier jour de l’Aïd, et largement relayées sur la Toile, montrent comment un jeune homme a eu l’audace d’interrompre l’imam dans son prêche qui était normalement dédié à l’Aïd El-Adha mais qui s’est vite transformé en un discours fait de louanges aux tenants actuels du pouvoir.

Ne pouvant plus supporter qu’un tel conformisme puisse toujours exister après la révolution de la dignité du 22 Février, ce jeune fidèle, qui n’a visiblement rien d’un salafiste, s’est levé pour interrompre le prêche et expliquer ensuite devant les fidèles les motifs de son geste. «Je veux dire à l’imam que nous sommes venus aujourd’hui pour accomplir la prière de l’Aïd, pas pour écouter un discours politique», s’est-écrié le jeune fidèle.

Face à une personne qui lui reprochait son intervention, il enchaînera : «La mosquée appartient à tous les musulmans, pas seulement à l’imam !» Puis, à un moment, l’intervenant s’enflamme : «Après 25 vendredis de révolution pacifique, des gens osent venir aujourd’hui instrumentaliser la mosquée à des fins personnelles. C’est ce discours qui a, pendant vingt ans de règne de Bouteflika, produit les mêmes pratiques. Ils viennent glorifier un nouveau système ! Nous ne vous laisserons pas faire ! Cette révolution va libérer tout le monde, et la première chose qu’elle va libérer, c’est la mosquée», conclura le jeune fidèle au moment où il allait quitter la salle de prière.

Si certains se disent choqués par ces images, au motif qu’elles terniraient la sainteté du lieu où la scène s’est déroulée et égratigneraient l’ambiance de quiétude et de joie de ce jour sacré chez les musulmans, l’explosion de colère de ce fidèle en plein prêche dénote une vraie prise de conscience qui s’est étendue à tous les espaces publics en Algérie, où les citoyens sont décidés à briser le mur de la peur que les nouveaux maîtres du pays veulent dresser dans le pays pour instaurer un régime autoritaire.

H. A.

Comment (29)

    Djamel Bouzidi
    15 août 2019 - 0 h 14 min

    L’Algérie a besoin d’hopitaux bien équipés, d’eau courante, d’emplois pour les jeunes et les moins jeunes. La prière, on peut la faire chez soi ou dehors n’importe où ailleurs. On n’a pas besoin d’une mosquée pour faire la priere. Mais le régime de Bouteflika a contruit plus de mosquées que d’hopitaux et ces hopitaux manquent de tout à tel point qu’on les appellent maintenant les mouroirs, là ou va pour mourir.
    Les mosquées, elles sont utilisées par le régime dictatoriel pour endormir les gens et détourner leur attention vers des problèmes secondaires.

    4
    1
    massi
    14 août 2019 - 11 h 12 min

    Partout dans le monde ou la dictature est en place la religion qui devrait être un domaine privé est une arme utilisé par les tenants du pouvoir a des fins partisanes pour servir les dictateurs ..on jouent sur le sentiments d’appartenance religieuse pour monter une parti contre l’autre …les religieux ne devraient jamais avoir le droit de faire de la politique au nom de leur croyance …ceci est un non sens et une fumisterie ….soyez plus malin intelligent ne vous y laissez plus prendre ….la religion et du domaine divin et privé avec Dieu et la politique du domaine humain .et du droit et lois humaine..que chacun reste a sa place ça nous évitera de nouveaux conflits….IL FAUT QUE LA RELIGION RESTE DANS LES MOSQUÉES…ET LE DROIT ET L’ÉGALITÉ A LA LOI

    9
    1
    Anonyme
    14 août 2019 - 3 h 50 min

    Croyez en Dieu.
    ( Sacré ) ( Unique )

    Mais ne croyez pas aux hommes, qui parlent de Dieu.
    ( Profanes ) ( Manipulateurs )

    15
    2
    Simo
    13 août 2019 - 19 h 11 min

    Ça me rappel étrangement les événements de houssima au maroc avec le fameux zafzafi.

    7
    1
    Kirikou
    13 août 2019 - 15 h 50 min

    Faut réduire le nombre de mosquées!

    35
    5
    VOSTAF
    13 août 2019 - 15 h 48 min

    Faut y aller! Faut faire tomber l’intégrisme islamiste une bonne fois pour toute!

    36
    4
      Anonyme
      13 août 2019 - 18 h 41 min

      Oh leur tour viendra à toute les déjections salafistes qui pullule en Algérie!je propose de les balancer dans la fosse des Mariannes l’endroit le plus profond de la planète ,la vous êtes sur que leur barbes hirsute ne leur seront d’aucune utilité AHAHAH!

      45
      2
    Vroum Vroum 😤..
    13 août 2019 - 13 h 45 min

    Quand arrive un cas de figure comme il s’est passé dans cette Mosquée à Constantine c’est qu’il a lieu de constater qu’un déséquilibre a pris racine dans la société entre pouvoir et religion , l’instrumentalisation de l’un pour justifier l’autre . .Dans la recherche d’équilibre , y’a besoin de Spiritualité pour donner un sens à la vie , Spiritualité qui doit rester dans le domaine du privé , personnelle sans jamais entraver l’intérêt général . Un pouvoir est d’ordre politique, la Religion est d’ordre Spirituelle , à chacun son métier . . Maintenant l’Algérie est un Pays à majorité Musulmane , les Imams doivent veiller à la paix sociale en opposition aux extrémistes , défendre le juste milieu , et ne pas être instrumentalisé à des fins Politiques , un islam politisé au gré des Pouvoir en place… comme chez Erdogan Turquie Frères islamiste ou chez Saouds Wahabisme , qui pour garder le Pouvoir utilisent leurs Chouyoukhs de Palais .. Je pense que le Peuple Algérien est assez mature pour préserver l’intérêt général , le role des Imams est aussi de veiller à cet intérêt général de paix sociale sans servir d’instruments à quiconque .

    36
    3
    IMAM-AFFAIRISTE
    13 août 2019 - 13 h 28 min

    L’exemple de l’ex IMAM (FIS) de la ville de. SKIKDA, réfugié en Belgique et collabore depuis avec les ennemis de notre pays, où sont ils les vrais Imams juste et intégre

    40
    4
    MELLO
    13 août 2019 - 13 h 15 min

    Des lors , que le religieux dispose d’un ministère , donc dépendant de l’exécutif, tout ce qui peut arriver dans les mosquées n’est que logique. L’impact du ministre des affaires religieuses sur les imams démontre l’option prise par le pouvoir afin de manipuler la religion .
    En 1989 , en offrant un agrément au FIS , les laboratoires de la sécurité militaire savent que ce parti sera manipulé a l’effet de créer des conditions idoines pour maintenir le système en place.
    Ce a quoi doit répondre le hirak , dans la perspective d’une 2 e République , c’est abolir ce ministère des affaires religieuses pour le remplacer par un organe non gouvernemental , un haut conseil religieux élu par l’ensemble des imams du pays , disposant d’une autonomie de decision et de fonctionnement.

    33
    5
    Droits Humains
    13 août 2019 - 11 h 37 min

    Un clown qui se croit intelligent. Peut être qu’il doit aller à l’école plutôt qu’à la mosquée, il apprendra beaucoup plus que la danse du ventre et la manipulation des masses.
    Le ver est dans le fruit: berbéristes et islamistes rassemblés contre l’Algérie.

    13
    84
      Anonyme
      13 août 2019 - 12 h 38 min

      Les berberistes sont au moins algériens contrairement aux arabo-baathistes comme toi. Si tu n’aimes pas les berberes tu n’a donc rien à faire en berberie. Au moyen orient ou au pays du golf tu peux essayer de demander asile…

      60
      13
      Anonyme
      13 août 2019 - 12 h 47 min

      Le clown est un personnages qui, dans les spectacles, dit la vie, il se sent concerné par l’actualité qui se présente tous les jours dans sa diversité, ses horreurs et ses espoirs ! Il vibre, s’inquiète, s’intéresse et se scandalise. Et il met en jeu concrètement les paradoxes et la complexité sociale pour faire un pas de côté et explorer les diagonales… Au contraire des hypocrites qui font en sorte que nous restions dans l’ornière de obscurantisme.

      35
      8
      Anonyme
      13 août 2019 - 15 h 50 min

      @Droits Humains !Vous vous êtes trompé de pseudo !Pas étonnant de passer pour l’olibrius du forum mais je vous rassure il y en a d’autre comme le QI d’huitre Muppets Show et ses fameuses hyènes maroki!!!Allez chanter vos louanges sous la fenêtre de Gaid Salah qui sera à EL HARRACH incessamment sous peu à moins qu’il bénéficie comme Belkcir et tant d’autre d’un échappatoire à l’étranger .

      50
      5
      Anonyme
      13 août 2019 - 16 h 42 min

      On n a rien compris à votre commentaire !!! Soyez plus explicite….
      Le jeune est un professeur d université ,doit il aller encore à l université pour correspondre à vos desiratas ?

      15
    BESSMIALLAH
    13 août 2019 - 11 h 15 min

    Ca ne date pas d’hier,depuis l »emprise du pouvoir par le Traitre Bouteflika et son clan d’Oujda,notre religion est devenu un parti politique ou le Haram devenu Halal et Halal Haram,et si les secrétaires du FLN et RND qui ont les clés de Paradis,sinon comment osant volé des milliards de Dollars et tués des innocents et aller prie aux premiers rang derrière des Imams;je ne connus pas un homme ou femme politique Algériens,qui a les mains propre …

    53
    5
    Anonyme
    13 août 2019 - 11 h 10 min

    Un grand merci à ce jeune homme qui inconsciemment et à lui seul à exprimer le vœu de millions d algériens pour une séparation du politique et de la religion….
    Des années durant la mosquée a été le lieu de réunion des islamistes qui ont mené le pays à la tragédie et elle continue à être le porte voix des usurpateurs du pouvoir.
    Il est temps que tous réagissent de la même manière dès qu un imam dérape…

    64
    8
    Anonyme
    13 août 2019 - 11 h 10 min

    a 80 piges Gaied Salah et co, Saïd Bouteflika préfèrent appauvrir et affamer le peuple, détruire l’économie du pays, mettre en standby son administration…etc. Pour maintenir leurs privilèges et le pouvoir en Algérie.
    Ils osent parlés d’ennemis de l’intérieur…

    53
    8
      Anonyme
      13 août 2019 - 15 h 26 min

      En rajoutant que Gaid Salah et tout les néandertaliens de son état major ont tous leur argent chez les phacochères du Golfe qui eux ne se prive pas de leur donner des ordres et exercer leur chantage .Imaginez un seul instant comment des états aussi lilliputiens en sont devenues à contrôler et diriger un pays comme l’Algérie?

      52
      2
    Un seul Mot ...
    13 août 2019 - 10 h 55 min

    … Bravo !!!
    A ce monsieur.
    Il est du même acabit que :
    Celui qui avait dit avant lui « Yetnahaw Gâa » !!!
    Le Hirak doit créer une médaille du mérite pour
    décorer ces courageux patriotes !
    Aux suivants …

    60
    8
    SaidZ
    13 août 2019 - 10 h 35 min

    Vive nos jeunes, il n y a que les jeunes qui peuvent sauver notre pays, allez-y les jeunes, l’algérie est à vous!
    ni rangrs ni qamis, algérie algérienne ni orientale ni occidentale.

    59
    9
    ben
    13 août 2019 - 10 h 05 min

    CHAPEAU BAS A CETTE PERSONNE ET MERCI .

    65
    9
    Maâza oualou taret
    13 août 2019 - 9 h 22 min

    Bravo à cet homme qui a osé apostropher cet imam « chiate » du système.

    64
    10
    57
    13 août 2019 - 9 h 12 min

    J AI TOUJOURS DIT ET JE CONFIRME QUE LA RELIGION ET LA POLITIQUE NE SONT PAS COMPATIBLE D OU LEURS SÉPARATION EST UNE NÉCESSITÉE ABSOLUE ,LA PREUVE ON EST FAITE

    63
    8
    elhadj
    13 août 2019 - 9 h 09 min

    la réaction légitime de ce citoyen républicain est admirable et a pour effet de dénoncer le comportement difficilement toléré depuis des décennies de cette milice religieuse d imams en service commande .la mosquée lieu de rencontres pour les prières des citoyens de toutes tendances devra rester un lieu d Education religieuse impartiale sans aucune insinuation d ordre politique ou sectaire.l expérience des années noires reste encore vive dans nos mémoires , même ces zaouïas de toutes obédiences de division financées par le pouvoir bouteflekien a des desseins inavouées devront faire l objet de mesures de salubrité publique .MERCI pour l acte courageux de ce jeune de la cite Sissaoui constantine qui a exprimé tout haut ce que l ensemble des citoyens pensent tout bas.

    60
    6
    Anonyme
    13 août 2019 - 8 h 47 min

    Bravo à ce jeune et félicitations. Trop c’est trop, la mosquée ne doit pas servir de tribune politique. L’imam doit être un homme de foi , et non le relais du pouvoir en place ou d’un quelconque parti politique. Quand des « imams » relayaient le discours de la mouvance islamiste, des jeunes égarés sont montés au maquis détruire leurs frères et leur pays et cela s’est soldé par 250 000 morts, des handicapés à vie et des traumatismes par milliers, l’exil de dizaines de milliers de cadres compétents, des destructions massives d’infrastructures et un manque à gagner évalués à plusieurs centaines de milliards de dollars.
    L’instrumentation de la mosquée par Abdelaziz Bouteflika a fait des ravages dans l’esprit des gens à qui des escrocs (qui n’ont pas hésité à verser dans le « haram » et l’idôlatrie en introduisant son cadre dans la mosquée ) ont fait croire que ce petit despote a été envoyé par Dieu pour notre bien …..Trop c’est trop, plus de politique dans nos mosquées !

    59
    7
    ABOU NOUASS
    13 août 2019 - 8 h 23 min

    Bravo à ce fils de bonne famille, digne, qui a osé remettre à sa place cet olibrius imam aplavenriste qui prêchait pour Gaïd salah qui , toute honte bue, a refusé de libérer des prisonniers incarcérés injustement pour passer avec leurs familles cette grande fête du Pardon.

    Ils ont tous les leviers de l’état pour casser cette révolution qui ne baissera jamais les bras, comme ce jeune qui s’est levé spontanément pour dans une mosquée pleine, pour leur dire tout haut ce que les autres pensent tout bas.

    Bravooooo à ce Monsieur dont les parents doivent vraiment être fiers.

    70
    8
    Anonyme
    13 août 2019 - 7 h 59 min

    Peut être le début de la décrue de l’integrisme en Algérie ?

    48
    6
      Quo vadis?
      13 août 2019 - 17 h 34 min

      Il faut kamim rester sur ses gardes, et en cette période encore incertaine, bien ouvrir les yeux et les oreilles
      La mauvaise graine ne meurt jamais, comme disait mon oncle. Y’a qu’à voir la moutarde des champs (el kherdel) aux fleurs jaunes qui au printemps envahit de vastes terrains et aussi les cultures. On ne peut s’en débarrasser qu’en les brûlant toutes.

      10
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.