Les étudiants manifestent massivement contre la présidentielle du 12 décembre

manif étudiants
Lors de la 30e marche des étudiants à Alger-Centre. PPAgency

Par Mounir Serraï – Les étudiants maintiennent leur forte mobilisation en ce mois de septembre. Aujourd’hui encore, et pour le 31e mardi successif, ils étaient des milliers à battre le pavé à travers plusieurs villes universitaires du pays.

A Alger, comme il fallait s’y attendre, la mobilisation a été encore plus importante. Accompagnés par des citoyens, des enseignants et des parents, les étudiants ont marché de la place des Martyrs à la Fac centrale, en passant par Square Port-Saïd et Asla-Hocine. Même détermination et mêmes slogans contre le régime et les élections du 12 décembre. Le rejet de l’élection présidentielle est total. «Makach intikhabate ya issabat (pas d’élections, gangs)», «Dawla madania machi askariya (Etat civil et non militaire)», «Libérez les détenus», «Maranach habsin koul tlatha khardjin (nous nous n’arrêterons pas, tous les mardis nous sortirons)», «Echaâb yourid istiklal (le peuple veut l’indépendance)» sont quelques slogans scandés par les étudiants qui promettent de poursuivre leur combat pacifique jusqu’à l’aboutissement de leurs revendications. Sous un dispositif sécuritaire musclé, ils ont également scandé des slogans hostiles au chef d’état-major de l’ANP et dénoncé des tentatives de recyclage du système.

Les étudiants ont été aussi nombreux à manifester dans d’autres villes du pays, à l’instar d’Annaba, Béjaïa, Tizi Ouzou, Constantine, Oran, Tlemcen, Sétif et Boumerdès. Ils rejettent les élections du 12 décembre et exigent le départ des symboles du régime Bouteflika. «Nous refusons d’accepter que le même système qui nous a conduits à cette crise qui secoue le pays depuis plusieurs mois soit maintenu. L’Algérie est face à de grands défis qu’elle ne peut relever qu’avec des dirigeants légitimes dans un système démocratique, avec des garde-fous et des contrepouvoirs», affirme un étudiant rencontré lors de la marche à Alger.

Tout en maintenant la mobilisation, les étudiants poursuivent leur organisation à travers la structuration de leurs comités au niveau des campus universitaires.

M. S.

Comment (3)

    abitibitemiscamingue
    26 septembre 2019 - 16 h 49 min

    Personnellement, je ne vois pas un vrai président digne de ce nom, élu par la majorité du peuple, se faire manipuler comme un jouet, par une autorité obscure au-dessus de lui. Est-ce que quelqu’un parmi vous pourrait m’aider à comprendre le mental de ces candidats à l’élection présidentielle s.v.p.
    En parcourant divers journaux Algériens, j’ai constaté qu’il y a beaucoup d’hur….lus qui veulent devenir président, je me demande s’ils sont naïfs ou niais, qu’ils s’attendent à un miracle divin, ou quelque chose d’autre de différent que la gueule du loup affamé qui les attend .Certains ont appartenu au système(la mouche a beau se laver ses mains et pieds par-devant, par derrière, dans le dos devant le monde entier pour dire qu’elle est propre, elle restera toujours l’amie du caca.)Raison pour laquelle «yetnahaw gaԐ»
    Les manifestations nous indiquent qu’ils sont contre les élections du 12 décembre 2019 pour la plupart(…) Comme au cinéma les figurants sont parfois payés, est-ce-que les lièvres candidats le sont aussi ?
    Aussi, je me demande quel genre de cursus possèdent ces «candidats» pour une telle charge de travail, est-ce qu’ils ont eux dans leur milieu de travail à travailler avec des modèles de fonctionnaires honnêtes et compétents ou avec des «couoire oiԐti l’aԐouoir , des âff ou tԐich, des magouilleurs, ou servir de vitrines pour une clique de marionnettistes qui ne pensent qu’a se remplir les poches et garder la main haute sur le pays pour faire ce qu’ils veulent, en se fichant totalement de leurs concitoyens. Nous avons déjà hérité de responsables à courte vue, c’était du temps de : Allah Ԑâleb.
    En 2019, le pays possède maintenant des compétences dignes ce nom sur place .Certains sont répandus à travers la planète entière, ils ont vu, ils ont agi, ils ont côtoyé des sommités, ils n’ont pas vécu en vase clos. Ce n’est pas un candidat cloîtré élu comme président qui fera décoller le pays et remettre l’état major dans ses casernes. Soyez certains, qu’avec un vrai président, ayant des connaissances fines, que l’on ne peut plus bourrer avec des paroles …les exilés reviendront de partout ,chacun ses expériences, compétences et de sains contacts , pour remettre l’Algérie sur la Mappemonde pour rattraper les retards causés par vous savez qui …

    Lghoul
    25 septembre 2019 - 11 h 26 min

    « presidentielles » vous dites ? Il faudrait des candidats qui feront une campagne éléctorale je suppose ? Ces soi disant candidats iront parler, rencontrer et faire un brassage avec le peuple ? Qui sont ils ? Un expert en fraude, un liève a faces multiples, un « ingénieur » qui a apparemment construit un avion en terre cuite, un édenté qui ne sait ne parler et ni rire. et Cerise sur le gateau, un type du FLN expert en business personnel et le banking made in khalifa. Qui connait tout ce beau monde ? La poignée de corrompus qui lèvent le doigt une fois par an afin d’augmenter leurs salaires et leurs avantages faramineux en échange d’une calorie par an.

    Abdel kader
    24 septembre 2019 - 17 h 03 min

    La place des militaires c’est d’être dans leurs casernes et de défendre le pays et ses vrais «propriétaires le peuple» dont ils font partie. Je parierais qu’ils seront plus heureux en quittant le pouvoir. Ils auront en fin de compte un seul objectif celui de défendre la patrie point. Les 40 millions de citoyens leur disent «basta» depuis 7 mois qu’ils manifestent, beau temps, mauvais temps et durant le ramadan, ce qui est vraiment pénible. Faut il quelque chose de plus pour qu’ils comprennent, exemple : des soldats qui se révoltent inopinément contre la haute hiérarchie militaire, alors là il est trop tard, personnellement je n’en veux pas de ça. Après 57 ans au pouvoir, les citoyens bien plus avertis que leur père et leur grand-père veulent prendre les rênes du pays.
    Ils sont plus instruits et plus visionnaires.
    Ils veulent faire de leur pays une vraie démocratie.
    Ils ont compris (confiance zéro) qu’il n’est plus question de donner une porte de sortie par les élections truquées,
    Ils savent que les élections seront truquées a 100% comme à l’accoutumée,
    Ils savent que vous avez rusé avec les anciennes générations.
    Ils savent que s’ils baissent les bras, le pouvoir actuel continuera à hypothéquer, encore et encore l’avenir du pays, ses richesses et tout un peuple pour des générations, vous et vos enfants et nous demeurerons encore la risée du monde.
    Restons unis, quelles que soient les manœuvres de ce pouvoir aux abois. Il finira par tomber comme une feuille morte. Ce temps arrivera soyez certains. Comme toujours il y a une fin à tous.
    Pour ceux qui ne sont pas convaincus, voici la preuve: Si notre général était sérieux dans ses dires, peut être qu’il était sérieux au départ : «qu’il soit avec le peuple et qu’il aime et accompagnera son peuple», le problème aurait était résolu en dedans de ces 7 mois…puis tout serait revenu à la normale, et bienvenue à la 2ie République. Monsieur le général Gaïd Salah, sera reconnu pour l’éternité comme le plus grand libérateur des griffes de notre pays d’un pouvoir occulte …
    Toutefois, il y a eu probablement un tordage de bras en haut lieu suivit des tergiversations que l’on connaît, ce qui n’augure rien de bon, il retarde la solution finale, il essaie par tous les moyens de nous «blouser et rouler dans la farine». pour le bénéfice du pouvoir occulte.
    Pour avoir notre Independence, avec des milliers et des milliers d’Algériens les mains nues, j’ai manifester en 1961 : Au Salembier (Diar el mahçoul), Belcours, ruisseau et Koubba. L’armé coloniale nous tirez dessus .Il y a beaucoup de morts auxquels je rends hommage.
    En rang serré, la 2ie république pour bientôt.

    10
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.