Les fossoyeurs

fossoyeurs
Des procès à la chaîne qui suscitent des interrogations. PPAgency

Par Karim B. – Les rayons des hypermarchés Uno d’Issad Rebrab se vident sinistrement, rappelant les Souk El-Fellah de triste mémoire et donnant l’image lugubre et effrayante d’une économie sacrifiée par le pouvoir sur l’autel de sa survie, fût-ce au détriment de l’intérêt général. Impliqués directement dans le régime Bouteflika dont ils ont assuré longévité et prospérité pendant vingt longues années, les tenants du pouvoir actuel ont échafaudé une opération «mains propres» accompagnée d’un show médiatique extravagant qui avait, au début, ébloui l’opinion publique avant qu’elle se réveille et prenne conscience de cette machination machiavélique.

Emprisonnant les chefs des plus grandes entreprises les uns après les autres, le pouvoir, qui a voulu se servir de fusibles pour se donner l’image du justicier venu à la rescousse d’un peuple razzié, a, au bout du compte, bloqué la machine économique et mis le pays dans une situation inextricable. Si dans le secteur public plus aucun cadre dirigeant ne veut apposer sa signature sur quelque document que ce soit au risque de se retrouver face au juge, dans le privé, la chaîne de production est rompue faute de confiance.

Les décideurs actuels, pour créer une diversion, ont opté pour une saturation médiatique exhibant les «oligarques» conduits dans des fourgons grillagés au tribunal puis à la prison d’El-Harrach. Les citoyens ont en jubilé, alors que les procès à la chaîne visaient en réalité à sauver le régime en jetant quelques-uns de ses «apparentés» les plus médiatiques à la vindicte publique.

Dans le lot, les instigateurs ont mêlé aux hommes d’affaires réputés proches de l’ancien cercle présidentiel, des industriels, à l’instar d’Issad Rebrab, dont la notoriété et la réussite économique gênaient les visées politiques de ceux qui feignent vouloir enterrer le système Bouteflika mais qui, dans les faits, n’en sont pas les fossoyeurs mais les résurrecteurs. Comme ils ont mêlé des officiers et des dirigeants politiques arrêtés pour crime de lèse-majesté.

La répartition du gâteau ne s’étant pas déroulée comme l’auraient voulue ceux qui, aujourd’hui, nous chantent les vertus de la rectitude et de la probité, une guerre des clans pour la poursuite du pillage éhonté des richesses du pays fait rage sous les yeux effarés des citoyens qui découvrent que la mafia est à ce point effrontée qu’elle n’hésite pas à mettre le pays à genoux pour protéger son avariée récolte et sauvegarder sa damnée prébende.

K. B.

 

Comment (8)

    Laouari
    6 septembre 2019 - 14 h 23 min

    Pour certains rabrab est une victime .
    Rien que avec l’histoire du fer contaminé qui a récupéré de lucrani . Et la transformé en matériaux de construction qui a commercialisé au algériens . En sachant qu’ils vont êtres contaminé ,
    Sanrichire en contaminé des postes citoyens , ce n’est pas un crime contre l’humanité ?
    Et pourquoi le prix du sucre qu’il applique en France et beaucoup moin chère .alors que en Algérie il bénéficie d’une subvention de la par de l’état . Et même pour le salaire des ouvriers l’état contribuait a leurs salaires .
    Et il n’y a pas que ça
    Alors je pense que il est venue le temps de rendre des comptes.
    Et ont doit appeler le chat par son non le chat

    7
    5
    Anonyme
    6 septembre 2019 - 6 h 11 min

    Le cas Rebrab est louche car il n’a pas fait partie de la bande à Said Bouteflika, au contraire, ce dernier lui a bloqué des dizaines de projets. Son affaire de surfacturation n’est pas possible de prison, c’est pour ça qu’on se pose des questions. Beaucoup pensent que c’est une vengeance de GS…

    12
    6
    (ⵣ)
    5 septembre 2019 - 16 h 40 min

    du maire au président de la république, ils ont tous volés.
    combien de prisons que l état va construire, des centaines.

    12
    4
    Nadir
    5 septembre 2019 - 11 h 57 min

    On a pas besoin de super-marcher il faut voir les dégâts que ça a fait en Europe, quand un super marché s’installe c’est au moins 200 petit commerce qui ferme au tour, donc ce que le système fait est bien pour l’intérêt général ça sera énormément de petit commerce qui vont ouvrir quand les super marché n’existerons plus en Algérie, donc y a pas a s’inquiète c’est une bonne chose.
    Et puis le peuple Algériens n’est pas contre que tout ces hommes d’affaire pas clean soit en prison, tant mieux pour le pays.

    29
    35
    Vérité
    5 septembre 2019 - 11 h 04 min

    Ils n’existent pas de corrompus honnète et des corrompus malhonnète,c’est du Ki-Kif Rebrab ou pas Rebrab;ces (..) doivent remboursé les biens volé au peuple;et aussi dédommagé les victimes,mais le plus révoltant c’est de punirent certains mais pas d’autres; le cas du repris de justice voleur de poules Mr Saidani le Tunisien naturalisé Algérien et ses cousins Mr Tliba et Talai

    30
    13
      (ⵣ)
      5 septembre 2019 - 16 h 23 min

      @ LA VERITE
      est ce que dans notre pays,on a une justice est libre?
      comment savoir si réellement il a volé?
      il a des sociétés en France ou la justice est libre.
      il n est pas poursuivi pour quoi que ce soit.

      6
      7
        Anonyme
        7 septembre 2019 - 11 h 03 min

        Ce n’est pas parce que il est Kabyle il n’a pas volé et triché, si il a profité du système mafieux,et même collaboré avec le collabo de la France, général Toufik

        4
        4
    Zaatar
    5 septembre 2019 - 10 h 44 min

    Totalement d’accord pour ce qui est de la continuité du pillage des richesses du pays en préservant le système en place. Mais je ne crois pas que les citoyens, comme certains qui écrivent ici, croient que ce pouvoir ira jusqu’à mettre à genoux tout le pays et même tout brûler s’il le fallait pour préserver ses acquis. Il y en a encore, qui par naïveté, qui par inconscience pensent que ce pouvoir partira bientôt et que l’on va incessamment rétablir les choses au bénéfice du peuple. L’instauration d’une véritable démocratie, ou les responsables et les élus du pays rendent des comptes au seul peuple, en évinçant un système pourri basé sur la distribution de la rente et sur la prédation ne sera jamais un fleuve tranquille…bien au contraire. C’est ce que tout le monde devrait voir et enlever le fait que demain sera la fête parce que le peuple est sorti dans la rue.

    10
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.