Hitchcock à Alger

Ouyahia procès
Et ils escomptent que le peuple les croit !

Par Karim B. –  Ouyahia plaidant non coupable d’un ton presque serein, Sellal criant son innocence avant de fondre en larmes, Zaâlane jurant n’avoir reçu ne serait-ce qu’un centime de corruption et des hommes d’affaires considérant les montants astronomiques cités lors du procès comme du pipi de chat à côté de leur chiffre d’affaires. Voici, en gros, le résumé du procès des usines d’assemblage automobile. Et la convocation de Saïd Bouteflika en qualité de témoin n’a fait que renforcer l’idée que ce qui se déroule au tribunal de Sidi M’hamed n’est qu’une parodie dont les desseins occultes sont source de supputations divergentes.

Si, en effet, certains pensent que les prévenus, jetés en prison sur ordre du chef de l’armée, ne sont que des boucs émissaires sacrifiés sur l’autel de la perpétuation d’un système incarné par le général Gaïd-Salah, qui s’est saisi des rênes par la force, d’autres sont persuadés que tout ceci n’est qu’une mise en scène inventée par les tenants du pouvoir pour berner l’opinion publique, en simulant une lutte sans merci contre la déprédation et la rapine. Aussi le procès de Sidi M’hamed n’a-t-il fait qu’épaissir le brouillard qui s’est formé dans le sérail bien avant la démission forcée du parrain dont le frère a été condamné à quinze ans de prison par le tribunal militaire de Blida dans une autre parodie de procès dans laquelle Gaïd-Salah a dicté le verdict jusqu’à la moindre virgule.

Le jugement dans l’affaire en cours sera prononcé très rapidement, soit dans quarante-huit heures, apprend-on, car tout doit être pesé, emballé et vendu avant le 12 décembre pour, à la fois, influencer le vote – croit-on en haut lieu – et permettre au futur président de la République adoubé par le commandement de l’armée de prononcer une amnistie générale dans le cadre d’une nouvelle «concorde nationale» visant à «tourner la page du passé» et à «remettre les compteurs à zéro».

Rien n’est clair dans cet encombrement d’événements que les manipulations médiatiques et les intrigues du régime ne font qu’intensifier et compliquer, mais qui n’affectent en rien la détermination des citoyens à débarquer les reliques du système en commençant déjà à empêcher concrètement la très incertaine élection présidentielle de ce jeudi.

K. B.

Comment (4)

    Zaatar
    9 décembre 2019 - 19 h 06 min

    Hitchcock a Alger, quelle aubaine. Il faudrait aller voir alors les oiseaux.

    22
    1
    Anonyme
    9 décembre 2019 - 13 h 47 min

    quel contraste,entre le maquisard subissant la faim,le froid,la mort et la violence de l’armée coloniale,pour libérer le pays, et toute cette faune qui a confisqué le pays, détournant des milliards,pour s’offrir une belle vie, de préférence ailleurs de l’autre coté de la méditerranée !

    51
    2
    Moi News
    9 décembre 2019 - 12 h 19 min

    Si,le traitre Bouteflika a sélectionnés et confier des responsabilités a ces laches a ces commis,’il savait bien que se sont que des sous hommes,ni honneur,ni dignité,de la meme race des Bourricots;ils ont mentis,trahis,manipulé toute une population naive et disciplinée;et aujourd’hui ils osent meme pas reconnaitre leur tort,et ils se moquent une nouvelle fois de cette innocente population,pour moi, vingt ans c’est très peu;il fallait les condamnés le double voir plus,pour abus de responsabilité et trahison envers la nation et son peuple

    48
    Zenaty
    9 décembre 2019 - 12 h 16 min

    Vive la Liberté un Peuple Unis et Unique de l Est à l’Ouest et du Nord au Sud. Pour Une Deuxième République Citoyennes et des Citoyens Responsables Nous Sommes des Patriotes depuis la nuit des Temps. MAINTENANT. IL FAUT PENSER AUX NOUVELLES GÉNÉRATIONS À NOS ENFANTS. NOUS AVONS UN DEVOIR ENVERS NOS ANCETRES.. VIVE L ALGERIE AVANT TOUT UNE DEUXIÈME RÉPUBLIQUE UNE SEUL ALGÉRIE

    20
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.