Les porte-parole autoproclamés du Hirak étalent les vérités de La Palice à Paris

Addi Rachad
Lahouari Addi était parmi les intervenants à la rencontre de Rachad à Paris. D. R.

Par Nabil D. – L’organisation satellite du FIS, Rachad, a organisé un «débat» à Paris à l’occasion du premier anniversaire du Mouvement de contestation populaire. La rencontre a été animée par des représentants de la chaîne Al-Magharibiya et a vu la participation de Larbi Zitout et d’un certain nombre d’intervenants. Les orateurs, majoritairement très actifs sur les réseaux sociaux, ont répété les mêmes antiennes, en se targuant d’être le fer de lance du Hirak et en tentant ainsi de le récupérer à des fins politiques flagrantes.

Se fourvoyant dans des généralités et se perdant dans des critiques acerbes qui trahissent un désir de vengeance irrépressible plus qu’une réelle volonté de changement, les animateurs de la rencontre ont servi un discours qui ressemble, à s’y méprendre, à celui du pouvoir qu’ils cinglent et vilipendent. Utilisant la première personne du pluriel (nous), les éléments de Rachad s’approprient carrément le Mouvement dont ils affirment avoir voulu faire une halte pour voir ce qui a été réalisé après une année de manifestations.

Usant d’une langue de bois qui n’a rien à envier au FLN ou au RND, les intervenants ont loué les bienfaits du Hirak et rappelé les raisons qui ont poussé les Algériens à occuper la rue. Trois invités universitaires se sont relayés pour faire des non-sens et dire des vérités de La Palice : «Le Hirak est une rupture dans la continuité de la politique de l’Algérie depuis l’indépendance du pays. Le Hirak est un moment de transformation qualitative de la société algérienne. C’est aussi un moment de transformation radicale – j’aime beaucoup ce mot – du rapport politique entre la population, la société et les dirigeants effectifs du pays. Le bilan, c’est que c’est une formidable école d’échange politique entre les citoyens et les citoyennes qui a montré au monde entier et aux Algériens eux-mêmes qu’ils étaient une population respectable.»

«Plus rien ne sera plus comme avant en Algérie», a affirmé un autre, académicien de son état, en expliquant que «la politique veut dire que ceux qui détiennent l’autorité publique de l’Etat rendent compte devant l’électorat et soient comptables devant la population. En Algérie, il s’est institué un système où il y a un pouvoir réel et un pouvoir formel. Le soulèvement populaire pacifique extraordinaire déterminé s’inscrit dans l’histoire de notre pays. Il cherche à autoriser les Algériens à faire de la politique. Les capacités humaines et matérielles existent dans la construction de notre Etat» (sic).

Quant au «diplomate» Larbi Zitout, il a fustigé «l’Etat des h’noucha (serpents, les services secrets ndlr)» qui «doit cesser pour que s’instaure l’Etat algérien, car sans ça, il n’y aura pas d’Algérie. Le Hirak est une grande occasion pour démanteler la pègre, et je pèse mes mots».

Nous laissons à nos lecteurs avertis juges de la qualité intellectuelle de ces rhéteurs qui veulent substituer la médiocrité ambiante à une autre médiocrité.

N. D.

Comment (65)

    ce que hirak veut dire !
    17 février 2020 - 22 h 31 min

    Non ya dada l’internaute @Hlal Mohammed 17 février 2020 – 12 h 34 min , contrairement à ce que tu dis comme quoi « le hirak n’est fait que pour voir disparaître la mafia politico militaire », non désolé pour toi mais le hirak c’est aussi le désir, la rage de voir l’Algérie devenir un vrai pays démocratique, avec un Etat de droit, une séparation des pouvoirs, le respect des libertés individuelles et collectives, l’égalité en droit de l’ homme et de la femme, l’indépendance de la justice, la séparation du politique et du religieux, l’interdiction d’utiliser le régionalisme à des fins politiques, un Etat Civil et non militaire ! Si tu n’es pas pour tout çà tu n’es pas un hirakiste authentique !

    14
    1
      Zaatar
      18 février 2020 - 7 h 53 min

      Oui mais entre un désir et sa concrétisation il y a quand même un Gap. Si cela dure depuis un an cela n’empêchera peut-être pas que ça dure encore très longtemps. Et ne venez pas me dire que ça durer le temps nécessaire, car pendant ce temps le pays aura eu le temps de sombrer définitivement….n’est ce pas?

      1
      10
        Laamri
        18 février 2020 - 11 h 00 min

        @Zaatar,
        Je ne comprends pas très bien le raisonnement. Les « slogans » du hirak sont clairs et correctement exprimés et listés par l’internaute « ce que hirak veut dire ! « .
        Si les idées n’ont pas abouti en totalité jusqu’à maintenant, c’est à cause de la présence d’une minorité qui avait déjà le pouvoir auparavant et qui ne laissera pas « filer » ses prérogatives à diriger la « régence ». Boutesrika a été écarté (avec quelques autres) mais le fondement du système est le même. Ce ne sont pas les marches du hirak qui ont précipité l’Algérie dans la crise, et marches ou pas, le système est en crise depuis longtemps et qui plus est, il y avait un gouvernement en place qui avait la bénédiction du pouvoir réel. Vous voyez ce que que je veux dire. A moins, à moins d’appeler à la révolution armée à l’issue incertaine et peut-être catastrophique.
        Perso, je pense que le hirak doit se poursuivre pour maintenir la pression et si le pays ne peut être géré efficacement (c’est ce qui va se passer certainement), peut-être que le pouvoir s’en remettra vraiment au peuple. Il n’y a pas d’autre(s) choix. Ne rien faire serait catastrophique, on ne peut rien attendre d’un système qui se régénère sans cesse.

          Zaatar
          18 février 2020 - 11 h 44 min

          Et tu penses que ce système va remettre les clés du pays au peuple pour se faire trucider ensuite, c’est ça? Tu penses que ce système qui se nourrit de la rente et qui a fait de tout le peuple un ensemble de tubes digestifs qui n’attendent que leur parts de rente va leur remettre la source de la rente pour que lui se retrouve privé ? Tu penses sérieusement qu’après 58 ans de règne, d’habitudes ancrées au sein de ce pouvoir, celui va du jour au lendemain changer totalement ? Tu penses qu’il n’ira pas jusqu’à tout brûler si besoin en est s’il se sent vraiment menacé ? Tu crois vraiment que ce pouvoir s’inquiète vraiment du pays et de son peuple? Si c’était le cas, et avec toutes les richesses que l’on a, le pays serait dans cet état actuel?

          3
          1
    Article 52, les islamistes et le Hirak
    17 février 2020 - 20 h 48 min

    Quand on parle d’islamistes (et non de musulmans), il s’agit de ceux de qui utilisent au nom d’Allah et du prophète le Coran à des fins politiques. Quand on en parle ainsi, cela ne veut pas dire qu’on est contre l’islam ou contre le fait que des partis politiques qui se disent « islamiques » existent ! Il n’est pas facile d’exclure ce type de courants politiques et idéologiques car ils existent de fait, le pouvoir de l’après événement d’octobre 88 (soit disant ouverture politique ou pluralisme politique) les ayant déjà validés et entérinés. Par contre, sur le plan politique il faut avoir le courage politique de dire c’est que l’islamisme est incompatible avec la démocratie sauf si c’est partis politiques acceptent, déclarent et s’engagent à ne pas utiliser l’islam à des fins politiques ou politiciennes.

    D’ailleurs, même sans changer la Constitution, on constate que l’article 52 de cette même Constitution de 2016 n’est pas du tout appliqué ! Si on lit cette Constitution, on constate que l’article 52 stipule qu’il est interdit d’utiliser la religion et le régionalisme à des fins politiques ! A quand la position courageuse d’exiger la séparation du politique et du religieux ??? Si il y a cette exigence et quelle est respecté, il n’y aucune raison à ne pas voir dans le paysage politique algérien des partis religieux ! Il faut faire remarquer que les islamistes qui sont dans le hirak sont ceux du FIS qui ont une vengeance à prendre sur le pouvoir à cause de l’interruption électorale de 91. Mais sinon tous les islamistes de Makri ,de Djaballah, de Bengrina , ou version Sofiane Djilali, ne souhaitent pas que le hirak s’auto organiser car ils craignent que la société progressiste soit à l’avant garde de la nouvelle Algérie. Pour les islamistes, il faut juste que les issaabates actuelles et le DRS au pouvoir partent pour que leur mouvance revienne au pouvoir par le biais de la « démocratie représentative » (les urnes) sans pour cela changer en profondeur la nature politique et le régime de 62.

    La démocratie est trop noble pour la laisser être manipulé par des individus qui font croire à des naïfs fidèles sincères, honnêtes et crédules qu’ils sont là au nom de Dieu et que c’est lui qui les a missionné pour régenter la société algérienne par le Coran interposé. Les partis islamistes, en dehors du FIS qui a une rancœur et une revanche envers le pouvoir, ne sont pas visibles dans le hirak. Les islamistes, en dehors des FISistes pour les raisons que j’ai évoquées, sont en accointance directe avec le pouvoir. La preuve ? : les Makri, Djaballah, Sofiane Djalali,, Bengrina et tous leurs satellites islamistes issus du FLN de 62. Ceux là ont déjà fait leur allégeance au pouvoir, ils sont très proche du pouvoir et de Tebboune et veulent le dialogue et la connivence avec eux ! Ce sont des traîtres envers le hirak en réalité, il faut le dire.

    D’ailleurs en ce qui me concerne depuis le début du hirak (avril 2019), j’avais proposé l’élaboration d’une « charte de l’éthique politique » où on demanderait à tous les partis politiques de respecter la démocratie, l’alternance et l’interdiction de l’islam et du régionalisme à des fins politiques et qui s’imposerait à eux ! Et pour ne pas froisser les susceptibilités des islamistes, il faut interdire aussi non seulement le régionalisme mais aussi l’exploitation à des fins sectaires ou partisanes l’une ou l’autre de notre identité national dont le socle commun est l’amazighité, l’arabité et l’islamiste que personne n’aura le droit de manipuler ou de les hiérarchisées entre elles. Il serait bien que le PAD et tous les collectifs progressistes hirakistes que l’on voit naître çà et là prennent en considération cet aspect ! Bon courage à nous tous les forces du vrai changement !

    16
    2
    Article 52, les islamistes et le hirak !
    17 février 2020 - 19 h 10 min

    Quand on parle d’islamistes (et non de musulmans) , il s’agit de ceux de qui utilisent au nom d’Allah et du prophète le Coran à des fins politique. Quand on en parle ainsi, cela ne veut pas dire qu’on est contre l’islam ou contre le fait que des partis politiques se disent « islamiques » existent ! Il n’est pas facile d’exclure ce type de courants politiques et idéologiques car ils existent de fait , le pouvoir de l’après événement d’octobre 88 les ayant déjà validés et entérinés. Par contre, sur le plan politique ce qu’il faut avoir le courage de dire c’est que l’islamisme est incompatible avec la démocratie sauf si c’est partis politiques acceptent, déclarent et s’engagent à ne pas utiliser l’islam à des fins politiques ou politiciennes.

    D’ailleurs, même sans changer la Constitution, on constate que l’article 52 de cette même Constitution de 2016 n’est pas du tout appliqué ! Si on lit cette Constitution, on constate que l’article 52 stipule qu’il est interdit d’utiliser la religion et le régionalisme à des fins politiques ! A quand la position courageuse d’exiger la séparation du politique et du religieux ???

    Si il y a cette exigence et quelle est respecté, il n’y aucune raison à ne pas voir dans le paysage politique algérien des partis religieux ! Il faut faire remarquer que les islamistes qui sont dans le hirak sont ceux du FIS qui ont une vengeance à prendre sur le pouvoir à cause de l’interruption électorale de 91. Mais sinon tous les islamistes de Makri ,de Djaballah, de Bengrina , ou version Sofiane Djilali, ne souhaitent pas que le hirak s’auto organiser car ils craignent que la société progressiste soit à l’avant garde de la nouvelle Algérie. Pour les islamistes, il faut juste que les issaabates actuelles et le DRS au pouvoir partent pour que leur mouvance revienne au pouvoir par le biais de la « démocratie représentative » (les urnes) sans pour cela changer en profondeur la nature politique et le régime de 62. La démocratie est trop noble pour la laisser être manipulé par des individus qui font croire à des naïfs fidèles sincères, honnêtes et crédules qu’ils sont là au nom de Dieu et que c’est lui qui les a missionné pour régenter la société algérienne par le Coran interposé. Les partis islamistes, en dehors du FIS qui a une rancœur et une revanche envers le pouvoir, ne sont pas visibles dans le hirak. Les islamistes, en dehors des FISistes pour les raisons que j’ai évoquées, sont en accointance directe avec le pouvoir. La preuve ? : les Makri, Djaballah, Sofiane Djalali,, Bengrina et tous leurs satellites islamistes issus du FLN de 62. Ceux là ont déjà fait leur allégeance au pouvoir, ils sont très proche du pouvoir et de Tebboune et veulent le dialogue et la connivence avec eux ! Ce sont des traîtres envers le hirak en réalité , il faut le dire.

    2
    3
    Khenchela
    17 février 2020 - 18 h 46 min

    Cessez de dire que la première manifestation a eue lieue a Kherrata car c’était de Khenchela que les manifestations sont parties et c’est des jeunes de cette ville qui ont descendu l’énorme portrait de Bouteflika d’un Mairie et l »ont déchiré avant de le piétiné.
    Chose importante: Ils ont mis a la place le drapeau de l’Algérie le vert blanc rouge.

    4
    2
      Ouabdelkader
      18 février 2020 - 8 h 20 min

      Mr Khenchela : Quelle est votre problème avec les autres algériens qu’ils soient de Kherrata ou ailleurs à avoir commencé le hirak ? Arrêtons de polémiquer sur des futilités, l’essentiel est que le hirak est là continue sa pression. Les algériens doivent se dresser comme un seul homme contre un pouvoir d’un autre âge, toutes tendances politiques et culturelles. Vos bêtises n’intéressent personne de sensé.

    Progressistes et Islamistes ???!!!
    17 février 2020 - 11 h 08 min

    Je m’adresse ici aux internautes qui accusent d’autres internautes de favoriser la division du hirak , c’est à dire, en gros, de faire la distinction entre les progressistes et islamistes. Il faut d’abord qu’on fasse un point d’ordre dès le départ en posant simplement la bonne question, « LA » question fondamentale : qui est en train actuellement de se rapprocher et de faire les yeux doux au pouvoir ? La réponse est claire : ce sont les islamistes avérés ou camouflés comme les Makri, les Djaballah, les Sofiane Djilalah, les Bengrina etc.. etc.., et tous les partis de la mouvance islamiste d’obédience FLN. Il n’y a que les FISiste qui sont avec le hirak mais eux aussi ne souhaitent que le départ du pouvoir actuel pour revenir au pouvoir grâce à la « démocratie représentative » (les urnes) mais sans changer fondamentalement la Constitution dans le sens d’une vraie démocratie, de la vraie conquête des libertés individuelles et collectives !

    Aussi , je profite de cette occasion pour dire à ces internautes que contrairement à la mouvance islamiste, la mouvance progressiste ne cherche pas seulement le pouvoir politique pour gouverner, mais cherche d’abord à ancrer le pays dans la bonne gouvernance avec un vrai Etat de droit, une authentique séparation des pouvoir, une vraie démocratie, la séparation du politique et du religieux, l’Etat civil et non militaire, les libertés fondamentales des citoyens au sens universel (liberté de culte, libertés d’opinion, liberté de conscience,liberté de la presse, respect des minorités etc… etc..). Et donc ce n’est pas parce qu’on manifeste les Vendredi qu’on se croit ou se qu’on se prétend « révolutionnaire » ! Il y a « révolutionnaire » et « révolutionnaire ».

    20
    5
    EL ASNAMIA
    17 février 2020 - 10 h 15 min

    bonjour frères et sœurs
    il ne faut pas que se reproduisent ce qui s’est passé pendant la guerre d’Algérie les planqués au maroc et en Tunisie pendant que les Algériens resté au pays se battaient et mourraient pour libérer le pays, sont venue a la fin de la guerre prendre le pouvoir juste par ce qu’ils ont ouvert leur gueules a l’étranger.
    et maintenant ce sont ses partis politiques et associations planqués a l’étranger et qui sont contre le peuple Algérien qui veulent s’accaparer les efforts du hirak en Algérie pour prendre le pouvoir comme le fln en 62
    faites attention frères et sœurs de ne pas vous faire avoir

    16
    10
      Omar KHAYYEM
      17 février 2020 - 11 h 26 min

      Tout ALGERIEN de bonne FOI qu’il vive au pays ou à l’extérieur DÉTERMINÉ à BALAYER la PÈGRE et ses SUPPOTS qui DETRUISENT le pays depuis 58 ans et dans l’impunité la plus TOTALE…est le BIENVENU L’ALGÉRIE c’est SON PAYS…!!!
      Hirakement votre

      11
      5
      hlal mohammed
      17 février 2020 - 12 h 34 min

      Tebboune et ses maîtres militaires n’auraient pas fait mieux pour discréditer un mouvement populaire authentique qui représente la quai totalité des citoyens algériens. L’auteur de cet article voudraient que les opposants inventent d’autres vérités que celles connues et reconnues par les algériens à l’intérieur du pays comme à l’extérieur. La seule vérité qui préoccupe les algériens, et qu’ils ne cessent de ressasser, c’est de voir la mafia politico militaire disparaître pour mettre en place les bases d’une nouvelle république démocratique et indépendante.

      5
      3
    Omar KHAYYEM
    16 février 2020 - 23 h 13 min

    Et cette image de deux Algériens. l’ un UN LEADER PAGSISTE et Moudjahid et l’autre plus jeune poste 62 d’obedience islamiste progressiste se donnent l’ accolade !! Nous pouvons affirmer avec certitude que la démocratie Algérienne NAISSANTE son horizon s’éclaircit et c’est de bonnes AUGURES
    HIRAKEMENT VOTRE

    13
    14
      Omar KHAYYEM
      17 février 2020 - 7 h 14 min

      Et simultanément KHARRATA la REBELLE rassemble et c’est toute cette Algerie que nous voulons debout LIBRE ET SOUVERAINE qui rentre en COMMUNION
      C’est de bonnes AUGURES
      Plus personne ne pourra Dévier LE FLEUVE SE SON COURS NATUREL!!! Les Algériens construisent LEUR HISTOIRE SOUVERAINEMENT
      ET PACIFIQUEMENT

      13
      11
    Hamid
    16 février 2020 - 20 h 27 min

    I’m apolitical ,an Algerian Muslim living in the UK .How shall I deconstruct the pseudo self -proclaimed advocates of Elhirak meeting held in Paris as they are called in the article ? I’m writing this out of anger because it happened in a colonial country .Hot in pursuit of their own political ambition , they all put aside the cruelty of colonialism that our people had endured for 132 odd years .I wish they’d met somewhere else .In the army , they shave your head , and in day life you can’t run after a bus if you miss it .The sense of infinity is out of their reach .The paradox about them is that they are particularly engaged in a circular argument as they are getting older a8 desperate .Actually , they are many things : unpatriotic , sharp-tongued , conspiratorial , disconnected , obstinate , conditional …Please don’t take me wrong , I respect all the opinions in the world but I defend my religion , my country and my language if idiots try to attack them .There’s a phrasal verb for ‘ go to hell’ .It begins with F and with F as well .I say clearly and loudly to these traitors : F***F .I may sound rude .My apologies ! Long live our Army , our People and our country .May Allah bless our Chouhada ! Tahia ElDzair as always…….

    5
    19
    Amin99
    16 février 2020 - 20 h 06 min

    Rachad, fer de lance du Hirak ? Qui a cru ?
    Ces gens sont des traîtres à leurs nations, accueillis et financés en occident pour être utilisés au moment venu comme représentants légitimes de leurs peuples, ils servent de base arrière pour de futurs renversements. Encore le savent-ils ?

    Combien de renversements ou tentatives de renversements ont permis d’introduire ces pantins comme mercenaires ou en representants politiques dans leurs pays d’origine?
    Dans le monde arabe, il existe de nombreux exemples, les peuples de Tunisie, Irak, Libye, Syrie, Yemen en savent quelque chose.
    A bon entendeur

    37
    14
    Moskosdz
    16 février 2020 - 16 h 50 min

    Ce qui reste du Hirak a le coq comme mascotte,se rassemble à Paris et se plaint à Bruxelles pour faire intervenir l’OTAN en Algérie,pas besoin d’un dessin pour le comprendre.

    31
    57
      A+
      16 février 2020 - 19 h 06 min

      Tu dois etre un oublie du colonialisme ou un Marocain d’oujda,ou tu es né par accident,voir les trois

      33
      8
      Farida
      16 février 2020 - 20 h 20 min

      Votre tour est presque arrive. Vous payerez votre corruption jusqu’au denier centime.

      22
      6
    Thamourth
    16 février 2020 - 16 h 48 min

    Vous pouvez tourner le machin dans tous les sens, on verra toujours le même projet d’agression du peuple algérien entre les islamistes et les berbéristes.
    D’ailleurs, ils vous le disent, ils ne sont pas algériens: Ils sont islamistes, berbéristes.
    Tant que ces manipulateurs, ces gourous de la politique low-coast continuent à cracher leurs flots de vomis, le peuple algérien ne dormira pas tranquille.

    30
    51
      Djaffar
      16 février 2020 - 18 h 08 min

      C’est tout a fait vrai vous avez tout a fait raison.

      16
      36
      Anonyme
      16 février 2020 - 20 h 40 min

      @Tamurt uharki Qu’est ce qui ne faut pas lire!! C’est quoi un berbériste?? Vous employez des termes dont vous ne connaissez même pas le sens. Les militants pour l’identité et la langue berbère ou amazigh sont des berbéristes autrement dit, des militants pour la reconnaissance de l’identité de l’Algérie. Va troller ailleurs

      45
      15
        Anonyme
        17 février 2020 - 10 h 58 min

        @ Anonyme
        16 février 2020 – 20 h 40 min

        Les berbéristes sont ceux qui sous prétexte d’identité culturelle amazigh mélangent tout : la langue, l’ethnie, l’origine … en rejetant et insultant ceux qu’ils pensent ne pas être des amazighs parce qu’ils parlent l’arabe. L’histoire de l’Algérie et celle de l’Afrique du Nord est complexe et les langues qui y sont parlées viennent de très loin dans le temps (y compris les langues dont est issu la langue arabe). Il n’y a jamais eu une population amazigh sur l’ensemble de la terre nord-africaine. Sur les pièces numides anciennes le nom de Massinisa est écrit en phénicien et une partie de ses descendants portent des noms à connotation phénicienne comme MastanaBAL (versé dans la culture grecque). Toute une descendance des princes numides s’est tournée vers les cultures grecque, punique et ensuite romaine. Y compris ensuite Saint-Augustin ce romanisé « complet » qui a rejeté ses « compatriotes ». Sans parler aussi de Juba l’homme de Rome.
        En vérité la plupart des numides et des amazigh anciens étaient des traitres à leur origine, par leur culture (ou leur origine) ou par les liens familiaux tissés avec les « étrangers ».
        En vérité les mélanges (acceptés ou pas) ont toujours existé en Afrique du Nord. N’est-ce pas Saint-Augustin qui parlait des « cananéens » dans la région d’Hippone, même si cette assertion est remise en doute. Bientôt ce sera l’existence même de Carthage en tant que cité phénicienne qui sera remis en doute !!!
        Les stèles puniques et carthaginoises pullulent en Algérie sans parler des noms des villes portuaires et même dans le vocabulaire amazigh.
        Essayer de revenir au temps « béni » d’un pays amazigh des origines (qui n’a jamais existé réellement) c’est cela l’extrémisme. Et sans doute ce que veut faire croire l’emblème amazigh créée artificiellement en France par des
        nostalgiques … Ah l’académie berbère !!!
        S’il faut faire quelque chose, c’est avec une vision nationale algérienne au lieu de se lancer dans l’aventurisme nord-africain en remontant le temps avec une histoire enjolivée.
        C’est de la même histoire avec l’islamisme qui veut remonter le temps en décrivant un islam (et une société) qui n’a jamais existé (en tous cas pas celui que veulent les islamistes algériens). Autre déformation de la pensée algérienne : l’arabisme (pas de l’arabité) et la langue arabe.
        Il y aurait encore beaucoup de choses à dire et il serait instructif pour beaucoup d’internautes d’apprendre à analyser les textes, les situations, l’histoire, avant de tomber dans les pièges de l’engagement qui se voudrait « révolutionnaire » souvent aveugle. Il faut partir de la réalité actuelle : la langue amazigh est maintenant officielle au même titre que l’arabe et ces 2 langues doivent être acceptées, sans surenchère, par la population. C’est la stabilité et l’avenir de l’Algérie qui sont en jeu.
        Lire « L’Algérie dans l’antiquité » de Mahfoud KADDACHE ».
        Lire aussi « Histoire arabe, langue arabe et culture arabe »
        https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2007-1-page-51.htm#
        ….

        Seules les lectures des travaux des historiens et des scientifiques pourront apporter des « outils » de réflexion sérieuse construite et pas les interventions à l’emporte-pièces basées sur les émotions ne menant qu’à la confrontation. C’est cela être citoyen responsable qui veut participer à la construction de son pays et l’Algérie est qu’on le veuille pas un pays à l’histoire, la culture et à la population, d’origines multiples. J’ai participé à plusieurs marches du Hirak et c’était ce que j’avais pu « conclure » loin des insultes identitaires de certains sur ce site.

        5
        17
          Anonyme
          17 février 2020 - 23 h 22 min

          Arrêtes ton khorti. Un berberiste c’est militant de la cause berbère point barre. En parlant d’extremisme tu n’a rien compris à l’identité algérienne. Ton compteur est bloqué dans les années 70

          5
          1
          Anonyme
          17 février 2020 - 23 h 39 min

          Pour vous « Il n’y a jamais eu une population Amazigh sur l’ensemble de la terre nord-africaine »? laquelle alors des populations qui existaient et qui occupaient de vaste territoire sur l’Afrique du nord autres que les Amazighs?Ne me dites pas que ce sont des Carthaginois (Phéniciens) ou grecs, ou Romains qui auraient régné sur « l’ensemble de la terre nord -Africaine »? De mon oint de vue, ce sont toujours des Amazighs qui occupaient 80/100 du territoire de l’Afrique du nord.La population étaient à 80 /100 des Amazighs depuis l’installation de la première colonie en 814 avant J-C et même avant et jusqu’à présent.S’il y a une population nombreuse qui était installée en Afrique du nord depuis l’installation de la colonie Carthaginoise(Phénicienne) elle ne peut être que la colonisation Française estimée à 950000 âmes noyées parmi la population Algérienne qui dépassaient 6 millions.Vous dites »la plupart des numides et des amazigh anciens étaient des traitres à leur origine ».C’est votre lecture à vous.C’est votre manière de porter un tel jugement sur les grands hommes tels Massinissa qui a réussi à unifier la Numidie,sur Syphax qui occupait un vaste territoire qui les hommes d’aujourd’hui n’ont pas réussi à faire.De même que Jugurthale grand rebelle,Juba II(un grand intellectuel) et d’autres.Quant aux influences culturelles,il est bien normal que ces influences aient lieux.Vous ne voulez pas admettre cela comme si la langue arabe ne s’est pas imposée suite à l’extension de l’islam sur l’Afrique du nord.Vous refusez d’admettre que vous même vous utilisez la langue Française pour vous exprimer.Quelle traîtrise que vous voyez quand on écrit avec une langue étrangère?Que dites vous d’un Amazigh qui écrit en une langue qui n’est la sienne : le Français ou l’arabe?Et pourtant Ferhat Abass, Abane Ramdane, Krim Belkacem, Boudiaf et d’autres écrivaient leurs correspondances en Français durant la guerre de libération nationale.Vous voulez nous dire qu’il faut qu’on parle et on écrit en arabe pour qu’on soit épargné du qualificatif : traîtrise.
          Revenant à la langue arabe: depuis quand a t-elle existé? D’où vient la langue arabe?…La langue arabe n’est qu’un mélange des anciennes langues préexistantes au moyen-orient : l’araméen, le syriaque, l’Hébreu, l’Akkadien…
          Vous écrivez ceci : « Essayer de revenir au temps « béni » d’un pays amazigh des origines (qui n’a jamais existé réellement) c’est cela l’extrémisme. Et sans doute ce que veut faire croire l’emblème amazigh créée artificiellement en France par des nostalgiques … Ah l’académie berbère !!! »
          Un pays amazigh qui n’existe pas???Et pourtant tout le monde le sait que l’Afrique du nord a bel et bien existé depuis des temps très lointains de notre histoire.Et que la langue Tamazigh avec son alphabet est plus ancien que l’alphabet de la langue arabe, celui ci qui était un mélange des langues anciennes de la Mésopotamie.L’emblème Amazigh est une création des jeunes militants de l’identité Amazigh tels: Youcef Meddour, Mouloud Mammeri, Kateb Yacine, Saïd Sadi, Hend Sadi, Ramdane Achab, le Marocain Aherdan et d’autres militants convaincus.Il n’y a ni la France et ni l’Israel qui s’y mêlent pour la confection de cet étendard identitaire comme veulent nous le faire croire les islam-Baathistes qui ont pris le pouvoir en 1962 et qui avaient continué de régner un demi-siècle. Quant à dire le pays amazigh n’existe pas en Afrique du nord, alors lequel des pays a régné en Afrique du nord?Lesquels des peuples a continué d’exister jusqu’à présent? Lesquelles des langues ou dialectes ont survécu depuis des milliers d’années en Afrique du nord?

          4
          1
    Lghoul
    16 février 2020 - 15 h 53 min

    Aux mouches electroniques je dirai que tous vos efforts pour faire passer le mensonge n’aboutiront a rien. Comme je ne cesserai de le repeter, il suffit de regarder Kherrata aujourd’hui et la diaspora algeriennet venue des 4 coins du monde paris. Le 22 fevrier prochain donnera des crises cardiaques a beaucoup. Informez vous sur ce qui se passe aujourd’hui a Kherrata et en ce moment. Continuez a vendre des reves aux endormis car les cachiristes ont peur de voir la fin du cachire arriver. Alors OULL’AH que le Hirak ne lachera plus les corrompus et les mercenaires qui travaillent pour la france et les khorotos du golf car ils sont tout simplement REDEVABLES et ont des dettes personnelles a payer mais pas sur le dos du peuple. On ne veut pas d’un pouvoir pris en otage par des forces etrangeres car ils est corrompu. La preuve ? Ou sont tous les ministres ? En prison ou en fuite. Alors on n’en veut plus de cette pourriture.

    38
    17
      Précision
      16 février 2020 - 18 h 12 min

      C’est a Khenchela qu’a eue la première manifestation suite a la déchirure du portrait de Bouteflika par des manifestants.

      21
      17
        Chewing gum globo
        16 février 2020 - 18 h 43 min

        Tous ensemble ,rashad,fis,rcd,ffs,assoul,bouchoucha,tabou ,zitote,mssirfa ghachi,ferghines chhgoul,el mhabels vous ne dépasseraient pas 1 million inclus lès wilayas de tizi et bejaia,ci trou tard le train est partis et chacun est dans son compartiment.

        13
        34
          Amine
          17 février 2020 - 10 h 17 min

          Sort les vendredis et tu verras la réalité en face. Ce n’est pas la poignée de cachiristes et des bras cassés qui fera le poids.

          13
          8
        Lghoul
        17 février 2020 - 10 h 14 min

        J’ai simplement parlé du regroupement qui s’est tenu a Kherrata hier, le 16. Je n’a i rien nié au grand role et au courage de Khenchela.

        11
        2
    Action
    16 février 2020 - 15 h 52 min

    Terroriste un jour, Terroriste toujours…..

    28
    11
    Anonyme
    16 février 2020 - 15 h 44 min

    La formule physico-chimique: FIS + MAK ( et ses ramifications) = 1 = se partager l’Algérie.

    20
    26
      Lghoul
      17 février 2020 - 14 h 35 min

      Si on suit ton raisonnement 95% de l’electorat qui n’a pas voté sont du FIS et du MAK donc – les 5% restant ont voté pour tebboune, benfliss, bengrina et l’autre … C’est donc grave pour vous car vous serez entre l’enclume du FIS et le marteau du MAK. Pauvre doubbane,

      4
      1
    Vert,blanc et rouge.
    16 février 2020 - 15 h 07 min

    L’authentique hirak avait raison de se retirer ,la guerre dès insultent entre lès deux alliés lès fourchitistes et lès ZITOTistes ou chacun d’eux veulent prendre le leadership ont commencé ,même lès deux tv berbère et maghrabia font le même programme ,le live du carnaval via lès mobiles Phones . la majorité du peuple ne lès supporte pas,ils sont dès perdants.

    54
    49
    Anonyme
    16 février 2020 - 14 h 57 min

    Lghoul
    16 février 2020 – 9 h 19 min

    SVP, épargne nous tes commentaires non basés sur la réalité. Informe toi Allah yeham waldik ou tais toi.
    La médiocrité nous fait VOMIR.

    19
    22
    Kahina-DZ
    16 février 2020 - 14 h 55 min

    Rien de nouveau. Les islamistes excellent dans la récupération des révolutions des peuples. Du déjà vu en Égypte, en Tunisie, en Libye et en Algérie en 1988. Ils ont tous le même dénominateur commun = expéditeur.
    Des girouettes de leurs maitres et nourrices font semblant d’aimer l’Algérie…Vous aimez juste le Kourssi au nom d’Allah e au nom de vos maitres.
    Comme par hasard, ils sont tous pro-makhzan…Comment peut-on s’autoproclamer démocrate quand on fait allégeance au roi des esclaves. Il y’a un problème du dédoublement de la personnalité (???).

    53
    17
    Felfel Har
    16 février 2020 - 14 h 19 min

    Puisqu’ils ont l’outrecuidance de parler au nom du hirak et qu’ils sont convaincus de le représenter, pourquoi ne viennent-ils pas vendredi prochain prendre la tête de la grandiose marche qui est prévue? Chiche! Ils seront lynchés après leur traitrise puisqu’ils attaquent le pays depuis l’étranger, contre monnaie sonnante et trébuchante. Ils ne représentent qu’eux-mêmes et les chapelles qui leur graissent la patte pour aboyer.
    Le hirak n’a que faire de mercenaires qui émulent leurs aînés, les harkis de triste mémoire. Le combat, c’est en Algérie qu’il faut le mener, pas à partir de capitales occidentales, surtout Paris, leur siège social.

    31
    16
    Abdel 1
    16 février 2020 - 13 h 39 min

    Le fis ,fils du FLN ne peut pas être l,avenir de l,Algérie. Il fait partie de l,ancien monde au même titre que le fln. Le hirak est le nouveau monde! Les ennemis de la democratie,, ne peuvent en aucun cas incarner le hirak !

    52
    12
    Le jeu trouble des islamistes au sein du hirak !
    16 février 2020 - 13 h 26 min

    Voici ce que j’ai envoyé comme message facebook à Addi Lahouari :

    « Alors cher Professeur Addi, elle s’est bien passée votre réunion organisée à Paris par Rached et autres islamistes interposés pour commémorer « l’anniversaire du hirak ». Comment se fait-il que vous critiquez à longueur de journée toute tentative d’auto organisation du hirak par les forces progressistes, mais que vous ne vous empêcher pas de votre côté, vous les islamistes, de récupérer le travail du hirak ! Je crois que vous devenez en compagnie de Larbi Zitout, les fers de lance du combat contre toute forme d’auto organisation du Hirak en ne comptant que sur ses marches seulement dans l’espoir de faire plier les genoux du pouvoir mais dans le seul but de vous voir occupé le terrain politique pour récupérer les dividendes ! Quel machiavélisme ! »

    61
    11
    Anonyme
    16 février 2020 - 13 h 23 min

    Les islamistes essaient depuis un an de récupérer le Hirak sans succès. Si on veut enlever ce choléra au pouvoir ce n’est pas pour le remplacer par la peste islamiste

    55
    12
      Anonyme3
      16 février 2020 - 14 h 41 min

      Ni la peste islamiste ni la peste Benêtistes,ils sont la cause de la division et de la haine.

      20
      29
        Anonyme
        16 février 2020 - 15 h 50 min

        Ah ça te touche que j’insulte le pouvoir!! Le MAK j’en parle même pas parcequ’il a disparu avec le Hirak. Ce n’est pas les quelques racistes makistes qui risquent de récupérer quoique ce soit. Je rectifie alors, ni le choléra du pouvoir, ni la peste islamiste ni le coronavirus du MaK. Algérie algérienne démocratique sans utilisation de la religion!! Je comprends ton attitude, laisser le pouvoir après 58 ans c’est trop dur pour toi!!

        25
        10
      Lghoul
      16 février 2020 - 16 h 57 min

      De quoi parles tu ? Si c’est pour halaliser les mercenaires et ceux qui ont vendu l’Algerie contre le pouvoir, ca ne marche plus. La veritexpeut se voir a Kherrata aujourd’hui et partout a Algerie le 22 prochain.

      19
      9
    Zitout et Lahouari
    16 février 2020 - 12 h 30 min

    çà me rappelle les interventions fréquentes de Naimi Kadour ici même sur AP qui, depuis bien longtemps, nous avertissait de la tentative de récupération du hirak à leur profit par Rached, FIS et islamistes de tout bord interposés !

    C’est cette catégorie de personnes qui sont contre l’auto organisation du hirak et qui pensent que le hirak ne doit continuer qu’à faire des marches et seulement des marches de protestations jusqu’à ce que le pouvoir plie les genoux ! Ils critiquent donc toute forme ou toute tentative d’auto organisation du hirak. Ils espèrent ainsi récolter au bout du compte les fruits du merveilleux travail de notre hirak ! Quel machiavélisme ! Larbi Zitout et Addi Lahouari sont désormais les fers de lance connus de cette stratégie !

    33
    13
    Anonyme
    16 février 2020 - 12 h 10 min

    Ces éléments qui se font passer pour les porte parole de la révolution du 22 février sont comme les chacals qui attendent leur proie …leurs sponsors du moyen orient attendent avec impatience de récolter les fruits mûrs comme ils l ont fait après le soulèvement d Octobre 1988
    Attention à ce que notre révolution ne soit pas détourné cette fois ci…
    Ils font beaucoup de tapage car ils ont peur qu il y est annulation de l art 2 de la constitution qui fait de l islam religion d état et que leur fonds de commerce d oppresser et de limiter les libertés de conscience disparaissent…
    Quelque soit leur agitation zélée il faut redonner la liberté de foi aux algériens.
    Personne ne représente Dieu sur terre et ne doit en aucun cas se substituer à lui.
    Les résultats de leur influence est pire que depuis les années 1990 ,ils jouent sur la peur et la terreur de la population endoctrinée sur le reste .
    Même dans les années les plus noires les magasins restaient ouverts durant la prière du Vendredi, maintenant aller acheter une baguette à ce moment là !!!…Ils refusent de vous vendre car ils ont peur……

    29
    11
    Coorner
    16 février 2020 - 11 h 12 min

    La Faiblesse de Nos dirigeants n a d égal que la Médiocrité de Nos PSEUDO opposants….exemple EL Magharybiia a tenue 1 AN Avec la Méme rengaine repété par «  »SA VEDETTE » » tout Les Soirs dans un Francais de Collégien censé nous faire connaitre son grand savoir …..Les intervenants sur le plateau sont souvent des « EX » » » recyclé happé a la sortie d une bouche de Métro

    22
    18
      Marabouts
      16 février 2020 - 14 h 52 min

      Autant sous la conquete Turk que Francaise, les Islamistes, il y avait en Algerie, toute une population de Safarades, recycle’s en France, dont le mode de survit etait de servir d’INTERMEDIAIRES, dans l’arabo-islamisation et la cueuillette des Taxes, avec une commission bien enttendu. Ca s’appele les Marabouts. Leurs pratiques et croyances prive’es, sont totalement differentes de ce qu’ils prechent. Pour eux nous sommes des ignard-barbares et rien d’autres. D’ailleurs, combien de commentaires qui commencent « nous des musulmans… » ou mieux encore, les fute’s, « nous sommes des berebres musulmans, etc. » comme introduction a leur patriotisme de paille.

      Voici la video du 1er discours politique de l’Independence, c.a.d. 1962. En Kabyle, biensur.

      https://www.youtube.com/watch?v=Y63CBJlpagw&list=RDpbOZd6vDM_A&index=8

      4
      12
    Confidentiel
    16 février 2020 - 11 h 10 min

    Un agent franco algérien actif de la mouvance islamique intime de Zitout dit « le manchot » a cause d’un handicap d’un bras employé a l’institut du monde arabe ex directeur de la bibliothèque démis de son poste a cause d’incompétences mais maintenu comme simple employé grâce aux réseaux de l’ambassade du Maroc a l’IMA a eu un rôle important dans la coordination de cette rencontre.

    C’est un frère d’un ex émir qui égorgeait de pauvres paysans abattu par l’ANP dans la région de Médéa d’où sa haine viscérale de l’ANP et de l’Algérie.
    Pour se rendre en Algérie il utilise le passeport algérien et pour le Maroc le passeport français.

    Il a des contacts avec des fonctionnaires corrompus du consulat général de Paris et de Créteil qui l’aident dans les démarches pour l’obtention de visas pour ses amis originaires du Moyen Orient pour se rendre en Algérie sous divers prétextes.

    12
    15
      Le lièvre et la tortue
      16 février 2020 - 15 h 28 min

      Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.
      Non je parle pour vous, je parle pour nous les islamistes!
      Vous, par contre bien au contraire, courez courez jusqu’à en crever ! Vous êtes autant de lièvres individuels que chacun court pour sa paume, nous, nous sommes des tortues, certes pas des foudres de guerre
      mais, courant pour la même écurie et chacun positionné à un endroit stratégique du parcours ! Alors, courez, courez,…courez comme des éclairs,…dépassez nous, distancez nous, au bout nous serons toujours les premier !
      Les islamistes utilisent l’intelligence collective qui court sur des générations (qui cpmpense pmpense
      largement leur, souvent, indigence intellectuelle
      individuelle) en revanche, les pseudo progressistes et les pseudo démocrates (aussi intelligents et aussi instruits soient-ils (ce qui est vrai souvent), se servent d’une intelligence individuelle et individualiste quand elle n’est concurrentielle et antagonistes ! Donc, Les islamistes ont toujours plusieurs longueurs d’avances qu’on le veuille ou pas ! L’avantage des islamistes et de leur intelligence collective, ils ont pas besoin de de creuser trop la tête, de courir et de se fatiguer ni individuellement ni collectivement, les autres le font individuellement à leur place ! La seule chose sur la quelle ils veillent et de d’empêcher les autres de s’unir mais pour ça non plus ils ont, et ils le savent, ils ont pas besoins de dépenser ni trop d’énergie ni grand effort les progressistes sont de nature éparpillés!
      Aussi, si les islamistes s’opposaient au départ et tout le long du « hirak » qu’il y ait de représentant c’est stratégique igique, car ils savaient que le temps
      jouait pour eux, en revanche les progressistes s’ils s’opposait à la représentativité du hirak c’est pour des considérations d’ego, chacun veut être le représentant sinon rien et ça quand il est sincère et non un intrus et donc pas un chacal dans la peau d’un mouton

      15
    Le Légume
    16 février 2020 - 10 h 57 min

    L’hirondelle ne fait pas le printemps et les oiseaux de mauvaises augures que vous citez dans votre article Mr Nabil D, non plus.
    La nature a horreur du vide, cette chaîne « Parti Pris » l’a occupé par une couverture accidentel et presque singulière du Hirak, c’est de bonne guerre. On à faim d’informations, faute de grives, on mange des merles, on a soif de savoir on boit de la source unique à la disposition. A notre corps défendant de savoir digérer le juteux et excréter le néfaste.
    Quant aux nains de tous bords voulant fléchir ou s’offrir gracieusement le géant Hirak ! Ou c’est de la mauvaise foi ou méconnaître cette force ou méjuger sa maturité politique . Qu’on se le dise !!!

    12
    12
    Belveder
    16 février 2020 - 10 h 49 min

    Beaucoup de Gens Sincéres ont dés le Début du Hirak dénnoncé l infiltration de ces PARASITES qui ont un probléme a réglé avec l Armé Algerienne ..LE PARADOXE c est que leur seul fait D ARME c est de venir en fin de Journée sur un plateau ou réseau social pour distiller leur Venin contre l Algerie..Leur Statut; a eux et a leur progénitures;; de protégés de l occident ils l ont eu grace au combat des jeunes en algerie qui eux n ont pas pu partir eux et qui sont sur le terrain
    A Paris ou ailleurs vous devez sortir le Dimanche pour déféndre les histoires d emblem amazigh ou bien EL magharybiaa et ses acolytes……..Ce n est pas ca le HIRAK d ailleurs beaucoup de compatriotes ont délaissé ces rassemblements dirigés

    9
    13
    Ma Vérité
    16 février 2020 - 10 h 16 min

    Si,on veut vraiment sortir le pays d’une crise qui peut ruinée et affamée tout un peuple et revenir au colonialisme du FMI,il nous faut des sang neuf,propre,jeune,et sans antécédent,ni FIS,ni FLN;ni RND;ni PT,ni autres partis satellite contaminés jusqu’a l’os,une majorité de citoyens ne mesure pas la gravité de notre situation actuelle;ne parlant pas de nos dirigeants se sont comme des drogués habituent à dépensés sans comptés;menés de vies royale sur le dos des pauvres citoyens,est si demain un conflit se déclenche,sa sera la priorité aux plus pauvres,normal sont nés juste pour souffrir,la religion chez nous corrompus dirigeants c’est juste une option pour berné et rouler dans la farine les naifs de cette nation

    14
    8
    Abou Stroff
    16 février 2020 - 10 h 10 min

    parlant du hirak, d’augustes « universitaires » avancent que ce dernier est une formidable école d’échange politique entre les citoyens et les citoyennes qui a montré au monde entier et aux Algériens eux-mêmes qu’ils étaient une population respectable. »
    que l’on me permette de douter de la fécondité de cette « formidable » envolée lyrique qui ressemble étrangement à l’impact d’un pet et un seul dans la stratosphère sur la forêt amazonienne.
    en effet, ces « universitaires établis chez leur mère nourricière (n’oublions pas que le sieur addi, entre autres, après avoir essayer de nous convaincre de régresser d’une manière féconde en nous « donnant » à la vermine islamiste, s’est enfui en france pour sauver son auguste cervelle), ne sont guidés que par une haine incommensurable envers la seule institution algérienne qui mérite le qualificatif d’institution,i. e. l’armée.
    je pense que ces universitaires, incapables d’analyser concrètement une situation concrète pratiquent un onanisme remarquable et développent des discours indiquant clairement une impasse dans le cheminement de leur pensée, impasse qui est due, en (grande?) partie à leur incapacité intellectuelle à saisir une réalité qui n’entre pas dans les schémas « conventionnels ».
    en effet, contrairement à ses universitaires de salons, je ne crois pas que le hirak soit porteur d’un projet qui serait aux antipodes du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien.
    je pense que le hirak est la concentration et le produit du ras le bol qu’éprouvent tous ceux qui considèrent qu’ils ne reçoivent pas la part de rente qu’ils considèrent être leur dû et qui se défoulent une ou deux fois par semaine pour oublier le vide sidéral qui enveloppe leur vécu quotidien.
    je pense que le hirak (et je m’excuse auprès des certains compatriotes naïfs qui croit au père Noël pour ne pas sombrer dans une profonde dépression) est, d’abord et avant tout, une remise en cause puérile (d’où le slogan « yaetnahaw ga3 » qui est aussi stérile qu’un caillou couvé par un coucou) du pouvoir incommensurable que se sont octroyées les couches qui dominent, au moment présent, le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation.
    Je pense, en outre, que le hirak matérialisé par les « sorties » du vendredi et du mardi représente, dans son essence, une suite de séances de défoulement où l’absence flagrante d’activités de loisirs (cinéma, théatre, musique, etc.) est compensée par une catharsis où les « citoyens » et les « citoyennes » se rencontrent sans qu’il y ait désapprobation de la bien-pensance dominante (religieuse notamment).
    enfin, je pense que sur la base d’une analyse concrète de la situation concrète algérienne , le hirak ne peut déboucher, à terme, que sur deux, et uniquement deux, voies.
    – un chaos généralisé qui aboutira au dépeçage (programmé par certaines officines) de l’Algérie en tant qu’Etat et Nation et qui servira, en premier lieu, la vermine islamiste qui ne croit guère en l’Algérie en tant qu’Etat et Nation et en deuxième lieu, les puissances impérialistes, en général et l’entité sioniste, en particulier qui verra, d’un bon oeil, le dépeçage de notre pays (voir le plan yinon)
    – un sursaut révolutionnaire de la part des cercles dirigeants actuels qui sont en majorité composés de militaires.
    car, je persiste et signe: dans une système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation, il n’y a ni société civile (au sens de Gramsci), ni citoyens pour la composer et encore moins de partis représentant des couches sociales au intérêts différenciés. il n’y a, en caricaturant un petit chwiya, que des prédateurs d’une part et des tubes digestifs ambulants, d’autre part. or, ni les prédateurs, ni les tubes digestifs n’ont, dans les faits, intérêt à dépasser le système qui les gave ou les nourrit.
    par conséquent, il me semble que, contrairement aux idées farfelues, (du genre « dawla madania machi 3askaria » ou « yetnahaw ga3 » qui ne reflètent guère des contradictions historiquement datées), avancées par certains idéologues, notre seul espoir est que la haute hiérarchie militaire (et particulièrement, les jeunes officiers qui ne sont pas impliqués dans les « affaires ») prenne ses responsabilités historiques en se débarrassant, dans un premier temps, des officiers véreux qui la dévalorisent auprès des algériens lambda, et en prenant, dans un deuxième temps, le leadership d’une dynamique de dépassement du système rentier qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien.
    en d’autres termes, je pense que, contrairement aux apparences et aux slogans creux avancés ici ou là (et particulièrement par les représentants de la vermine islamiste) notre salut viendra des militaires ou ne viendra pas du tout.

    20
    25
      Zaatar
      16 février 2020 - 13 h 42 min

      Comment ne pas être d’accord avec toi cher Abou Stroff? Mes salutations.

      14
      24
      chaoui40
      16 février 2020 - 13 h 47 min

      Je le dis depuis plus d’un an : seul un coup d’Etat de jeunes militaires instruits et patriotes peut nous sauver. En attendant que nous devenions plus politiques et que nous apprenions à voter en fonction des intérêts des prolétaires et des petits paysans qui constituent la vaste majorité de la population. Ce sera dans un autre siècle, mais il faut un début à tout. Le rêve serait une révolution prolétarienne, mais nous n’avons pas de prolétariat : les fonctionnaires sont de la petite bourgeoisie et la féminisation de la société retarde la lutte des classes !

      5
      18
      Belveder
      16 février 2020 - 15 h 20 min

      @aboustroff .exellente contribution…En ésperant que la «  » Jeune Garde » » dont tu parles ne «  »S ’embourgeoise » » » pas elle non plus et retour a la case départ………sinon un travail énorme nous attend pour inculqué a nos enfants la Valeur Travail…

      6
      9
      Krimo
      17 février 2020 - 2 h 20 min

      Abou Sroff,

      Je ne vais pas te contredire pour le simple plaisir de porter contradiction. Ne crois-tu pas que t’as coince la bulle en un temps t ?
      57 ans de c… comme pas possible ce n’est pas rien, Hassan Dos l’avait déjà dit au debut des années 90  » l’Algérie est un laboratoire » je lavais maudit par fierté mal placéee et pourtant.
      En toute bonne foie qu’est-ce qui n’a pas été expérimenté ? La decade suivante et son lot de morts ….. les deux
      dernieres, n’en parlons pas.
      Tu le sais très bien : deja de la Cite on est passe a la Cour des miracles . le Hab’Habisme c’est fini et je suis certain depuis cette dernière année que l’algérien se regarde maintenant dans un mirroir et questionne son reflet. Le crétinisme n’est pas pérenne et tous les soudards le savent maintenant.
      Impensable y a un an et en la matière la pyramide était inversée, le sommet pointait vers le bas, il se suffisait du fakhamatou… tisme et pendant ce temps la, la base avait les jambes en l’air.
      Grand Jacques chantait  » Au suivant » et petit Jacques fredonnait  » l’Hôtesse de l’air  » ……. la veste toute craquée et plus, vraiment plus de pantalon a retourner lors de la prochaine revolution

      Les barricades cela te dit ….. autrement c’est le HIRAK.

      4
      3
    Anonyme
    16 février 2020 - 9 h 51 min

    Une chose est sûre,le mouvement citoyen du 22 février 2019 n’a rien à voir avec les intégristes islamistes de l’ex-FIS.Ils veulent récupérer ce formidable mouvement citoyen pour le changement né spontanément suite à l’aberrant 5°mandat de Bouteflika voulu par Gaïd Salah pour faire perdurer le régime qui l’a tant servi.Le FIS et ses supplétifs et le néo-FLN et ses supplétifs sont les 2 faces d’une même sinistre médaille qui a fait de l’Algérie surtout sous le règne de Bouteflika un pays où règnent les passe-droits,le clanisme,le régionalisme,la bigoterie la plus criarde,la corruption à ciel ouvert,la dilapidation des ressources,l’avilissement de l’Algérien etc…Les islamo-conservateurs doivent laisser de coté leur sinistre idéologie sectaire et totalitaire s’ils veulent intégrer le mouvement citoyen qui lutte pour une Algérie nouvelle démocratique et sociale débarrassée de tous les maux dont est porteur le régime qui a privé le peuple algérien de sa liberté et de son indépendance chèrement acquise.Le peuple algérien qui a tant souffert des agissements de ces charlatans est décidé à défendre ses acquits pour une Algérie nouvelle,libre et démocratique où chacun aura sa place.

    11
    11
    Zaatar
    16 février 2020 - 9 h 48 min

    Je n’ai pas eu besoin de lire tout l’article, quelques lignes m’ont suffit. De toutes les manières ça n’aurait pas changé mon opinion, ça le renforce encore beaucoup plus plutôt. C’est ce que l’on a toujours dit, du hirak, de sa représentation et sa représentativité, de nos gouvernants, de nos dirigeants, de l’état actuel des choses, des conséquences à venir, de la nature de l’homme et de toutes les évolutions….etc. je crois bien qu’il y a peu de chance qu’on se soit trompé.

    2
    19
    Anonyme
    16 février 2020 - 9 h 47 min

    Ils ne valent pas mieux que les fourchitistes auto proclamés porte parole et guide du Hirak depuis la France où le Canada leurs repères connus…
    Entre Rachad ou les Makistes laicards plus ou moins affichés ( mais toujours solidaires ) je préfère encore Tebboune.
    Par ailleurs une différence entre Rachad et les fourchitistes : les premiers insultent jamais les morts…

    7
    23
      Anonyme
      16 février 2020 - 13 h 50 min

      @Anonyme 16 février 2020 – 9 h 47 min,en fin de compte tu es quoi, toi le donneur de leçons?Un résidus du régime qui a bouffé à satiété et qui voyant la fin de la mangeoire ne sait plus à quel saint se vouer?De toutes façons le régime et les islamistes c’est du pareil au même.Leur ennemis communs c’est la liberté et la démocratie. Fakou!!!

      11
      10
        Anonyme
        16 février 2020 - 15 h 39 min

        Rassure toi je ne fréquente pas les mangeurs de sangliers rois de la pleurniche et plus grands fossoyeurs de l’Algérie…Tes comparses en somme.

        4
        19
    Colonialisme Intérieur
    16 février 2020 - 9 h 40 min

    Poser bien une équation c’est la meilleure façon de parvenir à sa solution.
    La vraie tare toute algérienne est que l’on a fait digérer aux arabisants/arabisés acquis à la thèse fumeuse de l’arabislamisme, une entité céleste qui se superpose à un peuple dans une relation de subordination. Cette chappe de plomb a donc nécessité continue de l’armée et d’une idéologie totalisante, l’islamisme lui est donc consubstantiel. « L’Etat » qui en ressort a peur de son propre peuple, si bien que partout dans le monde l’on serait fier d’avoir eu une nation et un Etat outre la tradition démocratique, mais pas en Algérie, parce qu’il y a l’impératif de subir le modèle Nasserien puis panislamiste.
    Cet écran de fumée a donc pour mission de cacher la vraie anthropologie, celle de la Soummam qui fait le trait d’union entre la terre et pensée de Jugurtha et les moyens modernes et définit un Etat en continuité avec le peuple.
    L’ouverture dite démocratique a donc tenté le régime de démultiplier son Fln en plusieurs tendances, ce qui sera reproduit dans la presse en multipliant les journaux du régime dans différentes couleurs idéologiques. La constitution autant est juste un papier, comme celui écrit dans le cinéma Majestic, en coche et l’on rajoute au gré du Berzidan du moment…
    Quand tout l’édifice croule sous son poids et la vacuité est mise à nu voilà que les deux piliers du régime, l’arabisme et l’islamisme, autrefois soudés dans l’arabislamisme, déflagrer comme se déchirent pour la représentativité symbolique d’une meme Algérie arabe issue du coup d’Etat de 62. Les islamistes et arabistes vivaient en harmonie dans le FLN sous boumediene, lui meme était adepte de l’école coranique d’El Azhar. islamiste convaincu de première heure.
    Le populisme cache mal la paresse qui caractérise toute l’approche à la politique. L’Etat fictif né du coup d’Etat porte en soi le germe de cette paresse où l’on importe le drapeau de Mme Busquant et de Messali et l’on se met en garde à vous devant l’hymne écrit par un Egyptien, que dire de la constitution dictée par Nasser…
    Un peuple est un fait. Ce fait se traduit en constitution, sans constituante on nie le peuple. Etre libre à moitié est une autre forme de colonialisme, intérieur, mais comme le montre la chronique des 500 milliards$ volés en complicité avec les multinationales, le patriotisme est dans les actes, ce qui n’est véhiculé ni par ceux qui assassinèrent 500 membres du FFS en Kabylie en 63, et paradoxalement ce sont les memes à dicter la nouvelle voie.

    9
    10
    Lghoul
    16 février 2020 - 9 h 19 min

    La realite est sur le terrain, en Algerie. Ailleurs la diaspora algerienne a son role a jouer mais tout le monde a le droit de se reunir et s’exprimer. Aucune diversion ne marchera. Je vois bien que le systeme est a court d’idees. La derniere etant l’attestation de « terroriste » qui planifiait de se faire exploser. Je vois tres bien qu’ils ne savent plus ou jouer de la tete. Le MAK, le FIS, le maroc, eur mere patrie et toutes les histoires a dormir debout ne marcheront plus. Tebboune et ses servants sont et seront toujours ILLEGITIMES. Dites d’abord a tebboune de nous dire ou sont caches les milliards qu’il nous a promi. Ensuite comment sait il ou ils sont caches et pourquoi durant une 2ieme interview il a dit que: S’IL N’EST PAS ELU IL NE REVELERA PAS OU EST CACHE L’ARGENT DETOURNE. Aujourd’hui ils est elu et il ne revele rien. Alors logiquement et automatiquement doit il s’expliquer sur cette affaire a Sidi Mhmed non ? Ah ce sont les porteurs de drapeau Amazigh qui doivent s’expliquer car un morceau d’etoffe est plus dangereux que les detournements de centaines de milliards qui mettront l’Algerie economiquement a genoux. FAKOU.

    17
    40
      Moh
      16 février 2020 - 16 h 25 min

      Arrête ton délire habituel.

      4
      10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.