Les étudiants dénoncent une tentative de récupération de leur mouvement par le pouvoir

marche conférence ntionale
Etudiants et citoyens lors du 25e vendredi de manifestation. PPAgency

Par Mounir Serrai La conférence nationale des étudiants annoncée pour samedi prochain à la Safex à Alger a été vivement dénoncée par le mouvement estudiantin très mobilisé depuis le début du hirak le 22 février. Dans un communiqué, le Comité autonome des étudiants d’Alger 2 a alerté l’opinion publique quant à cette «manœuvre du pouvoir» visant à perturber le mouvement et à le détourner de son combat pour un changement radical  du système politique».

«Alors que les étudiants forcent l’admiration de tout le peuple algérien de par  leur engagement au sein du hirak et leur détermination indéfectible à maintenir la mobilisation malgré les vacances et les températures élevées de ce mois d’août, nous venons d’apprendre avec étonnement la tenue d’une conférence nationale des étudiants pour le 17 août 2019, suite à l’appel du ‘’Pôle des étudiants algériens’’ et d’un collectif, méconnu pendant tous ces mois de mobilisation, qui se nomme Forum national des étudiants», dénonce ce comité, déplorant «une telle démarche que nous considérons antidémocratique».

«En effet, on a du mal à comprendre comment on peut  organiser une conférence des étudiants sans la présence des étudiants, qui sont en vacances, et sans la consultation de ces derniers (à travers les assemblées générales). D’un autre côté, les organisateurs invitent leurs camarades à participer à une rencontre où l’ordre du jour est établi d’avance et pendant laquelle on devra discuter d’une feuille de route censée être celle des étudiants. Est-ce là une manière de nous mettre devant le fait accompli ?» se demande ce comité qui estime qu’«au-delà de la démarche antidémocratique et du contenu, après à voir eu vent de l’endroit qui recevra la rencontre nationale, nous exprimons aussi nos doutes par rapport à la nature de cette conférence». Il se demande aussi «comment le pouvoir qui réprime les manifestants, qui emprisonne les militants politiques et qui se sert des recteurs comme relais pour annihiler toute volonté de s’organiser au sein des campus, accorde gracieusement une autorisation pour organiser une conférence à la Safex».

Les étudiants de l’Université d’Alger 2 considèrent que «la conférence nationale du 17 août, qui se tiendra à la Safex, ne représentera en aucun cas les aspirations des étudiants, et toutes les décisions qui seront prises au cours de cette rencontre n’auront aucune crédibilité à nos yeux».

Engagés dans le mouvement estudiantin dès ses débuts, ces étudiants relèvent l’impératif de maintenir la mobilisation jusqu’à la rentrée universitaire et s’atteler dès la reprise à construire le mouvement étudiant à la base, de manière démocratique et aller rapidement vers «la mise en place d’une coordination nationale réellement représentative et combative qui portera les revendications politiques, sociales et démocratiques des étudiants». «C’est à nos yeux la seule perspective pour un changement en faveur de la majorité, et qui peut dessiner l’université et l’Algérie de demain», conclut le comité pour lequel seule la lutte paye !

M. S.

Comment (8)

    ABOU NOUASS
    16 août 2019 - 11 h 33 min

    Le Gaïd est dans un fourvoiement total de par son inculture et sa ringardise flagrante.
    Sinon comment faire croire qu’il y aura une conférence nationale le 17 alors qu’on ignore tout
    de la composante de ces prétendus étudiants ???

    Sa crédibilité est déjà entièrement altérée et sa tendance à ramer à tous vents tel Don Quichotte, le rend
    encore plus ridicule à tel point que ses propos latents font chou blanc devant ce peuple et sa révolution
    pacifique qui n’en démord plus.

    Moralité : cette putative conférence qui n’a rien de national fera pshiiiittt !!!!

    Vroum Vroum 😤..
    15 août 2019 - 23 h 35 min

    Après avoir bien plus réglé ces comptes personnel que penser à l’intérêt du Pays , en mettant en Prison ces Adversaires Politiques , ou les poursuivant , Mr Gaid Sallah espere faire taire le Mouvement Populaire , par la répression ou toutes formes de pression , une fuite en avant qui arrivera à ces limites dictees par la grogne sociale qui va s’emplifier , pouvoir d’achat , chômage , et le plus marquant sera de continuer le fonctionnement du Pays qui pour ce faire aura un grand besoin d’aide financière extérieure , aide conditionnée par une stabilité en tous points , ce qui obligera Gaid Sallah a lacher du leste et s’assoir malgré lui face au revendications légitime du Hirak (Mouvement Populaire ) et trouver « la  » solution tant attendue . .Si Gaid Sallah pense pouvoir controler le Mouvement Populaire , ce qui m’étonnerait beaucoup , la donne veut qu’il s’essouflera bien avant par les contraintes du financement extérieurs (FMI , Bank mondiale..investissement étranger ) qui si y’a troubles resteront sur le papier . Donc Mr Gaid Sallah marche sur des Oeufs et l’utilisation de la force contre le Mouvement Populaire est à proscrire , n’aura pas lieu , ce serait se tirer une balle dans le pieds et Mr Gaid Sallah le sait , il essai de jouer avec le temps (limité ) qui est compté pour lui bien plus que pour le Hirak.. . La seule porte de sortie pour Mr Gaid Sallah est de s’assoit à la Table du dialogue avec les Revendications du Mouvement Populaire , car il n’a vraiment pas le choix . . L’aide Financière dont l’Algérie à besoin laisse une marge de manœuvre très étroite à Gaid Sallah , surtout éviter la répression brutale ou toutes formes qui repousseraient les aidés Financières (FMI…) ou investissement étrangers.. . Les problèmes économiques étaient la bien avant le 22 févier , et l’obstination et calculs faussés de Mr Gaid Sallah n’ont fait qu’accentuer le déficit et problème économiques au point où il marche sur des Oeufs , continuer ainsi il court à sa perte , ou lâcher du leste , il n’a pas le choix . .

    3
    3
      Ahmed
      16 août 2019 - 8 h 31 min

      @Vroum Vroum 😤..
      15 août 2019 – 23 h 35 min
      Après avoir bien plus réglé ces comptes personnel que penser à l’intérêt du Pays , en mettant en Prison ces Adversaires Politiques , ou les poursuivant

      Alors là c’est du n’importe quoi
      Tous ceux qui sont en prison sont des corrompus qui ont mis le pays à genoux sur tous les plans

      2
      6
        Vroum Vroum 😤..
        17 août 2019 - 0 h 52 min

        @Ahmed… Tu dis tous ceux qui sont en Prison sont tous des Corompus ???… Réveil toi , pourquoi le Candidat à la présidentielle le Général Ali Ghediri est en Prison ??..Le Commandant de la Wilaya 4 ALN et aussi en Prison… des Manifestants sont aussi en Prison…des Généraux Major en Prison , en Retraite forcé , Poursuivis ..le 6 Général des 6 Régions Militaires ont sauté et remplacé…le Général Nezzar ex Chef d’État Major et Ministre de la Défense a un mandat d’arrêt international…et toi tu trouve ça normal @Ahmed aide de Camp de Mr Gaid Sallah.. c’est de ça que mol je parle @Ahmed aide de Camp !!..C’est de ces Adversaires Politiques là que je parle en disant que Mr Gaid Sallah a plus réglé ces problèmes personnels que s’occuper de résoudre la Crise et Dialogue avec le Mouvement Populaire pacifique !!.. Moi aussi je trouve normal que les Corompus Haddad , Kouninef..ect soient en Prison..mais je trouve pas normal que les Corrompus Tliba et Saadani soit épargnés , pas inquiété car ils seraient du Clan Gaid Sallah… Tu comprends @Ahmed ou tu le fais exprès de pas comprendre ??.. ou alors tu serais un Troll salariés pour noyer le poisson !!.. ou bien un Martien qui arrive sur terre !.. Mr Gaid Sallah est devenu le problème à résoudre , à 80 ans il serait mieux chez lui . . On veut tous la stabilité pour notre Pays , mais Mr Gaid Sallah refuse le Mouvement Populaire Peuple , alors il devra changer le Peuple par un autre Peuple plus docile , bien dressé . . Il y va de l’intérêt de l’Algérie et Mr Gaid Sallah refuse les Revendications du Peuple , on arrive bientôt à 7 mois de crise , alors qui doit céder le Peuple Algérien ou un seul Homme ?.. Qui suivre , le Peuple Algérien Hirak ou bien Un seul Homme Mr Gaid Sallah ??

    MOKRANE ILOUL
    15 août 2019 - 17 h 11 min

    Les pauvres bouts de choux ! Comme ils sont tout mignon… Ils ne savent plus QUOI faire. Alors, ils commencent à se plaindre. Dèjà… Vous n’êtes que de pauvres nullards….

    9
    20
    57
    15 août 2019 - 17 h 00 min

    le pouvoir est acculé n a d autres solutions que de s accrocher toute griffes dehors tout pour se soustraire a justice et la cour des comptes il ne lâcherons pas ils essayerons toute les combines possibles ,,,,quitte a recourir a la force

    16
    5
    M.S
    15 août 2019 - 16 h 53 min

    La place de Gaid Salah le Sissi Algérien est derrière les barreaux de la prison d’El Harrach avec la bande qu’il a protégé durant tout le règne de son ami intime Bouteflika!!!!

    13
    7
    Abou Stroff
    15 août 2019 - 14 h 45 min

    fakhamatoujou boutef a été envoyé à la retraite et placé dans une villa hyper-médicalisée mais le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation dont il était le parrain est toujours « en activité » avec un fakhamatouhou stagiaire qui commence à être grisé par l’immense pouvoir qu’il s’est donné.
    moralité de l’histoire: il n’y en a aucune à part le fait que les distributeurs de rente (qui sont quasiment les mêmes que ceux qui travaillaient sous la conduite éclairée du fakhamatouhou déchu) n’ont pas du tout envie de laisser leur place à de nouveaux distributeurs de rente.
    chacun aura remarqué que, jusqu’à la dernière seconde, un corps quasi-inerte en quasi-putréfaction présidait aux destinées de l’Algérie sans que cela pose le moindre problème au quasi-fakhamatouhou du moment.
    PS: les forces acquises au changement doivent comprendre que tous les coups sont permis lorsqu’il s’agit de garder le monopole de la distribution de la rente et des bienfaits qu’elle procure.

    13
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.