Retour de la dette : le pouvoir mobilise ses «experts» pour mentir aux Algériens

Loukal endettement
Mohamed Loukal, ministre des Finances sous Ouyahia toujours en poste. PPAgency

Par Tahar M. – Les médias inféodés au pouvoir ont commencé à préparer l’opinion publique au fatal retour à l’endettement extérieur après que la crise politique provoquée par le système a achevé d’entraîner l’économie nationale dans une chute vertigineuse.

Les caisses se vident à vue d’œil et la planche à billets à laquelle s’est agrippé le gouvernement durant les dernières heures du règne de Bouteflika n’a pas permis au pays d’éviter la noyade. Les voyants sont au rouge pendant que les tenants du pouvoir actuels s’échinent à rassurer les citoyens par des discours populistes qui ne font qu’aggraver la situation faute de solutions sérieuses.

Des «experts» ont été mobilisés pour édulcorer cette approche, apparemment inévitable, au vu de la situation de quasi-faillite dans laquelle se trouve le pays depuis que les prix du baril ont dégringolé dans un contexte marqué par une immense supercherie industrielle, présentée comme l’alternative à la dépendance quasi totale aux ressources pétrolières et gazières. A ces pertes enregistrées depuis plusieurs années se sont ajoutées les décisions hasardeuses, de ces derniers mois, qui ont découragé les investisseurs nationaux et étrangers, échaudés par l’emprisonnement de nombreux hommes d’affaires, le blocage des comptes de leurs entreprises et le ralentissement de la machine économique à cause de la peur qui s’est emparée des responsables administratifs. Ces derniers répugnent, en effet, à apposer leur griffe sur quelque document que ce soit de peur de se retrouver derrière les barreaux, bloquant ainsi tout le process.

Ces «experts» chargés par le pouvoir de faire passer l’idée de la nécessité d’emprunter ont trouvé la parade en prétextant que le recours à des institutions autres que le Fonds monétaire international (FMI) épargnerait la souveraineté du pays et aurait un moindre impact sur la politique sociale et le pouvoir d’achat des citoyens. Un mensonge que les économistes balaient d’un revers de la main, tant l’endettement n’est pas un choix délibéré mais une obligation qui s’est imposée au pays de facto, du fait de vingt ans de gestion catastrophique par un système dont les symboles toujours en place – le ministre des Finances a été maintenu dans le gouvernement post-Ouyahia – persévèrent dans leurs errements qui risquent de mener le pays droit vers la banqueroute.

T. M.

Comment (38)

    Bbb
    9 octobre 2019 - 12 h 50 min

    l’Algérie à besoin de 20 milliards de dollars au moins pour les 4 premiers année seulement pour subvenir au besoins d’investissement et d’exploitation.

    Brahms
    8 octobre 2019 - 3 h 24 min

    Ces personnages qui se pavanent ne savent rien gérer, ni rien organiser. Ils veulent juste du cash à placer dans des paradis fiscaux afin de se sauver ultérieurement comme les Bouchouareb, Saadani, Tilba, Bedjaoui, Khellil etc..etc..Leurs formules ou leurs mesurettes c’est donc de la vision à 3 mois avec un dinar (monnaie locale) qui n’a aucune valeur. Les prix de l’immobilier risquent de grimper fortement et le pouvoir d’achat pour les ménages va diminuer car plus rien dans le porte monnaie, leur salaire ou maigre pension ne suffiront plus pour vivre décemment. Les gens vivoteront, un copain vous payera un café mais demain ce sera à votre tour.
    Dans quel chemin veut on emmener le peuple ? Les trafics, la violence, la débauche. Quelle société veut on laisser à nos enfants ou nos petits enfants ? Des dettes, du surendettement. C’est très grave et on ne peut plus continuer à jouer. La crise dure depuis février donc à un moment donné, il faudra prendre ses responsabilités. Si vous ne vous aimez plus faîtes donc un tirage au sort pour désigner un Président de la République comme cela tout le monde sera content.

    10
    6
    Zaatar
    7 octobre 2019 - 21 h 58 min

    Paraît il que Gaid Salah a été foutu en prison. C’est vrai ça?

    8
    6
    Anonyme
    7 octobre 2019 - 21 h 45 min

    Si par pur miracle…( on peut rêvé )… la coquette somme de mille trois cents milliards, venait à apparaître…he bien 10 ans après… nous serions face exactement aux mêmes constat… de désastre économique.

    Le problème, c’est pas l’argent… c’est l’absence d’hommes d’honneurs… à la tête du pays…

    26
    4
      Zaatar
      8 octobre 2019 - 5 h 16 min

      Et ils sont tous pareils. C’est génétique et dans la nature de l’homme et même dans la nature de tout espèce vivante. L’égoïsme prime. L’intérêt personnel chez l’homme prime, c’est tout à fait naturel. La seule différence qu’on a au niveau de notre pays avec les pays développés ou la démocratie dans une république s’est instaurée, est que dans ces pays, les hommes sont arrivés à un consensus organisationnel et une « charte » a respecter, avec comme toile de fond une justice indépendante qui fait appliquer les lois issues de la charte. Autrement, tous aussi roulent chacun pour son intérêt et n’hésite pas à torpiller son voisin pour cela. Chez nous c’est différents on n’a pas encore atteint le stade ou tous devons respecter cette charge et mettre en place une justice totalement indépendante qui fait appliquer les lois issues des responsables élus du peuple. Et pour arriver à ce stade, il faut du temps. Et cole tu dis, tu as beau avoir tout l’argent du monde rien n’y fera pour le pays.

      3
      5
        Farida
        8 octobre 2019 - 14 h 32 min

        Incroyable ! Tu extrapolles tout sur ta propre personne. Tu penses que tout le monde est comme toi. J’ai honte a ta place.

        10
        6
          Anonyme
          8 octobre 2019 - 16 h 11 min

          @farida
          Je pense plutôt que c’est toi qui devrait avoir honte
          Tes multiples interventions sans queue ni tete ne sont faites que d’invectives et d’agression verbale et n’amènent rien au debat au contraire cela abaisse le debat…

          4
          24
          @anonyme 16h11
          8 octobre 2019 - 19 h 30 min

          Sans compter que cett m…. sioniste se plie en 4 chaque fois qu’il y a un sujet sur le sionisme pour défendre ses maitres israeliens

          1
          22
    Vroum Vroum 😤..
    7 octobre 2019 - 21 h 26 min

    On ne peut redresser un Pays par ceux qui ont causé sa faillite ou échoués . .Bon ils vont trouver des prêt avantageux , mais pour quel projet , encore des Lois de Finances ?.. Depuis belle lurette , l’Algérie marche aux Lois de Finances ! qui ne servent pas le développement mais à assurer les fins de mois . . L’Algérie est très riche , mais très mal exploité..Elle pocede beaucoup d’atouts , mais aucune productivité . . Ceux qui ont mené l’Algérie là où elle est ont échoué et ne peuvent faire que ce qu’ils ont déjà fait ,

    39
    4
    Elephant Man
    7 octobre 2019 - 21 h 26 min

    Faire tout le contraire de ce que préconise le FMI.
    FMI bande de voleurs néocoloniaux.
    Que le FMI rembourse sa dette de 5 milliards de dollars au pays.
    Pour reprendre @Baraa du 16/08/19 :
    « Après trente d’expérience capitaliste, les peuples de tous les pays d’Europe de l’ancien bloc socialiste regrettent amèrement les choix néolibéraux faits en 1989/91. Ce que ces peuples souhaitent c’est la preuve qu’il n’y aura plus de classe de prédateurs qui s’emparent encore une fois de l’économie socialiste pour leurs bénéfices oligarchiques. Même avec ses défauts, les taux de développement élevés de Cuba et la Chine prouvent qu’une économie en partie étatisée, avec un plan macroéconomique d’État et un fort secteur public se développe beaucoup mieux que les économies néolibérales en crise finale d’aujourd’hui. L’Occident est aujourd’hui en pleine phase de régression et il ne sert à rien de prendre ces sociétés comme modèle. »
    @Baraa : « D’ailleurs si en terme de niveau de santé, de niveau d’éducation et de niveau de produits agricoles biologiques, Cuba la pauvre et sous blocus a dépassé la plupart des pays occidentaux, cela montre que quand on a un pays plus riche, on peut créer avec ce système un paradis sur terre. »

    15
    55
    Anonyme
    7 octobre 2019 - 19 h 38 min

    Je pense que l’élection d’Obama n’est pas un fait spontané. C’est quelque chose qui a été mis sur orbite, un peu comme l’élection de miss France cette année […] Ce n’est pas un noir américain. C’est un métis, donc en […]

    1
    25
    Zaatar
    7 octobre 2019 - 18 h 33 min

    H’mida fait de l’économie et retrace un nouveau chemin au pays. Il explique correctement comment truander les algeriens à la manière d’houdini.

    21
    11
      Ziri Warsenis
      8 octobre 2019 - 7 h 40 min

      @Zaatar
      H’mida a pris du grade, maintenant plus jacasseur qu’une perruche de fièvre aviaire atteinte, momifié dans ses guenilles de camouflage pour effrayer les gerboises, il ânonne les textes qu’il n’a pas écrits en attendant de s’auto couronner avec cocarde et canne de maréchal : c’est Godasse Fayah.

      15
      2
    Soldat Schweik
    7 octobre 2019 - 18 h 15 min

    AVIS à tout les potentiels preteurs ou bailleurs etrangers ( états ou institutions bancaires ) au pouvoir mafieux et illegitime de la JUNTE MILITAIRE des GININARS :
    Sachez que le peuple Algerien considerera désormais que tout accord, contrat ou engagement signé par ce pouvoir illegitime depuis le debut de la revolution populaire et pacifique du 22 fevrier 2019 comme etant NULS et NON AVENUS !!!
    A bons entendeurs salut !!!

    52
    13
      Momo
      7 octobre 2019 - 21 h 11 min

      Cela devrait être ainsi. S’ils prêtent de l’argent Aux voleurs, ils n’ont qu’à se plaindre à eux mêmes. Ils peuvent aussi saisir leurs comptes en banques. Ils sont domiciliés chez eux. Nous , nous n’en avons rien à cirer

      20
      3
    Brahms
    7 octobre 2019 - 17 h 55 min

    Quand on ne travail pas ou quand on se repose sur les autres, on cours à la ruine. Faîtes donc le test par vous même pour le savoir. Pas besoin d’un expert financier. Ah oui, tant que vous aurez le marché parallèle de la devise ce sera la ruine dans le pays.

    7
    9
    Chark
    7 octobre 2019 - 17 h 49 min

    Créer de la  » monnaie  » à partir de rien  » ,  » ex nihilo  » c’est HARAM dans le Coran !…..

    Aucun pays au monde n’ a survécu économiquement en créant à partir de rien de la fausse monnaie sauf les usa avec les ordures juives rotschild qui pour sauver leur banques de la faillite ( kreditanstalt mai 1931 ) ont du créer de toutes pièces une deuxième guerre mondiale en europe , puis encaisser sa contribution d’effort de guerre en or et argent physique  » …..
    La monnaie est un moyen légal d’échange des biens avec une valeur intrinséque  » or ou argent physique  » !

    22
    14
    Anonimaoui
    7 octobre 2019 - 17 h 02 min

    Donc il est très urgent pour l’Algérie de changer de régime politique et de model économique d’où la nécessité vitale pour le peuple et le pays d’aller immédiatement vers une nouvelle République. Comme point de départ il faut enquêter sur les 1000 milliards dilapidés par la bande à Saïd et récupérer le maximum auprès des oligarques voleurs et leurs complices du pouvoir passé et présent. Seule solution pour éviter l’endettement extérieur porteur de périls pour l’Algérie , son futur proche et son devenir en tant que Nation souveraine.

    42
    12
    le niveau
    7 octobre 2019 - 16 h 02 min

    s’ils veulent endetter l’algerie qu ils le font et prenne l’argent
    mais IROUHOU GAA
    l’algerie est richessent de ca terre …et comme la dit GERONIMO
    quand le dernier arbre aura ete abattu
    quand la derniere riviere aura ete empiosonnee
    quand le dernier poisson aura ete pecher …alor ils auront que l’argent
    l’argent se se mange pas.

    16
    13
    Felfel Har
    7 octobre 2019 - 14 h 25 min

    Avant de décider de recourir à l’endettement extérieur, il faut d’abord s’interroger sur l’existence:
    1- d’un plan savamment concocté en vue relancer à court terme la production nationale.
    2- d’un plan national d’investissements et de développement avec identification des secteurs prioritaires.
    3- d’études sérieuses démontrant tant l’opportunité que la rentabilité de ces projets.
    Il est fini le temps où des investissements étaient considérés comme porteurs dès lors qu’ils bénéficiaient d’un financement.
    En un mot, il faut apporter la démonstration que la rigueur et la rationalité dans la conception et la réalisation de ces projets est de mise pour se démarquer des méthodes de « vaudou economics » appliquées par Ghoul, Amara, Bouchouareb et les autres charlatans, sous la houlette de Sellal et Ouyahia, à qui on a confié de larges prérogatives en matière de gestion de projets d’investissements publics trop grands et trop sophistiqués pour eux, à l’inverse de leurs capacités intellectuelles.
    Endettement extérieur, oui, à conditions:
    1- qu’il résulte par des résultats tangibles dans le développement socio-économique du pays,
    2- qu’il ne devienne pas un fardeau trop lourd à faire supporter par les générations futures et
    3- qu’il ne compromette pas la souveraineté du pays.

    45
    15
      Felfel Har
      7 octobre 2019 - 17 h 01 min

      Erratum. Lire « Endettement extérieur, oui….
      1- qu’il se traduise par des résultats… »
      au lieu de : « 1- qui résulte par des résultats… »
      Merci!

      26
      11
    Djamel
    7 octobre 2019 - 14 h 23 min

    L’endettement extérieur n’est pas une fatalité, la fatalité est la maniéré dont cet Argent sera utilise si c’est pour acheter la poudre de lait le blé tendre finance les entreprise déficitaire comme air Algérie, Sovac, Renault, TMC, Sonacom, finance le marche parallèle des devise et finance l’importation des véhicules moins de 3 ou 5 ans de Djelab… qu’il reste comme ils sont, il vaut mieux reconduire la loi de finance de 2019 point barre.
    Les expert financier vont vendre cet endettement, comme ils ont vendu la blanche a billet de Ouyahia.

    37
    12
    ABDEL 1
    7 octobre 2019 - 14 h 18 min

    aucun pays ne peux faire fonctionner la planche a billets,si aucune richesse n’est ‘produite,si non, ce sera ni plus que moins que de la fausse monnaie fabriquée par un etat en toute légalité!!!le ;;le fmi ou un autre organisme,ne pourront rien face ?a une incompétence,doublée d’une incurie manifeste depuis 50 ANS, sans oublier ‘ une corruption endèmique ! et ce n’est pas un militaire ou un gouvernement inculte de toute notion économique qui va trouver la solution!!!…. sans un changement radical avec et l’arrivée d’une nouvelle élite politique,le pays contunera a subsister grace a la rente pour encore quelques années, ,car apparemment le nouveau maitre du pays,applique a sa façon,cette formule «  » »tout doit changer, pour que rien ne change ! » »

    51
    11
    Anonyme
    7 octobre 2019 - 11 h 40 min

    Le mensonge peut cacher temporairement la vérité, mais il oublie qu’aucun nuage ne peut cacher éternellement le soleil.

    29
    12
      azul
      7 octobre 2019 - 15 h 39 min

      @ anonyme (voleur de commentaire)
      Le mensonge peut cacher temporairement la vérité, mais il oublie qu’aucun nuage ne peut cacher éternellement le soleil.

      21
      9
      AZUL
      7 octobre 2019 - 18 h 37 min

      @ anonyme
      TU VAS FAIRE FUIR TOUT LE MONDE DE CE SITE

      7
      7
      azul
      7 octobre 2019 - 18 h 42 min

      @ anonyme
      On attrape plus vite un menteur qu’un voleur.

      8
      7
    Momo
    7 octobre 2019 - 10 h 45 min

    Dans tous les domaines, quand on échoue, on change . En Algérie on ne change jamais car on ne reconnaît pas l’échec.
    Gaid Salah , tout limité qu’il est, a osé dire dans l’un de ses discours que le gouvernement de Bédoui a fait en quelques mois, ce que les anciens gouvernements n’ont pas fait en 20 ans. Il avait même droit à ses félicitations. Un vice-minister félicitant son boss, c’est encore une marque de fabrique de Ce système !
    Toujours est-il qu’on est passé d’un pays dont les dirigeants étaient incompétents, voleurs et menteurs qui usaient et abusaient de la caisse, aux mêmes dirigeants qui mentent, volent et veulent donner ce qui reste de ce pays aux étrangers pour finir de le bouffer et de faire de nous des esclaves.
    Ce sont les mêmes personnes, les mêmes pratiques, les mêmes politiques anti-nationales qui sont à l’œuvre depuis toujours.
    Aujourd’hui, vu le contexte politique économique et social, toute personne sensée, ayant un tant soit peu le sens des responsabilités, refuserait de prendre le pouvoir en Algérie tant la tâche est ardue. Mais eux, ils courent après ce pouvoir car ils s’en foutent de la responsabilité.
    C’est comme un conducteur ivre qui vient de faire un grave accident dont les 3/4 des passagers sont morts et le reste des blessés. On veut lui enlever le volant pour préserver ce qui reste des blessés mais il refuse. Il tient mordicus à achever tout le monde juste parce qu’il se pense, malgré les faits, bon conducteur.
    Non seulement, il faut lui enlever le volant mais il faut l’envoyer illico presto à l’asile psychiatrique même s’il faut lui mettre une camisole de force. C’est une question de salubrité publique.

    67
    16
    Kahina-DZ
    7 octobre 2019 - 10 h 10 min

    Un pays sans une vision économique sérieuse. Bricolage et dépannage au menu…
    Les sommes colossales pillées n’ont pas encore retrouvées le chemin du retour vers les banques Algériennes.
    Le peuple demande la récupération de chaque Dollar pillé.

    65
    12
    ABOU NOUASS
    7 octobre 2019 - 9 h 57 min

    ……Et pendant que le peuple manifeste, les prédateurs habituels ,la famille Gaid en tête quittent le navire
    avec bagages pleins d’euros et de dollars, vers des cieux plus cléments.

    Bon sang , quand on voit à quoi est réduite cette immense Algérie, riche en ressources humaines
    et minières par la faute de ces gringos pillards , il y a de quoi s’arracher les poils de la plante des pieds !!!

    Il y a aussi de quoi s’interroger comment ces gredins sans foi ni dignité ont réussi à anesthésier un peuple durant 57 ans .

    92
    16
    Anonyme
    7 octobre 2019 - 9 h 56 min

    des voleurs ne pouvaient que fabriquer de la fausse monaie!

    38
    12
    Ain Boucif
    7 octobre 2019 - 9 h 51 min

    J’aime bien votre légende (non innocente) de votre photo : « Mohamed Loukal, ministre des Finances sous Ouyahia toujours en poste ». Sans commentaires.

    53
    10
    Lghoul
    7 octobre 2019 - 8 h 48 min

    J’ajouterai que la planche a billets donnera le coup de grâce au pouvoir d’achat du citoyen en poussant l’inflation a des niveaux insupportables. C’est comme si le travailleur est payé par de l’argent faux. Fabriquer de l’argent qu’ils n’ont pas c’est comme fabriquer de la fausse monnaie. Ces charlatans ne savent plus quoi faire ou donner de la tête. Au lieu de développer la vraie l’industrie qui produira des richesses et du travail pour les citoyens, ils ferment les quelques usines et s’arrangent avec leurs amis pour foncer sur les usines de montage qui sont en fait que des usines chimèriques car s’il manque un clou, on ne pourra pas finir une voiture. Et d’ou viennent ces clous ? De l’étranger. Donc ce bouchouareb a en fait, mis le pays en otage et chantage avant de disparaitre dans la nature. S’il avait vraiment voulu créer une industrie automobile en Algérie toutes les pièces seraint fabriquées en Algérie. Donc on aurait plus d’usines et plus de travailleurs. Mais le sabotage n’en fini pas. Et la suite ? Le pétrole et le gas. Ces gens sont tellement pressés qu’ils signent tout, les yeux férmés; d’ailleurs même pour des pseudo-éléctions qui n’ont pas leur raison d’être, ils veulent qu’on fasse vite, qu’on ferme les yeux pour juste halaliser des voleurs et leurs ayant droit pour continuer – dans la spirale infernale pire qu’avant. Tant qu’ils ont des comptes en banque bien fournis et des résidences de luxe chez leurs amis et leur commanditaires, il s’en balancent de ce qu’on adviendra si catastrophe économique s’en suive. Tous ces gens doivent être poursuivis en justice et arrêtés pour sabotage économique. Dilapider les fond du peuple, voler leur argent et improviser comme des charalatans la gestion dans tous les domaines est un crime économique sérieux, pire qu’une guerre militaire directe. Ce que l’on voit aujourd’hui est le fruit des conseillers incompétents car la plupart de de ceux qui ont un peu d’experience ont déja quitté le bateau pour suivre la direction du vent car il ne peuvent plus dans un fiasco a ciel ouvert.

    63
    14
    lhadi
    7 octobre 2019 - 8 h 29 min

    La pensée unique débouche sur une politique unique. Il n’y a qu’une seule politique possible, un seul modèle social, un seul modèle économique. Il y a qu’une voie, une seule voie. Les gens du pouvoir ont montré la voie, celle de la seule politique dont on ne peut pas, dont on ne doit pas sortir, dont aucun gouvernement ne sort depuis vingt ans.

    Vingt ans de pensée unique, vingt ans de politique unique vingt ans d’errements en errements d’échecs en échecs, de même politique, de mêmes discours, vingt ans à faire toujours la même chose, à redire la même chose.

    Avec les mêmes résultats ; toujours plus de chômage, toujours plus de précarité,, toujours plus d’exclusion, toujours plus d’insécurité…

    Je m’indigne contre l’aplatissement de toutes les valeurs face à une pseudo culture de gouvernement.

    Soyez socialistes, marxistes ou libéraux mais ne soyez pas menteurs.

    En démocratie, il y a toujours une autre politique possible.

    Est ce possible avec ceux qui veulent la démocratie avec la république, ceux qui veulent la démocratie contre la république et ceux qui ne veulent ni la démocratie ni la république.

    Entre ceux qui veulent la démocratie avec la république et ceux qui veulent la démocratie contre la république, le débat ne porte pas sur le suffrage universel, le multipartisme ou la liberté d’expression. Il porte sur la souveraineté, l’intérêt général, le rôle de l’Etat,, la place des corps intermédiaires, le principe d’égalité et une certaine idée du progrès.

    Pour aller à l’essentiel, la république c’est : l’égalité, la récompense du mérite, la laïcité, la souveraineté du peuple, la volonté générale, et l’Etat-nation. La république ce n’est pas seulement l’égalité des chances. C’est aussi l’égalité devant la loi,, devant l’impôt, devant le service public, devant la santé, devant la retraite, devant l’emploi…L’égalité républicaine c’est plus que l’égalité des chances, c’est l’égalité dans les conditions d’exercice de la citoyenneté. Dans la république, il y a de l’équité et de l’égalité. L’égalité est u principe directeur. L’équité une règle de conduite : l’administrateur administre en équité, le juge juge en équité…Le principe d’égalité s’applique en tenant compte des situations particulières. L’égalité républicaine c’est l’égalité des conditions, pas des moyens. Le but n’est pas d’avoir partout le même nombre de policiers, de juges, de professeurs, de lits d’hôpitaux par habitant. Le but c’est d’avoir la même sécurité, la même justice, le même enseignement, la même qualité de soins pour tout le monde.

    Dans la tradition républicaine l’équité prolonge l’égalité. Dans la pensée unique, elle la remplace.ça change tout. En mettant l’égalité et l’équité sur le même plan, en substituant la deuxième à la première, ils tournent le dos à la république. Ils s’attaquent au socle.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    11
    42
      Anonyme
      7 octobre 2019 - 10 h 32 min

      Tu as oublié les 20 ans de corruption et de
      détournement.

      48
      13
        azul
        7 octobre 2019 - 18 h 46 min

        @ Anonyme
        tu as oublié 20 ans de vole

        31
        4
    Lghoul
    7 octobre 2019 - 8 h 21 min

    Leur pouvoir ne tient que par des mensonges. Comment vont ils dire la vérité si tous les premier ministres de bouteflika sont en prison pour corruption et mensnges ? Tant que le système corrompu demeurre, on n’aura que des mensonges et jamais de vérité car la ruse et la supercharie sont leur cutlure de travail.

    82
    16
      Sabine
      7 octobre 2019 - 13 h 33 min

      Une bande de mafieux , ils sont tous pareil.

      34
      10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.