Les habitants du Sud accusent Zeghmati de les traiter comme des sous-citoyens

justice Sud
Belkacem Zeghmati, ministre de la Justice et garde des Sceaux. D. R.

Par Houari A. – Le ministre de la Justice, placé à ce poste par l’ancien chef d’état-major de l’armée dont il était l’exécutant obéissant des multiples injonctions, s’est mis à dos à la fois et les magistrats et les citoyens du Grand Sud.

La mutation du procureur près le tribunal de Sidi M’hamed dans une ville éloignée de la capitale sur ordre de Belkacem Zeghmati a provoqué un vent d’indignation chez les magistrats qui dénoncent cette énième atteinte à l’indépendance de la justice. D’autant que la décision intervient quelques jours à peine après le rejet par les juges d’une note émanant du ministère de la Justice, considérée comme une interférence dans le fonctionnement de l’appareil judiciaire.

Il n’est pas exclu que le Syndicat national des magistrats, qui est monté au créneau hier, recoure à nouveau à une grève générale après celle qu’il avait déclenchée voici quelques mois avant de l’arrêter suite à un accord salarial avec la tutelle. Les citoyens avaient cru entrevoir dans le débrayage des magistrats un espoir que les robes noires s’affranchissent enfin de la dépendance par trop criante à l’égard du pouvoir exécutif et de l’ancien homme fort de l’armée qui avait instrumentalisé les tribunaux à des fins éminemment politiques. Mais l’illusion fut courte et les choses avaient repris leur cours «normal» quelques jours plus tard sans que rien n’eût changé, les détenus politiques dont il était souhaité qu’ils fussent libérés ayant été maintenus en détention et d’autres manifestants les ayant même rejoints dans les geôles de Gaïd-Salah.

Mais il n’y a pas que les magistrats qui fustigent la décision de Zeghmati de muter un de leurs collègues dans le Sud pour avoir plaidé la relaxe de prévenus ayant manifesté pacifiquement. Les habitants du Grand Sud n’ont pas accepté que la mutation du magistrat dans une ville de cette région du pays soit considérée comme une «sanction». Les citoyens de cette région, qui se plaignaient déjà de ce que le Sud soit la dernière roue de la charrue dans tous les programmes de développement des gouvernements successifs depuis de longues années et qui se sont opposés avec véhémence au projet d’exploitation du gaz de schiste décidée à Alger, s’indignent à l’idée qu’ils soient perçus comme une pénitence et un châtiment, «comme si nous avions le choléra ou la peste», s’insurgent-ils.

«C’est une injure à nos compatriotes des villes du Sud qui se voient ainsi insultés par un membre du gouvernement», notent des citoyens qui estiment que «cette offense faite à des Algériens qui refusent d’être des sous-citoyens doit être elle-même sanctionnée».

H. A.

Comment (18)

    Far West
    13 février 2020 - 20 h 01 min

    La vraie justice elle n’est pas donnée ni aux Arabes, ni aux crocodiles les premiers c’est des vautours et les second se sont des braconnier avec des petites pattes, si les Arabes étaient juste, ils ne seraient jamais les sacs à sable des autres, des têtes énormes mais vide comme un melon, la vérité blesse et la critique elle n’est pas la bienvenue

    18
    10
    Hocine-Nasser Bouabsa
    13 février 2020 - 19 h 29 min

    1. La justice indépendante est de la pure théorie. Dans la pratique, au pays des droits de l’homme, la France, comme partout en occident, les avocats, les juges et les procureurs obéissent aux rapports de forces capitalistes ou politiques. Les affaires Trump aux USA et Sarkozy en France sont des exemples édifient de l’instrumentalisation de la justice par les puissants du moment. Trump n’a-t-il pas viré l’ambassadeur US auprès de l’UE juste 2 jours après le vote du sénat contre l’impeachment ?

    2. C’est la première fois que je lis que nos compatriotes du Sud se sentent comme des sous-citoyens parce que certains cadres sont mutés par mesure disciplinaire vers le Sud. Ici j’ai l’impression qu’on essaye d’une façon fallacieuse d’alimenter la colère des Algériens du Sud contre l’Etat. D’autant plus que l’exploration du gaz et pétrole non-conventionnels fait déjà chauffer les esprits. Donc attention à la manipulation.

    4
    21
      ZORO
      13 février 2020 - 22 h 23 min

      Les arabes comme tous les etres humains sur cette terre ont Leurs bons et leurs mauvais quoiqu ils pessedent
      parmi eux la plus noble personne qu ait connu l humanité, mais ils n ont jamais pensé a changer de nom pour se faire passer pour des AHRARS ou dans un autre langage
      Amazigh.
      SigneZORO. ..Z….

      4
      24
    Wahid Mokhtar
    13 février 2020 - 15 h 44 min

    Pour une fois que nos frères du Sud se réveillent pour dénoncer leur abandon par l’État, j’applaudis.

    Il faut juste dire que depuis le milieu des années  »60 » le Sud a été considéré comme la grande région oû sont exclus les cadres qui résistent contre les voyous qui considèrent que tout le pays leur appartient et que tous ceux qui y travaillent doivent obéir à leurs ordres.

    Je connais que quelques amis d’Alger, d’Annaba, d’Oran, de Constantine qui ont été mutés pour mesures disciplinaires par des incompétents placés à la tête des institutions par le fameux piston…

    17
    7
    lhadi
    13 février 2020 - 14 h 45 min

    Pour déterminer ce qu’est le bonheur, Aristote part de la fonction propre de l’homme. De même qu’il y a une fonction propre aux joueurs de flûte, qui est de jouer de la flûte, ou au sculpteur, qui est de sculpter, il doit y avoir une fonction propre de l’homme en tant que tel. De même, le fait que chaque partie du corps humain ou organe a sa fonction propre nous entraine à penser qu’il doit y avoir une fonction propre de l’homme comme tout. Cette fonction doit être absolument propre à l’homme. Ce ne peut donc être la vie végétative -nutrition ou croissance -, activité que nous partageons avec les plaisirs. Ce ne peut donc être non plus la vie sensitive, car nous la partageons avec les animaux. Or, il y a en l’homme une faculté qui lui est propre, à savoir la raison. Cet élément rationnel en l’homme comprend deux parties : »La première ne fait qu’obéir aux ordres de la raison, la seconde seule a faculté délibératrice », et seule la partie active doit être considérée ici.

    La fonction propre de l’homme est alors l’activité conforme à la raison, l’activité de l’âme, et le bonheur consiste dans l’accomplissement ou l’excellence de cette activité :  » Si (…) nous posons que la fonction de l’homme consiste (…) dans une activité de l’âme et dans des actions participant de la raison ; si, de plus, la vocation de l’homme accompli est de réaliser cette tâche pleine de noblesse, la valeur de la tâche tenant à la vertu à laquelle elle s’apparente ; alors, s’il en est ainsi, le bien propre à l’homme consiste à une activité de l’âme conformément à la vertu, et , si ces vertus sont multiples, conformément à la plus haute et à la plus parfaite.  » (ibid., livre1, chapitre7.)

    Le bonheur étant une activité conforme à la vertu, il faut déterminer ce qu’est la vertu.

    Aristote distingue les vertus de discernement – ou intellectuelles – et les vertus de caractère – ou morales. La sagesse théorique, la sagesse pratique, l’intelligence sont des vertus de discernement ; la générosité et la tempérance sont des vertus morales.

    La vertu de discernement vient en grande partie de l’instruction, et nécessite de l’expérience et du temps. La vertu morale vient de l’habitude. Ainsi, aucune vertu morale n’est mise en nous par la nature. La vertu est disposition acquise par l’habitude. « Nous n’acquérons (…) les vertus que par l’exercice, et il en est de même des autres arts. (…) C’est en bâtissant qu’on devient bâtisseurs, en jouant de la cithare qu’on devient cithariste ; de même, c’est en accomplissant des actes justes qu’on devient juste, des actes modérés qu’on devient modéré, des actes courageux qu’on devient courageux. » (ibid., livre 2, chapitre1.).

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    10
    17
    Le Chant Des Cygnes
    13 février 2020 - 14 h 06 min

    Bienvenue à nos frères du sud dans la sous citoyenneté, nous dans nos montagnes on y est depuis 1962.

    12
    9
    Le Légume
    13 février 2020 - 12 h 09 min

    ….

    Que mes compatriotes des villes du Sud se rassurent, aucune contrée aisée ou nécessiteuse ne s’est vue épargnée d’insultes, audibles ou discrètes, par une autorité, un ministre, un gouvernement, au gré des ambitions de rebuts d’arrivistes parsemées au cours du temps.

    Cette offense faite à des Algériens qui refusent d’être des sous-citoyens touche aléatoirement tout habitant sans distinction de l’espace de sa naissance ou du hasard de résidence.

    Est-ce une aubaine ou une punition d’être déplacé dans un monde ou une charité s’évalue en nombre de dunes, les cœurs si immenses qu’ils débordent le Sahara, l’hospitalité plus ardente que le climat qui le brûle de modestie. Le négoce est une vente de constance et d’un achat de résignation, la perte est inconnue et le gain vous entoure. L’amour et l’eau fraîche est la fortune à bâtir.

    Le repos de l’âme bercé dans le silence désertique qui meuble vos soirées autour du feu, la bonté s’étale sur un ciel infini ou les nuages n’existent pas. Votre richesse est un grain de sable. Vous vous nourrissez des fruits d’une oasis, Eden entouré de l’enfer que vous chevauchez tranquillement aux rythmes des chameliers. Un Univers où le temps s’écoule à la cadence de la patience. Une terre aride de plaisirs simulés où pousse en profusion les dons de la nature. Une moisson invisible des grains de contentement.

    Vous avez de la chance Monsieur le juge de découvrir le peuple de l’Atlantide qui à sombré dans la mémoire des délinquants.

    2
    8
    Mounir Sari
    13 février 2020 - 11 h 23 min

    Zaghmati démission, Zaghmati démission!!!

    25
    12
    Mouloud F
    13 février 2020 - 11 h 05 min

    A cette sanction inique, tous les magistrats qui ont un tant soit peu de fierté et, de dignité doivent faire la gréve du zèle. Ils doivent appliqués strictement la loi et, uniquement la loi sans tenir compte des injonctions, pour tous les justiciables.
    Au pire ils seront tous mutés a Ilizi !!! Au mieux le ministre mettra de l’eau dans son vin et, finira par comprendre que seule LA LOI prédomine. Il redeviendra celui ainsi celui que tout le peuple a admiré et, soutenu lorsqu’il a essayé d’appliquer la loi à Chakib Khelil et Cie.

    17
    11
    58 ans
    13 février 2020 - 10 h 56 min

    le seul moment ou il a briller dans ce poste c est quant il lancer un mandat d carret international contre khellil ce qui lui coûte sa fonction par le boutef jusqu’à la fin de son règne depuis il est réinstaller par caid comme marionnette de marionnette

    31
    8
      Yiwen
      13 février 2020 - 19 h 08 min

      L’avait-il fait par conviction morale et éthique ? Il est permis d’en douter.

      5
      6
    Azul
    13 février 2020 - 10 h 34 min

    les sous-citoyens sont eux, le pouvoir depuis 1962, les voleurs de la nation.

    25
    5
    Anonyme
    13 février 2020 - 10 h 20 min

    La décentralisation pour état aussi immense que l’Algérie est une évidence et ceci afin de pérenniser la cohésion nationale.
    Bien évidement que nos compatriotes du grand sud ont tout à fait raison de prendre cela comme une offence et elle l’est.
    L’Algérie se doit d’être refondre sur de nouvelles bases qui soient en cohérence avec toutes les spécificité regionales. Ainsi les citoyens seront mieux servis par leurs administrations, ils auront le sentiment que l’état répond mieux à leurs attentes, mieux pris en compte et être considéré comme de citoyens de pleins droits.
    Actuellement ce n’est pas du tout le cas et c’est même un état de passe droits, de non droits ou l’état, ceux qui exercent le pouvoir, sous un prétexte d’une autre époque tire sa legitimé, que les citoyens ne lui reconnaissent plus. Il y a un fossé tel qu’aucun pas en arrière ne peut être fait, il y a un divorce de ceux qui sont au pouvoir, avec eux les hauts cadres de la fonction public (justice, police, Wali, chefs de daira etc… ), la hiérarchie militaire, les petites mains de ceux là qui font face au peuple.
    Les élections truqués et tronquées du 12/12 ont fait paraître à ciel ouvert cette division au sein du pays et qui menace la cohésion nationale. Même en truquant en bourrât les urnes, le nombre de ‘électeurs ne pouvait pas allait au delà de 8% tant les bureaux de votes étaient déserté par les citoyens électeurs. Des élections mais « sans nous ». Un peu à l’ image du fameux article 102 ou la rue l’a parodié en « sans eux ».
    Si parmi ces gens de la haute sphère de l’état que ça soit chez les civiles ou le haut commandement militaire, il y subsiste encore l’espoir d’une fine couche de patriotisme, ils doivent comprendre que pour le bien de l’Algérie ils doivent céder la place à un état civile, un état de droit, démocratique ou chaque citoyen est égale en droit.

    15
    8
    Hocine-Nasser Bouabsa
    13 février 2020 - 10 h 04 min

    Le Sud ou le grand Sud sont connus pour leur climat difficile. Mais c’est l’Algérie. Il faut donc des médecins, des instituteurs, des juges, etc…Servir dans ces regions doit être un honneur pour tout patriote. D’ailleurs l’ANP concentre dans ces régions du pays une très grande partie de ses troupes pour défendre le pays. Nos soldats y ont-ils été mutés pour des raisons disciplinaires? Non!!

    Le comportement du procureur-adjoint muté à Guemmar (qui n’est pas le grand Sud) reflète l’amateurisme d’un bleu. Son plaidoyer pour l’état de droit est à son honneur, mais un tribunal n’est pas le café du coin. Il aurait tout simplement et objectivement évoqué les articles du code de procédure ou autres pour prononcer un non-lieu en faveur des Hirakiens. Mais il a préféré faire un discours politique, qui n’a pas de place dans le tribunal.

    4
    38
      Rachid
      13 février 2020 - 12 h 20 min

      Il a simplement dit que la justice n’existe pas. Et tu fais parti de ces gens qui sont contre l’état de droit.
      Dis nous alors pourquoi c’est quand il a dit la vérité qu’ils l’ont muté ? Pourquoi zeghmati ne va pas lui meme au sud ?

      5
      9
      Omar Khayyem
      13 février 2020 - 14 h 42 min

      Décidément dans notre pays si l’ écrasante majorité clame à corps et à cri son DÉGOÛT de ce système de maquereaux mafieux dont elle est bien partie pour en FINIR AVEC…il y a ici et là des quidams qui font mine de ou ne comprennent Absolument RIEN à cet adjoint procureur qui LANCE UN CRIN DE DÉSESPOIR à l’ensemble du peuple Algérien pour dénoncer 3adalet téléphone…

      7
      10
    Anonyme
    13 février 2020 - 9 h 26 min

    Je ne sais pas si certains d’entre vous ont visité Guemmar. Moi si!! Je peux vous dire qu’El Oued à coté c’est San Francisco!!

    20
    8
    Omar Khayyem
    13 février 2020 - 8 h 46 min

    Gesticulations Éructations…Arrestations, Détention à perpète provisoire…Libération et Ré-incarcération, Contestation…Expéditive Mutation…La Justice SPECTACLE dans toute sa LAIDEUR MORBIDE…Quand les RATS D’ÉGOUTS s’érigent en justiciers…Quand LES BAGARRAS se donnent des airs de BUSINESSMAN…Quand les VENTRIPOTENTS et autres HAFAFETTES se muent en LÉGISLATEURS…Quand les INCULTES du 4ième âge se gratifient de grades d’officiers supérieurs et mettent au garde à vous L’ALGERIE entière…Comme une caserne ils la considèrent…Il EST PLUS QUE TEMPS de SORTIR 7j/7 leur dire VOUS ÊTES LE PASSÉ PARTEZ!!!!de vous NOUS EN AVONS ASSEZ!!!!!!

    21
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.