Qui est pour la démocratie ?

Addi Ahmed Bensaada
Lahouari Addi. D. R.

Par Kaddour Naïmi – Je n’ai pas lu le dernier livre d’Ahmed Bensaada (1), cependant son ouvrage précédent Arabesque américaine démontrait un auteur qui raisonne correctement, en présentant des documents irréfutables. Ce sont là les deux caractéristiques fondamentales d’une personne authentiquement libre de toute institution de pouvoir.

Voir donc sa dernière publication non pas examinée comme elle le mérite, c’est-à-dire avec la même démarche que celle de l’auteur, mais simplement stigmatisée, cette réaction prouve simplement que les prétendues «élites» algériennes, à l’intérieur ou dans la diaspora, sont l’expression de ce que j’ai appelé le «nouveau harkisme néo-colonial» (2). Ceci étant éclairci, la présente contribution espère ajouter, sinon éclairer davantage, un argument.

Ahmed Bensaada note, à juste titre, que ses «critiques», plus exactement accusateurs, manifestent, à leur insu, une contradiction significative : ils prétendent défendre la «démocratie», mais se comportent en inquisiteurs, autrement dit totalitaires, donc antidémocratiques.

A propos de l’un des inquisiteurs, Lahouari Addi, A. Bensaada écrit : «Il y expliqua ses relations avec un organisme américain d’«exportation» de la démocratie. Très correcte la démarche si ce n’est un petit hic : il traita l’auteur de l’ouvrage, c’est-à-dire moi, de «doubab» (mouches, en arabe).(3)

Bensaada note, justement, que ce langage est indigne d’une personne qui se présente comme «professeur» d’université.

De la «respectabilité» académique

Cependant, une remarque. Concernant ce personnage, A. Bensaada écrit : «Respectez votre niveau académique, voyons ! Evitez d’utiliser ce genre d’expressions qui peuvent entacher votre respectabilité et nuire à votre rang social.»

Question : depuis quand un «niveau académique» est automatiquement synonyme de «respectabilité» et de «rang social» ? Ne sait-on pas que depuis toujours et partout dans le monde, ces caractéristiques ont été celles de scribes égyptiens antiques, de mandarins chinois impérieux, de mercenaires de la pensée, bref, pour employer un terme algérien, de harkis idéologiques ?

Bensaada, par son langage à l’encontre de Lahouari Addi, favorise sa crédibilité, ce qui est une grave erreur. En effet, consultez les réseaux sociaux. Vous constaterez le nombre de personnes qui évoquent la qualité de «professeur» du personnage en question pour affirmer la valeur de ses «analyses», de ses «opinions». Eh bien, non ! Etre «professeur» d’université, même «émérite», même «invité» par une université des Etats-Unis, ne signifie au aucun cas automatiquement qu’on a affaire à une personne au raisonnement correct, fournissant des preuves irréfutables, bref à une personne libre de toute dépendance avec une institution de pouvoir dominateur.

Des «exportateurs» de démocratie

Une autre remarque concerne le même Lahouari Addi. A son sujet, A. Bensaada écrit : «Il y expliqua ses relations avec un organisme américain d’exportation de la démocratie. Très correcte la démarche.»

Objection, et voici pourquoi. Où est la «correction» dans le fait de collaborer avec un organisme états-unien qui s’est toujours distingué, dans ses actions d’«exportation» de la démocratie, par favoriser, à travers des agents locaux rémunérés, le remplacement d’une oligarchie, certes, dictatoriale, par une autre dont la pratique démocratique est totalement formelle et, en substance, une forme nouvelle de dictature, avec cette différence : la nouvelle dictature favorable aux intérêts impérialistes états-uniens.

Dans sa justification de sa participation à l’organisme «exportateur» de démocratie, Lahouari Addi évoque d’autres collaborateurs auxquels il prête des vertus «démocratiques», de «gauche» et même «anti-impérialistes». Question : depuis quand une institution états-unienne a favorisé l’établissement d’une réelle démocratie dans le monde ?

Certes, les gouvernants états-uniens ont contribué, avec le concours de l’ex-URSS – ne l’oublions pas ! – à l’élimination des régimes totalitaires nazi-fascistes et à l’établissement de régimes de démocratie parlementaire dans certains pays d’Europe et d’Asie. Mais, par la suite, où donc les gouvernements et institutions états-uniens ont agi de la même manière ? Dans les pays dits du «Tiers-Monde», comme en Europe, et davantage depuis la disparition de l’URSS, en quoi se distinguent les actions des gouvernements et institutions états-uniennes ? N’est-ce pas par une politique systématique de soutien aux dictatures, d’une part, et, d’autre part, d’opposition aux tentatives d’établissement de régimes démocratiques ?

Dès lors, les personnalités citées par Lahouari Addi, pour justifier la collaboration aux «travaux» et «réflexions» dans des institutions états-uniennes, qu’en penser ? Seules trois hypothèses se présentent :

1- ces participants ignorent la logique permanente et systématique des agissements des institutions états-uniennes auxquelles ils collaborent ; dans ce cas, en quoi ces participants sont des «spécialistes» dans le domaine social et politique malgré leurs titres «académiques» ?

2- Ces participants sont au courant de la logique permanente et systématique des institutions états-unienne auxquelles ils collaborent ; dès lors, ils en sont, quoiqu’ils en disent, dans le meilleur des cas, des «idiots utiles», et, dans le pire, des complices.

3- Ces participants, au courant de la pratique impérialiste des institutions états-uniennes, croient néanmoins les «sensibiliser» à la promotion de la démocratie dans le monde ; la réalité des faits démontre qu’il s’agit là d’une totale illusion ; il s’ensuit, alors, que les participants sont de fait des «idiots utiles», propageant l’idée fausse que des institutions états-uniennes soient réellement désireuses de promouvoir la démocratie dans le monde.

Qui a intérêt à promouvoir la démocratie ?

Approfondissons. Supposons la bonne foi des «spécialistes» et «experts» qui participent aux «travaux» d’institutions états-uniennes pour promouvoir la démocratie dans le monde.

La réelle démocratie dans un pays consiste à permettre aux citoyens de décider de la gestion de leur nation, donc de celle de ses ressources naturelles. Agir ainsi, dans le cadre des lois du marché, c’est vendre ces matières au prix le plus élevé. Question : un tel prix conviendrait-il aux multinationales états-uniennes ? A maintenir et à améliorer le niveau de vie des citoyens états-uniens ? A alimenter le complexe militaro-industriel qui permet à l’oligarchie états-unienne de dominer impérialement la planète ? Bien entendu que non. Simple raisonnement logique élémentaire.

Alors, comment expliquer qu’une institution états-unienne dépense de l’argent (avions, hôtels, nourriture, appointements, etc.) pour inviter des «personnalités éminentes», de «gauche», «anti-impérialistes», pour «promouvoir la démocratie» dans les pays dotés de ressources naturelles ? On revient aux trois hypothèses déjà présentées auparavant.

Le signe qui ne trompe pas

Une semaine après l’apparition du mouvement populaire en Algérie, j’avais clairement affirmé la nécessité de son auto-organisation, au risque d’échec par manipulation (4). Il n’y avait là rien de divinatoire, mais simplement observation de la logique de tout mouvement populaire revendicatif.

Or, Lahouari Addi s’est distingué en affirmant que ce mouvement populaire n’avait pas «vocation à se structurer». J’avais rejeté cette conception comme erronée, en montrant l’infondé des motifs qui prétendaient la justifier ; par la suite, je signalais les accointances de Lahouari Addi avec des personnages tels Mourad Dhina et Mohamed Larbi Zitout (5).

Question : un authentique démocrate aurait-il dissuadé le mouvement populaire de se structurer et aurait-il accepté des relations de soutien, précisons-le, avec un Mourad Dhina et un Zitout ?

Quant à l’infiltration du mouvement populaire par des organisations occultes voulant le manipuler pour des objectifs contraires à ses intérêts, mes contributions l’induisaient du fait que les initiateurs et organisateurs du mouvement populaire ont soigneusement évité son auto-organisation autonome, non seulement comme manifestations hebdomadaires, mais tout autant comme structures de base durant la semaine (6).

Les publications d’Ahmed Bensaada sont attaquées avec virulence principalement parce qu’elles fournissent les preuves irréfutables de cette manipulation.

Leçons de fables

De la même manière qu’il serait insensé de demander au loup de promouvoir le bien-être des moutons, il n’est pas logique d’attendre d’une institution (et de ceux qui y participent), faisant partie d’un système impérialiste, de promouvoir la réelle démocratie dans le monde.

Tout au plus, on le constate, est promue une démocratie formelle, de façade. Ses représentants seront des marionnettes. Elles gèrent leur pays, protégés par les services secrets, si nécessaire le soutien militaire, de leurs patrons impérialistes, lesquels, pour leur survie, doivent veiller à ce que, dans le pays «démocratisé, les ressources matérielles servent l’économie impériale, et son territoire serve sa domination militaire. Les faits sont constatables. Il faut être stupide ou complice pour les réfuter.

Il faut donc que les peuples, notamment les jeunes, en désirant légitimement une démocratie véritable, se méfient et se défient de leurs faux amis, ces «professeurs émérites», «académiciens», «experts», «spécialistes», «progressistes», de «gauche», «anti-impérialistes», dotés de «respectabilité» parce que jouissant d’un «statut social». Leur médiatisation et leur rémunération par les organes de domination impérialiste prouvent, en plus de tout ce qui a été dit auparavant, qu’il s’agit des pires ennemis des peuples. «Le renard vit aux dépens de celui qui l’écoute», en le flattant de lui offrir la «démocratie», alors qu’il convoite le «fromage» : ses matières premières et son territoire, en recourant aux personnages de «niveau académique», jouissant de «respectabilité» et de «rang social». En Algérie, le peuple les appelle du terme indiquant les collaborateurs indigènes du système colonial qui avaient une «respectabilité» et un «statut social», tel le bachagha Boualem : «harkis».

K. N.

[email protected]

(1) «Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak algérien ?»

(2) «Contre l’idéologie harkie, pour une culture libre et solidaire», http://www.kadour-naimi.com/f_sociologie_ecrits_ideologie_harkie.html

(3) https://tribune-diplomatique-internationale.com/bensaadahirakalgerie/

(4) http://www.kadour-naimi.com/f_sociologie_ecrits_sur_intifadha.html

(5) Idem.

(6) Idem.

Comment (39)

    Hmed hamou
    21 juin 2020 - 12 h 46 min

    Bonjour Abou Stroff,
    D’abord permettez moi de corriger au moins une erreur. Par respect à Max Planck. Vous l’aurez compris c’est bien du Mur de Planck dont il s’agissait et non du mur de planque (ce genre de mur conviendrait plus à nos gaucho-islamo-honteux pour frayer derrière à l’abri des regards).

    « si on ajoute le constat imparable que le sieur est un islamiste honteux, on ne peut que se résoudre à admettre que le sieur addi est un légume en putréfaction. »

    Oui. Mais, malheureusement des islamistes-honteux la « gauche » ou se que l’ on prenait pour la gauche en est infestée. Si ya un bienfait à mettre sur le compte du « hirak » (je déteste ce mot) cest bien celui de mettre en lumière ces liens contre nature qui lie ces deux tendance a priori diamétralement opposée… Un bon coup de projecteur dans ce monde de chauve-souris. Certes y avait un précédent celui de Sant’Egidio… Mais, je pense qu’on peut remonter encore plus loin. Aujourd’hui, Al magharibia en est devenu le QG de tout ce beau monde de bien-pensants. Zitout et dhina les chef d’orchestre…et avec Rashad leur boîte de pandore, poussent les liens et les ramifications encore plus loin dans des marécages nauséabonds…
    L’image de nos gauchistes lapant leurs boles de soupe et des bouteilles de gazouz offerts ppar al magharibia lors de son anniversaire dans ses locaux de Paris, C’est juste hallucinant.
    Oui, C’était l’année ddernière, juste avant ou juste après le début du « hirak », dans les locaux parisiens de la chaîne. Il y avait Karim Tabou, Zoubida Assoul, Sofiane Djilali, Mohsen Belabbès, Ali Benouari, je pense Bouchachi, parcontre je sais pas si Addi était là ou bien occupé à adapter sa théorie de régression pour la déclaration finale en toute intimité); mais en tout cas y avait beaucoup de monde, et des amateurs de soupe au goût frérots yen a et beaucoup, encore beaucoup d’autres « opposants  » et activistes politiques, artistes (se livrant à des clowneries et autre danse du ventre entrecoupés d’envolées philosophiques…la soupe ça se paie à la fin, même au début et à la fin (se paie en nature). C’est khawa khawa, dans la joie et la bonne humeur! Là la mousalaha est authentique. On ne peut pas dire que le vote à été truqué ou on a ramené des votants par bus entiers après les avoir bourré de cachir… Non, ils sont venu comme des grands de leur propre chef …
    Après nos gauchistes viennent jouer aux gauchos dans la pampa en nous prenant pour des genoux. On peut pas ensuite reprocher à mr Addi de nous suggérer sa théorie « la régression féconde » comme remède à nos maux. C’est dans l’ordre des choses. On ne propose pas aux gnoux des théories sur la physique quantique… Un gnou doit rester un gnou voire un gnou boiteux (c’est encore mieux, il ne court pas vite) pour que eux continuent à jouer aux lions et aux hyènes à moindre effort.
    À nous la régression « féconde » et à eux la belle vie, les belles écoles pour leurs enfants à la pointe de la technologie dans les plus avancés et les plus branchés des pays de l’occident…

    Zaatar
    20 juin 2020 - 22 h 21 min

    Qui est pour la démocratie ? Moi j’ai maintenant pris le pli, je suis pour la démocratie de la distribution de la rente et de la prédation. Et je sais très bien comment elle fonctionne.

    Anonyme
    20 juin 2020 - 20 h 46 min

    Cher compatriote,
    Je vous remercie profondément pour votre commentaire si respectueux que l’on ne voit malheureusement que rarement sur nos débats dans les réseaux sociaux. J’en profite aussi pour vous dire que dans votre commentaire il vous me faites l’honneur de confirmer que plein de nos compatriotes, dont vous et, modestement moi et les miens, ont lutté avec leurs moyens, pour maintenir le bateau algerie à flot. Encore merci pour vous efforts, car des gens comme vous nous permettent d’être encore et toujours optimiste quant à l’avenir. Pour finir, je voulais rebondir sur une phrase que vous avez dites concernant le personnage Bouteflika et le fait que vous le vomissiez déjà à l’époque pour vous racontez une petite anecdote. Lors du discours d’investiture ( j’avais alors 17 ans), je disais à mon père, avec toute l’innocence qu’on pouvait encore avoir à cet âge là, que je n’aimais pas ce personnage (Bouhef) et qu’il ne m’inspirait pas confiance. J’eu quelque temps après réponse ou confirmation à mon pressentiment par le biais de quelqu’un l’ayant connu de très près du temps de sieur Boumédiène, dans les termes suivants : Mon fils, tu sais ce qui va changer avec Bouteflika au pouvoir ? Ceux qui comme moi le connaissent, ne l’aiment pas deja. Et ceux qui ne le connaissent pas vont le détester après.
    Amicalement.

      Zangra
      20 juin 2020 - 23 h 40 min

      Je suis ravi de vous avoir éclairé sans vanité ni paternalisme de mauvais aloi, tu peux à ton âge penser que tout est pourri car il est vrai que là où tu tournes la tête c’est la sinistrose mais pour la vérité il y’a dans ce pays des hommes et des femmes de grande valeur, des gens compétents et honnêtes car la science sans la conscience ce n’est que ruine de l’âme. comme hier le 1er novembre 54 n’était pas venu du néant c’est des luttes sur des décennies qui ont culminé par le feu salvateur qui nous a libéré. Si on ose modestement comparer le 22 février 2019 au 1 er novembre, disons que la aussi il y’a eu des hommes et des femmes qui ont maintenu le brasier vif en soufflant dessus pour qu’il ne s’éteigne pas et quand les conditions du soulèvement populaire étaient réunies nous avons eu notre « 1 er novembre » à nous de la génération de l’indépendance. Hélas personne ne te parlera d’un homme syndicaliste enseignant à Alger mr Osmane, de son combat presque en solitaire ni du martyr du journaliste de Tebessa Beliardoh qui a le courage de dénoncer la mafia locale de Garboussi et comment ils (les mafieux) l’ont torturé, humilié le poussant au suicide . C’était il y’a longtemps.
      Dans le texte, et je reviens encore une fois la dessus, des hommes comme Samir Belarbi et Boumala, Tabou, Mdme Bouraoui et ces jeunes universitaires qui sortaient défier les interdits en 2011 et 2014 et qui sont là aujourd’hui à manifester pour exiger une véritable nouvelle république, j’ai trouvé injurieux le qualificatif de ces gens par cet universitaire qui les qualifie de marionnettes des impérialistes alors que le bonhomme n’a jamais pondu un texte pour condamner la braderie de si Aziouez l’homme des Français et des Américains.

    Hmed hamou
    20 juin 2020 - 19 h 15 min

    Oui, « La régression féconde est le moteur même de notre idéologie nationale c’est physiologique on n’a fait que régresser depuis swassatdou… (et) Addi ne fait qu’entériner un fait sociologique évident et inévitable… », dixit Karamazov.

    Je dirais même mieux. Addi ne mesure, et nous mesurons, pas encore toute la portée de sa théorie (la régression féconde). Je lui prévois un avenir semblable, voire meilleur, à celui de la théorie de l’évolution de Darwin. Ou quand les adeptes sont plus bigots que le prophète ! Les successeurs de Darwin, et les néo-Darwinistes, en plus de lui trouver jour après jour des vertus infinies à lla théorie de l’évolution même insoupçonnées au temps de Darwin et de Darwin lui même, et en plus d’en faire d’une hypothèse de travail une théorie à part entière (quitte à lui créer dde toute pièce des preuves pour l’étayer) en ont fait un dogm, une idéologie, si Darwin revenait passerait pour un novice voire un renégat. Mr Addi avec sa théorie « la régression féconde », sans se rendre compte, va au-delà du domaine de la sociologie (trop exigue pour sa pensée ), il nous fait entrer de plein pied dans celui de cosmologie. Grâce à la régression féconde nous arriverons au point de rendez-vous inéluctable, en gagnant du temps et on économisant notre énergie aulieu de s’acharner à nager à contre courant comme les communs des humains…
    Tout compte fait, c’est une théorie parfaite pour nous et nous frères arabe avec qui nous partageons tout, la mentalité, les aspirations régressives et le thé à la menthe. Avec la théorie dde mr Addi nous franchirons la ligne d’arriver (ou de retour, c’est une question de point de vue) plus vite que les autres, tout frais et à moindre frais !
    La théorie de mr Addi, pour une fois de l’histoire humaine elle fera consensus, c’est plus que certain, entre les bigots scientifiques les bigots religieux.
    Les religieux depuis le temps qu’ils nous préviennent que la fin du monde est plus que proche tous les signes sont déjà là, il ne manquait plus que le soleil à se lever depuis l’ouest. Pareil pour les scientifiques qui prédisent la fin du monde dans un gigantesque effondrement.Le Big Crunch cosmologique. L’effondrement de l’Univers, la contraction faisant suite à la phase d’expansion…quand l’univers sera tellement étiré que ses membres peinerait à le porter. Les lois de la gravité commence à craquer…
    Et cest là justement que la théorie de mr Addi devient intéressante et prend même tout son sens. En ce sens qu’elle nous permettra, pour une fois, de surprendre tout le monde (qui nous regardait d’en haut). Pendant que tout le monde se croyant malin s’acharne, à ramer contre les vagues et les courants, à aller de l’avant, nous, tranquillement on se laisse emporter, on peut même se permettre une sieste pendant le voyage pour arriver en pleine forme à la ligne d’arrivée et ne rien perdre au bouquet final. La où tout a commencé avec le Big bang et où tout le monde y retournera un jour où l’autre. Tout le monde est d’accord qu’on soit grand scientifique ou simple imam au fin fond de sa dechera. Avec cette différence notable, et cest peu dire, Nous on y retournera volontairement par la regression féconde et les lois de la foi, parcontre les autres ils y viendront tôt au tard, bon gré malgré, avec le Big Crunch, l’effondrement cosmique avec les lois de la physique.
    La régression féconde, ça nous parle bien , et c’est un retour volontaire, tranquille (surtout pour nous autres les arabo-brobros réfractaires à toute contrainte fût-elle cosmique), alors que avec le Big Crunch c’est une régression fatale ( à la baguette, auquel on saurait se résoudre) pour tout le monde (sauf nous donc vu que nous sommes déjà partis et même sans doute déjà arrivés (et quel pied de se payer le luxe de narguer les lois de la physique en plus de celle de l’humanité)) .

    En fait, Mr Addi en bon sociologue, et en bon psychologue de notre société, a su sonder notre âme, plonger au fond du marécage et déterrer des choses, un savoir enfouit dans notre subconscient collectif , un savoir tout en lambeaux qui remonterait à des temps immémoriaux. Il est là on le sait, on le sent mais on ne peut pas le décrire avec des mot. Ou alors, juste des bribes. Comme Quand on dit : avancez en arrière au lieu de reculer. Car on sait inconsciemment que l’avenir est derrière (dans le retour) et non devant (le point culminant) . L’univers a beau s’étendre, il arrivera un moment où les lois de la physique ne pourront plus le supporter. Et ça inconsciemment on le savait, c’est pour ça qu’on s’est jamais empressé d’aller de l’avant comme si quelque chose nous retenait. Et Ben c’est ça. C’est comme quand on s’élance avec une balançoire on peut aller aussi loin et aussi haut que possible, la gravité finira par nous rattraper et retour au point de part, au point d’équilibre. Non, ici la force centrifuge est exclue, mr Addi vous a bien attaché! Donc, « yamsafar trouh ta3ya watWali… » comme dirait Dahmane Allah irahmou.
    Moralité de l’histoire, avec la théorie de la régression féconde on retournera au bercail plus vite que les autres. On abrége la distance et le temps. On sera là à attendre les… À attendre le ou les lièvres (comme dans la fable : Le Lièvre et la Tortue). En devancera tous les lièvres qui se croyaient malins, on devancera même al marikan, même l’Allemagne, même japane,… Notre fakhamatouhou aux moustaches qui nous prédisait un avenir meilleur que celui de la Corée du Sud aura finalement raison. On lui décernera un prix Nobel posthume. Faute d’un prix Nobel pour le barrage vert, pourtant il le vaut bien aussi.

    Ya juste un hic avec la théorie de mr Addi. Mais, je pense que Zaatar ou Abou Stroff trouvera une solution. Oui, le seul hic, c’est quand l’univers nous tombera sur la tête étant les premier arrivés. Il faudrait peut être que nous prévoyons des casques de bonne qualité. Sinon, si le big crush, sans freins, nous percutait de toute sa masse à l’arrivée risquerait de redonner de l’élan à notre régression féconde et de nous envoyer au-delà du mur de planque. Et là c’est « b’ka 3la kheir ayakbou »…

      Abou Stroff
      21 juin 2020 - 9 h 22 min

      le hic, mister HAMOU? est que le sieur addi a toujours exhibé une haine incommensurable vis à vis de l’armée, en général et des « services », en particulier.
      cette haine l’aveugle et ne lui permet pas de raisonner.
      si on ajoute le constat imparable que le sieur est un islamiste honteux, on ne peut que se résoudre à admettre que le sieur addi est un légume en putréfaction.

    Anonyme
    20 juin 2020 - 17 h 30 min

    Je n’ai pas du tout un niveau académique, mais je sais qu’en sociologie, les enquêtes de terrain son fondamentales
    En lisant M. Addi, on devine très aisément qu’il n’a jamais réalisé la moindre enquête de toute sa carrière. On a l’impression que M. Addi ne fait que spéculer, loin, très loin de la réalité sociologique.
    Autre réserve, M. Addi cite souvent les noms de Gazali et Ibn Tofail. Là encore, je doute fort qu’il ait jamais lu l’un ou l’autre.
    Comparer, en effet, l’œuvre majeure d’Ibn Tofail, « Hayy Ben Yaqdhan » à un « Robinson Crusoé, montre bien la méconnaissance de l’œuvre. De même, parler de Gazali sans avoir jamais lu son magistral « ihya ouloum eddine » (la revivification des sciences de la religion), relève d’un baratin inutile.
    Enfin, un petit détail oh combien révélateur, M Addi s’est permis d’attaquer Daoud suite à un article de ce dernier paru dans le magasine « le point » où il critiquait le « hirak », alors que M. Addi a admis lui meme qu’il n’a pas lu l’article , se basant seulement sur les commentaires d’internautes sur facebook. (l’article était en fait réservé aux seuls abonnés et M. Addi a préféré spéculer plutôt que de payer 1€ pour accéder à l’article!)

    Argentroi
    20 juin 2020 - 17 h 01 min

    L’Houari Addi avec sa régression féconde n’entérine pas un fait sociologique mais nous propose une posture passéiste à adopter devant l’islamisme conquérant. A l’avance, il fait fi de nos résistances individuelles et collectives au diktat islamiste. Il ne tient aucun compte des oppositions endogènes ou exogènes à l’islamisme mais reste obnubilé par ce dernier !
    Il ne revient aux fondamentaux démocratiques comme ses amis islamistes que parce que le rapport de force les y obligé. Ce rapport de force, il faut le lui rappeler, a bien été créé par ceux qui considéraient que l’idée d’une régression féconde en Algérie et au XXème siècle était vraiment une insanité sociologique et politique combien même des pans entiers de la société algérienne sont encore retardataires.

    lhadi
    20 juin 2020 - 16 h 51 min

    « Celui qui a fait des études très étendues en littérature, se fait un devoir de se conformer aux rites ; il peut même prévenir les séditions. » – Confucius.

    Si je me réfère à une de ses déclarations, il est aisé de noter que l’olibrius de Lyon en « bon républicain, bien démocrate », prend, comme tant d’autres, le citoyen algérien pour un …gogo. En faisant appel à la sédition de l’institution militaire, il s’est rendu, moralement et politiquement, gravement coupable.

    Hostile à l’immoralité qui écrase le code de l’honneur, aujourd’hui, tombé en désuétude, je ne peux que déplorer toute attitude qui a trait à des passions tristes cruellement mutilantes.

    Un démocrate se doit de parler de manière responsable, agir avec compréhension, retenue et se mettre vraiment au service de la communauté, de la population dans son ensemble. 
Le contraire contribuerait à laisser des bellicistes assoiffés de sang, nous précipiter dans des actions qui transformeraient notre pays dans une guerre civile par procuration avec des pertes humaines incalculables.

    Arrêtons de vicier l’intérêt national par la confusion instituée. L’Algérie a besoin de paix et de stabilité et non des facteurs de haine, de divisions, de manipulation, de « nuit des glaces » et des « procès de Nuremberg » qui ne peuvent qu’affaiblir ou retarder la marche de l’Algérie vers un meilleur avenir.

    Fraternellement lhadi

    ([email protected])



      Wlad França
      20 juin 2020 - 17 h 44 min

       »Il y a un Moi démesuré dans le fourbe » disait Victor Hugo

    Elephant Man
    20 juin 2020 - 14 h 52 min

    PS : extrait : D’ailleurs, n’est-ce pas M. Addi qui avait déclaré : « Mourad Dhina est un Erdogan algérien, il défend un islam compatible avec les droits de l’homme et la démocratie. Mais pour le gouvernement algérien il n’y a rien de pire que des islamistes autonomes…» en d’autres termes Addi fait la promo des frères musulmans (création du MI5 UK).
    Pour rappel le Président Bachar Al Assad interdit les frères musulmans sur le sol Syrien.
    PS 2 : ce qui intéresse tout citoyen c’est le plein emploi une économie organisée et dynamique favorisant l’investissement dans la ressource humaine, l’absence de pauvreté (cf. Chine > 700 millions de chinois sortis de la pauvreté et objectif 0 pauvre dans les 2 prochains plans quinquennaux), politique de lutte contre la corruption, les avancées technologiques et scientifiques de tout bord notamment santé, un système de santé et d’éducation performants et pour tous….

      Anonyme
      20 juin 2020 - 17 h 25 min

      99% des Hirakistes ne connaissent pas Addi. Ton maitre Bensaada a dit « la grande majorité des manifestants n’a rien à voir avec les officines et ignore certainement tout de leur existence mais sort dans la rue pour des causes nobles » be seeing you!!!

        Elephant Man
        20 juin 2020 - 17 h 49 min

        @SCHMILBLICK trolls franchouillards sionistes makhnaz harkis et cie PAS Anonyme
        Vos propos mensongers n’engagent que vous et à bien y regarder vous siéent à merveille.
        Encore une ÉNIÈME fois à défaut d’arguments solides vous attaquez ma personne.
        Vous faites dans l’inversion accusatoire.
        Contrairement à vous je n’ai AUCUN MAÎTRE, et contrairement à vous je dispose d’un LIBRE ARBITRE.
        Il est impossible que l’Algérie ne soit pas la cible des « exportateurs » de la démocratie Ahmed Bensaada.
        Vous connaissez Bouchachi Tabbou Assoul ….donc vous connaissez Addi …..
        SO
        BE SEEING YOU 😉

    Elephant Man
    20 juin 2020 - 14 h 30 min

    Tous ces Algériens Franco-Algériens quand ils occupent des postes universitaires (Lahouari Addi…) administratifs dans une institution étatique française et/ ou lorsqu’ils sont hypermeRdiatisés (KD Sansal Sifaoui et cie…) sont à 200% des harkis auquel cas ils mangeraient les pissenlits par la racine.
    Lahouri Addi n’opère pas depuis la Chine….
    Maintenant sans parler du Pr Ahmed Bensaada, rien que le fait que tous « ces démocrates » se soient réunis fin janvier 2019 sur une chaîne du FIS affiliée makhnazi à panam al magharibya avec en toile de fond le portrait d’Abassi Madani et le Qui Tue Qui … les « je suis mouwatana »…
    Sans parler de l’absence totale de représentants authentiques et de surcroît de programme politique PRAGMATIQUE RÉEL du hirak…
    J’avais également écrit que « Une Syrisation de l’Algérie est programmée depuis longtemps par l’axe Washington Tel-Aviv », après l’échec total de la guerre terroriste sioniste par procuration décennie noire.

      Wlad França
      20 juin 2020 - 17 h 49 min

      Tu ne sais même pas ce que que l’expression  » manger des pissenlits par la racine » veut dire. Tu la balances à tort et à travers. Tu as la culture de Bouzelouf même si du reste tu es née en France.
      Manger les pissenlits par la racine c’est passer de vie à trépas. C’est un pur algérien qui te l’apprend. Et ne me remercie surtout pas. C’est de bon coeur. Nous sommes généreux avec les farfadets.

    auto organisation du hirak , incontournable !
    20 juin 2020 - 14 h 02 min

    Cher internaute @Karamazov, 20 juin 2020 – 11 h 15 min, je crois que tu dis n’importe quoi. Où est-ce que Addi Lahouari a raison ?? Il me semble que ton copain Addi cherche juste à ce que ce pouvoir soit poussé par le hirak à la sortie, et qu’on revienne vite au processus électoral (présidentiel, législatif etc..) mais toujours dans une Algérie régie dans « le cadre des principes islamiques ». Lui ne veut pas de structuration du hirak alors que le hirak a besoin d’auto organisation, de représentativité horizontale, d’un collège de personnalité lui présidera à tout de rôle jusqu’à la victoire du hirak pour une vraie république et un vrai Etat de droit. Là, vu l’absence d’auto organisation, de perspective politique, on sent que le Hirak part dans tous les sens, il se grise de ses champs et ses slogans, mais son refus, son incapacité à s’auto organiser va à se perte ! Par absence d’un d’accord commun sur les actions de terrain comme hier 19 juin, on a là une preuve de plus que le hriak n’ira pas trop loin sauf à continuer de chanter et de danser chaque vendredi ou chaque jour ! Les intellectuels, les personnalités politique digne de ce nom et désireux d’un vrai changement doivent se réveiller !

    On a en face de nous un monstre, une mafia sans code d’honneur et il est certain que ce ne seront pas des marches, des chants ou des slogans, aussi géniaux soient-ils, qui vont faire reculer ces troglodytes prédateurs ! Sans auto organisation pour constituer une seule force d’opposition unie face au pouvoir et une force de proposition, on n’est pas sorti de l’auberge.

    Salim Samai
    20 juin 2020 - 13 h 24 min

    Il faut cesser de NOUS INSULTER et de personnaliser nos debats! Debattons d´arguments et de Visions!
    Il y a un probleme! On veut avancer dans l´Avenir! On ne veut plus reculer ni nous saborder mutuellement!
    On resout le probleme SANS « C´est pas moi! C´est mon predecesseur » et Jad Jedak a craché sur Jed Jadi il y a 100 ans quand Franca et les Romains regnaient.

    PERSONNE N`EST VIERGE! Plus on invoque la morale et moins on l´a!

    Zangra
    20 juin 2020 - 13 h 00 min

    Les scribes se rebiffent….

    Tout un débat de « hautes voltiges » où les règlements de compte personnels tiennent lieu et place des débats autour des idées utiles et qui font avancer. Lahouari Addi par-ci, Bensaada par là, hier Kamel Daoud servait de plat de résistance à un universitaire de Constantine et un homme de théâtre de l’ouest, Boujedra qui tire sur Daoud et avant hier Ouattar accablait Djaout….
    Quelle est belle mon Algérie avec ces chicanes de cour d’école animées par des « intellectuels », c’est un peu pour ça aussi que la France était restée 132 ans car nos élites d’hier se focalisaient sur l’accessoire et négligeaient l’essentiel jusqu’au jour où les 6 allèrent vers l’essentiel: le combat libérateur.
    Aujourd’hui, juin 2020, le Hirak a fêté son 1 er anniversaire avec son trophée d’avoir déboulonné la momie, ébranlé quelque peu le « système » producteur de chenapans et bandits mais le système résiste, s’adapte fait un léger lifting, utilise les lotions anti-rides pour tromper le temps et cacher son âge, quelques teintures noires corbeau pour cacher les cheveux grisonnants, une poignée de voyous en col blanc logée à El Harrach pour duper le monde et faire croire que ça y est le Hirak n’a plus de raison d’être puisque le Kaid Salah hier protecteur du plus grand casse contre l’état et la nation est devenu le protecteur de la nation.
    Telle est la situation, le peuple qui s’est soulevé pacifiquement a été reclus à cause du COVID 19, se pose la question qui a tant taraudé Lénine et en a fait un livre: « Que faire »??
    Au moment des questionnement du peuple sur quelle voie suivre, à notre insu sortent subrepticement des « universitaires » qui viennent claironner et lancer des WARNINGS, ACHTUNG, ATTENTION le Hirak est dévoyé, il est noyauté par la NED et Sorro qui sont derrière ces tentatives de rébellion même la graine de Satan cheikh Ferkous sort de sa tanière pour décréter « il est HARAM de sortir contre l’autorité du Chef ».
    Que ceux qui veulent croire au hasard je les laisse dans leur crédulité car en politique il n’y a pas de hasard mais bien souvent un timing bien étudié. Je me focalise sur l’acteur majeur de cette agit bulbe rachidien le sieur Bensaada, je me demande bêtement : il était où quand le plus grand traître à la patrie:
    1) Avait ramené Chakib l’homme de la CIA et de l’establishment américain?
    2) Ramené Hamid Zemmar avec comme mission d’achever le dépeçage du secteur public industriel et le donner contre 1 Da symbolique aux copains nationaux et étrangers
    3) Où était ce super-patriote quand le traître voulait dénationaliser les hydrocarbures en 2005?
    4) Que faisait super-patriote quand le traître avait été aux funérailles de l’espion d’Israël Hissan 2 et qu’il se trouva « par hasard » à côté du criminel de guerre aux mains tachées du sang des Palestiniens Ehud Barak dont il touchera cette main rouge sang?
    5) Il était où le vigilant patriote quand le traître avait camouflé le scandale de BRC dont l’un des actionnaires majeur était le criminel Dick Cheney le tueur d’innocents Irakiens avec à la clef 12 milliards de $ de dégâts et détournements et pas de commission d’enquête…. Circulez y a rien à voir
    6) Il était où « super Bensaada » quand le traître couvert par les impérialistes et leurs valets d’orient, triturait la constitution de 96 pour faire sauter le verrou de la limitation à 2 mandats, pensait-il comme les invertébrés du FLN-RND-TAJ-MPA que oui, il faut laisser le président terminer son programme et tout le monde savait qu’en fait de programme c’était la destruction de l’état-nation, Benchicou l’avait dénoncé en 2004, Hocine Malti en avait écrit des tas de contribution la dessus…..
    7) 20 ans de gabegies, de vols de centaines de milliards de $ cachées chez les impérialistes qui faisaient semblant de ne rien voir, 20 ans c’est un peu long et ma question est: encore une fois, OÙ ÉTAIT CE VIGILANT PATRIOTE CAPABLE DE DÉTECTER L’AIGUILLE DANS LES YEUX DES HARAKISTES MAIS INCAPABLE DE VOIR LA POUTRE DANS LES YEUX DU POUVOIR MAFIEUX.
    Je voudrai demander au modérateur d’être sympa et indulgent car 2 sur 5 de mes post sont coupés.

      Mahdi
      20 juin 2020 - 15 h 07 min

      Bonjour Monsieur, très bonne et pertinente réflexion que vous faites la, sauf qu’il persiste une question que vous ne posez pas. « NOUS » étions où, nous autres aussi, pendant tout ce temps la ? ÉTIONS « NOUS  » plus jeunes et donc, ne comprenons pas assez les enjeux et la gravité des actes ? Avions « NOUS » peur ? Étions « NOUS » entrain de jouir de la manne pétrolière en achetant des véhicules par le biais de Cetelem, on allant passer nous vacances en Tunisie et en trafiquant des dossiers pour quémander un logement social ou AADL ? Où bien étions « NOUS » entrain de « NOUS » remplir les poches en agissant en sous main pour le compte de la 3issba ? Peut être aussi que « NOUS » nous battions, chacun à son niveau et avec les moyens à sa disposition pour changer les choses ? Alors de grâce n’accablons pas ceux qui se révoltent maintenant car « NOUS » avons tous notre part de responsabilité. Amicalement.

        Zangra
        20 juin 2020 - 17 h 56 min

        Mon cher compatriote;
        Je vous répond sans hésiter si le modérateur me permet ce commentaire et je vous dis que vous ou moi ne faisons pas de vagues aujourd’hui et qu’hier on était en train de se « goinfrer » et on gardait le silence étant donné les bons usages de ne pas parler la bouche pleine…
        Pourtant, des proches de mes connaissances s’extasiaient de « l’élection » du moins mauvais en 99 et je leur ai dit que ce faux jeton fera pire car il était déjà impliqué dans les détournements des reliquats des budgets des ambassades et pris la main dans le sac, le voleur VIP avait prétendu qu’il gardait cet argent en Suisse pour financer la construction du M.A.E!!!! Je suivais l’actualité et me délectais des révélations et frasques du Nabot Léon avec les affaires Sawiris avec une licence cédée pour 1/4 moins chère que le Maroc avec Orange et financé à 50% par les banques algériennes (melahaytou ou bakharlou) je vomissais le personnage en lisant les bonnes feuilles de Benchicou qui nous a révélé l’aventure de l’escroc international Mohamed Ali Chorafa et comment Bouhef l’avait reçu comme « un grand investisseur Émirati » qui ouvre un compte à la BEA avec 890$ Us!!! en fait s’était un escroc recherché aux States il était là comme intermédiaire pour prendre sa chipa. Ce que je faisais? je dénonçais les saletés du plus pire dirigeant d’un pays que le monde n’avait jamais vu: détruire son pays pour assouvir son besoin de vengeance sur un pays et un peuple qui ne l’a pas porté au pouvoir en 1979.
        Je participais avec de modestes contributions (comme celle-ci ) pour éclairer les gens sur les dangers que faisait courir sur le pays cet escroc de président.
        Je « ne mangeais pas » avec les salauds et je n’ai profité de rien du tout avec cette bande mafieuse, je n’ai jamais voté car à mon sens tu valides par ton geste citoyen la pérennité d’un système inique, je n’ai eu ni AADL ni ANSEJ et si je pouvais vous raconter ma vie je vous dirais que si j’étais un opportuniste qui mange dans tous les râteliers j’aurai été très loin dans les sphères du pouvoir ou sa périphérie, la racaille du système FLN m’avait approché pour m’offrir la mangeoire et se la boucler mais je ne courrais pas derrière les privilèges car j’ai été formé dans un parti des hommes d’honneur et nous avons payé en tant que tel par l’assassinat de brillants camarades sous les balles et les couteaux des intégristes (de la trempe de Alloula, Fardheb etc…).
        Ainsi donc mon cher compatriote je suis clean, rien à me reprocher ni d’avoir gardé le silence durant 20 ans de gabegies. Le noyau de mon commentaire je le répète encore : comment peut-on être universitaire et se taire devant 20 ans de destruction systématique du pays, ses institutions et arriver jusqu’à démolir le DRS colonne vertébrale du système car cette institution avait mis à jour les frasques de Chakib, de Said, Saidani et les autres voyous, avoir servi (Bouhef) les impérialistes français et US et aujourd’hui venir gaiement accuser les « ténors » du Hirak d’être des agents crypto impérialistes.
        Jésus le fils de Marie aurait dit « que celui qui n’a jamais péché lui jettera la pierre » (à la femme pécheresse); moi je dis que ceux qui n’ont dit mot durant 20 ans de trahison ont par leur silence acquiescé et sont coupables.

          Mahdi
          20 juin 2020 - 20 h 43 min

          Cher compatriote,
          Je vous remercie profondément pour votre commentaire si respectueux que l’on ne voit malheureusement que rarement sur nos débats dans les réseaux sociaux. J’en profite aussi pour vous dire que dans votre commentaire il vous me faites l’honneur de confirmer que plein de nos compatriotes, dont vous et, modestement moi et les miens, ont lutté avec leurs moyens, pour maintenir le bateau algerie à flot. Encore merci pour vous efforts, car des gens comme vous nous permettent d’être encore et toujours optimiste quant à l’avenir. Pour finir, je voulais rebondir sur une phrase que vous avez dites concernant le personnage Bouteflika et le fait que vous le vomissiez déjà à l’époque pour vous racontez une petite anecdote. Lors du discours d’investiture ( j’avais alors 17 ans), je disais à mon père, avec toute l’innocence qu’on pouvait encore avoir à cet âge là, que je n’aimais pas ce personnage (Bouhef) et qu’il ne m’inspirait pas confiance. J’eu quelque temps après réponse ou confirmation à mon pressentiment par le biais de quelqu’un l’ayant connu de très près du temps de sieur Boumédiène, dans les termes suivants : Mon fils, tu sais ce qui va changer avec Bouteflika au pouvoir ? Ceux qui comme moi le connaissent, ne l’aiment pas deja. Et ceux qui ne le connaissent pas vont le détester après.
          Amicalement.

    Krimo
    20 juin 2020 - 12 h 38 min

    M.Naimi,

    J’ai lu l’article de Bensaada sur tribune diplomatique internationale. Pour ne pas froisser plus une susceptibilite a fleur de peau de Bensaada, vaudrait mieux de la retenue.

    En preambule a son article il ecrit :

     » Je dois être honnête. Lorsque j’ai écrit mon récent livre « Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak algérien ? », je me doutais qu’il allait être bassement critiqué et que son auteur n’allait pas être épargné.  »

    Et plus loin des lamentations pour une invite aux feux de la rampe, je le cite :

    (1)  » Et parlons-en de ces médias algériens privés libres et démocrates! Aucun journal, aucune télé (même étatique!) ne m’a invité, ni questionné au sujet de mon livre. La plupart d’entre eux ont totalement ignoré sa sortie et aucun n’en a encore fait une quelconque recension!  »
    (2)  » Faudrait-il aussi, M. El Kadi, que je vous écrive pour savoir quel jour votre seigneurie daignera-t-elle me recevoir dans votre « prestigieuse » radio? « 

    Karamazov
    20 juin 2020 - 11 h 15 min

    Je tiens d’abord à préciser que je ne suis absolument ni pour la régression féconde ni pour la démocratie avec la vermine islamiste mais au contraire pour employer tous les moyens pour les contrer.

    Ceci étant dit ,

    Vous pouvez reprocher ce que vous voudrez à Lahouari Addi sur cette idée de « régression féconde » elle reste une catégorie analytique inévitable.

    La régression féconde est le moteur même de notre idéologie nationale c’est physiologique on n’a fait que régresser depuis swassatdou avec : l’arabo-islamisme, le brobroïsme, l’islam de nos parents, le salafisme, et j’en passe.

    Addi ne fait qu’entériner un fait sociologique évident et inévitable. Et ce n’est pas avec le déni qu’on réglera ce problème. Addi dit tout simplement : notre société régresse , accompagnons là. Et saint Qeddour lui dit que non , nous avons dépassé Marikène en matière de progrès , nous sommes trop avancés maintenant pour reculer.

    Belveder
    20 juin 2020 - 11 h 13 min

    La vrai quéstion c est de savoir quel poids ont rélement ces Contributeurs (quelque soit leur parti pris) sur le Jeune, l étudiant; le retraité; le chomeur; qui descend dans la rue depuis le 22 Février..

    Karamazov
    20 juin 2020 - 10 h 24 min

    C’est vrai que Saint Qeddour qui n’a pas lu plus que moua l’ouvrage de Bensaada est plus fondé à le critiquer que ceux qui l’ont lu.

    Et le sobriquet de « harki » qui est balancé à tout va c’est parce que c’est une marque déposée ?

    « Or, Lahouari Addi s’est distingué en affirmant que ce mouvement populaire n’avait pas «vocation à se structurer ».

    Iben moua je trouve que Lahouari Addi a tout a fait raison, c’est aussi vrai que vous pouvez continuer à traire votre bœuf dans toutes les positions une éternité , il ne vous donnera pas de lait, il ne vous donnera pas de lait.
    Et que je sache , jusqu’à présent , c’est lui qui a raison !

      Vendu, naifs, dhoubad ou Harki ?
      20 juin 2020 - 14 h 21 min

      Tu me donnes du Dhoubab allie du pouvoir, alors je te donnerai du Harki neo-colonial…
      C’est quoi la definition de ces Épithètes ?
      C’est cela le niveau du débat ?
      Si des gens n’ont pas le courage de dire QUI ils sont et ce qu’ils pensent, demandez leur… et vous saurez Ce qu’ils PENSENT.
      Ce qu’ils SONT, personne ne le sait et franchement on s’en F..
      Pourquoi On en est la ?
      Certains, considèrent le débat Politique comme une RENTE dont uniquement certains se considerent Dépositaires devraient profiter.
      Comment ca marche ?
      C’est Simple, Les RENTES POLITIQUES et RENTES ECONOMIQUES s’auto-alimentent et le CADRE du Débat semble plus determine par le pouvoir du moment
      que par la LOI.
      Soyons clairs,
      je vomis toutes les IDEOLOGIES islamistes Importées de l’Etrange, mais je me considère MUSULMAN et l’Islam est ma religion.
      Je vomis les IDEES racistes, qui se cachent derriere des épithètes Arabo-Musulmans Etc..
      Suis-je prêt a débattre avec ceux quo les expriment.
      Oui, mais. a Condition qu’ils soient Algériens, respectent les LOIS Algériennes et s’expriment avec respect.
      Les IDEES sont une chose.
      Les PERSONNES C’est autre Chose.
      Le CADRE ce sont les LOIS et les traditions de politique exprimées avec respect par des personnes respectables.
      Sur tout cela y a encore Beaucoup d ‘EDUCATION a faire et l’ECOLE doit y un grand Role.
      Tahya ElDjazair

    A l'attention de M. Kadour Naimi
    20 juin 2020 - 10 h 20 min

    Je comprends très bien votre angle d’analyse et je le partage ! Mais moi je préfère parler de ce Bensaada en faisant ma propre petite analyse. Il y a quelques jours j’ai répondu à contrubuteur ici même sur Algérien Patriotique qui défendait ce chercheur , il s’agit de Youcef Benzatat pour ne pas le citer. Je lui ai donc répondu en disant en gros que ce Benssada a beau être un « chercheur » mais sa « sortie » , sa « kherdja » à e moment précis sur la manipulation d’associations algérienne et du Hirak par voix de conséquence est pour moi suspecte ! Et voici donc ce que j’ai répondu suite à la publication de l’article de Benzatat :

    Début de citation:

    « Je souhaite juste donné mon avis sur ce Dr Ahmed Bensaada (chercheur et professeur au Canada). D’emblée, pour moi, peut-être que je me trompe, il ne se montre médiatiquement ces temps-ci que juste pour venir au secours du pouvoir et pour affaiblir le Hirak ! Ce n’est pas un hasard si il a été déjà médiatisé en décembre 2019 juste avant l’élection présidentielle sur la radio Chaine 3 , et maintenant encore …le loup montre son museau. On sait que les propos se veulent plus crédible quand on médiatise un «chercheur». Cet gus a peut-être les bonnes sources pour affirmer que certaines organisations algériennes sont financées par des organisations étrangères, mais que vient faire le Hirak ici en l’accusant directement et globalement d’être lui aussi manipulé ???! Si on cite, par exemple, rien que le cas de l’association « SOS disparus » , on sait que cette association existait déjà bien avant le déclenchement de la révolution citoyenne du 22 février 2019 et qu’elle est apparue au sein du Hirak bien après le début des marches du Hirak. Elle n’a pris que le train en marche pour bénéficier de ce soulèvement populaire et pour participer aux marches.

    Bref, ce ce suspect Dr Ahmed Bensaada (oui pour moi il est suspect) a déjà affirmé à la radio chaîne 3 lors d’une émission en décembre 2019 « je ne dit pas que le Hirak ce n’est pas bien, mais il faut faire attention à ce mouvement!!» Tiens donc, une belle ambiguïté, belle façon de mélanger le choux et la chèvre !! Ce gus en réapparaissant ces jours-ci est en train à nouveau de planter un couteau dans le dos du Hirak en rendant un énorme service au pouvoir algérien. Pour moi, Il est flagrant qu’il veut plus torpiller et discréditer le Hirak en ce moment crucial de dé-confinement que de le protéger. Si on l’écoute bien, pour lui le Hirak n’est pas spontané mais c’est l’oeuvre de forces étrangères qui le manipule ! Tiensd donc ! C’est ici, le classique épouvantail de « la main de l’étranger » qu’on connait dans nos contrées algériennes.

    Moi, modestement, je dis à ceux qui sont tombés en extase devant ce professeur (notamment certains journalistes et intellectuels) qu’ils ne rendent pas service au Hirak quand ils colportent et relayent sans discernement ces accusations. S’ils continuent ainsi, eux aussi sont en train de planter des poignards dans le dos du Hirak, et à ce train maat’frèche gaâ. Je dis aux journalistes de presse et de TV, aux animateurs de plateaux, aux autres « experts » , pourquoi alors ne pas faire, nous qui sommes au pays, nos propres investigations journalistiques, nos propres enquêtes, au cas par cas, eh oui, pour dénicher le but réel du financement de certaines associations algériennes en n’oubliant pas les financements des mouvances islamistes par les frères Musulmans ou les monarchies du Golfe interposées. Mais tonton le Dr Ahmed Bensaada lui préfère s’appesantir sur les organisations américaines qui financent ces associations , financements connus même avec le montant et c’est le chercheur qui le dit lui-même, mais il ne développe pas le cas du financement de ces diverses organisations par les nébuleuses islamistes opaques, souvent des Etats même, et ne s’aventure pas trop à nous livrer des détails sur ce volet..

    Ce gus de Dr Ahmed Bensaada, devrait en principe continuer à jouer son rôle de « chercheur » et aller jusqu’au bout pour nous décortiquer (eh oui, c’est un expert) le but de ces financements en Algérie, par organisation qui , on le sait, ne sont pas toutes homogènes, n’ont pas le même profil politique ou idéologique. On aurait aimé qu’il (ce grand expert !) nous disent ce qu’il y a derrière tous ces financements, quels sont les buts visés, quelles sont les manipulations supposées du Hirak à travers ces organisations : instaurer la démocratie ? chasser Bouteflika ? conforter la dictature militaire ? changer le pouvoir ou le régime politique ? réorienter la diplomatie algérienne vers d’autres directions ? obliger le pouvoir à tisser des alliances contre nature avec des pays occidentaux ou avec les monarchies du golfe ? placer des hommes de mains au sein du pouvoir algérien ? encourager l’avènement des islamistes au pouvoir ? encourager les laïques ? déstabiliser l’Algérie pour mieux la dominer ou la coloniser ? Explique-nous ya dine zaah, toi oh le grand expert Bensaasa. Quand on accuse on souhaite des précisions, on veut de la transparence, de la clarté, de la rigueur, des détails dans l’analyse , pas du brouillard !

    En tout cas moi , je suppose une grande partie d’autres citoyens aussi, savons que la très grande majorité du Hirak est pacifique, son objectif est clair, il ne cherche pas la guerre, il ne cherche que le changement de régime, un Etat civil et non militaire, un Etat de droit, la démocratie, l’indépendance de la justice et l’instauration des libertés individuelles et collectives ! Où est le complot, où est l’absence de patriotisme, où est le mal chez ce Hirak là qui d’ailleurs n’est même pas contre notre armée l’ANP mais simplement contre les généraux de l’Etat Major et contre la nouvelle 3hissaba qui a remplacé la précédente. Bensaada n’est-il pas en mission commandée par le pouvoir pour discréditer le hirak et jeter le doute sur lui ???

    Mais bon, chacun à ses propres présupposés ou explications sur cette médiatisation « bizarre » de ce chercheur en ce moment, mais moi je donne ici la mienne, elle vaut ce qu’elle vaut, peut-être n’ai-je rien compris au schmilblick. Pour moi, cet ambigu chercheur, c’est clair, il cherche beaucoup plus à déstabiliser le Hirak , jeter des suspicions sur lui, et donc lui planter des poignards dans le dos, en globalisant et en mélangeant tout. Ce gus, en faisant ce type de révélations, prétend ne défendre que les intérêts de l’Algérie par soi-disant patriotisme et amour du pays ! Fakou , et en tout cas à propos de patriotisme, on a en voit de bien meilleur du côté Hirak ! ..Fin de citation.

    Moi News
    20 juin 2020 - 9 h 59 min

    A chaqu’un ses propres gènes et aussi son éducation et habitude;les Arabes ne sont pas fait ni pour etres des démocrate,ni d’etres juste,leurs points fort;c’est la manipulation et donneurs de leçons,tous des monarques ou des dictateurs;et pourtant leurs religion dite le contraire,est-ce que quelqu’un peu me donner le nom d’un Arabe ou un de leurs alliés les berbères qui est juste et honnète,surtout en Algérie,je ne parle pas de l’époque des Khoulafa,si on est les derniers ou monde,ce n’est pas pour rien,parce que nous sommes tous des égoistes;des corrompus,des girouettes,et des grandes gueule

    Mounir Sari
    20 juin 2020 - 9 h 58 min

    Qui est pour la démocratie? Quelle question.Il n’y a que vroum vroum et Zoro qui sont contre la démocratie!!!!

      Anonyme
      20 juin 2020 - 11 h 42 min

      Tu peux ajouter Kaddour Naïmi…

    Abou Stroff
    20 juin 2020 - 9 h 19 min

    « Qui est pour la démocratie? » s’interroge K. D..
    et bien la réponse coule de source. dans une formation sociale capitaliste, la classe capitaliste, c’est à dire la bourgeoisie, est à 100% pour la démocratie.
    en effet, c’est à grâce à la démocratie BOURGEOISE (le qualificatif est nécessaire puisqu’il n’y a que les benêts qui croient en une démocratie dans l’absolu), qui est synonyme de dictature BOURGEOISE, que la bourgeoisie (à travers ses valeurs historiquement datées) ensevelit, sous une épaisse gangue idéologique, l’exploitation de la force de travail ou plus précisément, le seul rapport social qui n’apparaît pas dans l’arsenal juridique de le société bourgeoise, i. e., l’appartenance de chaque « travailleur » individuel à la classe capitaliste dans son ensemble et la nécessaire soumission du dit travailleur aux diktat (c’est à dire à l’idéologie bourgeoise) de la bourgeoisie en tant que classe dominante (si le travailleur ne se soumet pas, il crève de faim, point, barre!).
    par contre, il me semble tout à fait déplacé de poser la question lorsqu’il s’agit d’analyser concrètement la situation concrète algérienne.
    je persiste et signe: dans un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation, quasiment personne n’est pour la démocratie (à part quelques hurluberlus qui prennent leur onanisme outrancier pour une pratique révolutionnaire) étant donné que la bourgeoisie, en tant que classe, n’est pas dominante et que la distribution de la rente annihile toute émergence d’une société civile (au sens de Marx ou de Gramsci) et toute apparition du citoyen conscient de ses droits et de ses devoirs dans le cadre d’une société …………………….bourgeoise.
    ceci dit, je pense que addi (qui convoque Weber à tout va), malgré ses titres pompeux, ne possède pas les outils nécessaires à la compréhension de la dynamique du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui domine en algérie. en outre, ses (celles de addi) accointances avec la vermine islamiste me pousse à le considérer comme un médiocre idéologue au service du monde ancien (rappelons nous sa fameuse « régression féconde » qui, sans l’intervention de patriotes, nous aurait envoyés vers l’âge de la pierre taillée et rappelons nous qu’il s’est enfui en france dès qu’il pondit sa régression féconde) qui ne veut pas mourir et qui (le monde ancien) repose, essentiellement sur la nécessaire reconduction du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation (le drapeau nationaliste aurait été remplacé par le drapeau islamiste mais le système aurait été reconduit sans aucune perturbation notable).
    quant aux visées impérialistes (le concept peut sembler désuet pour certains mais les faits sont incontournables), je pense que l’impérialisme, fer de lance du capital mondial (dominé au moment présent par le capital financier mondial) n’a aucun intérêt à ce que les rapports de production capitalistes et les valeurs qui siéent à ces rapports, deviennent dominantes au sein des sociétés dont la reproduction repose sur l’exploitation de matières premières, en général et sur l’exploitation des hydrocarbures, en particulier. au contraire, je pense que les intérêts bien compris de l’impérialisme est que toutes ces sociétés soient gérées par des dictatures au service du capital mondial, d’où cette connivence remarquable entre les impérialistes yankees et les pétromonarchies du golfe, en particulier.
    j’ajoute, enfin qu’il me semble que bensaada, en mettant en exergue les visées impérialistes et leurs supposées alliées indigènes ne favorise pas notre compréhension de la situation algérienne.
    en effet, je persiste et signe:
    les ennemis de tous ceux qui aspirent au changement, en général et au progrès dans toutes ses dimensions, en particulier ne sont point les quelques exaltés financées par quelques insignifiantes ong que bensaada met en lumière mais bel et bien un système archaïque (et les couches sociales qui le domine) qui annihile toute velléité de réintégrer l’histoire humaine qui se fait, pour le moment, sans nous
    en effet, l’archaïsme d’une formation sociale comme la formation sociale algérienne se reflètent dans des structures politiques (la dictature, en particulier) qui ouvrent la voie à une domination quasi-incontestable (il est plus facile de corrompre un dictateur qu’un peuple conscient de ses intérêts) du capital financier mondial, d’où une convergence d’intérêts certaine entre d’une part le capital financier mondial dont le néolibéralisme est l’idéologie idoine et les couches dominantes des formations sociales archaïques, d’autre part.
    moralité de l’histoire: les ennemis que peuple algérien (par peuple, j’entends l’ensemble des couches sociales qui aspirent au changement, à un moment historique donné) sont les couches rentières (dont certains représentants ont déjà élu domicile à el harrach). et que ces couches rentières n’ont pas été totalement neutralisées, la formation sociale algérienne continuera à subir les assauts des puissances impérialistes
    PS: aussi paradoxal que cela puisse paraître, je pense que tous ceux qui aspirent au changement doivent favoriser la domination du mode de production capitaliste et son hégémonie au niveau interne et ceci, en luttant contre les intérêts du capital financier mondial, intérêts représentés, au niveau interne, par les couches rentières.

      Abou Stroff
      20 juin 2020 - 11 h 22 min

      avant-dernier paragraphe de mon commentaire, prière de lire: TANT que ces couches rentières n’ont pas été totalement neutralisées, la formation sociale algérienne continuera à subir les assauts des puissances impérialistes.

        Lacan
        20 juin 2020 - 15 h 17 min

        Exactement… On se lamente a critiquer un cote’ ou l’autre de cette barriere artificielle, de part et d’autre d’une ide’e d’un concept, qu’on ne peut meme pas definir, ou du moins reduit a la gestion d’une rente, alors que les enjeux sont tout-autres. On finit dans un marathon de qui va produire le 1er, le texte le plus long, et d’une capitale la plus lointaine, sans queue ni tete.

        Il est devenu progressiste de taper sur les Etat-Unis, comme si ce pays etait une institution monolitique, alors que ce pays lui-meme souffre des memes maux, que l’Algerie. Du coup, quand quand vous etes Americain d’origine Algerienne, vous ne souffrez plus d’un mal tete, mais d’une double paine des 2 cerveaux… Celui de gauche qui veut aller a droite et celui de droite qui se veut a gauche.
        Je vais ecrire un petit livre, aux futurs Algeriens et Americains, qui mettra fin a tout ce brouhaha, et c’est pour ca qu’ils peuvent s’offrir le luxe de la chamaillade sur un sujet qui n’en est pas un du tout.

    Anonyme
    20 juin 2020 - 9 h 04 min

    On n a pas a copier leurs democraties qu ils veulent nous imposer pour et imposer et defendre leurs interets et nous exploiter…Notre democratie est un regime presidentiel autoritaire qui impose la discipline,le respect des lois
    et de la constitution,la cours constitutionnelle,les libertes individuelles sans enfreindre aux respects des meurs et coutumes et l aneantissement total contre la corruption tout en promulgant des sanctions extremement severes allant jusqu a la peine capitale….Notre armee restera une armee professionnelle republicaine….point barre

      Anonyme
      20 juin 2020 - 16 h 17 min

      « Leurs démocraties » ça promet!!!

    Kamal
    20 juin 2020 - 8 h 17 min

    C’est les dilapideurs de $1100 milliards dont la plupart des chefs sont en prison qui vont ramener la democratie.

    Anonyme
    20 juin 2020 - 8 h 16 min

    Il y a 2 choses que j’ai envie de commenter dans votre article. La première concerne le reproche que vous faites à Lahouari Addi (que je ne porte pas dans mon coeur depuis sa « régression féconde ») concernant ses titres universitaires. Ce reproche on peut le faire aussi à Bensaada qui met toujours en avant ses titres (jusqu’à la nausée) comme s’il voulait prévenir que son avis n’est pas celui d’un doubab car il est universitaire!! Le deuxième argument est tellement puéril qu’on a du mal à aller jusqu’à la dernière ligne. C’est de considérer que Addi est le représentant des démocrates algériens comme le fait Bensaada. Les raccourcis sont tellement puérils du genre, il représente les démocrates et comme il dialogue avec les islamistes ca veut dire que le Hirak est contrôlé par des démocrates islamistes!! Combien de manifestants du Hirak ont entendu parler de Lahouari Addi?? Combien de gens sont derrière le Dhina et Zitout?? Je terminerai en posant comme vous des questions. Qui a intérêt à associer le nom de Dhina et Addi au Hirak?? Qui finance tous les doubabs qui disent que TOUS les démocrates sont payés par le NED. La réponse est toute simple. Il ya un camp qui veut influencer le Hirak en imposant une alternative islamo-démocratique mais qui n’y arrive pas (islamisme et démocratie n’iront jamais ensemble) et le camp du régime qui a tout intérêt à mettre tous les démocrates dans le même sac pour rester en place. Tout me dit que vous faites partie de ce deuxième camp…

      Elephant Man
      20 juin 2020 - 13 h 58 min

      @Anonyme
      Parce que Bouchachi et toute la clinique « des démocrates » ne sont-ils pas allés rendre visite au démocrate par excellence Ali Benhadj, Tabbou avec Rachad Dihina Zitout avec V victoire ….
      Un peu de sérieux.
      La Syrie plus près la Libye en sont de parfait exemple.
      Posez-vous la question pourquoi JAMAIS de révolution colorée printemps arabes au royaume enchanté unique modèle de démocratie dans la région si l’on en croit Sarkozy cf. 2019 après avoir installé une magnifique démocratie OTANazienne en Libye, ni dans les monarchies du golfe.

        Anonyme
        20 juin 2020 - 15 h 18 min

        Bouchachi n’est qu’un opposant parmi les 24 millions qui n’ont pas voté pour ton parachuté. Il ne représente que lui. Il peut aller voir qui il veut, cela ne me regarde pas. S’il est assez naïf, pour de pas dire assez c.n, pour croire qu’on peut domestiquer l’islamisme c’est son problème. Il fait la même erreur que tes maîtres qui jouent avec le feu en croyant composer avec les frères musulmans. Aucune liberté et aucune démocratie ne sera possible avec les islamistes aussi modérés qu’ils soient

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.