Gisèle Halimi détrône Napoléon ou quand les Français révisent leur histoire

Gisle Halimi statue Napoléon Rouen
L'avocate Gisèle Halimi est décédée en juillet dernier. D. R.

Par Houari A. – Le maire de Rouen, une ville du nord de la France, ne veut plus de la statue de Napoléon devant l’hôtel de ville. Au symbole des campagnes et de l’expansionnisme, il préfère celui de l’avocate des causes justes, Gisèle Halimi. Déboulonnée pour restauration, la statue de l’empereur pourrait ne plus occuper le centre-ville. Mais cela fait polémique. L’extrême-droite maugrée, d’ores et déjà, en arguant que «Gisèle Halimi née Zeiza Gisèle Elise Taïeb, était une Tunisienne, se revendiquait comme telle et fut aussi une porte-valise du FLN, une résistante, disait-elle, sauf que c’était contre la France».

Les médias se sont fait l’écho de cette décision du maire socialiste Nicolas Mayer-Rossignol «qui voudrait lancer un débat et une consultation citoyenne sur l’avenir de cette place centrale à Rouen, le temps que dureront les réparations», de la sculpture de Napoléon. «Il aimerait qu’une figure féminine occupe cette place de choix dans le centre-ville», expliquent ces médias qui relaient le tweet de l’élu à ce sujet : «J’assume la dimension symbolique forte de cette proposition. Il serait formidable que Rouen soit la première ville de France à accueillir, place de la Mairie, une statue ou une œuvre d’art dédiée à Gisèle Halimi, figure de la lutte pour les droits des femmes. Le débat est ouvert !»

L’avocate féministe, décédée le 28 juillet dernier à l’âge de 93 ans, va-t-elle trôner à la place de la statue équestre érigée en 1865 ? «Il n’est bien entendu pas question de la détruire !» a précisé le maire. Les médias français retracent le passé honorable de l’avocate, décrite comme une «inlassable combattante pour les droits des femmes, avocate engagée, ancienne députée et autrice» qui a reçu une «pluie d’hommages» au lendemain de sa disparition.

Une grande polémique a été soulevée par la décision de plusieurs maires de faire disparaître des statues faisant référence au passé colonial et raciste de la France, suite à l’affaire Georges Floyd, aux Etats-Unis, un citoyen américain de couleur décédé suite à une interpellation policière brutale. La mort de cet Afro-Américain a provoqué une onde de choc à travers toute la planète et de nombreux pays occidentaux ont décidé de retirer des monuments d’hommes politiques et de militaires incarnant l’esclavage, la colonisation et la guerre.

H. A.

Comment (22)

    Anonyme
    17 septembre 2020 - 15 h 48 min

    on peut toujours rever,a oran,par ignorance,on n’a débaptisé des rue de resistants algeriens, portant des noms a consonance européenne par des ;;;islamistes !

    Anonyme
    16 septembre 2020 - 8 h 24 min

    Ne serait-il pas convaincant que les autorités algériennes baptise une rue , un square, un placette du nom de feu Gisèle Halimi? La question reste posée, merci.

    Nadjib
    15 septembre 2020 - 22 h 01 min

    Il ne faut pas aussi l’oublier son Antisionisme, elle toujours defendu la cause des palestiniens, elle a été membre du collectif d’avocats de Marwan Barghout  » Marwan Barghouti appartient à ces combattants de la liberté qui ont rendu l’espérance à leur peuple, comme Jean Moulin pendant l’Occupation-Gisèle Halimi « .

    TOLGA - ZAÂTCHA
    15 septembre 2020 - 19 h 48 min

    Une VRAIE militante pour la CAUSE DE LA LIBERTÉ DES PEUPLES. ALLAH YERRAHMAK BI RAHMATI ALLAH !!!!! Respects.

    Djurdjura
    15 septembre 2020 - 17 h 29 min

    Le revers de la médaille 🏅
    Cette dame s’est illustré dans la defense des militantes algériennes dont Djamila Boupacha icône de la révolution algérienne que G. Halimi l’a extrait des griefs des parachutistes qu’ils torturaient. Même Picasso était impressionné par le courage de la militante algérienne (Boupacha) qui l’a immortalisé à travers un portrait qu’il a peint. Sans G. Halimi, cette femme ne connaîtra pas la notoriété internationale.
    L’État algérien devenu indépendant utilisa dans l’immédiat après-guerre Djamila Boupacha comme un symbole propre à asseoir la légitimité symbolique et politique du régime. Progressivement mise de côté, elle disparait de la scène publique et surtout occultée dans son pays et beaucoup ne connaissent pas cette grande dame qui est Djamila Boupacha.
    Revenons maintenant à Madame Halimi, elle a inauguré sa célébrité par la défense de la cause algérienne. Après la fin de la guerre son combat s’est penché dans la défense des droits de la femme toutes catégories confondues (contre le machisme et le mépris des femmes) Mais quelques années plus tard son combat fut accaparé par des féministes (nouvelle génération) embourgeoisées genre Marlène Schiappa, ou « Ni p…ni soumises », ces nouvelles figures du féminisme embourgeoisés elles ont toutes des femmes de ménages (baby-sitters) qui ont les moyens financiers de payer ces femmes qui s’occupent de leurs enfants, par ce que la bourgeoise émancipée qui n’a pas le temps de s’occuper de son foyer…
    D’où mon titre de mon commentaire « Le revers de la médaille ».

    Kahina-DZ
    15 septembre 2020 - 16 h 08 min

    Ne soyons pas naïfs SVP.
    C’est une avocate qui a défendu des militants de l’indépendance de l’Algérie… On la remercie bien sûre, mais c’est toujours grâce aux sacrifices des Algériens que l’Algérie a été libérée. La révolution Algérienne n’est pas à vendre aux enchères, elle appartient au PEUPLE ALGÉRIEN, POINT BARRE !!
    Ce qui est bizarre: Hassiba Ben-Bouali et les autres Héroïnes de la guerre d’Algérie ( allah yerhamhoum) sont considérées comme des terroristes, car elles ont défendu leur patrie…et on voudrait remplacer le symbole de la France par la statue de cette dame.
    Arrêtez vos délires !!

      Anonyme
      15 septembre 2020 - 19 h 03 min

      On vous reconnaît bien car avec vous il ya toujours un MAIS. Impossible de reconnaître la valeur de quelqu’un indépendamment de son nom, son origine ou sa religion, ce n’est pas ça qu’on appelle le racisme??

    Anonyme
    15 septembre 2020 - 14 h 32 min

    Aïe la beurette Elephant Man va piquer sa crise!! Rendre hommage à une héroïne juive française va être très dur pour elle qui déteste les français et les juifs.

    Anonyme
    15 septembre 2020 - 14 h 30 min

    Je considère le FLN des racines à nos jours comme là impostures qui a frappé l’Algerie mais Gizel Halimi avait soutenu et surtout des membres du FLN qui pensaient mener un combat pour la liberté et non le FLN entant organisation c’est donc une grande dame qui mérite le respect

    Hypocrisie
    15 septembre 2020 - 13 h 51 min

    Ce Maire a préféré une femme parce que ça rapporte électoralement parlant et c’est la mode en ce moment ni plus ni moins car il pouvait choisir un anti colonialiste comme Francis Jeanson par exemple mais ça ne rapporte rien politiquement.
    Gisèle Halimi a consacrée les dernières années de sa vie a prouver la judaïté de la Kahina, un sujet qui n’était pas neutre..

      Elephant Man
      15 septembre 2020 - 15 h 29 min

      @Hypocrisie
      Excellent pseudo et commentaire perspicace.
      Effectivement politique politicienne.

        Anonyme
        15 septembre 2020 - 20 h 48 min

        tu te félicites toi même !

    Apulée de Madaure
    15 septembre 2020 - 13 h 15 min

    Mon souhait est que l’Algérie puisse lui dresser une statue, baptiser une place publique ou un nom de rue dans l’une ou plusieurs de nos grandes villes, pour ne pas oublier son rôle quelque soit sa portée, c’est intention qui compte.

    R.I.P. ma sœur Gisèle.

      Algérien
      15 septembre 2020 - 19 h 55 min

      Je préfère voir une statue dédiée a la femme Algérienne veuve de chahid méprisée par le pouvoir de traitres qui même le logement sociale lui a été interdit pour se venger son mari.
      L’hisoire ne pardonnera pas.

    Bouabsa Hocine-Nasser
    15 septembre 2020 - 12 h 10 min

    Une grande personnalité. Elle aurait pu tourner sa tête et regarder ailleurs. Non, elle a préféré défendre notre cause et elle est restée fidèle à l’Algérie. Elle est de nous et elle mérite qu’une grande rue ou une grande place dans une grande ville algérienne porte son nom !

    Les pieds-noirs d’Algérie et surtout ceux d’origine algérienne auraient pu faire comme elle. Défendre la cause d’un peuple opprimé. L’Algérie serait aujourd’hui certainement parmi les pays les plus riches du monde d’une point de vue humain, social et culturel. Mais ils ont préféré se joindre aux tyrans. Quel gâchis!

    Socrate
    15 septembre 2020 - 11 h 44 min

    C’est le souhait du maire socialiste de Rouen et cela devient celui « des français » qui n’ont rien demandé de particulier et qui souhaiteraient sûrement qu’on leur fiche la paix avec ces polémiques sans intérêt !

      Momo
      15 septembre 2020 - 14 h 37 min

      So cracra !
      Et la statue de Napoléon ? A-t’elle été faite suivant le souhait de tous les français ou seulement d’une technocratie militaire nationaliste et rétrograde qui a gouverné la France ?

    Abou Stroff
    15 septembre 2020 - 11 h 41 min

    pourquoi la ville d’Alger ne prendrait elle pas l’initiative d’ériger une statue de Gisèle Halimi en plein centre le la ville?
    cela remettrait les pendules à l’heure pour tous ceux auxquels « on » a menti en leur racontant que notre glorieuse guerre d’indépendance se résumait à une guerre de religion.

      Karamazov
      15 septembre 2020 - 12 h 11 min

      Oui une Statue . Mais ne faudrait-il pas la convertir d’abord ? Elle est juive n’est-ce pas ? Et il faut aussi lui mettre une burka, non ,

    Il y a celle qui laisse des traces dans l'histoire et l'autre et
    15 septembre 2020 - 11 h 36 min

    Je suis Gisele Halimi, l’incarnation de la classe, de l’élégance, de la compétence, de l’abnégation et de d’engagement. Une grande dame, qui mérite aussi que son nom soit gravé dans l’histoire algerienne à jamais. RESPECT MADAME, pour moi vous êtes plus algérienne que la plus part d’entre nous. MAIS par contre pas du tout Draneri, le pseudo journaliste, activiste politique surcroît vendu à l’étranger pour nous brader pour quelques avantages et que l’on oubliera vite tellement sa médiocrité a été abyssal.

    CHAOUI-BAHBOUH
    15 septembre 2020 - 11 h 02 min

    C,’est une très bonne idée et un teste de fond en comble, si les choses se derouleront de façon democratique et aux respect du droit, au respect de la femme et aux inscriptions sur les frontonts des Batiments de La Republique Française  » LIBERTÉ, ÉGALITÉ et FRATERNITÉ », SI CES MOTS ONT VRAIMENT UNE VALEUR, Alors chiche de pas hisser haut et de dire très FORT Oui à GISEL HALIMI. Qu’elle repose en paix !!! Un enfant D’EL-MADHER Algerie !!!

    1commentaire
    15 septembre 2020 - 10 h 01 min

    Et chez nous qu’es qu’on attend pour nommer des avenues des rue à travers le pays pour cette Grande Dame, à mon avis les faux patriotes qui sont au pouvoir ne le veulent pas du tout le cas contraire sa aurez était déjà fait et cela depuis juillet dernier ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.