Les radotages de l’oracle Kamel Daoud (II)

D écrivains
Kamel Daoud. D. R.

Par Nouara Bouzidi – Les écrivains les plus lus ne sont pas forcément les meilleurs. Les écrivains qui disposent d’un réseau relationnel ne sont pas obligatoirement les plus talentueux. Les écrivains restés dans la mémoire occultent tous ceux que l’amnésie, l’inculture, les systèmes éducatifs ont laissés à la marge. Par facilité, par mode, par idéologie aussi. Croire que la création littéraire est de suite reconnue et équitablement présentée est une forme de candeur. Les rapports de pouvoir existent aussi dans le milieu littéraire, a fortiori dans l’édition. Le relationnel, le carnet d’adresses, l’accès aux médias de masse ne sont pas une garantie de qualité, mais de parrainage et de protection. Sans compter le nombre d’auteurs dont on peut parler, sans jamais les avoir lus mais grâce auxquels on peut briller en société, pour faire usage de rhétorique et impressionner son auditoire.

Le succès littéraire de certains «bons élèves algériens» – mis en avant par le milieu littéraire et journalistique français, à grande annonce publicitaire et avec une logistique éditoriale efficace – relève de l’adulation d’une aliénation. Cette aliénation est peut-être semi-inconsciente, mais reste néanmoins une aliénation volontaire. Kamel Daoud maltraite son intelligence, c’est peu dire. Il y a toujours un moment périlleux où un homme cesse d’être intelligent pour devenir un esprit brillant. Quand l’intelligence ne se muscle plus, quand elle se contente d’égrener les poncifs qui ont fait ses plus belles heures, elle se nécrose. L’esprit brillant radote, mais l’intelligence se peaufine. Son intelligence est manifestement sous emprise, colonisée, empêchée. Les compliments germanopratins, qu’il a cru sincères et désintéressés, risquent de l’égarer. Il se pense libre mais ne fait que répéter les injonctions de l’esprit du temps.

Notre écrivain national ne devrait pas nous faire prendre ses vessies pour nos lanternes, car son intelligence, en pratique, se met d’abord au service de commandes : participer à la fabrique de l’opinion publique partagée par les recruteurs de son milieu d’adoption. Son confort dépend de cela. Son salaire en est issu. Un écrivain, aussi génial soit-il, doit manger, s’habiller, disposer de beaucoup de temps libre et… pour pouvoir disposer de beaucoup de temps libre (pour lire et écrire), il faut que les finances suivent, sinon le réfrigérateur lui renvoie la réalité de ses besoins premiers. Attention néanmoins… avec le temps : le talent se fait rare s’il s’impose trop de commandes mondaines et néglige la vitalité de la vraie liberté. Le talent est semblable à l’inspiration et l’intuition : un don volatile si on le vend au plus offrant, au lieu de le cultiver en soi. Kamel Daoud ne veut pas le comprendre, car cela lui retirerait tout espoir de pouvoir expliquer au monde civilisé les sauvages que nous sommes. A moins qu’il n’ait reçu une demande subtile de ne pas soutenir le sursaut organique des Algériens pour la préservation de leur pays. Il faut dire que cette réappropriation de la citoyenneté pourrait avoir de nombreux succès – elle les a eus et en aura encore. Par conséquent, il n’est pas sûr qu’ailleurs, à Paris, cela ne soit autrement perçu. Comme, par exemple, la perte d’une ascendance et d’une influence qu’on souhaiterait comme allant de soi.

Or, heureusement, les presses occidentales, notamment anglophones, ne font pas leur compréhension de l’Algérie par le journal Le Point, Le Monde, Libération, etc. ou le Quai d’Orsay. Et le constat est unanime : le peuple algérien est étonnant de vitalité démocratique et de responsabilité citoyenne. Personne n’avait pensé que cela pouvait faire partie de la personnalité algérienne. Ce que les Algériens demandent clairement, c’est la fin de la colonisation de leurs esprits, qu’elle soit franco-centrée (France), arabo-centrée (Arabie Saoudite, Emirats, Qatar, Egypte), islamisto-centrée (salafisme, Frères musulmans) et tout ce qui voudrait nous aliéner et nous dépersonnaliser plus encore que nous ne l’avons été auparavant. La demande populaire est simple et solidaire : être libre et heureux dans son pays et avoir son mot à dire dans les décisions – notamment économiques et culturelles – pouvant lui faire perdre son identité nationale et sa souveraineté. Rien de compliqué, mais de précieux : un vaccin contre toute tentative d’expérimenter, ici, les farces idéologiques sordides qui ont déstabilisé tant de pays – notamment le nôtre – et leurs finances.

Paris est le quartier général, salarial, de Kamel Daoud. Il doit se souvenir qu’ici, en Algérie, il n’est qu’un homme, parmi d’autres, écrivain, entre autres, et que son avis n’a pas de valeur surajoutée comme il peut être amené à le croire, sur tout autre Algérien. De plus, l’Algérie dispose de millions de personnes intelligentes, elle n’est pas stérile dans ce domaine. Le milieu littéraire, qui met Kamel Daoud en avant aujourd’hui, sera le même qui le critiquera si, pour des intérêts entendus, sa présence et ses écrits leur devenaient préjudiciables. Le mieux que puisse faire Kamel Daoud est de nous oublier. Son discours radote et devient ronflant. Bientôt il sera sédatif. Nous ne ferons pas comme lui, nous croirons toujours en l’Algérie. Et, comme feu Hocine Aït Ahmed l’assurait, avant sa disparition, dans une émouvante prise de parole pour ceux qui douteraient de la capacité du peuple algérien à sortir de sa sidération, nous croirons toujours en notre peuple, quelle que soit la personne «renommée » qui veuille nous persuader du contraire, que ses mentors soient à Riyad, Paris, Istanbul ou au Caire.

Les démissionnaires ne nous servent à rien : ils espèrent leur morosité et leur défaitisme contagieux, leur pusillanimité imperceptible mais, surtout, leurs gains conséquents assurés. Les démissionnaires sont finalement des fainéants qui s’ignorent. Qu’apporte un fainéant ? Il dérange le travail des autres, critique pour ne pas relever ses manches et travailler avec tout le monde, comme tout le monde. Non, le fainéant aime se croire meilleur que tous les autres, c’est pour cela qu’il investit la rhétorique. Le dernier article de Kamel Daoud est de la pure rhétorique, il s’écoute trop, depuis trop longtemps et pense que tout le monde ici attend la parousie de la supra-conscience intellectuelle de l’Algérie : lui en personne.

Des Algériens sont actuellement emprisonnés pour avoir demandé un changement nécessaire à l’organisation du pays, dans l’intérêt de tous. Ce sacrifice de leur personne serait un échec ? Les écrivains comme Kamel Daoud sont décrétés «premiers». Facile : ils vont dans le sens de la pensée dominante du pays où ils ont trouvé un emploi de chroniqueur, ils ne possèdent en rien une pensée libre mais… contractuelle. Kamel Daoud reviendra un jour peut-être de ses errances et se réveillera. Il comprendra peut-être un jour que la notoriété acquiert ses plus grandes lettres de noblesse quand l’écrivain explique ses analyses chez lui plus qu’il n’aime être un Père-Fouettard de sa population d’origine à l’extérieur. Cela lui donne certainement des prix, de la gloire, des admirations – il faut vraiment lui souhaiter d’en avoir autant qu’il le désire et ce, à n’en plus finir. Mais en tant qu’écrivain il est inutile à son peuple.

N’est pas Jean Amrouche, Kateb Yacine, Rabah Belamri, Mouloud Mammeri, Mohammed Dib, Tahar Djaout, Rachid Mimouni qui veut. Eux ont aimé leur pays, ont défendu une Algérie algérienne, une défense de la culture antique, populaire et savante algérienne, parfois au risque de leur santé ou de leur vie. Hélas, et nous en sommes collectivement responsables, ils n’ont toujours pas encore été reconnus comme ils le méritaient pourtant : grandement. Ils sont arrivés en avance, trop en avance, tels des messagers, et il faut tout faire pour que le nouveau ministre de l’instruction scolaire programme enfin l’étude de leurs œuvres dans tous les écoles secondaires algériennes.

Le magistère moral de Kamel Daoud risque de devenir mesquin s’il ne prend pas gare aux pièges de son autosatisfaction. Il ne doit pas oublier le paradoxe qui justifie sa gloire personnelle : sans le peuple algérien, dont il moque les faiblesses et les incertitudes, sa carrière journalistique actuelle n’aurait aucune possibilité de se faire. Il peut reconnaître que sans ce peuple-repoussoir, dont il plaît à vilipender les déficiences et les insuffisances et à les exposer, à Paris, il n’aurait pas les dispositions matérielles de sa vie actuelle. Nous attendons sa critique des positions incendiaires et guerrières de Bernard-Henri Lévy et il a le choix, elles sont pléthoriques ! La Libye n’est qu’un exemple parmi d’autres, mais qui nous concerne puisque c’est un pays voisin. Nous attendons sa critique de la politique étrangère désastreuse de la France dans le Sahel, en Syrie. Aura-t-il cette conscience ?

Le mieux, il devrait le savoir, est que chaque homme s’occupe de ses déficiences et de ses insuffisances personnelles avant de prétendre de juger celles des autres ou alors qu’il mette ses connaissances au service des siens pour que tous, ensemble, les uns et les autres, se libèrent des blocages qui les habitent tous. La situation faite à notre peuple depuis l’avènement de l’islamisme ne peut nous plaire. Les destructions que cette idéologie pseudo-religieuse a créé au sein de notre peuple ne peuvent que nous révulser. La défiguration culturelle de notre peuple ne peut que nous horrifier et nous remplir de peine. Mais un homme digne reste avec son peuple, défend l’armée de son pays (faut-il le rappeler ? L’ANP n’agresse aucun pays et ne va pas en dehors de ses frontières, ni ne nuit à aucun pays.). Il ne sert pas les plats d’un pays étranger pour le prétexte infantile qu’un prix littéraire l’aurait élevé sur le commun des mortels.

Sa position contre les citoyens algériens, marcheurs du mardi et du vendredi, est une position personnelle qui n’engage que lui, mais qui, surtout, est fataliste, lui le pourfendeur des fatalismes de notre champ religieux et culturel. Son fatalisme est une pauvreté d’analyse. Mieux encore, il est naïf, romantique, immature, presque infantile. Croire qu’un mouvement populaire peut réussir du premier coup, c’est croire au merveilleux des contes, comme si, avec un coup de baguette magique, une situation ancienne, nécrosante, pouvait se transformer, rapidement, après 11 mois, bientôt 12, à une toute autre situation quasi paradisiaque. Pour passer d’une situation à une autre, il faut des étapes : des prises de conscience, des luttes d’idées, des analyses, des préparations, des procédés, des synergies, des décisions, des actions et des bilans. Seuls les esprits brillants, mais irrémédiablement enfantins, peuvent croire à la transformation du plomb en or. Les esprits brillants brillent, et le brillant ne remplit pas les assiettes, les écoles, les défis et les épreuves à venir. Les esprits brillants tombent souvent dans les discours idéologiques et changent d’idéologie au fur et à mesure des circonstances et des opportunités, lorsque la précédente ne fait plus rêver ou n’apporte pas assez de dispositions matérielles. Les esprits brillants ne servent à rien, ils radotent. Le mieux est de les regarder de haut, nous aussi, adoptant ainsi par mimétisme leur posture pour leur faire comprendre leur vacuité. Kamel Daoud, notre esprit brillant comprendra-t-il ? C’est son affaire et non la nôtre.

Pendant ce temps, nous, tous les autres, que nous ayons voté pour la présidentielle ou non, nous tous, sans les écrivains algériens adoptés par Paris et leurs prix, nous continuerons à soutenir la voie d’une Algérie libre, foncièrement libre, souveraine, foncièrement souveraine, démocratique, juste et solidaire avec tous les hommes et les femmes politiques soucieux de réunir le peuple avec sa patrie, son Etat, son armée. D’autres écrivains viendront et donneront ce que Kamel Daoud ne peut faire. Nous n’attendrons personne, ne croirons personne, et nous prendrons toutes les opportunités possibles pour faire de notre peuple un peuple uni contre tous les fumisteries idéologiques. Les Algériens sont des frères les uns pour les autres : voilà le seul programme politique auquel nous voulons raisonnablement aspirer.

En attendant avançons. Chaque instant compte, chaque intelligence compte, chaque Algérien compte, chaque responsable algérien conscient compte, chaque corps intermédiaire compte. Et si un jour la crise libyenne devait peser sur notre sécurité, que Dieu nous en préserve, comme les jours précédents en ont donné l’augure, nous suspendrons notre résurrection pour la reprendre plus tard. Ce ne sera ni un échec, ni un reniement, ni une lâcheté, mais une nécessité. Le mouvement algérien n’a pas échoué, il est une lame de fond, une résurrection, il perdurera et mutera. Pour l’Algérie.

N. B.

(Suite et fin)

Note

Quand un écrivain s’acharne à dénigrer le sursaut citoyen d’un peuple entier, de tout un pays, pour se faire de la littérature à peu de frais, sur son dos, il faut un jour ou l’autre lui répondre. La seule façon de lui répondre est d’utiliser un procédé d’écriture, le sien, en miroir de celui qu’il pratique à longueur de chroniques. Si cela peut lui faire réaliser que ce qu’il prend pour des articles n’est que du harcèlement n’est pas le but de ces lignes. Ce monsieur écrivant est devenu hautain. Son titre d’écrivain ne donnera manger à personne, et il lui suffit de garder la croyance en son Graal et – de grâce ! – sans qu’il ne nous l’impose. Se défouler sur le peuple algérien, comme il vient de le faire, une énième fois, mérite de lui adresser une série d’exercices d’application. A telle enseigne, puisqu’il n’a aucun esprit collectif, qu’il devrait déjà se charger de sa personne : c’est le seul endroit où il a vraiment une légitimité.

Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

 

Comment (72)

    Anonyme
    8 février 2020 - 19 h 22 min

    Madame Bouzidi vous n’êtes pas la seule à penser ce que vous pensez.
    Lisez : https://orientxxi.info/magazine/kamel-daoud-fossoyeur-du-reve-algerien,3604
    Respect à la journaliste d’AP.

    Karamazov
    25 janvier 2020 - 11 h 45 min

    Je n’ai pas dit que l’auteur n’avait aucun talent pour psalmodier des rengaines éculées ou qu’elle ne savait pas jeter des pierres comme une grande. Des procès comme ça il y’en eu plein l’histoire et pour moins que ça. Ils suffit de copier- coller. Mais moua je préfère le pavé de KD qui les a éclaboussé sans qu’ils puissent le lui rendre.

    Karamazov , n’est pas Algérien ose un commentateur à moitié clairvoyant. A moitié seulement car s’il avait dit : « n’est plus » je l’aurais presque cru. Un instant j’ai failli croire que j’avais réussi mon individuation , un instant seulement à cause de ma frivolité.

    C’est que ma foutue kabylitose génétique me récidive tous mes atavismes que je trimbale comme la carapace d’une tortue. Sinon que serais-je venu faire parmi-vous ? Je l’avoue je n’ai pas plus réussi mon individuation que KD. Car c’est tout simplement impossible. Demandez à MK il en sait un brin. « Thrabayid lmahna thetfiyi chahna si themzi ur ithfuraq » chantait il y a sakata 3athmani. Rebatni lmehna ma bratch tetlegni. si Vous ne me croyez pas : « seqsith wid itswahouzène », avait-il rajouté, demandez à ceux qui ont essayé ?

    Mais ce commentateur a le mérite de situer le drame où il est . C’est l’individuation .

    Il faut savoir que je ne suis pas un littéraire ,pas du tout, et encore moins psychanalyste , je ne lis pas KD comme eux , mais j’ai lu. Alors ne cherchez pas la coquille à travers mon style mes expressions mon orthographe.

    Je l’ai dit que je ne pâmait pas devant l’écriture de KD qui s’est décrit lui-même dans son roman autobiographique : « Zabor ou les psaumes » qui portait allègrement son titre. Je n’aime pas la littérature butindeguériste que je n’ai lue que par curiosité malsaine si KD et Sansal sortent du lot ce n’est que pour leurs tentatives, d’en sortir. Ils ont essayé. Un jour KD écrira sans doute une grande œuvre où il nous dira pourquoi il y a 98% de musulmans en Algérie qui me séduira, il en a le talent, en attendant il faut qu’il réussisse son individuation.

    Donc ce  » Karamazov n’est pas Algérien » est le seul analyseur pertinent pour comprendre le reproche qui est fait à KD .

    Car KD ne fait en vérité que cafeter et on lui dit : wa3lech ya Polichinelle tu as balancé pour te faire soigner gratuitement ton complexe de colonisé chez ceux-là mêmes qui te l’ont foutu pendant que nous autres on est forcé de se le trimbaler comme un trophée ? Wa3lech tu dis qu’on est des frustrés ?

    Le sexe , le butin de guerre, l’islamisme, on te les a passés mais le Hirak non. Ce n’est pas parce qu’on est dupe ya KD, mais en t’en emparant tu nous a zeblouné le sujet. tu nous a rendu impossible de le nuancer. Et maintenant nous sommes obligés de le défendre comme une cause perdue. Tu nous a commis d’office ya KD.

      Anonyme
      25 janvier 2020 - 14 h 43 min

      « Mais moua je préfère le pavé de KD qui les a éclaboussé sans qu’ils puissent le lui rendre.  »

      Tua tu penses … Son texte au contraire lui a bien rendu la monnaie de sa pièce et tu parles de kabylitose ? Je suis kabyle (et chaoui) aussi et ne partage pas du tout tes tares. En tout cas c’est de plus en plus clair que tu as un problème tua. Le même que ton KD. De vrais complexés qui se croient plus lucides que les autres. Fais une sieste t’en a vraiment beaucoup besoin. Rien dans l’article n’est faux, c’est là le problème, il ne vous reste plus qu’à vous acharné sur une personne qui répond à KD, c’est interdit ? Allez raconter vos salades ailleurs. Ça suffit tu les étales à longueur de temps et maintenant tu fais une crise parce que ton gourou a été repris. Ça ne tourne pas rond dans votre tête.

        Karamazov
        26 janvier 2020 - 10 h 26 min

        «  »Je suis kabyle (et chaoui) aussi et ne partage pas du tout tes tares ».

        Nooooon! Tu les a prises pour toi tout seul.

        Toi , la biologie t’a demandé où tu voulais naître : en Suède , en Finlande , ou en Kabylie , dans les Aurès , comme tu es un surdoué tu a choisi la double peine.

        Sors, voyage, et rencontre d’autres gens :thouma idin tu te rendras compte de ta minusculité .Et tu comprendras peut-être KD.

          Anonyme
          26 janvier 2020 - 14 h 28 min

          Tu ne sais meme pas à qui tu parles. Mais tu aimes te convaincre que tu es le seul qui lit, voyage. Ton problème c’est que tu ne regardes même ta misère minuscule, du coup c’est normal que tu défendes un mec qui parle ton langage. Le plus taré de ce site c’est bien toi. Tu l’as ramène car tu as besoin de cracher du feu dès que quelqu’un contredit tes petites certitudes et ton blabla de mec haineux.
          1/ l’article est super et bien écrit contrairement à tes mensonges
          2/ pour une fois que quelqu’un remet sa place Kamel Daoud qui passe son temps à cracher dans la soupe qui l’a fait grandir
          3/la prochaine fois j’espère que Daoud sera désintégré par quelqu’un qui la connu islamiste, ce jour-là ce sera un cadeau

          Grandis bonhomme et surtout prend l’air. Respire mec respire. Ta crise de nerfs est risible.

          Anonyme
          26 janvier 2020 - 16 h 27 min

          Et toi tu sais à qui tu parles ? C’est quoi cette prétention? C’est ce qu’il y a de ridicule et de risible en toi.

          Anonyme
          26 janvier 2020 - 18 h 21 min

          Oui je sais qui je suis. Algérien de souche qui ne se prosternera jamais devant homme. Vous oui. Tous vos posts sont clairs, vous etes de petits énergumènes. Vos réactions sont justes bizarres. Peu d’algériens soutiennent Kamel Daoud. arrêtez vos Kharotta. Bravo à la journaliste d’AP et surtout qu’elle ne lâche pas. Ces critiqueurs ne sont qu’une minorité, la quasi-totalité des algériens ne supportent pas les vendus. Ceux qui les soutiennent sont pareils. Cette journaliste voit juste. Voilà ce qu’on lui reproche. Aucune insulte, juste la vérité. Kamel Daoud est contre les algériens qui se sont levés le 22 février 2019 : c’est tout. Ces algériens sont contre l’influence de la France et votre Daoud chéri n’a pas supporté qu’on critique sa mère chérie. Madame Bouzidi, vous êtes super ! C’était une remise en place nécessaire.

      RBOBA
      26 janvier 2020 - 20 h 30 min

      BRAVO Madame ! Bel article, belle réplique à la fois dans le fond et dans la forme. Je vous rassure, Kamel Daoud n’est pas si lu que cela à Paris. Quant à BHL , son mentor, il ne peut pas le contredire car ce dernier à des parts dans Le Point où BHL qui n’est pas plus lu que Daoud et dont les films tout aussi médiocres que ses livres ne font jamais le plein dans les salles où ils sont projetés, sans doute est-ce la raison pour laquelle il a acheté il y a déjà quelques années un cinéma à St Germain des Prés où une première soirée en faveur de la pseudo « révolution syrienne » s’est tenue avec tous les « arabes de services », les frères musulmans et tout le gratin sioniste de Paris. Ne soyez donc pas inquiète quand je m’adresse à mes amis français, je leur cite ces auteurs dont vous parlez dans votre article. D’ailleurs, vous avez oublié Rachid Boudjedra qui, il me semble, vit toujours en Algérie et n’a jamais craché sur son pays. A l’inverse de Boualem Sansal, lui assez régulièrement invité sur les plateaux. Autre personnage méprisable et qui ne cache pas son admiration pour Israël. Continuez madame, votre oeuvre salutaire, n’en déplaise aux esprits chagrins. Cordialement.

    Anonyme
    25 janvier 2020 - 6 h 08 min

    Je relis cet article et l’ai transmis à tous mes contacts. Il est juste bluffant. Merci mille fois pour ces paroles ;

    « Ce que les Algériens demandent clairement, c’est la fin de la colonisation de leurs esprits, qu’elle soit franco-centrée (France), arabo-centrée (Arabie Saoudite, Emirats, Qatar, Egypte), islamisto-centrée (salafisme, Frères musulmans) et tout ce qui voudrait nous aliéner et nous dépersonnaliser plus encore que nous ne l’avons été auparavant. La demande populaire est simple et solidaire : être libre et heureux dans son pays et avoir son mot à dire dans les décisions – notamment économiques et culturelles – pouvant lui faire perdre son identité nationale et sa souveraineté. Rien de compliqué, mais de précieux : un vaccin contre toute tentative d’expérimenter, ici, les farces idéologiques sordides qui ont déstabilisé tant de pays – notamment le nôtre – et leurs finances. »

    ENTIÈREMENT D’ACCORD. MERCI AP !

    Omar
    24 janvier 2020 - 22 h 33 min

    Karamazov
    Ta réaction n’est-elle pas un chouia disproportionnée ? Comment ne pas voir à travers ta saillie langagière si imagée et quasi virulente, que cette contribution semble avoir déclenchée, une forme de rejet tout simplement de tout ce qui peut concerner le pays car tes critiques acerbes ne datent pas d’aujourd’hui. Tu as toujours eu des mots durs à l’égard de ce peuple, le terme « tubes digestifs » est une des expressions dont tu fais habituellement usage, n’est-ce pas ? Tu as pris fait et cause pour Kd, c’est ton droit le plus absolu et pas seulement concernant l’article du Point. Tu l’as toujours défendu. Il y des sujets comme celui des « viols de Cologne » qui sont indéfendables. Mais tu n’en as cure. Le sujet n’est plus défendre quelqu’un qui est injustement attaqué, ça va au-delà…
    Admettons qu’il n’y a rien d’autre, est-ce la « notoriété inter galactique » de Kd qui te séduit tant ? Ou bien sa « métamorphose » de colonisé « affranchi » ? Sa liberté de ton qui le caractérise si bien notamment lorsqu’il gerbe abondamment et avec délectation sur son pays et sur les musulmans en général ? Sa « réussite », que je qualifierai trivialement de (« défroquage rétribué « ) ? Il n’y a hélas rien à défendre qui en vaille réellement la peine !
    Personne ne peut le secourir, d’ailleurs il n’est pas demandeur.
    Ce qui nous arrive est unique dans notre histoire. Cette lame de fond ira au bout car rien ne pourra l’arrêter. Au bout, c’est la naissance d’un Homme nouveau. C’est le plus grand, le plus ambitieux et le plus fou des challenges que notre peuple aura à relever (même si cela devrait passer par des « mouvements processionnaires incantatoires » tous les vendredis comme il te plaît tant à qualifier ce mouvement). Son avenir en depend. Tout le reste est secondaire. Quant à toi, cher ami, tu peux continuer à gloser en utilisant tes caricatures et tes expressions stériles, à défendre l’indéfendable et à attendre un nouveau Kd !

      Anonyme
      25 janvier 2020 - 6 h 58 min

      Karamazov n’est sûrement pas algérien. Il fait dans la manipulation. J’ai relu l’article. Tout ce que dit Karamazov de cet article est pur mensonge. C´est au contraire un article direct, honnête et franc. Accuser cette journaliste de jalousie montre que Karamazov l’a trop bien lu et que le contenu l’énerve. En fait cet article réveille.

    lhadi
    24 janvier 2020 - 19 h 26 min

    « Je m’employai avec une passion froide à transfigurer ma vocation en y versant mes anciens rêves, rien ne mi fit reculer : je tordis les idées, je faussai le sens des mots.. Â la vacance de mon âme succéda la mobilisation totale et permanente : je devins une dictature militaire »

    « Je m’étais armé pour défendre l’humanité contre les dangers terribles et tout le monde m’assurait qu’elle s’acheminait doucement vers la perfection. Grand père m’avait élevé dans le respect de la démocratie bourgeoise : pour elle, j’aurai dégainé ma plume volontiers : mais sous la présidence de Fallières le paysan votait : que demander de plus ? Et que fait un républicain s’il a le bonheur de vivre en république ? Il se tourne les pouces ou bien il enseigne le grec et décrit les monuments d’Aurillac à ses moments perdus. J’étais revenu à mon point de départ et je crus étouffer une fois de plus dans ce monde sans conflits qui réduisait l‘écrivain au chômage ».

    Jean Paul Sartre – Les mots – pages 143- 145 –

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    3
    5
    Un doubab.
    24 janvier 2020 - 18 h 57 min

    Il est un écrivain imaginaire ,pas un mokh,juste un petit écrivain qui fait plaisir aux maîtres.

    4
    7
    Anonimaoui
    24 janvier 2020 - 15 h 01 min

    Puisque le hirak se bat pour libérer la parole comment peut-on nier à un citoyen le droit d’exprimer un avis , positif ou négatif, concernant ce même mouvement populaire, d’autant plus que ce citoyen est un intellectuel de renom qui a fait ses preuves sous d’autres cieux pas au pays où la rokia est érigée en culture. Si vous jalousez Kamel Daoud faites lui de l’ombre par vos oeuvres et non par l’insulte.

    8
    8
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 19 h 29 min

      faut arrêter vos salades
      qui voudrait être jaloux d’un écrivain qui se vend ?
      ceux qui n’ont lu dans leur vie que Kamel Daoud ou qui sont limités au point de suivre un écrivain par ce qu’il est célèbre
      vous êtes atteint les gars
      les anti-algériens de la secte KD sont sortis aujourd’hui
      vous pouvez salir l’article autant que vous voulez ça ne changera rien les gens savent lire ils n’ont pas besoin de traducteurs

      5
      6
        Anonyme
        24 janvier 2020 - 21 h 15 min

        @Anonyme 24 janvier 2020 – 19 h 29 min
        Peux-tu m’expliquer pourquoi le coq se pavane avec ses ailes mais elles ne lui servent à rien, même pas à voler.
        Par extrapolation tu dois deviner que certains commentaires anti-KD paradent sur AP sans jamais prendre de la hauteur.

        1
        1
        Krimo
        25 janvier 2020 - 7 h 57 min

        Sans nom du 24 janvier 2020 – 19 h 29 min

        Tu dis en toute evidence :  » ça ne changera rien les gens savent lire ils n’ont pas besoin de traducteurs  » Alors quel est le bien-fonde de cet article ????

        Un autre (que je cite) te rappelle : « La connaissance, c’est savoir qu’une tomate est un fruit. La sagesse c’est ne pas la mettre dans une salade de fruits »

          Zaatar
          25 janvier 2020 - 9 h 25 min

          Salut krimo,
          Merci pour la réplique, j’ai piqué un fou-rire.
          Je voulais répondre, tu l’as fait.
          Bien à toi.

          Anonyme
          25 janvier 2020 - 14 h 45 min

          Bof.

      Anonyme
      24 janvier 2020 - 19 h 38 min

      vous délirez, il n’y a aucune insulte
      si dire la vérité est une insulte c’est que vous avez de gros problèmes du coup gardez votre avis pour vous si c’est pour mentir
      ce texte est vrai du début à la fin

      2
      5
    - KD autre ou "cas des" autres
    24 janvier 2020 - 14 h 18 min

    Chaque jour qui passe est un pas vers le cimetière, arrivé à destination :
    Je voudrai qu’on me lave de ma lâcheté d’avoir combattu des innocents armés de plumes, que les coupables en mitraillettes.
    Je voudrai être enveloppé du linceul de vérité qui dénonce les malsains et épargne les écrivains.
    Je voudrai une mise en terre par les pourvoyeurs d’idées et non par les fossoyeurs de mon pays.
    Je voudrai que mes obsèques soient un hymne à la franchise et non un ode à la censure.
    Je voudrai des prières de liberté de penser et non des libertés de prier pour dire ce que je pense .

    Je voudrai enfin, ne pas me tromper de cible quand je cible les tromperies.

    Anonyme
    24 janvier 2020 - 14 h 17 min

    KARAMAZOV : un peu de mémoire

    20 déc. 2017 Par Jacques-Marie Bourget Blog : Le blog de Jacques-Marie Bourget

    « Kamel Daoud, le BHL algérien, s’est fait connaître il y a deux ans en proclamant que « l’Arabe et le Musulman » étaient, en quelque sorte, des violeurs « culturels »… La faute au Coran et tutti quanti. Manque de pot les « Viols » de Cologne, montage de l’extrême droite allemande anti migrants, n’ont jamais existé. Et voilà qu’il se trompe encore (rires au fond de la salle).  »

    Kamel Daoud: Cologne, contre-enquête – 06 Juin 2016 Jacques-Marie Bourget

    Dans cette guerre faite aux Arabes et Musulmans, où à la tourelle son char à pédales BHL se rêve en Patton, un nommé Kamel Daoud va être recyclé par les élites de Paris qui en fait une tête de gondole. Voilà un nouveau héros, martyr d’une fatwa en peau de lapin. A Oran, le voilà devenu un journaliste à la plume alerte. Il est donc dit que la France vivra désormais sous les diktats d’Éric Zemmour, l’Algérie sous ceux de Kamel Daoud.

    C’est par la publication de son livre « Meursault contre-enquête » que le journaliste oranais débarque Rive Gauche. Un bouquin dans lequel, se mettant dans la roue de Camus, il ne risque qu’une retombée : ramasser un peu de la gloire du Prix Nobel victime de la route.

    Cette journaliste a entièrement raison de l’avoir pris par le pantalon puis lui donner la fessée qu’il méritait. Franchement bravo !

    7
    5
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 17 h 42 min

      Merci infiniment mon ami de m’avoir appris l’origine de la haine envers Kamal Daoud.
      Je vais m’empresser rapidement en appliquant des logiciels virusés des journalistes français et formater ceux de mon frère Kamel.

      Tiens !!! je découvre qu’il n’est pas le seul « vendu ».

      2
      8
    Anonyme
    24 janvier 2020 - 14 h 12 min

    « Le mieux que puisse faire Kamel Daoud est de nous oublier. Son discours radote et devient ronflant. Bientôt il sera sédatif. Nous ne ferons pas comme lui, nous croirons toujours en l’Algérie. »

    Entièrement d’accord. Juste pour embêter Karamazov. Cheh !

    7
    6
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 18 h 14 min

      Il est beaucoup plus facile que tu décides d’oublier KD pour te préserver des radotages, des sédatifs … que d’ordonner à ce dernier de faire quoique ce soit, encore en supposant qu’il te prête l’oreille facilement.

    Karamazov
    24 janvier 2020 - 13 h 04 min

    Ah ! les voilà les cerbères du temple encore qui exhalent la langue de Voltaire par les naseaux pour nous embuer notre esprit critique. Et avec ça ils voudraient nous châtrer le langage pour qu’on n’aille pas le fleurir quand nous sommes trop inspirés .Pas un seul d’entre eux ne lui arrive à la cheville ni n’a acquis sa notoriété inter-galactique mais on renchérit dans le style le plus pédant qu’on reproche à KD pour lui faire la leçon . Ça me gave !

    Ça me gave  jusqu’à la nausée . Quelle crasse !

    Je suis indigné outré, sidéré par ces héritiers de Tahar Ou3etar qui ont lancé une cabale contre KD qui n’a pourtant rien écrit d’offensant pendant qu’eux ne se gênent pas pour nous vendre la carcasse d’un Hirak moribond né lui même de la tentative de nous vendre un autre cadavre comme président .

    Hier leurs mentors bannissaient Mammeri pour sa « colline oubliée » pour l’avoir extraite de la pesanteur coloniale , qu’ils avaient comparée , ô ultime injure, à « la colline inspirée » de l’égérie de l’extrême droite nationaliste Charles Maurras, aujourd’hui leurs rejetons s’acharnent su KD. Rien n’a changé kifkif le purin .

    KD, l’homme par qui le malheur est arrivé : il a dit que le cadavre du Hirak était mourant . Quel sacrilège !

    C’est juste que KD fait un simple constat et que vous vous faites dans l’allégorie .

    C’est là son crime :vous avoir découvert dans votre grandiloquente fatuité.

    Aucun précurseur de changement n’a affecté notre société, il n’y a eu ni bouleversement social, culturel , économique, scientifique , géologique, génétique, biologique, astronomique, ni quoi que ce soit, mais !

    Mais c’est la frénésie messianique.
    « L’extraordinaire Mouvement populaire algérien de réappropriation citoyenne et patriotique » Que ça ? Mais non : «  Il est né le divin Hirak, qu’il est beau qu’il est magnifique qu’il est miraculeux, le Hirak est une révélation, le Hirak c’est la rédemption, le Hirak c’est l’ataraxie, le Hirak c’est le salut de nos âmes ,adkhoulou fi sabilihi ya nass sinon fi djihnama khalidine » .

    Et que je lui compose un hymne au Hirak, et que lui fasse une ode,  et que je te l’amplifie, et que je lui souffle dans la djellaba . Sociologues , anthropologues,historiens, économistes, politiques, tout ce que compte l’Algérie de sachants s’y est mis pour nous le vendre et pour le faire entrer dans la légende comme mythe fondateur de notre nation.

    Non mais, ma parole ! « Moua Lalmas j’ai été voir Bensalah pour lui retirer les clés du pouvoir pour les donner au Hirak » et «  mouamouamoua Sofiane Djilali j’ai été les voir pour les aider à partir »  : voilà la crème de l’élite algérienne .

    Mais non ! le Hirak est un mouvement messianique processionnaire incantatoire de zozos enflammés qui vocifèrent des slogans djihadistes après leur prière du t’hor coatchés quotidiennement par la chaîne des tangos qui leur psalmodie des encouragements, que l’instinct grégaire et l’impulsivité primaire pousse naturellement aux regroupements. Les populaces totalitaires comme la nôtre qui carburent à la religion sont capables de sortir des millions de gens pour un blasphème, un nuage zoomorphique, une brebis qui a parlé à l’ours qui l’a dit à l’imam qui , ou pour une éclipse, c’est physiologique, il n’ y a en cela rien d’étonnant. Et je ne parle pas des millions de bigots à cause de leur cruauté !

    Et KD là-bas fi bled elkoufar avec un seul article il fout tout cette mascarade en l’air, et ça réveille leurs démons de colonisés.

    D’autres qui savent qu’il n’a pas tout à fait tort mais qui emportés par l’engouement global se sont trop impliqués dans le Hirak ne lui reprochent pas le fond mais l’opportunité de le dire en ce moment pendant que tout le monde s’acharne à souffler dans le luc d’un Hirak au pronostic vital plus qu’engagé pour le ranimer. Ils n’ont pas fini de mentir au Hirak ,ils ont encore besoin d’un peu de temps ou ils n’ont pas envie de quitter le Hirak avant son enterrement.

    Quand je disais que le Hiak n’était qu’une branlade populacière je ne croyais pas si bien dire. Et la preuve, s’il en était autrement il nous aurait au moins débarrassé de tous ces dévots staliniens et de ces résidus de l’inquisition, or au lieu de cela il les a ragaillardis et rendus à plus jamais plus féroces qu’avant.

    Mais si le Hirak a réussi pourquoi tenez-vous à ce que ce soit KD qui vous le dise ? Les YB,les Addi,les KN , toute l’intelligentsia algérienne, ne vous suffisent-ils pas ?

    Vous êtes dans le déni , vous confondez le diagnostic et la maladie, et c’est la faute à KD ! Si vous vous chopper la chtouille du Hirak ce n’est pas parce que vous vous êtes dévergondés , c’est la faute au médecin qui vous l’a diagnostiquée.

    Et c’est « ça » qui voudrait nous vendre le Hirak, comme un mouvement révolutionnaire ?

    C’est la honte qui est un sentiment révolutionnaire , bessah allah ghaleb,comme ma tante vous n’en avez pas . Comme on dit chinou à Guezgata : ur itizwigh ara udem nwen. Votre visage ne rougit pas

    Alors que cet article en soi ne méritait même pas qu’on lui prête attention et qu’on s’y arrête son auteur s’est attiré les foudres de l’inquisition rien que par son nom.

    Ce n’est pas KD qui a une mentalité de colonisé , il ne fait que tenter d’en sortir, il sait que comme tous les algériens il est congénitalement atteint par le complexe du colonisé. Mais au moins lui il se soigne comme il peut , il ne le trimbale pas comme vous comme un trophée. Le butin de guerre , mon luc !

    Le complexe du colonisé c’est vous qui tombez sur KD à bras raccourcis qui l’avez , c’est vous qui êtes fascinés par le Hirak parce qu’il a réveillé en vous le fantasme du colonisé de Fanon : «  trohou ga3 on va se VAUTRER à votre place ».

    Au contraire c’est lui qui a perturbé le refoulé des colonisés qui ont lancé une cabale contre lui. Par contre cela ne m’offusque pas qu’on dise de lui que l’Homme révolté d’Oran s’est perdu dans la peau de L’Etranger. C’est ainsi que ça se passe souvent dans toutes les tentatives d’individuation. Quand on décide de quitter une prison culturelle et sociale pour nulle part on ne sait pas ce qu’on va trouver en échange, il ne reste souvent de choix que se perdre , de s’enfermer dehors, ou de renter bredouille à la casa pour ronger son frein et boire sa coulpe jusqu’à la lie. Or KD ne veut plus rentrer , et même s’il le voulait il sait qu’il ne le pourrait plus, parce qu’on l’a banni. Et finalement il s’est retrouvé dans cette peau de l’Etranger qu’en vérité lui jalousent tous ceux qui ont essayé de se faire une place à l’Etranger mais qui n’ont pas réussi.

    Za3ma thoura entouma si allah ghaleb vous ne vous étiez pas trompés de lieu de naissance vous seriez là à tenir le heleb à KD et à branler le cadavre hirakien ?

    .

    Juste que KD a arrêté de suivre le corbillard tout en compatissant . Car l’article de KD n’est finalement qu’un épanchement compassionnel pour un mouvement qu’il a suivit pendant un moment d’égarement.

    Et wech, il n’en est pas à sa première mouta3ade quoi ! Dijà tout jeune le salafisme et … Pardon ! Mais kamim ! Il en est revenu alors que vous vous êtes en train de faire le chemin à l’envers avec votre frénésie nécrolâtre vouant un culte immodéré à un cadavre et embarquant les résidus de la vermine islamiste dans votre troupeau de tubes digestifs ambulants.

    Thoura daghène vous zalez nous faire croire que le problème du Hirak c’est KD ?

    Vous croyez que c’est en ramenant KD à votre niveau pour l’étriller que vous allez ressusciter le cadavre de votre mouvma processionnaire incantatoire du vendredi ba3d t’hour ?

    Vous croyez que c’est par la provoc que vous le feriez condescendre parmi vous pour que vous puissiez mieux l’étriller ?

    KD est trop haut pour que vos crachats puissent l’atteindre, car bave de crapaud…

    7
    9
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 14 h 10 min

      Moi aussi j’y vais de mon avis. Cet article te dérange. Pourquoi te mets-tu dans cet état ? L’article dit seulement ce que tout le monde remarque de puis l’article de Daoud sur Cologne. A ce moment tout le monde a commencé à douter sur sa vraie liberté. Kamed Daoud est un ancien islamiste qui a voulu le dissimuler et il est ensuite devenu le penseur que BHL a voulu protéger. Un barbu qui devient le monsieur qu’on n’a pas le droit de critiquer, c’est bizarre. Pourquoi ne s’explique-t-il pas sur ses années d’islamiste à Oran ? L’islamophobie de Daoud, ancien islamiste, donne le droit de s’interroger ou pas ? Les femmes battues par leurs maris écrivains c’est pas important non plus ? Cet article n’a rien d’extraordinaire, il compile juste ce que tout le monde sait. Mais la journaliste n’aurait pas le droit de rappeler ce que tout le monde devine ? Bizarre comme réaction.

      6
      7
        Karamazov
        24 janvier 2020 - 16 h 49 min

        Moua je ne vois qu’avec mes propres yeux !

        Krimo
        24 janvier 2020 - 16 h 59 min

        Anonyme du 24 janvier 2020 – 14 h 10 min,

        BHl par ci et BHL par la, maintenant c’est BHL qui donne le quitus ou le sesame ,,,,,,, Jamais ce sinistre individu de la caste de «  ceux qui ne disaient pas leur nom ‘’ y a pas long, n’aurait imaginé autant de gloriole en et hors « douce France’’ ……. Mais qui la lui fait ʔ

        Vous dites « Mais la journaliste n’aurait pas le droit de rappeler ce que tout le monde devine ? »
        La journaliste recourt a un procède inélégant, c’est de vouloir se faire un nom …… en infantilisant elle `’ ciceronne ‘’ au nom de la plèbe et au demeurant (je la cite) « De plus, l’Algérie dispose de millions de personnes intelligentes, elle n’est pas stérile dans ce domaine » .
        C’est l’art de se contredire

        6
        6
      Rachid
      24 janvier 2020 - 15 h 16 min

      Le Hirak va luttera jusqu’a la victoire totale et jusqu’a ce qu’il vous sorte par le nez comme du vinaigre. Ta haine ne pourra jamais l’atteindre. Ces rapaces ne dorment pas et beaucoup de mourrons par crise cardiaque Hirakienne. Rira bien qui rira le dernier.

      3
      4
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 15 h 33 min

      @Karamazov
      C’est long mais sincèrement proportionnel à ta clairvoyance et gigantesquement véridique concernant les missiles sur KD et restons donc dans l’énorme (sens propre et figuré) : Grand merci.

      5
      8
        Karamazov
        24 janvier 2020 - 16 h 57 min

        Je sais je sais , enfin je crois savoir . Merci de m’avoir lu kamim !

        J’en ai mis un peu pour tout les lapidaires dont la majorité est formatée pour tweeter et ne lit qu’une phrase au hasard.

        2
        9
      Merouch
      24 janvier 2020 - 15 h 47 min

      Qui n’a pas lu « Les frères … » ne peut comprendre votre galimatias. Désolé pour vous, écrivez plus simple plus court, en séparant bien les idées et peut-être alors …

      Ce qu’on reproche à Daoud n’est pas son écriture (il a un talent reconnu d’écrivain) mais ses incursions dans les domaines de l’analyse de l’évolution de la société, de la religion, de l’histoire … pour lesquels il n’a qu’une connaissance approximative.
      Ce qu’on lui reproche aussi c’est sa francophilie PAS son écriture en langue française, il y a de très nombreux écrivains algériens (de langue française) qu’on n’a jamais traités de francophiles.

      Ce qu’on lui reproche aussi est son texte sur les événements de Cologne.
      Voici ce qu’en dit un journaliste de MediaPart :
      K. Daoud nous propose une vision clivée du monde: « les occidentaux » d’un côté, » les réfugiés » issus du « monde d’Allah » de l’autre… Les universitaires qui le critiquent et tentent d’amorcer le débat, sont disqualifiés et accusés de complaisance avec l’islamisme…

      C’est exactement ce que vous faites comme procès aux personnes qui essaient de clarifier les choses et surtout percer le fonds brumeux de cet écrivain. Qu’il se remette à écrire des romans et laisser ses diatribes vaines sur l’islam en s’alliant à ceux qui au nom de leur « civilisation » avait glorifié le colonialisme contre les barbares musulmans d’Algérie (et d’ailleurs).
      Encore un extrait :
      Il persiste là à affirmer qu’il existe, selon lui, 2 univers mentaux nettement séparés: celui des « occidentaux », les «libérés», ceux qui n’ont pas de problème avec le sexe, le viol, la pornographie, la pédophilie, leur mère, les femmes… et à l’opposé, celui de la misère sexuelle uniformément répandue dans le « monde d’Allah ». Entre ces 2 mondes , une irréductible altérité. La même qu’il est nécessaire d’affirmer à l’égard du fou, du délinquant, du terroriste, de l’étranger… ?

      Pour le reste voir :
      https://blogs.mediapart.fr/danlevy/blog/040316/autour-du-texte-de-kamel-daoud-cologne-lieu-de-fantasmes

      Son texte avait fait beaucoup de dégâts et beaucoup de bruits, une bonne partie de l’intelligentsia française surtout de gauche (à moins que vous la traitiez d’islamiste elle aussi , comme le font la droite et l’extrême droite françaises) lui a répondu.
      Le cas de cet écrivain est a rapprocher de celui d’un autre dérangé à l’idéologie d’extrême droite, même s’il ne lui arrive pas à la cheville : Louis-Ferdinand Céline qui était antisémite (K.D ne le pourrait/voudrait pas il risque les foudres du ciel) … K.D. lui s’attaque seulement à l’islam et aux musulmans, pour le christianisme il lui en couterait.
      Aucune réflexion sur l’évolution des sociétés et la réalité d’aujourd’hui des autres civilisations : les viols (commis par les prêtres), les assassinats de femmes par leur conjoints, …

      Après tout chacun son analyse, je ne suis ni votre maitre ni votre conscience et vous n’êtes rien pour moi non plus. Restons-en là !

      3
      8
      Merouch
      24 janvier 2020 - 16 h 22 min

      Cette phrase
      « Vous croyez que c’est par la provoc que vous le feriez condescendre parmi vous pour que vous puissiez mieux l’étriller ? »
      ne veut strictement rien dire, veuillez bien lire (ou relire) la signification et l’utilisation du verbe condescendre.
      L’utilisation d’une de ses synonymes, le verbe daigner donnerait
      « Vous croyez que c’est par la provoc que vous le feriez daigner parmi vous pour que vous puissiez mieux l’étriller ? »
      C’est fort, très fort !

      2
      4
    Anonyme
    24 janvier 2020 - 11 h 58 min

    Ce texte est un enchaînement de phrases pompeuses qui ne veulent rien dire!!!!
    Tout intellectuel a le droit de bousculer les esprits et susciter un débat.
    Débattez avec des arguments au lieu de critiquer la personne!!!

    6
    7
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 14 h 55 min

      Donc tu ne sais pas lire. L’article est plutôt bien argumenté et vous commencez à nous emm… ici les grincheux, grogneurs. Elle l’a éclaté et c’est cheh ! Elle est elle aussi une intellectuelle à sa manière et qu’est ce qui vous dérange ? Elle lui a dressé le portrait qu’il méritait. Ça fait longtemps qu’on attendait que quelqu’un se charge de lui. Cheh ! mille fois

      5
      7
        Anonyme
        24 janvier 2020 - 16 h 40 min

        @Anonyme 24 janvier 2020 – 14 h 55 min
        Tes « … à nous emm… ici les grincheux, grogneurs … Cheh ! mille fois … » donnent-ils plus de poids et crédibilité à tes arguments ? A part la haine envers tes frères.
        Elle donne des coups à éclater, à déranger, à dresser des portraits … mais si elle en reçoit, il faut pas crier au scandale.
        « … Ça fait longtemps qu’on attendait que quelqu’un se charge de lui … » est un agressivité et règlement de comptes qui me rappelle exactement les mêmes procédés qu’utilisait un certain GS et consort.

        1
        6
    - KD de mes soucis ou cadet de mes soucis
    24 janvier 2020 - 11 h 13 min

    AP je vous remercie de tout mon cœur, toujours égal à vous-même par cette remarque qui ne fait que confirmer votre équité et savoir-vivre :
    Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

    Le refus d’antithèses et le « sans commentaires » en synthèse en découle de source.

    Karamazov
    24 janvier 2020 - 10 h 52 min

    « Les écrivains les plus lus ne sont pas forcément les meilleurs ».

    Et ceux qu’on ne lit pas du tout sont exceptionnels ?

    Et non , c’est le lecteur qui décide, chacun avec son propre cerveau ?

    2
    8
    Merouch
    24 janvier 2020 - 10 h 38 min


    L’oracle K.D. , a parlé et cette fois-ci, il a concerné l’Algérie pas seulement l’islam et le monde musulman. Annoncer la fin d’un mouvement pacifique révolutionnaire pour un rebelle est normal car le rebelle veut le changement à sa façon et immédiatement. Le révolutionnaire a le temps car il construit, avec d’autres, pour le lendemain. Nous avons vu tant d’écrivains se tromper sur la marche de leur société dont des algériens. A ce propos, je trouve que la comparaison avec E. Zemmour n’est pas correcte, ce dernier vit dans la (sa) société où il écrit, … Daoud se croit investi d’aller à l’étranger dire leur « vérité » aux algériens et aux autres bipèdes qu’il exècre à savoir les musulmans. Daoud vit en général en Algérie où il élabore ses idées funestes et rétrogrades ne comprenant pas que le mouvement de l’histoire va dans le sens de la liberté avec ou sans lui et plutôt sans lui. A voir sa tête sur les photos on devine la rancoeur et la haine qui l’habitent, certainement de ne pas vivre dans une Algérie française et pourquoi pas avoir un autre nom et un autre prénom qui vont bien avec sa francophilie maladive (ce qui peut se faire maintenant s’il le veut grâce à tous ses accessits). Il se gardera de le faire car il n’aura plus droit aux tribunes de la haine.


    K.D. se trompe comme il l’a fait à de nombreuses reprises et dans certains cas ce sont des mensonges qu’il a du mal à assumer. C’est de la lâcheté d’avoir accusé des réfugiés d’avoir agressé des jeunes femmes allemandes à Cologne, l’enquête a prouvé que c’étaient des délinquants maghrébins (majoritairement des algériens), avec 3 allemands et 2 syriens.
    Il ne devrait mériter aucune mansuétude de la part de gens instruits, avisés et cultivés. Pour le reste, ils ont l’habitude de supporter les médiocres et ceux qui les insultent à longueur de journée, tant pis pour eux.

    4
    8
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 14 h 51 min

      @Merouch
      Il y’a une différence entre tenter de donner tord à quelqu’un alors qu’on désire inconsciemment de se donner raison à soi-même .

      La différence entre ces deux extrêmes se mesure en année-lumière.

      3
      7
        Merouch
        24 janvier 2020 - 17 h 20 min

        Donc toute l’intelligentsia française et algérienne qui s’en est pris à lui pendant les événements de Cologne et dernièrement encore a TORT ?
        Bien vu et si c’est juste en année-lumière (une seule) et pas années-lumière, je suis content d’être parmi les plus proches de la lumière que vous.
        Au passage je vois que vous utilisez le vocabulaire français à tort et à travers mais il est vrai que certains sur ce forum tordent souvent la langue française à leur gré, ce qui donne des passages indigestes aux lecteurs. Le charabia est connu en terre algérienne.

          Anonyme
          24 janvier 2020 - 19 h 23 min

          Je vous remercie Mr Voltaire pour mon vocabulaire à tort et à travers très loin de vos lumières. Heureusement que la terre Algérienne vous a enfanté pour servir de pansement gastrique aux lecteurs.
          Grand Bravo !!!

          1
          3
    Karamazov
    24 janvier 2020 - 10 h 34 min

    Ma parole, ils font comme la chèvre de Monsieur Seguin, ils vont dans la forêt bessah pas touche le loup : coïtus interruptus !

    Il ne fallait répondre que que par oui ou par non à question ontologiquement principale : le Hirak est mort oui ou m… ? Au lieu de se lancer dans des élucubrations onanesques,mais KD lui il n’a pas pu se retenir avec ses divagations et c’est l’épidémie ,tout le monde y est allé de sa savonnette .

    J’arrête parce que je n’aime pas m’énerver quand je suis en colère alors je me calme et je reviens !

    J’en profite aussi pour roqyer mon commentaire chez l’imam Ghafour de Guezgata pour que vous n’alliez pas encore dire que je suis iksisif .

    Iksisif moua qui n’écris jamais sans ma camisole et ma ceinture de chasteté ?

    4
    6
    gerzal khomri
    24 janvier 2020 - 10 h 29 min

    Kamel Daoud ,réveilleur de conscience ,en prenant la température des mouvements qui s’opèrent en Algérie les mardi et vendredi ,c’est plutôt calme sauf a Alger ou ça bouge vraiment ,j’ai trouvé son article provocateur dans les deux sens pour que toute l’Algérie se bouge et pas que les algé Rois ,il ne faut pas essayer de cacher le soleil avec un tamis comme disaient nos ancien.
    Quand a notre KD laissant lui le temps de murir c’est un génie en devenir.

    4
    7
    Thamourth
    24 janvier 2020 - 10 h 08 min

    N’est ce pas qu’un article avait qualifié KD de « Azrem » dans vos colonnes ???
    Ce qui n’enlève rien au fait que le peuple algérien doit nettoyer la place publique des faussaires, de tous les faussaires.

    4
    3
    ZORO
    24 janvier 2020 - 9 h 30 min

    Quand il portait une barbe Daoud a bien medité ce verset , à un tournant de sa vie il l a mis en application. .
    لن ترضي عنك اليهود ولا النصارى حتى تتبع ملتهم
    SigneZORO. ..Z……

    3
    13
      Krimo
      24 janvier 2020 - 16 h 17 min

      Zoro,

      S’il te plait ne cite pas un extrait de verset hors contexte……….. Ceci est la méthode de predilection en usage actuellement, et très prisee par la ploucocratie franchouille aux fins de ……..

      6
      3
    AlwaysTamurth
    24 janvier 2020 - 9 h 21 min

    Azou Fellawen
    Je crois que trop d’importance a ete donnee a ce personage. c’est un ecrivain certes. Ces ouvrages sont peu etre de tres bonne qualite syntaxique. Mais semantiquement, c’est une autre paire de manches.
    Le vrai probleme est un probleme d’ideologie. Cet ecrivain a une ideologie reactionaire qui sert des forces neo colonialistes,et imperialistes. Il a choisit son camp. Il est algerien comme 45 millions d’algeriens, mais c’est un reactionaire.
    Quelque soient les lauriers, les prix que lui occtroieront ses patrons imperialistes, il ne sera jamais un Kateb Yacine, Georges Steinbeck, Rachid Boudjedra, Noam Chomsky, Mouloud Feraoun, Rachid Mimouni, ou Mouloud Mammeri, or Edward Said.
    AlwaysTamurth.

    6
    8
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 10 h 59 min

      Le vrai problème est justement pourquoi donner une importance (1) démesurée quelquefois par torpilles interposées à cette affaire au point d’en sentir le souffre ? Il n’a pas de fumée sans feu !

      La vraie question est :
      Que penseraient Kateb Yacine, Mouloud Feraoun, Rachid Mimouni, Mouloud Mammeri, Mohammed Dib, Assia Djebar, Tahar Ouettar, Malek Haddad, Tahar Djaout … s’ils avaient vécu le Hirak ?

      Une critique constructive sur KD (bonne ou mauvaise) avec élégance est souhaitable, le descendre en flamme ou l’ostraciser physiquement, moralement et intellectuellement … est inadmissible.

      (1) Rien que sur AP :
      – L’échec de Kamel Daoud devant sa tentative de mystification du Hirak
      – Kamel Daoud sur les traces de Khalida Toumi
      – Le Hirak et le dernier pamphlet de Kamel Daoud
      – Les radotages de l’oracle Kamel Daoud (I)
      – Les radotages de l’oracle Kamel Daoud (II)

      3
      5
        Merouch
        24 janvier 2020 - 14 h 40 min

        Et que dites-vous des accusations mensongères proférées envers les « réfugiés musulmans » qui il a calomniés lors des « événements de Cologne » sans preuves et surtout sans présenter d’excuses après les arrestations ? C’étaient majoritairement des délinquants algériens.
        Nous trouvons aussi inadmissibles son parti pris en général.
        Chacun a sa propre analyse, restons-en là !

          Anonyme 24 janvier 2020 - 10 h 59 min
          24 janvier 2020 - 17 h 23 min

          Quand on a de la fièvre on accuse pas le thermomètre, pointez du doigt d’abord ceux qui leurs ont collé le virus de la haraga et puis on passe aisément à K.D.
          Quant aux « événements de Cologne » c’est vrai que ça été fait par des Bouddhistes et ça avec preuves.

          Ou est-ce que je dois vous applaudir, au début ou la fin de votre commentaire ?

          1
          4
      ZORO
      24 janvier 2020 - 11 h 18 min

      Daoud est plutot un disciple de yacine ,celui là s il etait encore vivant ,il aurait certainement obtenu le prix Nobel de LEUR LITERATURE a l instar de Najib Mahfouz qui obtint le prix quoiqu a travers sa literature arabe . l essentiel c est de taper sur l islam pour obtenir le sesame de la reussite.
      SIGNEZORO….Z…..

      3
      8
        Merouch
        24 janvier 2020 - 14 h 29 min

        Non Renard, Daoud n’est pas un disciple de Kateb qui lui, écrivait contre le système et contre les organisations islamistes et/ou terroristes. Sa formation en langue française, pour des gens de sa génération, était la seule qu’on pouvait avoir à l’école, il est donc normal, comme pour M. Haddad d’écrire en langue française. M. Haddad lui, a du faire « un suicide littéraire » (en 1968) où il a annoncé qu’il cesserait d’écrire en français et comme il ne savait pas écrire en arabe, sa production littéraire s’est arrêtée. Kateb a modifié sa langue d’écriture lui aussi, il s’est mis à écrire ses pièces de théâtre en langue arabe algérienne (derja) au lieu du français et même de la langue arabe « académique » qu’il considérait comme étrangère à l’Algérie. Nobel pour Kateb ? C’est ne pas connaître sa nature de révolté. Il n’a jamais déconsidéré le peuple algérien.

    Krimo
    24 janvier 2020 - 0 h 14 min

    Mme Nouara Bouzidi,

    Serait bien ennuyeux le bis repetita ….. de ma part.

    Vous dites « pour faire usage de rhétorique et impressionner son ……. nouveau LECTORAT ». Si vous croyez que vous en etes affranchie ……. alors merci KD pour l’occasion donnee a l’exercice de ce « talent ».

    Et encore: « De plus, l’Algérie dispose de millions de personnes intelligentes, elle n’est pas stérile dans ce domaine » Avec cette affirmation en quoi KD derangerait-il l’intelligentsia algerienne ?????

    « Son intelligence est manifestement sous emprise, colonisée, empêchée »…… Vous me laisser coi.
    Nul n’est prophete en son pays.

    Mes hommages madame,

    8
    9
      Zaatar
      24 janvier 2020 - 7 h 33 min

      Bonjour krimo,
      Je serais tenté de dire et d’écrire même qu’il existe un gène dans l’ADN de l’humain, structuré par l’environnement, que l’on nommerait le gène Algerien.

      3
      6
        Krimo
        24 janvier 2020 - 15 h 32 min

        Zaatar,

        Bien le bonjour,

        Le gène algérien ……. recu 5/5. Disons-le autrement pour ne pas froisser des sensibilités de circonstance : la particularité algérienne.

        Quand pour l’exemple de convaincre on liste des monstres sacres et consacres qui relèvent de l’universel et en filigrane on y accroche des …… suis sûr que tu m’auras compris. Je precise : je parle d’ethique qui s’accorde avec le present sujet. Pour faire court et en echo : n’est pas Mustapha Zitouni ou Cherif Hamia qui veut.

        3
        4
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 7 h 47 min

      Fous lui la paix. Elle a entièrement raison. Ce Kamel Daoud est une imposture et elle lui a mis le miroir qu’il mérite. Elle l’a lui a mis les points sur les i ? Tu as vu un écrivain français critique casser une grève, un mouvement à part les Zemmour ? Kamel Daoud c’est le Éric Zemmour de l’Algérie.

      7
      11
        Anonyme
        24 janvier 2020 - 10 h 05 min

        Je peux te citer des centaines de français ayant critiqué …
        Mais ce n’est pas le problème, juste pour affirmer que ce KD a tenté de « Briser » le mouvement non pas avec un article de presse répréhensible non pas dans le fond mais dans la forme.
        Mais en envoyant toutes les têtes émergentes du Hiark en prison, en lâchant des baltaguis taper sur les manifestants, en mettant un géant dispositif de policiers, interdit Alger aux autres Wilayas, interdire à la presse de l’Etat à couvrir l’événement, etc …

        En disant cela, je suis sure qu’en me regardant maintenant dans un miroir je me vois plus en Neron brûlant l’Algérie, en ne mettant plus les points sur les i, ni les poings sur la gu…

        2
        4
        Zaatar
        24 janvier 2020 - 11 h 15 min

        Une imposture ou? A qui? Contre qui? C’est à dire d’après toi celui qui écrit quelque chose ou dit quelque chose c’est une imposture quelque part car il y aura toujours des « je ne suis pas d’accord avec ce qu’il ecrit ». Ainsi partout dans le monde il y a des imposteurs. Maintenant si tu as classé les catégories, quelle est celle qui a raison et qui soit une référence pour qu’elle détienne la vérité et déclarer qui sont des imposteurs et qui ne le sont pas? Mesure tes paroles l’ami, et défriche bien ou et sur quoi tu écris, chacun a ses idées et ses avis et ils ont tous des raisons de les avoir. On peut be pas être d’accord mais ce n’est pas une raison de dure que ce sont des imposteurs du moment qu’ils écrivent juste leurs idées et leurs pensées. Ils diraient pareil sur tes propos ici que je leurs répondrait de la même manière.

        2
        6
    Anonyme
    23 janvier 2020 - 23 h 12 min

    Madame Nouara Bouzidi
    Vous avez plié le fer
    intelligent

    4
    9
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 12 h 32 min

      Il faut juste demander à Madame Nouara Bouzidi, sans plier le fer ni l’échine de nous enseigner la différence entre « provoquer » un peuple et « offenser » un peuple.
      Intelligent ?

      1
      4
        Merouch
        24 janvier 2020 - 17 h 01 min

        Provoquer un peuple ? Lui dire qu’il est dans l’erreur et que son combat ne mène à rien !
        Offenser un peuple ? Lui dire que par ses gênes sa culture et son passé il n’arrivera jamais à rien !
        Hé hé mais en cogitant un petit peu, on trouvera plein d’exemples.
        En déplacement à Béjaïa en 1999, Bouteflika avait qualifié les Kabyles de «nains». «De loin, je vous voyais comme des géants. En arrivant ici, je vois que vous n’êtes que des nains», avait-il dit.
        En 2005, Abdelaziz Bouteflika avait accusé les habitants de Chlef de collaboration avec des éléments du Mouvement national algérien (MNA, de Messali Hadj) pendant la guerre de Libération nationale.
        Au début de son premier mandat, le chef de l’Etat avait également qualifié les journalistes de «masseuses de bain maure».
        Quelques années plus tard, en déplacement à Batna, lors d’une précédente campagne électorale, le chef de l’Etat avait glissé une autre phrase qui avait fait polémique. «Chaoui tah f lmekrout» (Chaoui amoureux de mekrout (gâteau traditionnel), avait-il ironisé.

        De la provoc ou de l’offense ?

          Abdel kader
          24 janvier 2020 - 18 h 20 min

          Anonyme
          Croisé le fer à partir de l’Etranger
          Nous plions le fer à partir de chez Nous
          Provoquer un Peuple c’est le Hirak
          Offenser un Peuple c’est dénigrer de l’Etranger

          1
          3
          Abdel kader
          24 janvier 2020 - 18 h 26 min

          Anonyme
          Intelligent ?

          Anonyme
          24 janvier 2020 - 18 h 55 min

          j’ai posé une question uniquement à Madame Nouara Bouzidi, quant aux « performances » de Boutef, c’est un secret de polichinelle, que j’ai enterré le 22/02/2019.
          C’est du passé et je ne suis pas trop rétroactif, ce qui m’intéresse est le sujet présent : Les radotages de l’oracle Kamel Daoud, sont-elles justifiables ou condamnables suivant les points de vues.
          Vous estimez que c’est blâmable, je respecte votre jugement sans adhérer pour autant.

    Abdel kader
    23 janvier 2020 - 23 h 02 min

    En attendant avançons. Chaque instant compte, chaque intelligence compte, chaque Algérien compte, chaque responsable algérien conscient compte, chaque corps intermédiaire compte
    nous croirons toujours en notre peuple,
    Bravo madame

    5
    4
    LeJuge
    23 janvier 2020 - 22 h 33 min

    Je cite: « Quand un écrivain s’acharne à dénigrer le sursaut citoyen d’un peuple entier, de tout un pays, pour se faire de la littérature à peu de frais, sur son dos, il faut un jour ou l’autre lui répondre.  »

    Je suis desole’, mais ce n’est pas le cas de KD, du tout – au contraire. Je comprend parfaitement son soucis. Celui de l’epuisement et de l’eclatement, car les comditions ne sont pas en faveur, ni des populations, ni du regime. Le tete a tete est au detriment d’une carte de credit(rente) qui a deja atteint ses limites.

    8
    10
    LeJuste
    23 janvier 2020 - 22 h 28 min

    Je comprends et ne vous interdit pas le droit a la critique de l’Auteur KD. La critique d’un Auteur est celle de son style, et son travail. Mais pas la personne. Ca, lui il le sait et respecte. Pourquoi voulez-vous faire de lui un « auteur National? » c’est quoi deja… un Oximoran ! Il aime la langue Francaise et c’est son droit absolut. Il y a de quoi bon sang ! Elle est belle dans sa forme comme dans son fond. J;en ressens le meme sentiment, tout en vomissant les Francais que je ne supporte pas.Cela dit, je ne suis pas d’accord avec KD. Ce mouvement a la place de Juge dans le proces que se livrent les differents courants du systeme, a travers des fabrications marque CAMELOTTE dresse’es « institutions » a l’approbation des Etats des autres nations.
    Ce mouvement doit rester ce qu’il est, meme quand il se taira si cela lui arrivait. Cela voudra dire que le systeme s’est corrige’. Mais le Mouvement, doit garder le batton a la main et frapper sans pitie’ a la moindre gaucherie – pour rappeler qu’il est la mais aussi et surtout qu’il est encore et toujours MAITRE. Cela fait un an que le systeme, c.a.d. les aventuriers/volontaires dans la chose publique, ou qui se portent volontaires a servir, ne servent toujours pas, que se soit l’arme’e, tebboune, les partis, les radios, les journaux… tous ces faux gadgettes, qui ne seront accepte’es comme telles, que par leur utilite’. Le plus important est qu’il doit rester soude’ et reconnaitre le STATUT de MAITRE a toute MINORITE’ qui n’est pas satisfaite. Par example, tant que les Touaregs, Mzab ou autre ne sont pas satisfaits, c’est tous les algeriens qui doivent rejeter le serviteur du jour qui n’arrive pas a satisfaire tout le monde.

    1
    9
    Anonyme
    23 janvier 2020 - 22 h 08 min


    « Les Algériens sont des frères les uns pour les autres : voilà le seul programme politique auquel nous voulons raisonnablement aspirer. »
    Merci pour cet article, merci à la journaliste, c’est un tonnerre. Ça réveille.

    9
    9
      Cadet Rousselle
      24 janvier 2020 - 9 h 18 min

      Plus d’un demi siècle d’injustice, d’oppression (Hogra), de misère, de lassitude … Sous la botte exécrable d’individus de la pire espèce … Etc, etc, etc, etc, etc …
      Bercé alors, dans un sommeil des justes, Il fallait attendre une étincelle maladroite certes, mais innocente de KD, surévaluée subjectivement et intentionnellement en tonnerre de Zeus, pour se réveiller ???

      Sale temps pour les mouches ??? Tant mieux !!!

      3
      6
        Omar
        25 janvier 2020 - 14 h 02 min

        A te lire, et j’ai de plus en plus de mal à le faire tant ça devient du délire (surtout lorsque sur un même sujet, tu réponds à tes propres posts..) je m’aperçois que ce qui te hante et de façon quasi obsessionnelle, c’est de te démarquer car pour toi ressembler, c’est ne plus être soi.
        Kd n’est pour toi finalement rien d’autre qu’un symbole d’individuation « accomplie » et « assumée ». Or, l’attitude de Kd n’a rien à voir avec ça, c’est une démarche individualiste et opportuniste qui reste assez sommaire puisqu’il s’agit d’une quête (qui n’a rien d’intellectuelle) effrénée vers la reconnaissance et ce quel qu’en soit le prix à payer. Ce qui n’a rien à voir avec le concept d’individuation tel que défini par Jung.
        Pour revenir à cette contribution qui t’as mis dans tous tes états, son auteure n’a fait que mettre à nu les contradictions de Kd et dénoncer sa posture condescendante et ses jugements sans fondement.
        Elle l’a fait et de façon magistrale, il faut lui reconnaître cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.