Conflit entre le ministre de l’Intérieur et le médiateur de la République ?

Younes ministre de l’Intérieur
Karim Younes. PPAGency

Par Houari A. – Le torchon brûle entre le ministre de l’Intérieur et le médiateur de la République ? Kamel Beldjoud accuserait Karim Younes d’ingérence dans la gestion de l’administration locale, et le médiateur reproche aux responsables des Collectivités locales l’absence de volonté à collaborer avec sa structure rattachée à la présidence de la République. Face au très discret ancien directeur de cabinet de Tebboune au ministère de l’Habitat, l’extraverti ex-président de l’APN multiplie les sorties médiatiques depuis quelque temps pour, dit-on, montrer qu’il est très actif et que son rôle est loin d’être secondaire.

Des observateurs voient plutôt dans cette gesticulation de l’ancien président du très éphémère panel installé sous Abdelkader Bensalah celle d’un médiateur en fin de mission qui aura échoué à donner de la consistance à cette instance qui avait été mise en place une première fois du temps de Liamine Zeroual. Présidée par le défunt Abdesselam Habachi, la médiature avait montré ses limites et n’avait pas été reconduite par Abdelaziz Bouteflika.

Calqué sur l’exemple français, cet organisme pose problème, dans la mesure où il empiète sur les prérogatives des élus locaux et des walis qui se voient ainsi placés sous une double casquette, celle de leur hiérarchie administrative et celle de la médiature relevant de la présidence de la République et qui, de ce fait, se présente comme une autorité supérieure, bien que ses prérogatives se limitent à servir d’intermédiaire entre les citoyens et l’administration. Double fonction puisque le président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur ont tous ordonné que les portes des wilayas, des daïras et de mairies ne soient plus fermées devant les doléances nombreuses des administrés désabusés par une bureaucratie hypertrophiée.

Otage de vieux réflexes faits de paperasserie et de lenteurs, l’administration locale peine à s’adapter aux nouvelles exigences et à exécuter les instructions venues d’en haut visant à regagner la confiance des citoyens et à réduire le fossé qui sépare les gouvernants et les gouvernés. Une médiature de la République devient, dans ces conditions, complètement obsolète, et son existence, qui grève inutilement le budget de l’Etat en ces temps de crise économique, est sérieusement remise en cause.

Le ministre de l’Intérieur n’aurait pas caché son agacement quant aux interférences créées par les représentants locaux de la médiature de la République, en affirmant, selon des sources médiatiques, que ces derniers avaient pour mission d’accompagner les citoyens dans leurs démarches et non pas de mettre en place une administration parallèle. Ce à quoi Karim Younes a répondu en rappelant au ministre que si la structure qu’il préside existe, c’est parce que le chef de l’Etat a voulu qu’il en soit ainsi. Une façon de dire qu’en s’attaquant à lui, le membre du gouvernement révoque en doute un choix du Président.

Sauf que de nombreuses sources sont convaincues que le grand nettoyage prévu dès le retour d’Abdelmadjid Tebboune d’Allemagne pourrait ne pas épargner cet autre boulet dont l’utilité et l’efficacité restent à prouver.

H. A.

Comment (19)

    Ferid Chikhi
    20 janvier 2021 - 16 h 38 min

    La Médiature n’aurait jamais du devenir un bureau des Chikayates

    La Médiature telle que pensait à l’époque du Président Zeroual a totalement été altérée par l’introduction de règles qui n’ont rien à voir avec une institution d’équilibre, de rationalisation et de recentrage des actes de gestion commis par l’administration.
    Elle est devenue un bureau des chikayetes et l’une des contraintes majeures a été de recruter trop de juristes et que ses bureaux déjà au moment du départ du Président Zeroual bien des  »fonctionnaires… » devenus persona non grata dans les ministères, etc. ont été placés pour occuper des bureaux …

    DYHIA-DZ
    18 janvier 2021 - 22 h 01 min

    Ce message s’adresse à la ministre de la culture,

    Mme la Ministre,
    Jusqu’à quand allons -nous permettre au makhzen de manipuler les artistes Algériens qui percent dans leur domaine ??
    Après avoir regardé la vidéo de Soltana (chaine du makhzen satanique), j’ai fait une petite recherche sur cette artiste Algérienne et j’ai conclu ce qui suit:

    En bref: Raja Meziane aurait subi un traitement injuste qui aurait bloqué sa carrière en Algérie. Selon Wikipédia, elle a été même privée de son diplôme d’avocate. Actuellement, elle est regardée dans tout le monde arabe. Oui, elle a chanté le Hirak et pour le Hirak du peuple. Mais c’est tout le peuple qui a chanté le NON au 5eme mandat !
    Ma suggestion: Ouvrez son dossier, pour éclaircir le cas de cette chanteuse en lui donnant l’opportunité d’exprimer sa défense…On ne peut laisser nos artistes tomber dans le piège du makhzen. C’est la frustration, la soif de la reconnaissance et la naïveté qui poussent nos artistes à commettre des erreurs…
    Si les erreurs de cette chanteuse ne sont pas graves, il faut pardonner…Pour barrer la route aux manipulations du makhzen.
    IMPORTANT: il faut travailler sur une stratégie solide ( surtout le marketing), pour valoriser le travail de nos artistes. C’est la seule solution, pour barrer la route aux manipulations du makhzen qui promet la lune aux artistes Algériens.

    C’était juste un AVIS d’une Algérienne…

    Anonyme
    18 janvier 2021 - 14 h 33 min

    Ça sent l’anarchie habituelle.
    Sûrement vous avez aussi remarqué que dés que le président s’absente, l’anarchie s’impose.
    Chacun a sa fonction et ses tâches, pourquoi l’intermédiaire

    karimdz
    18 janvier 2021 - 14 h 01 min

    Le médiateur de la république est certes une autorité administrative indépendante nommé par le Président de la république, mais son rôle comme l’indique son titre, c’est de représenter un lien entre les citoyens et l’administration et de régler des litiges.

    Il doit proposer des régalements amiables, des solutions, mais en aucun cas s’ingérer dans la gestion des administrations.

    Toutefois, il n est pas exclu aussi, bureaucratie oblige, que certaines administrations rechignent à collaborer avec le Médiateur.

    Fraude
    18 janvier 2021 - 13 h 08 min

    ALERTE DZ
    18 janvier 2021 – 9 h 08 min
    J’ai visionné la vidéo et j’ai remarqué que SOLTANA a trafiqué la voix de Raja Meziane à 3:37 , pour lui faire dire que la culture des marrouki et la culture Algérienne sont les mêmes.
    Tous les moyens de trafiques sont valides chez le makhzan, pour faire valider leur pillage de notre culture.

    Raja Meziane est assez intelligente, j’espère qu’elle a remarqué la FRAUDE de soltana.
    Le makhzane et ses manipulations sataniques n’ont aucune limite….
    Soyez prudents ya les Algériens. FOUTAISE.

    Kahina-DZ
    18 janvier 2021 - 12 h 35 min

    ALERTE [email protected]
    18 janvier 2021 – 9 h 08 min

    Sans surprise…car ces dernier temps les abonnés makhzani ont envahi sa chaine YouTube, pour lui chauffer le Bendir…J’espère qu’elle ne tombera pas dans le piège de SOLTANA dont le rôle essentiel est de faire piéger les artistes Algériens pour les détruire.
    ——————————————————————————————————————————————
    CE MESSAGE EST POUR RAJA MEZIANE: SVP, transmettre :

    RAJA,
    Je me permets ce message, car je sais que tu as l’Algérie dans le SANG et que tu es Algérienne dans tes GÈNES ! Ton patriotisme n’est un secret pour personne !!
    Oui, tout le monde sait que tu as subi de l’injustice dans ta carrière professionnelle en Algérie…
    Oui, tout le monde sait que tu as subi du sabotage et que tes compétences ont été sabotées au profit des médiocres. Tu le dis tout haut et tu le chantais avant de quitter l’Algérie…
    Ce que tu as vécu n’est pas une raison pour te laisser entrainer par la chaine Soltana. Cette chaine a pour mission de piéger les artistes Algériens bien ciblés, pour les monter contre leur propre patrie…et puis les détruire…tu risques de subir le sort de Cheb khaled, Réda Taliani et de Faudel …ces artistes ont été réduits au NÉANT.
    RAJA, c’est grâce au support des Algériens que tu as réussi = ne l’oublie JAMAIS !!
    Et sache que les Algériens ne voudront JAMAIS te voir sur les traces de Réda Taliani = À méditer !
    Je me permets ce message, car ON ne veut pas te voir une proie entre les griffes de Soltana qui n’est qu’un département du makhzan marrouki.
    RAJA: Tu as chanté la liberté, la dignité et la Palestine…Tu ne seras Jamais compatible avec SOLTANA et ses projets qu’elle prépare pour toi.
    ESPÉRONS que tu sauras éviter le piège ainsi que ta chute…

    Anonyme
    18 janvier 2021 - 11 h 57 min

    Tant que ce genre de têtes restent au pouvoir ça ne marchera jamais. De nouvelles têtes et rien d’autre. Il faut éliminer tout ceux qui ont passé ne serait-ce qu’une heure au pouvoir. Sans ça rien ne marchera

    DYHIA-DZ
    18 janvier 2021 - 11 h 39 min

    L’ALGÉRIE AVANT TOUT ET TOUS !!!
    Ne perdons pas beaucoup de temps avec ces bras cassés qui passent leur temps à régler leur conflit personnel en oubliant l’essentiel qui est L’ALGÉRIE.
    Le président Tebboune doit avoir le courage de nettoyer ce qui est à nettoyer et passons aux choses essentielles.
    L’Algérie n’est pas une entreprise privée.
    Ça devient fatigant…vous découragez même ceux qui veulent défendre ce pays…. BASTA.

    Salah
    18 janvier 2021 - 10 h 02 min

    Un mediateur entre qui et qui ? Médier s’il y a deux parties. Je ne vois qu’une seule partie qui va dans une seule direction.

    Titri
    18 janvier 2021 - 9 h 51 min

    La médiation est une pratique ou une discipline qui vise à définir l’intervention d’un tiers pour faciliter la circulation d’informations, éclaircir ou rétablir des relations. Ce tiers neutre, indépendant et impartial, est appelé médiateur. La définition de cette activité varie selon les contextes d’application. Néanmoins, des constantes existent à chaque fois qu’un tiers intervient pour faciliter une relation ou la compréhension d’une situation et des éléments de pédagogie et de qualité relationnelle se retrouvent dans les pratiques de la médiation. (wikip).
    le médiation est corréler avec le niveau éducatif et d’instruction, les pratiques fondamentales du débat contradictoire, les compétences juridiques et en législation, les respect des constances des liberté individuelle et collectives, et des droits de chaque membre de la société etc…MALHEUREUSEMENT on ne peut à l’évidence BLINDER une structure avec du CARTON…!!!

    Anonyme
    18 janvier 2021 - 9 h 41 min

    « Calqué sur l’exemple français »??! Ce n’est pas du tout le cas. Le médiateur dans le cas français est un auxiliaire de justice non rémunéré par l’état, qui prend en charge gracieusement les petits différents de tous les jours afin d’éviter l’encombrement des tribunaux. Il n’a pas vocation à traiter les problèmes entre l’administration et le citoyen. Lui prêter ce rôle, c’est reconnaître que l’administration ne fait pas son travail et l’accepter. Ce qui peut avoir des conséquences pernicieuses. Rien n’empêche le ministère de l’intérieur de mettre en place sa propre structure de contrôle.
    La médiation en France n’est pas assuré par une seule personne; il y a un ou plusieurs médiateurs rattachés aux tribunaux de chaque préfecture.

    ALERTE DZ
    18 janvier 2021 - 9 h 08 min

    Regardez la vidéo pour comprendre comment le makhzan est en train de récupérer cette chanteuse Algérienne (Style Rap). Cette chanteuse se considère comme la voix du Hirak du peuple Algérien.
    Précision : Soltana est une chaine makhzanie qui joue un très grand rôle dans la manipulation des chanteurs traitres pseudo-Algériens.
    https://www.youtube.com/watch?v=bdTQkn8mF0g

    redalger
    18 janvier 2021 - 0 h 06 min

    Dès qu’un contre pouvoir s’installe face aux walis et aux potentats locaux ils se mettent à crier au loup et à l’inutilité de la mission et leurs protecteurs au niveau de l’administration central se mettent à donner des leçons de lutte contre la bureaucratie et de dépenses inutiles au sein des structures du médiateur de la république ;pourquoi les pays scandinaves qui sont un exemple de pays démocratiquement gérés disposent d’un médiateur de la république et je ne cite pas les autres pays développés.

    MON ZOEIL...!
    17 janvier 2021 - 23 h 58 min

    Franchement on n’en a marre des conflits de personnes et de leurs ego mal placés. ÇA SUFFIT vos querelles infantiles qui ne nous intéressent point !!!
    Bon dieu de bon dieu !!! Construisez-nous un ÉTAT FORT qui survit au temps et aux hommes …..

    Fakou
    17 janvier 2021 - 20 h 29 min

    Une structure bureaucratique pour pallier aux carences d’une autre bureaucratie. Le comble !

    Il n’y aurait pas besoin de médiateur si tout simplement l’administration s’appliquer à faire ce pourquoi elle est désignée.
    En clair, être au service des administrés, dans le cadre légal et réglementaire, sans plus.
    Ce qui malheureusement n’est pas toujours le cas.
    Chez nous, l’administration est un vrai supplice, lorsque on a des agents qui ne sont capable pas de recopier ce qui est écrit sur un livret de famille, cela veut tout dire. Inutile donc de citer d’autres exemples.

    S’il y a bien une révolution à faire, c’est bien au niveau de l’administration. Informatiser le plus possible, et donner la possibilité aux citoyens de pouvoir régler bien leurs problèmes de paperasse depuis leurs foyers, bureaux, ou un cyber-café.
    Moins il y aura de bureaux dans l’administration plus on économisera sur toutes les dépenses utiles à établir un document et surtout gagner du TEMPS, chose précieuse que tout le monde méprise ou néglige aussi bien l’administration que le citoyen.

      Benali
      18 janvier 2021 - 12 h 06 min

      Entierement d’accord avec Redalger. Si on avait une administration normale a la limite la mediature aurait été inutile. Mais quand on voit des administrations de communes attribuer des emplacements de baraques dans des bidonvilles moyennant pots de vin et contribuer ensuite a affecter des lots de terrain aux sus mentionnés sans compter l’innommable trafic sur lrs actes d’urbanisme alors on se dit que ce n’est pas seulement de mediatures dont on a besoin mais de services de sécurité pour lutter contre la corruption.

        Dr. Al
        19 janvier 2021 - 4 h 47 min

        Vous supposez que le civisme suffit. Non, l’humain reste humain. Il faut le controle.

        Cette institution, si elle a pour role de recevoir les doleances des citoyens pour ensuite les corriger ou les envoyer vers la justice, a bien sa place.

        Si on parle de services de securite a tout va, alors on supporte l’etat policier. On a juste besoin d’une justice libre.

    Al
    17 janvier 2021 - 19 h 48 min

    J’aurais prefere que l’auteur rappelle avec quelques exemples le role de cette mediature. Dans l’absolu, oui, cette stucture n’est pas necessaire. Mais si elle a ete cree meme en France alors elle doit avoir quelques benefices. Quoiqu’on dise la bureaucratie en France est plus soft que celle de l’Algerie.

    (…)

      Dr. Al
      18 janvier 2021 - 21 h 04 min

      Vous supposez que le civisme suffit. Non, l’humain reste humain. Il faut le controle.

      Cette institution, si elle a pour role de recevoir les doleances des citoyens pour ensuite les corriger ou les envoyer vers la justice, a bien sa place.

      Si on parle de services de securite a tout va, alors on supporte l’etat policier. On a juste besoin d’une justice libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.