Première scission entre Ali Benflis et le pouvoir : Gaïd-Salah perd son atout ?

Benflis Gaïd-Salah
Conférence de presse de Benflis après sa rencontre avec le panel. PPAgency

Par Kamel M. – Le président de Talaie El-Houriyet s’oppose au caractère permanent conféré à l’autorité que le pouvoir veut charger de surveiller la présidentielle imposée par le commandement de l’armée. Ali Benflis veut que celle-ci soit dissoute dès après l’élection à laquelle il veut vraisemblablement prendre part en dépit de son rejet par l’écrasante majorité des citoyens.

L’ancien candidat malheureux aux présidentielles de 2004 et 2014 va-t-il lâcher le pouvoir auquel il sert d’alibi dans son approche unilatérale de sortie de crise ? Ali Benflis semble avoir compris les véritables intentions des décideurs actuels qui, par leur persistance à vouloir contrôler aussi bien la présidentielle que les échéances qui suivraient, démontrent qu’ils comptent bien pérenniser le régime dont ils sont les symboles.

Piégé par ses «alliés», l’ancien chef de gouvernement a estimé, dans sa réponse au pouvoir via le panel créé par l’armée, que «l’institution d’une autorité permanente chargée de tous les scrutins, pour laquelle il faut beaucoup de temps, ne peut être conçue sauf dans le cadre des réformes constitutionnelles et institutionnelles à engager impérativement par le prochain président de la République démocratiquement élu». «Il est indispensable, en cette conjoncture, de créer une autorité électorale indépendante ad-hoc uniquement pour la prochaine élection présidentielle, laquelle sera chargée exclusivement d’organiser, de superviser, de surveiller et de suivre l’élection présidentielle et dont la mission s’achèvera dès la publication du rapport relatif au déroulement de cette élection et dans les comptes financiers de la campagnes électorale des candidats», a-t-il insisté. Ali Benflis s’oppose aussi à l’amendement de la législation électorale, estimant qu’il lui était «difficile d’accepter» cette «démarche».

Un refus en des termes tempérés certes, mais qui cachent mal la scission qui vient de se produire entre le pouvoir et un «atout» qu’il compte jouer pour légitimer une élection rejetée par les millions de citoyens qui manifestent depuis plus de six mois.

Premier couac donc entre celui qui est perçu comme le potentiel candidat du système à la prochaine présidentielle et les tenants du pouvoir actuels. Ali Benflis a sans doute compris que Gaïd-Salah lui a coupé l’herbe sous les pieds et qu’il veut ainsi l’utiliser pour assurer ses arrières faute de pouvoir pérenniser le système dont il est le parrain.

K. M.

Comment (38)

    57
    7 septembre 2019 - 6 h 31 min

    benflis tu dégage aussi avec ton complice tout le monde sait que tu cherche la présidence uniquement pour assouvir ta revanche sur les boutef échec et mat pour tous les clans ,,,dehors,,,,tous

    3
    2
    Anonyme
    6 septembre 2019 - 19 h 24 min

    Ce benflis n est autre qu un opportuniste. Dégage.

    3
    2
    Vroum Vroum 😤..
    5 septembre 2019 - 21 h 56 min

    Gaid Sallah est pris à son propre piège..son ambition d’être Roi , à été son propre ennemi qui l’a mené la où il est , l’impasse , il est dépassé par la situation et je pense qu’il ne veut qu’une chose c’est partir , mais comment !!…Comment !..Le Pouvoir brûle pour celui qui ne le maîtrise pas , , ….partir mais comment ?.. sans y laisser des plumes . Gaid Sallah est devant son propre dilemme, le sien …il a remué le plat et ne sais pas comment en sortir …

    5
    3
    Anonyme
    5 septembre 2019 - 20 h 11 min

    Cet illettré, inculte de GS est entrain de mener l’Algérie tout droit vers la syrianisation. Et par là même vers l’objectif ultime des ennemis de notre pays. Réveillons nous!!!!

    7
    4
    En tant que proche de...
    5 septembre 2019 - 20 h 11 min

    …Gaïd, Benflis a conclu que les dés sont pipés ! Alors, il se démarque à moindre frais pour rebondir dans le monde d’après. C’est ça, Félix le chat qui retombe toujours sur ses pattes !

    6
    1
    lhadi
    5 septembre 2019 - 19 h 00 min

    Si Calligula était algérien, il aurait, sans aucun doute, nommé son cheval comme consul.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    5
    5
    Coup d'état
    5 septembre 2019 - 19 h 00 min

    Pour une fois je suis pour un coup d’état contre RAJOUL AL 3ISSABA…

    2
    3
    (ⵣ) (ⵣ) (ⵣ) MMIS N KHELDOUN
    5 septembre 2019 - 18 h 17 min

    ⵏⵏⵉⴴ ⵡⴻⵠⵔⵉⴸ ⵏⴻⵖ ⴷⴷⴰⵡ ⵡⴻⵠⵔⵉⴸ ⵍⴻⵇⵔⴰⵔ-ⵉⵙ ⴸ ⴰⵠⵔⵉⴸ
    y a pas mieux que celui qui a pris le parti du peuple

    2
    4
    Le Lièvre
    5 septembre 2019 - 17 h 46 min

    L’un des deux lièvres de Mr Gaid Salah à abandonné,reste l’autre lièvre naif est inexpérimenté croyant avoir tout gagné mais dans la réalité il a tout perdu;l’estime de 42 millions de citoyens;l’histoire,le paradis;et la fierté;mais la bétise est humaine,on se rend compte une fois ou on est a la prison d’EL HARRACH.à qui le tour

    4
    1
    Mounir Sari
    5 septembre 2019 - 16 h 42 min

    Enlevez-moi cet homme que mes deux yeux ne saurant voir!!!!

    2
    3
    Anonyme
    5 septembre 2019 - 15 h 24 min

    la France et USA souteinent les actuels pouvoir en algérie, ils nous ont coupé internet Google t compagnie
    ….je ne comprends rien!!!hors sujet c’est la défense des plus faibles…

    Moskosdz
    5 septembre 2019 - 15 h 19 min

    Le vrai problème qui se pose,si tout le monde devrait partir,le Hirak va s’imposer contre qui et négocier avec qui,n’ouvre t-il pas lui-même la porte à ceux qui rêvent de voir l’Algérie sombrer dans le chaos?.

    1
    3
    ABOU NOUASS
    5 septembre 2019 - 15 h 18 min

    Il n’ y aura ni TEBBOUNE ni LA SCOUMOUNE.

    Ni Gaid ni Benbliss ni Tebboune ni sidi zekri

    Gloire au Peuple révolté !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    3
    2
    Anonyme
    5 septembre 2019 - 15 h 17 min

    Mergou!, je ne parle pas du volatile étourneau, le constat est que toutes les personnes qui possèdent une plume et qui manifestent sans relâche depuis 7 mois ne veulent plus de ce satané «pouvoir maffieux» vomi, qui veut absolument se reconduire et rester au pouvoir par la ruse et les menaces déguisées. Je vous dis qu’ils ne peuvent plus rien faire, ils sont foutus et ils le savent très bien, utiliser les armes contre le peuple ne fera qu’accélérer leur chute, et autres imprévus… pour la grande majorité ils ne veulent pas êtres des criminels à la solde d’un tel ou tel général : ??? Alors ils misèrent sur l’emblème Amazigh pour brisé la cohésion ça n’a pas marché : ce qui les faits c…à mort. Ensuite, ils misent sur le ras le bol et la fatigue des manifestants, encore là «Le chaâb mrègue bihoume, votre rodéo va bientôt s’achevé».On a attendu 57 ans malgré nous sous la menace de vos armes pour nous débarrasser de vous. Question de temps seulement il n’y aura plus de retour en arrière pour les maffieux.
    Cependant on peut faire ouf, M.Benflis a fini par comprendre la supercherie avec un sursaut de dignité. Ce «pouvoir maffieux» illégitime qui est sensé négocier lui-même une sortie de crise, nomme des gens qui n’ont aucun pouvoir décisionnel (naïf pour certains) de bonne foi pour d’autres dans la fosse aux lions qui ne peuvent rien régler, sauf retarder l’agonie en procurant un peu d’oxygène à ce pouvoir qui pense peut être que les extra-terrestres viendraient a son secours. Vos carottes sont hélas cuites on est plus en 1962 !
    La 2ie république est a portée de main continuons.

    1
    3
    Felfel Har
    5 septembre 2019 - 15 h 13 min

    Le pouvoir ne perd pas seulement son « atout » , mais un de ses « toutous » qui se s’est laissé séduire par de vagues promesses d’un destin national. Il faut dire que le pouvoir ne manque pas de charlatans dans ses rangs. Ils marcheraient sur le cadavre de leurs proches pour parvenir en haut de l’affiche.
    Ne pensez-vous pas que c’est l’entêtement de Karim Younès à poursuivre ses travaux sachant que ce panel, panier de penauds tombés dans le panneau, qui a alimenté l’intransigeance de GS?
    La perspective de gagner le jackpot pour s’en mettre plein les poches, va faire sortir du bois de nombreux aventuriers pour servir l’EM. Tebboune, Younès et les autres rêveurs vont vite afficher leur déception en s’apercevant que le KLAN a d’autres plans. Je les entend déjà crier « ô rage, ô désespoir, ô général ennemi…! »
    Le pouvoir actuel est pestiféré et gare à ceux qui sont tentés de voler à son secours.

    3
    1
    Les ont dit par les zarabes que pipi de chat. .....
    5 septembre 2019 - 14 h 44 min

    Intoxication .
    qu’il s’exprime devant les caméras de toutes les meilleurs chaînes reconnu de tous.

    Farida
    5 septembre 2019 - 13 h 39 min

    Cette photo est l’expression d’un vrai cauchemard. A 76 ans ils tourne toujours autour du pot !

    3
    1
      Zaatar
      6 septembre 2019 - 11 h 55 min

      Il va finir par faire dedans….

      2
      2
    FELLAG
    5 septembre 2019 - 12 h 59 min

    Le coup de massue de monsieur le Général sur la tète de monsieur, Benflis;après avoir servit de lui comme bouclier,il le jette comme un mouchoir a papier,c’est la politique des clans, on se sert qu’une seule fois,ou suivant monsieur Younes sera le prochain victime

    25
    8
      Kada
      5 septembre 2019 - 20 h 04 min

      Ce benflis doit comprendre que le peuple ne veut plus voir sa face.

      2
      2
    Anonyme
    5 septembre 2019 - 12 h 37 min

    Si election,il ya,il faut le boycott et la desobeissance civile…ces gens ne partiront jamais ,sauf en cas d, un soulevement general et l,internationalisation du probleme

    40
    17
    (ⵣ)
    5 septembre 2019 - 12 h 19 min

    En politique, on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables.

    34
    9
    Vangelis
    5 septembre 2019 - 11 h 52 min

    Ainsi donc Benflis qui fait aussi partie du régime vocifère contre cette idée.

    Il fait son cinéma tout comme son copain chef de l’E.M. Je te tiens, tu me tiens …..

    Ils profitent du fait que les services dits de sécurité sont leurs larbins pour exécuter leurs basses besognes par les arrestations et autres bastons contre les algériens comme au temps de la guerre contre l’ancien colon. Ils profitent aussi de l’armée qu’ils utilisent à leurs fins personnelles, non pas pour se cantonner dans son rôle constitutionnelle, celui d’assurer la sécurité et la défense du territoire mais bien plus, en l’engageant dans leurs funestes desseins, celui de maintenir les citoyens dans la dictature, significative de sous développement, de précarité, de vols et autres corruptions.

     » À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.  » JFK

    33
    6
    (ⵣ)
    5 septembre 2019 - 11 h 23 min

    et toi mr le president gaid salah ,je t appel president car celui qui est en interim je crois pas qu il y est pour quelque chose cest un mort vivant
    ma question, et toi de quoi es-tu accusé?

    28
    10
      SoyonsLogiques
      5 septembre 2019 - 12 h 20 min

      Non au scenario à la sicilienne.Non à un president secrétaire.
      Les présidentielles que GaidSalah veut imposer à la révolution de fervier 2019 accoucheront d’un président de la république secrétaire qui appliquera à la lettre la feuille de route du chef d’Etat-Major.
      Tout comme Bouteflika a pris Said comme consiller,notre Gaid national n’est pas du reste.Déjà l’un de ses fils Madjid commence à préter main forte à son Père.
      Comme quoi,en Algérie un système en cache un autre.

      28
      5
    haha
    5 septembre 2019 - 10 h 55 min

    Pourquoi dites-vous qu’El Gaïd a perdu son atout? au contraire il s’est débarrassé d’un chacal.

    19
    4
      (ⵣ)
      5 septembre 2019 - 12 h 29 min

      il a perdu son chacal, c’est parce que il a la rage,malade
      si non il aurait pas de pouvoir sur son chacal.

      12
      6
        Kada
        5 septembre 2019 - 20 h 10 min

        Vous avez entièrement raison ce POUXliticien ne veut plus voir sa face.

    ABOU NOUASS
    5 septembre 2019 - 10 h 46 min

    Hé Hé Hé , il a lâché son poulain , et Benbliss aussi l’a lâché car il a compris que son mentor El Gaïd lui a préféré un autre candidat , sachant que Benbliss est vomi par le peuple depuis le début de la révolution.

    Les généraux de l’ombre ne voudraient pas donc d’un poulain voué à l’échec qui risque fort de laisser des plumes.

    Par voie de conséquence on peut donc considérer ceci comme changement de valet.

    19
    5
      @AbouNouass
      5 septembre 2019 - 14 h 13 min

      Benflis veut se retirer car Gaid Salah le place en seconde position par rapport à Tebboune qui est plus maleable!!
      Nous n’avons plus que LE HIRAK pour balyer toute cette vermine éa la solde des emiiratis.
      QUI A L’AVENIR DE SES ENFANTS COMME SOUCI,SORT LE VENDREDI!!!!

      14
      7
    TAYEB EL DJILLALI
    5 septembre 2019 - 10 h 41 min

    Enfin il a compris que Gaid est lui même le Roi des résidus de BOUTEFLIK …..

    19
    5
    Zaatar
    5 septembre 2019 - 10 h 30 min

    Si ce n’est pas Benflis ça sera quelqu’un d’autre. Ce pouvoir, tant qu’il tient encore les institutions de l’état sous sa main, qu’il gère encore totalement la rente et sa distribution et qu’il engage des actions ci et la pour le pays ne sera pas prêt de partir. Preuve en est que malgré les huées et les slogans anti gouvernement, les ministres continuent comme si de rien était à sillonner le pays et a s’attabler avec le premier ministre et le président intérimaire pour discuter de la nouvelle loi de finances et des engagements de l’état. Il n y a que le peuple qui mettre un holà à tout cela, mais le pourra t’il justement ? Il faudrait que les 42 millions d’algériens disent tous la même chose et surtout fassent tous la même chose contre ce pouvoir…et cela me semble bien loin pour le moment et que les forces sont plus ou moins dispersées. Cependant le temps fera les choses, il arrivera certainement ce moment ou le peuple parlera d’une seule voix et agira d’une seule façon. Ce jour là alors, le pouvoir n’aura plus le choix. Mais pour l’instant on est loin du compte.

    17
    5
    Karamazov
    5 septembre 2019 - 9 h 53 min

    Pourquoi scission ? En quoi était-il vraiment concerné ? On pourrait dire la même chose de tous les prétendants qui de la touche s’agitent et gesticulent comme des orfraies.

    Vous chercher à nous faire croire que malgré la flopée de prétendants le Pouvoir est à court de candidats?

    Nous savons tous que le futur président est dans le chapeau de H’mida !

    Benflis dans sa mégalomanie s’y voyait déjà sur le trône. Et là il est juste en train de désillusionner.

    Moua je vous disais modestement que tous nos prétendants sont convaincu, à juste titre d’ailleurs que la voie du pouvoir ne passe pas par le peuple. Non seulement ils sont convaincu de cela mais ils feraient tout pour qu’il en soit ainsi. Car le peuple ne les portera jamais au pouvoir.

    Mais qui à part lui a pensé que sa candidature pouvait être retenu par les décideurs ? Il a toutes les tares rédhibitoires qui l’en empêcheraient.

    La question est : si exit  Benflis , qui nous sera tiré de la casquette d’AGS ?

    10
    5
    TNT
    5 septembre 2019 - 9 h 18 min

    Mr Benflis à bien compris que le favori du Mr LE Général c’est bien Mr Tebboune et n’est plus lui, alors il essaie de se racheter l’erreur est humaine mais pas l’opportunisme c’est un gros défaut

    23
    3
    Merzouk M.
    5 septembre 2019 - 9 h 06 min

    Ali Benflis est la parfaite caricature des gens que le régime manipule et souille en permanence sans que ses derniers ne manifeste une quelconque sensibilité politique encore moins une position de dignité humaine, comment peut-on penser une seconde discuter avec des gens qui ne discute jamais ? Comment peut-on être naïf à ce point et pensé négocier avec des gens dont la seule valeur et repère est le rapport de force dans sa forme la plus bestiale et brutale possible ? Depuis six mois, le peuple dans sa majorité et globalité est dans la rue rejetant le régime dans son fond et sa forme et trouver par miracle des gens comme Benflis et Mokri qui «crois » au suffrage et choix du peuple par les urnes organisé par ce même régime, par-dessus le marché avoir le toupies d’aller palabrer avec6 ses mêmes parties que le peuple rejette, cela nous renvoie misérablement à l’allégorie de la caverne de Platon, Ali Benflis est incapable de se penser ou de s’imaginer en dehors du système dont lequel il est formé et dans lequel il a toujours vécu.

    11
    3
    Lghoul
    5 septembre 2019 - 8 h 56 min

    Ces gens ont initialement pensé qu’ils « savent ce qu’ils font » – Mais doucement et surement, ils se sont trouvés dans un trou sans fond et la seule chose qu’ils sont en train de faire est simplement de debattre comme ces poulet vivants mais sans têtes (Headless chickens). Ce monsieur a gouté a toutes les soupe du pouvoir et du système comme d’ailleurs son ami younes parachuté, ne ne sais d’ou. Ce monsieur a été premier ministre et lièvre rapide de boutef et ils pense que le peuple est aveugle. De tous ceux qui ont fait parti du système, seuls deux ont la décence de dire ce qu’ils pensent: Benbitout et Hamrouche. Mais tout le reste ne fait que ruser, jouer des petites comédies, s’insulter, faire semblant de « démissionner », « dénoncer » etc. On a vu ces comédies pendant 20 ans sous boutef a travers ould abbas, le drebki etc. Alors qu »ils sachent une chose et sune seule: Tout ce qui viendra d’un système qui a accouché le plus grand nombre de corrompus dans le monde et dont le SEUL travail qu’ils font est de ruser envers le peuple, le désorienter pour lui faire avaler des couleuvres ensuite des crocodiles, est NUL et n’a AUCUN snes. Ils peuvent continuer a faire semblant de faire « quelque chose », le pharaon inclu, mais le courant ne passe pas et ne passera plus. Ils ont toujours travaillé pour leurs propres interêts et toujours contre le peuple comme s’il etait leur ennemi, alors le peuple ne croirai plus jamais TOUT ce qui veiendra d’eux, même s’ils leur arrive de se tromper de vérité. Voila donc les raison qui font que la seule solution est de DEGAGER DE NOS VUES une bonne fois pour toute. Y’en a raz le bol de vous tous.

    12
    2
    2ème république
    5 septembre 2019 - 8 h 35 min

    Il avait espéré devenir le candidat du pouvoir mais malheureusement pour lui GS a choisi Tebboune…

    25
    1
      Anonyme
      5 septembre 2019 - 12 h 28 min

      Il a surtout compris le role que le systeme voudrait jouer. Celui d,une marionnette.. pour leur garantir l,impunite et cette rente que ces gens n,abanneront quitte ,a faire exploser le pays.

      19
      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.