Quand les médias du pouvoir déforment les propos de Bouregaâ et Hamrouche

Bouregaâ Hamrouche
Le moudjahid emprisonné Lakhdar Bouregaâ. D. R.

Par Kamel M. – Les médias de propagande du pouvoir ont déformé sciemment les propos du moudjahid Lakhdar Bouregaâ et, avant lui, ceux de l’ancien chef du gouvernement, Mouloud Hamrouche. L’ancien chef dans les rangs de la Wilaya IV historique, qui a décidé de mettre fin à la grève de la faim qu’il observait depuis plusieurs jours, a affirmé qu’il avait fait le choix de ne pas se laisser mourir pour poursuivre le combat aux côtés du peuple algérien à partir de sa cellule. Les médias de propagande ont saisi l’occasion pour détourner sa déclaration de sorte à faire croire à une sorte de repentance ou de remord pour les propos qu’il a tenus sur le chef de l’armée et pour lesquels ce dernier l’a jeté en prison.

Un de ces médias les plus zélés a fait dire à Lakhdar Bouregaâ qu’il n’a «jamais voulu porter atteinte à l’armée», comme s’il revenait sur sa déclaration et qu’il regrettait de l’avoir faite. Une grotesque manipulation à travers laquelle ce média inféodé aux Frères musulmans et entièrement soumis à Gaïd-Salah tente de salir l’image de ce grand révolutionnaire qui croupit dans les geôles du pouvoir qui l’y a enfermé avec la complicité d’une justice aux ordres.

Ces médias de propagande se sont rendu coupables de la même imposture au lendemain de la sortie publique de Mouloud Hamrouche à qui ses partisans demandaient de se porter candidat à la prochaine élection présidentielle. Quand celui-ci a affirmé que «les portes restent ouvertes», en rebondissant sur le commentaire d’un des citoyens qui s’étaient déplacés jusqu’à son domicile, les journaux de Gaïd-Salah ont laissé entendre que la décision de Hamrouche n’était pas définitive et qu’il pouvait donc changer d’avis. Le but de la manœuvre était, évidemment, de manipuler l’opinion publique en entretenant une illusoire caution de Hamrouche à l’élection présidentielle du 12 décembre. Or, l’ancien chef du gouvernement voulait clairement dire qu’il se présenterait effectivement à l’élection présidentielle, mais seulement lorsque les symboles du système auront été écartés du pouvoir par le Mouvement de contestation populaire auquel il a, au demeurant, apporté son soutien plein et entier.

K. M.

Comment (11)

    Omar Khayyam
    10 octobre 2019 - 9 h 39 min

    El comandanté SI BOURAGAA à qui nous souhaitons santé et longévité dans ses moments d’épreuves pour LUI et autant pour tous nos FRÈRES et SŒURS victimes de L’ARBITRAIRE le plus ABJECTE, incarcérés dans les GEÔLES d’un systeme de pouvoir NEO-COLONIALISTE VIOLENT et OBTUS (il faut désormais appeler la réalité par son nom) !! 132+57 ans de souffrance CONTINUE de tout un peuple (6 GÉNÉRATIONS SACRIFIÉES oui khawti SIX) Que ce quarteron de bidasses SÉNILE INCULTE AILLE se torcher avec leur 12/12…
    Pour rappelle (ne comparons pas ce qui ne l’est pas) l’ US Army compte 498 officiers supérieurs son budget voté par le congrès SVP ne dépasse pas 4% du PIB …notre pays avec 1400 généraux et colonels c’est 13.5 milliards $ (décidé et reparti à parts égales par les clans du systeme) et 7.5% du PIB qui fluctue entre planche à billet et variation du prix du baril…son excellence le PEUPLE ALGERIEN à dit son premier et dernier TETNAHAW GA3

    19
    Dr mourad
    9 octobre 2019 - 20 h 52 min

    La seule et unique solution est de proclamer Monsieur Bouregaâ Président de la République Algérienne démocratique et incorruptible. Il suffit de procéder à un vote en ligne et recueillir l’ensemble des signatures du HIRAK et de ses soutiens. Après cela il faudra le libérer et le protéger pour qu’il ne lui arrive pas le même sort que Le grand President Boudiaf , lâchement assassiné par le système.
    Après quelques mois de transition, Des élections pourraient se tenir pour donner une légitimité internationale à ce nouveau président, lequel choisira son gouvernement qui sera représenté par toutes les tendances politiques non politiques en écartant les chiyatines de l’ancien régime.

    7
    2
      L'Algirai
      10 octobre 2019 - 18 h 16 min

      Et quand ils disent que certains de nos docte sont médiocres vous dites pourquoi ? Nous sommes pour la liberation de ce vieux homme mais pas pour être président ! ..

      13
    Dahmani
    9 octobre 2019 - 18 h 29 min

    Gaïd-Salah est le serviteur de Bouteflika il ne changera rien

    10
    EL GADOUMA
    9 octobre 2019 - 18 h 05 min

    À CES MÉDIAS DE MALHEUR, JE DIRAI TOUT SIMPLEMENT QUE POUR SI LAKHDAR EL MOUHTARAME ET RAJALE OUA NISFE, LA LIBERTÉ EST PROCHE ET C’EST SON PEUPLE QUI VA LE LIBÉRER ET NON PAS CETTE JUSTICE AUX ORDRES DE LA 3ISSABA QUI EST TOUJOURS LÀ ET QUI ELLE, EST AUX ORDRES DE JE NE SAIS QUI, SINON COMMENT S’EXPLIQUER QU’ELLE NE VEUILLE PAS APPLIQUER LES LOIS DE LA RÉPUBLIQUE ALGÉRIÈNNE.
    QUANT À SI HAMROUCHE ( AVEC SI UTILISÉE COMME HARF HAF FI EL I3RABE), JE PENSE QUE S’IL SE PRÉSENTE EN DUO AVEC HDIDWANE, JE VOTERAI HDIDWANE ET JE NE SERAI PAS LE SEUL.
    ALORS LAISSANT CES MÉDIAS À 2 SOUS DU CHARK EL AWSATE ET DU GHARBE, FANTASMER À LEURS GUISES
    CELA NE VA PAS PLAIRE À MACRON, TRUMP, POUTINE, LE CHINOIS XI JINPING ET LE PRINCE KHALIFA BEN ZAYED BEN SULTAN AL NAHYAN CAR EN ALGÉRIE À PARTIR DE DORÉNAVANT C’EST LE PEUPLE QUI DÉCIDERA..
    VIVE L’ALGÉRIE, VIVE LE PEUPLE ALGÉRIEN ET RAHMA À NOS CHOUHADAS EL ABRARE.

    8
    2
    WATANI WATANI
    9 octobre 2019 - 17 h 22 min

    Eh bien boycottons ces médias de honte et exiger de sonelgaz de nous indiquer la redevance de l’Entv et refusons de la payer. Décrétons une journée ou plusieurs dans la semaine de Zéro Écoute des médias pro-Gaid, ou bien si le HIRAK le veut, mettons-nous à regarder ou écouter et même lire que les médias et journaux qui parlent du HIRAK, des dépassements des services de sécurité, et du non- respect des conventions internationales signées par l’Algérie. Signalons ces médias audiovisuels et la presse écrite qui ne respectent pas la déontologie, aux instances audiovisuelles internationales pour qu’ils annulent leurs adhésions.

    124
    8
    Al Maz
    9 octobre 2019 - 14 h 19 min

    Franchement, on vit un film des plus grossier que le monde connait. Entre le courage, le dévouement et les rassemblements à travers tout le territoire national par une très grande partie de la population et, les dérapages, les magouilles, les calculs de bas étages des détenteurs du pouvoir actuels…calculateurs, avec sa filière aussi grossière que machiavélique, on arrive pas à voir le bout du tunnel! notre Algérie, n’est pas une marchandise à acheter ou à prendre par n’importe quel spéculateur, il nous faut celui ou ceux qui a ou ont de l’Amour avec un grand « A » afin de sortir de cet engrenage voulu par certains voyous qui, n’attendent que la 1ère opportunité pour s’emparer de la chaise au détriment de tout un peuple avide de liberté. Les escrocs, voyous ayant entourés l’ancien régime dont certains croupissent en prison, il y a la partie cachée de l’iceberg qui travaille en sourdine pour se ré-accaparer le pouvoir afin de continuer leurs massacres en sourdine de tout un peuple avide de liberté et de bonheur. Mais oui…c’est possible! Mais oui c’est possible, la liberté et le bonheur c’est sur Inchallah, il faut y croire becs et ongles. A bon entendeur salut.

    25
    7
    Anonyme
    9 octobre 2019 - 12 h 03 min

    Personne ne lit ce genre de torchons. Ces journaux ne vivent que de la publicité étatique. Ils doivent être tirés à 1000 exemplaires maximum

    36
    8
    Anonyme
    9 octobre 2019 - 11 h 48 min

    Bouteflika le destructeur de l’Algérie est en liberté, je me demande que fait Bouregaa en prison.

    37
    10
    Kahina-DZ
    9 octobre 2019 - 11 h 45 min

    Oui effectivement, les propos de Hamrouche ont été détournés. Après avoir visionné une vidéo de sa déclaration, j’ai compris qu’il y’a eu manipulation de sa déclaration.
    L’Algérie a t-elle besoin de ces falsifications ??

    36
    12
    ABOU NOUASS
    9 octobre 2019 - 10 h 11 min

    On sait que tous les politicards sont des menteurs, mais ce régime véreux , avec sa roublardise bon marché, est tombé si bas, qu’il n’a plus d’égal dans le monde des nations dignes de ce nom.

    C’est un régime de ringards usés, qui n’est soutenu que par ses semblables et qui s’effiloche au fil des jours.
    Mais à vouloir discréditer un homme valeureux et sincère , tel Monsieur BOUREGAA, est un pas qu’ils n’auraient jamais dû franchir.

    Alors, racontez-ça à ceux qui vous écoutent comme aurait dit La Fontaine .

    49
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.