Les Libyens brandissent le drapeau algérien lors de manifestations à Tripoli

drapeau algérien Tripoli
Les Libyens reconnaissent à l'Algérie ses positions constantes. D. R.

Par Kamel M. – Des manifestants libyens ont brandi le drapeau algérien aux côtés de l’emblème de leur pays et de l’étendard amazigh, ce samedi matin à Tripoli, à la veille de l’ouverture à Berlin d’une conférence internationale sur la Libye. Les manifestants ont scandé des slogans hostiles à l’homme fort de l’Est libyen, Khalifa Haftar, qui a mené une offensive contre le sud de la capitale du pays, violant ainsi l’accord de cessez-le-feu qu’il avait accepté avant de revenir sur sa décision sur instigation d’Abu Dhabi.

Les Libyens reconnaissent surtout à l’Algérie son refus de s’immiscer dans les affaires internes de son voisin de l’Est, son soutien actif à tous les efforts de paix à travers le dialogue inter-libyen et son rejet de toute ingérence étrangère. L’Algérie est le seul pays à se tenir à équidistance entre les protagonistes du conflit en Libye, un pays livré à la guerre civile depuis 2011, au lendemain de la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

Notre pays a multiplié les initiatives dès le début de la crise libyenne, ouvrant son territoire à l’ensemble des belligérants dans le cadre du dialogue pour aboutir à une sortie de crise rapide. Mais ces efforts ont été balayés par des interférences de pays comme le Maroc ou encore la France qui ont démultiplié les rencontres et les «accords», poussant ainsi d’autres Etats concernés par le dossier libyen à entreprendre, eux aussi, des démarches unilatérales en réponse à ces manœuvres, à l’image de l’Italie et de la Russie. L’enlisement de la crise libyenne a également conduit à l’intervention directe de la Turquie et des Emirats arabes unis qui arment, chacun de son côté, une partie contre une autre, exacerbant ainsi les hostilités et entravant toute démarche pacifique pour mettre fin au calvaire que les Libyens vivent depuis neuf ans.

A Berlin, l’Algérie, par la voix d’Abdelmadjid Tebboune, défendra sa feuille de route initiée à Alger entre 2015 et 2017, qui consiste à inciter les inconciliables parties au conflit à se rasseoir à la table des négociations et à arrêter la guerre voulue par des parties étrangères qui lorgnent les richesses souterraines de ce pays immense et peu peuplé. La position immuable de l’Algérie sera confrontée à celles, plus intéressées, de l’Egypte qui considère la Libye comme son prolongement géographique naturel et qui est un tremplin pour l’emploi au profit de millions de travailleurs égyptiens. La Turquie s’inscrit, elle, dans une logique expansionniste, le sultan d’Ankara rêvant de réhabiliter l’empire ottoman, alors que les Emirats arabes unis adoptent une attitude réactive face à leur frère-ennemi qatari, soutien assumé des Frères musulmans à travers le Moyen-Orient, le Maghreb et ailleurs.

Les puissances occidentales se livrent, quant à elles, une guerre d’intérêts ouverte, l’Italie reprochant à la France d’avoir empiété sur ses plates-bandes, alors que cette dernière s’est autoproclamée «gendarme» de la région depuis l’avènement de Nicolas Sarkozy au pouvoir en 2007.

Les Libyens se tournent donc naturellement vers leur voisin de l’Ouest auquel ils reconnaissent la constance dans ses positions, contrairement au Maroc qui vire sa cuti en fonction des dividendes qu’il peut tirer de la conjoncture. Il l’a démontré encore une fois en envisageant d’abandonner les accords de Skhirat pour mieux tirer profit de la guerre en Libye au gré des changements survenus ces derniers mois.

K. M.

Comment (20)

    Chicago 92.
    19 janvier 2020 - 18 h 08 min

    Nous partageons une langue frontière avec lès libyens et lès pays du sahel .nous sommes lès premiers concernés et nous voulons être présent ni dans lès champs de bataille ni une banque d’aide sans intérêt,la solution c’est aidé macron de benghazi et erdogan de tripoli à ne pas créé plus de tensions dans notre région et leurs demander de s’occuper de leurs oignons.

    4
    1
    Brahms
    19 janvier 2020 - 16 h 02 min

    Où sont passés les 360 milliards de dollars du colonel Kadhaffi ? Il paraîtrait qu’ils sont en Belgique. Les libyens font dodo au lieu d’aller récupérer leur magot alors que les Européens travaillent avec gratuitement de sorte qu’ils gagnent énormément d’intérêts grâce à cet argent et ne sont donc pas pressés pour leur rendre.

    6
    2
    Anonyme
    19 janvier 2020 - 7 h 56 min

    Ni les salafistes frères musulmans (Al Sarraj) ni les salafistes wahabites (Haftar). On ne se mêle pas. ;;;; Dans tous les cas ça fera des islamistes en moins

    13
    8
    Anonyme
    19 janvier 2020 - 2 h 10 min

    Berlin …efface paris …et son mokoko…
    Rome prend conseil a Alger…
    Alger fidele a …son destin de pays pivot
    En afrique et dans monde…
    Le peuple Libyen avait compris le complot jouer par la france de sarkozy, et son mokoko lors de la conference de Skhirat , qui a fait empirer la guerre civile inter libyenne….
    Aujourd’hui tout le monde prend conseil et se tourne vers Alger.
    Bravo ALGER…

    35
    11
    Anonyme
    18 janvier 2020 - 22 h 05 min

    Heureusement que nous avons dès hommes ,si C’est zitoute une partis de notre peuple est à Tripoli avec erdogan et l’autre moitié est a benghazi dirigé par lès amis de bhl.

    22
    21
    Anonyme
    18 janvier 2020 - 21 h 23 min

    Ne vous emballez pas les gars, Erdogan vient d’annoncer aux europeens que la paix en Libye passe par la Turquie, en bon commercant comme son allie de la maison blanche, il veut vendre ses services comme il l’a deja fait pour la Syrie, maintenant que les combattants en Syrie deviennent plus genants qu’autre chose, il va les reutiliser en Libye, vous avez compris utiliser des combattants sur place pour donner de l’argumentaire a sa diplomatie qui va finalement va lui engendrer un retour sur investissement en dollars, quand a la diplomatie qui se base sur le bon sens et la bonne volonte (la notre), ne pourra trouver aucun echo ni sur le terrain ni au niveau international, tu ne peux adopter la diplomatie de la brebis parmi des loups et esperer gagner et seul le temps me donnera ou vous, raison!

    16
    7
    Amazighkan
    18 janvier 2020 - 16 h 30 min

    Visiblement il n’ y a pas d’équivalent à feu AGS en Lybie pour interdire les drapeaux autres que le leur. Sans les richesses du sous-sol libyen aucune puissance étrangère ne s’intéresserait à ce conflit tribal entre libyens. Les massacres à huis clos au Yemen par leurs freres arabes en est le parfait exemple.

    54
    17
      ARABISTAN
      18 janvier 2020 - 18 h 29 min

      « …interdire les drapeaux autres que LE LEUR… ».
      C’est quoi ton problème avec : « LE LEUR…? » …!!!
      « LE LEUR » c’est le tien. Le nôtre à nous TOUS !!! …. Il vous sort par le nez. Que dis-je ? Il vous sort de PARTOUT… c’est et ce sera : LE VERT – BLANC – ROUGE ad vitam aeternam !!! Tiens-toi-le pour dit….. Le drapeau des CHOUHADAS AL ABRAR !!! Que tu le veuilles ou pas.

      42
      49
        Amazighkan
        18 janvier 2020 - 20 h 11 min

        Le drapeau des chouhada et des moudjahidines est sans conteste le mien et le nôtre mais l’étendard amazigh est aussi le mien et le tien et à tous les bords africains. Il faut t’y faire même si ça provoque aux arabistes des ulcères et des hémorroïdes.

        43
        30
          ARABISTAN
          18 janvier 2020 - 22 h 01 min

          « L’étendard » amazigh… NE SERA JAMAIS LE MIEN ! Pour sûr. Je ne m’y ferais JAMAIS ! AU GRAND JAMAIS !
          Et ça ne me provoquera ni ulcères ni encore moins des hémorroïdes que tu sembles parfaitement connaître puisque tu en parles en « connaisseur »…
          Car comme le dit si bien un adage de chez nous :
          LE RENARD NE CONTE QUE SES PROPRES MÉSAVENTURES.
          A KA IDENANE NESS N’ZIK. NAGH KHATI ?
          Au plaisir de ne plus te lire.

          17
          28
        Inidkan
        18 janvier 2020 - 22 h 36 min

        Tous les « CHOUHADAS EL ABRAR, sont des Amazighs qui s’ignoraient pour une partie.
        Jusqu’à preuve du contraire, aucun Arabe ne s’est sacrifié pour l’Algérie qui est une terre AMAZIGH que tu le veuilles ou non.

        25
        14
          Amazighkan
          19 janvier 2020 - 9 h 42 min

          @ Arabistan
          Ness n’zikh et c’est tout le temps valable disaient « Ala aghyoul ig nekrane lasselis  » et pour ce qui des ulcères et compagnie je comprends maintenant que ça ne puisse pas te concerner puisqu’il te manque le NIF. Passe ton chemin.

          12
          13
    Anonimaoui
    18 janvier 2020 - 15 h 13 min

    Lorsqu’ils applaudissaient Sarkozy et l’OTAN ils n’ont pas brandi le drapeau algérien. Maintenant pour nous faire couler comme eux, ils se sont rappelé que nous pouvons les aider.

    38
    25
    Zaatar
    18 janvier 2020 - 14 h 49 min

    Ca ne vous rappelle pas l’histoire d’ysengrin le loup dans les recueils du Roman de renard? Ysengrin qui voulait prendre du poisson et Maitre Renard lui apprenait à pêcher ? A la fin il s’est fait trancher la queue?…c’était dans les années 60…ça remonte à loin bien sur.

    20
    15
    Modèle
    18 janvier 2020 - 14 h 31 min

    Étonnant Hirak !!! Le drapeau Algérien s’est internationalisé en devenant l’emblème de la lutte contre la dictature. Dignes enfants des Moudjhidines qui ont hisser ce symbole de lutte contre le colonialisme dans le monde entier.
    Fière de l’Algérie et des Algérien(ne)s (non cachiristes).

    48
    21
    Ayweel
    18 janvier 2020 - 14 h 02 min

    Durant la guerre d’indépendance de notre pays, le peuple libyen nous a aidé énormément. Un vieux libyen, que j’ai rencontré par hasard dans un bus en Tunisie dans les années 80 , une fois qu’il a su que je suis algérien, m’à parlé beaucoup de notre guerre contre les français et de l’aide que le peuple libyen à apporté à notre révolution. Pour lui la guerre de 54 était une référence, le peuple algérien était un modèle et Alger رابع بيت الحرمين، c’était les paroles de ce vieux libyen, dont le visage, et malgré ces 40 années passées, et resté gravé dans ma mémoire. Aujourd’hui c’est le peuple libyen qui a besoin de nous et c’est de notre devoir, nous peuple algérien, de l’aider à retrouver sa patrie et sa liberté. Mon conseil au peuple libyen est de créer un FLPPL front de libération du peuple et de la patrie libyenne, dont la première tâche est de mettre à la poubelle tous les représentants du gouvernement d’union de assaradj et ses sattelites araboislamistes de même aussi que haftar et tout son état major. Les premiers ne sont que des marionnettes au service de la secte des frères musulmans à la solde de Qatar, de la Turquie et de ce fait à la solde de USA, le deuxième , haftar agent de la CIA, avec le sissi et les roilettes de l’Arabie de Laurence. La deuxième tâche est de porter sa voix à l’international en se positionnant comme seul représentant de la Libye et d’interdire à quiconque de parler en son nom et au nom du peuple libyen et tout particulièrement l’Égypte, la Turquie et les royaumes de l’Arabie de Laurence. Troisième tâche, se préparer à défendre sa patrie contre l’invasion de la frontière de l’est et tout le littoral. Quatrième tâches, se préparer à interrompre toute relation diplomatique avec , l’Égypte, le Qatar, et tous les autres pays arabomusulmans de l’orient y compris la Turquie . Cinquième tâche, renforcer ses liens avec la malysie, l’Indonésie, l’inde, l’Afrique du Sud, l’Algérie, la Tunisie , le Pakistan ,et évidemment savoir manoeuvrer avec les pays de l’occident ( il vaut mieux avoir affaire avec le créancier principal que ses sous traitants, puisque leurs intentions sont claires, et dans ce cas les discussions se porteront sur le principe economique du gagnant gagnant). Pour le moment le plus urgent est de débarrasser le peuple libyen de ces mercenaires du gouvernement de Tripoli et de celui de benghazi et de faire disparaître cette vermine une fois pour toute . Le peuple algerien saura comment vous aider, خيركم سبق.

    34
    26
      - La Réalité
      18 janvier 2020 - 15 h 06 min

      @Ayweel
      Première tâche : Il est plus facile à dire qu’à faire.
      Deuxième tâche : Il est plus facile à dire qu’à faire.
      Troisième tâche : Il est plus facile à dire qu’à faire.
      Quatrième tâche : Il est plus facile à dire qu’à faire.

      Tout en évitant de donner des leçons aux libyens, étant en accord toi sur l’aide morale qu’il faut apporter à ce peuple frère, ne serait-ce que pour payer notre dette, d’après le vieux libyen des années 80.

      14
      17
    Sansylo
    18 janvier 2020 - 12 h 54 min

    Tous comme leurs frères syriens, les libyens qui se sont jetés dans les bras de Sarkozy ,alors qu’il dirigeait la France, vont tous regretter maintenant leur demande d’aide pour destituer Gueddafi Mouammar..

    Voilà maintenant que le pays est mis à genoux par les puissances entrées en conflit, tout le monde s’accorde
    à regretter cette idée infâme d’intervention d’un pays qui n’en demandait pas moins que cela.

    Mais le mal est déjà fait et avec envie même.

    26
    15
    Rayes Al Bahriya
    18 janvier 2020 - 12 h 18 min

    La libye doit traduire la france et sarkozy…
    Et l’OTAN de crimes de guerre…
    L’ALGERIE est grande par son peuple et son genie createur….
    Les lobbies et les lubbies avaient complotee pour le compte d’Israel.
    Le maroc est dans tout les complots pour la france au Sahel… en Libye…et tue les
    Sahraouis et trahie la palestine.
    Biensure le mokoko du maroko …invite son gad el maleh pour vanter sa tante marok et sa baby sitter… ce maitre du plagiat..

    40
    22
      - Equité
      18 janvier 2020 - 15 h 38 min

      @Rayes Al Bahriya.
      France, Sarkozy, OTAN, Israël, Maroc … OK.
      Que doit-on faire de BHL (principal investigateur), USA, Royaume Uni, caution de l’ONU, neutralité de la Russie et Chine et … Surtout le financement majoritaire du Qatar ?
      Oubli ou demi-vérités ? je n’invente rien je ne suis que maître du plagia.

      10
      17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.