Coup de force électoral : l’opposition et la société civile s’organisent

Saïd société civile
Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme , D. R.

Par Mounir Serraï Les forces de l’opposition et la société civile s’organisent pour faire face à la volonté clairement affichée du pouvoir en place d’imposer une élection présidentielle dans les plus brefs délais, autrement dit, avant la fin de l’année en cours.

Des organisations de défense des droits de l’Homme, des associations, des partis et des activistes politiques s’échinent à trouver d’autres moyens de lutte pour «faire échec au coup de force électoral annoncé». Des appels ont été lancés pour la création de «comités populaires» dans les quartiers et les villages «afin de mieux organiser la résistance».

Des partis comme le PT, le PST, le FFS et le RCD activent sur le terrain afin de renforcer davantage leur assise populaire en faveur d’une période de transition qui conduirait inévitablement à un changement radical du système politique et à l’avènement d’une deuxième République assise sur des bases solides.

Pour le vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH), Saïd Salhi, «le coup de force du système à faire passer la présidentielle rend la transition démocratique inévitable et irréversible».

Même constat chez Zoubida Assoul, présidente de l’Union pour le changement et le progrès (UCP), qui estime que la crise ne pourrait pas être réglée avec la tenue d’une élection présidentielle. Les Forces de l’Alternative démocratique ont également rejeté ce processus électoral que veut imposer le pouvoir au «mépris de la volonté du peuple d’un changement profond et total».

Des activistes mènent une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux afin d’attirer l’attention des Algériens sur ce qu’ils qualifient de «piège électoral» pour éviter «un véritable changement du système politique». Des pages sur le réseau social Facebook telles que Algérie Debout lancent une campagne contre les annonceurs sur les chaînes de télévision acquises au régime en place et accusées de déformer la réalité et de donner un autre sens aux manifestations de vendredi à travers tout le pays.

Pour toutes ces forces politiques et associatives, «la lutte doit continuer jusqu’à la victoire finale», à savoir l’amorce d’une période de transition.

M. S.

Comment (14)

    57
    12 septembre 2019 - 18 h 58 min

    je vous avoue que je n aime pas du tout ces organisations qui cherchent a se démarquer du peuple qui risque la division et affaiblir le hirak et c est une avant première de la course au pouvoir ça me rappel les querelles des chefs militaires des willayas après le 19 mars 62 et ses crimes politiques

    2
    7
    Anonyme
    12 septembre 2019 - 6 h 48 min

    Museler les médias,éliminer les opposants,semer la zizanie telle est la recette du pouvoir en place depuis 1962 pour continuer à régner sur cette pauvre Algérie qu’il livre aux Emirs de golfe à défaut de leurs cousins du GIA de sinistre réputation.Jusqu’à quand subirons-nous la dictature de ces sanguinaires sans foi ni loi?

    24
    7
    Droits Humains
    12 septembre 2019 - 5 h 59 min

    Ces organisations folkloriques non seulement qu’elles n’ont rien apportés, mais en plus elles organisent le chaos. Spécialistes du néant, du contre, de la destruction de la société, ces apprentis sorciers doivent laisser la place aux algériennes et aux algériens.
    L’Algérie a besoin de citoyens dévoués et non de serviteurs des laboratoires néocoloniaux drapés de slogans « Droits de l’Homme », « Société civile », « Démocratiques » ….
    Servir n’est pas se servir.

    13
    29
      Anonyme
      12 septembre 2019 - 12 h 45 min

      Ah tiens, le dernier troll pro-Gaid est encore là!!!
      Ça vous fait quoi d’être le dernier à soutenir le plus vieux soldat au monde??

      22
      5
    Karim
    11 septembre 2019 - 22 h 35 min

    Quand je lis certains articles ou j’entends certains discours, je me dis que soit les gens font exprès de ne rien comprendre ou de ne pas prendre en compte la réalité du terrain, soit ils ne connaissent pas ou ne comprennent pas l’histoire!
    Demain le pouvoir désigne un candidat, il sera élu et démocratiquement.
    Alors la réflexion est comment faire pour canaliser le pouvoir et qu’il se mette à travailler d’abord puis dans l’intérêt de la majorité donc de la nation.

    8
    31
      Anonyme
      12 septembre 2019 - 12 h 48 min

      Oui mon général, le candidat du pouvoir sera élu démocratiquement »!! On a pas de doutes là dessus!! Aucun!! Hacha!!!

      15
      4
        Karim
        12 septembre 2019 - 22 h 14 min

        « mon général »???
        Voilà exactement pourquoi le système gagnera de nouveau en cas d’élections même libres!

        2
        6
    Djemel
    11 septembre 2019 - 21 h 18 min

    Est-ce que le rapport de M. Younes est publique? Est-ce que cette commission a fait des propositions pour garantir la transparence dans les dépenses des candidats potentiels à la présidence? Si ce volet n’a pas été traité cela signifie qu’il s’agit d’un oubli et dans ce cas, la commission n’a pas fait son travail. Ou bien, cette commission encourage délibérément les pratiques malsaines (corruption, achat de voix, usage des biens publiques par le candidat du système…). Il est de même pour l’équité dans la couverture médiatique des activités des candidats potentiels.

    6
    4
      Taous
      12 septembre 2019 - 11 h 52 min

      Personne n’en sait rien et à vrai dire tout les ALGÉRIENS n’en ont CURE de ce rapport en forme de tranches de cachir avec une reliure DORÉE ( grassement rétribués le panel) des lors que ce chiffon n’est que « l’œuvre » d’officines occultes qui agissent pour EL3ASKER

      9
      3
      @djamel
      12 septembre 2019 - 13 h 09 min

      Le regime veut perdurer et imposer un president secretaire sous les ordres de la junte militaire.
      ATTENTION.Le regime a sollicité la dame BENABBOU constitutionaliste pour rouler le peuple algérien dans la farine.Je m’explique.
      Le panel fut créé pour r.pondre aux voeux du Hirak qui réclame des élections propres.
      Ce Panel a justement pour rôle d’organiser des elections propres en mettant en place une instance indépendante.Et quand bien mème les élections se dérouleront dans de res bonnes conditions,C’EST
      AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL(controlé par le régime) que revient la décision finale d’accepter ou de rejeter les resultats des elections.Il est évident que le conseil constitutionnel trouvera des anomalies et rejettera les résultats si ces derniers ne sont pas en faveur du système.Voilà RIEN N’A CHANGÉ.
      De plus ,on se focalise sur les presidentielles,et on oublie la manière dont seront désignés les candidats.Le systeme en a un! et c’est tout.En meme temps les autorités usent de tous les moyens (agrssion de Maitre Debbouze et un membre du RCD,arrestation de Tabou,intimidation.fermeture des médias..) pour faire obstacle à l’émergence d’un candidat rival à celui du système.On en a pour preuve l’arrestation sans motif de Ghediri qui donne des sueurs froides à gaid salah.
      LE HIRAK DOIT REDOUBLER DE PLUS BELLE POUR UNE AUTRE INDÉPENDANCE

      8
      2
    Anonyme
    11 septembre 2019 - 20 h 45 min

    Karim Tabbou a ėtė embarquė ce soir( nouvelle sur facebook)! Ca n’augure rien de bon!

    14
    8
    Kif Kif
    11 septembre 2019 - 20 h 33 min

    Tout est a refaire,comment organisé des élections avec les memes personnes aux plus haut de la pyramide,avec les memes fraudeurs,les memes tricheurs,les memes corrompus,les memes traitres,dans ce cas pourquoi ne pas garder les Bouteflika ou moins ils voleront beaucoup moins que les prochains avec les poches vide

    14
    7
    AMEL
    11 septembre 2019 - 17 h 41 min

    Pour qu’il y ait un VÉRITABLE CHANGEMENT DE FOND du paysage politique algérien, il est fondamental voire urgent de DISSOUDRE TOUS ces « partis politiques » créés par des officines…. C’est la condition sine pour un changement de fond. Les prochains partis DOIVENT TOUS être issus OBLIGATOIREMENT du mouvement HIRAK.
    QUE NOS JEUNES PRENNENT LE POUVOIR POUR BÂTIR UNE ALGÉRIE NOUVELLE.

    27
    17
      Anonyme
      12 septembre 2019 - 4 h 32 min

      Fakou!! Celui qui dit ça c’est le FLN, qui est grillé et qui veut entraîner dans sa chute tous les partis avec lui. Ça ne marche pas, cherche autre chose, on sait reconnaître les vrais responsables…

      13
      7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.