L’état-major va jeter la patate chaude à Mihoubi : le futur Président piégé

Mihoubi Gaïd-Salah
Azzedine Mihoubi. D. R.

Par Nabil D. – Gaïd-Salah a dévoilé les dessous de la stratégie du commandement de l’armée dans son dernier discours. En affirmant que «le reste des revendications du peuple sera traité par le futur Président», le chef d’état-major se contredit et admet deux faits. Le premier est qu’il y a réellement un peuple qui manifeste et réclame le départ du système, contrairement à ce qu’il répète inlassablement dans ses discours redondants et à ce qu’il a chargé le chef de l’Etat intérimaire de transmettre au Président russe, Vladimir Poutine, à Sotchi. Le second fait révélé par Gaïd-Salah et le cadeau empoisonné que l’état-major de l’armée compte offrir au candidat à la présidentielle sur lequel il a jeté son dévolu, à savoir Azzedine Mihoubi.

Les propos du général octogénaire demeurent, toutefois, flous sur le chemin qu’il s’est tracé pour l’après-12 décembre. On ne sait pas, en effet, s’il compte se retirer, plus de quinze ans après l’âge légal pour le départ à la retraire, et laisser ses collaborateurs continuer à tirer les ficelles derrière les rideaux de façon moins ostensible et agressive, ou s’il va s’accrocher à son poste de vice-ministre de la Défense et même de chef d’état-major et continuer à faire de l’ombre au «Président» civil à qui il fera exécuter l’étape suivante de sa feuille de route.

Aucun des cinq candidats n’émerge comme une réelle alternative au système Bouteflika et, quel que soit le prochain locataire du palais d’El-Mouradia, il semble évident que l’armée continuera de déborder sur le politique et de s’immiscer dans la gestion de la période qui va suivre l’élection incertaine du 12 décembre qui risque de conduire à de graves dérapages, en dépit de l’insistance des manifestants à ne pas répondre aux provocations du régime et à maintenir le caractère pacifique du Hirak.

Ce postulat est confirmé par l’absence de toute évocation de l’armée dans les discours de campagne des cinq prétendants à la fonction suprême. Autocensure par crainte de se faire remonter les bretelles ou ordre du chef d’état-major ? Le lâchage de Tebboune est une première réponse à cet état de fait qui dénote l’incapacité du prochain chef de l’Etat issu de la présidentielle imposée par Gaïd-Salah, quel qu’il soit, à avoir un ascendant sur l’institution et à mettre l’armée sous la tutelle du gouvernement civil, font remarquer de nombreux observateurs.

N. D.

Comment (33)

    Felfel Har
    6 décembre 2019 - 17 h 31 min

    Qu’on ne se fasse aucune illusion, Mihoubi ne sera qu’un pantin à la botte de la junte: il ne prendra aucune initiative, il n’initiera aucune action digne de ce nom, il n’entamera aucune réforme sans l’aval des putchistes, béquilles de GS. Il leur est soumis corps et âmes, pourvu qu’il ait l’ivresse.
    Personne n’est dupe! Et pour nous convaincre, le chroniqueur et auteur Patrick Louis Richard, se propose d’enfoncer le clou quand il affirme: « Si présider, c’est promettre ce que les opérationnels seront incapables de faire, il va falloir remplacer le titre de président par celui d’illusionniste. »
    Et Mihoubi est passé maître dans cet art de la magie qui permet de transformer des despotes en sages décideurs qui sont à l’écoute du peuple. Au lieu de promulguer lois et décrets, il nous arrosera de ses piètres versets et autres alexandrins, aussi insipides qu’insignifiants oubien de quelques opérettes de mauvais aloi.
    Depuis quand la plume fait-elle bon ménage avec le sabre et le goupillon?

    36
    3
    ABDEL 1
    6 décembre 2019 - 10 h 09 min

    diarrhée de mots qui nous poussent a la résignation et a continuer a subir une gérontologie figée dans les années 70; en quoi c’est une aventure que des gens veulent rejoindre les nations civilisées ou un citoyen ne sera pas inquiété pour ses opinions dans un état de droit !?

    41
    7
    mohamed larbi chelabi
    6 décembre 2019 - 1 h 57 min

    Yal khawa, Je vous en conjure, visionnez cette vidéo jusqu’au bout. Par Dieu le tout puissant, celui qui n’a pas de pierre à la place du coeur ne saura rester indifférent à l’appel de ce grand coeur. J’invite particulièrement les sceptiques à regarder jusqu’au bout. Tahia El Djazair.

    https://www.youtube.com/watch?v=icxe5MezwTc&t=331s

    9
    9
    Anonyme
    5 décembre 2019 - 20 h 38 min

    Ici dans le nord de la France , djamel Bouras  » député de l’immigration » et vice-président de l’assemblée croupion du régime algérien, à placé son fils Souhi à l’agence air Algérie ….

    56
    11
      Azul
      5 décembre 2019 - 20 h 55 min

      hors sujet miss Anonyme!

      12
      13
      @Anonyme 20 H 38
      6 décembre 2019 - 10 h 39 min

      Même s’il est vrai que ton commentaire n’est pas tout à fait dans les clous , j’y réponds pour montrer que tout est lié à ce régime qui a tout pourri dans le pays ( les mentalités, les pratiques etc…)

      Ce régime corrupteur a mis en place un Système d’Allégeance ou de Soumission qui fait que toute personne , qualifiée ou non, doit s’aligner sur le diktat du régime mafieux pour avoir un travail.

      C’est à cause de ça qu’on trouve des gens totalement incompétents à des postes clés ou stratégiques.

      Air Algérie est tellement gangrénée par la corruption et les passe droits qu’elle fait partie aujourd’hui des Cies aériennes les plus endettées et calamiteuses au Monde sans parler du reste.

      Il ne faut donc guère s’étonner si aujourd’hui tout le pays sombre dans une crise économique très inquiétante.

      Tant qu’on n’aura pas viré ce régime pourri, le pays ne pourra jamais décoller.

      33
      5
      ferhat
      6 décembre 2019 - 22 h 23 min

      Bonjour Anonyme tu a tout à fait raison j’ai des gars de mon quartier qui réside dans le nord de la France et bien ils m’ont dit qu’au niveau du consulat d’Algérie à Lille l’équipe de voyoux qui sont arrivés sur commande depuis des années ils sont toujours à leur poste et la plupart sont des contrebandiers sans aucun niveau qui sont du bisness c’est la honte, et on veut encore nous imposer un autre voyous corrompu mais monsieur Gaid Salah vous pensez que le peuple va rentrer chez lui si vous nous imposer ce corrompu de Msila et bien vous auriez pu laisser Boutesrika.

    X
    5 décembre 2019 - 17 h 55 min

    VOUS SAVEZ POURQUOI LE CLAN DES GENERAUX DERRIERE GAID SALAH LE PREFERE AUX AUTRES ?

    1) parce que des 5 candidats du système , c’est le plus docile et donc le régime pourra le manœuvrer comme il entend. Les autres candidats sont trop fourbes et pourraient à tout moment se retourner contre le régime militaire d’où leur rejet par le système.

    2) parce que les Saoudiens et les Emiratis l’apprécient.

    En CONCLUSION : Ce MIHOUBI , comme tous les autres candidats du système, sera donc pris entre le marteau et l’enclume à savoir entre le régime (à qui il doit tout ce qu’il possède) et l’immense majorité des citoyens qui le rejetteront complètement.
    Donc, quelque soit l’issue le 12 décembre, la crise politique et économique va perdurer et même s’intensifier.
    Ceux qui croient que ça va ramener le calme et la sérénité dans le pays se trompent totalement car Il ne peut y avoir de retour possible tant les hirakistes sont nombreux et déterminés.

    QUI VIVRA VERRA !

    76
    10
    Lghoul
    5 décembre 2019 - 16 h 39 min

    Voici les gens qui voudraient devenir des « présidents » de la RADP ! De père en fils, tous des corrompus !
    ————————————————————————————————————————————-
    Le fils du candidat à la présidentielle Abdelmadjid Tebboune, à savoir Khaled Tebboune vient d’être entendu par le procureur adjoint auprès du Tribunal Sidi m’Hamed, dans une affaire de blanchiment d’argent.

    Khaled Tebboune a été cité à comparaitre en même temps que Kamel Bouaraba l’ex P/APC de Ben Aknoun et le fils de l’ex Wali de Relizane, tous impliqué dans le blanchiment d’argent dans l’affaire de Kamel Chikhi, allias « Le boucher ».

    Par ailleurs, le candidat Tebboune ne cesse d’encaisser les coups durs, au même temps qu’il essaye de convaincre les algériens à aller voter pour lui ce 12 décembre.

    51
    9
    FAR WEST REPUBLIQUE
    5 décembre 2019 - 16 h 21 min

    Soyez fier de votre futur président de la République, choisi par le parti du faux Moudjahid Faillite et la Liquidation Nationale (FLN) avec l’aide de notre armée nationale à sa tête le Général Gaid Salah et son ami Général Belkcir, après la tempête Bouteflika c’est le tour de l’ouragan Mihoubi, hada Mektloub EDDZAIR c’est apprendre où à l’essaie, nous avons perdu plus de deux millions de citoyens y compris ceux des années noires octobre 88 printemps berbères, plus les traumatisés à vie, pour des traîtres corrompus s’emparent du pouvoir qui dit mieux

    56
    11
    Mon opinion
    5 décembre 2019 - 14 h 56 min

    Salam,
    Franchement, il n’a pas la tête de l’emploi il est trop efféminé pour la fonction en plus d’avoir la physionomie d’un marocain, il a aussi un genre éphèbe comme les aime gaid salah qui lui déclinera sans doute des odes épicuriens sur la jouissance éphémère de ce monde au cas peu probable ou celui ci passerait en force.

    52
    13
    Bibi
    5 décembre 2019 - 13 h 42 min

    Cet énergumène proche des Saouds, du Koweït et des imarates à du recevoir une feuille de route de ses maîtres !
    Arabiser à marche forcée tout ce qui reste.
    Islamisation de la société evec les conséquences qui vont avec.
    Mais tout cela est de la fiction car le peuple n’est plus dupe. Ces gens là se comportent comme dans les années 70 ou le numérique était en balbutiement.
    Le Hirak doit perdurer dans la Silmya malgré les embûches et les pièges que ces malfaiteurs mettront en œuvre pour le stopper. Une désobéissance civile et des grèves générales auront raison de cette junte et le peuple recouvrera sa véritable indépendance et pourra décider du projet de société qu’il souhaite. Nous avons tellement de patriotes compétents pour nous sortir de l’ornière.

    60
    10
    TNT
    5 décembre 2019 - 11 h 52 min

    Pourquoi changer une équipe qui gagne, en 1978 nous comptons une dizaine de millionnaires aujourd’hui grâce à Mr Bouteflika et son clan d’oujda, nous avons des millions de milliardaires est en Euros et Dollars, qui dit mieux aucun pays n’a fait mieux, on a les plus grandes richesses du continent Africain et on arrive même pas à porter secours à nos malades, qui dit mieux, à part les Makaks et comme nous sommes pas des Makaks alors ça ne compte pas, pour devenir député ou sénateur pas besoin d’électeurs il faut graissé la patte du chef et le tour est joué, même les prostituée et terroristes siègent

    64
    19
    ABDEL1
    5 décembre 2019 - 11 h 42 min

    aucun doute l’homme des émiratis, ex ministre de la culture recompensé par un prix, par ces memes pays,pour avoir entamé le destruction de la culture algerienne et la marginalisation des artistes et intellectuels algeriens, au profit d’étrangers sera a défaut non pas élu,mais désigné par le systeme comme président ;; des audiences accordée a des rapaces par cet individus, a des puissances de certains pays,, ne trompent pas!!la dilapidation des richesses du pays,et la mise en péril des futures générations va continuer comme pa lel passé,a moins d’un sursaut de tous les citoyens pour rejoindre le hirak, qui pourra enfin mettre fin a cette malédiction qui frappe ce pays !!

    64
    15
    Chat
    5 décembre 2019 - 11 h 22 min

    Tout ceux qui ont joué avec les islamistes en pensant les dompter ont très mal finit(Sadame avc son Allah akbar sur le drapeau, kadhafi en relâchant les terroristes de prison, les généraux Turque qui ont joué la carte d’Erdogane, et aujourd hui Ouyehya Toufik and co qui ont négocié avec les islamistes…
    je vois que certains continuent toujours à penser qu il y a un bon et un mauvais islamiste..
    la chute continue…à suivre

    64
    23
    C'est facile !
    5 décembre 2019 - 11 h 21 min

    Vous êtes à ce point naïf, le commandement militaire bataille contre vents et marées depuis 10 mois pour installer enfin un brisiden à qui il va confier les clés de la maison, c’est un peu fort de café.

    54
    20
    Apulée de Madaure
    5 décembre 2019 - 10 h 20 min

    Hannah Arendt :
    « Il n’a jamais fait de doute pour personne que la vérité et la politique sont en assez mauvais termes, et nul, autant que je sache, n’a jamais compté la bonne foi au nombre des vertus politiques. Les mensonges ont toujours été considérés comme des outils nécessaires et légitimes, non seulement du métier de politicien et de démagogue, mais aussi de celui d’homme d’Etat. »

    47
    23
    Amazighkan
    5 décembre 2019 - 9 h 42 min

    Le futur réel président sera un enfant issu du peuple élu par le peuple, ces candidats existent et sont connus ils ont tous une allergie insupportable au cachir, ils ont une foi inébranlable en leurs frères et soeurs issues comme eux du peuple. Tôt ou tard l’un d’eux ou elles accèdera au sommet pour nettoyer cette racaille qui a pris le pouvoir par effraction avec l’aide extérieure. Nous ne serons pas libres ni dignes des combattants de la liberté tombés ou encore en vie si nous cessons de nous battre pour conquérir cette chère liberté.

    126
    14
    DZA
    5 décembre 2019 - 9 h 36 min

    Nous sommes dans la continuité de la politique que nous subissons depuis 57 ans. La ploutocratie est encore dans les postes clé du pouvoir. Rien à changer, on le voit dans les actes, et discours arrogants et insultants de tous les cerbères du pouvoir.
    Les boucs-émissaires qu’on offre en spectacle au public devant les tribunaux, aujourd’hui, ne sont pas pires que ceux qui les ont mis en prison ou que leurs juges. Ce n’est pas cette mystification qui signifie la fin du système et ses tares.
    La pression exercée par le peuple depuis le 22 – 02 – 2019, a déstabilisé l’organisation mafieuse des clans au pouvoir, mais la bête immonde est toujours là.
    Le futur président de la ‘’ripoux-blique’’, qu’il soit Mihoubi ou quelqu’un d’autre, issue du système pourri et crapuleux, ne sera qu’un fantoche.
    Le changement désiré par le peuple ne viendra que lorsque ce dernier pourra exercer librement sa volonté en toute démocratie et transparence et non dans les conditions imposées par ses tyrans.

    65
    19
    lhadi
    5 décembre 2019 - 9 h 25 min

    Le futur Président doit savoir concilié fermeté et intransigeance, quand il s’agit des principes, tolérance et ouverture quand il s’agit des personnes.

    Armé d’une connaissance personnelle et approfondie de la société algérienne et une perception aiguë de l’évolution des mentalités et des modes de vie qu’il sait prévoir et anticiper, il doit inscrire ses diagnostics sur une toute autre durée que celle des sondages, des constats purement journalistiques ou au jugement des commentateurs si talentueux ou perspicaces qu’ils paraissent.

    Il doit mettre l’accent sur l’affirmation que son action se fonde sur la conviction première de privilégier en toute circonstance la cohésion nationale, et non les facteurs d’affrontement et de division.

    Il ne sera pas le Président d’une Algérie contre une autre, ni d’une idéologie contre une autres mais le Président d’une Algérie qui veut se donner les moyens d’entrer forte et unie dans le troisième millénaire et d’y faire fructifier ses atouts.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    26
    89
      Souk-Ahras
      5 décembre 2019 - 12 h 20 min

      Il va falloir, cher contributeur, que vous compreniez une fois pour toute que si élections il y a, et si cet anti-national (les cinq préposés à la course le sont tous d’ailleurs) de Mihoubi est élu, il ne sera ni le président des Algériens, ni le président des généraux mafieux, mais seulement président d’une certaine RADP fondée par une poignée de militaires véreux planqués, dès 1956 (se référer au thème ô combien létal fût-il, de la suprématie du civil sur le militaire).
      Au début, je voyais en vous un formateur en citoyenneté ; aujourd’hui, en vous lisant, j’ai l’impression d’entendre une « leçon de choses » en cours moyen. J’ai 71 ans.

      98
      17
        Momo
        5 décembre 2019 - 13 h 31 min

        Vous avez mis du temps à le cerner l’ami.Il s’est construit sur internet un vocabulaire de 600 mots. Et il vit avec depuis.
        Mêmes expressions , mêmes borborygmes. Un vrai tacot des années 20 au milieu d’une course de formule1.

        42
        13
        lhadi
        5 décembre 2019 - 22 h 59 min

        Que dieu vous prête vie et protège l’Algérie.

        Fraternellement lhadi
        ([email protected])

        2
        17
      Farida
      5 décembre 2019 - 14 h 28 min

      Tu oses parler de « président » avec 5 clowns tous issus de partis dont leurs chefs les plus gros corrompus de notre histoire sont en train de purger leurs jours en prison car ils ont volé des milliards ?
      Honte a toi qui veut halaliser la honte et la hogra.
      ton systeme est mort et fini a partir du 12/12/2019.

      61
      9
    Lghoul
    5 décembre 2019 - 9 h 22 min

    Pendant que son ancien chef, ouyahia possède 300 milliards en cadeaux – juste comme hors d’oeuvre – dans un de ses comptes et que son fils a crée une société grace a l’ansej et que tous les autres sont pourris en milliards volés au peuple de quel université pensez vous que ce pion du système le plus corrompu du monde est sorti.
    Inutile de spéculer sur quoi que ce soit si tous ces sans scrupules et sans honte sont laissé a bord, le pays ira au gouffre sans delais.

    56
    19
    Omar Khayyam
    5 décembre 2019 - 9 h 05 min

    HYMNE à la MAHZALA du 12/12…
    Il était une fois à l’entrée des artistes
    Un petit garçon au regard un peu triste
    Il attendait de moi une phrase magique
    Je lui dis simplement : Si j’étais Président
    Si j’étais Président de la République
    Jamais plus un enfant n’aurait de pensée triste
    Je nommerais bien sur Mickey premier ministre
    De mon gouvernement, si j’étais président
    Simplet à la culture me semble une évidence
    Tintin à la police et Picsou aux finances
    Zorro à la justice et Minnie à la danse
    Est c’que tu serais content si j’étais président ?
    Tarzan serait ministre de l’écologie
    Bécassine au commerce, Maya à l’industrie,
    Je déclarerais publiques toutes les patisseries
    Opposition néant, si j’étais Président
    Si j’étais Président de la République
    J’écrirais mes discours en vers et en musique
    Et les jours de conseil on irait en pique-nique
    On f’rait des trucs marrants si j’étais Président
    Je recevrais la nuit le corps diplomatique
    Dans une super disco à l’ambiance atomique
    On se ferait la guerre à grands coups de rythmique
    Rien ne serait comme avant, si j’étais président
    Au bord des fontaines coulerait de l’orangeade
    Coluche notre ministre de la rigolade
    Imposerait des manèges sur toutes les esplanades
    On s’éclaterait vraiment, si j’étais président !

    Si t’étais Président de la République
    Pour nous, tes p’tits copains, ça s’rait super pratique
    On pourrait rigoler et chahuter sans risques
    On serait bien contents si t’étais Président
    Je s’rais jamais Président de la République
    Vous les petits malins vous êtes bien sympathiques
    Mais ne comptez pas sur moi pour faire de la politique
    Pas besoin d’être Président, pour aimer les enfants.

    51
    22
    Ali Deux
    5 décembre 2019 - 8 h 58 min

    Ni patates, ni oignons, c’est la continuité jusqu’à un nouvel ordre, aucun de nos dirigeants même certains militaires n’a la conscience tranquille, ni les mains propres, tout le monde ont peur d’être jugé est condamné, alors circulez rien rien à lâcher, nous y sommes, nous restons

    53
    20
    Anonyme
    5 décembre 2019 - 8 h 36 min

    A chaque fois que GS et son Etat (sans Major) font l’éloge d’un candidat c’est pour l’éliminer ( Benflis, Tebboune) pour Mihoubi c’est en cours. Ils vont enlever tous les candidats connus, qui ont une base ou une assise. Ils choisiront parmi les deux restants (dont je connais même pas les noms), le plus bête, le plus docile, surtout le plus faible et le plus désarmé pour une continuité parfaite et sécurisante de leurs plans.
    GS pense réellement qu’il est immortel !!!

    58
    20
      Amazighkan
      5 décembre 2019 - 9 h 29 min

      Pour ce qui est du plus bête parmi les cinq dociles il est tout désigné, il suffit d’écouter les niaiseries qu’il débite à longueur de discours. Pour ceux et celles qui ne voient pas, évidemment c’est bengnina.

      48
      10
      Apulée de Madaure
      5 décembre 2019 - 10 h 04 min

      Arthur Schopenhauer :
      « Tout homme prend les limites de son champ de vision pour les limites du monde. »

      « La richesse est comme l’eau de la mer, plus on en boit, plus on a soif. »

      48
      19
    Ma Vérité
    5 décembre 2019 - 8 h 25 min

    Le peuple Algérien est devenu amnésique et aussi naïf, oubliant que notre pays à été offert dans un plateau en Or au traîtres sioniste Bouteflika et son clan d’oujda, est les coupables de cette trahison sont parmis nous est ils donnent encore des ordres, c’est eux qui font le beau et le mauvais temps actuellement en Algérie, si c’étaient des dirigeants honnête pourquoi avoir emprisonné une petite partie de voleurs et pileurs, est laisser en liberté la majorité de ces bandits et trafiquants de tout genres, est-ce que c’est par peur où par complicité, si nous voulons s’en sortir il faut éradiquer cette mafia à ses racines et reconstruire une nouvelle république avec des dirigeants sain et compétents, nous n’avons plus le choix c’est l’occasion où jamais, car cette bande de mafia est affaiblie

    66
    21
    Rani zaafane
    5 décembre 2019 - 7 h 57 min

    Ce qui compte c’est d’avoir un président affaibli qui puisse gérer cette periode en attendant de trouver l’oiseau rare qui assurera la pérennité du système avec un semblant de démocratie de façade pour faire taire les langues. Le prochain président ne devra surtout pas franchir les lignes rouges tracées par le commandement militaire. Quant au peuple récalcitrant, on essayera de l’acheter avec l’argent du pétrole et puis, on trouvera toujours des gens pour acclamer la nouvelle politique et faire croire à l’adhesion des citoyens , sans oublier de brandir à chaque fois que le besoin se fasse sentir,la menace de la l’instabilité , de la fitna , de la décennie noire et de l’intervention étrangère pour calmer les plus exigeants . Que de frustrations et de déceptions depuis le 22 fevrier.le cauchemar continue!

    62
    25
    Anonyme
    5 décembre 2019 - 7 h 55 min

    Il faut vraiment de la patience pour interpréter les propos d’un 4ème année primaire…

    57
    23

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.