Condamnés à des peines déjà purgées : plusieurs détenus du Hirak quittent la prison

détenus tribunal de Sidi M’hamed
Portraits de quelques détenus d'opinion. D. R.

Par Mounir Serraï Le tribunal de Sidi M’hamed a prononcé aujourd’hui son verdict sur l’affaire de trois manifestants mis en détention provisoire depuis 5 mois. Il s’agit de Saïd Madi, Kamel Ouarab et Oussaidene Ahmed qui ont été condamnés à 6 mois de prison dont 4 mois ferme et 2 mois de sursis. Ces trois détenus quittent la prison d’El-Harrach aujourd’hui, sous les applaudissements d’une foule compacte. Un rassemblement, faut-il le souligner, a été organisé devant le tribunal de Sidi M’hamed durant la matinée pour exiger leur libération ainsi que celle de tous les détenus d’opinion.

Ils ne sont pas les seuls à quitter la prison aujourd’hui, après avoir été condamnés à des peines qu’ils ont déjà purgée en détention provisoire. En effet, à Mostaganem, Abdelkader Tidjini, dit Kiki, est condamné à deux mois de prison ferme. Il quitte de ce fait la prison après avoir purgé sa peine. A Annaba, déjà relaxé, Zakaria Boussaha a été entendu à nouveau aujourd’hui par la police et lui a été notifié de se rendre prochainement à la police judiciaire pour un complément d’enquête. Zakaria Boussaha est toujours sous contrôle judiciaire depuis sa libération de la prison, en attendant un troisième procès.

A Oran, Hamani Benyahia comparaît au tribunal de la cité Djamel. Ce mardi 25 février, deux activistes dans la même wilaya, Affif Abderahmen et Saïd Boudour, vont passer devant la chambre d’accusation. Il est craint qu’il y ait requalification des faits de correctionnelle à criminelle. Le procès des ex-détenus Djallal Mokrani, Hakim Addad, Nassim Ould Ouali, dit Kamel, Massinissa Aissous et Ahmed Bouider est programmé pour le jeudi 27 février au tribunal de Sidi M’hamed d’Alger. Ils ont été arrêtés le vendredi 4 octobre 2019 et remis en liberté provisoire le 2 janvier 2020.

Le procès en appel de l’ex-détenu Mohamed Tadjadit est programmé pour le jeudi 27 février à la cour d’appel de Ruisseau, Alger. Il a été arrêté le 11 novembre 2019 et condamné à 18 mois de prison ferme le 14 novembre au tribunal de Sidi M’hamed d’Alger. Il a été ensuite remis en liberté provisoire le 2 janvier 2020.

Le verdict du procès des 21 manifestants arrêtés lors de la première marche nocturne d’Alger est tombé au tribunal de Bainem, dans la circonscription administrative de Bab El-Oued. Accusés d’attroupement non armé et de troubles à l’ordre public, ils ont écopé d’une amende de 50 000 DA.

M. S.

 

Comment (3)

    Vroum Vroum 😂..
    25 février 2020 - 13 h 57 min

    Je vois qu’il y a encore des naïf ou sournois qui croient encore au Hirak authentique du debut , alors que 1 ans après ce qui reste du Hirak est bel et bien infiltré par des Militants RAJ ou MAK séparatiste ou Islamistes FIS AIS , et autres figures emblématiques du Hirak tel Karim Tabou chez Rachad ex Fis Basée en Suisse et ensemble font le V de la victoire au côté de Mourad Dhina ex FIS , le cas des Berbèristes Mak et Islamistes Frères Musulman FIS AIS ensemble associés à Berlin tenant des emblèmes Amazigh et Drapeau national autour de Zitout ex Fis qui fait son discours , les Cas de Bouchachi et certaines figures du Hirak chez Ali Belhadj ex Dirigeant du FIS AIS Frères Musulman Wahabites qui en 1992 appelait au Djihad contre ces Propres frères Et soeurs et ANP , ce même Ali Belhadj qui disait publiquement que le Vote et Élections et Démocratie sont Haram , hors Islam…ces vidéos sont disponibles sur YouTube , alors que vont faire les Bouchachi et ces amis Figures emblématiques du Hirak chez Ali Belhadj me Wahabite Salafiste du Faux Djihad !!.. Et quand nos Forces de Sécurité font le ménage en arrêtant certains militants MAK ou RAJ ou Islamistes FIS AIS infiltrés dans le Hirak , pour protéger le Hirak de ces infiltrations pour manipuler et intoxiquer le Hirak , soudainement des « Gens » crient à l’injustice !!.. L’injustice sont ces infiltrés dans le Hirak pour le tromper , l’utiliser à des fins autres que les revendications légitime du Hirak , semer la Haine de notre ANP , diviser le Peuple de l’Armee !!.. Comment se fait-il que les premiers mois di Hirak encore innocent , tout le Hirak criait « Djich et Chaab Khawa Khawa ..et bien plus tard « Armée dans les Casernes  » Doula Salmya  » ou Islamya  » Généraux Mafia  » ..qui est a l’origine dans le Hirak de tournant à 180 ° , …de Djich et Chaab Khawa Khawa en quelques mois ca passe à Armée dans les Casernes , Doula Salmya et pas Askariya , Généraux Mafia ..!!!!?… L’apparition de slogans anti Armée Nationale ANP !!!… Qui a interet a diviser le Peuple de son l’Armee qui pourtant est lnotre seul rampart pour protéger l’Algérie !!.. Certes Gaid Sallah à mal agi , mais pourquoi associer notre ANP ??.. qui a intérêt à manipuler le Hirak , le monter contre notre ANP qui est une Armée populaire où chaque famille Algérienne à un Fils Djoundi !!.. Voilà les Vrais questions intéressantes .. l’infiltration du Hirak par le RAJ ou MAK séparatiste Sionistes et Islamistes Frères pilotés par Rachad et Al Maghribya financé par le Wahabisme Qatar et Saouds Wahabisme Takfirisme Secte…. Que va faire Bouchachi Ami de Karim Tabou et certaines figures du Hirak chez Ali Belhadj !!! Ce Ali Belhadj qui appelait au Djihad contre ces Propres frères Et soeurs et ANP Algérien ! Ce Ali Belhadj qui disait publiquement que le Vote et Élections et Démocratie sont Haram et Hors Islam !!!.. Voilà où est l’injustice !… Tromper les gens du Hirak !..

    1
    13
    Djemel
    24 février 2020 - 17 h 28 min

    Le système utilise la justice comme outils de répression du peuple algérien. On avait commencé par affaiblir le droit pour faire soumettre les juristes. Par exemple, dans les annees 80, il suffisait d’être membre actif du FLN pour pouvoir étudier le droit à l’Université. Cela veut dire que des juristes en exercice aujourd’hui sont allés étudier le droit, sans posséder ni le baccalauréat, ni même le niveau terminal (Lycée).

    11
    6
    Neutre
    24 février 2020 - 15 h 57 min

    Ils emprisonnent les honnète citoyens défendant leur mère patrie et laisser filé les pilleurs et les hors la loi,c’est bien la loi de la jungle et la république Bananière,sauve qui peut le colonialisme nouveau revient;et il est plus dévastateur que le précédent

    10
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.