Règlement de la crise libyenne : le sens profond de la démarche algérienne

Tebboune non-retour
Le président Tebboune recevant Fayez Al-Sarraj. D. R.

Par Kamel B.(*) En déclarant, avant son retrait, que la Libye «est très proche du point de non-retour», Ghassan Salamé, représentant spécial des Nations unies en Libye et chef de la Mission des Nations unies en Libye (UNSMIL) résume, à lui seul, l’inquiétude de la communauté internationale quant à la situation dans ce pays et à son devenir.

Sur le dossier libyen, et au-delà de la dette historique du sang algéro-libyen mêlé en 1958 dans la bataille Eisselyene, la démarche de l’Algérie repose sur un certain nombre de valeurs qu’il importe de rappeler très succinctement : respect de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale des Etats ; non-ingérence dans les affaires intérieures ; équidistance ; offre de bons offices pour dénouer des crises et des conflits mettant aux prises des pays frères et amis.

Depuis, la diplomatie algérienne a toujours eu à assurer honorablement son rôle au sein de la communauté internationale. Pour l’Algérie, la crainte de voir au sein de son espace immédiat un peuple frère et un pays voisin vivant une situation dramatique aux conséquences déstabilisatrices avec l’intensification des violences, le rejet de toute situation de division devient urgent car il en résulte non seulement des troubles internes mais, aussi, des prolongements extérieurs – contagion de l’instabilité – de sorte que la paix et la sécurité deviennent à leur tour menacées.

La crainte d’une guerre totale est vive dans les départements ministériels des pays voisins et des puissances étrangères. «Pour l’Algérie, la solution [en Libye, ndlr] ne saurait être militaire», a affirmé récemment le président Abdelmadjid Tebboune dont, il faut le dire, l’élection a permis un retour de la diplomatie algérienne sur la scène internationale, faisant remarquer que cette démarche «devrait être nécessairement politique, ouverte sur l’avenir» et permettant «une solution libo-libyenne» et aux frères libyens de «décider par eux-mêmes de leur avenir».

Une démarche réitérée par l’Algérie lors de la Conférence ministérielle sur la stabilité et le développement de la Libye, tenue à Berlin, qui a été endossée par le Conseil de sécurité (résolution 2510 adoptée à l’unanimité le 12 février dernier), et dans laquelle le président Tebboune a rejeté toute forme d’intervention militaire («il n’y a pas de solution militaire à la crise actuelle») et plaidé pour une solution politique à travers un dialogue et une réconciliation qui doivent être inclusifs, soulignant le risque de l’escalade totale.

Les nombreuses déclarations du président Abdelmadjid Tebboune et les analyses du ministre Sabri Boukadoum sur les efforts de l’Algérie en Libye font état désormais d’un impact très positif chez les Libyens, toutes sensibilités confondues. La voix algérienne équidistante, équilibrée et désintéressée devient donc de plus en plus séduisante auprès des Libyens qui craignent pour l’avenir de leur pays.

Ni frivole ni inconséquente, la persévérance du ministre Boukadoum l’a conduit en Libye pour réaffirmer les valeurs du dialogue et de la réconciliation nationale comme unique solution au conflit agitant ce pays et rappelant par là même à nos frères libyens le principe d’appropriation.

La Conférence de Berlin reprend à son compte, faut-il le préciser par honnêteté intellectuelle, le long processus de négociations dans lequel l’Algérie s’était distinguée, pour avoir été la seule capitale ayant pu réunir, dans une même salle, plus de 200 protagonistes libyens en vue du paraphe de l’accord politique, dont les partisans de la mystification faite au sujet de Skhirat occultent dans leur capitalisation que ce dernier reste pour les connaisseurs un accident de l’histoire, dont un jour viendra j’en écrirai les non-dits, tout particulièrement pourquoi Skhirat est, certes, un accord mais un accord incomplet et fragile.

La prouesse diplomatique algérienne, rendue possible grâce aux valeurs de la diplomatie de Novembre, a été à l’origine de l’émergence d’un consensus autour du principe d’une négociation directe avec toutes les parties prenantes, sans recourir à une intervention étrangère, sur une initiative soutenue et une action bien inspirée de l’ancien ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel, qui soulignait à chaque fois que la cause de la paix a toujours mobilisé les efforts, les ressources et la créativité de la diplomatie algérienne, fondée sur les principes de la non-ingérence, de l’équidistance et de l’appropriation.

Un discours de plus en plus accepté auprès des Libyens qui craignent pour l’avenir de leur pays. Aux diverses factions libyennes, l’Algérie n’a cessé d’expliquer qu’il n’est pas trop tard pour que leur pays ne devienne pas un (ring de combat).

Une action qui fait rappeler un autre travail sincère de l’ancien ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra sur le dossier malien et dont il faut saluer la problématique et l’esprit de l’anticipation, tant il voulait à l’époque prévenir les ingérences extérieures.

La diplomatie algérienne qui cherche à lever les points de blocage, en contournant progressivement les ambivalences et les dysfonctionnements systémiques, en incluant une nouvelle dynamique chez les diverses forces libyennes d’aller vers des institutions fortes et pérennes avec une armée et un gouvernement d’union nationale, est prête à jouer un rôle majeur car son initiative est réclamée par les Libyens eux-mêmes.

K. B.

(*) Ancien diplomate

Comment (10)

    anonyme
    29 juin 2020 - 13 h 23 min

    Les problèmes compliqués de ce genre,ne se résolvent pas par la poésie.Il faudrait oser dire la vérité au nez de ceux qui veulent et qui ne veulent pas l’entendre,d’une façon diplomatique,la soutenir d’une façon logique et raisonnable,aider tous les acteurs à dépasser leurs craintes,en leur garantissant les garantis nécessaires:c’est ce qui s’appelle l’engagement..Quand les petits calculs l’emportent,l’hésitation s’installe,et nourrit le cafouillage ou l’inertie totale…!

    Abou Stroff
    29 juin 2020 - 8 h 48 min

    « Règlement de la crise libyenne : le sens profond de la démarche algérienne » titre K. B..
    si nous acceptons l’idée que pour résoudre un problème, il faut bien le poser, alors la démarche algérienne doit prendre en compte l’essence du problème libyen qui est un FAIT inexplicable s’il n’est pas inséré dans un TOUT qui lui donne un sens.
    je pense que la crise libyenne entre dans la cadre plus vaste d’un plan impérialiste de restructuration (dépeçage pour être plus précis) des pays arabo-musulmans, sans exception, restructuration au profit du capital financier mondial, fraction dominante du moment du capital mondial, d’une part et de l’entité sioniste d’autre part.
    en effet, je pense que
    l’impérialisme, le sionisme, l’islamisme (qu’il soit soft ou radical ou djihadiste ou n’importe quoi) et le séparatisme, idéologies qui ont, au moment présent le vent en poupe, ont, malgré les apparences, des intérêts convergents pour ne pas dire identiques.
    – en effet, l’islamisme (représenté en libye par une guerre par proxy entre frères musulmans et wahabistes) sert l’impérialisme dans la mesure où les intérêts bien compris du capital financier mondial, fraction dominante du moment du capital mondial, requiert un monde sans frontières (composé de micro-états vassaux) où les capitaux peuvent se mouvoir à la recherche de retours sur investissements optimaux. l’islamisme, portés par des couches sociales archaïques (voir les états archaïques du golfe, par exemple), croyant que le commerce crée la richesse est le meilleur rempart contre toute velléité de désengagement d’Etats nationaux de l’emprise de la soi disant mondialisation.
    – quant au sionisme (basé, entre autres, sur des textes religieux admis comme sacrés par les musulmans eux mêmes), il est inutile de ressasser que la pérennité de l’entité sioniste et la garantie de sa domination perpétuelle sur ses voisins proches et lointains, requièrent que cette entité soit entourée de micro-états vassaux (voir le plan yinon) basés sur la religion et/ou sur l' »ethnie ». ainsi, entourée d’états basés sur la religion et/ou l' »ethnie », cette entité raciste basée sur la religion fera oublier sa nature de vestige colonial qui doit disparaître en tant que tel et n’apparaîtra pas comme un anachronisme.
    en outre, remarquons que le dépeçage du monde dit arabe a bien commencé avec l’irak, le soudan, la syrie, la libye et bientôt….
    enfin, reconnaissons que les élites « arabes » en particulier et les élites « musulmanes » en général, les plus en vue, participent, à leur manière au dépeçage de leurs propres pays en étant incapable de « voir » le monde autrement qu’avec des lunettes religieuses.
    si nous acceptons les développement ci-dessus, alors toute démarche algérienne doit les intégrer dans une stratégie de conservation de l’Etat national.
    PS:les puissances impérialistes ont leur agenda, cependant, il me parait inutile de trop nous focaliser sur les forces externes (impérialisme et sionisme, en particulier) car, « La cause fondamentale du développement des choses et des phénomènes n’est pas externe, mais interne; elle se trouve dans les contradictions internes des choses et des phénomènes eux-mêmes. »
    en d’autres termes, je pense qu’au lieu de nous focaliser sur les forces externes et leurs objectifs, analysons correctement la situation interne, cernons les différentes forces internes, délimitons nos amis, d’une part et nos ennemis, d’autre part, manoeuvrons pour éviter le sort que nous ont concocté les puissances impérialistes.
    il me parait inutile de souligner que ni la marabunta qui nous gouverne, ni la vermine islamiste ne constitue des ennemis à abattre pour les puissances impérialistes.

      Argentroi
      29 juin 2020 - 13 h 29 min

      La crise libyenne, la crise syrienne, le terrorisme au Sahel et d’autres événements moins visibles expriment le nouveau rôle qu’a dévolu l’impérialisme mondialiste américain à la Turquie islamiste.
      En effet, et pour mettre main basse sur l’Afrique avec tout ce qu’elle représente en richesses naturelles, en marché potentiel, en d’immenses nouvelles terres arables, qui de mieux que la Turquie, aidée par le capitalisme financier international, pour concurrencer la Chine qui commence à devenir, pour des raisons propres à elle, un concurrent économique très performant plutôt qu’un partenaire dans la mondialisation vue du côté américain.
      Beaucoup d’indices, que maints observateurs ont décelés, laissent entrevoir qu’une nouvelle guerre froide se dessine à l’horizon entre les USA et la Chine.
      Dans son étape préparatoire qui est entrain de s’achever, l’impérialisme mondial sous la conduite des USA a résolu certaines, pas toutes, de ses contradictions en assignant un nouveau rôle à la Grande-Bretagne, ce qui explique pourquoi elle tenait à son Breixit et surtout en élaborant un consensus entre l’establishment républicain et l’establishment démocrate qui vient de voir le jour dernièrement par la quasi unanimité des deux chambres du congrès américain quant à leur hostilité presque ouverte à l’encontre de la Chine (adoption des lois sur Hong Kong, sur la minorité Oïgour) en plus des pressions de Trump dans ses pourparlers économiques avec les autorités chinoises qui finiront tôt ou tard, ces pourparlers, vers un clash vu le diktat que veulent imposer les américains maintenant en front uni contre la Chine.
      Quels sont les éléments dominants dans le consensus élaboré entre le camp républicain et le camp démocrate ? Que les démocrates rallient Trump dans sa guerre froide contre la Chine et que Trump réactive un néo-printemps arabo- africain car tout cela verse dans le même but stratégique que s’est fixé l’impérialisme dans sa mondialisation.
      Il semble donc que la Turquie veuille bien jouer un rôle dans cette nouvelle distribution des tâches puisqu’elle dispose de certains atouts dont on citera les plus importants qui peuvent jouer contre la pénétration chinoise en Afrique :
      1- Son tissu industriel et son économie naissante qui si boostés par la finance mondiale peuvent subtiliser une grande partie de l’Afrique aux chinois et aussi à la France qui ne peut délaisser la zone euro aux seuls allemands et dont l’existence même, la zone euro, déplaît plus maintenant au leadership américain qu’il ne la tolérait comme avant; la vieille Europe comme aime le dire Trump.
      2- Son ascendant sur l’islamisme qui tend, grâce au terrorisme, à démontrer l’impuissance structurelle des pouvoirs locaux africains liés à un néo-colonialisme européen obsolète malgré l’interventionnisme armé de ce dernier. Il faut remarquer que l’islamisme international s’est unifié sous la bannière idéologique des frères musulmans en se débarrassant de sa composante salafo-wahabiste et qui est entrain d’opérer sa mue en voulant substituer l’action armée des groupes terroristes par l’interventionnisme armé de l’état turc devenu le champion attitré des islamistes. A ce titre, l’armée turque dispose déjà d’un contingent installé en Somalie venu aider le gouvernement somalien à former son armée pour lutter contre le terrorisme des shébabs liés à Al-Qaîda. Cela a été facilité par les relations historiques entre les deux pays puisque les ottomans avaient établi sur les bords de la mer rouge la province de Habesh (Habeş Eyaleti) dont le sandjak de Zeilah en pleine corne de l’Afrique au nord de la Somalie en était une subdivision. Et donc, c’est cet islamisme qui aidera la Turquie, tête de pont mondialiste, à pénétrer facilement et rapidement en Afrique pour mettre le bâton dans les roues du géant économique chinois et aider à l’expansion économique de la Turquie.
      Ainsi notre pays est devant de grands bouleversements qui s’annoncent où une multitude d’acteurs, et non des moindres, vont intervenir en force en Libye et au delà de la Libye.
      Quel positionnement devra donc adopter l’Algérie si les turcs dans leur stratégie à long terme voulaient y instaurer des beyliks et non un beylik quoique la Turquie voudra maintenant et tactiquement se suffire que d’une partie de la Libye où sévissent les milices islamistes de lignée janissaire de Tripoli et Misrata au lieu d’entrer en conflit ouvert avec l’Egypte débarrassée de son intelligentsia néo-ottomane qui pour des raisons historiques et sociologiques a été toujours en conflit avec l’armée égyptienne.

    Anonyme
    29 juin 2020 - 6 h 32 min

    (…) La diplomatie c’est d’abord voir ses intérêts à court terme mais aussi à très long terme. Si une situation risque d’être préjudiciable à long terme, le principe de non-ingérence on s’en fout. Quand la Turquie et les émirats s’ingèrent dans les affaires Libyennes ce serait idiot de dire je ne m’ingère pas. Pas de place à la naïveté et aux bons principes. Il faut être rusé et savoir être ferme et menaçant quand il le faut.

      soraya
      1 juillet 2020 - 2 h 11 min

      Tout a fait d’accord avec vous, il faut arrêter d’être naïf, ou idéaliste, mais en réalité il faut penser au plan B, s’ils ne s’entendent pas et que la Lybie est partagée, il faut devancer les choses et intervenir pour mieux protéger ses frontières contre des armées qui sont présentes en Lybie et qui n’’ont rien a y faire

    Hocine-Nasser Bouabsa
    28 juin 2020 - 20 h 19 min

    Si la France, l’Egypte et les Emirats acceptent aujourd’hui l’idée des négociations, c’est seulement parce que les rapports de forces sur le terrain ont été inversés après l’arrivée des troupes turques et leurs milices ont donné une bonne raclée au caporal Haftar.

    Seule la force de frappe de l’ANP peut offrir à l’Algérie un avantage dans la région. La diplomatie sert, dans les meilleurs des cas, à clarifier aux belligérants les pertes et les gains des différentes options, et au pire, à maquiller les défaites de ceux qui n’ont pas les moyens de s’imposer sur le terrain.

    Un des objectifs stratégiques de la guerre en Libye et au Sahel est de disperser les ressources de l’ANP sur plusieurs fronts pour desserrer l’étau sur les FAR du régime marocain. La situation de non-paix et non-guerre avec ce régime depuis 60 ans a couté aux peuples de la région plus de 1000 milliards US $. Ceci n’a pas empêché pas la France et les monarchies du golfe de le soutenir activement.

    La diplomatie algérienne ne doit pas se laisser berner par les conflits en Libye et au Sahel. Elle est aussi appelée à doubler ses efforts pour récuprér le terrain perdu depuis 30 ans face au régime belliqueux makhzénien.

      Anonyme
      29 juin 2020 - 8 h 19 min

      Si la France, l’Egypte et les Emirats acceptent…etc… etc…Tu oublies sciemment un des belligérants qui a envoyé une milice privée pour soutenir Haftar. Ne s’agirait-il pas de la Russie qui est très intéressée par le gaz libyen par hasard.Il est vrai que ce pays est notre allié et donc irréprochable! Même s’il vise avant tout ses intérêts. Mais faut pas le dire, ça serait mal perçu.

    Anonyme
    28 juin 2020 - 19 h 17 min

    Ben oui…C est comme ça et pas autrement ! Enfin les Emirats unis viennent de constater qu il n y avait pas de solutions militaire après bien sûr la débâcle d Haftar et des ces complices a Tripoli.
    Écoutez l Algerie , elle l’avait dit avant Lélé que Sarkozy s en prennent a ce pays et son guide. Ça va être un bourbier pour les lybiens et les pays voisins cette histoire et on nous avait menacé a cause de ça. Aujourd hui le Qatar qui était l.instigateur de tt ça est à l opposé de ces Emirats et de la France et a une approche avc Sarraj la Turquie et l Algerie sur ce dossier lybiens et pourtant…..l Algerie ne doit faire confiance a personne mais doit jouer son rôle ne serais ce que pour ces propres intérêts déjà. C est bien de faire le pompier au risque de ne pas d y brûler car les pyromanes reste bien la France de Sarko et BHL et ces alliés. Ceux ci doivent absolument quitter les lieux souverain de la Lybie et son peuple et tt rentrera dans l’ordre….mais c’est loin d être une tâche facile et l Algerie a besoin du soutien des lybiens pour justement leur trouver une solutions interne entre lybiens. L Algerie n a aucun intérêt. Voir ces Fred lybiens souffrir et ça n a jamais été le cas donc frères lybiens vous savez ce qui vous reste a faire . Travailler la main ds la main avec l’ Algérie pays frère pour retrouver une paix durable chez vous et chez vie voisins par la même occasion , voilà le seul but de l Algerie….rien d’autres . Il est sécuritaire avant toute chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.