Fiction réaliste : le jour où le dictateur Gaïd-Salah tomba enfin

Fiction 42e vendredi
Tous les vendredis pacifiques aboutiront à la transition démocratique. PPAgency

Par Rabah A. – En ce beau matin du 22 novembre 2019, correspondant normalement au 42e vendredi de protesta, Alger offre le visage d’une ville apaisée mais qui tarde encore à se débarrasser des séquelles des lendemains de révolution. Des Algérois et d’autres citoyens venus de l’intérieur du pays continuent de battre le pavé et de crier leur joie après la destitution de Gaïd-Salah et son remplacement par un «Comité de sauvegarde nationale» composé de cinq jeunes officiers. En fait, les événements se sont précipités exactement le 16 de ce mois quand des magistrats, à l’appel de leur syndicat, ont rejoint le Hirak en dénonçant les pressions insupportables dont ils faisaient l’objet de la part du commandement de l’armée et en déclarant que les arrestations des opposants politiques et des manifestants étaient arbitraires. Leur communiqué stipulait aussi que le chef d’état-major n’avait aucunement le droit de s’impliquer dans la sphère politique et de diriger le pays à partir des casernes.

Les magistrats furent suivis dans leur mouvement de débrayage illimité par les fonctionnaires, bientôt suivis à leur tour par les médecins, les employés de la poste, ceux de Sonelgaz, Seaal, etc. Ceci avait amené Gaïd-Salah qui était entouré à cette occasion de tout son staff de vieux généraux corrompus jusqu’à la moelle, à prononcer un discours retentissant au cours duquel il traita les grévistes de «traîtres à la nation». Et comme si cela ne suffirait pas, il menaça ceux qui s’opposeraient à sa démarche des pires conséquences.

Le lendemain de cette déclaration méprisante, le pays presque dans son intégralité entra dans un état semi-insurrectionnel en dépit des images rassurantes des chaînes de télévision soumises qui parlaient de «petits» mouvements de grève limités dans le temps et dans l’espace immense de ce pays-continent. Les réseaux sociaux, quant à eux, renvoyaient l’image d’une population en ébullition et de défections importantes dans le corps militaire et de la Police nationale. Dans l’après-midi de ce même jour, l’Organisation nationale des moudjahidine rallia le Mouvement populaire et annonça que les martyrs ainsi que les survivants de la Guerre de libération nationale n’avaient pas consenti le sacrifice suprême pour que des opportunistes s’emparent traîtreusement du pouvoir et imposent leur diktat au peuple.

La situation devenait intenable et la grève des commerçants n’était pas pour arranger les choses. Le 18 novembre, des bruits de bottes étaient signalés çà et là et c’est à 15 heures que l’état d’urgence a été décrété sur tout le territoire national. Le communiqué lu sur un ton martial et qui tournait en boucle, annonçait en outre la mise en place d’un couvre-feu valable de 23 heures à 5 heures du matin ainsi que l’interdiction des marches, des attroupements et des réunions publiques. Ceci produisit l’effet contraire que celui recherché puisqu’il attisa la colère populaire déjà largement mise à cran par les différentes prescriptions et des groupes humains de plus en plus nombreux, de jour comme de nuit, venaient défier les barrages érigés aux différents carrefours et clamer leur rejet du pouvoir militaire illégitime.

Puis, le peuple lassé par l’entêtement du régime, se mit à ériger des barricades. La situation devenait au fil des heures chaotiques et les services de sécurité consignés par leur hiérarchie sur leurs lieux de travail. Au petit matin suivant, la rumeur courrait que des décisions importantes allaient être annoncées durant la journée et qu’à priori c’en était fini du vieux général dictateur et de sa clique. Les gens avaient les yeux rivés sur leurs écrans de télévision mais ce n’est que vers midi que les événements se précipitèrent lorsque toutes les chaînes de radio et de télévision annoncèrent à l’unisson que Gaïd-Salah avait été déposé, qu’il était détenu en lieu sûr et qu’il serait jugé prochainement pour haute trahison et crimes contre son peuple. Cette annonce fut accueillie avec des klaxons et des youyous qui fusaient de chaque maison.

Puis, comme un certain juillet 1962, les gens envahirent les rues en se congratulant et en chantant leur soif enfin assouvie de liberté et de paix. Les militaires et les policiers rejoignirent la foule et s’en est suivie une ambiance de liesse inoubliable, mise sous l’éteignoir depuis des décennies par de sinistres individus mus seulement par l’odeur de l’argent et l’appât du gain. Le tyran était tombé ainsi que ses eunuques et le peuple souverain pouvait désormais prendre véritablement son destin en main. Durant l’après-midi de ce jour-là, le Comité militaire annonça l’annulation de l’élection présidentielle et la dissolution du gouvernement ainsi que des deux chambres du Parlement. Il ordonna la levée de toutes les mesures liberticides prises par l’ancienne clique et la libération des détenus d’opinion et de tous les prisonniers arrêtés pour port du drapeau amazigh. Il annonça le gel de toutes les lois votées pendant la période d’intérim et invita par la même occasion les personnalités nationales connues pour leur compétence, leur patriotisme et leur sincérité au service du pays ainsi que des délégués de la société civile et des partis politiques non mêlés à la gestion catastrophique récente du pays, à se joindre à lui dans les meilleurs délais pour dresser un agenda de sortie de crise qui devra commencer par la confection d’une loi électorale qui devra permettre l’élection d’une Commission constituante dans un délai n’excédant pas quatre mois.

Une fois élue et installée, cette commission devra désigner les éminents juristes qui auront pour charge de rédiger la nouvelle Constitution qui sera soumise par voie référendaire au scrutin populaire. Cette même commission aura pour autre tâche de désigner un gouvernement de technocrates chargé d’expédier les affaires courantes et conclura son travail par l’organisation dans une transparence totale du scrutin présidentiel qui viendra couronner le processus révolutionnaire enclenché le 22 février 2019. Pour éviter qu’un jour prochain le pays ne sombre dans une crise similaire, ils se promettent d’ériger des digues constitutionnelles assez hautes et assez solides pour les protéger à jamais de tous les prédateurs et aventuriers tapis dans l’ombre.

Le Comité militaire quant à lui s’est engagé à se retirer de toute activité politique et à se mettre sous le commandement de l’autorité civile légitime dès que les différentes élections auront lieu et que le pays aura définitivement été remis sur les rails de la démocratie et du progrès.

La question qui demeure d’actualité aujourd’hui est comment un général presque centenaire, inculte et à la moralité plus que douteuse a réussi à arriver à ce grade ainsi qu’à ce niveau de responsabilité sans que les filtres devant empêcher pareilles situations n’aient été actionnés. L’autre interrogation est comment tous les rouages de l’Etat et ses cadres les plus aguerris se sont-ils automatiquement mis à son service en dépit de son manque total de légitimité, de charisme et de probité ? Au titre de ces derniers, je citerai principalement les diplomates qui ont vendu une image déformée de l’Algérie, les magistrats qui n’ont pas suffisamment protégé le citoyen durant cette période et qui ont servi d’instrument au service d’une autorité illégale ainsi que les imams qui ont relayé les messages de propagande du pouvoir au lieu de se mettre aux côtés de la vérité et du peuple.

R. A.

 

Comment (18)

    Zaatar
    26 octobre 2019 - 9 h 55 min

    Ne jamais vendre la peau de l’Ours avant de l’avoir tué. On apprend cela étant tout petit. Il est préférable de prendre ses précautions en fonction de la réalité des choses.

    2
    4
    Lghoul
    26 octobre 2019 - 9 h 12 min

    Une belle contribution 100% realiste. Tous les evenements qui se sont passes en Algerie sont douloureux mais positifs. Depuis 62 a la decennie noire jusqu’a la vente aux encheres de l’Algerie depuis 99, le citoyen a recu des lecons d’une valeur inestimable sur tout. De la tartufferie du systeme a la notion de diviser pour regener jusqu’a l’utilisation de la religion pour s’accaparer du pouvoir. 57 ans de douleurs et de sacrifices ont vaccine le peuple contre les mensonges et la deception. 57 ans de douleurs et de sacrifices ont enfin appri a l’algerien qui sont ses vrais freres et soeurs et qui sont ses vrais ennemis. L’algerien se trouve ainsi vaccine IRREVERSIBLEMENT contre la division et
    les mensonges. 2019 est l’annee de l’union de tous les algeriens et quand un peuple est uni, personne ne pourra le vaincre. L’histoire nous renseigne sur les effets devastateurs des divisions.

    21
    3
    Anonyme
    26 octobre 2019 - 5 h 52 min

    mussolini était un fasciste et un dictateur pur et dur il a fini a envers et avant il a eu le droit a un bain d excrément et d urine en plein place public,,,,quelle chance ces italiens

    8
    3
    icialG
    26 octobre 2019 - 5 h 50 min

    mussolini était un fasciste et un dictateur pur et dur il a fini a envers et avant il a eu le droit a un bain d excrément et d urine en plein place public,,,,quelle chance ces italiens

    2
    3
    Zenaty
    26 octobre 2019 - 5 h 26 min

    Rien à Dire Une DICTATURE EST UNE DICTATURE. J AI HONTE D ÉCRIRE ÇA… MAIS NOS ANCETRES NOUS REGARDE BASTA LES MILITAIRES SA SUFFIT. EN TEMPS DE GUERRE OUI POUR DÉFENDRE LA PATRIE MAIS EN TEMPS DE PAIX RETOURNER CETTE FORCE CONTRE SONT PEUPLE.. Il y en MARRE DE VOIR ÇA…VIVE L ALGERIE AVANT TOUT UNE DEUXIÈME RÉPUBLIQUE DE CITOYENNES ET DE CITOYENS. LIBRE

    3
    3
    Felfel Har
    25 octobre 2019 - 16 h 24 min

    Pour nous, peuple d’en-bas, le meilleur viendra aprés la disparition des promoteurs du pire. L’expérience vécue depuis 1962 doit nous inciter à être vigilants, à ne pas refaire les mêmes erreurs, à nous assurer que ceux que nous élirons dérouleront notre feuille de route et non la leur, souvent en décalage avec la volonté populaire.
    Nous devrons déclarer en termes non équivoques aux dirigeant de l’armée que leur meilleure contibution à l’émergence d’une nouvelle république consistera à s’interdire toute immixtion dans les affaires politiques qui relèvent de manière quasi-exclusive de la société civile.
    Ce retrait de la vie politique doit se concrétiser séance tenante, en n’intervenant pas dans cette phase de transition que le Hirak entend mettre en oeuvre pour réaffirmer les caractères républicain et démocratique de la république. Les civils sauront bien mieux que les militaires remettre le pays en marche, une fois la confiance et la paix sociales retrouvées. Nous retrouverons enfin l’esprit, l’espoir et l’enthousiasme qui prévalaient au lendemain de l’indépendance, avant le putsch de l’armée des frontières. Nous rêvions d’une Algérie libre, juste, prospère, un État moderne et respecté, entrant de plain pied dans le concert des nations.
    Faisons de ce rêve une réalité, un exemple que les livres d’Histoire reprendront pour éclairer les futures générations! Let’s all share the dream!

    41
    10
    Patience
    25 octobre 2019 - 15 h 46 min

    Ça chute viendra.

    20
    10
      azul
      25 octobre 2019 - 19 h 17 min

      avec beaucoup de dégâts
      je ne les souhaite à personne

    Anonyme
    25 octobre 2019 - 13 h 25 min

    Contrairement à ce que vous croyez Gaid Soualah ne veut pas d`élection car cette situation l`arrange comme sous ministre de la défense sans supérieur hiérarchique et par le gain de temps et l`usure du mouvement. Il veut absolument donner l`impression qu`il nous impose une élection pour que nous (ELGHACHI) la rejetons par esprit contradictoire. Même ceux qui l`entoure l`utilise à fond comme ils ont utilisé Boutesrik9a. On a oublié Boutesrika et on relocalisé notre haine sur Gaid Soualah. Cette stratégie des tenant du pouvoir le savent et ceux qui dirigent dans l`ombre on ne les verra jamais ni entendre leur noms un jour.

    18
    10
    Vroum Vroum 😤..
    25 octobre 2019 - 12 h 48 min

    Gaid Sallah en tant que Personne morale est déjà Tombé , le pire est qu’il entraîne avec lui l’image de Notre ANP .
    Le Problème c’est le mode de Gouvernance qui a instauré son fonctionnement par la Corruption , au point d’acheter un Poste de Député moyennant finance . .La Corruption comme moyen de Gouvernance , justice à deux vitesses..Tchipa..Clientélisme..Clans..C’est tout ça qu’on vomit , cet état d’esprit , est Gaid semble être le Maître du Temple . . Quand on refait une Maison à l’intérieur , on change les Meubles , c’est des meubles qu’il s’agit et non de la Maison .

    8
    11
    momo
    25 octobre 2019 - 12 h 37 min

    Moi je préfère m’en tenir à un scenario simple: 1er Novembre, le peuple sort dans les rues par millions et comme jamais. Les candidats à l’élection présidentielle se retirent un à un. Ne restent plus que les larbins du régime comme Tebboune, Mihoubi, Sahli et 2 ou 3 illustres inconnus.
    Les élections sont décrédibilisées.
    Les généraux patriotes demandent alors la démission de Gaid Salah. Il l’obtiennent illico presto. Ces généraux font un appel à la télévision pour dire que l’armée prend acte de la révolution citoyenne et entend se retirer du champ politique. La déclaration ajoute que les généraux attendent du Hirak la désignation de représentants pour organiser le transfert de responsabilités. Ils annoncent la libération de tous les prisonniers politiques et des prisonniers d’opinion.
    Le Hirak désignera une présidence collégiale qui aura la charge de gérer la transition et d’organiser les présidentielles. Dans la foulée, on annoncera la démission de Bensalah et du gouvernment Bedoui. Ils seront arrêtés le jour même et transférés à la prison d’El Harrach en compagnie de Gaid Salah et des 5 ou 6 généraux qui font partie de son cercle restreint.
    Ce jour là, dans les rues algériennes, la célébration est grandiose! Comme en 62!

    26
    6
    57
    25 octobre 2019 - 11 h 41 min

    NE baisser pas la garde les fourbes sont imprévisibles,,, vigilance prudence méfiance serons de rigueurs maintenant et pour les années a venir

    8
    11
      Boumediene
      25 octobre 2019 - 18 h 04 min

      Arrête de rêver ;;;,les patriotes sont de retour

        azul
        25 octobre 2019 - 19 h 12 min

        Il se méprisera lui-même, il se repentira mais la nécessité revenant, il recommencerait car la volonté lui manque, il est sans force contre les amorces de la volupté, contre la satisfaction de de ses moindres ambitions.

        azul
        25 octobre 2019 - 19 h 22 min

        il nous a laissé une momie au pouvoir

    Anonyme
    25 octobre 2019 - 9 h 51 min

    Puisse cela se réaliser pour le plus grand bien de notre ALGERIE.

    15
    12
      azul
      25 octobre 2019 - 19 h 21 min

      ils recommencera à errer par les mêmes chemins.

    ABOU NOUASS
    25 octobre 2019 - 8 h 52 min

    Rien ne sert à chimériser sur l’avenir du pays, vivons plutôt dans le réel qui est pltôt à même de se réaliser.

    On peut fantasmer sur un objectif ou un voeu pour soi-même, même pas pour tout un peuple.

    Le rêve est permis , mais le virtuel, nenni !

    4
    21

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.