Daum : «Une grande vérité manque dans le discours de Macron aux harkis»

Macron discours
Emmanuel Macron lors de son discours aux harkis. D. R.

Par Mohamed K. – L’historien spécialiste du passé colonial français, Pierre Daum, a estimé qu’«il y a de grands absents» dans le discours prononcé par le président français devant les harkis, ce lundi. S’exprimant dans une émission spéciale de France 24 intitulée «Réparation aux harkis : la France face à son histoire», il a relevé qu’«il se passe aujourd’hui avec le président Macron quelque chose de très important. C’est peu de dire que la France et les gouvernements français ont eu d’énormes difficultés à reconnaître les pages sombres d’une façon générale du passé colonial. Là, il semble qu’une nouvelle étape est franchie».

«Moi, je trouve que tout est bon à prendre dans cette politique de reconnaissance des pages sombres du passé colonial», a dit Pierre Daum. «Cependant, a-t-il ajouté, il me semble qu’il y a de grands absents dans ce désir de reconnaissance et de réparation : ce sont les harkis et leurs familles restées en Algérie.» «Si on construit ces réparations d’ordre juridique, qu’on sort de l’aide sociale et on parle de droit, si on base cette justice sur les trois grands piliers fondamentaux depuis le début, que sont l’abandon scandaleux et organisé par le gouvernement du général De Gaulle de tous les harkis et leurs familles, au sens large, c’est-à-dire les fonctionnaires, les militaires de carrière, etc., les exécutions et l’accueil indigne en France, il existe aujourd’hui des dizaines et des dizaines de milliers de familles de harkis qui vivent toujours en Algérie et qui pourraient prétendre, en tout cas sur les bases de l’abandon et de l’assassinat de certains membres de leurs familles, à une réparation de la part de l’Etat français.»

«Dans ce discours de vérité, il manque également le racisme que les familles de harkis arrivées en France ont subi, non seulement dans l’internement, indigne et immonde, et même après les camps, dans leur lieu de relégation sociale où, jusqu’à aujourd’hui, sont parqués, mis à l’écart géographiquement un grand nombre de populations issues des immigrations coloniales. Là, on trouve des familles de harkis, des enfants, des petits-enfants et des familles d’immigrés algériens issus de l’immigration ouvrière qui subissent à égalité le même racisme», a souligné l’auteur du Dernier Tabou : les harkis restés en Algérie après l’indépendance, en précisant que, «selon ce qu’a dit le président Macron, cette réparation peut effectivement s’étendre aux familles des harkis restées en Algérie, sauf que là, je pense que c’est un grand absent de toute cette histoire».

«Pour moi, a-t-il poursuivi, dans tout ce discours que nous avons entendu du président Macron, qui se veut un discours de vérité afin d’apaiser les mémoires, de panser les plaies, c’est très joli sur le papier, de parler de discours de vérité, c’est très joli à entendre à la télévision mais, en fait, il manque une grande vérité dans ce soi-disant discours de vérité : c’est de reconnaître, de la part de l’Etat français, qu’à l’origine de toutes ces souffrances – et on voit comment ces souffrances sont encore tellement vives –, c’est la colonisation elle-même qui est responsable».

«Il faut – et cela me semble essentiel pour apaiser les mémoires – que le gouvernement français reconnaisse enfin que la colonisation en elle-même était un crime et que cette Guerre d’Algérie était une guerre coloniale et, donc, en tant que guerre coloniale, elle était une erreur et elle était un crime», a insisté l’historien, convaincu qu’«à partir de là, on peut espérer panser les plaies». «Les harkis sont les victimes du colonialisme, comme l’ensemble de la population algérienne de l’époque. Si on ne reconnaît pas que la colonisation était un crime, ce n’est que du bla-bla», a conclu Pierre Daum.

M. K.

Comment (20)

    Touhami
    22 septembre 2021 - 17 h 02 min

    En France, on a même eu la stupéfaction d’entendre certains journalistes prétendre que l’Algérie devait aussi faire un pas (dans le pardon demandé à la France) celui d’autoriser les Harkis à revenir en Algérie.

    C’est comme si on demandait à la France d’honorer et de décorer ses collabos de 39-45. Ils ont été fusillés.

    Monsieur Macron a demandé pardon aux Harkis au nom de la France.

    Encore un petit effort et peut-être finira-t-il par reconnaître aussi les crimes odieux commis en Algérie au nom du colonialisme pendant 132 ans. C’est-à-dire demander pardon aux Algériens.

    Après, on pourra peut-être, non pas oublier l’histoire, mais tourner la page une bonne fois pour toutes.

    Anonyme
    22 septembre 2021 - 11 h 15 min

    Avec ce geste de Macron pour les Harkis ,il espere recueillir leurs voix dans les prochaines elections de 2022,et encore plus ,il a le soutien de Eric zemour qui s est lance dans une campagne pour diviser le camp des electeurs de l extreme droite,et attirer le plus possible d electeurs de Martine Lepen..Ceci me rappelle Coluche lorsqu il a voulu se presenter aux elections contre Mitterant ..il a ete tout simplement mis hors d etat de nuire a la condidature de Francois Mitterant…-

    Belveder
    22 septembre 2021 - 8 h 02 min

    le Terme HARKI ne signifie pas la méme chose des deux cotés
    En FRANCE il regroupe les supplétifs dans les rangs des armées francaises des deux guerres ceux qui ont continué a collaboré apres le 1 novembes et ont pris les armes contre l ALN et memes de civils qui ont travaillé dans L administration exemple prison police garde …

    En Algerie le terme HARKI est bien spécifique il désigne le collabo (BOUCHKARRA)
    (…)

    Un passant
    22 septembre 2021 - 6 h 34 min

    Ce qu’il y a d’aberrant chez certains français.
    Ils donnent l’impression qu’ils sont atteints de cécité ou quelque chose ne tourne pas rond chez eux..
    C’est eux qui sont à l’origine de la guerre de l’Algérie.
    C’est eux qui sont à l’origine des massacres et du génocide de tout un peuple.
    C’est eux qui sont à l’origine de la création des harkis.
    Et maintenant ils veulent faire imputer aux algériens certains problèmes des harkis.

    Brahms
    22 septembre 2021 - 1 h 21 min

    Bis répétita,

    Le 1er assassin était Charles X avec 02 espions juifs les Bacri et Busniak, les mêmes que ceux du Colonel Kadhaffi que l’on retrouve avec encore 02 juifs aux manettes Sarkozy et BHL.

    Si bien que pour camoufler ces crimes odieux, vous avez l’autre juif séfarade Eric Zemmour qui fait croire que les ratonnades étaient du bien – être, ceux là même (juifs) qui ont été volés la Palestine aux Palestiniens.

    La France et les juifs tournent donc la soupe ensemble tandis que le RN sert juste à faire peur aux immigrés.

      Anonyme
      22 septembre 2021 - 6 h 54 min

      Épargnes-nous ton antijudaïsme primaire. L’histoire des Bacri-Bushnach revisitée par les anti-juufs be tient pas la route. Laisses l’histoire aux historiens et arrêtes de regarder les vidéos complotistes d’historiens de pacotille

        Brahms
        22 septembre 2021 - 18 h 27 min

        A Anonyme,

        N’inverse pas les rôles va donc demander aux palestiniens ce qu’ils pensent de ton judaïsme.

        En attendant, sil es 02 espions juifs Busniak et Bacri n’étaient pas venus en Algérie avec Charles X, il n’y aurait jamais eu 07 millions de morts en Algérie, preuve suffisante que les juifs sont le malheur des africains et arabes.

          Anonyme
          23 septembre 2021 - 6 h 16 min

          Espions venus avec Charles X?? Ça ce n’est pas de l’histoire, c’est du délire🤣🤣

    Anonyme
    21 septembre 2021 - 20 h 32 min

    Le seul grd absent, c’est l Algérie et son peuple Mr l’historien tt d abord , à les écouter tous on a l impression que ca s est déroulé à Acapulco tt ces événements ? On est hors jeu , un tel mépris, on compte pas les notres qui sont morts en masses par leurs fautes ces francais et harkis et pieds noirs ou européens d Algérie ? C est une histoire réduite entre eux, ma parole ? Ben non , vs allez finir ce chapitre de votre passé sombre entaché en Algérie avec l Algérie et son peuple, il n y aura aucun échappatoire ou d essayer de vouloir réduire notre révolution notre histoire algerienne au silence . L ex Algérie corrompue et qui faisait votre bonheur ça c’est fini , la Nvelle Algérie elle très enquiquinante et ne laissera rien passer. Sachez le !

    Argentroi
    21 septembre 2021 - 17 h 23 min

    Voila le récit d’un ancien moudjahid de la wilaya VI qui nous montre comment la France a abandonné ses harkis et comment le FLN/ALN s’est conduit avec eux, du mois dans ce cas.
    « Ce n’est qu’à la veille du référendum d’autodétermination du 1er juillet 1962 que j’ai reçu l’ordre d’aller me cantonner avec mes hommes dans la ville d’Ouled Djellal pour y surveiller le déroulement du scrutin car on appréhendait toujours un coup fourré de l’armée française. On avait choisi notre casernement dans une grande maison vide, au lieu-dit Essaguia, appartenant à un dénommé Benmezrag qui vivait à Alger. J’avais demandé pour la circonstance un lot de vêtements civils qu’on me ramena et le jour du scrutin, tout le monde s’habilla en civil mais avec nos armes dissimulées sous nos bras puis on s’est réparti pour aller vers les différents bureaux de vote pour surveiller les urnes.
    Après la proclamation de l’indépendance, je me suis installé au siège de la sous-préfecture tandis que mes hommes ont pris leurs quartiers dans un autre cantonnement. Les officiers français sont partis le lendemain vers Batna abandonnant seuls leurs hommes qui étaient tous des supplétifs harkis algériens, des ‟goumiers”. J’ai envoyé alors deux officiers à ces harkis, toujours dans leur caserne, pour s’enquérir sur leurs dispositions suite à la nouvelle situation. Les deux officiers expliquèrent à ces ‟goumiers” que maintenant l’Algérie est devenue indépendante et si en tant qu’algériens, ils se rangeaient de notre côté ou non ? Et qu’ils doivent se prononcer clairement sans détours, leur avaient-ils précisés. Les deux émissaires revinrent me dire que ces supplétifs leur ont déclarés qu’ils se sont mis maintenant sous nos ordres. Allez alors leur dire de venir nous rejoindre, demandé-je à mes hommes. Et c’est un nombre considérable de harkis qui arriva à la sous-préfecture. Ils déposèrent leurs armes et se rassemblèrent dans un terrain vague derrière, puis je leur ai proposés s’ils voulaient rester avec nous ou bien rejoindre leurs foyers. Ils me répondirent qu’ils voudraient bien partir chez eux. Je les ai alors regroupés par région selon leurs différentes destinations, une dizaine vers Batna, une quinzaine vers l’Oranie et ainsi de suite, puis j’ai ordonné à mon secrétaire qu’on délivre un laissez-passer à chaque groupe et je les ai laissés partir tous sans exception sans aucune maltraitance ou sévices. Pour moi, la guerre était terminée et il n’y avait plus d’ennemis ! Je vous avoue que j’ai agi de cette façon de mon propre chef sans aucune instruction de ma hiérarchie; et il n’y avait aucune instruction ».

    Anonyme 3
    21 septembre 2021 - 16 h 14 min

    Pour Eric Zemmour que lui a profité de tout les privilèges que la France lui a donné et qui est devenu un maître , lès harkis après vendu leurs pays pour une médaille en bronze ils seront obligés de changer leurs prénoms,sinon ils seront expulsées quelques part dans une région inhabitable, une chose est sûre L’Algerie ne lès acceptera jamais.

    TOLGA-ZAÂTCHA
    21 septembre 2021 - 16 h 05 min

    Perso, je n’en ai absolument rien à faire. C’est une affaire purement franco-française. Aussi, je la perçois beaucoup plus comme une opération de communication pour les prochaines élections. C’est tout. Tout le reste c’est du bla-bla-bla…..

    Ammar
    21 septembre 2021 - 14 h 48 min

    La majorité des Harkis qui sont partis en France avaient quelque chose à se reprocher. Les autres qui sont restés – pour la plupart des pauvres hères dont le colonialisme a exploité la misère – ont été emprisonnés à l’indépendance, beaucoup plus pour leur propre sécurité que pour les punir puisque leur séjour en prison ne dura pas longtemps et qu’ils furent bien traités et recevaient régulièrement des colis de la Croix-Rouge. Donc ceux-ci ayant payé leur dette, il convient de ne plus parler de Harkis en Algérie. Les seuls Harkis sont ceux qui sont partis avec le colonialisme.

    Anonyme
    21 septembre 2021 - 14 h 38 min

    Macron a mis à bas l’Algérie. une insulte d’un pays et sa population. Distribuer des médailles aux Harkis. embrasser leurs femmes. mettre à disposition des millions d’euros.

    Djebel Gueryoun
    21 septembre 2021 - 13 h 06 min

    Pour comprendre tout le mal qu’a fait la France coloniale, il faut faire un parallèle entre les atrocités commises en Algérie et en Indochine, puis se poser la question pourquoi la France continue-t-elle a entretenir le mythe des harkis (traitres au service de l’armée coloniale) alors qu’elle a totalement oublié et occulté les traitres indochinois qui ont servi sa cause colonialiste, et là on comprendra que la France continue à porter un intérêt pour ses harkis d’Algérie, même 60 ans après sa débâcle coloniale, car la France n’a pas tourné la page du colonialisme en Algérie, chose qu’elle ne fait as avec ses harkis d’Indochine car la page du colonialisme en Indochine quant à elle a été tournée depuis longtemps (la défaite américaine au Viet-Nam a permis aux français de digérer et d’oublier leur propre débâcle)

    La France entretient le harkisme comme le kabylisme (inventé par sa compréhension frelatée du peuple algérien) que pour entretenir l’espoir de se venger de l’Algérie.

    La douleur de la débâcle française en Algérie et celle de la débâcle des croisades, sont toujours vivaces en France, et les approches françaises pour l’Algérie et l’islam s’articuleront toujours autours de ces deux débâcles historiques et les rengaines qui en ont résulté que les français continuent de cultiver.

      Elephant Man.
      21 septembre 2021 - 16 h 45 min

      @Djebel Gueryoun
      Excellent commentaire.
      Pour rappel quand notre Président défunt Si El Houari Boumedienne Allah Yarhmek a nationalisé les hydrocarbures la France a créé le mythe berbère avec Jacques Benet (OAS mossad) …

      Belveder
      22 septembre 2021 - 8 h 08 min

      Donc le France est dérriere le HIRAK???
      merci la FRANCE au final qu est ce qu on ferait pas sans elle??
      elle nous a débarassé de la issaba
      99% des francais ignorent ces sujets la
      arrétons la victimisation et les pleurnicheries

    ENCORE UNE FOIS LES HARKIS C'EST UNE CRÉATION FRANÇAISE POUR COMMETTRE DES CRIMES EN ALGÉRIE
    21 septembre 2021 - 12 h 53 min

    la france évite la question des harkis car ça rappelle les crimes et la colonisation sanguinaire de la france en algérie. le problème harki c’est l’une des épées de damoclès qui menace la france des poursuites judiciaires pour crimes de guerre. donc, les harkis demeure un gros boulet que la france aura du mal à s’en défaire. outre ce crime de guerre, c’est aussi la maltraitance des harkis une fois arrivés en france. ils n’ont pas eu le même traitement de faveur que les autres pieds noirs, ils sont considérés comme une sous race, ils ont été victime des discriminations très sournoises. ils vivaient dans des camps boueux avec les conditions d’hygiène très sommaires, qui ne sont plus aux normes actuelles et la seule civilisation qu’ils voyaient c’était les boites de fromage vache qui rit!
    alors la france se comporte comme le maroc, ils inversent la réalité. leurs tares et leurs crimes deviennent les notre. à chaque fois que le problème des harkis est traité à la télé, c’est l’algérie qui est responsable!!! il parait que cette technique très connue en psychologie et manipulation subliminale d’inverser les rôles et se plaindre de ses propres crimes et les attribuer aux autres victimes (algérie) donne de bons résultats au niveau des comportement de l’opinion publique, car au pire la france partage ces crimes avec les autres complètement innocents!:

    Questions ????
    21 septembre 2021 - 11 h 51 min

    La France rend hommage à ses serviteurs , et que fait l’Algérie pour les moujahids ? (Histoire de Sir amirouch par exemple )
    Sinon des questions existentielles :
    -Est ce que le fils d’un harki en est un ?
    -Est ce que le fils d’un moujahid en est un ?
    -Jusqu’à quand les sujets d’actualité de notre pauvre Algérie resteront des sujets de son histoire ?
    – faut il toujours être un  » has been  » en Algérie ?
    – y’a t-il des hommes pour bâtir le présent et le futur ?
    – Jusqu’à quand nous aurons dans la société : harkis , zouaves , moujahids , arabe , amazigh , arabophones , sahraouis , naturalisés , civils , mzabs , chaoui , militaires , andalous… Et la ségrégation qui existe entre eux ? C’est une richesse à exploiter , non ?

    Ma propre réponse à ces questions risque déplaire à beaucoup donc je la garde pour moi …

    Zemoura
    21 septembre 2021 - 11 h 41 min

    la france croit nous occuper avec ces histoires de harkis … en réalité, vous nous saoulez !!! … Ils n’ont rien de mieux à faire ses petits C…. ! Déjà qu’ils ont reçus une bonne baffle à trois dimensions pour les contrats ratés des sous-marins français « fait en carton ondulé » … qu’ils nous sortent « illico » une histoire de harki qui n’ont fini pas …. qu’elle bassesse !!!!!
    Enfin bref …. l’Algérie a d’autres « c… » à fouetter ! …
    Sinon, Vous croyez vraiment que les (…) « les harkis » … vont peser dans la balance lors des « prochiennes » élections française !??? c’est perdue d’avance .. et il le sait bien …. je parle bien évidement de … euuheummm …. d’ « Emmanuelle » …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.