L’Algérie pourra-t-elle faire face aux conséquences du Covid-19 ?

Covid-19 conséquences
Comment sera gérée la crise économique à la fin de la crise sanitaire du Covid-19 ? PPAgency

Par Zoubir M. – La crise sanitaire Covid-19 va certainement avoir des conséquences socio-économiques profondément négatives. Certains prédisent que ces conséquences sont comparables à la grande dépression des années 1930. Si des pays riches et développés s’inquiètent, à juste titre, qu’en est-il des pays avec des moyens limités et déjà en pleine crise économique ? L’Algérie peut-elle faire face au tsunami économique qui va suivre le tsunami sanitaire ? Tout ça arrive au moment où l’économie algérienne est à l’arrêt depuis presque deux ans, voire plus, avec la fin de règne du régime de Bouteflika.

L’heure n’est donc plus aux tergiversations, ni aux tâtonnements. Il faudra se rendre à l’évidence que l’armée nationale reste le seul rempart pour éviter l’écroulement total de la société et de l’Etat algériens. On est conscient de ces risques, d’autant plus que la mainmise de l’armée depuis l’indépendance est la raison principale de la crise politique, économique et sociale que traverse actuellement le pays. Avec des structures étatiques affaiblies et fortement bureaucratiques, un tissu industriel réduit à de l’importation réelle ou déguisée, une société civile qui prendra du temps à s’organiser, heureusement ou malheureusement, l’armée reste le dernier rempart. Elle pourrait mettre en place une industrie qui permettrait une autosuffisance à moyen terme. Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire.

Avec le Barrage vert, l’armée a mis en place un projet grandiose et avant-gardiste. Ce n’est que très récemment que les experts environnementaux ont reconnu que le boisement et le reboisement sont les solutions ultimes pour lutter contre les changements climatiques. Le prix Nobel de la paix 2007, il aurait fallu le donner à Boumediene, pas à Al-Gore. Passons ! Pour différentes raisons, ce projet a été malheureusement mal géré. Le Barrage vert aurait pu être un atout fort pour répondre à certains besoins cruciaux internes et de rentrées de devises. Encore une autre opportunité ratée !

On est sûr que le génie humain va venir à bout de la crise sanitaire actuelle. Par contre, il y a une grande incertitude sur le temps que cela prendra. Est-ce 3, 6, 12 mois, voire plus ? Les coûts monétaires et en vies humaines seraient sans précédent. Malheureusement, même quand une crise frappe toute l’humanité presque sans distinction, les populations et leurs gouvernants retrouvent les réflexes individualistes. Il suffit de voir ce que font tous les pays occidentaux qui ferment un à un leurs frontières. Ces frontières ne se rouvriront pas de sitôt. Ça sera presque du chacun-pour-soi. Il serait faux de croire qu’il n’y aura pas de pénurie mondiale de denrées alimentaires de base. Comme le font les individus, chaque pays va augmenter ses propres réserves. C’est logique et compréhensible, même si c’est dénué d’humanisme. L’exemple de l’Italie, qui ne peut venir en aide à ses patients mourants faute d’équipements de base, en est un exemple frappant. Même leurs partenaires européens n’ont presque pas bougé le petit doigt. Chaque pays se prépare à faire face à cette crise sanitaire et économique seul.

Bien sûr, on entend des voix par-ci, par-là se positionnant dans ce secteur juteux que représentera le secteur médical dans un contexte de psychose post-Covid 19. Tous les pays, riches ou pauvres, vont investir des ressources colossales dans ce secteur, même si, probablement, on doit attendre un autre siècle avant une prochaine pandémie. En Algérie, très peu d’organismes ont les moyens pour mettre en place la logistique qui répondrait à cette crise dans des délais raccourcis. Par exemple, n’est-ce pas le moment de récupérer toutes ces fausses usines de voitures, téléphones et autres bébelles dont le but était de siphonner des devises et remplir des comptes personnels de la nomenclature algérienne ? Au moins, le pays pourra récupérer une partie de ces investissements pour les adapter à la production d’équipements médicaux et, plus tard, d’autres produits. Techniquement, ce n’est pas facile, mais ce n’est impossible non plus. D’ailleurs, les pays occidentaux s’y sont déjà mis.

Bien sûr, l’armée ne pourra jamais faire cela toute seule. Elle doit faire montre de plus d’ouverture, de transparence, de flexibilité et d’innovation pour se montrer à la hauteur de ce challenge. C’est peut-être trop demander pour la Grande Muette. Il faudrait apprendre de l’histoire du Barrage vert pour mieux réussir ce genre de projets structurants. Par exemple, l’armée n’a pas su intégrer les techniciens et éleveurs locaux pour un meilleur choix de types d’arbres et leur entretien dans une optique durable. Sans sous-estimer ce que l’ALN a fait durant la Guerre de libération, cette guerre médicale, économique et technique est encore plus difficile car l’ennemi est invisible – je dirais même les ennemis, car ce n’est pas juste le virus SARS-Cov-2 dans le cas présent.

Dans les prochains jours et semaines, nous développerons davantage notre stratégie et notre feuille de route.

Z. M.

(Canada)

Comment (40)

    Anonyme
    26 mars 2020 - 9 h 31 min

    La vengeance de la nature? En tout les cas voilà pourquoi il sera primordial de re-axé la politique écologiste de chaque nation du monde, diminuer les taux de Nox et Co2 , la pollution suffoquante dans les grandes métropoles, gaspillage, individualisme,…, la santé de chaque individus prime avant tout, je pense qu’il faudra remettre sur la table le projet d’un « nouveau monde » bien pensé au plus vite.

    1
    3
    jijer
    26 mars 2020 - 7 h 57 min

    Le barrage vert ainsi que la transaharienne ont été réalisés par les jeunes du service national .Exclusivement.Et dans des conditions que l’on sait.

    4
    2
    Elephant Man
    25 mars 2020 - 19 h 27 min

    Effectivement, même Obama a eu le prix Nobel de la paix : les Syriens et les Libyens ont sauté de joie !!

    3
    6
    Lghoul
    25 mars 2020 - 19 h 19 min

    Une lecon de vrai nationalisme vient d’etre donnee en Grande Bretagne aujourd’hui. Le gouvernement a dit que cette crise necessite jusqu’a 200.000 medecins et soignants. Eh bien 405.000 docteurs et infirmiers en retraite ont repondu oui pour se porter volontaires, oui volontaires pour travailler en premieres lignes et risquer leurs vies sans rececoir 1 penny ! Que ceux qui mettent le drapeau national sur leurs epaules en chahutant 24H/24H « tahira eldjazir » meditent sur la definition du mot nationalisme.

    13
    6
    Hmed hamou
    25 mars 2020 - 17 h 21 min

    ((« Le prix Nobel de la paix 2007, il aurait fallu le donner à Boumediene, pas à Al-Gore. »…  » Ce n’est que très récemment que les experts environnementaux ont reconnu que le boisement et le reboisement sont les solutions ultimes pour lutter contre les changements climatiques. « )) selon Mr Zoubir M.
    Notre fakhamatouhoum boumedienne en avance sur son temps, ça on le savait deja. Par contre, Boumedienne découvreur ou inventeur de reboisement et méritant un prix Nobel, ça c’est une première. Si ça se trouve… Non, j’ose même pas y penser !
    Mais quand on y pense, Vous vous rendez compte de tout ce qu’on a raté et de tout ce que l’humanité a perdu avec sa perte ? Ah si boumedienne est encore là. Avec le barrage vert de boumedienne, aujourd’hui c’est pas les moutons qui parcouraient nos hauts plateaux, le grignotant au passage pousse par pousse et le réduisant en peau de chagrin, mais c’est de beau et grands caribous qui y gambader aient par milliers !
    Vous imaginez des caribous, des orignaux à djelfa, aux portes du sahara. Vous imaginer tous les bienfaits et retombées climatique de notre barrage vert…à long-terme aurait-il même pu servir de refuge pour les pingouins et les ours polaires quand le calotte glaciaire du Groenland aura disparus… Vous imaginez un caribou pris en chasse par zaatar déguisé en ours blanc traversant la transsahrienne ? Et Mr Zoubir en visite en Algérie (sans craindre ni dépaysement ni choc thermique) observant la scène (la scène de zaatar coursant le caribou) au bord de la route ?
    Purée, qu’on y pense. Que Boumedienn a déjà pensé et prévu les changements climatiques et nous a légué un antidote mais malheureusement on pas su le déchiffrer et encore moins en tirer profit…
    Mr Zoubir M. j’ai une petite question à vous soumettre, mais ça doit rester entre nous. Les experts n’y ont pas encore pensé. Pensevez que la grande mosquée de sa fakhamatouhou, grand disciple de notre boumedienne, répond telle également aux même desseins avant-gardiste (à l’instar du barrage vert) , des desseins qu’on mesure pas encore et dont les retombées ne finiront pas d’étonner les experts du future…?

    Un barrage vert. Un prix Nobel. Quand on sait que notre ex ministre de l’enseignement n’en voyait ni l’utilité ni l’intérêt. Si Boumediene était encore là il en aurait fait un garde forestier…

    7
    16
      Zaatar
      25 mars 2020 - 18 h 25 min

      Hmed Hamou,
      Je vois que tu connais tout du caribou, de l’orignal, de l’ours polaire, du pingouin…etc. il ne t’aura pas échappé sûrement de leurs prophytrolles qui trainent parterre et laissent des traces dans la glace. Sauf que xa ne sera plus le cas dans le barrage vert, ça sera plutôt à l’odeur le pistage, celle de la chlorophylle imbibée d’urée. Je découvre en vous un véritable biologiste. J’attends votre prochain récit sur les babouins et les chimpanzés.

      6
      8
        Karamazov
        25 mars 2020 - 19 h 01 min

        Des car- hiboux et des pangolins . Miam miam !

        Ah les barrages verts , les industries industrialisantes, L’Algérie la Mecque des révolutions , le Japon de l’Afrique et …
        Et l’enfer pour nous autres .

        12
        3
        Zaatar
        25 mars 2020 - 19 h 04 min

        Lire zoologiste plutôt que biologiste…le correcteur c’est aussi cela

        1
        5
        Hmed hamou
        25 mars 2020 - 20 h 41 min

        @zaatar,
        Absorbé dans la fiction, de tout ce qu’on a perdu et tout ce qu’on aurait pu gagné, que j’ai perdu de vue ce détail o combien important même essentiel.
        Et J’avoue que j’ai pensé aux « prophytrolles » du malheureux caribou.
        tabarnak de « prophytrolles » de caribou, vont fowndre au soleil des hauts plateaux commes des olives ou des raisins de corinthe !
        Quant aux babouins et aux chimpanzés j’ai comme un doute. J’arrive pas à voir les mieux indiqués.
        Mais, tout compte fait, je pense que notre barrage vert ou du moins ce qui en reste, en clair-obscur avec toutefois plus de clair que d’obscur, seraif un paradis pour les babouins, tempérament sanguin et des « prophytrolles « plus coriaces en prime.
        Quant aux chimpanzés , je crains que leurs » prophytrolles  » ne tiennent le coup et finissent en lambeaux sur les jujubiers…
        Tu imagines un pauvre chimpanzé empêtré dans les épines d’un jujubier ?
        Anagh a zaatar agma achampounzi dhakhal ozzegwar matchi tawaghith…

        3
        2
          Zaatar
          26 mars 2020 - 6 h 53 min

          Je reconnais quand même que le fait que l’ancien fakhamatouhoum fût en avance de 40 ans sur les spécialistes en la matière fait vaciller un peu l’attention. Et si l’on rajoute le prix nobel qui aurait du lui être décerné il y a une piles qui saute….ce fût celle des prophytrolles du pauvre caribou. Maalich, on va marquer dommage ya sidi. Bessah, le barrage vert est ce qu’il a été vert au moins une fois? J’avais imaginé, imagine vrai, nos babouins et nos chimpanzés faire la course à travers les buissons et les sentiers tout verts du barrage vert. Mais il est vrai pour leurs prophytrolles avec toutes les épines ca fait vraiment mal…

          2
          4
    elhadj
    25 mars 2020 - 13 h 48 min

    effectivement le pays pourra se relever avec la forte mobilisation du peuple,l éradication du marche noir, de la mafia ,la participation active des ménages a l épargne nationale,le recouvrement juste et réel de l impôt, la recuperation des fonds spolies et prêts bancaires non recouvres, les disparités criardes en matière de remuneration ,la participation active et productive de la diaspora établie a l étranger, les conseils ou critiques ne suffisent pas ,le développement du pays en assistant les opérateurs sincères,honnêtes et engages a créer des richesses .en effet depuis l indépendance jusqu a ce jour c est la majorité de la classe laborieuse qui a eu a supporter les privations,l austérité,les surcoûts en matière de charges , d impôts etc pour que le pays reste debout malgré ceux qui étaient censés le diriger l ont ruine pour acquérir des biens a l étranger .
    le bas peuple ne peut compter que sur lui même malgré les vicissitudes imprévisibles

    9
    8
    mira
    25 mars 2020 - 13 h 45 min

    Vous voulez une médecine au top, des logements, des voitures, des produits d’occident, la fibre optique, l’argent sans bosser, partir en tourisme, des mosquées, subventionnement batata khobz… FAIRE DES MOMES…
    Allez prier alors…

    13
    15
      Zaatar
      25 mars 2020 - 17 h 08 min

      Ils n’arrêtent pas de prier, ce sont des masses qui entrent et qui sortent des mosquées, des églises et des synagogues chaque semaine, et ils prient le même dieu apparemment, mais le conarovirus ne fait pas de distinction.

      6
      7
      Mounir Sari
      25 mars 2020 - 18 h 00 min

      Oui on veut tout ça.Ca te dérange cachiriste?

      5
      6
    baya
    25 mars 2020 - 13 h 42 min

    Chine corée spécialistes Européens disent que la Chloroquine est bénefique en début d’infection seulement, pour les cas graves c’est pas conseillé (trop tard).
    Alors à l’image des politiques Français qui ont tout faux (bizarre ), l’Algérie décide de donner ce médicament aux cas graves!!!
    Aucune réaction de NOS médecins, nos gros se limitent à copier le colonisateur au risque de se jeter du haut de la falaise…

    9
    11
      Zaatar
      25 mars 2020 - 14 h 43 min

      Par le passé et pour soigner le paludisme la chloroquine était prescrite pour les enfants et les jeunes. Ses effets secondaires étaient néfastes pour les personnes âgées. C’est ce qui se dit. Maintenant pour le Covid-19, peut-être qu’une association modifie les effets. En tous les cas personne ne sait trop rien et que tout ce se fait est du tâtonnement. On devrait laisser les scientifiques faire leur boulot d’abord, ça coutera ce que cela coutera.

      3
      9
      Elephant Man
      25 mars 2020 - 16 h 10 min

      @Baya
      L’article publié en ligne le 19 février tire ses résultats d’un essai clinique mené dans plus de dix hôpitaux chinois (à Wuhan – épicentre de l’épidémie -, Pékin et Shanghai notamment) pour mesurer « l’efficacité de la chloroquine sur le traitement de pneumonies associées au Covid-19 ».
      « Les résultats obtenus jusqu’à présent sur plus de 100 patients ont démontré que le phosphate de chloroquine était plus efficace que le traitement reçu par le groupe comparatif pour contenir l’évolution de la pneumonie, pour améliorer l’état des poumons, pour que le patient redevienne négatif au virus et pour raccourcir la durée de la maladie », précisent les chercheurs chinois.
      « Les capacités antivirales et anti-inflammatoires de la chloroquine pourraient jouer dans son efficacité potentielle à traiter des patients atteints de pneumonies provoquées par le Covid-19 », poursuit l’article sur l’étude menée par les professeurs Jianjun Gao, Zhenxue Tian et Xu Yang, de l’université de Qingdao et de l’hôpital de Qingdao.
      Protocole Chinois.
      2 autres molécules anti-virales sont utilisées et fonction de chaque patient ses antécédents facteurs de comorbidités du stade de Covid-19 …..

      3
      13
    seigneur
    25 mars 2020 - 13 h 41 min

    je reconnais bien le discours des nostalgiques d’une certaine époque désastreuse, plus encore le covid-19, pour l’Algérie et les Algériens. Dommage qu’il y ait encore, en 2020 des Algériens, qui plus est, vivent en occident( pensez-y) continuent de penser et de propager qu’un certain HB est un bienfaiteur de l »Algérie. Alors qu’il était le premier sapeur saboteur de notre pays et aujourd’hui encore, nous payons tous ensemble le prix de son charabia.

    10
    9
    Le Chant Des Cygnes
    25 mars 2020 - 13 h 32 min

    Drôle de question, bien sûr que l’Algérie fera face avec la.roquia et inchallah et si inchallah ne veux pas alors nos valeureux généraux qui aiment le peuple et qui ont gagné leurs galons sur tous les champs de bataille du monde vont nous sauver….pardon où peut être ils vont siphonner ce qui reste, la seule consolation que l’on peut avoir c’est qu’ils ne peuvent se sauver nulle part pour boire leurs Corona avec rondelle de citron vert !

    15
    10
    Arris
    25 mars 2020 - 13 h 17 min

    Encore un nostalgique de l’époque de Boumédienne !
    Si pour les algériens, c’est un grand fait, à mon humble avis, la seule chose positive du barrage vert a été de rapprocher les jeunes du service national autour d’une oeuvre collective nationale. La pertinence du barrage vert aussi mais c’est surtout une réalisation de propagande et de démagogie sans beaucoup d’impact sur l’environnement algérien et la remontée du désert vers le nord.
    Boumédienne est mort fin 1978 et le barrage a commencé à mourir avec lui, sa relance depuis vers 2010 et la situation ne s’est pas améliorée 10 ans après (reboisement, qualité, …).
    De nombreux pays ont tenté de réaliser ce type de barrière contre le désert, pratiquement aucun n’a réussi
    ou alors avec des moyens (ressource financières importantes, eau , humains…).
    En Chine le désert de Gobi continue à avancer bon an mal an, pourtant à partir de 1978 la Chine a planté 66 milliards d’arbres sur une surface d’environ 4800kmx1500km !
    Il faut concilier cette approche (contrer l’avancée du désert) avec l’aspect économique (rentrée d’argent par l’exploitation de la forêt, en choisissant des essences d’arbres et d’arbustes adéquats) et pas seulement dans les zones steppiques.
    Je signale quand même que les reboisements se sont toujours faits en Europe et dans le monde, certes pas obligatoirement dans le but de contrer le désert (qui était un problème de l’Algérie dès l’indépendance), ou résoudre un quelconque problème de dégradation environnemental.
    Wikipedia :
    En France, depuis le XIXe siècle et après une longue période de régression, la surface forestière7 regagne du terrain (+ 6 millions d’hectares de 1912 à 20128, progressant de 0,7 % par an, principalement en région méditerranéenne et en Bretagne),

    Revenant à la pandémie actuelle, le coronavirus ne peut provoquer plus de dégâts que 1929 et ses répercutions du point de vue économique et financier.
    Du point de vue humain, la « grippe espagnole » ne peut, probablement, pas être égalée ainsi que la 1ère guerre mondiale.
    Il faut bien mesurer ce qu’on dit et ce qu’on écrit au vu des situations.
    Le capitalisme et la finance vont réagir très vite dès la diminution de la pandémie, on le voit déjà avec la Chine dont les usines ont repris la production et commencer à servir l’Europe et le monde en beaucoup de produits (manufacturés et autres …).
    Autre chose, à mon avis un peu prétentieuse, « Dans les prochains jours et semaines, nous développerons davantage notre stratégie et notre feuille de route. » Whaou, whaou, whaou … !
    Attention à ne pas sombrer dans les projets hors de portée de l’Algérie (organisation,finance,technique, …).
    Que de grands projets en Algérie !
    Un passage d’une chanson révolutionnaire que je chantais à l’indépendance : « oua jouzna alla dahra bil mouîjizates » (ce qui donne quelque chose comme « nous avons traversé le temps avec les miracles ») !

    9
    8
    Karamazov
    25 mars 2020 - 12 h 41 min

    Allons , allons, n’ajoutez pas du pessimisme au Covid et à la psychose globale. Faisons comme celui qui est tombé du haut d’un gratte-ciel et disons à chaque étage qu’on passe : jusque-là tout va bien.
    Au lieu de nous fiche du spleen comme ça en nous faisant comprendre que ceux que le Covid ratera mourront d’angoisse , et ceux que l’angoisse ratera mourront de faim ou de manque de soins, et les rescapés s’entretueront , positivons.

    Positivons ! Sauf que je n’ai pas vraiment pas de quoi vous rassurer !

    9
    13
      Zaatar
      25 mars 2020 - 13 h 56 min

      Cher Karamazov,
      C’est comme le post impact d’un astéroïde de plus 10 km de diamètre qui nous frappe à plus de 150 mille km/h? Ceux qui auront survécu à l’impact regretteront de ne pas avoir succombé sur le coup?

      5
      15
        Karamazov
        25 mars 2020 - 14 h 48 min

        Tu vois, quand nous parlions du matérialisme historique . Voilà un événement « extérieur » en dehors d’ Apophis qui constitue une opportunité à saisir pour prendre une autre direction. Il ne nous laisse même pas la possibilité de nous tromper. Mais je ne suis pas sûr que les bigots de tout poil ne la gâcheront pas.

        4
        7
        Belveder
        25 mars 2020 - 15 h 26 min

        Il faudrait savoir l armée doit rester dans les casernes ou s impliquer?c est à la carte??

        2
        10
      Krimo
      25 mars 2020 - 17 h 13 min

      Karama(zov),

      T’as voulu Apophis, t’as eu une autre version, pourtant …… Allez je ne vais pas faire dans le macabre versus ta sardonique ironie. Ah Pap El Oued quand tu nous tiens.

      T’as cité le petit Jacques, le grand chantait tout autant la même année : (extraits)

      Se tiennent par la main
      Et marchent en silence
      Dans ces villes éteintes
      Que le crachin balance
      (…..)
      Lente sous le pont
      L’eau est douce et profonde
      Voici la bonne hôtesse
      Voici la fin…

      Mes hommages a Genny,

      4
      6
    Anonyme
    25 mars 2020 - 12 h 40 min

    Comme le dit l’auteur, le Barrage Vert aurait du impliquer les Paysans et Techniciens Locaux pour en Faire un immense Succès.
    En un mot le Peuple…Un Barrage sans l’implication du Peuple ca marche pas!
    Puisqu’on est dans la Metaphore..,
    La Digue verte ou pas contre Bouteflika et sa Clique a cede pour les memes raisons que le Barrage Vert. Pour finir l’Algérie a une armée NATIONALE et aussi POPULAIRE. En Algérie, les soldats de cette armée sont des militaires ET des Civils, TOUS héritiers de l’ALN. Selon moi, Ce que le Peuple réclame, c’est de mettre fin a la delegation totale de pouvoirs pour passer a un nouveau Modele de Gouvernance. Le débat est la..pas sur un retour en arrière. Le temps des Zaims est fini car comme le disait Boumedienne, luimeme l’Algérie continuera vivre après la disparition des hommes..civils ou militaires peu importe…
    Vive le Peuple et la Nation Algérienne

    3
    12
    Lghoul
    25 mars 2020 - 12 h 28 min

    Il faudrait aussi ajouter la crise avec le HIRAK que les menteurs et les mangeurs de moutons entiers par jour, tout en faisant du business sur le dos de l’Algérie qui les attend. Le peuple saura se prendre en charge comme il l’a fait depuis le 22/02/2019 mais la issaba ne doit plus compter sur le peuple. Elle est desormais SEULE.

    11
    8
    On n'en est pas là
    25 mars 2020 - 12 h 08 min

    L’inquiétude actuelle est sanitaire, votre intervention est insensée. Cest idiot de mélanger les choses alors que la planète entière est en danger.

    2
    8
    Mounir Sari
    25 mars 2020 - 11 h 29 min

    L’Algérie dieu merci n’a aucune crise économique et aucun problème économique ne se profile à l’horizon.Tout va très bien sur le plan économique car c’est simple on n’a même pas d’économie tout court.Tebboune est pris entre le marteau et l’enclume du hirak qui ne veut pas reconnaître sa légitimité.Ajoutez à cela la chute vertigineuse des cours du pétrole, la lutte acharnée entre les différents clans des généraux qui veulent contrôler la situation en s’entre déchirant entre eux.Comme un malheur n’arrive jamais seul, le covid-19 est venu anéantir tous les espoirs des tenants du pouvoir illégitime actuel qui veulent se maintenir coûte que coûte.Tebboune est à plaindre, il n’a vraiment pas de chance et personne ne veut être à sa place actuellement.Un tsunami est entrain de siffler, il emportera sur son passage tout le système qui est la cause de nos malheurs depuis l’indépendance!!!!

    12
    9
    Anonyme
    25 mars 2020 - 11 h 15 min

    L’Algérie pourra-t-elle faire face?? La question ne se pose même pas. Même sans le coronavirus la situation était catastrophique alors je vous laisse imaginer l’hécatombe…

    13
    8
    Moh.abbas
    25 mars 2020 - 11 h 01 min

    La transparence voudrait déjà dans un premier temps d,avoir un oeil sur les dépenses liées à l,Etat major.

    9
    9
    Zaatar
    25 mars 2020 - 10 h 24 min

    L’algerie pourra t’elle faire face aux conséquences du Covid-19? S’interroge l’auteur de l’article Mr Zoubir.M. Avant de s’interroger aux conséquences du Covid-19 il faudrait peut-être se demander si le pays peut d’abord faire face au Covid-19. Pour l’info, dans la nuit d’hier, à l’hôpital de Blida, région totalement confinée pour 10 jours au moins, on a reçu plus d’une centaine de malades avec des pneumopathies (TDM T, scanners) dont plus de la moitié présentait de fortes suspicions d’atteintes au Covid-19. Cependant aucun test ne pouvait se faire parce que tout simplement il n y en a pas de tests…
    D’où, chez nous, de part ce manque de moyens, les chiffres que l’on donne ne reflète pas la réalité du nombre réel de personnes atteintes de Covid-19. De même que le nombre de décédés par le Covid-19 puisqu’il y en a qui sont probablement morts de ge virus sans avoir été confirmés positifs. Par conséquent toute ce que l’on nous balance ne reflète pas la réalité, et cette dernière risque d’être dramatique peut-être d’ici quelques semaines surtout pour la région de Blida. Le confinement étant la seule arme dont dispose l’humanité, espérons que chez nous il sera scrupuleusement respecté. Quant aux conséquences dont fait allusion Mr Zoubir, elles commencent par le prix du baril actuellement entre 25 et 27 dollars qui va accentuer la ruine de notre économie, rajoutez ce confinement qui va ralentir sinon stopper tout travail et donc impactera encore notre économie, rajoutez y la contraction de toutes les productions des divers produits alimentaires entre autres, et les pénuries que cela va engendrer faites le compte et vous en deduirez si l’algerie peut faire face à ces conséquences.

    17
    10
      Lghoul
      25 mars 2020 - 12 h 42 min

      Zaatar: « Pour l’info, dans la nuit d’hier, à l’hôpital de Blida, région totalement confinée pour 10 jours au moins, on a reçu plus d’une centaine de malades avec des pneumopathies (TDM T, scanners) dont plus de la moitié présentait de fortes suspicions d’atteintes au Covid-19 » – « PLUS D’UNE CENTAINE DE MALADES » !!! Cette information a fait passer un frisson glacial dans mon épine dorsale. En effet c’est cet engouement de malades, nécessitant une respiration artificielle par ventilateurs, qui a fait des ravages meurtriers en Italie et maintenant en Espagne – qui a dépassé la Chine en enregistrant 3434 décès (Italie première avec 6820 décés). Tout enbouteillage aux urgences est fatal aux urgences, aux docteurs et aux soigants. Ils verront des être humains rendre l’âme devant leurs yeux sans pourvoir bouger le petit doigt. C’est le scénario que tout pays au monde devra éviter car aucun nombre de respirateurs, de docteurs et d’infirmiers(res) pour les soins intensifs est suffisant.

      8
      8
        Zaatar
        25 mars 2020 - 13 h 53 min

        @Lghoul,
        L’information me vient des médecins eux-mêmes. Le Covid-19 n’est pas confirmé mais les malades en présentent les symptômes, et les TDM le montre au niveau pulmonaire. Moi ce qui me fait froid en plus dans le dos, c’est que le virus progresse et s’étend alors que les chiffres qu’on nous donne sont faux. Beaucoup se disent qu’il n’arrive pas à se répandre. Alors que cet exemple dit pourquoi. Parcequ’il n y a pas de tests. Rabi yestar.

        8
        8
          Lghoul
          25 mars 2020 - 15 h 02 min

          @Zaatar – Toute demande de soins pour traiter la respiration est un fardeau dangereux pour les patients et les urgences de tout hopital. Cacher la vérité va pousser les gens a baisser leurs gardes et laisser le virus se propager sans qu’ils s’en rendent compte. Je pense que plus les gens ont peur, plus ils prendront des précautions draconniennes.

          4
          6
          Karamazov
          25 mars 2020 - 15 h 09 min

          Tu connais la chanson : « on nous cache tout on nous dit rien » de Dutronc.

          Les iraniens qui n’ont pas assez de tests en profitent pour minimiser le nombre de décès. Tous les diagnostics révélés par sa scanner ne sont pas comptabilisés. Ils mettent ARDS ( SDRA en français). Sans parler de ceux qui meurent incognito.

          C’est déjà le cas dans une moindre ampleur et pour des raison techniques dans des pays dits développés.

          Le déni pour conjurer le sort ça nous connait nous autres aussi.

          4
          7
          Zaatar
          25 mars 2020 - 17 h 17 min

          On ne cache pas uniquement pour des raisons sanitaires, lorsqu’un système est crapuleux, et ça je l’ai appris depuis toujours, toute décision qu’il prend ou toute initiative qu’il prend ou toute instruction qu’il donne à des portees autres que celles ouvertement et publiquement elle est destinée. Et celles ci sont cachées et servent certainement le système. C’est du classique depuis 62. Et maintenant qu’elles sont les raisons les véritables, faut se creuser les méninges.

          6
          4
    Hourya
    25 mars 2020 - 10 h 19 min

    Le PEUPLE « reste le seul rempart pour éviter l’écroulement total de la société et de l’Etat algériens ».

    12
    12
    Hourya
    25 mars 2020 - 10 h 09 min

    C’est l’armée qui a permis a Bouteflika de prendre le pouvoir, c’est l’armée qui a soutenu le 5ème mandat de Bouteflika, c’est l’armée qui a laissé la corruption devenir institutionnelle et c’est le PEUPLE qui un certain 22 février 2019 a été « le dernier rempart ». Le travail de l’armée est de protéger le pays d’agressions extérieures pas de faire du politique, de l’économique ou du sanitaire. Vous continuez à avoir cette détestable habitude de prendre les algériens pour des incapables et des mineurs à vie qui ne savent pas ce qui est bon pour eux, leur famille et leur pays.

    22
    11
    Socrate
    25 mars 2020 - 9 h 59 min

    Je ne vois pas très bien ce que l’armée vient faire là dedans !! Les vrais soldats seront les médecins et les infirmières dans le cas présent. L’armée ne peut servir qu’à forcer les gens à rester chez eux, pas plus.

    17
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.