Le Hirak entre la démission des élites et le dévoiement des forces du reflux

Hirak Algérie
L’Algérien n’est pas encore prêt pour supporter tous les changements dont a besoin la société. D. R.

Contribution de Youcef Benzatat – Il faut admettre que l’Algérie de demain n’est pas pour demain. Même pas pour le lendemain. Il faudra une génération entière pour atteindre les objectifs que le Hirak a eus comme prétention d’accomplir. En revendiquant une transition démocratique dans les conditions qui sont les nôtres aujourd’hui, il a en effet mis la barre d’emblée très haut, pour un peuple profondément aliéné dans l’imaginaire mythologique religieux, les structures mentales patriarcales et le repli identitaire ethniciste, qui sont en toute évidence incompatibles avec une volonté de transition démocratique, au sens de la transition de la tradition vers la modernité.

Certes, le Hirak a eu le mérite de faire émerger le peuple dans l’espace public en bravant la peur de la répression, par la défiance du régime autoritaire qui lui déniait toute souveraineté politique. En même temps, il a eu la vertu de nous faire prendre conscience de nous-mêmes que nous sommes insuffisamment préparés à un changement de paradigme de cette ampleur.

Il faut l’admettre, nous sommes encore un peuple qui patauge dans la tradition avec tous les écueils qu’elle laisse présager. Une répression obsessionnelle de la libido, plongeant la société dans une misère sexuelle sordide, réduisant le rapport homme-femme à un rapport de maître à esclave. Une stigmatisation de toute volonté de libération de la conscience individuelle du dogme religieux, pouvant mener jusqu’au lynchage collectif de toute volonté individuelle à vouloir s’émanciper de l’aliénation religieuse dogmatique. L’esprit tribal s’exprimant dans la recherche de la pureté ethnique nous empêche de nous concevoir en potentielle société fondée sur une citoyenneté républicaine, émancipée de l’appartenance ethnique et tribale et tournée vers une citoyenneté métissée et transculturelle à la base desquelles se fondent les grandes nations modernes, articulées autour du politique et des valeurs de contemporanéité du monde qui les caractérisent en termes de souveraineté d’un Etat civil, fondé sur le droit et la justice sociale et régulé par l’alternance démocratique.

Si le Hirak n’a pas réussi, après deux ans de gesticulations, à s’organiser en contre-pouvoir porteur d’un projet de société susceptible de convaincre l’état-major de sa pertinence pour les intérêts supérieurs de la nation, cela est dû pour l’essentiel à la conjugaison de la démission des élites et à l’opportunisme des forces du reflux, qui se sont emparées de tous ces écueils pour former des bataillons en rangs antagoniques de populistes aventuristes afin de satisfaire des pulsions égoïstes de vengeance, de haine ou d’opportunisme, contre la nation et contre le peuple.

Il faudra donc une génération entière pour pouvoir accomplir le changement de paradigme que le Hirak, en tant que mouvement populaire à prétentions révolutionnaires, s’est donné comme objectif. Si le peuple est doté d’une conscience de discernement assez mature, pour lui faire comprendre que la participation aux processus électoraux conduits par le pouvoir de fait ne servent pas ses attentes, il en est en même temps insuffisamment outillé politiquement pour entrevoir les contours de la société censée être revendiquée dans le contenu de sa révolte et qui pourrait s’apparenter intuitivement à une société arrimée à la contemporanéité du monde avec toutes les valeurs de liberté, de justice sociale et de progrès que cela implique.

Place donc à l’investissement intellectuel militant pour déconstruire et dénoncer les discours des forces du reflux, en même temps d’œuvrer à combler le déficit de cet outillage, par la production et une large diffusion soutenue d’une littérature politique révolutionnaire capable de sensibiliser la masse du peuple et la préparer à assimiler la nécessité de la transition de la société de la tradition vers la modernité. Pour qu’une conscience citoyenne républicaine puisse émerger et pouvoir percevoir les contours d’un Etat républicain, civil, laïc et démocratique à mettre en pratique en temps opportun. La conscientisation politique du peuple à cette transition passe inéluctablement par sa sensibilisation à la nécessité de repenser les rapports au politique et à l’histoire sur la base d’un nouveau paradigme repensé sur des rapports renouvelés de la religion et de l’identité à la politique.

Y. B.

Comment (38)

    Brahms
    25 mai 2021 - 9 h 59 min

    Il n’ y a pas de mystère, il faut bosser c’est tout et quand on ne fait rien, le dos s’élargit et on devient un feignant.

    Regardez les grandes fortunes, vous croyez que ces PDG jouent aux dominos, cartes, fléxi, café sur café etc..etc..

    La fortune de Bernard Arnault était évaluée à 186,5 milliards de dollars, derrière celle de Jeff Bezos (187,7 milliards) mais devant celle d’Elon Musk, le patron de Tesla et de SpaceX (147,6 milliards) et de Bill Gates (125,9 milliards), le fondateur de Microsoft.

    Dans la vie, on a que ce que l’on mérite, la preuve avec ces PDG.

    L'AVENIR PROCHE NOUS LE DIRA
    24 mai 2021 - 15 h 21 min

    Si le HIRAK n’est pas sorti dans la rue on aurait un 5ime mandat avec a mort vivant. Le HIRAK veut que le pays progresse et ne stagne pas. Sans remise en cause des échecs du passé, rien ne changera en Algérie. On se retrouvera tourner autour du même point avec des conditions pires. L’avenir nous dira si ce qui se fait en ce moment va rendre les algêriens heureux. C’est cela qui compte.

    tout ce qui se conçoit bien .....(je vous laisse le soin de finir)
    24 mai 2021 - 11 h 29 min

    Bravo à vous cher @Hmed Hamou (23 mai 2021 – 14 h 52 min) . J’adore votre post et surtout je le partage dans une large mesure ! J’ai aimé aussi me bien aussi parce que vous parlez simplement et vous dîtes des choses justes, observables ! Vous parlez des outils scientifiques qu’auraient entre leur main Addi Lahouari ou Youceb Benzatat pour expliquer la sociologique politique et culturelle de notre pays, mais avec vous on voit qu’avec des mots simples, un raisonnement cohérent on peut expliquer simplement des choses et les communiquer aux lecteurs d’une manière compréhensible ! Je sais , par expérience, que beaucoup de lecteurs algériens que se soit ici sur le blog d’Algérie Patriotique , ou sur facebook, ou sur les réseaux sociaux privilégient les textos et les SMS pour communiquer et n’aiment pas trop lire les avis argumentés ! Quand c’est trop long , il répugne à lire, je l’ai constaté depuis des années que je « fréquente » les réseaux sociaux ! En tout ca en ce qui me concerne , je vous dis merci pour votre article qui vous vient naturellement du fond de votre pensée sans prendre de quelconques précautions qui peuvent dénaturer ce que vous voulez exprimer ! On n’a pas besoin de sortir de Saint Cyr ou de la Sorbonne ou de la Nasa pour exprimer clairement et simplement une idée , un avis ! Bon courage à vous et à tous les algériens !

    Anonyme
    23 mai 2021 - 15 h 42 min

    Le Hirak devrait se consacrer à faire rétablir la morale dans le pays. Comment peut on tolérer des enseignants dire à leurs élèves si vous voulez comprendre les leçons il faut payer! Ces marchands de légumes qui décident des prix de leurs denrées , c’est inadmissible. Marcher chaque vendredi c’est de la pure stupidité. Il y a d’autres formes de protestation moins folkloriques.

    Hmed hamou
    23 mai 2021 - 14 h 52 min

    @ Karamazov,

    C’ést l’essence même de mon commentaire, et pratiquement de tous mes commentaire d’ailleurs (que certains trouvent souvent sarcastiques, caustiques mais un peu tièdes tout de même voire pas sympathiques du tout envers notamment certaine causes, …), que notre régression est non seulement inexorable est profonde, mais qu’elle est totalement néfaste et par conséquent rien de bon n’en ressortira ni demain ni dans une génération ni jamais. Et fortiori, il n’y a absolument rien de fécond dans la régression comme voulait nous faire croire mr Addi avec sa théorie de l’absurde. Dans la mesure où la régression est par essence antinomique à la fécondité.

    Mais, s’il ya une chose qu’on ne peut pas reprocher à mr Addi, notre théoricien de l’absurde « raisonné », c’est de s’être servi de ses cinq sens et de ses neurones. Et en bon observateur tout court (comme tout voyant qui voit) , et des phénomène sociaux en particulier, étant sa formation et sa profession et disposant de surcroît d’outils scientifiques pour, donc mr Addi n’a pas dû manquer de constater l’étendue du bourbier de contradictions dont patauge notre société et toutes les sociétés arabo-musulmanes en générale ! Et c’est là qu’intervient justement toute l’intelligence, même le génie, de mr Addi, en bon islamiste, ou crypto islamiste (de convictions ?) ou juste une prestation de service. Le génie de mr Addi ne réside pas dans le faite qu’il a constaté un phénomène que tout le monde, même les aveugles voient à l’œil nue, mais son génie réside dans le faite qu’il a tout suite flairer tout le potentiel du phénomène, de la régression de ces sociétés et comment en tirer quelque chose de bon, de profit, pour sa chapelle. De la régression de la société, il entrevoit quelque chose de fécond pour eux donc. Voilà où réside peut être la fécondité de sa théorie. Notamment celui de réaliser le projet de nos islamistes qui peinent depuis le temps à prendre le vrai pouvoir. Non pas le pouvoir sur les état, Non. Celui là les islamistes l’ont déjà et ce depuis longtemps, pratiquement dans tout les pays arabes; pouvoir sur l’Éducation, sur les fatwa et la législation, main mise sur le commerce, sur les médias,… Mais ils peinent toujours à soumettre les sociétés dans leur totalité, notamment par la seule violence, leur instrument de prédilection étant le plus économique et surtout celui qu’ils maîtrise le mieux du moins jusque là. Donc, Ils se heurtent toujours à une partie de la société, notamment celle qu’ils aiment appeler d’une manière péjorative « les laïques », qui continent à résister et refusent de se laisser régresser et ce malgré tous les bâtons et toutes les carottes qu’ils lui ont fait bouffer . Et c’est là donc qu’ intervient la théorie de mr Addi. L’approche 2.0. Essayer de convaincre par l’absurde, les récalcitrant à la régression, aumoins certains et c’est ça déjà de gagner, qu’ils ont tort de résister, et qu’au lieu de s’user à résister, au lieu de lutter contre le courant dominant qui finara quand même par les emporter, ils feraient mieux, et c’est pour leur salut, de se laisser emporter par le torrent, et que dans la régression il nya pas que du mauvais mais qu’il y a aussi du bon. Et comme ça quand ils arriveront à l’océan ils sortiront tranquillement, même en forme , et profiter du soleil, des cocotiers,…et plus si affinité.
    D’où la dénomination pour le moins pompeuse de sa théorie : « la régression féconde »!

    Ps. 1. Une régression de nos sociétés dont nos élites, dont mr Addi, ont joué un rôle actif Faut-il le souligner. Il ne faut pas oublié que c’est elles qui ont mis nos systèmes éducatifs notamment (étant la base de toute société) entre les mains de charlatans. Et mr Addi, qui fait parti de cette élite 2.0, qui croit dure comme fer que son pouvoir ne saurait durer que par la régression permanente de la société, a senti le moment propice, début des année 90, et donc voulu accélérer le mouvement, en essayant de convaincre les récalcitrants qui était nombreux à l’époque, de peur que ces derniers n’arrivent à retourner la situation, retourner la société à leur faveur. Ce qui a failli marché d’ailleurs si ce n’est la période de mr Bouteflika qui a tactout remis en cause. Et les récalcitrants qui était naguère, encore dans les année 90, relativement nombreux, il faut avouer qu’aujourd’hui le nombre de ces resistants à la régression s’érode inexorablement devant le nombre grandissant de candidat à la régression sans conditions, sans demander si elle est féconde ou stérile, si y aura un retour jour ou un aller simple…

    Ps. 2. Quant à mr Benzatat, je pense qu’il va finir par rejoindre le mouvement. Par par conviction, mais par dépit, du moins au départ. Mais, au lieu de se jetter à l’eau, il suit le fleuve sur la rive. Mais il finira par s’y jetter. Quand il arrivera à la conclusion, que la régression sur la rive est certe moins fulgurante que dans l’eau, mais n’empêche que cette dernière a plus d’avantages en ce sens qu’on se fatigue moins étant emporté par le fleuve… D’ailleurs, il commence à donner signes de souplesse pour ne pas dire de fatigue et donc l’envie de plongrr pour soulager ses pieds. Juste qu’il ne sait pas encore comment s’y prendre, plonger la tête ou les pieds en premier.
    Alors , en attendant de se décider et surtout de trouver le meilleur moyen de nous l’annoncer, il dit que : « nous sommes insuffisamment préparés à un changement de paradigme de cette ampleur…(qu’)Il faut l’admettre, nous sommes encore un peuple qui patauge dans la tradition avec tous les écueils qu’elle laisse présager…/…(qui’)Il faudra donc une génération entière pour pouvoir accomplir le changement de paradigme…/… (et) Il faut admettre que l’Algérie de demain n’est pas pour demain. Même pas pour le lendemain. Il faudra une génération entière pour atteindre les objectifs… (ou encore, qu’) En revendiquant une transition démocratique dans les conditions qui sont les nôtres aujourd’hui, il (le hirak) a en effet mis la barre d’emblée très haut, pour un peuple profondément aliéné dans l’imaginaire mythologique… « etc.
    Alors, N’est ce pas la tous les signe avant coureurs qu’il va plonger incessamment. Maintenant qu’il est persuadé que la seule entreprise qui a encore le vent en poupe, l’unique chose qui demeure encore féconde c’est la régression ! Et que peut être dans quelque générations on émergera peut être. Mais, comme parmis tous les peuple qui ont régressé avant nous aucun n’a encore atteint le fond pour revenir nous raconter si leur régression est réellement féconde ou totalement stérile comme on s’y attendait, alors plongeons, régressions, sait-on jamais peut que pour nous ce serait différent.

    Amin99
    23 mai 2021 - 11 h 48 min

    Le dicton dit: « Celui qui ne tente rien n’a rien ».

    Est-ce que les Algériens ont bien fait de sortir manifester et exprimer leur raz-le-bol sur les dérives du système? La réponse est OUI.

    Maintenenant, l’heure est au bilan, les Algériens doivent faire leur propre bilan et tirer des enseignements du Hirak. Il y’a des choses positives et des choses négatives, il a eu le mérite de nous apprendre beaucoup de nous-mêmes.

    Ceux qui croient que les changements vont s’opérer par baguette magique n’ont rien compris.
    Bien sûr qu’il faut une génération pour changer complètement les choses, il faut savoir l’accepter et le planifier, ceux qui gèrent les problèmes au quotidien savent qu’il faut du temps et des moyens pour parvenir à ses fins.

    Le Hirak nous a appris que le peuple est mature, il sait se mobiliser pour les causes justes, il sait exprimé son rejet des factions extrémistes, il a eu aussi la vertu de nous faire prendre conscience que nous sommes insuffisamment préparés politiquement pour un changement en profondeur, le Hirak a brillé par la démission de ses élites et l’absence de leaders politiques crédibles.

    D’autre part, la mobilisation du peuple a poussé le régime à combattre la corruption et réaliser la purge dans ses rangs qui a fragilisé le pays et l’a exposé aux pires dangers.

    La réforme des institutions, les droits des citoyens, le respects de la loi doivent être inscrites dans le programme du gouvernement, de même pour les réformes économiques et la reconstruction du paysage politique avec de nouveaux partis et de nouvelles figures, autrement on s’expose à l’anarchie.
    A bon entendeur

      ACCEPTER LE CHANGEMENT
      23 mai 2021 - 17 h 38 min

      Il faut surtout apprendre a Tous a s’ADAPTER, a ACCEPTER LE CHANGEMENT.
      – ACCEPTER le DÉBAT et les AVIS DIFFÉRENTS
      – ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT
      – il faut NOUS ACCEPTER nous-Memes avec nos QUALITÉS et nos DEFAUTS.
      …et Surtout rester UNIS
      …Oui l’ALGERIE DE DEMAIN et son PEUPLE a un
      LONG PASSE GLORIEUX, mais Maintenant il y a:
      … UN AVENIR A CONSTRUIRE !
      …DES RÊVES à CONCRÉTISER!
      Tahya El Djazair
      El Majd oua El Khouloud li koul El CHOUHADA
      El Majd oua El Khouloud li koul El OULEMA AL AHRAR

      Anonyme
      23 mai 2021 - 18 h 43 min

      Certes il faut une génération pour changer les choses à condition de déloger ceux qui sont là depuis 2 générations

    Anonyme
    22 mai 2021 - 23 h 54 min

    De toutes les facons sans remise en cause du mode de gouvernance et du systeme qui nourrit la corruption, aucune paix sociale ne s’installera dans ce pays. On ne vivra que dans l’instabilite.

      Belveder
      23 mai 2021 - 7 h 52 min

      D accord mais le Peuple est il Mûr pour assumer ca??

        Le Peuple a toujours été Mûr
        23 mai 2021 - 18 h 01 min

        Si ce n’était ceux qui ont tout fait pour le Pourrir avec des Idées retrogrades, de la Corruption et des Slogans Creux

        Slim
        23 mai 2021 - 18 h 41 min

        Le peuple a eu 59 ans d’independance. Il est plus que mur et ne veut plus qu’on le traite d’enfant de 6 mois.

    Rboba
    22 mai 2021 - 23 h 09 min

    « Ils veulent un Etat libre et non policier comme en France » écrivez-vous Haas ! Connaissez-vous bien la France où la regardez-vous avec les yeux de Chimène ? La Liberté avec un Grand L n’existe nulle part, pas plus en France qu’ailleurs. Le Covid mais bien avant a permis au Gouvernement français de décréter des Lois liberticides, Le Droit du Travail n’existe pratiquement plus, les syndicalistes sont emprisonnés ou agressés durant les manifestations, celles-ci sont de plus en plus interdites, ou sabotées par des nervis, nommés Black Block qui empêchent depuis de nombreuses années la manifestation du 1er Mai pourtant mondiale et autorisée, d’aller jusqu’au bout de son parcours, voire, de démarrer. Ces Black Block, tout le monde sait auprès de quelle instance ils émargent. En France, il faut travailler et tous les jours. La rente n’existe pas. On ne se rend pas dans les lieux de culte durant ses heures de travail. Les loyers sont chers, et les salaires bloqués depuis de nombreuses années. Quant à la police, il ne faut même pas en parler, des affaires de ripoux au sein de ce corps sont nombreuses ! Alors, réveillez-vous ! L’herbe n’est pas plus verte ailleurs mais ailleurs les gens n’attendent pas tout de leur gouvernement. Oui, je pense comme certains commentateurs, que beaucoup d’Algériens qui ont défilé et qui continuent à la faire ne réclament pas du travail, mais de l’argent, celui de la rente. Ce n’est donc pas une prise de conscience politique qui les animent mais bien plutôt, l’envie d’avoir « sa part du gâteau » et si le montant de cette rente était suffisant et bien tout ce monde rentrerait chez soi s’abrutir de feuilletons à l’eau de rose, en revant au dernier modèle de chez Nike ou au dernier smartphone !

      Hass
      23 mai 2021 - 8 h 25 min

      Vous avez mal lu mon commentaire ironique ni regardé la vidéo…

    PATERNALISME INTELLECTUEL
    22 mai 2021 - 20 h 50 min

    Je suis prêt a Écouter beaucoup de Choses, mais ceux qui nous sortent la PATIENCE et le TEMPS….
    …DÉSOLÉ, après 60 ans d’indépendance, ça ne suffit Plus !
    …Le temps est à la RÉFLEXION et au DÉBATS Sur tous les Sujets, sans Tabous et sans Contrainte mais dans un Cadre LÉGAL, SÉRIEUX, RECONNU et RESPONSABLE..en respectant les Fondements de la NATION ALGÉRIENNE et en considérant ENFIN le PEUPLE ALGÉRIEN comme un PEUPLE ADULTE.
    …Le PATERNALISME INTELLECTUEL n’est plus de Mise.

    Vroum Vroum 😤..
    22 mai 2021 - 19 h 29 min

    Ce Hirak infiltré par les Islamistes Fis Wahabite…venu de chez Régime Wahabite Saouds qui occupe L’Arabie lieux Saints de L’islam… Et Vous aurez le Nikab et Kamis crânes rasés..
    TAPEZ sur votre clavier : YOUTUBE CES FEMMES TALIBAN DE LA SECTE JUIVE ORTODOXE . . L’origine du Nikab est Juive, d’une Secte lointaine Juive encore actuelle en « Israël »… Le Wahabisme Takfirisme est très proche du Sionisme Juif lui aussi Takfiriste… Bonne vision des vidéos sur le Nikab Secte Juive…

      Anonyme
      23 mai 2021 - 9 h 49 min

      En effet, on connaît le sujet et cela en dit plus sur l’influence juive sioniste sur le modèle wahhabite.
      Il y’a beaucoup de similitudes qui interpellent la conscience.

    Belveder
    22 mai 2021 - 17 h 53 min

    Une Génération ca fait Combien de Vendredi????

    Intellos du Statut Quo
    22 mai 2021 - 17 h 39 min

    Un intellectuel dérange, bouscule, provoque le DÉBAT et fait réfléchir….
    Ceux du Statut Quo:
    Expliquent pourquoi il ne s’est Rien passé…

    Hmed hamou
    22 mai 2021 - 15 h 40 min

     » Il faut admettre que l’Algérie de demain n’est pas pour demain. Même pas pour le lendemain. », dixit youcef Benzatat.

    Oui, mais ce n’est pas là que réside l’essentiel. Ce n’est pas tant de savoir pour quand est ce que viendra l’Algérie de demain, mais de quoi sera-t-elle faite, à quoi elle ressemblera. Et si ça vaut le coup de patienter, d’attendre le temps qu’il faudra , …etc.
    Car, si l’on croit à la théorie de la régression féconde de mr Addi, qui elle se réfère à la réalité du terrain, on pourrait même pousser le raisonnement encore plus loin, on pourrait même entrevoir le portrait. En effet, d’après la dite théorie, de mr Addi, l’Algérie de demain non seulement ne sera pas pour demain ni pour le sur lendemain, mais elle sera celle d’avant les siècles derniers; celle d’avant que la planète terre ne devienne sphérique et se mette à tourner en rond. En un mot, elle sera celle d’avant que naissent Copernic et Galilée et viennent tout chambouler.
    Nb. Ne vous méprenez pas, Le moins qu’on puisse dire au sujet de la théorie de Addi, c’est qu’elle est loin d’être farfelue qu’elle n’y paraît. Et Encore moins issue d’une culture hors-sol, des élucubrations d’un fellah de bureau, comme c’est à la mode de nos jours. Non, c’est un produit bio de mûres réflexions d’un vrai connaisseur de son metier, et surtout connaisseur de son sol dans ses moindres particules. Et d’ailleurs, c’est même pas nécessaire d’être un génie, ou un ingénieur agronome et des analyses du sol sophistiquées, pour en saisir le potentiel, les carences dont notamment les plus évidentes et les amendements éventuels à apporter pour l’améliorer, et combien de temps pour espérer goûter aux premiers fruits,… ; ou encore s’il va donner du blé, du choux ou juste bon pour cultiver des figues de barbarie en alternance avec le chardon-Marie…

      Karamazov
      22 mai 2021 - 18 h 29 min

      Nighak a Hmed,

      Il y a deux théorie qui se catapulte . Y.B pense qiue nous progressons sur place mais le future recule en avant , il y a peu de chance qu’on puisse l’atteindre.
      Addi , lui, constate que nous régressons inexorablement vers le jurassique, mais il croit que le jurassique c’est dans le futur , c’est pour cette raison qu’il qualifie sa régression de « féconde ».

      Je pense que c’est dans la synthèse des deux théories que réside la vérité.

      Nous régressons effectivement mais cette régression est profonde et non féconde comme l’espère Addi.

      Et si on donne raison à Addi uniquement sur la régression, au regard de son engouement pour le Hirak,
      et comme il pense qu’il faut confier le pays à ses fossoyeurs , aux vrais régressistes , alors nous avons rater l’occasion d’aller plus vite.

      Moughaliti: Si nous reculons vers le passé , il y a plus de chance qu’on atteigne le futur, ni dans une génération ni dans deux ou trois.

        Anonyme
        22 mai 2021 - 23 h 57 min

        Pour toi seul le HIRAK est la regression. Ceux qui continuent a ruiner le pays sont bons pour continuer leur besogne.

    Ben DZ de Tizi
    22 mai 2021 - 12 h 35 min

    Car ils n’ont pas réussis à se servir de tout le peuple algérien contre notre ANP, malgré leurs alliance avec les terros de tout bord et leurs propagandes toxiques à travers berbère TV et Al magharibiya.
    Assa azaka lzayer tamurt naghe a3zizane
    Vive L’ANP

      Ah bon ??? !!!
      22 mai 2021 - 15 h 05 min

      y’a si l’internaute @Ben DZ De Tizi , que t’a fait Berbère TV ? Il faut nous le dire ya kho. Quand on accuse, on ne reste pas dans le flou , dans le vague ! Si tu nous expliques avec des arguments et des faits*, ce sera une occasion pour nous de rejeter cette chaine TV ! Merci a3gh’maa !

      Bent-DZ-ALGER
      22 mai 2021 - 15 h 12 min

      Exact, VIVE L’ANP, j’espère que l’ANP prendra en charge le nettoyage du pays à fond, il est temps de balayer tous les opportunistes étrangers et nationaux et de fermer hermétiquement les portes, on ne compte que sur l’ANP pour cela !!!!

    Cher Monsieur Youcef Benzatat
    22 mai 2021 - 12 h 04 min

    Monsieur Youcef Benzatat je crois que vous êtes très gentil et optimiste en disant : « Il faudra une génération entière pour atteindre les objectifs que le Hirak a eus comme prétention d’accomplir. » Or une génération c’est environ 25 ans ! Comme vous ne nous dit pas quand ce pouvoir va partir (personne ne le sait) et quand un autre régime enfin démocratique, réformateur et moderniste viendrait prendre enfin place. Je vous défi (gentiment, c’est juste une façon de parler) de m’expliquer comment faire pour que la prochaine génération soit ouverte, cultivée, instruite, éclairée, aspirant à la modernité etc.. etc.. avec une école de la république comme la notre, avec son contenu pédagogue et programmatique connu, une école où on y apprend d’abord et avant tout la religion bien avant la science et la raison, avec la prolifération des mosquées sans commune mesure avec les autres pays de la planète terre, avec une université qui est très loin de la moyenne des standards mondiaux, avec un niveau général culturel de notre population loin d’être satisfaisant et dont une bonne partie est encore restée analphabète ou très mal alphabétisée.

    Moi je ne comprends pas trop votre plus votre optimisme en ne parlant que d’une génération pour que le Schmilblick Algérie …. se normalise ? Comment se fait-il que vous le soyez désormais alors que votre article décrit une société dans un état encore plus problématique et dramatique que je ne le l’évoque moi-même ! Vous me paraissez trop trop optimiste !

      youcef benzatat
      25 mai 2021 - 6 h 33 min

      Cher monsieur, habituellement, je ne répond pas aux commentaires, qui sont souvent polémiques et stériles, et qui sont, d’ailleurs, généralement calomnieux et inconséquents. Nombreux sont les lecteurs qui se saisissent des idées et des analyses proposées pour enrichir leurs réflexions sans bruit. Malheureusement, beaucoup d’autres, se sentent dans l’obligation de venir défouler leurs frustrations et leur impuissance à alimenter le débat en venant saturer ce fil de leur vacarme, comme dis le dicton « Il n’y a que les tonneaux vides qui font beaucoup de bruit » Mais il arrive que des commentaires, comme le votre, surgissent par moments et posent des questions fondamentales qui incitent vraiment au débat. Oui en effet, comment nos intellectuels peuvent-ils en l’espace d’une génération pouvoir changer les mentalités pour les rendre réceptives à la nécessité du changement de paradigme évoqué ici dans les conditions scolaires et culturelles qui sont les nôtres, et de plus, qui sont tenus de main de fer par les structures institutionnelles du système et des forces du reflux ? A titre indicatif, le philosophe pragmatique américain, Richard Rorty, apporte un début de réponse à cette question qui peut très bien correspondre à notre condition. En récusant l’opposition traditionnelle entre « absolu » et « relatif », son pragmatisme substitut à la connaissance de la vérité en elle-même la recherche d’un accord commun entre les membres d’une société, par la communication et le langage, qui revient aux intellectuels d’engager et d’entretenir dans la durée. L’objectif est de substituer la volonté de savoir par l’espoir en politique. Confronter une société figée en essences à l’espoir d’un lendemain meilleur. Amicalement

    Karamazov
    22 mai 2021 - 11 h 45 min

    Ah ya Boundyou ! Les zébreux on fait un veau à dans son dos à Moïse dans son dos. YB et Saint Qeddour , eux ne veulent pas lâcher leur boeuf , ilsvont continuer à le traire et à se passer le pis jusqu’à épuisement , et de recommencer.

    Rappelez-vous -le donc ,bande d’amnésiques, sinon je vais me répéter, quand je vous le disais modestement avec beaucoiup d’humilité dans mes brillllantes contributions, que le Hirak est un mouvement messianique incantatoire qui attend du ciel un changement nde leur misérable condition humaine. Y.B s’est empréssé de le théoriser , alors que Saint Qeddour ayant à son grand dam suivi mes judicieux conseils a tenté une théologie.

    Et voila la hiya la qewa illa billeh el 3adhim qu’Y.B que les palimpsestes et même les plagiats ne rebuttent pas s’y met aussi.

    Je croyais que Saint Qeddour avait achevé sa théologie au Hirak . Saint Qeddour qui déçu de ne rien tirer de ce mouvement , et n’ayant aucune table de la loi à casser, s’est converti en apôtre de ce mouvement en commençant à lui faire un premier évangile.

    Que nenni ! Nos intellos pensent tous que ce qui manquât à ce troupeau de tubes digestifs qui vocifère des slogans djihadistes tous les vendredis ba3d t’hor c’est une théorie, une théologie , une allégorie , une poésie, bref : de l’emphase et de la phraséologie.

    Or ,c’est faux , artichaux !

    Les élites étaient là . Tous les cerveaux disponibles ,du moins ! C’est vraiment faire peu de cas de la contribution d’immenses intellectuels , ici même sur AP que d’affirmer le contraire.

    Moua et Tovarich Abou Stroff on vous a spliké dès le début qu’une société qui carbure à la rente et à la religion ne possède pas en soi les moyens de sa transformation. On ne vous a pas dit que c’est irrémédiable.

    Moua je ne dis pas que nos élites sont incapables. Individuellement chacun peut être brilllant pour soi.
    Y.B qui n’ose pas assumer son constat , ni comment parjurer , ne veut pas dire qu’il n’y a tirer de cette société, il dit : » Il faut admettre que l’Algérie de demain n’est pas pour demain. Même pas pour le lendemain. Il faudra une génération entière pour atteindre les objectifs que le Hirak a eu comme prétention d’accomplir. »

    « Prétention d’accomplir », en plus. Moïse après karanta de pérégrination dans le désert , montre à son peuple un mirage et lui dit : vouala un mirage , c’est ça la terre promise, allez-y sans moua.
    Y.B lui nous dit que le fantasme de la populace ne va pas se réaliser , jamais. Mais dans au moins une génération , nous recommencerons à relancer « les prétentions du Hirak.

    karimdz
    22 mai 2021 - 11 h 41 min

    Nous sommes sur la voie de la démocratie, elle n est pas parfaite, elle se construit. Deux perspectives s offraient au pays, soit une révolution chaotique, qui aurait mis un siècle pour accoucher de la démocratie, soit une transition qui permet à ce qui reste du système de s effacer progressivement et d aboutir à cet objectif.

    Comme le dit l auteur de l article, assurément, le peuple algérien a acquis une maturité politique, mais il n a pas encore réellement une culture démocratique.

    Le paysage politique est assez diversifié et complique le choix des algériens. Pratiquement tous, promettent le changement, mais sans réel programme crédible. Il y en a qui se détachent sans pour autant attirer vers eux un nombre suffisant d électeurs pour parvenir à la victoire. Il ya encore des algériens qui sont soit dépendant du discours régionaliste, religieux, de l assistanat etc.

    Logiquement les partis de l ancien système devraient s effacer ou tout au moins devenir minoritaires. Il faut espérer qu’une majorité se dégage et permet une gouvernance stable, ou tout au moins, une coalition de partis.

    Ce seront les premières élections législatives démocratiques qui permettront le renouvellement des élus, plus jeunes, diplômés, et quand bien même ils n auront pas l expérience qui laisse du reste à désirer des anciens, ils s en distingueront par leurs compétences, et leur volonté de vouloir changer le pays.

      Anonyme
      23 mai 2021 - 7 h 46 min

      Oui nous sommes bien sur la voie d’une democratie qui interdit tout.

    Abou Stroff
    22 mai 2021 - 10 h 35 min

    « Si le Hirak n’a pas réussi, après deux ans de gesticulations, à s’organiser en contre-pouvoir porteur d’un projet de société susceptible de convaincre l’état-major de sa pertinence pour les intérêts supérieurs de la nation, cela est dû pour l’essentiel à la conjugaison de la démission des élites et à l’opportunisme des forces du reflux, qui se sont emparées de tous ces écueils pour former des bataillons en rangs antagoniques de populistes aventuristes afin de satisfaire des pulsions égoïstes de vengeance, de haine ou d’opportunisme, contre la nation et contre le peuple. » soutient Y. B..
    désolé monsieur, mais votre raisonnement repose sur la tête et pour qu’il ait un sens, il faudrait le retourner sur ses pieds.
    en termes crus, « Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. »
    en termes clairs, je, malgré la modestie qui m’étouffe, répète, depuis bien avant l’émergence du hirak, que le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation ne génère pas (contrairement au système capitaliste, par exemple) les conditions de son propre dépassement. par conséquent, le hirak n’est porteur, malgré les apparences, d’aucune remise en cause du système rentier bien au contraire.
    en effet, contrairement à l’auteur, je ne crois pas que le hirak soit porteur ou ait été porteur d’un projet qui serait aux antipodes du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien.
    je pense que le hirak est la concentration et le produit du ras le bol qu’éprouvent tous ceux (dont une partie de la soi disant élite) qui considèrent qu’ils ne reçoivent pas la part de rente qu’ils considèrent être leur dû et qui se défoulent* une ou deux fois par semaine pour oublier le vide sidéral qui enveloppe leur vécu quotidien.
    je pense que le hirak (et je m’excuse auprès des certains compatriotes naïfs qui croit au père Noël pour ne pas sombrer dans une profonde dépression) est, d’abord et avant tout, une remise en cause puérile (d’où le slogan « yaetnahaw ga3 » qui est aussi stérile qu’un caillou couvé par un coucou) du pouvoir incommensurable que se sont octroyées les couches qui dominent le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation.
    moralité de l’histoire: si nous admettons que la « dynamique » du système rentier ne produit pas les propres fossoyeurs de ce dernier, alors, il nous faut admettre que seule une politique volontariste peut venir à bout de ce système qui nous avilit et nous réduit à tubes digestifs ambulants doublés de zombies décérébrés. il s’avère qu’en dehors de l’armée, aucune structure ou institution ne possède l’aura nécessaire pour entamer la destruction nécessaire du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation. la conclusion s’impose d’elle même et il me parait inutile de palabrer.
    * chacun aura remarqué la liesse qui s’empare des hirakistes à chaque fois qu’il se mette en mouvement. en effet, le hirak permet à tous et à toutes de noyer la misère sociale ambiante et le vide sidéral du vécu quotidien (pas de cinéma, pas de concerts de musique, pas de théatre, pas de drague civilisée, etc.) dans une catharsis qui ne dit pas son nom. cette catharsis, elle même, me semble être une drogue nouvelle qui permet au hirakiste d’oublier qu’ils sont impuissants et qu’ils ne peuvent que constater l’existence d’un problème (leur marginalisation dans la distribution de la rente) dont la solution est hors de leur portée.
    PS: il n’y en aucune, à part le constat qu’un peuple biberonné à la rente et shooté à la religion est, objectivement et subjectivement inapte à prendre en main sa propre destinée à moins de lui demander expressément de se faire harakiri.

      Hass
      22 mai 2021 - 12 h 10 min

      « Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. »

      L’homme est déterminé par les deux. En fait l’homme est déterminé par son inconscient, sa biologie, son environnement social, etc. De multiples facteurs.

      Karamazov
      22 mai 2021 - 12 h 17 min

      Tovarich Abou Stroff je te salue.

      Même lors de nos plus fulminantes colères nous n’avions jamais été aussi méprisants et nous n’avions jamais condamné cette populace irrémédiablement tellement nous sommes magnanimes et compatissants.

      Y.B dit que la populace en soi est incapable de changement , elle doit être guidée par des maîtres à penser. Or quand nous nous disions , avec beaucoup de poésie que le Hirak est un troupeau de tubes digestifs ambulants il s’en était offusqué. Le vouala maintenant qu’il nous plagie sans atteindre notre haut niveau de lucidité.

      S’il a des éclairs de lucidité pour se rendre compte que le Hirak n’a rien produit et ne produira rien du moins avant une éternité, il s’emmêle les neurones et rattrape ses lubies.

      Il sait que son boeuf lui donnera pas de lait , il croit même savoir que le boeuf ne donne pas de lait , mais il pense que c’est temporaire, que c’est peut-être à cause du hellleb. Et si le caillou ne donne pas de poussin c’est parce que on ne lui psalmodie pas les bonnes dou3ates.

      Ya monami
      22 mai 2021 - 12 h 29 min

      Le coucou ne nidifie pas et ne couve jamais ses oeufs, c’est un usurpateur et fainéant de première catégorie, il éjecte du nid les oeufs des autres espèces pour pondre les siens et les faire couver, à leur naissent, les autres volatiles croyant que les oisillons sont les leurs, les nourrissent jusqu’à épuisement, sachant que les petits du coucou sont beaucoup plus gros et demandent d’avantage de nourriture.

    Hass
    22 mai 2021 - 10 h 18 min

    Ils veulent un Etat libre et non policier comme en France.

    La désillusion en vidéo :

    https://twitter.com/RemyBuisine/status/1395096487894392832

    FREE FREE
    22 mai 2021 - 10 h 14 min

    60 anes de regentisme forcé par un regime policier post stalinien a fini par vider la seve de ce peuple fier qui a subjugué le monde par une resistance àu pire des colonisateurs, la france.
    Un pays pataugeant ds le maraboutisme , l integrisme , le charlatanisme et la lethargie….un peuple sans ressort, bridé par un clan sataniste.
    Maudits…!

      BILAL
      22 mai 2021 - 12 h 42 min

      Bien dit

    Nous sommes trop centrés sur...
    22 mai 2021 - 9 h 56 min

    Notre tube digestif, la pratique de la religion mais de façon rétrograde, l’appât du gain facile genre « troque grand bazar », la revendication de la démocratie mais pas pour soi / chez-soi, l’égalité des droits mais pour et chez les autres, défendre des causes en étant plus « royalistes que le roi » au détriment de notre pays, trop régionaliste/clanique au détriment de citoyen Republicain,… en résumé nous sommes mal câblés car au démarrage nous sommes mal partis! Ça mettra du temps surtout que certains s’occupent et travaillent pour cela afin de faire de l’Algerie leurs propriété et les Algeriens leurs « CERFS ». A bon entendeur salut!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.