Un journaliste syrien alerte : les camps des réfugiés menacés par le coronavirus

refugies coronavirus
Convoi de réfugiés syriens. D. R.

Par Ahmad Al-Khaled – Alors que l’attention mondiale se concentre sur les statistiques autour du coronavirus, les gouvernements ferment les frontières, les gens simples vident les étagères des magasins, mais personne ne se souvient de ceux dont la vie était déjà un cauchemar avant la pandémie.

Les réfugiés des camps d’Al-Hole et Rokbane, gérés par l’administration kurde et les Etats-Unis, sont le groupe le plus vulnérable par rapport au virus Covid-19. Les personnes déplacées vivent dans des tentes délabrées par groupes de 20 personnes, partagent la même vaisselle et sont totalement privées d’accès aux soins médicaux et aux médicaments essentiels. Leur immunité s’est fortement dégradée à cause de la faim et du manque d’eau potable.

Compte tenu de ces facteurs, il est certainement possible de stipuler que ces gens sont voués à l’extinction comme des bêtes à cause de l’inaction des organisations internationales. La fermeture, cette semaine, de la seule station médicale pour les enfants et femmes de Rokbane, qui se trouve près de la base militaire américaine d’Al-Tanf, est la dernière trahison de la communauté mondiale et des Etats-Unis. La station fonctionnait sous l’égide de l’Unicef à la frontière syro-jordanienne et était littéralement le seul salut pour les habitants du camp.

Selon des chiffres officiels, les travaux de la station médicale ont été suspendus en raison des craintes liées à la propagation du coronavirus parmi ses employés. Ainsi, les médecins de l’ONU ont reconnu la possibilité d’un foyer de la maladie à Rokbane, mais cachent jusqu’à présent le fait que les camps sont déjà devenus les principaux centres d’infection. Dans le même temps, ni les Etats-Unis qui contrôlent ces territoires aux côtés des Kurdes ni l’Organisation mondiale de la santé n’ont encore envoyé des experts dans le camp afin d’évaluer la situation et d’accepter les mesures de confinement pour lutter contre la maladie. En parallèle, les réfugiés sont préoccupés par une forte augmentation du nombre de personnes infectées et du taux de mortalité infantile.

Il faut comprendre que la catastrophe dans ces deux camps de réfugiés pourrait être beaucoup plus terrible qu’il n’y paraît. Par exemple, en Italie, plus de 40 000 cas d’infection sont recensés tandis que l’épidémie a, à ce jour, causé le décès de 3 400 personnes. Et cela se produit dans le pays européen développé qui dispose de toutes les ressources, mais n’est cependant pas capable d’arrêter la propagation du virus et d’éviter ses conséquences catastrophiques.

Que dire de dizaines de milliers de réfugiés à Rokbane et Al-Hole, deux villes de tentes dont 90% des occupants sont des femmes et des enfants qui n’ont même pas d’égouts, sans parler des appareils de ventilation artificielle et des kits de test capables de diagnostiquer le Covid-19 ?

La seule chose qui a été faite par les Américains et les Kurdes, c’est le renforcement de la protection des camps de détention. De plus, ils ont pris des mesures pour réduire les contacts avec les réfugiés, en les laissant seul à seul avec les risques que cela engendre.

La trahison cynique des pays occidentaux envers les réfugiés. L’Europe et les Etats-Unis ont préféré sacrifier les femmes et les enfants engagés dans le conflit syrien pour éviter les problèmes concernent leur réintégration dans la société. Dans le même temps, très probablement, la catastrophe biologique ne se limitera pas aux camps syriens. L’inertie des pays d’Europe et des Etats-Unis menace de conséquences plus graves dont souffriront non seulement le sud-est de la Syrie, mais aussi toute la région du Moyen-Orient.

C’est tout cela qu’il faut connaître de l’humanité moderne et des valeurs démocratiques de l’Ouest dont la politique internationale a engendré ces camps de la mort.

A. A.-K.

(Journaliste et auteur syrien)

Comment (7)

    Elephant Man
    21 mars 2020 - 14 h 27 min

    Même le basique pour lutter contre le coronavirus, à savoir l’eau courante et le savon, ces camps de réfugiés Syriens ne l’ont pas ….
    Où sont donc passés toutes ces ONG de pacotille Droits de l’Homme à GÉOMÉTRIE VARIABLE Amnesty et cie …bizarrement aux abonnés absents par contre pour taper sur l’Algérie qui renvoyait dans la dignité les clandestins aux frontières et à leurs pays respectifs là une surabondance d’Algérie bashing et de fake news !!

    6
    12
    Elephant Man
    21 mars 2020 - 14 h 06 min

    Les ONG qui n’ont de NON gouvernementales que le NOM avaient tenté d’interdire le retour de réfugiés Syriens dans leur pays depuis le Liban notamment.
    Avec le Yémen sous embargo notamment médical depuis 2014 sans accès aux soins médicaux de base …., l’Iran sous embargo….les réfugiés Syriens tout comme les Palestiniens sous blocus à Gaza etc également dans les geôles sionistes où aucun accès aux soins médicaux de base y compris pour les pathologies lourdes cancer …
    À contrario les EAU ont envoyé une aide médicale matérielle à la Palestine OCCUPÉE heuuuu non non pardon à l’entité sioniste au mossad des tests de diagnostic du Covid-19.

    6
    10
      Bettikh
      22 mars 2020 - 10 h 53 min

      Dis nous plutot ou sont ces « freres arabes » que les arabes aiment chanter. Ils ont pourtant des milliards de dollars a dilapider.

      4
      1
    Anonyme
    21 mars 2020 - 11 h 18 min

    La demande la plus importante que peuvent faire les syriens est de demander aux pays arabes riches et des moyennement riches d’aider les réfugiés syriens en les accueillant et en les aidant à vivre sur place en attendant … . L’occident d’une façon générale n’a jamais été du coté des « faibles », réfugiés ou pas.
    La situation des réfugiés syriens en France et en Europe varie beaucoup : « mendiants » dans les rues dans de nombreuses villes, prise en charge presque totale dans des centres d’hébergement pour les demandeurs d’asile en Belgique , des autorisations de travail et une aide conséquente pour les médecins … en Allemagne.
    Etc …
    Dans beaucoup de pays arabes, aucun papier (pas de titre de séjour ni autorisation de travail en général), mendicité pour le moins, mais parfois soins dans les hôpitaux et scolarité partielle des enfants.
    Gare aux maladies, aux loyers exorbitants, à l’arnaque … la fraternité est un vain mot. Ils ne peuvent demander un visa (pour un quelconque pays) et ne peuvent rentrer chez eux en Syrie (la situation de certains est intenable de détresse et de pauvreté) : pas de vol pour la Syrie … seulement pour le Liban et encore.
    Peut-être pour l’Iran ?
    Ce petit texte est rédigé en connaissance de cause : des syriens réfugiés que je connais en France, en Belgique et en Algérie. Majoritairement de Homs, d’Alep et du Nord de la Syrie.

    7
    5
      Anonyme
      21 mars 2020 - 14 h 13 min

      Et les pays musulmans comme l’Algérie ne peuvent pas en prendre aussi ? Des musulmans dans un pays de culture musulmane ça passe très bien en plus, un algérien et un syrien sont physiquement communs, l’intégration sera rapide.

      5
      7
        @Anonyme
        21 mars 2020 - 15 h 23 min

        Ce n’est pas l’Algérie qui a attaqué la Syrie qui aide déjà les syriens en Syrie et par sa diplomatie.

        3
        7
        Anonyme
        21 mars 2020 - 15 h 53 min

        J’ai rédigé le post auquel vous avez répondu …
        Je ne crois absolument pas aux pays « musulmans ». Arabes peut-être et l’Algérie est considéré comme « arabe » par les syriens qui ne connaissaient pas l’Algérie, c’est pour cela qu’ils sont arrivés il y a quelques années (comme au Maroc d’ailleurs). Très peu de réfugiés syriens sont partis en dehors de la Turquie (voisine), de l’Europe et des pays arabes. J’ai connu un certain nombre d’entre-eux qui ont préféré partir en Europe par la Libye ou Le Maroc dans des situations très difficiles. J’en ai rencontré en France (venant du Maroc et de l’Algérie). Tous ceux que je rencontre veulent quitter l’Algérie mais hélas pour eux, ce n’est vraiment pas facile et ceux qui sont ailleurs ne peuvent plus rentrer en Algérie (qui a instauré un visa et supprimé les vols en provenance de la Syrie). Contrairement à ce vous pensez l' »intégration » ne se passe pas bien du tout sauf pour un petit nombre.

        4
        2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.