Le FFS avertit : «Les tenants du pouvoir poussent à la violence et au désordre !»

révolte FFS
Le pouvoir veut maintenir un système vomi par les Algériens. D. R.

Par Mohamed K. – Le Front des forces socialistes (FFS) observe que «les tenants du pouvoir actuel, autoproclamés comme décideurs exclusifs du moment, font tout pour maintenir le statu quo politique meurtrier».

«De manœuvre en combine, de fausses promesses au mirage d’un dialogue soliloque et trafiqué, alternant aussi entre une répression aveugle et méthodique et l’utilisation d’une propagande médiatique irresponsable et mercenaire dans l’unique objectif de fermer la parenthèse révolutionnaire et de réinstaller violemment une emprise tyrannique et hégémonique», le pouvoir «joue avec l’avenir du pays», a affirmé Hakim Belahcel, premier secrétaire national du parti.

«L’insistance du peuple algérien, les appels récurrents et renouvelés de certains partis politiques issus de l’opposition, dont notre parti, et de certaines organisations sociales et autres personnalités respectables du pays sont restés lettre morte», regrette-t-il, soulignant que «malheureusement, les décideurs à travers leurs façades civile et militaire s’obstinent outrageusement à foncer tête baissée pour imposer aux Algériennes et aux Algériens une élection présidentielle avant la fin de cette année».

Pour le FFS, «c’est une véritable course pour planter le décor d’une autre forfaiture et un autre traquenard électoraliste». «Dans le même temps, a rappelé Hakim Belahcel, nous constatons avec beaucoup de consternation et de colère la multiplication des arrestations et des interpellations policières qui ciblent des acteurs politiques, des journalistes, des militants, des femmes, des vieux et de jeunes étudiants». «Pire encore, a-t-il rappelé, le vice-ministre de la Défense a même pris la décision de fermer l’accès à la capitale algérienne aux citoyennes et citoyens issus d’autres régions du pays afin de les empêcher d’y manifester librement», estimant que «le pouvoir a choisi la confrontation à défaut de pouvoir convaincre un peuple résolu à se défaire de la fatalité liberticide».

Le FFS, qui dénonce «ces menées totalitaires et violentes qui aspirent à reconstruire le mur de la peur et à pousser le peuple algérien à la résignation et à accepter le fait accompli», craint que le pouvoir veuille «pousser à la violence et au désordre pour sceller définitivement le sort de sa révolte».

M. K.

Comment (9)

    ZORO
    29 septembre 2019 - 6 h 52 min

    Chacun son goal les bois seront mieux gardés .
    Merci monsieur l arbitre.
    SigneZORO. ..Z….

    1
    5
    Ayweel
    28 septembre 2019 - 13 h 18 min

    J’aimerais dire à Monsieur elgaid ceci: ya elgaid si la population algérienne est de 40 millions et si on retranche la tranche des vieux, enfants et bébés, il restera plus au moins 22 millions, et si en déduit de ces 22 millions les 6 millions de kachiristes ils restera 16 , et si on déduit les dix millions qui sont malades il restera 6 millions qui marchent chaque vendredi pour dire: système dégage. Je vous demande de faire vos calculs et déduire ce que vaut le poids d’un état major composé de quelques dizaines de personnes devant une masse de 6 millions. Sachez que la patience a des limites et si par maleur cette masse décide ,les institutions choisies ne tiendront pas 5mn je dis bien 5mn y compris la vôtre. L’histoire ne pardonne pas, à vous de choisir, d’être cité comme le dernier homme des moujahidines ayant contribué à l’achevement de l’indépendance totale de l’algerie ou comme un jannaissaire ayant provoqué la recolianisation de la patrie. Tirez la leçon de ce qui s’est passé au Soudan, elbachir a préféré perdurer quitte à diviser le Soudan et le résultat tu le connais.

    7
    7
    Bounab
    28 septembre 2019 - 9 h 39 min

    FFS= parti microscopique et inutile.Quelqu’un peut me dire à quoi il a servi pendant ces 40 dernières années?
    A part le fait de s’autoproclamer démocrate ?

    17
    40
      Ya
      28 septembre 2019 - 9 h 58 min

      Ya si Bounab, depuis 57 ans c’est vous qui avez mené le pays vers la catastrophe. Le FFS n’a jamais été au pouvoir, n’essaies pas de mouiller les autres vous êtes les seuls depuis Ben Bella jusqu’à Gaid. Fakou, va troller ailleurs sinon tu te prendras une bonne dose de flytox

      59
      9
      Le Berbère
      28 septembre 2019 - 14 h 08 min

      Votre patronyme ne me laisse aucun doute que vous faites parti de cette catégorie de sois disant algériens mais en vérité vous ne l’êtes pas..Le FFS à toujours défendu l’Algérie profonde depuis sa création et jusqu’à aujourd’hui mais certains esprits faible veulent faire croire au gens que le FFS est un parti politique régionaliste alors que ce n’est pas le cas ! ..Ps : passe le bonjour de notre part à ta cousine Naima Salhi et dit le que la fin est proche pour elle est ces semblables.

      15
      5
      Anonyme
      28 septembre 2019 - 14 h 38 min

      le problème n’est pas là,on est pour ou contre les partis,la vérité c’est l’installation d’un regime totalitaire,qui interdit aux citoyens de circuler entre regions,ce systeme a déja éxisté dans certains pays « totalitaires »ou il fallait un permis pour se déplacer hors de sa région,alors je pose la question,demain ce pouvoir va t-il nous imposer un laissez-passer ou une autorisation pour se déplacer?si le peuple accepte ça,alors ce pouvoir illégitime n’aura aucune limite dans la repression des libertés !!!

      7
      5
      Djazair Horra Dimoqratiyya
      28 septembre 2019 - 14 h 43 min

      Il a réussi à mettre la trouille aux ventre des militaires antinationalistes tels que Gaid, à leur donner une gifle à l’échelle internationale et c’est ce qui manque aujourd’hui au FFS, au RCD, aux partis démocrates, c’est d’aller à la cour INTERNATIONALE, dénoncer et porter plainte pour non respect de l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme ( libre circulation des citoyens dans leur propre pays), les arrestations arbitraires par des kidnapping en ne respectant pas les procédures internationales, et bientôt Gaid va tirer sur les foules. Il faudra l’ébranler au niveau international avant que le sang des algériens coule ET QUE LES ALGÉRIENS SE METTENT À appliquer la réciprocité pour les enfants des forces de l’ordre et magistrats corrompus qui obéissent à la justice du téléphone, et sombrer dans l’anarchie après.

      10
      3
    ABOU NOUASS
    28 septembre 2019 - 9 h 12 min

    Nous ne courberons jamais l’échine face à ces spoliateurs, et leur fourberie mise à nu ne leur servira nullement , quand bien même , temporairement la force est entre leurs mains.

    Ceux qui font durer le suspense et tiennent encore le pouvoir debout, nous les connaissons et ça n’altérera
    en rien notre volonté d’aller de l’avant sans rien lâcher.

    Notre détermination portera ses fruits.

    15
    10
    Zaatar
    28 septembre 2019 - 8 h 42 min

    Nous y voilà. Un premier parti qui lâché le terme violence, en sous tendant que c’est le pouvoir qui en est responsable. D’un côté oui, le pouvoir étant illégitime il dout partir, mais d’un autre côté, le pouvoir va t’il lâcher tous les intérêts et les richesses auxquels il s’est habitué ? Pas évident. Moi je dirais plutôt qu’il s’y accrochera mordicus. D’ailleurs c’est à quoi on assiste en ce moment et cela fait 7 mois et plus que ça dure.

    9
    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.